Version classiqueVersion mobile

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

2 – Lieux et espaces tiers : figures de traductrices et traducteurs

Les travaux de traduction de Malwida von Meysenbug (1816-1903)

À l’époque de son exil à Londres (1852-1862)

Malwida von Meysenbugs Tätigkeit als Übersetzerin zur Zeit ihres Londoner Exils (1852-1862)

Jacques Le Rider

Résumé

Malwida von Meysenbug (1816-1903) vécut en exil à Londres à partir de 1852 : accueillie par ses amis Gottfried et Johanna Kinkel, elle fit la connaissance en Angleterre d’Alexandre Herzen, le fameux écrivain révolutionnaire russe et devint la préceptrice de ses filles. Ayant acquis les rudiments de la langue russe, elle traduisit du russe en allemand, avec l’aide de l’auteur qui parlait bien l’allemand, un essai politique et les mémoires d’Alexander Herzen pour Hoffmann & Campe, en 1854, 1855 et 1856. En 1857 elle traduisit du français en allemand les mémoires de la princesse Dachkov sur le règne de Catherine II. Puis elle entreprit la tâche périlleuse de traduire les mémoires d’enfance et de jeunesse de Tolstoï en anglais (le livre sera publié sous le titre Childhood and Youth), Herzen se chargeant de relever et de corriger ses fautes. En 1869, fut enfin publié à Genève, en français, grâce à l’Imprimerie russe de Herzen, le premier volume des Mémoires d’une idéaliste. Malwida avait commencé à écrire ses mémoires à l’époque de sa vie londonienne : elle s’était traduite elle-même de l’allemand en français. Cette publication en français passa presque complètement inaperçue et Malwida von Meysenbug dut attendre la publication des Memoiren einer Idealistin en trois volumes en 1876 pour connaître la célébrité : le premier volume reprenait l’original allemand le texte publié en 1869 en (auto) traduction française. Le destin de Malwida von Meysenbug montre comment la nécessité de survivre en exil pouvait conduire à accepter des travaux de traduction quelque peu « acrobatiques » et à publier des textes en langue étrangère, au risque de se couper du public allemand sans pour autant conquérir le public étranger.

Texte intégral

  • 1 Jacques Le Rider, Malwida von Meysenbug. Une Européenne du xixe siècle, Paris, Bartillat, 2005.

1Neuvième enfant du ministre de Hesse Carl Rivalier von Meysenbug, descendant de Huguenots établis à Kassel, Malwida von Meysenbug (1816-1903)1 s’était détachée de la culture politique conservatrice de son milieu familial au contact des cercles démocrates. En mars 1848, elle fut le témoin enthousiaste des débats du Parlement préliminaire de Francfort. En 1850, elle rejoignit l’Université des femmes de Hambourg, une des expériences les plus audacieuses du mouvement féministe. Contrainte à l’exil, elle s’enfuit à Londres en 1852 : accueillie par ses amis Gottfried et Johanna Kinkel, elle fit la connaissance en Angleterre d’Alexandre Herzen, le fameux écrivain révolutionnaire russe, devint la préceptrice de ses filles et, plus tard, la mère adoptive d’Olga Herzen. Elle rencontra tout le Gotha de l’exil politique européen à Londres, de Louis Blanc à Giuseppe Mazzini.

2C’est à Londres, en 1855, qu’elle croisa la route de Richard Wagner dont elle devint l’amie intime : désormais, Malwida von Meysenbug fut au premier rang de tous les événements de la chronique wagnérienne, de la première à scandale de Tannhäuser, à Paris, aux premiers Festivals de Bayreuth. Établie en Italie, à Florence puis à Rome, à partir de 1863, elle fut étroitement liée à Friedrich Nietzsche à partir de 1872. C’est elle qui organisa le fameux « cloître pour esprits libres » de Sorrente, réunissant Nietzsche, Paul Rée et Albert Brenner. C’est elle encore qui, à Rome, fut à l’origine de la rencontre de Lou von Salomé avec Rée et avec Nietzsche.

3En 1873, l’historien français Gabriel Monod avait épousé Olga Herzen dont Malwida von Meysenbug était depuis une décennie la mère adoptive. À partir de cette date, Malwida entretint des contacts réguliers avec le milieu parisien des Monod. Fin 1889, elle accueillit à Rome le jeune Romain Rolland. Ce dernier a rendu dans ses mémoires un hommage vibrant à sa vieille amie romaine dont l’admiration, la confiance et les encouragements ont été déterminants durant ces années où il hésitait encore entre la carrière universitaire et sa vocation littéraire. L’abondante correspondance de Romain Rolland et de Malwida von Meysenbug, poursuivie jusqu’au printemps 1903, est une source passionnante de l’histoire littéraire de la fin du siècle. À partir de l’automne 1897, entraînée par Gabriel Monod, Malwida s’engagea résolument dans le camp des défenseurs d’Alfred Dreyfus.

4Auteur d’une des plus belles autobiographies du xixe siècle, romancière et essayiste, Malwida von Meysenbug fut une grande figure de l’histoire des femmes et une authentique Européenne. Nourrie de culture allemande, établie à Londres pendant une décennie dans le milieu cosmopolite des exilés politiques, puis installée à Florence et à Rome durant les trente dernières années de sa vie de sa vie, passant chaque année plusieurs mois à Paris et à Versailles, chez les Monod à partir de 1875, Malwida von Meysenbug fut l’incarnation d’une identité culturelle véritablement supranationale dans un temps déchiré par les nationalismes.

