Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Sagesse et direction spirituelle

La force de l’exemple dans les Lettres à Lucilius

Élisabeth Gavoille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour définir au préalable la place et la fonction de l’exemple dans la lettre de direction philosophique, nous partirons des lettres 94 et 95 à Lucilius, où Sénèque affirme, dans l’éducation à la sagesse, la nécessaire complémentarité de l’enseignement théorique (les decreta, dogmes ou principes généraux) et de l’enseignement pratique (les praecepta ou règles particulières). Les préceptes sont utiles au progressant, pour renforcer son jugement sur le bien et le mal, orienter précisément sa réflexion et diriger son action1. Cette partie de l’enseignement philosophique, praeceptiua pars, correspond à ce que les Grecs appellent paraenetice (Ep. 95, 1). Sénèque énumère les divers aspects qui dérivent de cette fonction de conseil et d’avertissement, monitionum genera (Ep. 94, 39) : consolations, dissuasions et exhortations, blâmes et éloges. Il suit là Posidonius, comme il le précise dans la lettre 95 (Ep. 95, 65). L’originalité du maître rhodien, que souligne Sénèque, est d’avoir adjoin...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search