Version classiqueVersion mobile

La poésie, entre vers et prose

 | 
Christine Dupouy

II. Hybridation de la prose et de la poésie, du XVIIIe au XXIe siècle

À quoi tient la poésie dans les contes cruels d’André Pieyre de Mandiargues ?

Marie-Paule Berranger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des contes feront mieux que la tentative d’une plus sérieuse étude entrevoir le caractère luxueux, intime, absurde et nostalgique de ce pays d’ombres et de reflets, que des peintres ont illustré quelquefois et qui appartient aux poètes1.

Dans les contes d’André Pieyre de Mandiargues, la poésie apparaît comme ce lieu de dépaysement de la langue qui fait perdre pied peu à peu dans le dispositif réaliste mis en place au début du récit, et qui conditionne secrètement le lecteur à accepter l’inacceptable, et à désirer ce que le conformisme et le sens de la conservation lui ont appris à croire indésirable. Les récits brefs de Mandiargues et ses poèmes en prose naissent des mêmes types de matrices ; les jeux de sonorités et du lexique, les métaphores, la polysémie, sont les mêmes dans les deux cas, mais tout se passe comme si certains plus porteurs que d’autres engendraient une chaîne plus longue d’associations qui retombent en pluie très au-delà de la scène originelle, ouvrant sur une séri...

Auteur

Professeur de littérature française du xxe siècle à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et appartient à l’équipe de recherche Thalim (écritures de la modernité). Ses travaux portent sur l’histoire du mouvement surréaliste et la poétique de ses auteurs, la question des genres dans la poétique des avant-gardes, la poésie de Blaise Cendrars. Elle a fondé le GEM (Groupe d’études mandiarguiennes) et publié divers ouvrages, dont Dépaysement de l’aphorisme (Corti, 1987), Les Genres mineurs dans la poésie moderne (Presses universitaires de France, 2004), Du monde entier au cœur du monde de Blaise Cendrars (Gallimard, coll. « Foliothèque », 2007), Corps et biens de Robert Desnos (Gallimard, coll. « Foliothèque », 2010) ainsi que les actes du colloque Plaisir à Mandiargues (1909-1991), en collaboration avec Claude Leroy (Herrmann, 2011). Derniers volumes publiés : 1913 : cent ans après. Enchantement et désenchantement, (actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 8-15 juillet 2013, Herrmann, 2014), Évolutions/Révolutions des valeurs critiques (1860-1940) (Presses universitaires de la Méditerranée, coll. « Le Centaure », 2015).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search