Version classiqueVersion mobile

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

2 – Lieux et espaces tiers : figures de traductrices et traducteurs

La poésie de langue allemande en traduction française

Le relais suisse (xviiie-xxe siècles)

Deutschsprachige Lyrik in französischer Übersetzung. Die Rolle der Schweiz (18.-20. Jahrhundert)

Christine Lombez

Résumé

Pays de traduction et de traducteurs, la Suisse a toujours été historiquement le relais de multiples univers culturels. Dans le cas de la littérature germanique, et plus spécifiquement, celui de la poésie allemande traduite en français, cette médiation se révèle particulièrement remarquable.
Du Zurichois J. J. Bodmer au xviiie siècle, aux poètes romands G. Roud et P. Jaccottet à l’époque moderne, en passant par A. Stapfer ou H. F. Amiel au xixe siècle, cette étude se propose de mettre en évidence le rôle joué par quelques « intercesseurs » suisses, intellectuels, critiques ou écrivains, qui ont inlassablement œuvré à faire connaître et apprécier la poésie allemande par le lectorat de langue française.

Texte intégral

  • 1 Histoire de la traduction, CD-Rom multimedia Didak conçu et réalisé par Jean Delisle et Gilbert La (...)
  • 2 M. Graf (dir.), L’Écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe, Genève, Zoé, 1998, p. 8.

1La Suisse est depuis longtemps un pays de traduction et de traducteurs. C’est ce dont témoigne, d’un point de vue strictement numérique, le CD-Rom de Jean Delisle consacré à l’histoire de la traduction1, qui recense en Suisse, toutes catégories confondues, plus de 1 500 noms, du xviiie siècle à nos jours. La situation particulière de ce pays en situation de quadrilinguisme fait en effet de nos voisins helvètes des frontaliers, aussi bien à l’intérieur même qu’hors de la Confédération. Ainsi, la coexistence des cultures et des langues sur le territoire suisse représente une expérience singulière qui mérite attention, s’il est vrai que « […] dans ce pays, […] les mots n’adhèrent pas très solidement aux choses. Il y a du jeu »2.

2Là est peut-être l’une des raisons pour laquelle les Suisses ont depuis longtemps œuvré par et pour la traduction. Leur vocation médiatrice confère à l’acte de traduire une dimension naturelle, familière, et parfaitement compréhensible :

  • 3 Claire Jaquier, Gustave Roud et la tentation du romantisme, Lausanne, Payot, 1987.

Fort de sa double appartenance à l’esprit latin et à l’esprit germanique, convaincu de sa mission médiatrice au sein de l’Europe, ne va-t-il pas exceller dans cette pratique de passeur à laquelle il semble prédestiné de toute éternité ?3

3On ne saurait mieux indiquer la richesse des liens qui unissent la Suisse à de multiples univers culturels, en particulier germanique. Qui donc, mieux qu’un poète, un critique, un écrivain, un traducteur suisse, sera le plus à même de se faire le « passeur » de l’esprit poétique allemand en français ? Si Gustave Roud ou Philippe Jaccottet s’y sont intensément employés au xxe siècle, cette tradition remonte à plus loin encore.

Bref rappel historique

  • 4 Dans son ouvrage sur L’Influence allemande en France au xviiie et au xixe siècle (Hachette, Paris, (...)
  • 5 Cf. Johann Jakob Bodmer, Der Maler der Sitten, Orell, Zürich, 1746 et Johann Jakob Breitinger, Cri (...)
  • 6 Cf. Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin, PU Lille, Lille, 1992, p. 230.
  • 7 Cf. Antoine Berman, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Ga (...)

4On trouve l’un des premiers témoignages marquants de médiation vers le milieu du xviiie siècle, lorsque le Zurichois Johann Jakob Bodmer (1698-1783), écrivain suisse de langue allemande, traducteur de Milton, connu par ailleurs pour sa controverse avec l’érudit Gottsched à Leipzig, fit connaître quelques extraits traduits en français de la Messiade de Klopstock4. Avec son ami et compatriote Johann Jakob Breitinger, il entendait opposer à l’hégémonie des lettres françaises en Allemagne une littérature conçue comme création « individuelle ». Théoriciens de la traduction5, Bodmer et Breitinger soulignèrent le profit que les langues modernes pouvaient tirer de l’importation de la littérature étrangère, en insistant sur la nécessité d’être autant « fidèle » à l’intention qu’à l’expression d’un auteur. Le bon traducteur devait donc, dans cette perspective, se remettre dans l’état d’esprit de l’auteur au moment où il écrivait, et refaire avec lui le parcours de création de l’œuvre6. Une idée que l’on retrouve développée dans les écrits des premiers Romantiques allemands, notamment chez le poète Novalis7, mais qui demeure, à cette époque, peu représentée dans la France des « Belles Infidèles ».

  • 8 Albrecht von Haller, Die Alpen und andere Gedichte, Stuttgart, Reclam, 1978 [1729].
  • 9 Salomon Gessner, Idyllen, von dem Verfasser des Daphnis, Zürich, bei Gessner, 1756.
  • 10 Salomon Gessner, Idylles et poèmes champêtres, trad. M. Huber, Lyon, J. M. Bruyset, 1762.
  • 11 Jean-Jacques Rousseau, « Les Confessions », Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, « Bibliothèq (...)

