Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre I. Conseiller, faire agir et agir à distance

Mander : commander, recommander, se recommander. Pratiques vernaculaires de l’épître didactique

Fanny Oudin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du mandement à l’epistre : la lente émergence des recommandations en vernaculaire

La lettre, au Moyen Âge, s’écrit d’abord en latin : elle ne fait qu’une apparition tardive dans les langues vernaculaires. Elle n’est cependant pas inexistante, comme on se plaît souvent à le croire, mais ne se développe que de manière détournée et indirecte, non sans susciter parfois des résistances, ainsi que l’a bien montré Serge Lusignan pour les chancelleries1. Or les épîtres parénétiques ou didactiques se révèlent plus rares et plus tardives encore que d’autres. Des lettres politiques et des lettres d’amour sont mentionnées, puis insérées, dans les récits, dès le xiie siècle ; les Saluts d’Amour se développent dès la fin du xiie siècle en langue d’oc et dès le milieu du xiiie en langue d’oïl ; les villes et les petits seigneurs commencent à utiliser le français dans leurs actes dès le début du xiiie siècle. Mais les personnages des divers textes narratifs ne s’écrivent jamais pour se conseiller mu...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search