Version classiqueVersion mobile

La poésie, entre vers et prose

 | 
Christine Dupouy

I. Le prosimètre, de l’Antiquité au XVIIe siècle

À propos de la prose poétique de Bashô

Daniel Struve

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Poésie et prose à l’époque antique

La poésie occupe une place centrale dans la littérature japonaise depuis ses origines, qui remontent aux viie et viiie siècles, au moment où se répand au Japon l’écriture chinoise. C’est en effet au tournant des viie et viiie siècles que fleurit la poésie en japonais (par opposition à la poésie en chinois, également pratiquée au Japon), notée au moyen de caractères chinois adaptés à l’écriture de la langue japonaise1. Elle est déjà caractérisée par un haut degré d’élaboration, mais conserve des traits archaïques, hérités de l’époque d’avant l’introduction de l’écriture. Cette double caractéristique, on peut dire que la poésie en japonais la conserve tout au long de l’histoire jusqu’à l’âge moderne, c’est-à-dire durant une période qui s’étend du viie au milieu du xixe siècle, quand le Japon s’ouvre aux influences occidentales, et même au-delà2.

Avec son passage à l’écrit, la forme poétique subit une normalisation. Les rythmes des anciennes composition...

Auteur

Maître de conférences à l’université Denis Diderot – Paris 7 (UFR LCAO) et membre du Centre de recherche sur les civilisations chinoise, japonaise et tibétaine (UMR 8155). Domaine de recherche : littérature classique du Japon, littérature de l’époque d’Edo. Publications : Ihara Saikaku. Un romancier japonais du xviie siècle (Presses universitaires de France, 1999) ; Littérature japonaise (collectif, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2008). Traductions : Le coupeur de roseau de Tanizaki Junichirô dans Œuvres (Gallimard, coll. « La Pléiade », 1997), Le Vent se lève de Hori Tatsuo (L’Arpenteur, 1993) et des recueils d’Ihara Saikaku aux éditions Philippe Picquier.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search