5La Suisse a par ailleurs fourni deux textes poétiques importants en langue allemande, véritables relais d’une nouvelle sensibilité poétique : Les Alpes d’Albrecht von Haller8 et les Idylles de Salomon Gessner9. Les nombreuses traductions françaises de ces poètes alémaniques exaltant la contemplation de la nature et la vie champêtre, attestent leur écho dans une France du xviiie siècle confusément en quête d’un nouveau « souffle » poétique. Jean-Jacques Rousseau n’en faisait personnellement aucun mystère lorsqu’il évoquait l’impact qu’avait eu sur lui la découverte des Idylles de Gessner en traduction10. Si, à cette époque, les versions françaises des poètes « modernes » (opposés ainsi aux poètes de l’Antiquité) délaissaient majoritairement le vers pour la prose, il n’en est pas moins vrai que dans le cas de S. Gessner, l’original allemand était déjà un poème en prose. Jean-Jacques a-t-il eu connaissance de ce détail ? Toujours est-il que dès 1781, son Lévite d’Ephraïm, inspiré de Gessner, se vit qualifié par son auteur de « manière de petit poème en prose »11 – l’une des toutes premières occurrences du terme en français. À cette époque charnière, aussi bien par son activité de traduction que par les œuvres de certains de ses poètes de langue allemande, la Suisse fut donc, incontestablement, un vrai « relais », apportant en France les premiers signes d’un profond changement de la perception de l’objet poétique.

  • 12 Mme de Staël, De l’Allemagne, vol. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1968.
  • 13 Cf. Jörn Albrecht, Die literarische Übersetzung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 19 (...)
  • 14 Friedrich Schleiermacher, « Des différentes méthodes du traduire » (trad. Antoine Berman), in Les (...)

6Au même moment et dans le même contexte, on ne peut ignorer ni sous-estimer l’influence littéraire exercée, précisément depuis la Suisse, par Madame de Staël, proscrite du régime napoléonien. Grâce à ses relations privilégiées avec un membre éminent du premier mouvement romantique allemand, August Wilhelm Schlegel, il ne fait guère de doute que la fille de Necker a été « initiée » aux grands poètes de l’Allemagne du Classicisme, qu’elle proposa ensuite comme modèles aux écrivains français en traduisant elle-même quelques textes de Klopstock, Goethe, Schiller, etc.12 Elle est par ailleurs l’auteur de De l’Esprit des traductions, un texte important paru initialement en version italienne13 en 1816. Dans cet article bref mais dense, Mme de Staël se révèle très proche des théories du romantisme d’Iéna. Se prononçant contre les versions ethnocentriques à la manière française, que l’histoire littéraire désigna sous le nom générique de « Belles Infidèles », elle tente d’attirer l’attention sur une autre conception de l’activité de traduction, visiblement inspirée des idées de F. Schleiermacher14 sur la verfremdende Übersetzung (ou traduction « décentrée ») :

  • 15 Mme de Staël, « De l’esprit des traductions », Œuvres complètes, t. XVII, Paris, 1821, p. 602.

[…] Les traductions des poètes étrangers peuvent, plus efficacement que tout autre moyen, préserver la littérature de ces tournures banales qui sont les signes les plus certains de sa décadence.
Mais, pour tirer de ce travail un véritable avantage, il ne faut pas, comme les Français, donner sa propre couleur à tout ce qu’on traduit ; quand bien même on devrait par là changer en or tout ce qu’on touche, […] l’on ne pourrait pas s’en nourrir […].15

  • 16 Gérard de Nerval, Poésies allemandes. Klopstock, Goethe, Schiller, Bürger, morceaux choisis, Paris (...)

7Disparue en 1816, Mme de Staël n’a évidemment pas pu connaître le mouvement romantique français ni son apport au renouveau poétique qu’elle appelait si ardemment de ses vœux, mais il demeure certain que le Romantisme lui est redevable de nombreuses suggestions, à la fois sur la manière d’écrire la poésie (avec une nette préférence accordée aux poètes lyriques allemands) et de la traduire. Gérard de Nerval, en particulier, saura s’en souvenir et revendiquer sa dette dans la préface à son anthologie des Poésies allemandes16.

8Dans la première moitié du xixe siècle, les médiateurs venus de Suisse (surtout issus de sa partie francophone) furent particulièrement nombreux. Suivant l’impulsion donnée par De l’Allemagne, ils ont souvent offert au public français parmi les premières traductions des poètes lyriques allemands. Derrière ces passeurs se cachent parfois des poètes, connus ou moins connus, mais aussi des diplomates, magistrats, théologiens, etc., tous familiers de la langue de Goethe.

9Le fait que la plupart d’entre eux sont aujourd’hui tombés dans l’oubli explique les nombreux problèmes posés à qui souhaite aujourd’hui retracer leur parcours, ou tout au moins l’évoquer. Les répertorier dans un ouvrage de référence viendrait fort à propos remettre à leur juste place l’action culturelle d’écrivains aujourd’hui en majorité redevenus anonymes.

Esquisse de répertoire des traducteurs romands de la poésie allemande en français au xixe siècle

10L’aperçu proposé ci-après est bien entendu non exhaustif. On espère compléter les lacunes actuelles à l’aide de données plus précises qui seront apportées au fil des recherches et des découvertes.

  • 17 Henri-Frédéric Amiel, Les Étrangères, Paris, Fischbacher, 1876.
  • 18 Henri-Frédéric Amiel, La Cloche de F. Schiller, Genève, Georg, 1860.

Henri-Frédéric Amiel (1821-1881). Genevois, il fit une partie de ses études en Allemagne avant de devenir professeur d’esthétique et d’histoire de la philosophie à l’Académie de Genève. Il traduisit la poésie de divers pays, en particulier celle d’outre-Rhin, dans son recueil Les Étrangères17. Les vers de Bürger, Chamisso, Goethe, Heine, Schiller, Uhland, etc., comptent parmi ses préférences. On lui doit également parmi les premières traductions « équimétriques et équirythmiques » des poésies d’outre-Rhin (entre autres La Cloche de F. Schiller18). Reflet étonnamment fidèle des traditions métriques allemandes, ces textes ont sans doute aidé les poètes francophones à prendre conscience de possibilités encore inexploitées du vers français dans le domaine prosodique et rythmique.

