Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

2 – Lieux et espaces tiers : figures de traductrices et traducteurs

Les cousines Polier. Trois traductrices lausannoises autour de 1800

Die Kusinen Polier. Drei Übersetzerinnen aus Lausanne um 1800

Frédéric Weinmann

Résumé

Der literatursoziologisch angelegte Beitrag skizziert aufgrund von Archivfunden die Biographie dreier Cousinen aus Lausanne, darunter die berühmte Isabelle de Montolieu, die kurz vor 1800 mit der Übersetzung aus dem Deutschen ins Französische begannen. Gezeigt wird, daß es sich gegen das bisher verbreitete Klischee nicht um gut situierte Bürgerinnen handelt, die sich mit einer leichteren Literaturform die Zeit vertreiben wollten, sondern um Witwen bzw. eine Alleinstehende, die ums nackte Überleben kämpften. Hierzu bot sich für sie die Übertragung der gerade in jener Zeit aufblühenden Romanproduktion und ähnlicher Veröffentlichungen wegen ihrer Familiengeschichte und der besonderen Lage der Stadt Lausanne an. Ob sie, wie Isabelle de Montolieu, die Geburtsstadt praktisch nie verließen oder, wie ihre Cousinen, im Ausland geboren und beerdigt wurden, so haben alle drei doch stets Kontakt zu Deutschland und Frankreich gehabt und verkörpern in besonderem Maße die Verbindung zwischen Grenzort und Übersetzung.

Cette contribution d’inspiration sociologique esquisse, à partir de documents d’archives, la biographie de trois cousines originaires de Lausanne, dont la célèbre Isabelle de Montolieu, s’étant lancées dans la traduction de l’allemand en français à la toute fin du xviiie siècle. Elle démontre que, contrairement à l’image d’Épinal répandue jusqu’à présent, il ne s’agit pas de bonnes bourgeoises désireuses de se passer le temps par la pratique d’une forme de littérature assez légère, mais de veuves ou d’une célibataire qui tentent de survivre. Pour cela, elles peuvent recourir à la traduction de la production romanesque alors en pleine expansion et de publications du même genre du fait de leur histoire familiale et de la situation particulière de Lausanne. Qu’elles n’aient, comme Isabelle de Montolieu, pratiquement jamais quitté leur lieu de naissance ou qu’elles soient, comme ses cousines, nées et enterrées à l’étranger, toutes trois ont vécu en contact permanent avec l’Allemagne et la France et incarnent à un point remarquable le lien entre localité frontalière et traduction.

Texte intégral

1Dans le dossier de la famille De Cérenville conservé aux Archives Cantonales Vaudoises, on trouve un article d’Henri Perrochon, sans lieu ni date, mais sans doute tiré d’un quotidien de Lausanne de la seconde moitié du xxe siècle, intitulé « Les cousines d’Isabelle », qui retrace en une page assez caustique l’activité de ces traductrices :

  • 1 Henri Perrochon, « Les cousines d’Isabelle », voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-27.

Elles étaient quatre, ces demoiselles Polier, écrivains. Jeanne dite Éléonore, fille d’un colonel de Hanovre et qui devint Mme Charles de Cérenville ; Marie-Elisabeth, chanoinesse de l’ordre réformé et prussien du St Sépulcre ; Isabelle, qui fut de Crousaz et finit de Montolieu ; Nanette, sœur d’Isabelle, une aimable infirme et une charmante vieille fille.
À elles quatre, elles ont écrit toute une bibliothèque. Eléonore, cinq ou six romans ; pas de minces plaquettes, de vrais romans en multiples volumes comme ceux de Mlle de Scudéry ou de M. Jules Romains. Elle s’inspirait d’auteurs allemands, d’Auguste de Lafontaine, de Naubert. Elle consacra aussi un ouvrage à Potemkine, le favori de Catherine II, d’après des notes que M. de Ségur, le grand-père de Sophie et des petites filles modèles, lui avait transmises en Pologne. La chanoinesse se contenta de huit romans, d’une comédie et de nombreux articles dans le Journal de Lausanne qu’elle dirigea quelques années. Elle publia la Mythologie des Indous de son cousin en l’adaptant malheureusement au goût du jour. Nanette a laissé cinq romans en douze volumes anonymes : c’était une modeste. Et vous savez qu’Isabelle battit les records, tous les records.1

  • 2 Eusèbe Henri Gaullieur, Études sur l’histoire littéraire de la Suisse française, particulièrement (...)
  • 3 Montet, Albert de, Dictionnaire biographique des Genevois et des Vaudois […], Lausanne, Bridel, 18 (...)
  • 4 Philippe Godet, Histoire littéraire de la Suisse française, Paris, Fischbacher, 1890, p. 320.
  • 5 Virgile Rossel, Histoire littéraire de la Suisse romande des origines à nos jours, Genève-Bâle-Lyo (...)

2Cette longue citation s’imposait dans la mesure où l’article de Perrochon, dont le titre rappelle celui de la présente contribution, est révélateur de l’image dont jouissent (ou plutôt pâtissent) les cousines en question. Elle résume l’essentiel des informations circulant à leur propos et donne une bonne idée du ton sur lequel on a coutume de traiter de leurs écrits – pour autant qu’on en parle encore. Ce sont les mêmes clichés, les mêmes erreurs, voire les mêmes expressions qui – à de rares exceptions près – circulent depuis les premières notices biographiques et études sur la littérature romane. Pour Eusèbe-Henri Gaullier par exemple, Madame de Montolieu ne savait pas l’allemand et se faisait aider par son fils2. Pour Albert de Montet, « le nom de Mme de Montolieu n’évoque plus aujourd’hui que la vague et désagréable idée d’un faux goût et d’un romanesque enfantin »3. Pour Philippe Godet, qui prétend la défendre, « il y a chez Mme de Montolieu un fond de […] comment dirais-je ? […] de candeur, qui est bien de nos rivages »4. Virgile Rossel, qui consacre quinze lignes aux autres cousines, condamne non moins la vie prétendument dissolue que l’œuvre immense de la baronne de Montolieu : « la postérité n’a pas eu le temps d’examiner le dossier ; elle a condamné sans lire ou sur le peu qu’elle a lu »5.

  • 6 William et Clara de Sévery, Madame de Corcelles et ses amis. Avec une introduction de F. Roger-Cor (...)

3On voit le mépris dans lequel sont tenues ces filles de bonne famille et surtout l’ironie de mise à leur égard. Implicitement, elles sont présentées comme de riches provinciales, oisives, coquettes, mondaines et souvent ridicules. Dans son amusante introduction à l’ouvrage du couple William de Sévery, Madame de Corcelles et ses amis, Frédéric Roger-Cornaz fait allusion aux querelles qui déchiraient régulièrement le petit monde de Lausanne dans la seconde moitié du xviiie siècle et se moque de ces bourgeoises qui passaient l’été « dans de petits châteaux sur des terres seigneuriales grandes comme des mouchoirs de poche, et dont on portait pompeusement les noms »6.

4Derrière le clinquant de leurs patronymes et de leurs titres, l’apparente aisance de leur existence et la futilité des jeux que relatent les billets des Corcelles ou des Sévery, il est pourtant aujourd’hui possible d’entrevoir une réalité beaucoup plus prosaïque et au fond plus intéressante qui permet de comprendre comment trois cousines de Lausanne ont pu devenir traductrices. On ne pourra jamais reconstituer, même après de longues recherches laborieuses, qu’une part minime de leur vie. Mais on peut déduire beaucoup de quelques dates et de quelques indices.