5C’est un aspect moins connu de Malwida von Meysenbug que je voudrais vous présenter aujourd’hui : son œuvre de traductrice et d’agent des transferts culturels. Je commencerai par quelques indications sur ses connaissances linguistiques.

  • 2 Le prénom inscrit dans les registres de naissance est : Malwida Amalie Wilhelmine Tamina (nous sou (...)

6Voici comment Malwida von Meysenbug retraçait elle-même sa généalogie et l’histoire de son nom2, dans une lettre écrite en français à Gabriel Monod, datée de Pompéi, le 24 octobre 1899 (Gabriel Monod préparait son texte de préface à la traduction française des Mémoires d’une idéaliste) :

Le nom de famille de mon père était Rivalier ; il était descendant d’une famille huguenote qui, après la révocation de l’Édit de Nantes, s’était réfugiée en Allemagne à Cassel (Hessen) [sic] où s’était formée toute une communauté française qui avait sa propre église, où on prêchait en français, et mon père avait encore reçu son éducation première dans l’école française, parlait et écrivait la langue parfaitement.

7Malwida maîtrisait cependant encore assez peu la langue française au début des années 1830, comme le révèle cet épisode de ses mémoires qui se déroule quelque temps après que les troubles de 1830 et 1831 ont entraîné l’abdication du prince régnant de Hesse-Kassel et le départ en exil de son ministre Rivalier von Meysenbug :

  • 3 M1 et M2 = Malwida von Meysenbug, Mémoires d’une idéaliste, trad. Adèle Fanta, Paris, Librairie Fi (...)

[À Francfort-sur-le-Main] où nous séjournâmes pendant un hiver, mes parents, qui avaient là de nombreuses relations, ne pouvaient se soustraire aux visites et aux invitations. Il fallait même en accepter pour ma sœur et pour moi. Nous fûmes invitées à un bal d’enfants dans une maison fort riche, où régnaient l’élégance, le luxe et la mode. […] La conversation se fit presque entièrement en français, car toute cette jeunesse, quoique allemande, parlait couramment le français. Je ne pus répondre que par monosyllabes et je me retranchai dans un morne silence, n’osant pas avouer que je ne savais pas encore parler suffisamment le français. (M1, 31-32)3

8L’ancienne petite reine de la maison familiale du ministre Rivalier von Meysenbug à Kassel subissait de cruelles blessures narcissiques : un père abaissé et condamné à l’errance, une mère assombrie par ces revers de fortune, la découverte de différences de statut social et culturel insoupçonnées dans sa ville natale.

  • 4 Marie Cottin (1770-1807), auteur des romans populaires Claire d’Albe (1799), Malvina (1801), Améli (...)
  • 5 Traduction française du roman populaire The Children of the Abbey, a tale by Regina Maria Roche (1 (...)
  • 6 Isabelle de Montolieu (1751-1832), Caroline de Lichtfield ou Mémoires d’une famille prussienne, 2e(...)

La gouvernante arriva, mais son extérieur ne répondait pas à l’idée que je m’étais formée. Non seulement elle était d’une laideur extrême, mais sa politesse, toute de convention, ne venait nullement du cœur. […] Peu de temps suffit pour me convaincre qu’elle n’était pas capable de satisfaire le besoin de savoir qui me tourmentait. Elle ne savait rien en dehors d’un certain cercle de notions sur chaque matière. Une question qui s’en écartait la trouvait sans réponse. Je sentais une révolte secrète contre cet enseignement mesquin, je m’adonnais plus que jamais à ma passion pour les livres. Nous lisions ce qu’une gouvernante suisse prescrivait invariablement : les ouvrages de Mme Cottin,4 Les Enfants de l’abbaye,5 Caroline de Lichtfield,6 etc.

9Malwida von Meysenbug avait reçu l’éducation conventionnelle des höhere Töchter, sans jamais avoir fréquenté un établissement scolaire, bénéficiant de cours particuliers donnés par des précepteurs. Lorsqu’elle participera au projet avant-gardiste de Hochschule für das weibliche Geschlecht (École supérieure des femmes) à Hambourg de 1850 à 1852, elle voudra corriger les travers du programme éducatif qu’elle avait connu dans sa jeunesse et son adolescence : moins d’importance donnée aux enseignements artistiques et ornementaux, plus d’attention portée aux perspectives professionnelles, y compris pour les jeunes filles, moins de langues anciennes et plus de langues vivantes, moins de littérature et plus de matières scientifiques. À l’École supérieure des femmes de Hambourg, écrit-elle dans ses mémoires,

[la] religion était complètement exclue de l’enseignement ; c’était l’affaire des parents. L’école ne devait donner que les connaissances élémentaires, puis secondaires, et développer le sens moral en enseignant les devoirs de l’homme et du citoyen. Outre les connaissances élémentaires, on insistait sur les mathématiques, les sciences naturelles, l’histoire et les langues modernes ; les langues mortes n’étaient pas obligatoires. (M1 240)

10Dans cet établissement pilote de Hambourg, les enseignements combinaient ce qui, dans le système éducatif de l’époque, était le plus souvent séparé : l’enseignement humaniste et les enseignements « modernes » – philosophie, mais aussi sciences naturelles ; langues vivantes, mais pas de latin ni de grec obligatoires ; histoire et géographie, mais aussi arts, psychologie et anthropologie.

11Ce séjour à Hambourg aura permis à Malwida d’élargir et de compléter sa formation. Sans doute lui avait-il permis de perfectionner sa connaissance des langues étrangères qui devait se révéler bientôt très précieuse, même si le premier contact avec la langue anglaise parlée fut un choc très rude pour l’exilée arrivant à Londres. Mais ce choc fut à l’opposé de celui qu’elle avait subi à Francfort en entendant parler français dans un cercle de jeunes filles huppées et snobs.