  • 19 Eugène Borel, Échos Lyriques, Stuttgart, Cotta, 1840.

Eugène Borel ( ?). Citoyen suisse, il fut un temps professeur de français à Stuttgart avant d’être nommé Procureur Général à Neuchâtel. Eugène Borel est, entre autres, l’auteur d’une importante anthologie de poèmes allemands en traduction, les Échos lyriques (1840)19, publiée en Allemagne, et qui passa pratiquement inaperçue en France.

  • 20 Mme Morel, Choix de poésies fugitives de Schiller, Paris, Le Normant, 1825.

Isabelle de Gélieu alias Madame Morel (1779-1834). D’origine neuchâteloise, fille du pasteur Jonas de Gélieu et future épouse du Doyen Morel de Corgémont, elle est l’auteur d’un Choix de poésies fugitives de Schiller traduites en français (1825)20.

  • 21 Marc-Monnier, Poésies de Marc-Monnier, Genève, Solimay-Desrogis, 1872.
  • 22 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l’Allemagne, Paris, Fischbac (...)

Marc Monnier (1829-1885). Écrivain suisse d’expression française, il fut tout à la fois professeur, critique, écrivain, dramaturge, poète et traducteur. On lui connaît une traduction de Faust en vers (1871) et des versions françaises de poèmes de Heine, Herwegh, Geibel, Uhland, Lenau publiées dans son recueil de poésies21. Virgile Rossel22 a signalé une forte imprégnation de ses poèmes personnels par la voix des poètes allemands qu’il a traduits.

  • 23 Johann Wolfgang Goethe, Faust (trad. Albert Stapfer), Paris, Bobée, 1823.
  • 24 Philippe Albert Stapfer, « Notice sur Goethe », in Œuvres dramatiques de Goethe, 2e éd., Paris, Me (...)

Albert Stapfer (1802-1892). Issu d’une famille de diplomates suisses, il est à l’origine d’une des premières traductions du Faust de Goethe23 et d’une Notice sur Goethe24 comportant la traduction d’une vingtaine de poèmes extraits de Faust. Il traduisit en outre plusieurs œuvres dramatiques du même auteur.

  • 25 Friedrich von Schiller, La Cloche, imitation libre, Paris, Renouard, 1808 ; idem, « Hymne au plais (...)

Maurice de Vattel ( ?). Apparaissant également sous les lettres C.A.M. de V...l, il est l’auteur d’une traduction française de « La Cloche » et de l’« Hymne à la Joie » de Schiller25.

  • 26 Texte non identifié, cité dans http://www.regard.eu.org/Livres.5/Vinet/06.html

Alexandre Vinet (1797-1847). Théologien protestant, originaire de Lausanne, il a signé une version française de La Cloche de Schiller, ainsi que des Stunden der Andacht d’H. D. Zschokke26.

  • 27 Jules Vuÿ, Échos des bords de l’Arve, Genève, 1850.

Jules Vuÿ (1815-1896). Ce poète a traduit des lyriques allemands (Chamisso, Eichendorff, Geibel, Kerner, Lenau, Uhland, etc.) qui figurent dans son recueil Échos des bords de l’Arve27.

  • 28 Rossel, op. cit.
  • 29 Victor Tissot (1845-1917), journaliste suisse, effectua de nombreux voyages dans l’Allemagne d’apr (...)
  • 30 William Reymond, Corneille, Shakespeare et Goethe, étude sur l’influence anglo-germanique en Franc (...)

11Écrivains, poètes, mais aussi intellectuels, critiques et autres érudits de Suisse romande ont donc œuvré, tout au long du xixe siècle, sur les traces de Madame de Staël, à faire connaître les meilleurs textes littéraires allemands. Outre Virgile Rossel28 et Victor Tissot29, on retiendra également le nom de William Reymond30, auteur d’un ouvrage de référence préfacé par Sainte-Beuve qui n’avait pas manqué, pour sa part, d’apercevoir dès cette époque l’importance de la médiation suisse francophone dans la connaissance des réalités allemandes :

  • 31 Ibid., p. IX.

La Suisse française, Genève et notre chère Lausanne, m’ont toujours paru de parfaits belvédères pour nous bien observer et nous étudier dans nos vrais rapports avec l’Allemagne.31

  • 32 Cf. La « Bibliothèque Universelle » (1815-1824) – Miroir de la sensibilité romande au xixe siècle,(...)

12La presse culturelle de Romandie eut également un important rôle d’intercesseur à jouer, notamment la Bibliothèque Universelle de Genève. Créée en 1816, cette revue s’était donné pour mission, dès sa naissance, de faire connaître au public romand des textes non francophones, dont elle présentait régulièrement des extraits traduits et commentés. L’absence de signature de la part des divers traducteurs rend malheureusement presque impossible toute identification à leur sujet. Si la littérature anglaise en traduction (Lord Byron, Walter Scott) semble avoir eu un certain temps le dessus, statistiquement parlant, dans les préférences éditoriales de la revue, en revanche, les articles de critique littéraire signalent au début des années 1830 un vif intérêt de la Bibliothèque Universelle pour la littérature allemande. Ainsi, en 1826 et 1827, Adolphe Pictet, fils de l’un des fondateurs de la Bibliothèque, y publie deux articles sur le romantisme où il souligne l’importance des sources allemandes (Schiller, Novalis) pour la compréhension de ce mouvement, et met en exergue le rôle capital de Mme de Staël dans la réception du courant romantique en Suisse et en France32.