  • 7 Voir Société Vaudoise de Généalogie, Recueil des généalogies vaudoises, Lausanne, Bridel & Cie, 19 (...)

5Depuis son origine, la famille Polier est internationale. La branche suisse remonte à un certain Jean, noble originaire de Rouergue, ambassadeur du roi de France, qui porte le numéro 12 dans l’arbre du Recueil des généalogies vaudoises7 :

  • 8 Voir Eugène et Émile Haag, La France protestante, ou Vie des protestants français qui se sont fait (...)

Suivant une autre version, rapportent Eugène et Emile Haag dans La France protestante – un ouvrage indispensable même si nombre d’informations y sont erronées –, Polier, conseiller secrétaire du roi, aurait été envoyé en Suisse, en 1553, avec le titre de secrétaire d’ambassade et d’interprète de S.M. auprès des Ligues suisses et grisonnes. Cette dernière version nous semble plus probable, parce qu’elle nous explique pourquoi, après son mariage (qui coïncida très vraisemblablement avec sa conversion), Polier quitta Genève pour aller offrir ses services à l’électeur palatin, qui le nomma, en 1557, conseiller d’état. Plus tard, il retourna en Suisse et rentra dans sa charge de secrétaire de l’ambassade française […]. Il mourut, en 1602, à Lausanne, où il avait acquis, le 9 avr. 1575, le droit de bourgeoisie.8

  • 9 Ibid., p. 277-279.

6Les trois cousines font partie de la septième génération et appartiennent à la branche de Bottens. Comme leurs propres ancêtres, leurs pères ne vivent pas dans un unique pays. Si l’on veut bien se fier encore à La France protestante9, Georges Polier, né en 1702, aurait servi en France, puis en Hanovre où le prince électeur l’aurait nommé colonel en second de ses gardes, et serait mort le 9 mai 1752 dans la place forte de Mölln (Mecklembourg), dont il était commandant. Son frère, Jean Antoine Noé, le père de Madame de Montolieu, aurait reçu le baptême le 14 décembre 1713, fait des études de théologie à Leyde en Hollande, rencontré Voltaire en Allemagne et serait devenu en 1754 premier pasteur de Lausanne, où il serait mort le 9 août 1783.

  • 10 Voir François Modoux, « Une très grande famille lausannoise s’éteint », Journal de Genève et Gazet (...)

7Les filles de George Polier ne faillirent pas à la tradition familiale. L’aînée, Éléonore (numéro 96 dans l’arbre généalogique), s’appelle en vérité Jeanne Louise Antoinette de Polier. Bien qu’elle ait donné naissance à une « très grande famille lausannoise »10 qui a constitué des archives pendant presque deux siècles et cherché avec passion à connaître le secret de ses origines, son existence reste entourée d’un certain flou. D’après le Recueil des généalogies vaudoises, elle serait née à Altona en août 1738 ; il faudra jusqu’à nouvel ordre se contenter de cette indication.

  • 11 Cette information figure dans une lettre de Hans-Günter von Nérée à Monsieur Louis Grivel en date (...)
  • 12 On notera pour information que leur frère (no 95) n’est pas l’aîné de la famille comme le laisse à (...)
  • 13 Nous n’avons pour l’instant aucune information sur le lieu de naissance de Louise Agnès Clémentine (...)

8Deux ans plus tard, sa petite sœur Isabelle (numéro 97) vit le jour non pas le 12 mai 1742 à Lausanne ou plus précisément à Poliez-le-Grand comme l’affirment les Haag et à leur suite le Recueil de généalogies vaudoises, mais le 8 mai 1740 à Celle où elle fut baptisée le 12 sous le nom de Elizabeth Marianne11. Les deux sœurs auront passé sinon toute, du moins une bonne partie de leur enfance en Allemagne puisque leur père décède dans le Mecklembourg en 1752 – elles avaient respectivement quatorze et douze ans. Sans doute rentrent-elles alors à Lausanne avec leur mère (née Jeanne Françoise Gignillat), leur frère cadet Gédéon12 et la benjamine née un ou deux ans avant la mort du pater familias13. À cette époque, leur cousine Jeanne Isabelle Pauline de Polier de Bottens, née le 7 mai 1751 à Lausanne, est encore un nourrisson. Nous ne disposons d’aucune information sur les dix ans qui suivent. Les choses ne se précisent qu’au début des années 1760.

9Âgée d’une vingtaine d’années, Éléonore fait la connaissance d’un Lorrain de passage répondant au nom de Raymond, qu’on présente en général sous le nom de Charles Alexandre Raymond de Cérenville, né à Nancy le 28 octobre 1728. Dans une lettre à leur fille, un des amis du père a laissé un portrait extrêmement flatteur de celui-ci et un récit émouvant du coup de foudre qu’il éprouva pour la jeune Éléonore :

  • 14 Voir « Opinion de M. le Châtelain Bourgeois des Clées demeurant à Valleyres et Yverdon exprimée da (...)

M. de Cérenville était fils d’un Monsieur de Custine. Sa mère était bretonne d’origine et possédait la petite terre de Cérenville. Elle devait être une demoiselle d’Estourmel. […] Soit que la conduite de sa mère eût inspiré à son père pour lui moins d’attachement que pour son frère cadet qui a figuré dans les orages de la révolution, soit qu’il eût eu le malheur de tuer son adversaire en duel à Nancy, il fut forcé de s’expatrier. Il passa en Hollande et se rendit chez le comte de Brantzenbourg, député aux Etats généraux où il changea son nom de famille en celui de Raymond, son nom de baptême. Pendant son séjour en Hollande, sa mère mourut. Il fut placé comme gouverneur auprès d’un jeune Hollandais, le baron Gross. C’est avec lui qu’il arriva à Lausanne sous le nom de Raymond. Il fit la connaissance de Mlle de Polier et prit une forte inclination pour cette demoiselle qui alors n’en avait aucune pour lui, ce qui le jeta dans un désespoir tel qu’il en eut une maladie qui le réduisit bientôt à toute extrémité. Comme on désespérait de sa vie, madame de Polier qui était piétiste, engagea sa fille à aller, conduite par elle, auprès du malade presque mourant et lui témoigner la part qu’elle prenait à son état. Cette visite eut lieu. Dès cet instant le malade fut mieux et il se rétablit. Mlle de Polier fut si frappée de cette preuve d’une passion violente qu’elle prit la résolution de l’épouser, ce à quoi madame de Polier avait dès longtemps cherché à disposer sa fille, mais il s’agissait de disposer la famille de Polier à ce mariage. M. de Cérenville fut obligé de se dévoiler à son chef et ne voulant pas prendre le nom de Custine il prit celui de Cérenville, qui était le nom d’une terre de sa mère. C’est ainsi qu’il a vécu jusqu’à sa mort.14

10Ce personnage mystérieux, dont les papiers auraient brûlé dans un incendie le 2 novembre 1785 et qu’une légende qu’il n’a jamais démentie a voulu faire passer pour l’aîné du général de Custine, a donné bien du fil à retordre à ses descendants qui, jusqu’au milieu du xxe siècle, ont cherché à connaître son identité réelle pour asseoir leur légitimité. La consultation des archives familiales révèle à quel point les doutes pesant depuis toujours sur l’identité exacte et surtout sur les quartiers de noblesse du fondateur de la famille ont préoccupé ses héritiers. Aujourd’hui, il semble raisonnable d’adopter les conclusions de Jean Guillelmon, mari de Claire de Cérenville, qui rédigea en avril 1974 un mémoire où il conclut que le Lorrain n’était probablement ni un Custine ni même un Cérenville :

  • 15 Jean Guillelman « Quelle était la véritable identité de Charles Alexandre Raymond de Cérenville ?  (...)

