Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre II. Conseils politiques

Prudentia, prouidentia : prudence et prévoyance dans les lettres de conseil et de direction chez Cicéron

Sophie Aubert-Baillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La correspondance de Cicéron comprend de nombreuses lettres de conseil et de direction dont les auteurs, doués d’une autorité qu’ils retirent de leurs connaissances ainsi que de leur expérience, qui leur sert non seulement à mieux déterminer pour l’avenir leur conduite et celle de leurs interlocuteurs, mais aussi à inspirer confiance et emporter l’adhésion, possèdent tous une qualité fondamentale dont la reconnaissance par leur entourage fonde leur auctoritas1 : la prudentia, qui signifie la « prudence » ou la « sagesse ». Souvent rapprochée du consilium, elle désigne une « capacité politique », « fruit de l’étude et de l’expérience, par laquelle est réglé, dans toutes les circonstances de la vie, le comportement de l’homme vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis des autres2 ». Elle revêt également une dimension intellectuelle, au sens de « clairvoyance ». Enfin, Cicéron ancre la prudentia dans la langue philosophique latine en tâchant d’y retrouver la vérité première des théories philos...

Auteur

Université Grenoble Alpes UMR 5316 Litt& Arts – TRANSLATIO

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search