J’étais attirée, captivée et en même temps oppressée, car j’arrivais seule, personne ne m’attendait ; je ne savais point où diriger mes pas et, bien que je connusse parfaitement la langue du pays, je ne comprenais rien à ces sons gutturaux que j’entendais pour la première fois tomber des lèvres du peuple. (M1, 305)

12Un autre choc, beaucoup plus rude encore, se préparait pour Malwida : elle ne tarda pas à prendre conscience de la nécessité de gagner sa vie.

La nécessité d’un gagne-pain s’imposait à moi tous les jours davantage. La modique somme que j’avais emportée, et dont j’étais d’ailleurs redevable à un ami de Hambourg, sans l’aide duquel je n’aurais pu aller en Angleterre, fondait à vue d’œil, malgré la simplicité de mon train de vie. Je n’avais encore rien touché de mes modestes revenus, au reste très insuffisants pour la vie londonienne. (M1, 323)

13Pour une femme de trente-six ans, polyglotte, douée pour le dessin et pour l’écriture, ayant acquis une solide culture littéraire et élargi son horizon intellectuel à quelques matières scientifiques durant les deux années passées à l’Université pour les femmes de Hambourg, une vocation s’impose, d’autant plus qu’elle a depuis longtemps été intéressée par les questions de pédagogie.

  • 7 La traduction française publiée rendait l’allemand Erzieherin par « institutrice ». La traduction (...)

Je commençai donc à chercher du travail de tous les côtés et à m’occuper de trouver au besoin une place d’éducatrice.7 Je dois dire que l’idée d’être institutrice dans une famille anglaise m’effrayait. (M1, 324)

14Ses amis Kinkel ne lui ont trouvé que des leçons particulières d’allemand, encore peu nombreuses (deux heures par semaine), et maigrement rémunérées (deux shillings et demi l’heure). La conjoncture n’est pas trop mauvaise pour un professeur de langue allemande :

  • 8 Cf. Johannes Paulmann, « “Germanismus” am englischen Hof, oder : Warum war Prinz Albert unpopulär  (...)

La langue allemande fait partie de toute éducation « fashionable » depuis qu’un prince allemand est devenu l’époux de la reine, et que la langue allemande est parlée à la cour comme l’anglais.8 Mais la plupart des gens ne tiennent à parler l’allemand que pour suffire aux exigences de la mode ; il y en a peu pour qui la langue soit un moyen de comprendre le génie allemand et sa littérature. (M1, 325)

15La grande chance de Malwida von Meysenbug, après avoir connu de nombreuses maisons bourgeoises plus ou moins accueillantes et des élèves plus ou moins supportables, fut de devenir l’éducatrice des deux filles d’Alexandre Herzen, l’exilé russe avec qui elle parlait surtout français et qui vivait à Londres très confortablement, ayant sauvé sa fortune grâce à la banque Rothschild.

Après les leçons, Herzen m’invitait souvent à monter dans sa chambre, et il essayait de m’initier à la littérature russe en me lisant des passages de Pouchkine, de Lermontov, de Gogol, en me dépeignant les mœurs et le caractère russes d’une manière très vivante. (M1 412)

  • 9 Il est vrai que Herzen élevait ses enfants en « bons Européens » (selon la formule de Nietzsche…). (...)

16Un des problèmes principaux de Malwida von Meysenbug, dans ses relations avec Alexandre Herzen et surtout dans sa tâche d’éducatrice des filles Herzen, était son ignorance de la langue russe. Elle-même parlait parfaitement le français et, surtout depuis son installation à Londres, l’anglais. On peut douter qu’elle ait jamais pu atteindre un niveau comparable en russe. Or les filles Herzen, particulièrement la petite Olga, ne parlaient pas bien le russe et Malwida leur parlait tantôt en français, tantôt en allemand, tantôt en anglais. C’était un souci de plus pour leur père : Alexandre Herzen a toujours regretté qu’Olga n’ait pas eu l’occasion d’apprendre à parler, à lire et à écrire parfaitement la langue maternelle de son père.9 Le problème de l’éducation polyglotte a durablement préoccupé Malwida von Meysenbug. Nous verrons plus loin qu’elle ferait de ce sujet un de ses thèmes de conversation et de correspondance avec Nietzsche.

Je commençai à apprendre le russe, non seulement pour mon plaisir, mais parce que je comptais en tirer parti pour les enfants, pour qui la langue maternelle était la seule tradition possible. J’ai senti souvent combien l’éducation de ces enfants des exilés est plus difficile que celle des enfants qui ont une patrie, qui grandissent sur le sol natal, au milieu des traditions de leur famille, entourés de vieux domestiques, de parents et d’amis. Rien de cela n’existait pour les enfants des exilés, notamment pour les enfants de Herzen, pour lesquels leur père seul représentait l’élément national. De plus, deux des bases fondamentales de l’éducation, la langue et la religion, leur manquaient complètement. La langue maternelle, où les idées naissent avec les mots, où le sentiment et la pensée passent presque immédiatement dans l’expression, avec cette couleur originale qui constitue l’élément national dans le caractère d’un peuple, leur manquait. Ils parlaient trois, quatre langues avec la facilité avec laquelle les enfants apprennent en général les langues étrangères, très supérieurs sur ce point aux adultes. En revanche ils ne possédaient pas cette étroite union du mot et de l’idée dont le poète, par exemple, ne saurait se passer, et qui est nécessaire à tout écrivain. Il est presque impossible d’écrire une œuvre poétique dans une langue étrangère. (M2 44-45)

  • 10 Manuscrit conservé au Nordrhein-Westfälisches Staatsarchiv Detmold, fonds D 72 von Meysenbug, no 1 (...)

