Version classiqueVersion mobile

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

1- Lumières, Révolution française et Vormärz

Carl Friedrich Cramer, exilé politique et traducteur à Paris

De l’époque de la Révolution de 1789 à l’Empire

Carl Friedrich Cramer, Exilant und Übersetzer in Paris. Von der Französischen Revolution bis zum Empire

Alain Ruiz

Résumé

Démis de sa chaire de professeur à l’université de Kiel en raison de ses ardentes sympathies pour les principes de la Révolution française, Carl Friedrich Cramer émigra en 1795 à Paris, où il s’établit comme imprimeur et éditeur avec pour objectif de promouvoir de son mieux les échanges franco-allemands sur le plan de la culture. C’est dans cet esprit qu’il déploya jusqu’à sa mort en 1807 une activité aussi intense que variée, poursuivant depuis la capitale de sa patrie d’adoption le travail de médiation entre la France et l’Allemagne qu’il avait engagé déjà avant son émigration. C’est ainsi qu’il traduisit des œuvres du français en allemand – par exemple de Rousseau et Diderot, Sieyès et Chateaubriand – de même que de l’allemand en français, de Klopstock et Schiller, par exemple. Incluant aussi d’autres écrivains étrangers dans ce cercle de travaux, il œuvra déjà dans le sens de cette Weltliteratur (« littérature universelle »), que Goethe devait définir et préconiser plus tard comme échange littéraire intensif par-dessus les frontières entre les pays.

Texte intégral

  • 1 Carl Friedrich Cramer, « Auszug aus dem Tagebuch eines Deutschen in Paris », in Frankreich im Jahr (...)

1Le calendrier républicain indiquait le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795, vieux style) quand, la nuit tombée, une diligence entra dans Paris où grondaient les dernières rumeurs de l’insurrection royaliste écrasée en ce jour historique par les troupes de la Convention aux ordres du général Bonaparte. À bord de la diligence, Carl Friedrich Cramer1, un universitaire allemand, révoqué et condamné à l’exil en raison de ses idées politiques, qui allait vivre dans la capitale française en grande partie du produit de sa plume de traducteur.

  • 2 Il est renvoyé ici aux études d’ensemble d’Alain Ruiz, Le Destin franco-allemand de Carl Friedrich (...)

2Professeur à l’université de Kiel, Cramer s’était fait particulièrement remarquer depuis 1789 par son enthousiasme pour la Révolution française, ce qui lui valut d’être publiquement salué à Hambourg du nom de « Cramer le Franc » par son paternel ami, l’illustre poète Klopstock, dont il se disait le disciple avec grande ostentation2. Sans doute avait-il la chance de vivre dans le duché de Holstein, où la monarchie danoise faisait régner un climat de libéralisme alors unique parmi les états du Saint Empire romain germanique, mais il n’en fallait pas moins une bonne dose de courage pour afficher ses idées, comme Cramer le fit, en paroles et surtout par la plume. Il publiait en effet depuis 1791 une collection d’écrits qui se présentait, sous le titre curieux de Menschliches Leben (« Vie humaine ») et la devise « Justice et égalité ! », comme une vibrante défense et illustration des idéaux de 1789. Cela, jusqu’au jour de 1794 où, en butte à l’hostilité sournoise d’un clan d’aristocrates germano-danois influents, il fallut payer le prix de cette audace par une révocation dont la cause immédiate fut l’annonce faite par lui d’une traduction de sa plume.

  • 3 Frank-Peter Hohmann, « Bibliographie Carl Friedrich Cramer », in Schütt (Hg.), p. 315-335, ici p.  (...)
  • 4 Franz Obermeier, « Übersetzen und vermitteln. Carl Friedrich Cramer und der deutsch-französische K (...)
  • 5 Menschliches Leben (Cité M.L.), t. 12 : Eleutheria. 1. Stück. Ehrenrettung der Gironde. 1. Stück. (...)
  • 6 Sur l’affaire Cramer et les nombreuses réactions qu’elle suscita en Allemagne voir Ruiz, p. 227-30 (...)

3Cramer venait d’avoir 41 ans et il avait déjà beaucoup traduit. Après avoir fait ses premiers pas dans cette voie, à partir de 1772, avec des œuvres danoises3, il avait donné une œuvre du français en allemand pour la première fois en 1780 : La Vie de mon père de Restif de la Bretonne. Avaient suivi jusqu’en 1793, pour ne retenir que des titres importants, Athalie, de Racine, La Nouvelle Héloïse, le Contrat social et Emile, de Rousseau4, et en 1794, l’Essai sur les privilèges et Qu’est-ce que le tiers état ?, de Sieyès, dont Cramer rêva d’être le héraut en Allemagne. Ces deux brochures, qui avaient sonné le glas de l’Ancien Régime en France, formaient sous le titre général « Réhabilitation de la Gironde » le tome XII de sa revue Vie humaine5, dont les précédents contenaient déjà, en traduction, plus d’un extrait de textes droit sortis de l’actualité révolutionnaire en France. Car, depuis 1789, Cramer était attentif à tous les écrits qui paraissaient au « pays des droits de l’homme » afin de s’en faire l’écho dans sa patrie. Mal lui en prit, après qu’il eût annoncé, le 8 novembre 1793, la publication prochaine de sa traduction des écrits du maire de Paris Jérôme Pétion qui était promis à une mort tragique depuis sa proscription par les montagnards en juin 1793. Était-il indiqué pour Cramer de présenter ce Girondin régicide comme un « esprit des plus humains » et un « homme remarquable qui souffrait maintenant, martyr de sa droiture » ? Le fait est que ce sont ces mots qui fournirent à ses ennemis le prétexte qu’ils attendaient pour lui nuire gravement : après l’avoir mis en demeure de s’expliquer sur ses opinions politiques, le gouvernement royal du Danemark le destitua le 6 mai 1794 de sa chaire à l’université de Kiel et prononça son bannissement de la ville, où collègues et étudiants manifestèrent vainement en sa faveur6.

  • 7 M.L., t. 18 : Ehrenrettung der Gironde. 2.-6. Stück. [Jean-Baptiste] Louvets [de Couvray] Schicksa (...)
  • 8 Erich Pelzer, Die Wiederkehr der girondistischen Helden. Deutsche Intellektuelle als kulturelle Mi (...)
  • 9 M.L., t. 18, p. 495-496. – Cf. Pelzer, p. 308-309.

4Sur le chemin de son émigration en France, le banni, accompagné de sa femme et de ses deux enfants, s’établit provisoirement à Hambourg, où il fréquenta Klopstock et le cercle de ses amis réunis autour du grand négociant Georg Heinrich Sieveking et de la célèbre famille Reimarus. Durant ce séjour de presque un an et demi dans la cité hanséatique, Cramer poursuivit sa collection La Vie humaine en publiant sous le titre « Le destin de Louvet », comme suite à sa « Réhabilitation de la Gironde », la traduction des Quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis le 31 mai 1793 que le conventionnel Jean-Baptiste Louvet de Couvray, un des principaux girondins rescapés de la Terreur, avait fait paraître à Paris au printemps 17957. Le texte, qui valut à son auteur une réelle popularité outre-Rhin8, était accompagné de réflexions de Cramer montrant la haute idée qu’il se faisait du métier de traducteur. Revendiquant hautement pour celui-ci la qualité d’écrivain à part entière, il soulignait la place importante pour l’humanité occupée par celui qui, par une telle activité, « fait profiter des idées d’un compagnon de combat en esprit appartenant à une nation étrangère celui qui ne comprend pas la langue de ce dernier ou qui n’a pas eu l’occasion de voir l’original d’un écrit ». Ce faisant, poursuivait Cramer, « il [le traducteur] rend plus utiles au bien général les trésors de vérité ou de joie des différents peuples »9. Mais comment ignorer les aspects matériels, forcément moins nobles, de sa condition ?

  • 10 Obermeier, p. 180.
  • 11 M.L., t. 18, p. 498.
  • 12 Ibid., p. 497, 500. – Cf. Pelzer, p. 309.
  • 13 Ibid., p. 83-96. – Cf. Pelzer, p. 310-311.

5Primum vivere, deinde philosophari, dit l’adage latin, et Cramer ne le savait que trop depuis que l’insuccès de son monumental hommage à Klopstock, paru en six volumes depuis 1780, l’avait plongé dans de sérieuses difficultés financières10. Ayant été alors forcé, pour subsister, à faire de la traduction, il savait d’expérience que cette « branche du métier des lettres (était), du moins en Allemagne, presque la seule à offrir les conditions d’une existence libre et même de l’existence tout court, le seul gage d’indépendance de l’écrivain vis-à-vis de l’arbitraire des grands […], du plaisir ou du déplaisir qu’ils prennent à la diffusion de sa vérité »11. Aussi, pas question de cacher le côté parfaitement « mercantile » de ce métier que Cramer comparait sans sourciller à celui du copiste de notes de musique ou du menuisier, la seule différence résidant dans le facteur de multiplication du produit fabriqué et son effet social12. Mais comment ignorer les difficultés auxquelles le traducteur avait à faire face pour assurer sa subsistance ? Cramer allait prendre l’habitude de tenir les lecteurs de sa Vie humaine au courant de ses comptes, après avoir commencé par insérer en plein milieu du texte de Louvet un curieux chapitre intitulé « Le Guignon » dans lequel il exposait les démêlés qu’il avait eus avec trois concurrents pour la traduction de certains écrits, en particulier ceux de Sieyès13. La Révolution française ayant fait naître en Allemagne une énorme demande en textes politiques sortis de son actualité, la lutte entre traducteurs était devenue féroce : comment en avoir la primeur et où, mieux qu’en France même, se l’assurer ?

  • 14 Ruiz, p. 139-152.
  • 15 Ibid., p. 149, 151-152.
  • 16 Ibid., p. 218-219.

6Depuis 1789, Cramer avait le regard tourné vers la « Terre promise de la liberté », comme il disait. Il vivait si intensément à l’unisson de la « grande nation », à ses yeux porteuse des plus beaux espoirs de l’humanité, qu’il était allé jusqu’à s’adresser personnellement à Vergniaud, un des principaux leaders de la Gironde, pour obtenir le titre de citoyen français comme la quinzaine d’étrangers – dont Klopstock, son « maître », Schiller et le célèbre pédagogue Campe – auxquels la Législative, dans un généreux élan de cosmopolitisme, avait accordé cet honneur, le 26 août 1792, pour avoir, « par leurs écrits et par leur courage, servi la cause de la liberté et préparé l’affranchissement des peuples »14. Il pensait en effet mériter la même distinction, lui qui avait fait connaître aux Allemands, par sa traduction du Contrat social de Rousseau, l’ouvrage dont il aurait bien vu placer le titre au sommet d’une colonne érigée sur les ruines de la Bastille, tant était grande à ses yeux l’importance de son auteur comme précurseur de la Révolution. Favorablement accueillie par Vergniaud, cette demande n’avait finalement abouti à rien par suite de la chute de la Gironde au printemps 179315. Ce qui n’avait cependant nullement empêché Cramer de solliciter du gouvernement danois, mais en vain, un congé pour aller à Paris à l’automne suivant. « Je suis ici en quelque sorte avec mon bâton de pèlerin à la main. Vous voyez donc si mes opinions me tiennent sérieusement à cœur », écrivait-il alors à un ami16.