  • 33 Ibid., p. 237.

13Cet intérêt qui ne se dément pas est à replacer dans le contexte de la controverse qui oppose vers 1850 le milieu littéraire suisse et le romantisme français, accusé de corrompre le peuple et de dénaturer le goût33. À plusieurs reprises, notamment, les critiques de la Bibliothèque Universelle expriment un rejet catégorique des œuvres romantiques françaises et marquent leur faveur pour celles appartenant à l’école allemande. À quelques années de distance, dans le contexte romantique mais aussi bien plus tard, la poésie de Goethe et de Schiller se voit ainsi proposée par la Bibliothèque Universelle comme référence à suivre de préférence aux modèles français. Marc Monnier n’hésitera pas, pour sa part, à distinguer l’aperçu suisse de l’aperçu français sur la poésie allemande et à affirmer la vraie nature de Goethe, un poète selon lui plus « réaliste » que romantique :

  • 34 Ibid., p. 243.

Notre Goethe, que vous prenez en France comme un coureur d’idéal, était réaliste dans l’âme. Novalis le lui a assez reproché. […] Il songeait aussi sérieusement que vous à réconcilier l’art et la vie. […] Il a chanté la poésie du pot-au-feu – mais jamais cet esprit singulièrement esthétique n’a conclu de là que le dernier mot de l’art fût une apothéose de la laideur.34

  • 35 Albert Béguin, L’Âme romantique et le rêve, Paris, Corti, 1991.
  • 36 Cf. Christine Lombez, La Traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du (...)

14Prendre en compte l’apport critique romand (du xixe siècle jusqu’à nos jours avec, pour ne citer qu’eux, les travaux d’Albert Béguin35) ne serait certainement pas déplacé ni dénué d’intérêt dans une recherche sur la perception de la poésie allemande dans l’espace francophone. En effet, ces écrivains, chercheurs et/ou chroniqueurs, souvent eux-mêmes traducteurs, se sont toujours distingués par un point de vue bien informé et des aperçus nuancés que l’on ne retrouve que rarement à ce niveau en France36.

  • 37 Rossel, op. cit., Avant-propos.

15On peut ainsi mettre au crédit des intellectuels romands, toutes époques confondues, d’avoir su faire preuve de recul et d’indépendance dans leur approche des productions littéraires de leurs deux grands voisins, français et allemands. Une « singularité » suisse qui se lit également à la lumière des événements historiques. Ainsi, alors que la vague de traductions de l’allemand fut relativement ralentie en France aux lendemains du conflit franco-prussien et de la défaite de 1870, il n’en alla pas de même en Suisse où Henri-Frédéric Amiel, Marc Monnier, etc., continuèrent avec élan à traduire les poètes allemands en français, soulignant de la sorte l’« exception culturelle » de cette « nation qui a toujours servi d’intermédiaire entre la pensée française et la pensée germanique, et où les deux races et les deux langues se mêlent depuis des siècles sans se confondre […] »37.

  • 38 Cf. Étienne Eggis, En causant avec la lune (1852) et id., Voyages au pays du cœur (1852).
  • 39 Cité par Rossel, op. cit. Le même Rossel a pu lui-même le qualifier de « cerveau germanisé à fond  (...)

16On ne s’étonnera donc pas de retrouver jusque dans l’écriture de certains écrivains suisses romands du xixe siècle les traces laissées par la poésie allemande. Le cas d’Etienne Eggis38, « poète gallo-allemand » pour Jules Janin39, est à ce titre très révélateur des échanges poétiques s’opérant entre l’Allemagne et la France via la Suisse. Les poèmes d’Eggis le confirment :

  • 40 Étienne Eggis, « Bohème », in Martin Nicoulin et Michel Colliard, Étienne Eggis, poète et écrivain (...)

Je n’avais pour tous biens qu’une pipe allemande,
Les deux Faust du grand Goethe, un pantalon d’été […]
Je lisais, en passant, des vieilles cathédrales
Les lieds marmoréens par les siècles écrits,
Puis, au bord des forêts, dans les lueurs astrales,
Des chroniques des burgs j’épelais les sanscrits.40

  • 41 Rossel, op. cit.

17Au cours de ses analyses, V. Rossel41 cite le nom d’autres compatriotes dont l’œuvre apparaît fortement marquée, selon lui, par l’« atmosphère poétique allemande » : F. Monneron, Henri Blanvalet, Paul Gautier, etc. Le dialogue entre les écrivains suisses romands et la littérature allemande s’effectue ainsi à un niveau de profondeur qui le place bien au-delà de la seule lecture d’« influences ».

  • 42 Cf. José-Flore Tappy, « Paroles en migration dans La Revue de Belles-Lettres », in L’Écrivain et s (...)

18L’existence de la Revue de Belles-Lettres (RBL) révèle par ailleurs que ce cheminement et ce dialogue ont été entretenus et poursuivis bien au-delà du xixe siècle. Créée à Genève en 1836 et refondée en 1873, lorsque la revue inaugure le système de numérotation par année qui demeure le sien encore de nos jours, la RBL est ainsi devenue un lieu de rencontre essentiel en Suisse romande pour les amateurs de poésie étrangère, les poètes et les traducteurs. La poésie de langue allemande figure toujours en bonne place dans les sommaires, qu’il s’agisse de Paul Celan, de Rainer Maria Rilke, de Georg Trakl, de Friedrich Hölderlin, mais aussi, plus récemment, de l’Autrichienne Ilse Aichinger ou d’écrivains de suisse alémanique (Ludwig Hohl)42.

