Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Sagesse et direction spirituelle

Pourquoi la sagesse est-elle une entreprise ?

Les conseils éthiques d’Horace et leurs implications culturelles

Gernot Michael Müller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien qu’Horace n’ait pas, dans la recherche contemporaine, la réputation d’être un véritable philosophe1, il a bénéficié d’une réception importante dans l’histoire de la philosophie au Moyen Âge et à l’époque moderne2. Il semble que le sens de la formule, manié avec virtuosité, qui permettait à Horace d’exprimer des idées philosophiques complexes sous la forme de préceptes clairs, y ait fortement contribué. L’un des apophtegmes les plus célèbres et marquants qu’il ait ainsi légués à l’histoire de la philosophie est sans aucun doute son injonction sapere aude, tirée de l’Épître I, 2 adressée à Maximus Lollius (v. 40). Celle-ci est en effet moins connue en elle-même, en tant que partie de l’œuvre d’Horace, qu’à travers la définition programmatique des Lumières donnée par Immanuel Kant, en décembre 1784, dans la Berlinische Monatsschrift sous le titre « Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? ». Le philosophe de Koenigsberg y emploie la maxime du poète romain afin de formu...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search