7Pour « Cramer le Franc », aller à Paris était donc une idée déjà familière, quand il prit en 1795 la décision d’émigrer. Choix idéologique, assurément – puisque, écœuré par l’Ancien Régime en Allemagne, il avait adopté la France déjà comme patrie idéologique –, mais choix dicté aussi par une autre considération, certainement plus déterminante encore : n’ayant plus, depuis sa révocation, que sa plume pour gagner sa vie et contraint à la vouer avant tout à la traduction, l’activité alors la plus payante pour un écrivain dans sa situation, quel lieu de prospection plus propice que la « capitale du monde », qui focalisait depuis 1789 les regards du monde sur les bords de la Seine, pour récolter des textes intéressants, avant que d’autres s’en emparent en Allemagne ?

  • 17 Obermeier, p. 189-192.
  • 18 Helga Jeanblanc, Des Allemands dans l’industrie et le commerce du livre à Paris (1811-1870), Paris (...)

8C’est à la fin septembre 1795 que Cramer partit pour Paris où, à peine arrivé, il eut la chance extraordinaire de gagner à la loterie d’état. Ainsi put-il acquérir – un acte notarié en date du 27 octobre 1795 en fait foi – le ci-devant hôtel de la Guillonnière, déclaré bien national au début de la Révolution, aujourd’hui disparu, qui était situé rue des Bons-Enfants, à deux pas du Palais-Royal. Et c’est là qu’avec l’aide financière de son grand ami et protecteur hambourgeois Sieveking il établit les bases de sa nouvelle existence comme libraire-imprimeur. Premier Allemand à l’avoir fait dans le Paris du Directoire, il fut bientôt suivi par Hermann Henrichs, un ex-officier hanovrien gagné aux principes de la Révolution, qu’il hébergea momentanément dans sa maison et avec lequel il devait aussi entretenir de cordiales relations d’affaires17. Mais ce qui distingue Cramer de cet intéressant personnage comme des autres Allemands qui, de l’époque directoriale à l’Empire, contribuèrent à mettre en place à Paris un réseau très actif de commerçants du livre, appelé à se développer considérablement sous la Restauration et la monarchie de Juillet18, c’est qu’il doubla cette activité de celles, très soutenues, de traducteur et de chroniqueur de l’actualité française pour le compte d’importants périodiques d’outre-Rhin.

9En vouant une part très importante de son énergie et de son temps à des travaux de traduction, Cramer ajouta son nom à la liste de tous ceux, restés généralement obscurs, qui, à Paris, s’efforçaient alors comme lui de tirer d’une telle activité des moyens de vivre. Ils étaient si nombreux au début du Consulat, qu’un érudit hambourgeois de passage dans la capitale française qui connaissait bien Cramer, le chanoine luthérien Friedrich Johann Lorenz Meyer, parlait dans ses lettres d’une « corporation de traducteurs » qu’il qualifiait de « maudite », parce que, « (mettant) en circulation beaucoup d’articles médiocres », elle était, selon lui, responsable du manque d’intérêt des Français pour l’Allemagne. Il écrivait :

  • 19 Fr. J. L. Meyer, Briefe aus der Hauptstadt und dem Inneren Frankreichs, 2 vol., Tübingen 1803, t.  (...)

Comme si le flot de mauvais romans et de mauvaises pièces de théâtre en France n’était déjà pas assez fâcheux, on l’augmente encore de traductions des parutions les plus banales et les plus éphémères dans ce genre frivole de notre littérature, et, par-dessus le marché, des traductions qui sont fort mauvaises. D’un autre côté, les bons traducteurs font souvent, par ignorance, un choix médiocre d’écrits allemands, ou – ce qui est le cas le plus grave de tous – des œuvres de valeur supérieure et plus que supérieure tombent entre les mains de mauvais traducteurs.19

  • 20 Hermann Tiemann, « Neues aus Paris », p. 176.

10Sans doute Cramer peut-il avoir, lui aussi, plus ou moins mérité cette critique, mais ce qui fait son originalité incontestable par rapport à tous ceux auxquels elle s’adressait, c’est le plan ambitieux, transcendant le but mercantile forcément prioritaire de son activité, qu’il se fixa d’emblée : « Ce plan, écrivait-il à Klopstock, n’est rien de moins que de rester toujours Allemand en France et de servir, en tant que tel, d’intermédiaire pour une reprise des relations et des échanges à présent tout à fait bloqués ou plutôt inexistants entre les littératures des deux pays »20.

  • 21 Ibid.
  • 22 Tiemann, Deutsche im Paris des Direktoriums, p. 397-398, Cramer à Klopstock, Paris, 7 novembre 179 (...)

11Au vrai, Cramer caressait ce plan depuis 1789, mais « sans espoir », car jamais, comme il le disait lui-même, il n’aurait pu envisager sérieusement de le réaliser, si la Providence n’avait, à Paris, mis à sa disposition des moyens dont il n’aurait même pas rêvé auparavant21. C’était pour lui une « belle idée » que celle d’« unir davantage les nations dans la fraternité par une communication réciproque des produits de leur génie », et il s’exaltait à la pensée que « personne d’autre que (lui) n’avait encore eu en France cette idée pour l’Allemagne », que « peut-être personne d’autre n’était, de par son amour pour les Français, leur langue, leur caractère, leur constitution et leurs principes actuels, plus capable que (lui) de le faire » et qu’« (il) pourrait, si le ciel lui prêtait la santé, récolter de beaux épis sur un champ encore si totalement laissé en friche »22.

12Faisant vers la fin de l’année 1796 le bilan de son activité depuis son installation à Paris, voici comment il précisait au public allemand quelles ambitions et quels espoirs l’animaient :

Lorsqu’il y a environ un an, forcé par mon destin, je pris, sans pouvoir beaucoup et mûrement réfléchir, la décision quelque peu osée de quitter l’Allemagne pour toujours et de me choisir pour nouvelle patrie le seul pays où l’homme pensant jouit du premier de ses droits, c’est-à-dire de la liberté de communiquer aux autres, y compris publiquement et sans la moindre restriction, ce qu’il pense, je ne renonçai pas pour autant à mon ancienne patrie. Je partis bien plutôt, avec le cœur le plus allemand qui puisse être, vivre à Paris afin de travailler dans la mesure de mes forces pour l’honneur du génie de l’Allemagne, de sa langue, de ses sciences, de ses arts et de sa littérature. Le lettré et le commerçant ont et remplissent la haute mission d’aider à unir par des échanges spirituels et matériels les peuples que les ambitions sanglantes des grands, auxquels l’humanité a confié le soin de la guider, soulèvent les uns contre les autres pour qu’ils se détruisent mutuellement.

13Et, après avoir confessé que « (son) cœur aspirait et (avait) longtemps aspiré à prendre une part plus qu’ordinaire à cette noble mission », Cramer de préciser :

  • 23 M.L., t. 19, p. 1-2, 140-141. L’article intitulé « La commission » est coupé à la page 2 et repren (...)

De ce point de vue, mon but était, dans une perspective de réciprocité, de promouvoir et de répandre la langue, la culture et l’art allemand en France, où toutes ces catégories de choses sont presque inconnues […], de donner en Allemagne, avec laquelle les échanges interrompus et freinés par la triste guerre ne tiennent qu’à un fil très ténu, un nouvel élan à la langue, à la culture et à l’art français et de contribuer par tous les moyens […] à une circulation plus rapide et plus facile entre les deux pays. Je ne me cachais pas que ce champ était bien vaste, qu’il pourrait y avoir beaucoup de moissonneurs et qu’un seul ne peut faire complètement la récolte. Mais il m’a semblé que lier ne serait-ce que quelques gerbes sur ce champ était un projet qui mérite […] l’estime – puis-je le dire ? –, l’attention et le soutien de tout homme aux sentiments cosmopolites.
Après bien des peines, je suis parvenu, au bout d’un an, à m’acheter une maison à Paris, à m’y établir, à me faire des connaissances parmi l’élite des lettrés et des commerçants littéraires de France, ainsi qu’à nouer des relations qui me donnent l’espoir de pouvoir atteindre une partie du double but, dont j’ai parlé.23

  • 24 Staatsarchiv Hamburg (Abr. : SAH), Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, décembre 1 (...)
  • 25 Staats - und Universitätsbibliothek Hamburg (Abr. : SUBH), Klopstock-Nachlass, KN 48/204, Cramer à (...)

14De l’intention de se faire ainsi en France « passeur » des choses d’outre-Rhin germa ce projet d’Encyclopédie allemande surtout à l’usage des étrangers désireux de se familiariser avec l’Allemagne et les Allemands, dont la mise en chantier occupa Cramer à partir du printemps 1796 et qui ne devait finalement lui apporter que des déboires. Et d’abord, parce que son ami l’éditeur Campe, de Braunschweig, ne tarda pas à rompre le contrat d’association qu’il avait conclu avec lui pour la réalisation de cette ambitieuse entreprise24. Mis en grande difficulté par cette brutale défection, Cramer expliquait à Klopstock qu’ayant, « à proprement parler, basé [sur ce projet] tout l’achat de (sa) librairie », il était condamné « sur ce pavé extraordinairement cher [de Paris] », à travailler comme un damné pour vivre et faire vivre les siens. « Ma subsistance et celle de ma famille étaient suspendues à la pointe de ma plume », écrivait-il le 13 juillet 1797 en évoquant les mois précédents où « c’en aurait été fait de (lui) s’(il s’était) laissé décourager ». Mais il avait de l’énergie et ne renonça pas à son but qui restait, disait-il, d’« aider, dans la mesure de mes forces, à sauver notre chère patrie de la honte de l’ignorance on peut bien dire presque totale dans laquelle on se trouve en France à son sujet »25.

  • 26 Zentralbibliothek Zürich (Abr. : ZBZ), Ms V 506. – De même qu’il employa dans son imprimerie des J (...)
  • 27 Aus einer alten Kiste, p. 126.