Le Raymond en question a servi dans le régiment de Brionne, régiment qui a été donné à Louis Charles de Lorraine, Comte de Brionne, de juin 1743 au 1er février 1749. C’est donc un régiment lorrain, comme l’était aussi Charles Alexandre. Cette identité de nom et cette concomitance de dates autorise à penser qu’il y a identité de personne.15

11Par ailleurs, leur parent Jean Henri Polier de Vernand, alors chef de la famille, précise dans son journal que les autorités de Berne n’ont pas autorisé le mariage d’une Vaudoise avec un étranger, vraisemblablement catholique de surcroît, et que le couple, comme d’autres à la même époque, a dû se marier à la dérobée, c’est-à-dire vraisemblablement en Allemagne. Dans l’ouvrage qu’il a tiré de ce journal, Pierre Morren rapporte les faits suivants :

  • 16 Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle. D’après Jean Henri Polier de Vernand, Genève, (...)

Éléonore […] s’était enfuie le 8 avril de cette même année [1762] avec la complicité de sa mère pour épouser à 8 lieues de Bâle un nommé Raymond, ce qui le met dans une belle fureur. Il écrit en effet le lendemain de cette escapade à son cousin Tavel qu’il veut faire casser ce mariage, la fille étant mineure, et faire enfermer cette demoiselle à vie.16

12La passion soudaine de la jeune femme et le soutien inconditionnel de la veuve ont sans doute pour une bonne part des raisons économiques. En effet, Madame de Polier croule sous les dettes (partiellement dues à son fils Gédéon, lui-même soldat à l’étranger, qui mène une vie de débauche, d’abord au Pays-Bas, puis en Allemagne) et doit vendre un chalet qu’elle possède à Marin. Une fois les créances remboursées, elle donne le restant (1 040 livres) à sa fille Isabelle qui part le 27 octobre 1762 pour Berlin où elle espère trouver un emploi à la cour grâce à une certaine Madame de Schalembourg :

  • 17 Ibid.

On avait songé, rapporte Morren, à la faire voyager dans une voiture particulière à trois chevaux, mais ce fut trouvé trop onéreux, on demandait en effet à Berne L. 8-10 par jour pour le voyage Berne-Berlin ; aussi a-t-elle pris la poste ordinaire accompagnée d’une jeune femme de chambre connaissant les deux langues car elle ignore l’allemand.17

  • 18 C’est là que serait venu au monde leur aîné, Jacques François Alexandre, entré « au service des In (...)

13Au même moment, Éléonore a pris le coche pour aller chercher son mari à Berne. Le couple arrive à Lausanne le 30 octobre 1762 avant de partir en Allemagne. Quelques jours plus tard, c’est sa troisième fille, la petite Clémentine âgée de onze ans, que la veuve Polier conduit à Bâle où Éléonore la prend en charge. Peut-être après un bref séjour à Rastadt18, les Cérenville passent plusieurs années à Hanau où leur deuxième fils, Clément, voit le jour. Grâce aux recherches du généalogiste Louis Jacob, nous disposons de l’acte de baptême rédigé en français, tiré du 2e registre de l’église wallonne de Hanau conservé aux archives du canton de Vaux :

  • 19 Voir « Hanau, 19. Juni 1951. Abschrift 2tes Taufbuch der Wallonischen Kirche in Hanau, Seite 163 » (...)

Mois de février 1764. Louis Clement Abel de Cerenville fils de M. Charles Alexandre Raymond de Cérenville et de Mad. Jeanne Louise Antoinette Eleonore Polier son épouse naquit le 22e et fut baptisé le 23e Ditte. par M. Moeder et eut pour parrain M. Abel Docin Professeur et Médecin à la cour et le Sr Jean Louis de la Harpe et pour Marraine Louise Agnes Clementine Polier.19

  • 20 Morren, Pierre, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 552.
  • 21 Lausanne fut sous domination bernoise de 1559 à 1803.

14Le couple rentre à Lausanne au bout de quatre ans. En novembre 1766, le doyen de la famille Jean Henri de Polier, qui refuse de voir Éléonore, rapporte que « le brave Raimond, dit Cérenville, las de chercher et d’attendre quelque gouvernance, veut devenir marchand de tabac »20. C’est un mois après que le Lorrain obtient, en date du 10 décembre 1766, sa « lettre de bourgeoisie » à Paudex, une commune des bords du lac aux portes de Lausanne, puis le 17 décembre sa « lettre de naturalisation » de la République de Berne21. Les Cérenville partent alors s’installer près d’Yverdon où ils resteront jusqu’à la mort de Charles en 1796. Cependant, leurs relations avec l’étranger subsistent. Dans des notes datant de 1900, leur descendant Henri de Cérenville, allié de Saussure, écrit :

  • 22 Voir « Copie d’un registre de famille, établi par Henri de Cérenville, allié de Saussure (1848-192 (...)

Dès 1766, Charles Alexandre Raymond de Cérenville a habité tantôt à Yverdon dans sa propriété de Clendy, tantôt à Etavé et a fait de fréquents voyages à l’étranger. Suivant brevet signé à Varsovie le 11 avril 1772 dont une copie notariée existe dans nos archives, il devint officier général au service de la Pologne, soit adjudant général du roi Stanislas.22

  • 23 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP Cérenville, p. 20.

15La copie de cet acte en latin se trouve effectivement aux Archives Cantonales Vaudoises. Mais cela ne renseigne guère sur le séjour de Charles Raymond (de Cérenville) en Pologne. À en croire l’article de Perrochon cité en introduction, Éléonore aurait fait partie du voyage ; mais nous n’en avons aucune preuve. Du moins les archives familiales contiennentelles une intéressante gravure représentant un souper costumé donné à Yverdon en mars 1771 en l’honneur du prince Czartoryski23. On peut donc admettre que cette période fut pour le couple relativement heureuse, mais les mystifications dont il semble coutumier invitent à la prudence.

  • 24 Selon toute apparence, la future « Chanoinesse » portait donc presque le même nom (Isabelle de Pol (...)
  • 25 Voir William et Clara de Sévery, La Vie de société dans le Pays de Vaud à la fin du xviiie siècle  (...)
  • 26 Voir Dorette Berthoud, Le Général et la Romancière. 1792-1798. Épisodes de l’émigration française (...)
  • 27 Voir William et Clara de Sévery, Madame de Corcelles et ses amis, op. cit., p. 46. À cette époque, (...)

16À peu près à la même époque, sa cousine Isabelle de Polier-Bottens24, âgée de dix-huit ans, devient Isabelle de Crousaz après son mariage avec Benjamin Rodolphe de Crousaz de Mézery le 6 juillet 1769. Selon un récit tardif de Pierre Picot25, il se serait agi d’un mariage d’amour auquel les parents ne voulaient d’ailleurs pas consentir. Or selon une autre source26, la mère de la jeune fille était déjà morte l’année précédente (ce qui pourrait d’ailleurs expliquer le soudain mariage). En réalité, on ne dispose pour l’heure d’aucune information solide sur cette période, sinon quelques témoignages épars de Madame de Corcelles qui dépeint la vie lausannoise par le petit bout de la lorgnette, par exemple les manœuvres entreprises par Madame de Crousaz pour faire entrer sa belle-fille Isabelle dans la « société du dimanche » malgré l’opposition des Montolieu27 ou les représentations prévues pour la nouvelle année 1775 :

  • 28 Voir Ibid., p. 114.

