Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migration, exil et traduction

 | 
Bernard Banoun
, 
Michaela Enderle-Ristori
, 
Sylvie Le Moël

Introduction. Auteurs, traducteurs et textes – figures de la migration ou de l’exil

Bernard Banoun

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Jörn Albrecht, Literarische Übersetzung. Geschichte – Theorie – Kulturelle Wirkung,(...)
  • 2 Bernhild Boie et Sylvie Le Moël, « Introduction », in Bernhild Boie, Sylvie Le Moël (dir.), Polych (...)
  • 3 Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility, Londres/New York, Routledge, 1995.

1Les recherches sur la traduction, sur l’histoire de ses pratiques et de ses conditions d’exercice sont par définition ancrées dans l’interculturalité, puisque l’objet d’étude porte sur deux espaces linguistiques et culturels au moins, et dans l’interdisciplinarité, puisque c’est notamment dans leur rapport à l’histoire et à la société de leur temps que sont explorés des textes qui, en outre, non exclusivement littéraires, ressortissent à des disciplines et arts divers. Quant à l’inscription dans la durée et à la perspective diachronique, elles sont consubstantielles à l’étude des traductions envisagées dans leurs modalités concrètes de production, non seulement si l’on considère l’aire culturelle d’accueil de la traduction, mais aussi de par les décalages, parfois extrêmes, entre l’époque de l’original et celle de la traduction, a fortiori celle d’une retraduction ou des retraductions1. C’est ainsi que la question des « différentes temporalités du transfert d’un texte d’une langue dans une autre, son cheminement tantôt lent, tantôt rapide à travers l’Histoire » fournissait la ligne directrice de précédents colloques organisés par le groupe de recherches TraHis2. Quant à la composante spatiale ou géographique, elle semble au premier abord encore plus indissociable du phénomène de la traduction, et allant a fortiori de soi : le texte qui est traduit voyage, il y a déplacement spatial, sauf exceptionnellement dans quelques cas d’auto-traduction, de région polyglotte ou de coexistence dans un même lieu du producteur et du traducteur du texte. L’élément spatial pourrait ainsi être présupposé de manière si implicite qu’on ne le mentionnerait pas, voire qu’on l’oublierait. À force d’évidences dans les présupposés, l’invisibilité du traducteur mise en valeur naguère par Lawrence Venuti3 s’accompagnerait de son non-lieu.

Migration et traduction – métaphores

  • 4 Voir Fritz Nies, Schnittpunkt Frankreich. Ein Jahrtausend Übersetzen, Tübingen, Gunter Narr, 2009, (...)
  • 5 Ainsi, pour prendre pour exemples des écrivains et écrivains-traducteurs discutés dans le présent (...)
  • 6 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, « Perspectives germaniques  (...)

2Néanmoins, en un paradoxe qui n’est qu’apparent, nombreuses sont les métaphores spatiales qui caractérisent la traduction : passage, circulation, déplacement, migration des textes, ou encore traversée – d’une rive à l’autre comme dans l’ancien et célèbre jeu de mots qui joue sur la particule über dans le verbe übersetzen : si elle est inséparable, le verbe signifie « traduire » ; si elle est séparable, « faire passer sur l’autre rive » ; quant aux étymologies des substantifs traduction et translat et du verbe translater4, elles renvoient à des images analogues. Appliqués à un type de recherches sur la traduction qui, sans être en premier lieu philologiques ni linguistiques, réservent toutefois une place importante aux textes, les questions de temps et d’espaces, d’histoire et de géographie, pourraient bien vite confondre les acceptions propres et métaphoriques. C’est ainsi que – tout comme le terme « texte » est employé métaphoriquement par les cultural studies au nom d’une conception de la culture comme un vaste texte – l’emploi du terme même de « traduction » est souvent pris métaphoriquement, notamment dans l’étude des transferts culturels, le sens propre (un texte passe d’une langue dans une autre) pouvant être masqué par un sens figuré (un fait culturel est transposé d’un espace ou code culturel à un autre). Qui plus est, dans le monde actuel ainsi que dans la recherche tant en littérature et en sociologie qu’en histoire dans le cadre de perspectives « globales », migration et déplacement sont des phénomènes si volontiers étudiés que l’on en vient parfois à dissocier machinalement l’emploi figuré des termes d’un contexte concret pourtant bien présent, auquel il faut le ramener de force5. De même en histoire de la traduction : en dépit de la propension courante à user métaphoriquement du mot « traduction », si le transfert culturel est bien « une sorte de traduction », comme le précise Michel Espagne, l’histoire des traductions proprement dites y occupe une place centrale : « Un transfert culturel est une sorte de traduction puisqu’il correspond au passage d’un code à un nouveau code. Or si les habitudes sociales au sens le plus large du terme constituent bien des codes culturels, la langue reste le code paradigmatique. L’histoire des traductions, aussi bien au sens propre qu’au sens figuré, est donc un élément important des enquêtes sur les passages entre cultures6. »

  • 7 Sur les liens entre la recherche sur les transferts culturels et l’histoire du livre, voir ibid., (...)