Deux passeurs romands de la poésie allemande en français à l’époque moderne

  • 43 Christine Lombez, Transactions secrètes – Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et de Hö (...)

19La médiation culturelle suisse romande n’a pas cessé d’être d’actualité de nos jours. Au xxe siècle, Gustave Roud et Philippe Jaccottet, tous deux poètes et traducteurs, occupent une fonction d’intermédiaires entre la poésie allemande et l’espace culturel francophone qui fait d’eux les dignes héritiers de leurs compatriotes du xixe siècle. Le cas Roud/Jaccottet revêt à nos yeux d’autant plus de signification que leur œuvre poétique personnelle porte souvent, à l’évidence, la trace d’une imprégnation germanique43 qui a pu ainsi se « diffuser » au sein même du lectorat de langue française.

Gustave Roud (1897-1976)

  • 44 Jaquier, op. cit., p. 10.
  • 45 Cf. Albert Béguin (éd.), Le Romantisme allemand, Marseille, Cahiers du Sud, 1937 (réédité et entiè (...)

20Les traductions des poètes allemands par Gustave Roud (Novalis, Eichendorff, Hölderlin, mais aussi Rilke et Trakl) interviennent dans les années 1930, à un moment où un regain d’intérêt pour les écrivains romantiques (déjà en germe depuis la fin de la Première Guerre) s’exprime plus nettement en Suisse romande44. Roud lui-même incarne cette fascination pour une parole poétique « pure », pour une poésie qui ne veut devoir sa légitimité qu’à elle-même, autant de thèmes qu’il croit retrouver chez les écrivains du premier romantisme allemand. À ce titre, le poète romand est un maillon important dans leur réception au sein de l’espace francophone, dans une période où les écrits des romantiques allemands suscitent quelque peu la controverse. On rappellera pour mémoire le cas d’Albert Béguin qui ne se priva pas de dénoncer après-guerre l’irrationalisme dangereux dont, à ses yeux, certains de ces textes pouvaient être porteurs45.

  • 46 Cf. Jean-Pierre P. Vidal, Philippe Jaccottet, Lausanne, Payot, 1989.

21Pour le poète traducteur en revanche, l’Allemagne est la toute proche, la parente, presque une deuxième patrie ; il vit avec les textes des poètes romantiques dans une symbiose qui ne laisse aucune place à une lecture du soupçon, tant l’exaltation de la terre et l’orientation mystique qui habitent les romantiques allemands sont proches de sa sensibilité personnelle. Roud était, en effet, l’expression vivante de cette frontière intérieure, géographique et linguistique, que tout Suisse semble porter en soi-même : « Quand on allait voir Gustave Roud, c’était, d’une certaine manière, aller vers le nord, c’est-à-dire vers le romantisme allemand »46.

  • 47 Cf. Albert Béguin, Gustave Roud, Lettres sur le Romantisme allemand, Lausanne, Études de Lettres, (...)
  • 48 Ibid., p. 55.
  • 49 Gustave Roud, Adieu, Porrentruy, Aux Portes de France, 1944 (1re édition 1927).
  • 50 Gustave Roud, Novalis, Avant-propos, Lausanne, Mermod, 1948.

22La correspondance entretenue par Roud et Béguin pendant près de vingt ans47 témoigne amplement de cette affinité élective : « Vous vivez dans ce même climat dont j’ai tenté de saisir la particularité »48, écrira avec clairvoyance A. Béguin à G. Roud. Dès 1928, le critique Gabriel Bounoure avait lui aussi pu percevoir dans la première œuvre publiée de Roud, Adieu49, et dans celle de Novalis, la marque d’une consubstantialité. Loin de le démentir, Roud n’alla-t-il pas jusqu’à parler de « rencontre inouïe »50 ?

  • 51 Jaquier, op. cit., p. 47.
  • 52 Cf. Berman, op. cit.
  • 53 Friedrich Hölderlin, Œuvres, sous la direction de Philippe Jaccottet, Paris, Gallimard, « Biblioth (...)

23Même si l’on a pu reprocher aux traductions de Roud (celles de Hölderlin et de Novalis notamment) leur tendance à la poétisation et à l’amplification51, qui atténue ainsi, pour reprendre les termes d’A. Berman52, « l’épreuve de l’étranger », le fait même que Philippe Jaccottet ait choisi de faire figurer des versions signées par son père spirituel dans le volume Hölderlin qu’il dirigea pour la Bibliothèque de La Pléiade53 témoigne du rôle éminent de « médiateur » qu’il lui reconnaît dans la prise de conscience par le lectorat, suisse romand mais aussi français, de la haute teneur poétique (et pas uniquement philosophique) des écrits des poètes romantiques allemands.

Philippe Jaccottet (1925)

24Pas plus que dans le cas de Gustave Roud, il ne relève du hasard que Philippe Jaccottet se soit senti attiré, dès ses débuts de traducteur, par des auteurs de langue allemande, qu’il s’agisse de Thomas Mann puis de Robert Musil, et, dans le domaine de l’écriture lyrique, de Rainer Maria Rilke et de Friedrich Hölderlin. Sa profonde familiarité avec Roud lui avait fait connaître, alors qu’il sortait à peine de l’adolescence, le lyrisme germanique :

  • 54 Philippe Jaccottet, Entretien avec Michel Bory, juin 1978, cité par Vidal, op. cit., p. 102.

