Version classiqueVersion mobile

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

1- Lumières, Révolution française et Vormärz

Émigration et traduction : l’apport du Spectateur du nord

Emigration und Übersetzung : die Rolle des Spectateur du nord

Bernard Franco

Résumé

Le périodique d’émigrés Le Spectateur du nord fut publié entre 1797 et 1802 à Hambourg. Il entendait être un lien entre les émigrés en Allemagne, mais aussi être un vecteur de la culture allemande pour tous les Français. Il joua ce rôle principalement pour la littérature et la philosophie allemandes et les traductions que le journal proposa dans ces domaines comptent parmi les ponts les plus importants entre les deux cultures à cette époque. Charles de Villers était l’un des principaux collaborateurs du journal. Deux exemples de ses traductions sont instructifs : les traductions de poèmes de Klopstock et de l’Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique de Kant. Ces deux traductions illustrent une manière très particulière d’appréhender la traduction, mêlant les trois domaines que le journal s’était fixés pour but de transmettre : la politique, la philosophie et la littérature. Les traductions du journal font en effet apparaître dans des textes divers un point de vue politique hostile à la Révolution.

Texte intégral

  • 1 Un Milieu intellectuel : la Décade philosophique (1794-1807). Thèse de l’université Paris IV, 1976 (...)
  • 2 Ibid., t. III, p. 1400.
  • 3 Ibid., t. III, p. 1390. Or le théâtre est la partie de la littérature « la mieux représentée dans (...)
  • 4 Décade, no 2, 20 vendémiaire an IX.

1Au tournant du xviiie au xixe siècle, le rôle des périodiques pour faire connaître et diffuser les littératures étrangères en France a été fondamental. À cet égard, une revue comme la Décade philosophique a joué un rôle de premier plan, de même qu’elle a permis un renouvellement de la vision même de la littérature et des approches critiques. Cependant, Marc Regaldo, dans l’étude exhaustive qu’il lui consacre1, remarque finalement l’ambiguïté de la revue dans ses rapports aux littératures étrangères. Et face aux novateurs que furent Fauriel, Cabanis ou Ginguené2, qui fait l’éloge de Shakespeare, Andrieux et, surtout, La Chabeaussière, qui contrôle la critique dramatique de la revue, ramènent ses ambitions à une vision beaucoup plus classique3. Ginguené lui-même, qui fait l’éloge de l’Hermann et Dorothée de Goethe, souligne que l’œuvre est inadaptée au goût français4.

  • 5 L’article est de Gérando. Voir Roland Mortier, Les “Archives littéraires de l’Europe” (1804-1808) (...)

2D’autres revues avaient plus clairement manifesté leur goût de l’étranger, comme le Journal étranger, dirigé par Arnaud et Suard, et édité de 1754 à 1762, ou la Bibliothèque britannique, parue à La Haye entre 1733 en 1747. Enfin la Bibliothèque germanique paraît de 1720 à 1741 sous ce nom, puis jusqu’en 1760 sous les titres de Journal littéraire d’Allemagne, de la Suisse et du Nort, puis de Nouvelle Bibliothèque germanique. À partir de la Révolution paraîtront une autre Bibliothèque germanique, le Magasin encyclopédique, dirigé par Millin de 1795 à 1816, et surtout les Archives littéraires de l’Europe qui, comme le souligne son tout premier article, visent à favoriser les « communications littéraires et philosophiques entre les nations de l’Europe »5.

3Cette dernière revue fait apparaître la rupture constituée par la Révolution dans la connaissance des littératures étrangères. Car cette connaissance, du fait de l’émigration, est devenue directe. C’est à cet égard que les Archives littéraires de l’Europe, dont les collaborateurs les plus importants, Gérando, Vanderbourg, Quatremère de Quincy ou Suard, sont tous d’anciens émigrés, s’inscrivent dans la lignée d’une autre, beaucoup moins connue mais fondatrice sur ce point, Le Spectateur du nord.

  • 6 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers 1765-1815. Un intermédiaire entre la France et l’Allemagne (...)
  • 7 Le Spectateur du nord, t. IV, oct.-déc. 1797, p. 288.

4Le Spectateur du nord est en effet une revue d’émigrés publiée de 1797 à 1802 à Hambourg, ville qui a réservé un si bon accueil aux émigrés qu’on l’a appelée, autour de 1799, « Paris du nord » ou « capitale de la France extérieure »6. Son objet a été de constituer un lien entre Français émigrés en Allemagne, mais elle s’est plus généralement adressée au public français qu’elle a cherché à familiariser avec la culture allemande. Son rôle d’intermédiaire a été à cet égard fondamental et s’est exercé notamment par la diffusion de la littérature ou de la philosophie allemande sous la forme d’articles critiques ou de brèves traductions. Mais les liens entre les littératures allemande et française sont abordés dans les deux sens, car la revue vise également à faire connaître aux Français émigrés en Allemagne l’actualité littéraire de la France. Ainsi, le numéro de novembre 1797 annonce la parution des Géorgiques françaises de Delille et publie un extrait du troisième chant sur les époques de la terre. Mais surtout, l’article évoque la présence de Delille en Allemagne, mentionnant une étude publiée dans Der teutsche Merkur, où Böttiger propose quelques éléments de biographie et une présentation de la poésie de Delille7.

  • 8 Voir Fernand Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’émigration française, 1789-1815, Paris, (...)
  • 9 Le Spectateur du nord, t. IV, oct.-déc. 1797, p. 296.