15« Cramer a établi une fabrique de traductions. Il dicte quatre écrits à la fois et parvient ainsi à produire quarante-huit pages dans la matinée, je l’ai vu de mes yeux », écrivait le 26 mars 1797 Konrad Engelbert Oelsner, Allemand de Paris comme lui26, qui confirmait par cette observation ce que Mme Reimarus, l’amie de Hambourg, indiquait déjà un an plus tôt, quand, se référant à des nouvelles récemment reçues de Paris, elle écrivait : « Cramer imprime, écrit et traduit sans désemparer »27. Si pareils témoignages permettent de se faire globalement une idée de l’intense activité que Cramer déploya à Paris comme traducteur, il est par contre très difficile de recenser de façon précise toutes les traductions qui sortirent de sa « fabrique » de la rue des Bons-Enfants, car cette production massive est restée en partie anonyme.

  • 28 ZBZ, Ms V 506-150, Oelsner à Usteri, Paris, 21 germinal an IV (10 avril 1796). Cf. Ruiz, p. 547.
  • 29 Tiemann, Deutsche im Paris des Direktoriums, p. 385, Cramer à Klopstock, Paris, 6 février 1796.
  • 30 SAH, Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, 7 décembre 1797.
  • 31 Frankreich im Jahr 1797, t. 3, p. 334. Sur la traduction de la Claire d’Auguste Lafontaine, cf. in (...)

16Pour tenter d’en reconstituer l’ensemble, il faut, après avoir recensé les ouvrages que Cramer a nommément signés comme traducteur, glaner ailleurs des allusions qui le désignent comme tel pour d’autres. C’est ainsi qu’en avril 1796 Oelsner signalait que Cramer traduisait alors la brochure Sur les réactions politiques écrite par Benjamin Constant, en collaboration avec Mme de Staël, à l’occasion de la campagne pour les élections législatives du moment28. Ou c’est Cramer lui-même qui annonçait quelques semaines plus tôt à Klopstock qu’il venait de terminer la traduction du récit que l’Ex-Girondin Meillant avait fait de ses tribulations pendant la Terreur29. C’est, à la fin de l’année suivante, encore Cramer qui, dans une lettre à Sieveking, indiquait qu’il avait entrepris de traduire une relation de voyage en Suisse que le docteur Ebel, de Francfort, voulait lui donner à imprimer30. C’est aussi, vers la même époque, un autre médecin allemand qui, en visite à Paris, apprenait aux lecteurs de la revue Frankreich que Cramer traduisait en français « des œuvres de notre Lafontaine et de Huber »31.

  • 32 Petit Livre de morale pour les enfants. Traduit de l’allemand de J. H. Campe en français et en pol (...)

17On peut penser que proviennent de la plume de Cramer nombre d’écrits politiques français parus en allemand, in extenso ou en extraits, sans le nom du traducteur, dans Frankreich, grande revue pro-révolutionnaire qui paraissait depuis 1795 à Altona. Et la même remarque vaut aussi pour d’autres textes, traduits en sens inverse, tels ceux du publiciste Ludwig Ferdinand Huber. C’est ainsi que l’on a pu, non sans de bonnes raisons, attribuer à Cramer la version française du Petit Livre de morale pour les enfants de son ami Joachim Heinrich Campe paru en 1805, à Breslau, sans nom de traducteur32. D’autres livres ou brochures passés de même par ses mains peuvent exister encore, mais il n’en reste pas moins que le nombre des traductions dont Cramer est l’auteur avéré est déjà considérable.

  • 33 Claire du Plessis et Clairant, ou Histoire de deux amants émigrés. Traducteur : Charles Frédéric C (...)

18Deux traits caractérisent l’ensemble de cette œuvre : l’abondance et une extrême diversité, qu’il s’agisse des ouvrages d’importance et de qualité très inégale transposés de l’allemand en français et aussi de ceux qui le furent en sens inverse. En effet, contraint à ce travail pour subsister, Cramer ne pouvait se montrer difficile dans le choix des œuvres. Comment ne pas rechercher, au jour le jour, tout produit littéraire promettant un profit commercial ? D’où une course aux nouveautés, aux bonnes comme aux moins bonnes, en particulier à ces livres pratiques ou distrayants que le public achètera toujours, tant qu’il y aura des libraires. C’est ainsi que, dans le pêle-mêle des traductions de Cramer, une œuvre du rang de La Pucelle d’Orléans de Schiller voisine avec des publications oubliées aujourd’hui comme Claire du Plessis et Clairant, ou Histoire de deux amants émigrés, roman de l’aussi fécond que fade August Heinrich Julius Lafontaine qui faisait alors les délices du public d’outre-Rhin33.

  • 34 Klara du Plessis und Klairant. Eine Familiengeschichte französischer Emigranten. Von dem Verfasser (...)
  • 35 Regina Köthe, Vor der Revolution geflohen. Exil im literarischen Diskurs nach 1789, Wiesbaden 1997 (...)
  • 36 Claire du Plessis et Clairant, t. 1, préface non paginée [p. 1].

19Il est très significatif que ce récit sentimental pour âmes tendres et yeux larmoyants ait été la première traduction publiée par Cramer à Paris, au début de 1796. En effet, paru l’année précédente34, ce fut en Allemagne un des grands best-sellers de l’époque35. évidemment, Cramer ne manqua pas, dans la préface qu’il donna à sa traduction, de souligner que le livre avait eu « le succès le plus brillant » et que « nombre d’éditions promptement épuisées, indépendamment des contrefaçons, lui (avaient) acquis une célébrité qui, si l’on excepte le Werther de M. Goethe, (était) peut-être unique en ce genre »36. Rappelant aussi la vogue extrême que les Idylles de Gessner avaient connue en France sous l’Ancien Régime, il écrivait :

  • 37 Ibid., [p. 2-3].

De tous nos ouvrages allemands, j’ose assurer qu’il n’en est aucun qui soit aussi pastoral et qui approche autant le ton de Gesner [sic] que celui-ci. […] Il existe chez nous très peu de productions qui, par la pureté et la simplicité du style, fournissent aux Français autant de facilités pour se familiariser avec une langue riche, énergique et sentimentale qu’ils commencent déjà à goûter. J’espère que bientôt la France, devenue notre amie, appréciera le génie d’une nation qui, longtemps son imitatrice servile, a fini par rivaliser avec elle dans tous les genres de littérature.37

20Pareille publicité montre que Cramer faisait passer le profit commercial qu’il se promettait du livre avant l’idéologie qui l’avait inspiré. Ministre de la religion réformée et aumônier d’un régiment prussien, Lafontaine était en effet tout sauf un ami de la France révolutionnaire, et cela transparaissait nettement dans son roman. D’où le souci de Cramer de se démarquer nettement de lui en déclarant que, « républicain par principe et aspirant au titre de citoyen français », il était, pour sa part, « loin de partager (sa) façon de penser ». Et d’ajouter :

  • 38 Ibid., [p. 3-4].

La France en ce moment triomphante de l’Europe entière, […] M. Fontaine [ !] aura abandonné une opinion qui lui était commune avec tous les philosophes allemands, faibles amants de la liberté et entêtés de ce préjugé, partout érigé en dogme, qu’un grand état exclue nécessairement la possibilité d’une république.38

  • 39 Theodor Süpfle, Geschichte des deutschen Kultureinflusses auf Frankreich mit besonderer Berücksich (...)
  • 40 Frankreich im Jahr 1797, t. 2, p. 366 ; SAH, Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, (...)

21L’histoire de Claire et Clairant eut le succès escompté auprès du public français qui recommençait alors à priser, comme avant 1789, ce genre de littérature romanesque venue de l’étranger. Avec ses interminables et larmoyantes histoires d’amour et de famille situées à l’époque de la Révolution ou dans un Moyen Âge de fantaisie – il en fabriqua plus d’une centaine ! –, August Lafontaine était en passe de jouir en France d’une faveur qui allait durer jusque sous la monarchie de Juillet, faisant pendant à celle qu’il avait en Allemagne où, comme Mme de Staël eut l’occasion de le noter, « tout le monde a lu ses romans au moins une fois avec plaisir »39. Aussi peut-on dire qu’avec la première traduction de l’allemand qu’il donna en 1796 à Paris, Cramer fit œuvre d’initiateur, étant entendu qu’il y aurait eu mieux à faire que révéler aux Français un Lafontaine pour commencer auprès d’eux une carrière de « missionnaire » des lettres germaniques. Mais on comprend sa satisfaction et la fierté qu’il put éprouver à faire savoir à ses amis hambourgeois que sa traduction du roman de Claire et Clairant avait fait l’objet d’« un compte rendu au plus haut point flatteur » dans La Décade philosophique et que, déjà à la mi-août 1797, quelques centaines d’exemplaires étaient écoulés. « Tout le monde sans exception déclare que c’est le meilleur roman paru depuis des années »40, écrivait Cramer que ce succès commercial encouragea à reprendre le projet que la défection de Campe l’avait, l’année précédente, forcé à abandonner.

22Le 13 juillet, il annonça à Klopstock qu’il commençait maintenant une Bibliothèque germanique où, précisait-il :

je ne procède pas encore « a [ab] Jove principium », c’est-à-dire à partir de vous, mais où j’ai déjà l’intention de remonter un jour jusqu’à Jupiter, c’est-à-dire de vous mettre comme chantre du Messie et de Hermann sous les yeux des nouveaux Romains tel que leur pauvre langue peut permettre de le faire, et plus encore parce que j’ai parié ma tête que j’obligerai les Romains à apprendre l’allemand. Si j’y parviens, je dirai que je n’aurai pas vécu pour rien.

  • 41 SUBH, Klopstock-Nachlass, KN 48/204, Cramer à Klopstock, Paris, 13 juillet 1797.

23Dans cette perspective, ce qu’il avait déjà fait et comptait encore faire n’était, selon ses mots, que « jeux, travaux introductifs et préparatoires en vue du but principal », puisque, disait-il, « il faut donner aux enfants quelque chose de doux avant qu’ils apprennent à absorber une nourriture consistante »41. Mais quelle « douceur » présenter maintenant aux Français ?

  • 42 Claire du Plessis et Clairant, t. 1, préface [p. 4].
  • 43 Le comte de Donamar, traduit de l’allemand (de F. Bouterwek) par C. F. Cramer en société avec M. M (...)
  • 44 Ruiz, p. 766-767.

24Dans la préface de sa traduction de Claire du Plessis et Clairant, Cramer avait annoncé qu’au cas où, « dans cet essai », il aurait « le bonheur de rencontrer le goût du public », il donnerait par la suite une collection d’ouvrages du même genre, « dont l’Allemagne possédait un grand nombre encore inconnu en France et qui (méritaient) d’être offerts à ceux qui […] aiment à voir la morale en action et la peinture du cœur humain »42. Le succès de Claire ayant montré que le filon était bon, Cramer s’assura le concours du fils d’un acteur célèbre du moment, Monvel, pour donner en 1798 la traduction du Comte de Donamar en quatre volumes, un péché de jeunesse du philosophe Friedrich Bouterwek, roman médiocre que Cramer annonça comme le commencement d’une Bibliothèque germanique43, qui ne devait finalement pas mener à la réalisation de la vaste « encyclopédie allemande » qu’il avait en tête et dont elle devait être l’amorce44.