3Issues d’un colloque organisé à l’université François-Rabelais dans le cadre des travaux du groupe TraHis/La traduction dans l’histoire, les recherches présentées dans ce volume s’inscrivent dans la suite de manifestations précédentes lors desquelles la donnée temporelle était primordiale. Dans le cadre d’une histoire des traductions « au sens propre » qui, apparentée à l’histoire du livre, se fonde sur une conception matérialiste des textes et de leurs déplacements7 et place les conditions de la traduction et l’existence des traducteurs avant la réflexion théorique et linguistique sur l’acte de traduction, le présent volume privilégie donc les données spatiales dans l’étude de l’histoire des traductions et pose la question de l’espace et des lieux ; sans isoler cette dernière de sa relation aux facteurs temporels et historiques, il s’agit de mettre en évidence des coïncidences entre la circulation des personnes et celle des textes dans une situation historique ou une durée donnée. En adoptant le paramètre spatial, les études rassemblées ici entendent le mettre en lumière, l’établir, explorer ses modalités possibles d’application, mesurer son importance et ses incidences.

  • 8 Ibid., p. 2.
  • 9 Voir la contribution de Kerstin Wiedemann.

4Elles prennent pour angle d’attaque de ces questions d’espace le rapport de la traduction avec l’exil, l’émigration et la migration : les deux premiers termes impliquent une dimension politique, le troisième, plus général, englobant les deux premiers, un déplacement. La combinaison de la problématique de l’exil et de la migration avec la traduction conduit donc à souligner un lien entre la traduction comme type particulier de transfert et l’histoire. Alors qu’il y a souvent « divergence entre la recherche sur les transferts et l’histoire politique »8, et qu’il n’y a pas de lien de cause à effet nécessaire entre un exil, une vague d’émigration et un transfert, les études présentées confirment parfois cette divergence tout en incitant à la relativiser, de par la prise en considération d’un certain nombre de faits et de pratiques de traduction qui se rattachent directement à un contexte politique9 et, sinon immédiatement, à une migration particulière. C’est pourquoi la structure adoptée dans le présent volume pose une distinction entre deux types de migration, sans exclure qu’il puisse y en avoir d’autres ni que certains recoupements soient possibles : en première partie est envisagée la traduction liée à une migration causée principalement par un fait ou une situation historique ou politique, donc à des phénomènes d’exil et d’émigration ; la seconde partie tente de saisir des déplacements d’auteurs et de textes comme une donnée qui met l’accent sur la spatialité, sans ignorer l’histoire, mais sans qu’un événement précis y soit relié, allant ainsi jusqu’à décrire et étudier le cas d’espaces tiers par rapport à l’espace national principal de l’une des deux langues en présences, ou l’ancrage spatial concret d’une traduction-migration chez des auteurs contemporains.

  • 10 Depuis la tenue du colloque s’est concrétisé le projet de lancer un vaste programme collectif plur (...)
  • 11 Sur les compétences complémentaires des historiens et des spécialistes d’une aire linguistique don (...)
  • 12 Voir Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (dir.), Deutsche in Frankreich, Franzosen in De (...)
  • 13 Ainsi, le cas de Malwida von Meysenbug étudié par Jacques Le Rider révèle une circulation complexe (...)

