Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Sagesse et direction spirituelle

Conseils et direction spirituelle dans la lettre de Porphyre à Marcella

François Guillaumont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la Lettre à Marcella, Porphyre, philosophe néoplatonicien du III e siècle apr. J.-C., s’adresse à sa femme. Il l’a épousée sur le tard, alors qu’elle était veuve de l’un de ses amis et mère de sept enfants (cinq filles et deux garçons). Au bout de dix mois de mariage, pour des raisons mystérieuses, Porphyre a dû partir en voyage et quitter son épouse1. C’est au cours de ce voyage qu’il lui envoie la lettre que nous avons conservée.

Ce texte a été qualifié par son traducteur, André-Jean Festugière, de « testament spirituel du paganisme2 ». On considère généralement qu’il ne s’adresse pas à la seule Marcella, mais à un public plus vaste. Pour Festugière, cette lettre, « destinée à la publication », est « d’une part une apologie » (Porphyre y défend son mariage, qui avait fait l’objet de critiques), « d’autre part un traité de vie spirituelle3 ». Henry Chadwick évoque lui aussi une apologia pro nuptiis suis4. Plus récemment on a mis la lettre en rapport avec la polémique de son aut...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search