Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Sagesse et direction spirituelle

La référence philosophique dans la poésie parénétique d’Horace : l’exemple d’Aristippe (Serm. II, 3 et Epist. I, 17)

Bénédicte Delignon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Horace place d’emblée ses Épîtres sous le signe de l’éthique philosophique. Il affirme dès le poème liminaire que son unique préoccupation sera désormais la quête du vrai et du bien moral :

Nunc itaque et uersus et cetera ludicra pono,
quid uerum atque decens curo et rogo
et omnis in hoc sum.1

C’est pourquoi désormais je renonce aux vers et à toute forme de distraction. Ce qu’est le vrai, ce qu’est le bien, je m’en préoccupe et je le recherche, je m’y consacre tout entier.

De fait, en partant d’une analyse de l’Épître I, 18, 96-103, Pierre Grimal a montré que de multiples doctrines savantes sont à l’œuvre dans le recueil2. Ainsi les conseils moraux qu’Horace délivre aux destinataires de ses lettres sont-ils dotés d’un arrière-plan philosophique plus ou moins explicite. C’est dans ce contexte que nous nous intéresserons à la fonction de la référence philosophique dans l’épître parénétique, en nous demandant dans quelle mesure elle contribue à asseoir l’autorité de l’épistolier et à constr...

Auteur

ENS de Lyon UMR 5189 HiSoMA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540