5Le fondateur de la revue, Jean-Louis-Amable de Baudus, ancien révolutionnaire, s’était élevé contre les mesures anti-cléricales de 1791 et avait dû s’enfuir. Après s’être engagé dans l’armée du prince de Condé, il s’était réfugié en Hollande, qui a été ensuite envahie, et s’est enfin installé à Hambourg. En 1795, il publie un Tableau de l’Europe, puis fonde une première revue, la Gazette d’Altona, avant de se lancer dans l’entreprise du Spectateur du nord. L’éditeur de la revue, Fauche, a lui-même joué un rôle important dans la production de cette littérature d’émigration. Il a été également le second éditeur de L’Abeille de Brunswick, autre journal d’émigrés mais très tôt interrompu, ainsi que du Journal littéraire et bibliographique de Hambourg, qui a paru de 1799 à 18028. Mais surtout, l’année même de la parution du Spectateur du nord, en 1797, il publie le grand roman de Sénac de Meilhan, L’Émigré, qui comptait quatre volumes, et qui vient d’ailleurs d’être réédité par Michel Delon. Le Spectateur du nord, dans son numéro de novembre, rend du reste hommage à cet ouvrage, en lui consacrant une notice très brève mais très élogieuse. Celle-ci se propose de résumer en quelques lignes l’intrigue foisonnante du roman et conclut que « tant de personnages mis en action ne peuvent que produire un ouvrage du plus haut intérêt et lui mériter des lecteurs »9.

  • 10 Le Spectateur du nord, « Prospectus », p. 1-9.

6L’ambition de la revue est exposée dans son sous-titre même : Journal politique, philosophique et littéraire, sous-titre qui est commenté par Baudus dès la fin de 1796 dans le « Prospectus » du Spectateur : « C’est en réunissant trois branches d’instruction presque habituellement séparées par les journalistes, la politique, la morale et la littérature, que nous comptons donner à notre journal un caractère d’utilité ». Il explicite ce but quelques pages plus loin : « Rapprocher les peuples, c’est-à-dire les faire connoître les uns aux autres », tâche rendue nécessaire, selon Baudus, par « les circonstances actuelles » (c’est-à-dire la Révolution) qui ont fait « rebrousser l’homme vers la barbarie »10. La visée humaniste, le projet de créer un lien entre les peuples, apparaît ici comme indissociable d’une attitude politique face à la Révolution. La vision de la littérature allemande qu’esquissera Le Spectateur du nord par ses traductions est par là en grande partie imprégnée de cette attitude politique. De fait, l’émigration conduit à interroger les frontières entre littérature et politique, comme le fait le roman de Sénac de Meilhan dès la première phrase de sa préface : « L’ouvrage qu’on présente au public est-il un roman, une histoire ? » Cette question apparemment anodine sur les frontières entre fiction et réalité trouve, dans le contexte de l’émigration, un sens tout particulier.

  • 11 Le Spectateur du nord, t. IV, octobre, novembre et décembre 1797, p. 90-99 : « Versuche zu sehen. (...)

7De même, politique et littérature se rejoignent dans les traductions du Spectateur du nord, et en premier lieu dans le choix du corpus allemand proposé. Ainsi, dans le numéro de novembre 1797, Baudus propose une présentation d’un essai de Benjamin Gottlob Hoffmann, intitulé Versuche zu sehen, en insérant la traduction de larges extraits dans son commentaire de l’ouvrage. Il commence du reste par une question de traduction et justifie le titre qu’il a retenu : « On seroit d’abord tenté de traduire le titre de cet ouvrage, par Essais d’observations : il ne paroîtroit pas étrange dans notre langue comme la traduction littérale du titre Allemand ; mais il rendroit mal l’idée de l’auteur […] ». L’essai consiste ainsi pour lui à « essayer de voir la Révolution française ou plutôt de la montrer dans son vrai jour, sous son véritable point de vue »11. Baudus poursuit ensuite une analyse entamée dans le numéro précédent : l’auteur est présenté comme un ancien « partisan de la Révolution française » qui a fini par concevoir « depuis pour elle l’horreur que ses atrocités ont dû inspirer à tous les hommes honnêtes et sensibles ».

8Cette présentation fait apparaître à quel point le parcours d’Hoffmann est proche de celui de Baudus lui-même, si bien que la traduction devient pour lui une manière d’exprimer ses propres positions en les déléguant à autrui, ce qui présente le double avantage d’offrir une caution intellectuelle et de limiter les risques de représailles politiques. C’est donc sans doute d’abord au nom d’une prudence politique que le commentaire s’efface derrière la traduction. Et Baudus cite en français de larges extraits de l’essai d’Hoffmann :

  • 12 Ibid., p. 91.

Tant que la Nation Française eut à lutter contre la résistance et la rébellion, à triompher de puissances qui vouloient lui dicter ses lois constitutionnelles, à combattre la domination du nouveau despotisme, à détourner la faulx infatigable de la vengeance ; tout observateur doué d’une ame stoïque put, non approuver, mais excuser cette nation.12

  • 13 Ibid., p. 93.

9L’élargissement final (« tout observateur ») est une nouvelle fois significatif de la fonction d’exemplum qu’assume la traduction ici. Mais Baudus lui prête ensuite un autre sens : le texte traduit manifeste pour lui surtout un regard extérieur, celui qui peut donner lieu à la prise de conscience, car si Hoffmann est un modèle, il est avant tout celui du Démocrate allemand (« l’Auteur parle du langage que devroit se tenir aujourd’hui un démocrate allemand »13). Baudus propose de nouveau la traduction d’un long extrait débutant par cette première question que devrait se poser le Démocrate allemand :

« Quel but avois-tu, comme être raisonnable, lorsque tu te rangeas dans ce parti et que tu juras fidélité à ses principes ? » Le Démocrate répondra : le désir et l’espoir d’une liberté générale ; la chûte du despotisme ; l’anéantissement de ces différences privilégiées qui élèvent l’homme de naissance au-dessus de l’homme de mérite, et qui font du Hazard le dominateur du monde moral.