Les Montolieu sont en ville, mais lui a une fluxion cruelle. Jugez combien il gémit d’avoir le couvre-chef et tous les paquets du monde autour de sa tête martiale, cependant il étudie des rôles, il est de notre troupe ; on donne la Surprise de l’amour et la Gageure le jour de l’an, la troupe de Crousaz-Bottens, le lendemain, l’Enfant prodigue ; ainsi, les représentations alterneront, et le tout de bonne amitié.28

17Après la mort de son premier époux, le 19 décembre 1775, Isabelle de Crousaz-Bottens se retire chez deux tantes qui habitent une rue fameuse (du moins à Lausanne), la « Rue de Bourg » où Madame de Genlis fit sa connaissance, comme elle l’a dépeint dans ses Mémoires. S’il y a beaucoup plus d’informations sur cette troisième phase de son existence, celles-ci demanderaient à être reprises dans le détail et avec la rigueur qui s’impose car on a beaucoup brodé sur ce canevas, se laissant vraisemblablement tromper par la rhétorique de l’époque et généralisant abusivement comme si dix ans n’étaient qu’un jour.

18C’est pourquoi nous ne retiendrons ici que le seul témoignage de Jean Henri Polier de Vernand, synthétisé par Pierre Morren :

  • 29 Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 534.

De son premier mariage, Isabelle eut deux enfants dont un seul vécut, Henri de Crousaz qui naquit à Lausanne le 24 mars 1770. Grand ami de la famille, le margrave d’Anspach, alors en séjour à Lausanne, promit de l’élever et de s’occuper de l’enfant, aussi quitta-t-il sa mère à l’âge de 11 ans en juin 1781 en compagnie du major Polier de Hanovre pour rejoindre son protecteur. Polier à cette occasion confie au major un double louis d’or, soit 32 livres qui seront remises à l’enfant au terme du voyage.
Ce fils reviendra au pays le 11 juillet 1785 ne connaissant presque plus le français, puis il retournera à ses études. En 1789, il est toujours chez le margrave d’Anspach qui est fort satisfait de lui et qui le comble de bienfaits. Son protecteur consent cependant qu’il rejoigne sa mère pour compléter son éducation et il arrive à Lausanne pour quelques mois en septembre. Polier le voit encore en mars 1790 à l’occasion de la remise du dernier compte de tutelle par son oncle et tuteur Henri Polier de Bottens. Il s’apprête à repartir pour l’Allemagne avec le titre de gentilhomme de la Chambre et assesseur des finances d’Anspach.29

  • 30 Voir Société vaudoise de généalogie, Recueil des généalogies vaudoises, op. cit., t. I, p. 171.

19Plusieurs points méritent d’être soulignés : du vivant de son premier mari, Isabelle (dont le petit frère Godefroy, numéro 104, faisait alors ses études à l’université de Marburg30) fréquentait de manière assez intime le margrave d’Ansbach pour que celui-ci devienne tuteur de son fils devenu orphelin ; à la même époque, son cousin Jean Benjamin (numéro 99, 1731-1780) était major d’infanterie dans les troupes hanovriennes et vivait en Allemagne ; enfin, son propre fils passe plus de dix ans à Ansbach où il fait ses études et commence sa carrière. On objectera qu’elle n’a elle-même pas quitté les bords du Léman et que c’est son fils qui devint bilingue. Mais inversement, on devra constater qu’indirectement, elle est sans cesse en relation avec l’autre sphère linguistique et culturelle.

  • 31 Voir Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 529 et 554. Malgré des reche (...)

20Cela est d’autant plus vrai que sa cousine Isabelle Polier vit elle aussi en Allemagne. Toujours d’après Pierre Morren, elle aurait passé quinze ans (cela mène à 1777) à la cour de Saxe-Meiningen qu’elle aurait quittée avec une pension de 100 ducats ; un cousin de Jean-Henri Polier la rencontre ensuite à « la cour de Hollande » à Kircheim (sic) en septembre 1780 ; son frère signale enfin sa présence à Weilburg où elle aurait été dame d’honneur de la princesse de Nassau et aurait reçu une autre pension de 100 ducats31. Malgré le flou qui entoure ces indications, on peut admettre que « Fraulein Polier », comme l’appelle le chef de famille, a passé vingt ans en Allemagne. Elle rentre le 19 septembre 1782, dit-il, « en grand équipage et avec laquais ». Et il ajoute :

  • 32 Ibid., p. 554.

Elle a une retraite de 400 florins d’Allemagne sur le canal de Murcie, deux billets de cinq louis ont rendu tout au monde, gros intérêts, plus 600 livres, plus des viagères sur la tête du roi de 12 livres.32

  • 33 Voir lettre de Klaus Hansel du 11 août 1989, conservée aux Archives municipales de Lausanne, Dossi (...)

21Récapitulons : Isabelle de Polier est maintenant âgée de 42 ans. Expédiée en Prusse pour échapper à la misère, elle rentre en ayant un tant soit peu assuré sa position. Elle revient en effet d’Allemagne avec quelque argent et le titre aussi ronflant que mystérieux de « chanoinesse du Saint-Sépulcre » (que les notices de la Bibliothèque Nationale de France s’obstinent à germaniser en « chanoinesse de Heiliggraben » !). Cette dénomination qu’elle utilisera ensuite comme pseudonyme contribue fortement à l’image trompeuse des cousines Polier que nous dénoncions en introduction. Grâce à une lettre du consistoire de l’église évangélique de Berlin Ouest datant de 1989 et conservée aux archives municipales de Lausanne, il apparaît qu’il s’agit d’un titre honorifique qui lui fut accordé par l’abbaye du Saint-Sépulcre (Klosterstift zum Heiligengrabe) sous le règne de Frédéric Guillaume II et qui ne signifie pas du tout qu’elle fût religieuse33.

  • 34 Voir Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 339.

22On lit chez Morren qu’elle prend un appartement en ville, qu’elle se fait une place dans la société lausannoise, qu’elle entreprend en 1787 un mystérieux voyage en Allemagne d’où elle revient avec la veuve du comte de Schaumburg-Lippe, née princesse de Hesse-Philipstahl, qui voyage incognito et vient confier son fils chétif au célèbre docteur Tissot34. Comme sa sœur et sa cousine, elle connaît alors une période de relative prospérité. On retrouve ici la récurrente image d’Épinal, inspirée notamment des Mémoires d’Edward Gibbon qui s’était installé sur les rives du Léman :

  • 35 Edward Gibbon, Mémoires, trad. Guillaume Villeneuve, Paris, Criterion, 1992, p. 230.