17Pour Malwida, la séparation de la famille Herzen, en 1856, fut une épreuve terrible. Elle songe à se donner la mort. Les Archives de Detmold conservent un testament daté de 1856 qui commence par ces mots : « J’avais espéré mourir dans le cercle d’enfants dont j’avais fait mes propres enfants par amour et fidélité. Le destin en a disposé autrement. »10 Dans ses mémoires, Malwida von Meysenbug passe pudiquement sur cette phase difficile de son existence. Elle se contente de résumer en quelques lignes ses tâtonnements et son effort de reconversion : dégoûtée des leçons particulières et du métier d’éducatrice, elle s’efforcera de gagner sa vie avec sa plume.

Au bout de quelques jours, je trouvai une petite chambre d’un prix modique dans le voisinage ; je m’y installai et je délibérai sur ce que j’allais faire. […] Le courage me manquait pour reprendre mes leçons, ce métier ingrat, désormais sans joie pour moi, et qui m’eût rappelé d’une manière trop douloureuse l’enseignement fécond donné à mes enfants. Je me résolus à tenter d’écrire. […] J’avais essayé déjà dans la maison de Herzen une traduction du russe, et mon essai avait réussi. Je voulus donc continuer mes traductions, espérant par là me frayer une voie. (M2 106)

18Malwida von Meysenbug fait sans doute allusion ici à sa traduction du russe en allemand, de l’œuvre d’Alexander Herzen, Rußlands sociale Zustände, publiée à Hambourg, chez Hoffmann & Campe, en 1854, sans que soit mentionné le nom de la traductrice. En 1855, Malwida von Meysenbug a commencé à traduire du russe en allemand les mémoires d’Alexander Herzen : Aus den Memoiren eines Russen, Hambourg, Hoffmann & Campe : Im Staatsgefängnis und in Sibirien, 1855. La suite est publiée en 1856 : Neue Folge : Petersburg und Nowgorod ; et Dritte Folge : Jugenderinnerungen.

  • 11 Cf. lettre de Herzen à Malwida von Meysenbug, de Putney, fin avril 1858, in Die Korrespondenzen de (...)

19En 1857, elle traduit du français en allemand (en tenant compte de la traduction anglaise par W. Bradford, Memoirs of the Princess Daschkow, Lady of Honour to Catherine II, Empress of all the Russias) les Memoiren der Fürstin Daschkoff. Zur Geschichte der Kaiserin Katharina II. Nebst einer Einleitung von Alexander Herzen, Hambourg, Hoffmann & Campe, 2 vol. (408 et 392 p.). Pour les travaux de traduction à partir de l’original russe, Herzen aide pas à pas Malwida von Meysenbug. Ainsi, alors qu’elle a entrepris la tâche périlleuse de traduire Tolstoï en anglais (le livre sera publié sous le titre Childhood and Youth), Herzen relève et corrige ses « fautes graves. »11

  • 12 Cité in Vera Leuschner, Malwida von Meysenbug. « Die Malerei war immer meine liebste Kunst… », Bie (...)

20En août 1856, Malwida von Meysenbug s’adresse à l’historien Ferdinand Gregorovius (par l’intermédiaire de Friedrich Althaus, historien de l’art, qui est lié d’amitié avec Gregorovius) pour lui demander s’il estime qu’elle pourrait s’installer à Rome pour y créer une école allemande. C’est la première fois qu’apparaît le projet d’une installation en Italie. Toutefois, la réponse de Gregorovius n’est guère encourageante (« vous voulez échanger le pays des réfugiés contre le pays des pèlerins, lui écrit-il, le 24 août 1856 »12), mais Rome, la ville la plus chère d’Italie (même si la vie romaine reste beaucoup moins chère que la vie londonienne) n’offre pas de bonnes possibilités pour les étrangers. Une école allemande aurait du mal à rassembler suffisamment d’inscriptions car généralement, les artistes allemands ne séjournent pas à Rome avec femme et enfants. Quant aux Romains, poursuit Gregorovius, les langues étrangères sont le cadet de leurs soucis.

21De même, les chances de s’imposer à Rome en diffusant des traductions de la littérature russe apparaissent très réduites à Gregorovius.

De son côté, Herzen juge impossible le retour de Malwida dans son cercle familial :
Non ! la vie en commun ne pourrait que rouvrir des blessures à peine fermées. Mais unissons-nous pour faire des traductions russes, ici ou ailleurs ; partout vous trouverez en moi un frère. (M2 110)

  • 13 Cf. « Ein russischer Patriot (A. Herzen) », sans nom d’auteur, in Die Gartenlaube, 9e année, 1861, (...)

22Dès cette époque, à travers les articles qu’elle consacre à Alexandre Herzen dans la revue allemande fondée à Londres par Gottfried Kinkel, Hermann, Malwida von Meysenbug joue de rôle de médiatrice entre l’opinion allemande et Alexandre Herzen, militant politique et écrivain. C’est un des aspects les plus remarquables de l’œuvre autobiographique et des essais de Malwida von Meysenbug : ils seront à partir du dernier quart du xixe siècle, pour le public allemand, la source principale d’information sur Alexandre Herzen. Sa présentation de Herzen comme un « idéaliste », lui aussi, comme un réformiste situé à cent lieues du nihilisme et des courants révolutionnaires radicaux, entretiendra une image rassurante de l’héritage de Herzen dans l’Allemagne bismarckienne et wilhelminienne. En 1861, grâce à Malwida von Meysenbug, Alexander Herzen avait été présenté dans la revue Die Gartenlaube (La Tonnelle), le magazine familial par excellence.13

23Après ces années londoniennes, les activités de Malwida von Meysenbug traductrice ne connaîtront pas de véritable continuation.