  • 45 J. F. Rochlitz, Anecdotes sur W. G. Mozart, Paris, an X-1802.
  • 46 C. A. Fischer, Voyage en Espagne aux années 1797 et 1798. Faisant suite aux voyages en Espagne du (...)
  • 47 D. H. Hegewisch, Histoire de Charlemagne, Paris an X-1802. C’est en 1777 qu’avait paru le Versuch (...)
  • 48 J. J. Eschenburg, Manuel de littérature classique ancienne. Contenant I. L’Archéologie, II. Une no (...)
  • 49 C. L. Hellwig, Précis des règles du jeu de guerre, rédigées d’après l’analyse de ce jeu par M. Hel (...)

25Les Anecdotes sur W. G. Mozart, de l’obscur Johann Friedrich Rochlitz45, le Voyage en Espagne et le Tableau de Valence, de Christian August Fischer, auteur de récits de voyage alors très en vogue46, l’Histoire de Charlemagne, de Dietrich Hermann Hegewisch47, le Manuel de littérature classique ancienne, de Johann Joachim Eschenburg48, le Précis des règles du jeu de guerre, d’après Johann Christian Hellwig49 : autant d’ouvrages d’un intérêt inégal traduits par Cramer en ordre dispersé, dont on ne voit guère le rapport avec le grand projet de médiation littéraire franco-allemande qui lui tenait à cœur et auquel ne peuvent être clairement rattachées que les versions françaises qu’il donna de La Bataille d’Hermann de Klopstock et de la Pucelle d’Orléans de Schiller.

  • 50 Sur Cramer, héraut de Klopstock en France, voir Ruiz, p. 801-807 ; Rainer Schmidt, « “Es wird ewig (...)

26C’est à un véritable apostolat – celui de la poésie de Klopstock – que l’émigré de Kiel brûlait de se vouer quand il s’établit à Paris, et c’est en véritable missionnaire de son idole, en qui il adorait le père fondateur des lettres germaniques, qu’il se comporta, convaincu qu’il était que le faire connaître aux Français, c’était les initier au génie de l’Allemagne même. Non que les Français aient, jusqu’à la Révolution, tout ignoré du chantre réputé sublime de La Messiade, mais ce n’est pas des aristocrates émigrés Outre-Rhin, qui s’intéressaient à lui et qui l’approchèrent parfois même personnellement à Hambourg, que l’on pouvait attendre une autre image de lui. Dans ces conditions, c’est le mérite de Cramer que de s’être attaché à ajouter au cliché ancien régime du « Milton allemand » la figure de celui qui était aussi l’auteur d’une poésie « révolutionnaire » justifiant le titre d’honneur de citoyen français que la Législative lui avait décerné en août 1792. Pour ce faire, Cramer rechercha d’abord – mais sans résultat – la collaboration d’hommes tels que Rouget de Lisle, l’auteur de La Marseillaise, et des deux grands poètes français du moment, Lebrun – surnommé « Lebrun-Pindare » – et Marie-Joseph Chénier. Établissant aussi des contacts avec l’acteur Monvel, les grands musiciens à la mode Méhul, Grétry, Lesueur, Chérubini et Reicha, les librettistes Guillard et Morel, il s’efforça – également sans succès, et ce, pour des raisons financières – de faire présenter Hermann sur scène, mais réussit par contre à donner des conférences sur le « barde » Klopstock et la mythologie germanique au Lycée républicain en 1799, conférences dont le but était de préparer le public à sa traduction de La Bataille d’Hermann, le premier des trois « bardits pour la scène » composant la trilogie d’Hermann que Klopstock avait publiés de 1769 à 178750.

  • 51 La Bataille d’Herman [sic], bardit de Klopstock, traduit de l’allemand par C. F. Cramer, Paris, an (...)

27Sortie de ses presses à la veille du coup d’état du 18 brumaire51, cette traduction tirée en 1 100 exemplaires – chiffre relativement important pour l’époque – n’eut apparemment pas le succès que Cramer espérait, mais cela ne l’empêcha pas d’en donner en 1801 une deuxième édition qu’il dédia au Premier consul de la République française en l’intitulant Le Tableau d’un héros, ou Vie dramatisée du Bonaparte des Germains. Traduit de l’allemand de F.-Th. Klopstock, citoyen français, titre que Cramer expliquait ainsi dans le « discours préliminaire » repris de la première édition :

  • 52 Ibid., p. XII.

Cet ouvrage qui, en outre, par son sujet même, paraît digne de fixer l’attention des fils belliqueux des Gaulois et des Francs, puisqu’il célèbre un ancien Buonaparte de la Germanie, est la bataille d’Arminius ou d’Herman, drame du poète épique le plus distingué de l’Allemagne, de Klopstock.52

  • 53 Alain Ruiz, « “Regulator der Geschicke der Welt”. Carl Friedrich Cramer und Napoleon », in Schütt (...)
  • 54 Tableau d’un héros, ou Vie dramatisée d’Herman, traduite de l’allemand de Frédéric Théophile Klops (...)

28Expression sincère de la profonde admiration qu’il vouait au nouveau maître de la France depuis le début de sa carrière en Italie et qui se transforma en véritable culte sous l’Empire53, cette dédicace n’en était pas moins dépourvue d’une intention commerciale évidente qu’explique l’immense popularité dont Bonaparte jouissait auprès des Français depuis son arrivée au pouvoir. Cette publicité était-elle trop criarde ou mal venue pour le gouvernement consulaire ? Déplut-elle à Klopstock, comme on peut le penser aussi ? Le fait est que Cramer renonça à toute allusion à Bonaparte dans le titre et la préface du nouveau tirage qu’il fit de sa traduction en 180354. De même, il abandonna son idée première de mettre en français toute la trilogie de Hermann, ce qui donne à penser qu’il constata qu’elle ne promettait pas le profit commercial qu’il pouvait légitimement espérer de sa tentative pour – comme il disait – « galliser » l’œuvre de son maître.

  • 55 Ruiz, p. 784, 807-808 ; Schmidt, p. 117-118.

29Cramer connaissait bien le français, mais il n’en avait pas moins besoin de l’aide de francophones pour « faire la toilette » de ses traductions. C’est ainsi qu’il compta d’abord, pour celle des bardits de Klopstock, sur Antoine-Gilbert Griffet de la Beaume qui avait déjà donné en français deux odes de celui-ci. Mais ce « Labaume », comme Cramer l’appelait, s’étant montré trop négligent, c’est finalement le latiniste distingué et italianisant chevronné J.-François-C. Blanvillain, grand admirateur de la Messiade, les « robusti quadri del Omero tedesco », comme il disait, qui révisa la traduction de La Bataille d’Hermann55.

  • 56 Ruiz, p. 755.
  • 57 Ibid., p. 725-730.

30Dès lors qu’il s’attachait ainsi à populariser les lettres allemandes auprès de ses nouveaux compatriotes, Cramer se rapprocha naturellement de certains des hommes qui, avant 1789, avaient contribué à la naissance d’une mode germanophile en France. C’est ainsi qu’il rencontra Nicolas de Bonneville, qui avait fait paraître à partir de 1782, avec l’Allemand de Paris Friedel, les douze volumes d’un Nouveau théâtre allemand réunissant vingt-sept pièces, dont Les Brigands de Schiller56. De même, il connut personnellement Restif de la Bretonne, ce génial Bourguignon en odeur de crapulerie et de débauche qui, vers 1785, avait appartenu à Paris au petit groupe de novateurs, contempteurs de la tragédie classique française, qui prônaient l’imitation du théâtre allemand. Ayant déjà traduit en 1780 une œuvre de lui – La Vie de mon père –, Cramer conçut maintenant le projet de faire de même avec ses mémoires intimes Monsieur Nicolas ou le Cœur humain dévoilé, série de seize volumes sortis de 1794 à 1796, « monument littéraire du siècle », comme on a dit, « digne de figurer à côté des Confessions de Rousseau » et qui intéressa vivement Goethe comme Schiller. L’entreprise était énorme et elle tourna court57.

  • 58 Ibid., p. 755-760.
  • 59 Jeanne d’Arc ou la Pucelle d’Orléans, tragédie en cinq actes. Auteur Frédéric Schiller, poète alle (...)
  • 60 Ruiz, p. 756 ; Obermeier, p. 200.

31Louis-Sébastien Mercier, le célèbre auteur du Tableau de Paris, avait été avant la Révolution le plus en vue des écrivains français germanophiles et il n’avait rien perdu de ses sympathies pour la culture germanique quand Cramer fit sa connaissance à Paris à la fin octobre 1795 et noua avec lui les liens d’une exceptionnelle familiarité58. Cimentant chaque jour davantage leur amitié par le désir commun de promouvoir en France le goût de la littérature allemande et associant leurs efforts pour y parvenir, ils publièrent ensemble en 1802 une traduction de La Pucelle d’Orléans de Schiller59 et envisagèrent un peu plus tard de lancer en commun une collection intitulée Théâtre étranger qui aurait fait connaître les principales œuvres dramatiques allemandes en commençant par l’Ugolino de Gerstenberg et la Marie Stuart de Schiller. Mais en ces débuts de l’époque napoléonienne qui mettait à l’honneur le classicisme français et ses épigones, les deux amis se heurtèrent à une résistance d’autant plus forte du public qu’ils compromirent eux-mêmes le succès de leur entreprise par leur germanomanie trop tapageuse60.

  • 61 William Webb Pusey, Louis-Sébastien Mercier in Germany. His Vogue and Influence in the Eighteenth (...)
  • 62 M. L., t. 2, p. 51 sq., lettre à Campe, Kiel, 26 novembre 1789. Sur les relations de Cramer avec M (...)
  • 63 Das neue Paris. Vom Bürger Mercier. Übersetzt vom Bürger C. F. Cramer, 2 Theile, Braunschweig, bei (...)
  • 64 Pusey, p. 43 sq.
  • 65 Briefe von und an Klopstock, p. 368-369, lettre de Cramer, Paris, 14 mars 1796 ; Herzog August Bib (...)
  • 66 Cité par Pusey, p. 51.