5Ce volume prend place dans les études sur l’histoire de la traduction comme phénomène européen et mondial et, pour ce qui est des traductions vers le français, sans restriction des langues-sources10, mais il s’inscrit délibérément dans les études germaniques : alors que maints phénomènes décrits ici pourraient sembler ne relever que de l’histoire ou de la sociologie, il s’agit d’admettre pleinement les apports de ces disciplines pour les études germaniques tout en soulignant qu’à l’inverse, de telles recherches centrées sur des textes (fussent-ils autres que littéraires) peuvent se développer de manière privilégiée grâce à des compétences de germaniste11. Situées principalement dans les aires linguistiques française et allemande, les questions de migration, d’émigration et d’exil envisagées ici s’appliquent dans la plupart des cas à des Allemands hors d’Allemagne et à des Français hors de France12. Mais cela ne réduit cependant pas le champ d’investigation à la présence d’Allemands en France et de Français en Allemagne13. Cela est dû en premier lieu à la question des espaces nationaux : soit ils ne sont pas constitués simultanément de part et d’autre du Rhin, soit ils sont multiples dans chacune des deux langues (encore que les exemples étudiés ici dans les espaces germanophones et francophones concernent uniquement l’Allemagne et l’Autriche, la France et la Suisse romande). En second lieu, les déplacements de personnes et de textes entre deux langues conduisent souvent à prendre en compte des espaces tiers sans qu’il y ait forcément transfert triangulaire. Entre contrainte et liberté, entre choix et évolution individuels et mutations collectives liées au facteur spatial, des configurations variées s’offrent à l’étude et bien des situations peuvent se révéler surprenantes, briser certaines idées reçues et ouvrir des perspectives pour des recherches futures.

  • 14 Voir notamment dans ce volume les contributions de Joachim Gessinger et Manuela Böhm d’une part, d (...)
  • 15 Voir notamment la contribution de Christine Schmider sur Walter Benjamin en France.
  • 16 Ainsi, l’intensité des relations entre auteurs et traducteurs varie fort selon les cas (voir par e (...)
  • 17 Fritz Nies, op. cit., p. 72 et 76. Nies note également (p. 99) que le nombre de traducteurs du fra (...)
  • 18 On mentionnera par exemple, pour la seconde moitié du siècle, le cas de Cramer, installé à Paris, (...)
  • 19 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, op. cit., p. 8.
  • 20 Voir les contributions de Frédéric Weinmann sur les demoiselles Polier, enquête sur les traces des (...)

6On peut en évoquer quelques aspects concrets particuliers. Ainsi pour le lieu de résidence d’un traducteur, il arrive souvent, et pas uniquement en période de troubles politiques, que le lieu de résidence des traducteurs se trouve en dehors de l’espace de la langue vers laquelle ils traduisent ; dans ce cas, ces derniers sont des intermédiaires culturels qui, installés dans le pays de la langue-source, découvrent des textes ou entretiennent des rapports personnels avec les milieux intellectuels du pays et les auteurs, eux-mêmes parfois associés à l’élaboration de la traduction ; le transfert de texte se fait alors dans un délai court par rapport à sa publication dans la langue originale ; c’est ce type de problématique qui se présente dans le cas de Berlin dans la seconde moitié du xviiie siècle, où le français est la langue dominante parmi les élites culturelles ; de même à Paris autour de la Révolution, même si le phénomène est bien moindre qu’à Berlin, on trouve plusieurs cas de proximité et de perméabilité forte entre milieux culturels des deux langues, qui font ressortir aussi les variations dans la position sociale et institutionnelle du traducteur d’une aire culturelle à l’autre, exil et émigration forcés pouvant parfois se retourner à l’avantage de l’auteur ou traducteur14. Dans de telles situations, fussent-elles souvent difficiles et douloureuses, il apparaît que le déplacement des hommes favorise la prise en compte et la connaissance de l’étranger et conduit – parfois d’abord pour des raisons économiques, mais qui ne sauraient masquer des raisons plus profondes – à la traduction et à l’auto-traduction15. On peut s’interroger sur les dénominateurs communs et les différences existant entre ces formes de migration ; ainsi, quant aux conditions d’exercice, elles sont sans doute plus difficiles dans les cas de migration forcée ; il n’est pas rare alors que l’émigré ou l’exilé commence à traduire pour survivre, la nécessité économique conduisant à la réalisation d’une potentialité ou à l’intensification d’une pratique jusque-là occasionnelle. Ce sont là des exemples de concomitance entre paramètre spatial et données temporelles qui se retrouvent d’un siècle à l’autre dans des configurations diverses, ne serait-ce qu’en raison des situations historiques et politiques ainsi que des modes de communication existants16. Fritz Nies mentionne ainsi le cas des diplomates et des Allemands en France qui, dès la première moitié du xviiie siècle, forment une part importante des traducteurs (alors qu’on a tendance à considérer que la traduction de l’allemand vers le français est quasi inexistante avant 1760)17. Alors que la langue allemande passait encore pour un idiome difficile et maîtrisé par peu de gens, un certain nombre de traducteurs vers le français sont d’origine allemande, une autre part a fréquenté ou appris la langue allemande sur place, à l’occasion de voyages, d’années d’études ou de par leur profession. On notera à ce propos que l’idée presque universellement répandue de nos jours selon laquelle, par une sorte d’intimité exclusive, on ne saurait traduire que vers sa langue maternelle, ne semble aucunement s’imposer alors18, et que, comme l’avait montré Michel Espagne, plusieurs des premiers traducteurs vers le français étaient « des Allemands qui, désespérant de pouvoir, selon une expression volontiers employée à l’époque, “habiller” la littérature allemande dans une rhétorique française, travaillent en coopération avec un Français »19. Un autre exemple de l’importance de la donnée spatiale est la non-coïncidence entre langue-cible et lieu d’édition ; au xviiie siècle en particulier, un grand nombre de traductions de l’allemand vers le français paraissent hors des frontières françaises ; il peut s’agir de textes qui ne pourraient être publiés en France sous l’Ancien Régime en raison de leur teneur politique et le sont alors – outre dans un espace francophone tiers comme la Suisse romande20 – à l’étranger. La mise en relation des phénomènes de traduction avec les exils et les migrations conduit ainsi à ancrer la pratique de la traduction (parmi d’autres productions littéraires et culturelles) dans les conditions concrètes et notamment la circulation des personnes et les rencontres des traducteurs (parfois traducteurs encore en puissance) avec un milieu, une revue, une occasion à saisir.