  • 14 Ibid., p. 96.

10Le début de l’article et de ces quelques extraits de traduction font apparaître le problème sous un éclairage moral. Mais le « voir » du titre prend ensuite un tout autre sens. Baudus s’efface de nouveau derrière le texte de Hoffmann, le critique redevient traducteur, pour nourrir la condamnation de la Révolution à l’aide d’une scène observée. Par elle, la démonstration est réfutée par l’exemple, l’argument ou l’idée se trouve anéanti par le spectacle concret et matériel de la réalité révolutionnaire. Baudus14 évoque l’exécution publique de la Porte, « un des plus fidèles serviteurs de Louis XVI », et traduit une page de Hoffmann qui en fait le récit : « Je fus témoin de l’exécution de ce vieillard, scène horrible, qui est gravée en traits ineffaçables dans ma mémoire, et qu’aucune nouvelle scène de ce monde ne peut en faire disparoître ». Devant le pathétique du récit, le commentaire de Baudus se range dans une simple note, où il replace le récit dans son contexte et le corrige : « M. de la Porte ne pouvoit avoir qu’environ 55 ans, lorsqu’il a été mis à mort ; mais il n’est pas étonnant que dans la situation où l’a vu l’Auteur, il lui ait paru avoir quelques années de plus. » Le commentaire disparaît ensuite de nouveau derrière la traduction qui permet le lien direct avec l’expérience vécue :

  • 15 Ibid., p. 96-97.

C’étoit par un jour bien serein, par une belle après-midi : le soleil dardoit et abaissoit ses rayons jusques sur la joie féroce des hommes. La place du Carrousel, maisons, fenêtres et arbres, tout étoit plein de spectateurs. Tant de Français réunis surpassent le bruit des vents par leur babil. Lorsque les chevaux, qui conduisoient le tombereau parurent au coin de la place, tout se tut, tous les regards se tournèrent vers la guillotine, tous les spectateurs la fixoient la bouche béante. Laporte descend du tombereau ; il monte vîte et légèrement l’escalier de l’échafaud ; il paroît au dessus du peuple ; et aussitôt, comme si c’eût été un signal pour cette multitude, son effroyable silence se change en applaudissemens plus effroyables encore. Laporte chancelle, les bourreaux le saisissent, ils le poussent sur l’échafaud, le silence recommence, l’air est muet, Laporte est dépouillé de ses vêtemens, il est fortement attaché, la planche s’abat, sa tête tombe, et toutes les bouches chantent ça ira, ça ira. – Un homme tombe, expire, et vingt mille spectateurs éclatent en jubilation ! La mort se montre à un homme avec ses traits les plus hideux ; elle s’en empare, et vingt mille créatures, hommes comme lui, poussent des cris de joie ! Insulter son semblable lorsqu’il sort de la vie, fût-il l’homme le plus criminel ; chanter joyeusement lorsque son sang coule ! Quelle fête ! Quel chant ! C’est l’hymne de l’enfer.15

  • 16 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers…, op. cit., p. 22-23.

11La traduction, par le choix qu’elle suppose comme par le regard extérieur qu’elle introduit sur la société française, a donc une vocation d’abord politique. Le tableau que la revue donne de la société et de la culture allemandes a d’ailleurs explicitement valeur de modèle. De fait, la revue a été l’objet de persécutions. Imprimée simultanément à Hambourg et à Paris durant les sept premiers mois, elle s’est ensuite vue interdire l’accès en France par une décision du Conseil des Cinq-Cents du 22 fructidor. Et au début de 1798, le Directoire fit présenter au sénat de Hambourg, par l’entremise de Roberjot, ministre de France à Hambourg, une note présentant la libre circulation du journal comme une « atteinte portée à la neutralité ». Dès le mois d’avril 1798, l’éditeur Fauche utilisa son imprimerie de Brunswick pour imprimer clandestinement la revue, qui continuait à compter 500 abonnés. Baudus conçut de cette marginalisation de sa revue une grande amertume, exprimée dans le dernier numéro, en 1802 : « J’espérais alors que la France lui resterait ouverte ; mais les portes lui en furent bientôt fermées et je n’eus plus à écrire que pour des lecteurs qui trouvaient dans d’autres journaux tout ce qu’ils désiraient de la littérature allemande »16.

12Un tournant positif, dans l’histoire de la revue, a été formé par la participation de Charles de Villers, dont les contributions ont constitué la production la plus originale et la plus intéressante de la revue. L’influence qu’il a eue sur Mme de Staël, la part que ses idées a occupée dans la rédaction de De l’Allemagne, est d’une importance qu’il ne faut pas mésestimer. Villers a d’ailleurs fait connaître l’ouvrage en Allemagne par un article dont la traduction française a formé la préface de la première édition parisienne, en 1814, un an après sa parution à Londres. C’est en mars 1798 que Villers accepte les propositions de Baudus et les conditions financières de sa collaboration au Spectateur du nord. Mais son premier article, consacré à la Justine de Sade, avait paru dès décembre 1797. Or Villers développe un idéal de la traduction comme échange entre les peuples et enrichissement réciproque qui dépasse la pratique de Baudus. Il affirme l’importance de la traduction en particulier dans un article de février 1799, où il en fait le moteur de tout progrès en littérature et en science. Ainsi, si l’on

excepte quelques romans, d’ordinaire plus mauvais que bons, combien d’ouvrages utiles et profonds restent confinés dans les idiomes étrangers, sans que l’homme de lettres français soupçonne leur existence. Il n’est pas douteux que si des circonstances particulières n’eussent pas conduit Voltaire à Londres, s’il n’eût mis en vogue la littérature anglaise, s’il n’eût parlé et reparlé à sa nation de Shakespeare, de Newton, Paris fût encore dans une ignorance complète à cet égard.