24Quelques travaux méritent cependant d’être mentionnés ici.

  • 14 Lettre à Kinkel du 1er octobre 1856, in Malwida von Meysenbug, Briefe an Johanna und Gottfried Kin (...)
  • 15 Lettre à Augusta von Stein-Rebecchini du 17 août 1866, in Briefe von und an Malwida von Meysenbug,(...)
  • 16 Lettre à Kinkel du 25 mai 1867, in Briefe an Johanna und Gottfried Kinkel, 1982, p. 254.

25En 1869 fut enfin publié à Genève, en français, le premier volume des Mémoires d’une idéaliste. Malwida avait commencé à écrire ses mémoires à l’époque de sa vie londonienne : elle évoque ce manuscrit en octobre 1856 dans une lettre à Gottfried Kinkel14 (son autre projet personnel était le roman resté inédit dont le manuscrit est intitulé Florence). Il n’avait plus été question du manuscrit des mémoires dans la correspondance de Malwida entre 1861 et 1866 : son travail avait repris en juin 1866.15 En mai 1867, elle avait écrit à Kinkel qu’elle espère achever son manuscrit dans l’été.16

  • 17 Alexandre Herzen, Le Monde russe et la révolution. Mémoires, trad. H. Delaveau, trois vol., Paris, (...)

26Malwida von Meysenbug entreprit de se traduire elle-même de l’allemand en français et le premier volume de ses mémoires fut publié en français, à Genève, en 1869. Malwida avait demandé à Alexandre Herzen de l’aider à trouver un éditeur et celui-ci lui avait offert de confier la fabrication du volume à son « Imprimerie russe » qu’il venait de transférer de Londres à Genève. Pour la diffusion et la distribution, Herzen avait d’abord songé aux éditeurs parisiens Edouard Dentu et Jean-Baptiste Lacroix qui avaient édité la traduction française de ses propres mémoires.17 Finalement, il s’adressa au libraire Heinrich Georg, qui avait repris une librairie à Bâle en 1854, puis une maison d’édition en 1855 et une filiale à Genève en 1857. C’est Georg qui diffusait et distribuait les publications de l’Imprimerie russe de Genève. Malwida von Meysenbug avait pris en charge à titre personnel les coûts de fabrication. Elle avait confié son manuscrit à Gabriel Monod, l’ami et bientôt le fiancé d’Olga Herzen, dans l’été 1868. Celui-ci avait corrigé les maladresses du texte rédigé en français par Malwida.

27À la fin de juin 1868, Gabriel Monod avait revu en Allemagne Olga Herzen et Malwida von Meysenbug qui venaient d’assister à la première des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Munich et qui se rendaient aux eaux à Bad Ems. C’est alors que Malwida avait donné à Gabriel Monod une copie de la première partie des Mémoires d’une idéaliste. Monod lui avait écrit le 3 juillet 1868 :

  • 18 Gaby Vinant, Malwida de Meysenbug (1816-1903) : sa vie, ses amis, Paris, Champion, 1932, p. 235-23 (...)

Je ne sais si je vous aime et vous admire plus qu’auparavant, mais je sais mieux pourquoi je vous admire et vous aime. Ce n’est pas que parfois je ne vous trouve un peu émancipatissime (comme dit Herzen), du moins pour la règle générale. Mais avec une nature comme la vôtre, rien n’étonne plus ni n’effraie, elle a une flamme sacrée qui purifie tout ce qui l’approche. Et puis, vous savez, j’ai encore toute sorte de préjugés réactionnaires sur les femmes. Je sens si vivement les défauts de l’éducation des hommes […] que je suis épouvanté à la pensée seule de voir les femmes s’en approcher. La femme qui serait comme le meilleur des hommes serait déjà descendue à mes yeux. […] Je suis content que vous aimiez Antigone, c’est ma pièce de prédilection. […] J’ai fait des corrections au crayon, pour que vous puissiez effacer celles qui ne vous plairaient pas. Je ne puis dire que, même corrigé, votre style ait l’air tout à fait français. Il y a un parfum d’étrangeté très caractérisé, surtout dans le récit pur. Lorsque vous êtes émue, le style devient excellent, juste, précis et original.18

28Malwida von Meysenbug et Frédéric Nietzsche firent connaissance en 1872, à Bayreuth, lors de la cérémonie de pose de la première pierre du théâtre des Festivals. En août 1872, Nietzsche lui écrit :

J’ignorais tout à fait que vous fussiez la traductrice des mémoires de Herzen ; je regrette de ne pas vous avoir dit, avant de le savoir, mon sentiment sur la valeur de cette traduction. J’ai été stupéfait du choix et de la force du style, et disposé comme je le suis à attribuer de prime abord à Herzen toute espèce de talent remarquable, j’avais supposé à part moi qu’il avait lui-même transcrit ses mémoires du russe en allemand.