Quand on arrivait chez lui on abordait une autre rive. On en redescendait avec des livres plein les mains ou avec les souvenirs d’une conversation sur la poésie, nourri et fortifié. […] Il était très émouvant, très impressionnant ; de sorte que, Roud m’ayant ouvert l’univers par exemple de la poésie romantique allemande dont il était un des meilleurs traducteurs : Novalis, Hölderlin, à quoi il était occupé précisément à ce moment-là, ce fut ainsi une rencontre tout à fait décisive pour mon travail, parce que je devais m’apercevoir plus tard que l’espèce de poésie qu’il pratiquait était celle que j’allais moi-même pratiquer.54

25Être né dans le Canton de Vaud (limitrophe de la Suisse alémanique) a également pu prédisposer Jaccottet à s’ouvrir à la langue et à la sensibilité allemandes. Vaudois dans l’âme, le poète se trouve ainsi placé au carrefour d’influences latines et germaniques, du point de vue linguistique, certes, mais également culturel. Son choix de traduire Rilke, aussi bien que de se tourner ensuite vers d’autres auteurs de langue allemande, est à replacer dans ce contexte.

26Dans la Suisse de l’immédiat après-guerre, R. M. Rilke était, incontestablement, une figure tutélaire de la lyrique d’outre-Rhin. Établi dans le Valais depuis les années 1920 où il était mort prématurément en 1926, Rilke avait parachevé dans son château de Muzot, près de Sierre, les deux textes capitaux qui couronnent son œuvre : les Élégies de Duino et les Sonnets à Orphée. Son souvenir demeurait encore des plus vifs, à peine deux décennies plus tard. Ainsi, parvenu à l’âge adulte, c’est prioritairement et presque spontanément que le poète Jaccottet se tourna vers Rilke au début des années 1950 :

  • 55 Cf. Mel B. Yoken, « Interview avec Philippe Jaccottet », The French Review, Santa Barbara, Univers (...)

Je pense que la première grande influence était Rilke, à l’époque, tôt, pendant l’adolescence. C’était, à ce moment-là, un poète qui avait encore une grande influence sur toute une partie de la littérature […].55

27Le nom de Rilke revient souvent sous sa plume, comme référence ou inspiration poétique, certes, mais surtout lorsqu’il s’exprime sur ses choix, ses attentes de traducteur. Carnets et autres notes en témoignent abondamment. Jaccottet s’y pose à de multiples reprises en critique des traductions françaises des Élégies de Duino, dont il regrette les insuffisances. Évoquant par exemple la version donnée par Armel Guerne chez Mermod, il aura ce jugement sans appel :

  • 56 Philippe Jaccottet, Une transaction secrète, Paris, Gallimard, 1987, p. 135 et sq.

Je m’efforce de me mettre à la place du lecteur français qui ne sait presque rien de Rilke, à qui l’on a dit que les Élégies sont un chef-d’œuvre du lyrisme allemand, et qui ouvre ce petit livre. Je crois qu’il devinera une grande œuvre, je doute qu’il en ressente le choc.56

  • 57 Cf. Rainer Maria Rilke, Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Le Seuil, 1972. On trouve dans ce volume (...)

28S’il est vrai qu’il n’existe pas une véritable « œuvre de traduction » de Rilke par Jaccottet (les textes qu’il traduit sont relativement intermittents57 et il n’a pas donné de version intégrale des Élégies), on ne saurait pour autant nier que la poésie rilkéenne a toujours occupé, dans le temps et dans l’esprit du poète, une place non négligeable. À le lire, lorsqu’il évoque ses premiers essais qui datent de l’époque de Lausanne, on comprend en profondeur ce que l’exercice de traduction des textes rilkéens a signifié dans son devenir de poète :

  • 58 Cf. Vidal, op. cit., p. 121-122.

[…] j’ai essayé de le traduire dès ce moment-là, parce que j’avais envie de l’aborder de manière plus profonde, comme le permet la traduction. […] Aussi, l’ayant beaucoup pratiqué pendant toutes ces années et jusqu’à la trentaine, j’ai traduit par la suite beaucoup de choses de lui […] ; c’est dire que j’ai moins besoin de le relire, parce que je crois que je l’ai intégré.58

  • 59 Cf. Lombez, Transactions secrètes…, op. cit.

29L’œuvre poétique de Jaccottet, contemporaine de la publication de ses traductions, a ainsi entretenu avec Rilke une relation particulière qui se lit dans l’intimité même du texte jaccottéen59 :

  • 60 Cf. Entretien avec Philippe Jaccottet recueilli par Mathilde Vischer (27 sept. 2000), publié sur l (...)

En traduisant des œuvres qui étaient peut-être plus accomplies que les miennes, il y avait le risque d’en être imprégné au point d’y perdre un peu de ma singularité. Il se peut aussi que cela ait été un apport positif, dans le cas de Rilke par exemple, qui était ma passion d’adolescent et qui m’a accompagné pendant des années, parce qu’il y avait une évidente affinité de nature. Après avoir traduit l’Odyssée, qui était une commande, j’ai eu l’impression que la technique que j’avais choisie prosodiquement pour traduire le poème pouvait m’être utile dans ma propre prosodie ensuite.60

  • 61 Philippe Jaccottet, Rilke par lui-même, Paris, Le Seuil, 1970.
  • 62 Op. cit.
  • 63 Hölderlin, Œuvres, op. cit. Avant-propos, p. XVII.

30Aussi bien dans sa quête de traducteur que dans sa poésie personnelle, P. Jaccottet a été un relais très significatif de la voix, du « souffle » rilkéens, qu’il a eu à cœur de rendre audibles. L’un des ouvrages les plus révélateurs de cet échange demeure Rilke par lui-même61, monographie qu’il a signée et qui a fortement contribué à faire redécouvrir l’œuvre et le personnage de Rilke en France, tout comme son édition du volume Hölderlin pour La Pléiade62 a eu, à la fin des années 1960, une valeur de mise en garde contre des lectures trop philosophiques de la poésie de Hölderlin : il fallait, avant toute chose, « ne pas perdre de vue cette innocence où [cette œuvre] demeure »63.