Lausanne est peuplée d’une nombreuse bonne société dont l’aimable oisiveté est rarement troublée par l’ambition ou la cupidité : les femmes, bien qu’éduquées à la maison, jouissent en général de plus de goût et de savoir que leurs maris ou leurs frères ; mais la décente liberté des deux sexes est également éloignée des extrêmes de la simplicité et du raffinement. J’ajouterai, en le déplorant plus qu’en m’en félicitant, que la situation et la beauté du Pays de Vaud, les vieilles habitudes des Anglais, la réputation médicale du Dr Tissot et la mode de l’ascension des montagnes et des glaciers nous ont de toutes parts exposés aux incursions des étrangers. Les visites de M. et Mme Necker, du Prince Henri de Prusse et de M. Fox constituent sans doute d’agréables exceptions : de manière générale, cependant, Lausanne n’est jamais aussi charmante à mes yeux que lorsque nous sommes abandonnés à notre propre société.35

23Mais derrière cette façade se cache une réalité économique sans doute moins reluisante. Le milieu des années 1780 marque la percée des filles Polier : après avoir cherché le soutien de Madame de Genlis, d’Edward Gibbon et de son ami Georges Deyverdun (le traducteur lausannois de Werther), Isabelle de Crousaz de Bottens parvient à faire publier son premier titre, Caroline de Lichtfield, d’après un récit tiré des Bagatellen d’Anton Wall parues quatre ans plus tôt. Cette adaptation connut un succès étonnant (sept éditions différentes au cours de la seule année 1786).

  • 36 Voir par exemple Silvio Corsini (éd.), Le Livre à Lausanne. Cinq siècles d’édition et d’imprimerie (...)

24C’est vraisemblablement ce qui poussa Isabelle de Polier à tenter elle aussi sa chance l’année suivante : la chanoinesse publie un recueil de traductions sous le titre Antonie, ou L’auteur de Caroline, en empruntant également un conte aux Bagatellen d’Anton Wall et en faisant directement référence à l’ouvrage de sa cousine. Nous ne développerons pas ici cet épisode majeur pour la carrière des cousines Polier, l’édition lausannoise et la traduction de l’allemand en français ; il mérite un chapitre à part entière. Mais compte tenu du contexte36 et de la suite des événements, il nous paraît évident que cette activité n’a pas été pour les deux Isabelle qu’un agréable passe-temps.

  • 37 Voir contrat de mariage aux Archives Cantonales Vaudoises, Dg 12, 10e registre, p. 395 sqq.
  • 38 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Ar. Com. Laus., F 19, p. 472, p. 519, p. 590 et 598.

25Malgré le succès dont continue de jouir Caroline de Lichtfield (13 éditions recensées jusqu’en 1798), son auteur ne publie plus rien dans les années suivantes. Sans doute qu’après son remariage le 2 mai 178637, la nouvelle baronne de Montolieu n’a plus autant besoin d’argent : on peut constater dans les archives du canton de Vaux que le 14 juin 1786, elle paie 360 livres d’intérêts pour un emprunt fait à la « Bourse française » de Lausanne dont son nouveau mari était président, que le 7 mars 1787, elle propose de rembourser les 3 600 francs dans les trois mois à moins que la direction ne lui laisse le prêt à 4 %, que le 4 juin 1787, elle paie 180 livres et le 13 février 1788 à nouveau 180 livres38.

  • 39 Voir Gabriel de Broglie, Madame de Genlis, Paris, Perrin, 1985. Le biographe se réfère à des lettr (...)
  • 40 L’excellent ouvrage de Dorette Berthoud, op. cit., reste jusqu’à présent le meilleur travail sur M (...)

26Cette relative prospérité est peut-être due au baron – qui vit de ses rentes – plus qu’à Caroline, qui ne doit pas rapporter beaucoup à une époque où le droit d’auteur n’est pas garanti. Après sa brève union avec Crousaz et ses dix ans de veuvage, Isabelle de Montolieu entame une quatrième phase de son existence, sur laquelle nous sommes relativement bien renseignés, en particulier grâce à Madame de Genlis39 et au marquis Anne Pierre de Montesquiou40.

  • 41 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Eb 7148, folio 155.
  • 42 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Bg 13 bis 16, folio 39v.
  • 43 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Dg 12, 10e reg., p. 395 sqq.
  • 44 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Bb. 2517, p. 539-542.

27Nous aimerions néanmoins apporter quelques précisions sur son second mari, recueillies aux Archives Cantonales Vaudoises. Louis de Montolieu serait né le 10 novembre 1726 soit à Ludwigsburg dans le Bade-Wurtemberg41 soit (d’après son testament) à Berlin42. Dans le codicile olographe du 12 juin 1796, il explique qu’il a été élevé à Montbéliard, où son père était gouverneur du duc de Wurtemberg, et qu’il n’a gardé de relation qu’avec une cousine germaine, Mme de Richthoff, avec le général de Beville et la générale de Forcade. Baron du Saint Empire, il aurait été colonel et aide de camp du duc régnant de Wurtemberg, dont il a plus tard été nommé chambellan43. Nous ignorons la date exacte de son installation à Lausanne, mais le 9 juin 1752, la Direction des pauvres réfugiés français lui adresse un mémoire sur 54 nouveaux immigrés vivant dans le plus complet dénuement44.

  • 45 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Ea 9, p. 69.
  • 46 Voir Archives Cantonales Vaudoises, P. Charrière de Sévery, B 117/3688.

28À partir de ce moment, le baron de Montolieu – de nationalité française – est pendant quarante ans une figure importante de la vie lausannoise, même s’il ne possède ni bourgeoisie ni naturalisation et qu’il n’est pas non plus agrégé à la Corporation française45. Toujours sans quitter sa ville natale ou plutôt Bussigny (derrière l’actuel campus de l’université de Lausanne), Madame de Montolieu est donc à nouveau indirectement en contact avec la culture allemande : non seulement son fils vit à Ansbach, mais son second mari également est bilingue. On possède par exemple la traduction qu’il a faite d’une lettre de Warnstedt à Wilhelm Charrière de Sévery46.

  • 47 Silvio Corsini, « Les premiers journaux lausannois », dans Silvio Corsini, Le Livre à Lausanne, op (...)

29Pendant qu’elle mène une vie en apparence agréable, ses deux cousines semblent plus en difficulté. Au début des années 1790, Isabelle, dite la chanoinesse, profite de la percée qu’elle a réalisée grâce à Anton Wall et sa cousine pour se lancer dans la traduction. Surtout, elle assume à partir de 1 792 la rédaction de la première feuille locale, le Journal de Lausanne, créée en 1789 par le pharmacien Jean Lanteires qui capitula au bout de trois ans, « découragé par le manque de collaboration des intellectuels de la place, sur le concours desquels il avait pensé pouvoir compter »47. C’est dire combien la situation d’Isabelle de Polier devait être précaire pour qu’elle accepte un tel travail.

  • 48 Lettre d’Isabelle Polier à Wilhelm Charrière du 25.09.1803, aux Archives Cantonales Vaudoises, P. (...)

30Au bout d’un an, elle transforme le périodique et publie presque à elle seule de 1794 à 1798 un Journal littéraire de Lausanne dont la devise est « adimit quo ipse refulget » (il emprunte ce qui le fait briller). Mis à part la nécrologie, les annonces à caractère publicitaire et les charades, il s’agit en effet pour l’essentiel d’extraits d’ouvrages et surtout de traductions tirées de l’allemand. On est donc en droit de penser que l’argent rapporté d’Allemagne n’a pas suffibien longtemps, d’autant que sa mère est désormais totalement ruinée. Comme la chanoinesse l’écrira plus tard dans une lettre sur laquelle nous reviendrons : « Une personne qui pour acquitter les dettes de sa mère a travaillé comme je l’ai fait, n’est pas une personne avec qui on risque »48.