29Dans sa lettre à Malwida von Meysenbug de fin février 1873, qui accompagnait le cadeau de mariage destiné à Olga Herzen et Gabriel Monod (la partition Une Monodie à deux), Nietzsche répondait aux questions que lui avait posées Malwida sur les avantages et les inconvénients de l’apprentissage précoce des langues étrangères et de l’éducation bilingue. On a deviné que Malwida songeait aux problèmes de Natalie et d’Olga Herzen, qui avaient été élevées depuis leur enfance dans une culture étrangère (en France, puis en Angleterre, puis en Italie) et qui, surtout dans le cas d’Olga, n’avaient pas acquis ce qu’on appelle une « langue maternelle », en l’occurrence le russe. Cette question préoccupait aussi Alexandre Herzen père, qui regrettait que l’influence de Malwida ait encore accentué l’oubli du russe chez Olga. Nietzsche répondait à Malwida en ces termes :

  • 19 Malwida von Meysenbug, « Frédéric Nietzsche. Souvenirs et correspondance », trad. L. Démont, La Gr (...)

J’ai souvent réfléchi à votre question philologico-pédagogique ; il ne me paraît guère possible de la résoudre d’une façon absolue. […] Je serais très porté à croire que pour un Allemand, ce serait un vrai bonheur d’être élevé d’abord à l’aide d’une langue strictement réglée, comme le français ou le latin, afin de développer fortement en lui le sens du style ; il s’appliquerait ensuite à l’étude de sa langue maternelle, quelque peu barbare. En revanche, il était inutile pour les Grecs, et il est superflu pour les Français d’apprendre une seconde langue, quelle qu’elle soit ; des peuples qui ont à un si haut degré le sentiment inné du style peuvent se contenter de savoir leur propre langue. Quant aux autres, il faut qu’ils apprennent et apprennent encore. […] Pourquoi Schopenhauer écrit-il si admirablement ? Parce que, dans sa jeunesse, il n’a presque parlé que français, anglais ou espagnol. Puis c’est Sénèque, comme il le dit lui-même, qu’il s’est mis avec acharnement à étudier et à imiter. […] En Allemagne, dans le pays de la production littéraire et du journalisme à outrance (12 000 volumes pour la seule année 1872), comment quelqu’un pourrait-il apprendre à parler et à écrire ?19

30Un des premiers témoignages d’admiration reçus par Malwida von Meysenbug après la publication de la première partie des Mémoires d’une idéaliste en français devait se révéler d’une importance décisive pour la publication des Memoiren einer Idealistin en trois volumes en 1876. Wilhelm Hemsen, un ami des écrivains Mörike et Auerbach, bibliothécaire du roi de Wurtemberg à Stuttgart depuis 1869, avait écrit à la fin de l’année 1870 à l’auteur (resté anonyme) pour lui faire part de l’intérêt que le roi Karl 1er avait porté à son œuvre. C’est Hemsen qui recommanda la publication de la version complète des mémoires en trois volumes et en allemand au fils de Berthold Auerbach, l’éditeur August Auerbach.

  • 20 [anonyme] Mémoires d’une idéaliste (Entre deux révolutions) 1830-1848, Genève et Bâle, H. Georg, 1 (...)

31L’admiration et l’amitié de Nietzsche pour Malwida toucheront à leur apogée au printemps 1876, au moment où Nietzsche, qui n’avait sans doute fait que parcourir le premier volume des Mémoires d’une idéaliste publié en 186920, que Malwida lui avait offert en 1872, découvrira l’édition allemande en trois volumes de ces Mémoires. La lettre enthousiaste de Nietzsche à Malwida, de Bâle, est datée du 14 avril, Vendredi saint, 1876 :

J’ai passé un dimanche au bord du Léman, seul, mais près, tout près de vous, depuis le matin jusqu’au lever brillant de la lune. J’ai achevé, avec un esprit reposé et calmé, la lecture de votre livre et je me redisais sans cesse que je n’avais jamais mieux consacré un dimanche ; j’étais pénétré du sentiment de pureté et d’amour ; ils ne m’ont pas quitté et la nature n’était ce jour-là que le miroir de ces sentiments. […] Je vous suis redevable de bien plus que d’un livre. J’étais malade, je doutais de mes forces et de ma destinée ; après Noël je croyais devoir tout abandonner et je ne redoutais rien tant qu’une vie qui, dépouillée de tout intérêt supérieur, n’est plus qu’un lourd fardeau. Maintenant je me sens mieux portant et plus libre et la tâche accomplie m’apparaît de nouveau, mais la pensée n’en est plus une souffrance.

  • 21 Dimitrios Bikelas, « Der Pappas Narkissos », trad. du grec par Malwida von Meysenbug, in Schweizer (...)
  • 22 M. B. Bikelas, « Warum ich Advokat geblieben bin », trad. du grec par Malwida von Meysenbug, in Wi (...)
  • 23 Lettre à Romain Rolland, du 30 avril 1896, GSA 116/213b, no 491.

32Une rencontre des années 1880 conduira Malwida von Meysenbug à des travaux de traduction inattendus, du grec moderne en allemand. En 1896, Malwida fait la connaissance de Dimitri Bikelas (1835-1896), dont elle a traduit en allemand deux récits : Le Pappas Narkissos, en 1888, sans doute en s’aidant de la traduction française publiée en 188721, puis, en 1894, Pourquoi je suis resté avocat.22 Elle lit avec beaucoup d’admiration les chansons populaires grecques de Bikelas dans une traduction allemande.23 Cet intérêt pour les œuvres de Bikelas, cette sympathie personnelle pour l’écrivain, témoignent du philhellénisme de Malwida von Meysenbug depuis l’époque de son roman Phädra, dont une bonne partie se déroule en Grèce. Ce regain d’intérêt pour la Grèce avait conduit Malwida à se replonger dans l’étude du grec ancien et à s’initier au grec moderne, sur le modèle de l’impératrice Sissi sur laquelle le diplomate autrichien et écrivain Alexander von Warsberg, qui avait accompagné l’impératrice Elisabeth d’Autriche dans ses voyages en Grèce et qui avait supervisé le chantier de construction de la villa Achilleion à Corfou, avait donné des informations de première main à Malwida von Meysenbug.