13Or ici encore, la pratique de la traduction comme moyen de diffuser les idées est mise en relation avec l’exil, à travers l’exemple du séjour de Voltaire en Angleterre.

14Dans cette perspective, la traduction a une visée bien plus universaliste que la simple perspective politique. C’est la raison pour laquelle Le Spectateur du nord a accordé également toute son importance à la traduction purement poétique. Klopstock a tenu, à cet égard, une place de choix dans la revue, et l’on peut imaginer, certes, que l’inspiration patriotique d’une partie de sa production, sa célébration, en particulier, du mythe de Hermann, n’est pas non plus étrangère à cette prédilection. Mais Baudus propose, notamment, la traduction de deux textes importants : l’ode « Die Sonne und die Erde », dans le tout premier numéro, et « Die zweyte Höhe », quelques mois plus tard.

  • 17 « Langue allemande. Recherches sur la dénomination allemande du Soleil et de la Lune », Le Spectat (...)

15Une des questions poétiques soulevées par la traduction du premier trouvera un écho, cette fois sous la plume de Villers, dans un article où il s’interroge sur le genre des mots Sonne et Mond : « D’où vient que contre l’usage de la plupart des langues connues, l’Allemand fait le Soleil féminin (die Sonne) la soleil, et la Lune du genre masculin (der Mond) le lune ? » À travers l’analyse du « système de religion des peuples qui habitent l’Allemagne »17, à laquelle il recourt pour expliquer les genres, il renvoie ce qu’il considère comme une étrangeté à un rapport différent à la nature.

  • 18 Le Spectateur du nord, t. II, avril-juin 1797, p. 48-55 : « Littérature allemande. Ode nouvelle de (...)

16L’intérêt de la traduction est donc bien sûr poétique, en tant qu’elle consiste à faire transparaître, dans le texte-source, les traces d’une vision du monde inhérente à la langue et à l’histoire dont elle est porteuse. Mais il est aussi didactique. C’est la raison pour laquelle, à propos du poème « Die zweyte Höhe », publié trois mois plus tôt par Klopstock, Baudus adopte un système complexe18. Dans une double traduction, Baudus cite le texte original et en propose, vers à vers, une traduction littérale, reproduisant l’ordre des mots allemand et frisant l’incohérence, avant de livrer une traduction poétique. Voici par exemple comment est présentée la première strophe :

Aufgeschwungen hattest du hoch über dieMenschheit
Élancée t’étois tu hautement audessus de l’humanité
Grösse dich Gallien, hattest, dem Krieg’s entsagend, der Erde
Grandeur toi, France, avoir à la guerre renonçant de la terre
Völker alle besiegt des Alterthums, und die spätern
Peuples tous vaincu de l’antiquité, et les plus tardifs
Durch das melodische himlische Wort.
Par la mélodieuse céleste parole.

  • 19 Le Spectateur du nord, t. III, juil. -sept. 1797, p. 52-57, p. 52.
  • 20 Ibid., p. 53.

17Et voici la traduction définitive, qui figure quelques pages plus loin : « O France ! tu t’étois élancée au dessus des grandeurs de l’humanité, en renonçant à la guerre ; tu avois vaincu les peuples de l’antiquité et les nations modernes par cette parole mélodieuse et céleste. » La traduction a ici une fonction évidente : familiariser le lecteur français avec le fonctionnement de la langue allemande, mais aussi permettre d’enrichir la langue et le patrimoine poétique en faisant apparaître des constructions nouvelles pour le lecteur français. L’effet d’insolite, dans une certaine mesure, est aussi supposé avoir une vertu poétique. Ce projet apparaît plus nettement, sous la plume d’un certain J. Basset, à propos de la traduction d’une ode de Haller, intitulée « Doris » : « La nuit verdoyante de ces arbres touffus nous livrera à des songes enchanteurs où l’ame aime à se bercer »19. Or, une note du traducteur précise : « Die grüne nacht belaubter baüme est une image si vraie, si gracieuse et si poëtique qu’on me pardonnera d’avoir conservé la hardiesse de l’expression. » Un peu plus loin, on trouve un autre exemple de traduction commentée : « Tu rêves, ta vertu s’inquiète »20. Et une note justifie l’emploi du verbe « s’inquiéter » : « Staunen, vieux mot suisse, racine du mot erstaunen. Le premier n’exprime que l’embarras, l’inquiétude, et le second l’étonnement ».

18La traduction du poème « Die zweyte Höhe » va cependant bien plus loin. Car elle présente certes un cas tout à fait intéressant, du point de vue des fonctions assignées à la traduction mais aussi et surtout du point de vue du lien entre poésie et politique que Baudus préserve ici. C’est en effet en tant que citoyen français que Klopstock prend la parole dans ce texte, où il rappelle avoir figuré, aux côtés de Schiller, sur la liste des grands hommes auxquels la Révolution avait accordé la citoyenneté française :

[…]Freude
War’s mir, mein neues Vaterland, daß du Bürger mich nanntest !

19Baudus propose cette traduction : « Ce fut pour moi, ô ma nouvelle patrie, une joie vive d’être nommé par toi citoyen ». En recourant à la tournure passive, la traduction est centrée sur le sujet, de façon à pouvoir proposer une autre forme de focalisation sur le sentiment que le contrerejet par lequel Klopstock souligne le mot Freude.

20Après la première strophe, qui célébrait la grandeur passée de la France – ou plutôt de la Gaule, ce dont ne rendait pas compte la traduction de Baudus –, la seconde fait apparaître l’abîme dans lequel elle est tombée :

Nie war das noch gewesen, und ward ! Doch des hehren Gesetzes
Tafeln hast du zerschlagen, zerschmettert ! deckender Staub
macht
Selbst du Trümmern unkennbar! und du (Jetzt mag ich nicht nennen Deinen Namen) du liegest nun da,
Wie von der Höh du dich stürzetest, wie die Maale der Schmach dich
Rötheten, der vor allen: Was jetzo du wärst ! was Europa’s
Völker wären; hättest du Hochverrath nicht begangen
Gegen das heilverkündende Wort.