32Durant les trois dernières décennies du xviiie siècle, Mercier jouit, selon le mot d’un contemporain, d’une « renommée colossale » outre-Rhin, où on lut et traduisit ses œuvres à l’envi, joua, imita ou adapta avec grand succès ses nombreuses pièces de théâtre – en particulier Le Déserteur, La Brouette du vinaigrier et Jeneval – et discuta fiévreusement ses conceptions littéraires qui influèrent sur l’esthétique dramatique du Sturm und Drang61. Cramer, qui l’appelait déjà « (son) favori » avant de le connaître personnellement62, apporta sa contribution à cette gloire en faisant paraître à Brunswick, en association avec le libraire Vieweg, une traduction, enrichie de commentaires hautement laudatifs, du Nouveau Paris63, suite du célèbre Tableau de Paris qui, dans les années 1780, avait donné auprès des Allemands un éclat si brillant au nom de Mercier64. Dès 1796, celui-ci avait promis à Cramer son propre manuscrit pour la traduction qui, bien que déjà bien avancée en novembre 179865, ne devait finalement sortir en deux parties qu’à la fin de l’année 1799 et en 1800 pour valoir à Cramer, à côté de certains éloges, cette sévère critique de la Neue deutsche Bibliothek : « Citoyen Cramer, épicier et marchand de mots ! Comme vous traduisez souvent ! Comme vous violez et mutilez la langue allemande »66 !

  • 67 Ansichten der Hauptstadt des französischen Kaiserreichs vom Jahr 1806 an, von Pinkerton, Mercier u (...)
  • 68 Ibid., t. 1, préface, p. 11 sq.
  • 69 Ibid., p. 12.

33En 1807 et 1808 – l’année de sa mort –, Cramer devait publier en allemand des Vues de la capitale de l’empire français à partir de l’année 1806 qui contenaient, outre des produits de sa propre plume et de l’Ecossais John Pinkerton, des textes de Mercier traduits67. Ce « mélange non dépourvu de piquant », ainsi qu’il le qualifiait68, présente un ensemble intéressant de tableaux de la vie et des curiosités parisiennes, mais Cramer, sacrifiant à une mauvaise habitude, a non seulement truffé les pages de Mercier qu’il a mises en allemand de mots français placés entre parenthèses, mais les a aussi alourdies de notes et surchargés d’éloges à l’adresse de Mercier qu’il appelait « notre maître à tous »69.

  • 70 Briefe von und an Klopstock, p. 368, lettre de Cramer, Paris, 14 mars 1796.
  • 71 Frankreich im Jahr 1798, t. 1, p. 223.

34En dépit de la renommée douteuse que Mercier s’était attirée par son goût excessif de la publicité et ses attaques maladroites contre la « civilisation » qui lui valurent le surnom de « singe de Jean-Jacques », il est certain que sa présence à Paris fut précieuse pour Cramer. Député au Corps législatif, membre de l’Institut depuis sa création, il avait, tant dans le monde politique que dans celui des lettres, des arts et des sciences, de nombreuses relations et il en fit largement profiter son ami allemand. C’est ainsi qu’il lui confia des travaux d’imprimerie pour l’Institut et qu’ayant promis de l’aider en tout de son mieux70, il lui fit ouvrir plus d’une porte et connaître bien des gens intéressants, même s’ils n’étaient pas tous aussi célèbres que Restif de la Bretonne ou Beaumarchais que Cramer connut aussi71.

35Parmi les Français germanisants dont la fréquentation plus ou moins familière et suivie eut un impact sur ses activités de traducteur, Mercier marqua, à côté de Bonneville, la présence de l’élément démocratique et républicain, Charles Vanderbourg, et Charles de Villers celle de l’élément aristocratique, nostalgique de l’Ancien Régime. Officiers de l’armée royale émigrés, l’un comme l’autre, au début de la Révolution, ces deux précurseurs de Mme de Staël placèrent donc Cramer au confluent des deux courants qui, portés par des sensibilités politiques opposées, alimentèrent à l’époque du Consulat le besoin de cosmopolitisme littéraire des Français en général et, en particulier, leur curiosité pour l’Allemagne.

  • 72 Roland Mortier, Un précurseur de madame de Staël : Charles Vanderbourg (1765-1827). Sa contributio (...)
  • 73 Poésies de Marguerite-Eleonore-Clotilde de Vallon-Chalys, depuis madame de Surville, poète françai (...)
  • 74 SUBH, Campe-Sammlung 1, Cramer à August Campe, Paris, 26 mai 1803.

36Profitant des mesures prises par Bonaparte pour rallier les éléments modérés de l’émigration, Vanderbourg vint s’installer à Paris dès le début de novembre 1800 et ne pouvait que plaire à Cramer par ses goûts de « passeur » et sa germanophilie non exclusive d’un grand éclectisme72. Admirateur de Klopstock qu’il approcha à Hambourg, ami du philosophe Jacobi, traducteur du Laocoon de Lessing, Vanderbourg publia en 1803 les Poésies de Clotilde, cette célèbre supercherie littéraire dont, à la fois « mystificateur et mystifié », il tira la célébrité qu’il avait recherchée en vain jusque-là73. Enthousiasmé, Cramer, qui était toujours en quête de nouveautés à transmettre aux gens d’Outre-Rhin, y voyait « le monument le plus admirable de la vieille poésie des troubadours » et, déclarant ne connaître que « la découverte d’Ossian par Macpherson et des Minnesinger par Bodmer pour égaler cette trouvaille », il suggéra à l’éditeur August Campe, de Hambourg, de « reproduire ces poésies avec une traduction allemande de l’excellente préface de Vanderbourg et, en tout cas, des explications allemandes du vieux-français », ce qui « pourrait devenir un classique et un bon article ». Et d’ajouter : « Si […] vous n’avez personne de mieux, je me chargerai du travail […] »74.

  • 75 En effet, point de traces d’une traduction allemande des Poésies de Clotilde dans les répertoires (...)
  • 76 Frankreich im Jahr 1803, t. 2, p. 99-115, 340-355, t. 3, p. 3-19, 127-149.
  • 77 Roland Mortier, Les « Archives littéraires de l’Europe » (1804-1818) et le cosmopolitisme littérai (...)
  • 78 Obermeier, p. 197.

37L’éditeur Campe ne semble pas avoir donné suite à l’offre de Cramer75, lequel fit cependant paraître dans la revue Frankreich une série de quatre longs articles sur les « divines poésies » de la prétendue poétesse du xve siècle Clotilde de Surville76. C’était le moment où Vanderbourg était tout entier absorbé par le projet qui devait aboutir en janvier 1804 à la naissance de ses Archives littéraires de l’Europe, le journal le plus représentatif du cosmopolitisme littéraire en France à l’aube du xixe siècle77. Animé, comme il l’était, de préoccupations semblables à celles de Vanderbourg, comment Cramer aurait-il pu ne pas s’intéresser à cette entreprise ? C’est ainsi qu’il fut le premier imprimeur de la revue et, même s’il n’y publia apparemment rien, il exerça à l’évidence sur ses orientations une influence directe que trahit en particulier la place d’honneur que Klopstock trouva dans la revue jusqu’en 180778.

  • 79 Ruiz, p. 776-794.
  • 80 Ibid., p. 794-798. – Cf. Ludwig Geiger, « Eine deutsche Zeitschrift in Frankreich (1805) », in Zei (...)

38Le projet de faire connaître aux Français la culture allemande ne quittait pas Cramer, même après qu’il ait été victime d’une véritable escroquerie de la part de ses trois associés français après le lancement en 1800 d’une Bibliothèque germanique qui fit fiasco lamentablement79. Ne se trouva-t-il pas prêt à participer encore à un projet du même genre ? L’initiateur en était Charles de Villers, ce noble d’origine lorraine, officier d’artillerie en 1789, qui avait émigré comme Vanderbourg en Allemagne et qui avait trouvé là-bas l’élément culturel dans lequel il s’épanouit en nourrissant le désir presque fanatique de faire boire aussi ses compatriotes à cette source80.

  • 81 SUBH, Villers-Nachlass, Fasz. 12, Cramer à Villers, Leipzig, 6 juin 1802.
  • 82 Versuch über den Geist und den Einfluß der Reformation Luthers. Eine gekrönte Preisschrift von Kar (...)

39Se parant fièrement du nom de « Germano-Gaulois », Cramer disait avoir trouvé en Villers un allié pour mener un « travail commun en vue de parvenir à ce grand but qui était d’humaniser l’humanité en détruisant les préjugés que les nations nourrissent les unes contre les autres »81. Un allié avec lequel il se sentait d’autant plus en harmonie que celui-ci, grand admirateur de Klopstock, s’était montré désireux, comme lui-même, de faire connaître aux Français cet « Homère de l’Allemagne » dès qu’il avait découvert sa poésie. Mais de cette amitié n’est restée finalement, en dehors de leur correspondance, que la traduction allemande donnée en 1805 par Cramer de l’Essai sur l’esprit et l’influence de la réformation de Luther, dont le mérite est d’avoir vivement contribué à alimenter outre-Rhin le débat européen ouvert par l’ouvrage du Français82.

  • 83 Sur Cramer, traducteur de Diderot, voir Ruiz, p. 817-825.

40On le voit : l’originalité de l’exilé Cramer, traducteur à Paris, est d’avoir agi concomitamment dans le sens Allemagne–France et dans le sens inverse. Face à ses traductions de l’allemand en français, ses traductions du français en allemand forment un ensemble non moins considérable qui présente la même caractéristique principale que l’ensemble des autres. Par souci commercial, c’est avant tout vers les nouveautés que Cramer orienta ses choix, qu’il s’agisse d’un traité savant comme le livre de Villers sur la Réforme luthérienne ou d’un tableau littéraire comme le Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier ou encore des œuvres posthumes de Diderot, les Essais sur la peinture et le roman La Religieuse83.

  • 84 Roland Mortier, Diderot en Allemagne (1750-1780), Paris 1954, p. 243.
  • 85 Die Verräther. Nach Diderot, 2 vol., Monomotapa [Braunschweig], 1793. – Cf. Obermeier, p. 202-203.
  • 86 Frankreich im Jahr 1796, t. 1, p. 86-87.
  • 87 Sämmtliche Werke von Dionysius Diderot. Übersetzt von Carl Friedrich Cramer, deutschem Buchdrucker (...)
  • 88 Sämmtliche Werke von Dionysius Diderot. Übersetzt von Carl Friedrich Cramer, deutschem Buchdrucker (...)