31Ce n’est assurément pas sa sœur Éléonore qui aura pu l’aider car la situation de Madame de Cérenville ne paraît guère meilleure. Leur mère écrit d’ailleurs dans son testament du 30 juillet 1793 :

  • 49 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-3.

J’avois aussi constitué en dotte la some de six mille francs, tant en biens paternels que sur mes propres biens, à Madame Elléonore de Cérrenville ma fille ainée, les Divers malheurs qu’elle a éprouvés m’ont fait une nécessité de lui aquittés plus promptement la ditte dote en Capital et interet de même que le rembours des somes que Mons. De Cerrenville, mon gendre, m’avoit pretée et divers termes, et les etrénes et légats fait à Mad. De Cerrenville, et que j’avois en mains et qui lui apartenait come lui étant propre et particulier, en sorte que je ne lui doit plus quoi que ce soit.49

  • 50 « Résumé des notes d’Henri de Cérenville-de Saussure », aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605- (...)
  • 51 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-2.

32Il y avait eu, le 2 novembre 1785, l’incendie de la maison de Clendy, près d’Yverdon, au cours duquel les prétendus papiers de famille sont partis en fumée, ce qui n’est peut-être pas le seul dégât subi. De plus, selon les notes d’un de ses descendants, le fils d’Éléonore, Clément, « causa beaucoup de chagrin à ses parents par son inconduite : doit s’être marié une première fois à Magdebourg et avoir eu deux filles, puis une deuxième fois avec une Finlandaise »50. Enfin, son mari, Charles Raymond dit de Cérenville, était désormais atteint de paralysie. Un document en date du 15 mai 1791 atteste que le baron Louis de Montolieu, agissant au nom de Noble Dame Éléonore de Cérenville, a emprunté un capital à 4 % contre hypothèque du domaine de Clendy51. Le même descendant conclut sans ambages :

  • 52 Ibid., p. 18.

Pour le dire en terminant, la position de la famille à Yverdon, au moins à partir de la mort du chef, a dû être assez précaire, et de notes émanant de la générale d’Erlach communiquées par la famille de May, il est à supposer que madame de Cérenville a reçu des émigrés en pension (voir extrait du journal de Mme d’Erlach).52

33Après la mort de sa mère à Lausanne en 1793 et de son mari à Yverdon le 14 septembre 1796, Éléonore n’a donc plus rien à perdre – sa propre maison étant sans doute toujours hypothéquée. C’est à ce moment-là qu’elle révèle tout à coup sa compréhension de la langue allemande et qu’elle traduit un roman historique de Christiane Naubert, Walter de Monbarry, publié à Paris chez Maradan. Madame de Cérenville est une veuve de 60 ans, ruinée, qui tente de survivre de sa plume. L’année suivante, elle rédige La Vie du prince Potemkine, qui ne sera publiée qu’après sa mort sous le nom de Tranchant de Laverne (le fiancé de sa fille qui mourut le jour où leurs noces auraient dû être célébrées).

  • 53 Les archives familiales conservées aux Archives Cantonales Vaudoises contiennent, sous la cote PP (...)

34D’après les archives familiales, toujours un peu approximatives, Éléonore de Cérenville aurait quitté la Suisse en 1801 ou 1802, peut-être pour se faire héberger par son dernier fils, Henri, né le 1er mai 1781, employé dans la maison de banque Cottier à Paris. Profitant du succès des romans allemands sur le marché francophone, elle exploite alors ses compétences linguistiques et publie avant sa mort le 16 mars 180753 deux traductions de Christiane Naubert et deux autres d’August von Lafontaine.

  • 54 Il semble que la collaboration avec Karl Friedrich Cramer se soit mal passée ou du moins mal termi (...)

35Peut-être était-elle s’installer non chez son fils, mais chez son ingénieuse sœur Isabelle de Polier, qui avait définitivement abandonné la rédaction du Journal littéraire de Lausanne en 1798 pour aller tenter sa chance dans la capitale française. Nous ne disposons pour l’heure d’aucune information sur les circonstances et les causes de ce nouveau départ. Mais il est établi que la chanoinesse passe plusieurs années à Paris et surtout qu’elle y collabore à la Bibliothèque Germanique publiée en 1800 et 180154 avant de se lancer dans un projet bien peu littéraire, par lequel elle tente, comme avec la traduction, de tirer profit de ses compétences linguistiques, de sa culture cosmopolite et de ses relations internationales.

36Âgée de 63 ans, Isabelle de Polier ouvre en effet une pension où elle héberge des étrangers de passage. Le 25 septembre 1803, elle écrit une lettre à Wilhelm Charrière, venu à Paris quelque temps auparavant, pour lui dépeindre sa situation et lui demander sans détour un double service :

  • 55 Lettre d’Isabelle Polier à Wilhelm Charrière du 25.09.1803, aux Archives Cantonales Vaudoises, P. (...)

C’est à vous Mon cher Severi que je dois la demande que me fait le Comte. Madame de Noailles m’écrivit il y a quelque tems que tout ce que vous aviez dit de ma maison lui avoit donné l’idée d’y venir. Je compte sur vous pour tous les étrangers de votre connoissance qui viendront à paris à [rature] ce moment, ma maison est pleine, mais il faut la succéssion des uns aux autres, on m’en flatte pour rendre ma maison encore plus agréable j’ai pris un jour d’assemblée qui jusquà present est fort suivi et mes étrangers, y faisant des connaissances agréables, sentent l’avantage d’être chés moi, pour tout l’hyver, je suis assurée de conserver ceux que j’ai polonnais russes allemands genevois et dans le printems on m’en annonce d’autres qui arriveront pour être chez moi voilà donc ma chose établie et au plus bas me rapportant 3 mille livres par mois, mais, une chose peinible c’est que les dépenses doivent s’avancer, et qu’il me faudroit toujours au moins 3 000 livres en caisse, j’en payerois volontiers le 12 pour cent pour une année, et serois très en état de les rembourser au bout de ce terme. Une personne qui pour acquitter les dettes de sa mere a travaillé comme je l’ai fait, n’est pas une personne avec qui on risque. Surtout quand elle peut prouver avoir a elle un mobilier de 38 mille livres et un établissement qui lui rend au moins le 30 pour cent. Haller n’a point pu me rendre le service que vous lui avies demandé. Voyés si par vos connoissances Bernoises vous pourries me procurer cette petite somme, qui consolideroit ma chose en me donnant la facilité d’aller sans le tourment journalier de ne pouvoir avancer sans se mettre à sec, on peut s’informer de létat ou est mon établissement j’ai 19 pensionnaires stable sans compter la famille Golowkin qui arrive le 13 Decembre, arrivée qui me [nécessite ?] encore bien des choses parce qu’ils veulent manger chés eux tout cui est entre nous. Mais vous me rendriés le service le plus important en me procurant pour une année 3 000 livres de France Le 10 le 12 même ne m’éffrayeroit pas parce que j’y gagnerois encore par toute l’aisance que cela me donneroit. et celui qui me les avanceroit auroit son argent à un bel interet et plus sur que chés les banquiers, que tout le monde redoute depuis les banqueroutes sans nombre qui ont tout mis en stagnation à Paris.55

  • 56 Isabelle de Polier, Mythologie des Indous ; travaillées par Mdme la Chnsse de Polier, sur des Manu (...)
  • 57 Nous remercions M. Michael Schütterle, directeur de la Bibliothèque historique de la ville de Rudo (...)

37Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons donner aucune information complémentaire sur cette étonnante entreprise. Les quinze dernières années d’Isabelle de Polier restent baignées de mystère. Pourtant, une chose est sûre : c’est que quittant Paris, elle retourne non pas à Lausanne, mais en Allemagne. Pour l’heure, nous ne savons pas pourquoi. Nous ignorons aussi la date de cette ultime migration, mais elle doit être antérieure à 1809 puisque cette année-là, elle publia sa Mythologie des Indous56 à la Librairie de la Cour de Rudolstadt et chez Friedrich Schoell à Paris (prouvant par là qu’elle n’avait pas totalement rompu avec le groupe formé autour de Cramer). C’est la dernière trace que nous ayons de la chanoinesse, décédée à Rudolstadt le 9 juin 181757.

  • 58 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Eb 7148, folio 155.
  • 59 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Bg 13 bis 16, folio 39v.

38Enfin, un scénario similaire se répète dans le cas de leur cousine. Le baron de Montolieu meurt le 15 février 180058. Sa seconde épouse est certes sa légataire59, mais il n’y a malheureusement plus grand-chose à hériter. Dorette Berthoud, déjà, en faisait le constat sur le ton aigre-doux qui caractérise les études consacrées à la traductrice :

  • 60 Dorette Berthoud, Le Général et la Romancière, op. cit., p. 320.

Peut-être Isabelle y trouverait-elle des ressources que l’effondrement de la fortune de Montolieu rendait nécessaires. Elle avait juste quarante-neuf ans. Non plus l’âge des conquêtes de l’amour, mais peut-être celui des conquêtes de la plume. L’esprit vif, le cœur ardent, elle se sentait un grand besoin d’activité.60

39Le problème que pose l’ouvrage fondamental de Dorette Berthoud est le manque de références précises. Dans les deux pages qui suivent cette citation, elle donne l’impression d’avoir eu en main des documents que nous n’avons pas encore retrouvés et dépeint de manière convaincante l’élaboration des deux premières traductions. C’est sous ces auspices que débute – à presque cinquante ans, comme le soulignait Dorette Berthoud – une fructueuse carrière qu’elle poursuivra, d’une main de plus en plus tremblante, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus écrire.

40La recherche biographique est un travail de longue haleine qui laisse un sentiment d’insatisfaction à celui qui la mène. Ainsi, la présente contribution regorge d’informations encore incertaines, à vérifier ou non vérifiables. Elle ne saurait être comprise que comme un bilan intermédiaire, appelant des études ultérieures. Cependant, elle nous paraît suffire à démontrer plusieurs points communs dans l’existence des trois cousines et surtout à suggérer un certain profil de traductrice autour de 1800. Les Polier ne sont pas des filles de bonne famille se consacrant à la littérature en guise de passe-temps ou de divertissement. Ce sont des femmes courageuses ayant acquis (sans scolarité ?) la pratique de la lecture, la connaissance de langues étrangères et une certaine culture. Des femmes qui ont dû se battre pour survivre : à côté du mariage (et de la fonction de dame de compagnie dans le cas de la chanoinesse), la traduction est pour elles une source précaire de revenus.

41Vers la fin de leur vie, elles ont tenté avec plus ou moins de bonheur de tirer parti des compétences que leur offrait le contact permanent avec plusieurs cultures. Madame de Montolieu n’a pratiquement jamais quitté les bords du Léman, mais elle était – ne serait-ce que par son fils – en relation constante avec l’Allemagne. Ses cousines, elles, ne sont pas nées en Suisse et n’y sont pas enterrées non plus ; elles ont, toute leur vie, passé des frontières. Pour toutes trois, Lausanne reste un port : la ville au bord du lac Léman apparaît bien comme un lieu tiers ayant servi de plaque tournante entre l’Allemagne et la France.

Notes

1 Henri Perrochon, « Les cousines d’Isabelle », voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-27.

2 Eusèbe Henri Gaullieur, Études sur l’histoire littéraire de la Suisse française, particulièrement dans la seconde moitié du xviiie siècle, Genève, J. Cherbuliez, 1856, p. 280.

3 Montet, Albert de, Dictionnaire biographique des Genevois et des Vaudois […], Lausanne, Bridel, 1877.

4 Philippe Godet, Histoire littéraire de la Suisse française, Paris, Fischbacher, 1890, p. 320.

5 Virgile Rossel, Histoire littéraire de la Suisse romande des origines à nos jours, Genève-Bâle-Lyon, H. Georg/Paris, Fischbauer, 1891, p. 276.

6 William et Clara de Sévery, Madame de Corcelles et ses amis. Avec une introduction de F. Roger-Cornaz, Lausanne, Spes, Coll. « Vieille Suisse », s. d., p. 17-18.

7 Voir Société Vaudoise de Généalogie, Recueil des généalogies vaudoises, Lausanne, Bridel & Cie, 1923, p. 155-175, p. 156.

8 Voir Eugène et Émile Haag, La France protestante, ou Vie des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire […], Paris, J. Cherbulliez, 1846-1859 [Genève, Slatkine, 1966], t. VIII, p. 274.

9 Ibid., p. 277-279.

10 Voir François Modoux, « Une très grande famille lausannoise s’éteint », Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 21 juillet 1995.

11 Cette information figure dans une lettre de Hans-Günter von Nérée à Monsieur Louis Grivel en date du 30 août 1958, conservée dans le dossier Polier aux Archives Communales de Lausanne. Je remercie cependant chaleureusement Monsieur Andreas Flick, pasteur de la paroisse évangélique réformée de Celle, de m’avoir fait parvenir le texte original du registre paroissial : « Aujourd’hui, 12 mai 1740, j’ai bâtisé une fille de M. le Capitaine de Polier au Service De Sa Maj. Britannique, née le 8e dudit mois, de Dame Jeanne Giguillot d’Etavé son épouse. L’enfant a été nommée Elizabeth Marianne, et présentée au bâtème par M. son père, comme parrain. Jodouin pasteur ».

12 On notera pour information que leur frère (no 95) n’est pas l’aîné de la famille comme le laisse à penser le Recueil de généalogies vaudoises faute de date de naissance, mais qu’il a été baptisé le 16 septembre 1742 dans la même paroisse de Celle sous le nom de Gédéon Louis Jean.

13 Nous n’avons pour l’instant aucune information sur le lieu de naissance de Louise Agnès Clémentine, future Madame de la Fresnaye.

14 Voir « Opinion de M. le Châtelain Bourgeois des Clées demeurant à Valleyres et Yverdon exprimée dans une lettre adressée à ma mère le 11 août 1812, qui lui avait demandé des renseignements sur mon grand-père avec lequel il était intimement lié. », aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-1, p. 14.

15 Jean Guillelman « Quelle était la véritable identité de Charles Alexandre Raymond de Cérenville ? », aux Archives Cantonales Vaudoises, P. de Cérenville 2, p. 13.

16 Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle. D’après Jean Henri Polier de Vernand, Genève, Labor et Fides, 1970, p. 549.

17 Ibid.

18 C’est là que serait venu au monde leur aîné, Jacques François Alexandre, entré « au service des Indes » et mort tragiquement. Est-il la cause de ce mariage précipité ? S’agit-il de l’officier au régiment d’Ernst caserné à Bastia que signale Pierre Moren dans La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 554 ?