  • 64 Cf. Jaquier, op. cit., p. 9.
  • 65 Cf. Philippe Jaccottet, D’une lyre à cinq cordes, Paris, Gallimard, 1996.
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid.

31C’est ainsi tout naturellement que Jaccottet, le plus français des poètes romands, mettant ses pas dans ceux de ses prédécesseurs, tel un « Charon suisse »64, s’est senti appelé à « faire passer » des poètes qu’il aimait, allemands certes, mais aussi suisses alémaniques (Conrad Ferdinand Meyer65, Erika Burkart66) ou autrichiens, comme en témoignent des traductions françaises plus récentes de la poétesse Christine Lavant67.

  • 68 « Un passeur discret », entretien de Walter Wedeli avec Arno Renken http://www.culturactif.ch/trad (...)

32Il semblerait que la tentation qu’éprouvaient certains traducteurs romands à traduire des auteurs allemands en français (poètes et autres) se trouve aujourd’hui contrebalancée par le désir croissant de faire connaître, par la traduction, l’œuvre de leurs compatriotes alémaniques (Ludwig Hohl ou Annemarie Schwarzenbach pour ne citer que deux noms), même si l’on peut citer l’exemple récent de Walter Weideli (né en 1927) passeur, entre autres, de textes de Novalis ou de B. Brecht, qui résume ainsi sa vocation – qui est aussi celle de la Suisse : « avoir aidé à créer des échanges à chaque fois : par (des) articles, des rencontres et, bien sûr, par la traduction »68.

  • 69 Cf. La « Bibliothèque Universelle », op. cit., p. 222 sq.
  • 70 Cf. Tappy, op. cit.

33Au-delà du seul cas de la poésie (et de la poésie allemande), la Suisse romande apparaît historiquement comme un véritable relais de la littérature européenne, grâce à des traductions d’auteurs phares, mais également à celles d’écrivains moins connus et venus de tous les horizons69. Aujourd’hui encore se croisent dans l’espace de la traduction suisse francophone des voix très diverses, portugaise, roumaine, grecque, chinoise, hongroise, pour ne citer que quelques exemples au sein d’un ensemble des plus foisonnants, sans oublier, naturellement, les œuvres d’écrivains suisses de langue italienne, allemande ou romanche70. En dépit de réalités éditoriales parfois problématiques qui touchent surtout, de nos jours, la diffusion sur le marché français des traductions réalisées en Romandie, le rôle de la Suisse reste donc à prendre en compte et à interroger pour l’étude de possibles « transferts triangulaires » dans le domaine des échanges littéraires et culturels.

Notes

1 Histoire de la traduction, CD-Rom multimedia Didak conçu et réalisé par Jean Delisle et Gilbert Lafond, École de traduction et d’interprétation de l’université d’Ottawa, Ottawa, version 2004.

2 M. Graf (dir.), L’Écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe, Genève, Zoé, 1998, p. 8.

3 Claire Jaquier, Gustave Roud et la tentation du romantisme, Lausanne, Payot, 1987.

4 Dans son ouvrage sur L’Influence allemande en France au xviiie et au xixe siècle (Hachette, Paris, 1922), Louis Reynaud fait également état d’une traduction de La Messiade en 1765 par un autre Suisse, le pasteur Petitpierre de Neuchâtel (p. 48, note 2).

5 Cf. Johann Jakob Bodmer, Der Maler der Sitten, Orell, Zürich, 1746 et Johann Jakob Breitinger, Critische Dichtkunst, Zurich, Orell, 1740.

6 Cf. Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin, PU Lille, Lille, 1992, p. 230.

7 Cf. Antoine Berman, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Gallimard, Paris, 1984.

8 Albrecht von Haller, Die Alpen und andere Gedichte, Stuttgart, Reclam, 1978 [1729].

9 Salomon Gessner, Idyllen, von dem Verfasser des Daphnis, Zürich, bei Gessner, 1756.

10 Salomon Gessner, Idylles et poèmes champêtres, trad. M. Huber, Lyon, J. M. Bruyset, 1762.

11 Jean-Jacques Rousseau, « Les Confessions », Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1964, p. 586-587. À mettre en perspective de l’aperçu suivant : « Rousseau fait agir sur la littérature française encore plus de facteurs étrangers qu’on ne l’a pensé habituellement. Et peut-être sa prose, fenêtre ouverte sur la France, laisse-t-elle entrer des murmures qui ne sont point d’ici, le frisselis des feuillages du Harz ou le bruit rythmé des vagues du Pô. » (Pius Servien Coculesco, Essai sur les rythmes toniques du français, Paris, PUF, 1925, p. 33).

12 Mme de Staël, De l’Allemagne, vol. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1968.

13 Cf. Jörn Albrecht, Die literarische Übersetzung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1998, p. 85.

14 Friedrich Schleiermacher, « Des différentes méthodes du traduire » (trad. Antoine Berman), in Les Tours de Babel, Mauvezin, TER, 1985.

15 Mme de Staël, « De l’esprit des traductions », Œuvres complètes, t. XVII, Paris, 1821, p. 602.

16 Gérard de Nerval, Poésies allemandes. Klopstock, Goethe, Schiller, Bürger, morceaux choisis, Paris, Bibliothèque choisie, 1830.