  • 21 À cela s’ajoute chez Handke la traduction vers l’allemand de textes en slovène, soulignant les cho (...)

7À côté des métropoles et capitales, on soulignera l’importance de lieux tiers, soit périphériques, soit totalement extérieurs : l’Angleterre dans le cas de Malwida von Meysenbug, qui met en évidence la part des hasards biographiques dans les conditions et pratiques de traduction ainsi que la dimension européenne ; la Suisse romande dans le cas de la traduction en français de poésie de langue allemande, en vertu du caractère frontalier de l’espace suisse (frontalier de la France, mais aussi confronté à la pluralité à l’intérieur de la confédération), cette condition périphérique étant favorable particulièrement, semble-t-il, d’une part à la traduction de poètes du patrimoine de langue allemande plus souvent allemands que suisses, d’autre part à la traduction d’auteurs qui ne font pas partie du canon de la littérature de langue allemande, ceux qui sont connus ou reconnus étant plutôt traduits dans l’espace national français ; enfin, dans le cas de Peter Handke, le fait de traduire en France, donc hors du champ géographique et littéraire germanophone, n’est sans doute pas étranger aux choix des textes traduits : loin de privilégier des auteurs du canon ou remportant un succès ponctuel, comme pourrait le faire un traducteur présent dans l’espace linguistique à partir duquel il traduit, l’écrivain a souvent des choix personnels et décalés par rapport au canon21. Ainsi, sans qu’on puisse ni veuille bien sûr systématiser le lien entre le lieu de la traduction et le type de texte traduit ou de pratiques traductives, le rapport entre centre et périphérie, entre espace national et espace tiers, joue un rôle non négligeable. Le déplacement des hommes favorise la prise en compte de l’étranger, ce qui revient à concrétiser la métaphore courante du traducteur comme « passeur ».

Temps bref et temps long

  • 22 Sur ce point, voir aussi Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt (Hg.) : Kulturtransfer im Epochenum (...)
  • 23 Voir la contribution d’Albrecht Betz sur la césure de 1940 dans la politique de traduction de l’al (...)
  • 24 Voir l’article de Frank-Rutger Hausmann sur les arrière-plans et implications diplomatiques et pol (...)
  • 25 Voir par exemple l’article de Danielle Risterucci-Roudnicky sur la traduction de textes de Klaus M (...)