41Depuis le début de l’année 1790 s’était formé autour de Diderot, mort en 1784, comme on a dit, « une sorte de marché littéraire dans lequel traducteurs et éditeurs essayaient de s’imposer et de se gagner mutuellement de vitesse »84. Le montre bien la hâte avec laquelle Cramer se précipita sur les Essais sur la peinture parus en 1795 avec les Observations sur le salon de peinture de 1765. Ayant déjà traduit en Allemagne anonymement, et pour cause – il était encore professeur ! –, le roman libertin Les Bijoux indiscrets du père de l’Encyclopédie85, il ne pouvait qu’être intéressé par la révélation tardive d’un Diderot critique d’art, mais s’il se mit aussitôt au travail, c’est surtout, bien évidemment, parce que l’affaire était prometteuse. Dès la fin janvier 1796 – il était à Paris depuis quatre mois à peine –, il avait terminé la traduction et comptait que l’impression en serait achevée pour la foire pascale de Leipzig. Ce qu’il annonça au plus vite, afin de décourager toute concurrence, dans le journal Frankreich en prédisant que le livre qu’il louait en termes dithyrambiques « (ferait) sûrement grande sensation en Allemagne », où « depuis le Laocoon de Lessing et les écrits de Winckelmann rien de semblable n’(avait) été écrit sur les beaux-arts »86. Tel fut le cas : la critique d’Outre-Rhin réserva le meilleur accueil à la traduction87, et il en fut de même pour celle que Cramer, en lutte de vitesse avec des rivaux suisses, donna peu après, en un temps record, de l’autre œuvre posthume de Diderot parue en 1796, le roman La Religieuse88, méritant entre autres l’éloge suivant de l’Allgemeine Literatur-Zeitung, d’Iéna, le premier organe critique d’Allemagne :

  • 89 Ruiz, p. 822.

Monsieur Cramer continue à mériter la gratitude des amis du bon goût par ses traductions de chefs-d’œuvre étrangers. […] Il est douteux […] qu’il existe une traduction qui satisfasse à un plus haut degré aux obligations de fidélité et de lisibilité.89

  • 90 Atala, oder die Liebe zweyer Wilden in der Wüste, von Franz August [ !] Chateaubriand. Übersetzt v (...)

42Malgré ce succès, Cramer ne poursuivit pas l’édition des œuvres complètes de Diderot en allemand, dont les traductions de l’Essai sur la peinture et La Religieuse devaient être les deux premiers volumes. Renonça-t-il parce qu’au milieu de tous ses autres travaux il ne se sentit pas le souffle nécessaire pour aller jusqu’au bout ? Il est en tout cas fort probable, pour ne pas dire certain, que ce sont des considérations commerciales qui furent déterminantes, surtout pour son confrère libraire Friedrich Hartknoch, de Riga, qui était en charge des frais de l’entreprise. Parurent en effet à Paris, en 1798, les quinze volumes des Œuvres de Diderot, « publiées sur les manuscrits de l’auteur » par Naigeon, première édition française complète qui représentait un grand danger pour l’édition allemande, du fait que le public germanique cultivé ne pouvait que préférer lire Diderot dans le texte original. Les choses en restèrent donc là, mais quoi qu’il en soit, la contribution de Cramer à la diffusion de l’œuvre posthume de Diderot en Allemagne à la fin des années 1790 n’en constitue pas moins pour lui un important titre de gloire comme passeur littéraire de sa patrie d’adoption vers celle de sa naissance, et il est plutôt piquant que ce soit aussi lui qui, le premier, ait présenté aux Allemands dans leur langue, peu après une histoire aussi irréligieuse que celle de la nonne de Diderot, l’Atala de Chateaubriand, ce touchant récit des « amours de deux sauvages dans le désert » destiné à illustrer le « génie du christianisme »90.

  • 91 Subh, Cramer à Klopstock, 1er prairial an IX.

43Pas de doute, c’est au premier chef la nouveauté sensationnelle de l’œuvre, promesse de succès commercial aussi de l’autre côté du Rhin, qui détermina Cramer à la traduire en allemand dès sa parution, non l’idéologie dont elle était porteuse à l’heure où, au grand scandale du parti des Lumières, le Premier consul Bonaparte scellait par le Concordat la réconciliation des Français avec l’église catholique romaine. Cela n’exclut cependant en rien que le fils de pasteur luthérien passé par l’école des Philosophes qu’était Cramer ait aussi réellement goûté le romantisme de l’idylle tragique contée par Chateaubriand. « J’ai mis en allemand une œuvre poétique ravissante qui vient de paraître, Atala, et aussi – car il faut bien vivre – traduit en français les Voyages en Espagne de Fischer », écrivait Cramer à Klopstock le 21 mai 180191, montrant par ces mots que toutes les traductions qui sortirent de sa plume ne sauraient être considérées comme des travaux purement alimentaires.

  • 92 Atala parut le 3 avril 1801, et Cramer annonça le 21 mai suivant qu’il en avait déjà achevé la tra (...)

44Comme toujours, Cramer était allé très vite en besogne malgré ses multiples activités92. Pour quel résultat ? On lit dans l’Allgemeine Literatur-Zeitung le jugement suivant :

  • 93 Allgemeine Literatur-Zeitung, 1803, no 279, 5 octobre, col. 29.

On remarque certes très vite dans la traduction allemande le talent bien connu et le sentiment poétique de son auteur, mais ici et là, aussi, la hâte avec laquelle M. C (ramer) désirait répandre au plus vite parmi ses compatriotes cette admirable nouveauté. Un homme doué d’un sens musical aussi profond que lui aurait sinon accordé certainement plus d’attention au rythme des périodes. De même, il aurait évité les gallicismes qui lui ont échappé plusieurs fois […]. Un traducteur ordinaire aurait cependant traité avec beaucoup moins de sentiment et d’application bien des beautés de l’original qui ont été rendues avec bonheur.93

  • 94 Hohmann, p. 324.

45On ne pouvait enrober avec plus de courtoise élégance les critiques que la traduction de Cramer mérite. En tout cas, les défauts relevés ne nuisirent en rien à son succès auprès du public germanique : à preuve la seconde édition du livre qui parut en 1805, augmentée et remaniée94, justifiant l’honneur que Cramer pouvait tirer d’avoir été le premier à populariser aussi largement Outre-Rhin le nom d’un écrivain devenu dès ses premiers pas dans la carrière une des étoiles de première grandeur des lettres françaises.

  • 95 SUBH, Sammlung Campe 1, 53c, Cramer à Campe, Paris, 15 brumaire an XI (6 novembre 1802).

46À peu près un an et demi après Atala, une nouvelle sensation littéraire mit Cramer encore une fois en alerte. L’abbé Delille, le fameux auteur des Jardins, un survivant de la poésie didactique du temps des lys qu’on honorait toujours comme un véritable génie, s’apprêtait, à peine rentré d’émigration, à publier le poème Malheur et pitié, dans lequel il évoquait d’une plume pathétique le calvaire de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Son éditeur parisien Giguet, associé à Michaud, apprit à Cramer qu’il était prêt à concéder à un libraire allemand pour la coquette somme de 1 000 livres la traduction qui pourrait paraître en même temps. Une condition cependant : le travail devait être fait chez lui, afin d’éviter toute fuite. Cramer en avisa aussitôt son confrère August Campe, à Hambourg, pensant qu’il y trouverait son compte s’il croyait « que les écrits de Delille pouvaient trouver en Allemagne un accueil aussi bon qu’en France où leur débit (était) énorme ». Se proposant pour négocier l’affaire, il offrait aussi ses services de traducteur : 18 livres le cahier de seize pages, prix très raisonnable, remarquait-il, puisque les libraires Vieweg et Voss, de Leipzig, le lui avaient payé 24 livres, quand il avait traduit pour eux le Nouveau tableau de Paris de Mercier et Atala de Chateaubriand95. Mais Campe préféra s’abstenir. De même, ses confrères Hoffmann et Perthes auxquels Cramer avait demandé de transmettre la proposition. C’était à la fin de l’année 1802.

  • 96 Cf. supra notes 74-75.
  • 97 Cf. supra note 82.
  • 98 André Jaubert, Un Provençal illustre. Just-François-Marie Raynouard (1761-1836), Toulon 1936, p. 1 (...)

47Un projet avorté, donc, comme cela devait être encore le cas l’année suivante pour les sensationnelles Poésies de Clotilde auxquelles Cramer ne put pas davantage intéresser Campe96, mais aussi des opérations réussies, telle la traduction de l’écrit de Charles de Villers sur la Réforme luthérienne qui fut en 1805, on l’a vu, couronnée de succès97, et plus encore, celle de la tragédie de Raynouard, Les Templiers, qui fut un énorme succès, l’opposition de quelques critiques, après chaque nouvelle représentation, ne faisant qu’exciter le public de la suivante à redoubler d’applaudissements. On a peine aujourd’hui à concevoir pareille effervescence autour de cette pièce oubliée avec laquelle Raynouard croyait fonder le genre de la tragédie nationale. Mais elle était dans le goût classicisant du moment et Napoléon lui-même, sur l’ordre duquel elle fut représentée, avait marqué son intérêt pour elle : en fallait-il plus pour en faire le plus grand succès théâtral de l’époque impériale98 ?

  • 99 Individualitäten aus und über Paris von Carl Friedrich Cramer und seinen Freunden. In freien Hefte (...)
  • 100 Ruiz, p. 830-831.

48Deux mois et demi à peine s’étaient écoulés depuis la première des Templiers qui eut lieu au Théâtre-Français, le 14 mai 1805, que Cramer annonçait dans une lettre à son frère sa traduction de ce « très beau produit de la muse dramatique » : « Comme tu le sais sans doute déjà, écrivait-il, la célébrité de Raynouard est montée aux étoiles d’un seul coup. Depuis longtemps, rien n’a provoqué un pareil enthousiasme dans le public »99. La traduction parut en 1806, à Leipzig, pratiquement en même temps qu’une autre à Strasbourg, que devait suivre une troisième à Stuttgart, tandis que sortaient aussi des traductions hollandaise, espagnole et italienne. Il avait fallu faire vite pour devancer les concurrents, ce qui explique les carences de la traduction de Cramer qui en avait parfaitement conscience. à preuve le commentaire critique qu’il publia en faisant remarquer que son travail valait, malgré tout, mieux que celui de son rival de Strasbourg, Ehrenfried Stöber, qui, avec la métrique qu’il avait choisie, n’avait donné selon lui qu’« une servile imitation de Schiller »100.

  • 101 Memoiren über die Tempelherren, oder Neue Aufklärungen über ihre Geschichte, ihren Prozess, die ge (...)
  • 102 Ruiz, p. 833-840.

49À l’heure où parut sa traduction des Templiers de Raynouard qu’il fit aussitôt suivre de celle des Mémoires historiques sur les Templiers dus à la plume de Philippe-Antoine Grouvelle101, Cramer avait commencé à élargir son horizon littéraire et commercial en donnant deux directions nouvelles à sa passion de servir d’intermédiaire culturel entre les peuples. Il envisageait de « transplanter », comme il disait, sur le sol français comme sur le sol allemand l’œuvre dramatique de l’Anglaise Joanna Baillie – « madame Shakespeare », ainsi qu’il l’appelait – et, en même temps, ayant noué à Amsterdam des contacts d’affaires amicaux avec Friedrich Arnold Brockhaus, le fondateur de la plus célèbre dynastie d’éditeurs allemands, il voulait aussi rapprocher, sur la base de la parenté linguistique, le théâtre des Allemands de celui des Hollandais qui n’étaient alors à ses yeux que les « imitateurs serviles des formes françaises ». Séduit par « la richesse et la vigueur » du néerlandais, il entendait détruire les préjugés que ses compatriotes, imbus de la noblesse de leur haut-allemand, nourrissaient contre cette langue. Préjugés qui étaient, selon lui, aussi injustes que ridicules puisque la langue néerlandaise était « la sœur et la cousine » de la leur et, de par ses formes et sa structure, comme il disait, « chair de notre chair allemande et os de nos os allemands »102.