21Voici la traduction de Baudus :

Cela n’avoit jamais été et cela fut […] Mais tu as brisé, tu as mis en pièces les tables de la loi sacrée ; et les débris mêmes en sont méconnoissables sous la poussière qui les couvre. Et toi (maintenant je répugne à te nommer de ton nom) et toi maintenant tu es la gisante ; Telle que tu t’es précipitée ; toute marquée des taches de l’ignominie, de celle sur-tout qui doit t’accabler, lorsque tu songes à ce que tu serois, à ce que seroient tous les peuples de l’Europe, si tu n’avois hautement trahi cette parole qui annonçoit la félicité.

22La Révolution est donc promesse trahie, en même temps que décadence. La suite du poème appelle à un nouvel âge, où serait restaurée cette grandeur ternie. Et la dernière strophe clôt le poème sur l’appel à cet âge de la réconciliation :

Länger um den entrissenen Freund den liebenden Freund nicht
Klagen, ihn gehn, und Blumen ihn auf des ruhenden Grab streun,
Welches, von der Zipresse beschattet, dem Wanderer winket,
Oder von weinenden Weiden gekühlt.

23Klopstock construit cette strophe d’une façon suggestive, en proposant une alternance de vers se rapportant à l’homme et de vers se rapportant au tombeau. Le renouveau de la vie est à lire dans ce croisement. Mais Baudus choisit une autre construction :

Fais que l’ami tendre ne se lamente plus sur la perte de son ami […]
Qu’il aille répandre des fleurs sur le tombeau de cet ami qui repose, sur ce tombeau, qui, ombragé de cyprès ou rafraichi par des saules pleureurs, invite le voyageur fatigué.

24Baudus supprime cette alternance et accorde une occurrence de plus à la mention de l’ami mort, de façon qu’une nouvelle symétrie se crée, entre l’ami survivant du début et le voyageur fatigué de la fin. L’ajout de l’adjectif « fatigué », à côté du saule pleureur, crée également une isotopie qui associe le voyageur, étranger chez Klopstock aux violences de la Révolution, au climat d’épuisement. L’essentiel est sans doute ici : contrairement à la façon dont Klopstock avait construit son poème, la traduction de Baudus s’achève sur l’image du voyageur, en qui le lecteur du Spectateur du nord peut éventuellement lire une figuration de l’émigré rappelé par sa patrie (« invite le voyageur fatigué »).

25Par sa pratique de la traduction, Le Spectateur du nord justifie bien son sous-titre : la littérature se combine à la politique, mais la politique se combine aussi à la morale. Car la traduction de textes philosophiques, même si elle n’offre pas la même liberté que la traduction de poèmes, offre la possibilité au traducteur d’utiliser le texte-source comme vecteur de sa propre expérience. Le rôle d’intermédiaire entre les cultures joué par Le Spectateur du nord a concerné notamment la connaissance de Kant, dont la réception a donné lieu en France à un vaste débat philosophique.

  • 21 Le Spectateur du nord, t. V, janv. -mars 1798, p. 335-368 : « Notice littéraire sur M. Kant, et su (...)
  • 22 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 30.
  • 23 Voir par exemple la traduction de Stéphane Piobetta chez Garnier-Flammarion (Kant, Opuscule sur l’ (...)

26En plusieurs occasions, Villers propose des articles sur la philosophie kantienne, comme par exemple cette très longue contribution parue en mai 1798, qu’il présente comme « une introduction nécessaire », et où il montre la part qui revient à Hume dans l’évolution intellectuelle de Kant, et aussi comment celui-ci le dépasse finalement. Enfin il célèbre la Critique de la raison pure comme un texte fondateur de la métaphysique moderne21. Cet éloge de la pensée kantienne représente un revirement pour Villers qui, dans ses Lettres westphaliennes, partageait le jugement de ses contemporains sur l’obscurité de Kant. Ayant révisé son opinion, Villers se propose désormais de faire connaître la pensée kantienne plus directement qu’en en proposant un commentaire. Pour écarter l’image du métaphysicien fumeux, il propose, en avril 1798, la traduction d’un bref texte de philosophie de l’histoire, intitulé Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht. Cette traduction était destinée, dans l’esprit de Villers, à compléter une autre traduction, qu’il n’appréciait d’ailleurs guère, celle du Projet de paix perpétuelle, parue en l’an IV22. Le texte est connu aujourd’hui du public français sous le titre d’Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique23. Elle avait été d’une certaine façon annoncée dès avril 1797 par un article de Baudus qui prenait la forme d’une lettre adressée à un correspondant imaginaire de Philadelphie. Il y constatait que les Allemands eux-mêmes trouvaient Kant inintelligible, et conclut : « j’ai renoncé à l’entendre jusqu’à ce que quelque Français plus heureux que moi eût le courage et le talent de le traduire en notre langue. »

  • 24 Cité par Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 30, note 3.

27Si la traduction de Kant était, sous cette forme certes très ambivalente, appelée de ses vœux par Baudus, sa réaction à l’entreprise de Villers n’a guère été positive. Le 15 mai 1798, donc un mois après la parution de la traduction de Villers, il écrit à celui-ci qu’il a « cherché à recueillir les suffrages sur le morceau de Kant » : « Sur 500 abonnés, il y en a 450 qui ne lisent pas ces articles ou à qui ils déplaisent »24. Telle est la raison pour laquelle le troisième morceau sur Kant, un résumé de la Critique de la raison pure, a vu sa parution différée jusqu’en avril 1799. Baudus y annonce à la fois la présentation systématique de la philosophie kantienne parue en 1801 et une traduction complète de la Critique de la raison pure, qui n’a en fait jamais vu le jour.