17 Henri-Frédéric Amiel, Les Étrangères, Paris, Fischbacher, 1876.

18 Henri-Frédéric Amiel, La Cloche de F. Schiller, Genève, Georg, 1860.

19 Eugène Borel, Échos Lyriques, Stuttgart, Cotta, 1840.

20 Mme Morel, Choix de poésies fugitives de Schiller, Paris, Le Normant, 1825.

21 Marc-Monnier, Poésies de Marc-Monnier, Genève, Solimay-Desrogis, 1872.

22 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l’Allemagne, Paris, Fischbacher, 1897.

23 Johann Wolfgang Goethe, Faust (trad. Albert Stapfer), Paris, Bobée, 1823.

24 Philippe Albert Stapfer, « Notice sur Goethe », in Œuvres dramatiques de Goethe, 2e éd., Paris, Mesnier, 1828.

25 Friedrich von Schiller, La Cloche, imitation libre, Paris, Renouard, 1808 ; idem, « Hymne au plaisir », in Morgenblatt füt gebildete Stände, 17 fév. 1809.

26 Texte non identifié, cité dans http://www.regard.eu.org/Livres.5/Vinet/06.html

27 Jules Vuÿ, Échos des bords de l’Arve, Genève, 1850.

28 Rossel, op. cit.

29 Victor Tissot (1845-1917), journaliste suisse, effectua de nombreux voyages dans l’Allemagne d’après 1870. Ses descriptions souvent élogieuses (voir L’Allemagne amoureuse, Paris, E. Dentu, 1884) le firent traiter de « mauvais français » (sic) par Maurice Barrès.

30 William Reymond, Corneille, Shakespeare et Goethe, étude sur l’influence anglo-germanique en France au xixe siècle, Berlin, Lüderitz, 1864.

31 Ibid., p. IX.

32 Cf. La « Bibliothèque Universelle » (1815-1824) – Miroir de la sensibilité romande au xixe siècle, sous la direction d’Yves Bridel et de Roger Francillon, Lausanne, Payot, 1998, p. 246.

33 Ibid., p. 237.

34 Ibid., p. 243.

35 Albert Béguin, L’Âme romantique et le rêve, Paris, Corti, 1991.

36 Cf. Christine Lombez, La Traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du xixe siècle – Réception et interaction poétique, Niemeyer, Tübingen, 2009.

37 Rossel, op. cit., Avant-propos.

38 Cf. Étienne Eggis, En causant avec la lune (1852) et id., Voyages au pays du cœur (1852).

39 Cité par Rossel, op. cit. Le même Rossel a pu lui-même le qualifier de « cerveau germanisé à fond », ibid., p. 231.

40 Étienne Eggis, « Bohème », in Martin Nicoulin et Michel Colliard, Étienne Eggis, poète et écrivain 1830-1867, Fribourg, La Sarine, 1980, p. 19.

41 Rossel, op. cit.

42 Cf. José-Flore Tappy, « Paroles en migration dans La Revue de Belles-Lettres », in L’Écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe, op. cit., p. 214-221.

43 Christine Lombez, Transactions secrètes – Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et de Hölderlin, Arras, Artois Presses Université, 2003.

44 Jaquier, op. cit., p. 10.

45 Cf. Albert Béguin (éd.), Le Romantisme allemand, Marseille, Cahiers du Sud, 1937 (réédité et entièrement remanié en 1949).

46 Cf. Jean-Pierre P. Vidal, Philippe Jaccottet, Lausanne, Payot, 1989.

47 Cf. Albert Béguin, Gustave Roud, Lettres sur le Romantisme allemand, Lausanne, Études de Lettres, 1974.

48 Ibid., p. 55.

49 Gustave Roud, Adieu, Porrentruy, Aux Portes de France, 1944 (1re édition 1927).

50 Gustave Roud, Novalis, Avant-propos, Lausanne, Mermod, 1948.

51 Jaquier, op. cit., p. 47.

52 Cf. Berman, op. cit.

53 Friedrich Hölderlin, Œuvres, sous la direction de Philippe Jaccottet, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1967.

54 Philippe Jaccottet, Entretien avec Michel Bory, juin 1978, cité par Vidal, op. cit., p. 102.

55 Cf. Mel B. Yoken, « Interview avec Philippe Jaccottet », The French Review, Santa Barbara, University of California, vol. LIX, no 4, mars 1986.

56 Philippe Jaccottet, Une transaction secrète, Paris, Gallimard, 1987, p. 135 et sq.

57 Cf. Rainer Maria Rilke, Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Le Seuil, 1972. On trouve dans ce volume une collection de poèmes de Rilke traduits par Philippe Jaccottet sous la rubrique « Poèmes épars ».

58 Cf. Vidal, op. cit., p. 121-122.

59 Cf. Lombez, Transactions secrètes…, op. cit.

60 Cf. Entretien avec Philippe Jaccottet recueilli par Mathilde Vischer (27 sept. 2000), publié sur le site du culturactif suisse (http://www.culturactif.ch/entretiens/jaccottet.htm).

61 Philippe Jaccottet, Rilke par lui-même, Paris, Le Seuil, 1970.

62 Op. cit.

63 Hölderlin, Œuvres, op. cit. Avant-propos, p. XVII.

64 Cf. Jaquier, op. cit., p. 9.

65 Cf. Philippe Jaccottet, D’une lyre à cinq cordes, Paris, Gallimard, 1996.

66 Ibid.

67 Ibid.

68 « Un passeur discret », entretien de Walter Wedeli avec Arno Renken http://www.culturactif.ch/traducteurs/weideli.htm

69 Cf. La « Bibliothèque Universelle », op. cit., p. 222 sq.

70 Cf. Tappy, op. cit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search