  • 24 Lettre à Romain Rolland du 23 avril 1897, GSA 116/213b, no 541.

Je me rappelle que dans ma première enfance, j’avais un véritable culte pour Botzaris, le héros de la guerre d’indépendance, qui voulait être Léonidas, écrit Malwida von Meysenbug à Romain Rolland. Et puis cette perfidie de la diplomatie européenne. Bikelas m’écrivait ces jours-ci : ils nous ont poussés à bout. […] Et je hais les Allemands. Edhem Pacha et beaucoup d’officiers dans l’armée turque sont officiers prussiens. Oh ! quand finira ce vieux monde européen ?24

  • 25 Les Fragments d’un journal intime d’Amiel, édités par E. Scherer, avaient été publiés en 1884.

33L’ultime travail de traduction de Malwida von Meysenbug fut consacré à un manuscrit du jeune Romain Rolland. C’est à Versailles, dans la maison appelée « Villa Amiel » par Gabriel Monod, dont la tradition familiale protestante avait des attaches genevoises, en hommage au Genevois Henri Frédéric Amiel25 (1821-1881), que Romain Rolland avait été présenté à Malwida, dans l’été 1889, quelques semaines avant son départ pour l’École française de Rome du Palais Farnèse.

  • 26 Cote GSA 116/75a.

34Romain Rolland doit à sa maternelle amie d’avoir eu le courage de prendre ses distances avec la carrière universitaire pour songer sérieusement à la carrière littéraire. Malwida encourageait Romain Rolland à se consacrer à ses projets littéraires, elle l’écoutait lire à haute voix ses manuscrits (ce qui lui évitait de fatiguer ses yeux très affaiblis), elle chantait les louanges d’Orsino, la pièce historique de style Renaissance à laquelle Rolland travaillait. En 1892, Malwida mit au propre une traduction en allemand d’Orsino, qu’elle espérait faire jouer dans un théâtre allemand. Ce manuscrit de 101 pages est conservé à Weimar sous la forme d’un cahier relié : Orsino, Trauerspiel in 4 Akten, avec une dédicace à Romain Rolland, de Versailles, août 1892.26

35Me voici arrivé au terme de mon parcours à travers la biographie de Malwida von Meysenbug. Nous avons vu que le travail de traduction n’avait pas été pour elle une vocation, au moment de l’exil, mais un expédient auquel l’amitié avec Herzen avait donné un sens particulier. Puis les activités de Malwida traductrice avaient pris des directions diverses : auto-traduction en français de la première partie de ses mémoires, en 1869, rétro-traduction et retour à l’original allemand en 1876 ; enfin, différents travaux de traduction inspirés par l’enthousiasme et par l’amitié. Nous avons vu aussi l’incongruité de certaines entreprises de Malwida von Meysenbug, qui n’hésita pas à traduire Tolstoï du russe, qu’elle connaissait mal, en anglais, qui n’était pas sa langue maternelle ; à traduire Herzen du russe en allemand ; enfin à traduire Bikelas du grec moderne dont elle venait d’apprendre les rudiments.

36Il serait donc vain de parler ici d’une technique ou d’une poétique de la traduction. En revanche, le rôle de l’activité de traduction dans la construction d’un réseau multilatéral de transferts culturels et d’une communauté intellectuelle véritablement européenne me semble avoir été illustré de manière originale et marquante par Malwida von Meysenbug.

Notes

1 Jacques Le Rider, Malwida von Meysenbug. Une Européenne du xixe siècle, Paris, Bartillat, 2005.

2 Le prénom inscrit dans les registres de naissance est : Malwida Amalie Wilhelmine Tamina (nous soulignons en gras les lettres qui composent le prénom principal, sauf le t devenu un d pour des raisons évidentes d’euphonie).

3 M1 et M2 = Malwida von Meysenbug, Mémoires d’une idéaliste, trad. Adèle Fanta, Paris, Librairie Fischbacher, 1900, vol. 1, vol. 2.

4 Marie Cottin (1770-1807), auteur des romans populaires Claire d’Albe (1799), Malvina (1801), Amélie de Mansfield (1803), Mathilde (1805), Élisabeth ou les Exilés de Sibérie (1806).

5 Traduction française du roman populaire The Children of the Abbey, a tale by Regina Maria Roche (1766-1845).

6 Isabelle de Montolieu (1751-1832), Caroline de Lichtfield ou Mémoires d’une famille prussienne, 2e éd., 1786.

7 La traduction française publiée rendait l’allemand Erzieherin par « institutrice ». La traduction par « éducatrice » est sans doute plus claire. Malwida von Meysenbug précise (phrase non traduite dans la traduction publiée) qu’elle cherchait un emploi d’éducatrice parce qu’elle s’était rendu compte que bien trop d’Allemandes de Londres étaient déjà à la recherche de leçons particulières payées à l’heure.

8 Cf. Johannes Paulmann, « “Germanismus” am englischen Hof, oder : Warum war Prinz Albert unpopulär ? », in Peter Alter, Rudolf Muhs (dir.), Exilanten und andere Deutsche in Fontanes London, Stuttgart, Heinz, 1996, p. 387-415.