  • 103 Ibid., p. 840-847.

50Cependant, de très graves difficultés financières ne permirent pas à Cramer de réaliser ces nouveaux projets. Dans l’état de crise grave où se trouvait alors la librairie en général, il fut contraint par des opérations malheureuses, en grande partie imputables aussi à son manque de prudence et son mode de travail brouillon, à liquider sa firme et même à vendre, avec son officine d’imprimerie, sa maison de la rue des Bons-Enfants, pour mourir peu après, le 8 décembre 1807, à l’âge de 53 ans, complètement ruiné103, mais toujours rêvant d’échanges culturels entre les peuples ayant pour canal privilégié la traduction de leurs produits littéraires.

51Exilé à Paris depuis 1795, c’est dans ce sens qu’il avait œuvré avec d’autant plus d’opiniâtreté que la traduction était aussi pour lui un moyen de subsistance. Authentique enfant du cosmopolitisme des Lumières, ce Germano-Français, dont l’horizon, déjà avant son émigration de Kiel à Paris, incluait le Danemark et s’élargit ensuite en direction de l’Angleterre et de la Hollande, mérite véritablement le nom d’Européen, car il appelait de ses vœux un avenir où tous les peuples du Vieux Continent – sans exclusive aucune pour les autres – seraient pacifiquement réunis, pour échanger leurs richesses, autour de la France née de la Révolution, dont la capitale constituerait à la fois le réceptacle des rayons venus de toutes les nations et un foyer de leur diffusion pour l’univers entier.

  • 104 Sur cette polémique autour des épigrammes publiées en 1796 par Goethe dans les Xénies contre « Cra (...)

52Cramer s’était attiré par une critique maladroite la violente hostilité de Goethe qui, en 1796, n’ajouta certainement pas à sa gloire en le traitant publiquement dans une épigramme venimeuse – jeu de mots facile – de Cramer der Krämer (« Cramer l’épicier »), à l’heure même où celui-ci, contraint de s’exiler avec femme et enfants, essayait de se construire les bases d’une nouvelle existence à Paris. Mais Cramer avait fièrement relevé l’injure pour se parer avec ostentation de ce surnom qui se voulait infamant104, et ce n’est pas une des moindres curiosités de sa vie qu’en cherchant par nécessité, mais aussi par idéal, à se faire comme traducteur et comme « colporteur », ainsi qu’il aimait à se définir, un actif intermédiaire dans le dialogue des peuples, il ait œuvré tout à fait dans l’esprit de la Weltliteratur telle que le vieux Goethe devait la définir une vingtaine d’années après la mort de son ennemi. Car ses multiples activités de « passeur » dans le cadre d’un vaste réseau international de connaissances sont allées tout à fait dans le sens de cette « littérature universelle » qui, selon le grand Weimarien, devait se réaliser non seulement dans les traductions de livres d’une langue dans les autres, dans les communications de journaux et de revues d’un pays à l’autre et dans des commentaires sur les « produits de l’étranger », mais encore dans les relations personnelles entre les littérateurs des différentes nations, dans un intense échange de correspondances, ainsi que dans des rencontres et des voyages multipliés.

Notes

1 Carl Friedrich Cramer, « Auszug aus dem Tagebuch eines Deutschen in Paris », in Frankreich im Jahr 1795, t. 3, p. 80.

2 Il est renvoyé ici aux études d’ensemble d’Alain Ruiz, Le Destin franco-allemand de Carl Friedrich Cramer (1752-1807). Contribution à l’étude du cosmopolitisme européen à l’époque de la Révolution française. Thèse de doctorat d’état, université de Paris III, 1979 (Cité Ruiz) ; Petra Blödorn-Meyer, Michael Mahn, Rüdiger Schütt, Carl Friedrich Cramer. Revolutionär, Professor und Buchhändler, Nordhausen 2002 ; Rüdiger Schütt (Hg.), « Ein Mann von Feuer und Talenten ». Leben und Werk von Carl Friedrich Cramer, Göttingen 2005.

3 Frank-Peter Hohmann, « Bibliographie Carl Friedrich Cramer », in Schütt (Hg.), p. 315-335, ici p. 322.

4 Franz Obermeier, « Übersetzen und vermitteln. Carl Friedrich Cramer und der deutsch-französische Kulturaustausch », in Schütt (Hg.), p. 177-244, ici p. 180-186 ; Hohmann, p. 322.

5 Menschliches Leben (Cité M.L.), t. 12 : Eleutheria. 1. Stück. Ehrenrettung der Gironde. 1. Stück. Sieyes Schriften : Versuch über die Vorrechte und Was ist der Bürgerstand ? 1. Stück, 1794. – Cf. Ruiz, p. 574-575 ; Id., « Un admirateur allemand de Sieyès : Karl Friedrich Cramer », in Revue d’histoire diplomatique, t. 88, 1974, p. 259-311.

6 Sur l’affaire Cramer et les nombreuses réactions qu’elle suscita en Allemagne voir Ruiz, p. 227-301.

7 M.L., t. 18 : Ehrenrettung der Gironde. 2.-6. Stück. [Jean-Baptiste] Louvets [de Couvray] Schicksal. Nebst anderen Aufsätzen von Riouffe, Isnard, Madame Roland, den Reden im Convent, & c. über den Märtyrertod, die Flucht und die Wiedereinsetzung der Girondisten. 1.-5. Stück, 1795.

8 Erich Pelzer, Die Wiederkehr der girondistischen Helden. Deutsche Intellektuelle als kulturelle Mittler zwischen Deutschland und Frankreich während der Französischen Revolution, Bonn 1998, p. 173-181.

9 M.L., t. 18, p. 495-496. – Cf. Pelzer, p. 308-309.

10 Obermeier, p. 180.

11 M.L., t. 18, p. 498.

12 Ibid., p. 497, 500. – Cf. Pelzer, p. 309.

13 Ibid., p. 83-96. – Cf. Pelzer, p. 310-311.

14 Ruiz, p. 139-152.

15 Ibid., p. 149, 151-152.

16 Ibid., p. 218-219.

17 Obermeier, p. 189-192.

18 Helga Jeanblanc, Des Allemands dans l’industrie et le commerce du livre à Paris (1811-1870), Paris 1994, p. 42-46.

19 Fr. J. L. Meyer, Briefe aus der Hauptstadt und dem Inneren Frankreichs, 2 vol., Tübingen 1803, t. 2, p. 288-289.

20 Hermann Tiemann, « Neues aus Paris », p. 176.

21 Ibid.

22 Tiemann, Deutsche im Paris des Direktoriums, p. 397-398, Cramer à Klopstock, Paris, 7 novembre 1796.

23 M.L., t. 19, p. 1-2, 140-141. L’article intitulé « La commission » est coupé à la page 2 et reprend à la page 140.

24 Staatsarchiv Hamburg (Abr. : SAH), Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, décembre 1796 ; Hermann Tiemann, Deutsche im Paris des Direktoriums, p. 398.

25 Staats - und Universitätsbibliothek Hamburg (Abr. : SUBH), Klopstock-Nachlass, KN 48/204, Cramer à Klopstock, Paris 1 797.

26 Zentralbibliothek Zürich (Abr. : ZBZ), Ms V 506. – De même qu’il employa dans son imprimerie des Jacobins mayençais réfugiés à Paris (Ruiz, p. 511), Cramer semble avoir fait aussi appel occasionnellement à des compatriotes pour assurer des travaux de traduction. Ainsi le jeune étudiant Carl Benedikt Hase, arrivé sans le sou à Paris en 1801 (C. B. Hase, Briefe von der Wanderung und aus Paris. Hrsg. von O. Heine, Leipzig 1894, p. 73).

27 Aus einer alten Kiste, p. 126.

28 ZBZ, Ms V 506-150, Oelsner à Usteri, Paris, 21 germinal an IV (10 avril 1796). Cf. Ruiz, p. 547.

29 Tiemann, Deutsche im Paris des Direktoriums, p. 385, Cramer à Klopstock, Paris, 6 février 1796.

30 SAH, Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, 7 décembre 1797.

31 Frankreich im Jahr 1797, t. 3, p. 334. Sur la traduction de la Claire d’Auguste Lafontaine, cf. infra notes 33-40. Mais de quels écrits du publiciste Ludwig Ferdinand Huber, éditeur des revues très francophiles Friedenspräliminarien (1793-1796) et Neue Klio (1796-1798), s’agit-il ?

32 Petit Livre de morale pour les enfants. Traduit de l’allemand de J. H. Campe en français et en polonais. à Breslau, chez Guill. Théophile Korn, 1805 (BnF Paris, Cote R 21631). Cf. Hohmann, p. 325.

33 Claire du Plessis et Clairant, ou Histoire de deux amants émigrés. Traducteur : Charles Frédéric Cramer, imprimeur-libraire allemand. À Paris, de l’imprimerie du traducteur, rue des Bons-Enfants no 12, 2 vol., s. d. [1796].

34 Klara du Plessis und Klairant. Eine Familiengeschichte französischer Emigranten. Von dem Verfasser des Rudolph von Werdenberg, Berlin 1795.

35 Regina Köthe, Vor der Revolution geflohen. Exil im literarischen Diskurs nach 1789, Wiesbaden 1997, p. 27-69.

36 Claire du Plessis et Clairant, t. 1, préface non paginée [p. 1].

37 Ibid., [p. 2-3].

38 Ibid., [p. 3-4].

39 Theodor Süpfle, Geschichte des deutschen Kultureinflusses auf Frankreich mit besonderer Berücksichtigung der literarischen Einwirkung, 2 vol., Gotha 1886, t. 1, p. 50, 192 ; Nouvelle biographie générale (Dr Hoefer), 46 vol., Paris 1857-1866, t. 28, col. 788 ; Biographie universelle ancienne moderne (Michaud), 52 vol., Paris 1811-1828, t. 69, p. 117-125.

40 Frankreich im Jahr 1797, t. 2, p. 366 ; SAH, Familienarchiv Sieveking, Cramer à Sieveking, Paris, 11 août 1797.

41 SUBH, Klopstock-Nachlass, KN 48/204, Cramer à Klopstock, Paris, 13 juillet 1797.

42 Claire du Plessis et Clairant, t. 1, préface [p. 4].

43 Le comte de Donamar, traduit de l’allemand (de F. Bouterwek) par C. F. Cramer en société avec M. Monvel fils, 4 vol., Paris 1798. Le roman Graf Donamar. Briefe, geschrieben zur Zeit des siebenjährigen Krieges in Deutschland. Herausgegeben von ERTOBUEWK (Bouterwek), avait paru en trois parties à Göttingen, en 1791-1793.