  • 25 Ibid., p. 41, note 3.
  • 26 Ibid., p. 41.

28Ce dernier long article sur Kant a connu un certain succès. Le 31 mai 1800, Jacobi écrit à Villers : « Sans doute vous savez déjà que votre exposé de la Critique de la raison pure a été traduit en allemand à Kœnigsberg sous les auspices mêmes de Kant »25. Un accueil si favorable a incité Villers à solliciter de Baudus une nouvelle enquête auprès des abonnés de la revue ; mais celui-ci lui répondit avec ironie : « Vous me faites trop d’honneur de me croire kantien, je ne suis certainement pas digne du brevet »26.

  • 27 Le Spectateur du nord, t. VI (avril-juin 1798), avril 1798, p. 28.

29L’activité du Spectateur consacrée à Kant s’arrêta donc là, tout comme l’entreprise de traduction de Kant par Villers n’alla pas au-delà de la traduction de cet opuscule sur l’histoire. Villers recourt, pour en traduire le titre, à une tournure platonicienne : « Idée de ce que pourroit être une histoire universelle dans les vues d’un citoyen du monde ». La formule de « citoyen du monde » est d’autant plus frappante que la seconde occurrence de l’adjectif weltbürgerlich, à la fin de la huitième proposition, lorsque Kant évoque « ein allgemeiner weltbürgerlicher Zustand », est cette fois traduite par l’adjectif « cosmopolitique », dans une phrase où d’ailleurs Villers explicite cette « union cosmopolitique » par un autre syntagme, « l’ordre universel que la Nature a pour but »27.

  • 28 Une seconde édition, revue et augmentée, paraîtra en 1830, à Utrecht, chez N. van der Monde.
  • 29 « Idées sur la destination des hommes de lettres sortis de France, et qui séjournent en Allemagne  (...)

30Dans ses articles, Villers expose donc l’ensemble du système philosophique de Kant, et présente lui-même cette entreprise critique comme le socle pour une étude plus systématique dont il fait l’annonce, et qui paraîtra en 1801 sous le titre de Philosophie de Kant28. Le sous-titre de cet ouvrage à venir, « principes fondamentaux de la philosophie transcendentale », caractérise la démarche : l’ouvrage donne une vision d’ensemble des trois critiques de Kant, et fait apparaître la morale et l’esthétique comme des émanations directes de la métaphysique. Un rôle prépondérant est alors bien sûr accordé à la Critique de la raison pure. Cependant, il y a un sens à ce que Villers choisisse de publier, dans Le Spectateur du nord, un texte relativement indépendant. La perspective du traducteur ne rejoint pas ici exactement celle du commentateur. Par une sorte de réflexivité toujours tue, le choix des textes traduits caractérise en effet aussi l’entreprise de la revue. La position du « citoyen du monde », selon le syntagme que choisit Villers pour sa traduction, est d’une certaine façon aussi celle de l’émigré, qui observe les conflits des États sans y être mêlé. De même chez Chamisso, autre émigré citoyen du monde, Schlemihl parcourt-il le monde, chaussé de bottes de sept lieues, afin de compenser la perte de son ombre. Tel est à peu près le profil de l’émigré décrit par Le Spectateur du nord dans un article important paru en juillet 1798, évoquant « la vaste république des hommes qui pensent » comme compensation à la patrie perdue : « Échappés au naufrage, comme Simonide, ils emportent tout avec eux. Mais comme le poète grec, ils ne sont point tombés sur une terre barbare »29. Car les échanges culturels favorisés par l’émigration apportent un immense enrichissement.

31Si, avec Villers, le philosophe peut commenter la morale ou la métaphysique, le traducteur choisit ce qui concerne la revue en tant qu’entreprise humaine. L’émigré partage aussi ce rêve kantien de la perfectibilité de l’espèce humaine, d’un progrès qui ne peut s’accomplir qu’au plan de l’espèce, et donc du rêve d’un futur meilleur. La défense de la liberté du citoyen, dans le texte de Kant, est ainsi lue par Villers comme un écho à l’actualité politique qui contraint à l’émigration, et cela peut se lire dans quelques détails de traduction. Par exemple voici ce que dit Kant de cette liberté civile, dans la huitième proposition :

  • 30 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], in : Schriften zur Geschichtsphilosophie, Stuttgart, Rec (...)

Ferner: bürgerliche Freiheit kann jetzt auch nicht sehr wohl angetastet werden, ohne den Nachteil davon in allen Gewerben, vornehmlich dem Handel, dadurch aber auch die Abnahme der Kräfte des Staats im äußeren Verhältnisse zu fühlen.30

32Le « jetzt » est l’objet d’une surtraduction, qui ne modifie pas le texte mais tend vers une légère extrapolation :

  • 31 Le Spectateur du nord, t. VI, p. 26.

Il y a plus ; nous ne sommes pas dans un moment très-favorable à une grande extension de la liberté civile : son établissement porteroit préjudice à toutes les affaires, sur-tout à celles du commerce, par conséquent aussi aux forces d’un état dans ses relations au dehors.31

33L’imperceptible interprétation ou réappropriation du texte de Kant peut donc se lire comme un appel à une défense des libertés individuelles et à une harmonie entre les États, lecture à laquelle invite dans une certaine mesure le texte de Kant qui, dans les lignes suivantes, affirme le lien direct entre la liberté et la prospérité individuelles d’une part, et d’autre part l’activité collective.

  • 32 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], op. cit., p. 32.
  • 33 « Idée de ce que pourroit être une histoire universelle dans les vues d’un citoyen du monde », in (...)