9 Il est vrai que Herzen élevait ses enfants en « bons Européens » (selon la formule de Nietzsche…). On peut citer à cet égard le passage des Mémoires d’une idéaliste qui relate que « Le soir, quand les petites étaient couchées, [Herzen] nous faisait la lecture, à son fils et à moi. D’abord, il voulut faire connaître Schiller à son fils ; il lui lisait Wallenstein qu’il aimait par-dessus tout et qu’il considérait comme le chef-d’œuvre de Schiller. » (M2 49)

10 Manuscrit conservé au Nordrhein-Westfälisches Staatsarchiv Detmold, fonds D 72 von Meysenbug, no 17.1, 1856.

11 Cf. lettre de Herzen à Malwida von Meysenbug, de Putney, fin avril 1858, in Die Korrespondenzen der Malwida von Meysenbug, Briefregesten, vol. 1, Veröffentlichungen der Staatsarchive des Landes Nordrhein-Westfalen, Detmold, 2000, lettre no 285, p. 197.

12 Cité in Vera Leuschner, Malwida von Meysenbug. « Die Malerei war immer meine liebste Kunst… », Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 2002, Sonderveröffentlichungen des Naturwissenschaftlichen und Historischen Vereins für das Land Lippe, vol. 61, p. 215.

13 Cf. « Ein russischer Patriot (A. Herzen) », sans nom d’auteur, in Die Gartenlaube, 9e année, 1861, p. 758-762. Pour une analyse très précise et documentée de l’image d’Alexandre Herzen en Allemagne et de la réception de ses œuvres, ainsi que du rôle déterminant de Malwida von Meysenbug dans la construction de cette image, cf. Eberhard Reissner, Alexander Herzen in Deutschland, Berlin, Akademie Verlag, 1963 (Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Veröffentlichungen des Instituts für Slawistik, vol. 26), en particulier, p. 100-108. Dans ce volume sont reproduits les articles sur Herzen de deux amis de Malwida von Meysenbug : Carl Volckhausen (article publié en 1858) et Friedrich Althaus (article publié en 1872).

14 Lettre à Kinkel du 1er octobre 1856, in Malwida von Meysenbug, Briefe an Johanna und Gottfried Kinkel, 1849-1885, éd. par Stefania Rossi, Bonn, Ludwig Röhrscheid, 1982 (Veröffentlichungen des Stadtarchivs Bonn, vol. 28), p. 109.

15 Lettre à Augusta von Stein-Rebecchini du 17 août 1866, in Briefe von und an Malwida von Meysenbug, éd. par Berta Schleicher, Berlin, Schuster & Loeffler, 1920, p. 27-28.

16 Lettre à Kinkel du 25 mai 1867, in Briefe an Johanna und Gottfried Kinkel, 1982, p. 254.

17 Alexandre Herzen, Le Monde russe et la révolution. Mémoires, trad. H. Delaveau, trois vol., Paris, 1860-1862.

18 Gaby Vinant, Malwida de Meysenbug (1816-1903) : sa vie, ses amis, Paris, Champion, 1932, p. 235-236.

19 Malwida von Meysenbug, « Frédéric Nietzsche. Souvenirs et correspondance », trad. L. Démont, La Grande Revue, 5e année, 1901 (p. 517-557), p. 533. Friedrich Nietzsche, Briefwechsel, Kritische Gesamtausgabe, hg. Giorgio Colli und Mazzino Montinari, Berlin/New York, de Gruyter, Abt. 2, Bd. 4, 1978, p. 128 (lettre de Nietzsche à Malwida von Meysenbug, de Bâle, fin février 1873).

20 [anonyme] Mémoires d’une idéaliste (Entre deux révolutions) 1830-1848, Genève et Bâle, H. Georg, 1869 (en page 2 figure la mention : Genève, Imprimerie russe de Londres) [les vingt premiers chapitres, correspondant au vol. 1 des Memoiren publiés en 1876].

21 Dimitrios Bikelas, « Der Pappas Narkissos », trad. du grec par Malwida von Meysenbug, in Schweizerische Morgenzeitung, janvier 1888, en six parties. S’agit-il d’une traduction à partir du grec ? Ou à partir de la traduction française : Dimitrios Bikélas, Nouvelles grecques, trad. par le marquis de Queux de Saint-Hilaire, Paris, Firmin-Didot, 1887 (comprenant les nouvelles : La sœur laide ; Philippe Marthas ; L’enragé ; Le Pappas Narkissos ; Un souvenir ; Chez l’oculiste ; Le cap des deux frères) ?

22 M. B. Bikelas, « Warum ich Advokat geblieben bin », trad. du grec par Malwida von Meysenbug, in Wiener Literatur-Zeitung, 6e année, 1894, fasc. 12, p. 7-12 [cf. supra, 1888 : « Der Pappas Narkissos ». La nouvelle de Dimitrios Bikélas, « Pourquoi je suis resté avocat », fut publiée dans la deuxième édition du recueil des Nouvelles grecques, Paris, Firmin-Didot, 1897 (nouvelle édition illustrée). L’édition précise que cette nouvelle n’a pas été traduite par le marquis de Queux de Saint-Hilaire, mort avant la publication de cette deuxième édition. Bikélas avait-il communiqué à Malvida la traduction française de « Pourquoi je suis resté avocat » dès 1894 ?

23 Lettre à Romain Rolland, du 30 avril 1896, GSA 116/213b, no 491.

24 Lettre à Romain Rolland du 23 avril 1897, GSA 116/213b, no 541.

25 Les Fragments d’un journal intime d’Amiel, édités par E. Scherer, avaient été publiés en 1884.

26 Cote GSA 116/75a.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search