44 Ruiz, p. 766-767.

45 J. F. Rochlitz, Anecdotes sur W. G. Mozart, Paris, an X-1802.

46 C. A. Fischer, Voyage en Espagne aux années 1797 et 1798. Faisant suite aux voyages en Espagne du citoyen Bourgoing, Paris an IX-1801, et Description de Valence, ou Tableau de cette province, de ses habitants, de leurs mœurs, de leurs usages etc., Paris, an XII-1804. Voir Alain Ruiz, D’Allemagne outre-Pyrénées, en bateau et sur les routes d’Aquitaine. Choses vues, rêvées et lues par Christian August Fischer vers 1800, Pau 2004, p. 37-38.

47 D. H. Hegewisch, Histoire de Charlemagne, Paris an X-1802. C’est en 1777 qu’avait paru le Versuch einer Geschichte Karls des Großen de Hegewich qui fut réédité en 1791 et encore en 1818.

48 J. J. Eschenburg, Manuel de littérature classique ancienne. Contenant I. L’Archéologie, II. Une notice des auteurs classiques, III. La Mythologie, IV et V. Les antiquités grecques et romaines. Traduit de l’allemand de M. Eschenburg. Avec des additions de C. F. Cramer. Paris, an X-1802.

49 C. L. Hellwig, Précis des règles du jeu de guerre, rédigées d’après l’analyse de ce jeu par M. Helwig [ !], avec quelques additions et changements par C. F. Cramer, Paris, an XII-1803.

50 Sur Cramer, héraut de Klopstock en France, voir Ruiz, p. 801-807 ; Rainer Schmidt, « “Es wird ewig mein Stolz bleiben, daß ich des Stolzes genoßen habe, Ihr Freund zu seyn”. Carl Friedrich Cramer und seine Beziehungen zu Klopstock », in Schütt (Hg.), p. 101-128, ici p. 117-128.

51 La Bataille d’Herman [sic], bardit de Klopstock, traduit de l’allemand par C. F. Cramer, Paris, an VIII-1799.

52 Ibid., p. XII.

53 Alain Ruiz, « “Regulator der Geschicke der Welt”. Carl Friedrich Cramer und Napoleon », in Schütt (Hg), p. 209-244.

54 Tableau d’un héros, ou Vie dramatisée d’Herman, traduite de l’allemand de Frédéric Théophile Klopstock, citoyen français et associé de l’Institut national, Paris, an XI-1803. Voir Alain Ruiz, « Regulator der Geschicke der Welt », p. 224-225 ; Schmidt, p. 122-123.

55 Ruiz, p. 784, 807-808 ; Schmidt, p. 117-118.

56 Ruiz, p. 755.

57 Ibid., p. 725-730.

58 Ibid., p. 755-760.

59 Jeanne d’Arc ou la Pucelle d’Orléans, tragédie en cinq actes. Auteur Frédéric Schiller, poète allemand. Traducteur Charles-Frédéric Cramer. éditeur L. S. Mercier, de l’Institut national. à Paris, chez Cramer, rue des Bons-Enfants, no 12, Henrichs, rue de la Loi, no 1231, Moussard, rue Helvétius. Vente, boulevard italien. An X/1802. Cf. Edmond Eggli, Schiller et le romantisme français, 2 vol., Paris 1927, t. 1, p. 250. Cette traduction bien médiocre valut à Cramer de façon fort inattendue de vifs éloges de la part de l’Allgemeine Literatur-Zeitung (no 154, 26 mai 1802), un des organes critiques les plus importants d’Allemagne.

60 Ruiz, p. 756 ; Obermeier, p. 200.

61 William Webb Pusey, Louis-Sébastien Mercier in Germany. His Vogue and Influence in the Eighteenth Century, New York 1939 ; Fawzi Boubia, Theater der Politik, Politik des Theaters. Louis-Sébastien Mercier und die Dramaturgie des Sturm und Drang, Frankfurt a.M. 1978.

62 M. L., t. 2, p. 51 sq., lettre à Campe, Kiel, 26 novembre 1789. Sur les relations de Cramer avec Mercier, voir aussi Obermeier, p. 204-208.

63 Das neue Paris. Vom Bürger Mercier. Übersetzt vom Bürger C. F. Cramer, 2 Theile, Braunschweig, bei Friedrich Vieweg, 1799-1800. – Le Nouveau Paris, par le citoyen Mercier, avait paru en l’an V (1787). Une deuxième édition sortit en 1800.

64 Pusey, p. 43 sq.

65 Briefe von und an Klopstock, p. 368-369, lettre de Cramer, Paris, 14 mars 1796 ; Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Sammlung Vieweg no 327, 328, 338 ; J. A. Leyser, Joachim Heinrich Campe. Ein Lebensbild aus dem Zeitalter der Aufklärung, 2 vol., Braunschweig 1877, t. 2, p. 217 ; Pusey, p. 50-51.

66 Cité par Pusey, p. 51.

67 Ansichten der Hauptstadt des französischen Kaiserreichs vom Jahr 1806 an, von Pinkerton, Mercier und C. F. Cramer. Mit Kupfern, Amsterdam im Kunst-und Industrie-Comptoir, 1807-1808, 2 vol.

68 Ibid., t. 1, préface, p. 11 sq.

69 Ibid., p. 12.

70 Briefe von und an Klopstock, p. 368, lettre de Cramer, Paris, 14 mars 1796.

71 Frankreich im Jahr 1798, t. 1, p. 223.

72 Roland Mortier, Un précurseur de madame de Staël : Charles Vanderbourg (1765-1827). Sa contribution aux échanges intellectuels à l’aube du xixe siècle, Paris-Bruxelles 1955. – Sur les relations de Vanderbourg et Cramer, voir Ruiz, p. 760-763.

73 Poésies de Marguerite-Eleonore-Clotilde de Vallon-Chalys, depuis madame de Surville, poète français du xve siècle, publiées par Charles Vanderbourg, Paris, Henrichs, an XI (1803). – Cf. Mortier, p. 55-64, 87-100.

74 SUBH, Campe-Sammlung 1, Cramer à August Campe, Paris, 26 mai 1803.

75 En effet, point de traces d’une traduction allemande des Poésies de Clotilde dans les répertoires bibliographiques et, en particulier, dans Hans Fromm, Bibliographie deutscher Übersetzungen aus dem Französischen, 6 vol., Baden-Baden 1950-1953.

76 Frankreich im Jahr 1803, t. 2, p. 99-115, 340-355, t. 3, p. 3-19, 127-149.

77 Roland Mortier, Les « Archives littéraires de l’Europe » (1804-1818) et le cosmopolitisme littéraire sous le Premier Empire, Bruxelles 1957.

78 Obermeier, p. 197.

79 Ruiz, p. 776-794.

80 Ibid., p. 794-798. – Cf. Ludwig Geiger, « Eine deutsche Zeitschrift in Frankreich (1805) », in Zeitschrift für vergleichende Literaturgeschichte, t. 10, 1896, p. 350-362 ; Louis Wittmer, Charles de Villers (1765-1815). Un intermédiaire entre la France et l’Allemagne et un précurseur de Mme de Staël, Paris 1908, p. 263-267 ; Obermeier, p. 195-196.

81 SUBH, Villers-Nachlass, Fasz. 12, Cramer à Villers, Leipzig, 6 juin 1802.

82 Versuch über den Geist und den Einfluß der Reformation Luthers. Eine gekrönte Preisschrift von Karl Villers. Nach der zweiten Ausgabe aus dem Französischen übersetzt von Karl Friedrich Cramer. Mit einer Vorrede und Beilage einiger Abhandlungen von D. Heinrich Philipp Konrad Henke, Hamburg, bei Benjamin Gottlob Hoffmann, 1805.

83 Sur Cramer, traducteur de Diderot, voir Ruiz, p. 817-825.

84 Roland Mortier, Diderot en Allemagne (1750-1780), Paris 1954, p. 243.

85 Die Verräther. Nach Diderot, 2 vol., Monomotapa [Braunschweig], 1793. – Cf. Obermeier, p. 202-203.

86 Frankreich im Jahr 1796, t. 1, p. 86-87.

87 Sämmtliche Werke von Dionysius Diderot. Übersetzt von Carl Friedrich Cramer, deutschem Buchdrucker und Buchhändler in Paris. 1. Theil : Versuch über die Mahlerey, Riga 1797, bey Johann Friedrich Hartknoch. – Cf. Ruiz, p. 818-820.

88 Sämmtliche Werke von Dionysius Diderot. Übersetzt von Carl Friedrich Cramer, deutschem Buchdrucker und Buchhändler in Paris. 2. Theil : Die Nonne, Riga 1797, bey Johann Friedrich Hartknoch. – Cf. Ruiz, p. 820-822.

89 Ruiz, p. 822.

90 Atala, oder die Liebe zweyer Wilden in der Wüste, von Franz August [ !] Chateaubriand. Übersetzt von Karl Friedrich Cramer, Leipzig, bei Voss und Comp. 1801.

91 Subh, Cramer à Klopstock, 1er prairial an IX.

92 Atala parut le 3 avril 1801, et Cramer annonça le 21 mai suivant qu’il en avait déjà achevé la traduction. – Cf. Ruiz, p. 826-827.

93 Allgemeine Literatur-Zeitung, 1803, no 279, 5 octobre, col. 29.

94 Hohmann, p. 324.

95 SUBH, Sammlung Campe 1, 53c, Cramer à Campe, Paris, 15 brumaire an XI (6 novembre 1802).

96 Cf. supra notes 74-75.

97 Cf. supra note 82.

98 André Jaubert, Un Provençal illustre. Just-François-Marie Raynouard (1761-1836), Toulon 1936, p. 15 sq.

99 Individualitäten aus und über Paris von Carl Friedrich Cramer und seinen Freunden. In freien Heften, 3 vol., Amsterdam 1806, t. 1, p. 1-15, lettre de Cramer à son frère, Paris, 2 août 1805, ici p. 5-9.

100 Ruiz, p. 830-831.

101 Memoiren über die Tempelherren, oder Neue Aufklärungen über ihre Geschichte, ihren Prozess, die gegen sie vorgebrachten Beschuldigungen und die geheimen Ursachen ihres Untergangs, Leipzig 1806.

102 Ruiz, p. 833-840.

103 Ibid., p. 840-847.

104 Sur cette polémique autour des épigrammes publiées en 1796 par Goethe dans les Xénies contre « Cramer der Krämer », cf. ibid., p. 695-716.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search