19 Voir « Hanau, 19. Juni 1951. Abschrift 2tes Taufbuch der Wallonischen Kirche in Hanau, Seite 163 », aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-11.

20 Morren, Pierre, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 552.

21 Lausanne fut sous domination bernoise de 1559 à 1803.

22 Voir « Copie d’un registre de famille, établi par Henri de Cérenville, allié de Saussure (1848-1925), documents, souvenirs, etc. » aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-1, p. 18.

23 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP Cérenville, p. 20.

24 Selon toute apparence, la future « Chanoinesse » portait donc presque le même nom (Isabelle de Polier, attesté par exemple dans le testament de sa mère) que la future « Baronne » (Isabelle de Polier de Bottens).

25 Voir William et Clara de Sévery, La Vie de société dans le Pays de Vaud à la fin du xviiie siècle : Salomon et Catherine de Charrière de Sévery et leurs amis, Lausanne, George Bridel/Paris, Fischbacher, 1911-1912 [Genève : Slatkine, 1978], t. II, p. 360.

26 Voir Dorette Berthoud, Le Général et la Romancière. 1792-1798. Épisodes de l’émigration française en Suisse d’après les lettres du général de Montesquiou à Mme de Montolieu, Neuchâtel, La Baconnière, 1959, p. 44.

27 Voir William et Clara de Sévery, Madame de Corcelles et ses amis, op. cit., p. 46. À cette époque, le baron est marié à Françoise Mayor de Sulans (décédée le 16 septembre 1782) et la future Madame de Montolieu s’appelle toujours Madame de Crousaz de Bottens !

28 Voir Ibid., p. 114.

29 Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 534.

30 Voir Société vaudoise de généalogie, Recueil des généalogies vaudoises, op. cit., t. I, p. 171.

31 Voir Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 529 et 554. Malgré des recherches importantes, il ne nous a toujours pas été possible d’établir la véracité de ces faits ni même de situer les différentes « cours » en question. La vérification de toutes ces informations est excessivement laborieuse et fortement compliquée par l’orthographe française des noms.

32 Ibid., p. 554.

33 Voir lettre de Klaus Hansel du 11 août 1989, conservée aux Archives municipales de Lausanne, Dossier Polier : « Da durch die Napoleonischen Krieg am Preußischen Hof, im Kabinette und insbesondere auch im Damenstift Kloster Heiligengrabe die Existenz von Ehrenstiftsdamen völlig in Vergessenheit geraten war, war man sehr überrascht, als die Anverwandten das Isabella Marianne unter König Friedrich Wilhelm II. verliehene Heiligengraber Stiftskreuz über die Preußische Gesandschaft in Paris nach Berlin zurückgaben. » Nos tentatives pour vérifier ces données n’ont pour l’instant pas abouti non plus.

34 Voir Pierre Morren, La Vie lausannoise au xviiie siècle, op. cit., p. 339.

35 Edward Gibbon, Mémoires, trad. Guillaume Villeneuve, Paris, Criterion, 1992, p. 230.

36 Voir par exemple Silvio Corsini (éd.), Le Livre à Lausanne. Cinq siècles d’édition et d’imprimerie. 1493-1993, Lausanne, Payot, 1993, p. 55 : « Les libraires et imprimeurs lausannois travaillent toutefois dès le milieu des années quatre-vingt dans un contexte devenu moins favorable. Le marché français semble alors mieux organisé, et l’introduction et la vente d’ouvrages étrangers en France relativement délicate. »

37 Voir contrat de mariage aux Archives Cantonales Vaudoises, Dg 12, 10e registre, p. 395 sqq.

38 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Ar. Com. Laus., F 19, p. 472, p. 519, p. 590 et 598.

39 Voir Gabriel de Broglie, Madame de Genlis, Paris, Perrin, 1985. Le biographe se réfère à des lettres inédites de Madame de Montolieu conservées aux archives Valence et aux archives du Comte Xavier de Gontaut-Biron. Suite à notre requête, il a malheureusement répondu (lettre du 28 juin 2007) que « les archives Valence ne contiennent que très peu d’éléments sur ce sujet » et que celles du comte Xavier de Gontaut-Biron n’étaient pas accessibles.

40 L’excellent ouvrage de Dorette Berthoud, op. cit., reste jusqu’à présent le meilleur travail sur Madame de Montolieu. Les lettres que lui avait communiquées Roger de Crousaz se trouvent désormais au département des manuscrits de l’Université Cantonale et Universitaire de Lausanne sous les cotes 1997/VIII/B/1, IS 1997/29, IS 1997/34.

41 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Eb 7148, folio 155.

42 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Bg 13 bis 16, folio 39v.

43 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Dg 12, 10e reg., p. 395 sqq.

44 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Bb. 2517, p. 539-542.

45 Voir Archives Cantonales Vaudoises, Ea 9, p. 69.

46 Voir Archives Cantonales Vaudoises, P. Charrière de Sévery, B 117/3688.

47 Silvio Corsini, « Les premiers journaux lausannois », dans Silvio Corsini, Le Livre à Lausanne, op. cit., p. 168-170, particulièrement p. 169.

48 Lettre d’Isabelle Polier à Wilhelm Charrière du 25.09.1803, aux Archives Cantonales Vaudoises, P. Charrière de Sévery, B 117/3295.

49 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-3.

50 « Résumé des notes d’Henri de Cérenville-de Saussure », aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-1, cahier no 1, p. 19.

51 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, PP 605-2.

52 Ibid., p. 18.

53 Les archives familiales conservées aux Archives Cantonales Vaudoises contiennent, sous la cote PP 605-3, le faire-part imprimé par l’administration générale des Inhumations et Pompes funèbres de la Ville de Paris, rue Culture Sainte Catherine, no 13 : « Monsieur et Mademoiselle de Cérenville, ont l’honneur de vous faire part de la perte qu’ils viennent de faire de Madame Veuve de Cérenville (née de Polier), leur Mère, décédée le 16 mars 1807 ».

54 Il semble que la collaboration avec Karl Friedrich Cramer se soit mal passée ou du moins mal terminée. Nous remercions M. Alain Ruiz pour cette information.

55 Lettre d’Isabelle Polier à Wilhelm Charrière du 25.09.1803, aux Archives Cantonales Vaudoises, P. Charrière de Sévery, B 117/3295.

56 Isabelle de Polier, Mythologie des Indous ; travaillées par Mdme la Chnsse de Polier, sur des Manuscrits authentiques apportés de l’Inde par feu M. le Colonel de Polier, Membre de la Société Asiatique de Calcutta. A Roudolstadt, à la librairie de la cour, et à Paris, chés F. Schoell, Libraire. Rue des Fossés St. Germain l’Auxerrois No. 29. 1809.

57 Nous remercions M. Michael Schütterle, directeur de la Bibliothèque historique de la ville de Rudolstadt, de nous avoir confirmé l’enregistrement du décès dans les registres paroissiaux : « von Polier (Beaulieu), Fräulein Elisabeth Mariana, Stiftsdame zum Heiligen Grabe, allhier... d. 9. Junius. [begraben] 11. Junius. »

58 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Eb 7148, folio 155.

59 Voir aux Archives Cantonales Vaudoises, Bg 13 bis 16, folio 39v.

60 Dorette Berthoud, Le Général et la Romancière, op. cit., p. 320.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540