34Plus généralement, Kant propose dans son opuscule une vision de l’histoire qui est à la fois une réflexion sur l’homme et une pensée politique d’humaniste, de pacifiste, ce qui correspond à l’entreprise intellectuelle du Spectateur du nord. La traduction en effet, même si elle est presque toujours littérale, s’efforce de mettre en relief ce qui touche à la théorie de la perfectibilité. Ainsi en est-il de l’opposition, frappante chez Kant, entre Zweckmäßigkeit et Zwecklosigkeit, dans la septième proposition : « das läuft ungefähr auf die Frage hinaus : ob es wohl vernünftig sei, Zweckmäßigkeit der Naturanstalt in Teilen und doch Zwecklosigkeit im Ganzen anzunehmen »32. Devant la difficulté d’un effet de symétrie frappant et délicat à traduire, Villers insiste sur le point non seulement par la typographie, en mettant toute la phrase en italiques, mais aussi par la syntaxe, en choisissant une interrogative directe et en procédant sous forme d’interrogation oratoire, de façon à souligner verbalement le paradoxe : « Est-il raisonnable de supposer que les dispositions de la Nature, qui ont un but dans toutes les parties, soient sans but dans l’ensemble ? »33

35Un exemple plus suggestif encore est représenté par la conclusion de Kant :

  • 34 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], op. cit., p. 38.

Daß ich mit dieser Idee einer Weltgeschichte, die gewissermaßen einen Leitfaden a priori hat, die Bearbeitung der eigentlichen bloß empirisch abgefaßten Historie verdrängen wollte : wäre Mißdeutung meiner Absicht […].34

36Voici la traduction que propose Villers :

  • 35 « Idée de ce que pourroit être une histoire universelle dans les vues d’un citoyen du monde », p.  (...)

Que je veuille par cette idée d’une histoire universelle, qui pourtant donne en quelque sorte un type préparatoire, contraindre et resserrer le travail de l’historien qui doit être proprement guidé par l’expérience des faits, ce seroit mal interpréter mes vues.35

  • 36 Ibid., p. 37.

37Le choix de traduction qui frappe est la volonté d’éviter les termes en italique, « a priori » et « empirique », sans doute pour ménager son lecteur réfractaire aux concepts et les réticences de Baudus envers Kant, mais aussi pour d’autres raisons. Villers a d’ailleurs cru bon de rendre compte de son choix dans une note : « L’auteur se sert ici des termes a priori, et empirique, que j’ai essayé de rendre par ceux de préparatoire et d’expérience. Ces imparfaites traductions suffisent ici. L’explication nous en eût menés trop loin ; je me réserve de la donner quand je traiterai en particulier de la philosophie de M. Kant »36. Certes, l’explication tourne court ; elle est reportée à l’essai que Villers consacrera à Kant en 1801, et renvoie le sens des deux termes à l’ensemble du système kantien, dont Villers souhaite isoler ce texte. Mais les termes choisis par la traduction ne contiennent qu’une partie du sens, car Villers n’oppose pas seulement « préparatoire » et « expérience », mais en réalité « type préparatoire » et « expérience des faits », afin de distinguer la tâche de l’historien de celle du philosophe de l’histoire. C’est une façon de déplacer l’opposition du particulier et du général qui, chez Kant, redouble celle entre le principe et la réalité, entre l’explication et l’observation. C’est en définitive dans la notion de « type », employée pour traduire « fil conducteur » (Leitfaden), et prise ici au sens de « modèle », que réside l’idée de la perfectibilité : celle-ci est posée comme un principe explicatif, comme un paradigme pour penser le progrès humain.

  • 37 Cité par Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 32.

38Il n’y a sans doute pas de hasard à ce que le texte de Kant traduit par Le Spectateur du nord soit celui qui fonde la théorie de la perfectibilité de l’espèce humaine, théorie qui se trouve au socle de la pensée staëlienne et qui formera le cœur de son essai De la Littérature, publié dès 1800 (soit deux ans après la traduction de Villers). En réalité, cette perfectibilité de l’homme forme, selon Villers, le sens même de l’entreprise de la revue. Dans un article de juillet 1798, il évoque « la Providence secrète qui veille au perfectionnement de notre espèce » et dont le Spectateur du nord serait un émissaire, par le rôle qui lui est dévolu : « servir de moyen de communication entre deux grands peuples ». Tel est le sens et la fonction de la traduction : servir à l’émulation pacifique des peuples, et plus généralement aux progrès humains par l’échange et le commerce des idées : « traduisons, comparons, apprenons aux Allemands et aux Français quelle est leur valeur réciproque ». La traduction littéraire permet non seulement cette connaissance réciproque des peuples, mais elle favorise, par une attitude critique, le progrès en littérature : « Pénétrons-nous de l’esprit allemand, discernons dans les écrivains de l’Allemagne ce qu’ils ont de bon et qui manque à notre littérature ». Au vaste schéma de la perfectibilité de l’espèce, les hommes du Spectateur du nord auront apporté leur contribution, par le sacrifice de leur destinée individuelle. Villers évoque alors la France du futur, enrichie par l’échange avec l’Allemagne : « considérant ces richesses étrangères que nous aurons fait couler dans son sein, elle se rappellera avec attendrissement qu’elles sont dues à notre malheur et à l’émigration du xviiie siècle. » Très lyrique, associant l’expérience humaine de l’émigration à l’entreprise toute intellectuelle de traduction et de critique, l’article s’achevait par une phrase supprimée par Baudus, qui révèle à la fois toute l’ambition et toute l’amertume du projet intellectuel de la revue : « France, tu t’applaudiras un jour de tes enfants et si tu t’obstines à ne pas les reconnaître pour tes citoyens, il faudra bien du moins que tu les reconnaisses comme tes bienfaiteurs ! »37

