Version classiqueVersion mobile

La poésie, entre vers et prose

 | 
Christine Dupouy

II. Hybridation de la prose et de la poésie, du XVIIIe au XXIe siècle

Silvia Baron Supervielle ou « les distances créatrices »

Alain Mascarou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les anges nous manquent1.

On a pu dire des écrivains d’Argentine qu’ils constituaient une « intelligentsia du bout du monde2 », à la fois éprise de la culture européenne la plus contemporaine et capable de la précéder dans ses découvertes. Borges bien sûr, mais aussi Roberto Juarroz et sa « poésie verticale » ont créé des œuvres qui mettent en question les clivages culturels et formels et les dépassent. Ce regard décalé, joint au changement de langue, se retrouve dans l’imaginaire de la prose et de la poésie chez Silvia Baron Supervielle.

La poétique du « presque » selon Roberto Juarroz

Roberto Juarroz (1925-1995) dans Fragmentos Verticales, traduit en 1994 par Silvia Baron Supervielle3, imagine « une nouvelle gestation du fragment comme forme tangentielle de poésie et aperçu de l’architecture profonde et secrète de la création humaine4 », soit une forme poétique qui se retiendrait d’être œuvre tout en reflétant l’énigme de l’œuvre.

« Presque poésie, presque raison, presque fiction », d...

Auteur

Né en 1945, a consacré un essai (Les Cahiers de « L’Éphémère ». 1967-1972, L’Harmattan, 1998) et divers articles à la poésie française contemporaine ainsi qu’à des auteurs de l’aire francophone (Des Forêts, Philippe Denis, Christian Dotremont, Claude Esteban, Silvia Baron-Supervielle…). Il a signé des collaborations à Europe, Les Lettres françaises, Critique, Poezibao. Par ailleurs, il est devenu traducteur du turc par amitié pour Bilge Karasu (La Nuit, La Différence, 1993 ; Le Guide, L’Harmattan, 1998) dont il a présenté la correspondance en français (Lettres à Jean et Gino, Yapi Kredi Yayinlari, 2013) et pour Mehmet Yashin (Constantinople n’attend plus personne, Bleu autour, 2008 ; La Rencontre de Sapho et de Rumi, Spectres familiers, 2014).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search