39L’apport du Spectateur du nord, par ses traductions comme plus généralement par la connaissance qu’il apporte de la littérature et de la pensée allemandes, a donc été considérable. Certes, il ne faut pas que l’importance de cette éphémère revue masque l’existence d’autres entreprises, car les revues d’émigrés constituent un véritable phénomène. Mais, du fait d’un projet plus limité ou de la difficulté à pouvoir être éditées ou diffusées, elles sont loin d’avoir toutes connu le même succès et ou le même impact. Ainsi certains journaux exclusivement politiques ne connaissent qu’une publication très éphémère : celle du Censeur est interrompue en 1800 sur ordre du Sénat ; Suleau lance un Journal à Coblence, mais durant seulement trois mois ; et le Journal des Révolutions de l’Europe, imprimé à Neuwied, ne connaît guère plus de succès. On peut enfin rappeler pour mémoire l’existence d’une Gazette de Bamberg, d’un Mercure universel, imprimé à Ratisbonne, d’un Journal de littérature universelle, à Iéna, d’un Journal général de politique, de littérature et de commerce, à Weßling, et d’une Correspondance littéraire secrète, à Neuwied. Mais autant que par l’activité de ses contributeurs, Le Spectateur du nord est demeuré l’entreprise la plus féconde surtout par le lien établi entre ses trois domaines, la politique, la philosophie et la littérature, et par l’importance que ses traductions ont accordée à une voix allemande qui s’exprime en français. Sous une forme certes éloignée des théories du premier romantisme allemand, elle est à l’image de la pensée la plus moderne de la littérature, celle qui associe culture et création littéraire, et qui fait le lien entre création, critique et traduction.

Notes

1 Un Milieu intellectuel : la Décade philosophique (1794-1807). Thèse de l’université Paris IV, 1976, Université de Lille III, ANRT/Paris, Champion, 1976, 5 vol.

2 Ibid., t. III, p. 1400.

3 Ibid., t. III, p. 1390. Or le théâtre est la partie de la littérature « la mieux représentée dans la Décade » (p. 1314).

4 Décade, no 2, 20 vendémiaire an IX.

5 L’article est de Gérando. Voir Roland Mortier, Les “Archives littéraires de l’Europe” (1804-1808) et le cosmopolitisme littéraire sous le Premier Empire, Bruxelles, Palais des Académies, 1957, p. 8.

6 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers 1765-1815. Un intermédiaire entre la France et l’Allemagne et un précurseur de Mme de Staël, Genève, Georg et Cie et Paris, Hachette et Cie, 1908, p. 20. La revue, publiée chez Fauche, a compté 24 volumes.

7 Le Spectateur du nord, t. IV, oct.-déc. 1797, p. 288.

8 Voir Fernand Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’émigration française, 1789-1815, Paris, Plon, 1924 (3e éd.), 2 vol., t. I, p. 165-166.

9 Le Spectateur du nord, t. IV, oct.-déc. 1797, p. 296.

10 Le Spectateur du nord, « Prospectus », p. 1-9.

11 Le Spectateur du nord, t. IV, octobre, novembre et décembre 1797, p. 90-99 : « Versuche zu sehen. – Erster Theil. – Hamburg, bey Benjamin Gottlob Hoffmann 1797. Essais de voir. – Première partie. – Hambourg, chez Benjamin Gottlob Hoffmann, 1797 », p. 90.

12 Ibid., p. 91.

13 Ibid., p. 93.

14 Ibid., p. 96.

15 Ibid., p. 96-97.

16 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers…, op. cit., p. 22-23.

17 « Langue allemande. Recherches sur la dénomination allemande du Soleil et de la Lune », Le Spectateur du nord, t. V, janv.-mars 1798, p. 189-200, p. 189. L’article est signé V*****.

18 Le Spectateur du nord, t. II, avril-juin 1797, p. 48-55 : « Littérature allemande. Ode nouvelle de M. Klopstock. »

19 Le Spectateur du nord, t. III, juil. -sept. 1797, p. 52-57, p. 52.

20 Ibid., p. 53.

21 Le Spectateur du nord, t. V, janv. -mars 1798, p. 335-368 : « Notice littéraire sur M. Kant, et sur l’état de la Métaphysique en Allemagne, au moment où ce philosophe a commencé à y faire sensation ».

22 Voir Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 30.

23 Voir par exemple la traduction de Stéphane Piobetta chez Garnier-Flammarion (Kant, Opuscule sur l’histoire, 1990).

24 Cité par Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 30, note 3.

25 Ibid., p. 41, note 3.

26 Ibid., p. 41.

27 Le Spectateur du nord, t. VI (avril-juin 1798), avril 1798, p. 28.

28 Une seconde édition, revue et augmentée, paraîtra en 1830, à Utrecht, chez N. van der Monde.

29 « Idées sur la destination des hommes de lettres sortis de France, et qui séjournent en Allemagne », Le Spectateur du nord, t. VII, juil. -sept. 1798, p. 8. L’article est signé V*****.

30 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], in : Schriften zur Geschichtsphilosophie, Stuttgart, Reclam, 1985 (1974), S. 34.

31 Le Spectateur du nord, t. VI, p. 26.

32 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], op. cit., p. 32.

33 « Idée de ce que pourroit être une histoire universelle dans les vues d’un citoyen du monde », in Le Spectateur du nord, op. cit., p. 21.

34 Idee zu einer allgemeinen Geschichte […], op. cit., p. 38.

35 « Idée de ce que pourroit être une histoire universelle dans les vues d’un citoyen du monde », p. 32.

36 Ibid., p. 37.

37 Cité par Louis Wittmer, Charles de Villers, op. cit., p. 32.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search