8Un autre élément important dans les contributions présentées dans ce volume est celle de la durée prise en compte. La composante spatiale peut apparaître dans le temps long, mais elle est particulièrement frappante sur des segments brefs, en particulier pour les relations entre la France et l’Allemagne, espaces pour lesquels il est intéressant de prendre en compte ou de mettre en évidence des mutations et des périodes plus courtes où les phénomènes d’exil, d’émigration et de migration sont plus fréquents voire plus sensibles qu’à d’autres ; c’est ainsi que, outre des moments historiques qui s’imposent d’emblée mais ne se présentent pas moins sous un jour nouveau grâce à l’étude des traductions (l’émigration d’auteurs allemands après 1933), d’autres conjonctures particulières apparaissent, telles la Révolution française et ses conséquences. La considération d’une topographie restreinte dans des bornes temporelles précises permet, dans certains cas, l’étude de détail, la mise en évidence de mécanismes d’échanges et de croisements culturels. Plusieurs des études rassemblées font ressortir un certain nombre de situations politiques et des périodicités limitées (autour de la Révolution française22, autour de l’exil français sous le nazisme, sous l’Occupation)23 tandis que d’autres se placent dans un autre type de durée historique. Certains moments historiques concentrent les transferts sous forme de migration – par exemple la traduction allemand-français sous l’Occupation, due à une volonté politique de l’occupant qui conduit à la traduction de textes du patrimoine littéraire allemand qui sont souvent de premières traductions et sont encore disponibles, parfois seules disponibles, de nos jours24. Mais cette perspective ne doit pas masquer le fait que, dans l’ensemble, le cas particulier de la traduction comme transfert montre qu’on gagne à envisager aussi une durée plus longue, outrepassant les bornes de l’histoire événementielle25, voire une continuité sur plusieurs siècles, comme l’établit Fritz Nies dans sa conclusion. Si l’on constate des décalages entre l’histoire des traductions et la chronologie historique, ce qui s’applique généralement, comme on l’a dit, aux transferts culturels, les phénomènes de concentration et d’intermittence apparaissent de manière moins marquée pour la traduction que pour les transferts en général ; les faits et biographies particulières, où les déplacements de personnes peuvent être cause ou conséquence de l’activité traductive, les pratiques d’écriture et d’édition dilatent le temps, étendent donc les pratiques dans la durée.

  • 26 José Lambert, « Auf der Suche nach literarischen und übersetzerischen Weltkarten », in Übersetzen, (...)

9Les recherches présentées dans ce volume ne constituent qu’une part infime du corpus à étudier. Les lieux particuliers où se pratique et s’édite la traduction se révèlent également pluriels ; les études présentées ne donnent qu’un aperçu et l’élaboration d’une cartographie de la traduction est un travail d’aussi longue haleine que celle d’une histoire26 ; mais elle est inséparable de cette dernière, comme le révèlent ces recherches. Il s’agissait avant tout de donner des exemples précis, révélateurs des processus en jeu. Ceux qui sont étudiés ici se développent en particulier dans les espaces allemands, français et suisses. Sans doute faudrait-il étudier d’autres lieux – par exemple l’Autriche –, ce qui inciterait à prendre en compte d’autres périodes et à s’interroger sur d’éventuelles spécificités. Il faudrait aussi s’intéresser, dans la période plus récente, à ces « migrations plus énormes que les anciennes invasions » annoncées par Rimbaud dans la dernière pièce des Illuminations, au lien entre les migrations mondiales, ce qu’on appelle les « littératures de la migration » et la traduction ; l’essai de Monika Schmitz-Emans sur Yoko Tawada porte sur la migration des lettres et prend aussi en compte la thématique de la migration dans les romans ; les incidences de la traduction, ou encore les particularités de la traduction de tels textes seraient sans nul doute des prolongements possibles.

Notes

1 Voir notamment Jörn Albrecht, Literarische Übersetzung. Geschichte – Theorie – Kulturelle Wirkung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1998, p. 338-340.

2 Bernhild Boie et Sylvie Le Moël, « Introduction », in Bernhild Boie, Sylvie Le Moël (dir.), Polychronie de la traduction. Temps de l’écriture – Temps de la traduction, Tours, PUFR, 2005 [Littérature et Nation 31 (2005)], p. 9. Voir aussi Bernhild Boie, Sylvie Le Moël (dir.), Traduction et constitution de l’identité, Tours, PUFR, 2002 [Littérature et Nation 26 (2002)].

3 Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility, Londres/New York, Routledge, 1995.

4 Voir Fritz Nies, Schnittpunkt Frankreich. Ein Jahrtausend Übersetzen, Tübingen, Gunter Narr, 2009, p. 25, qui souligne la concurrence ou du moins les emplois contemporains de ces termes en français au xvie siècle et indique (en se fondant pour partie sur le Französisches etymologisches Wörterbuch de von Wartburg) la première occurrence des termes traduction et traduire respectivement en 1530 et 1534.

5 Ainsi, pour prendre pour exemples des écrivains et écrivains-traducteurs discutés dans le présent volume, Yoko Tawada, Peter Handke et Georges-Arthur Goldschmidt peuvent inciter le lecteur ou le chercheur à faire passer le sens métaphorique de ces termes devant la prise en compte d’un contexte historique et politique ; mais cela n’exclut pas – et bien au contraire, les deux perspectives doivent se nourrir l’une l’autre – que le choix de vivre en France, pour Handke, soit lié à son rapport difficile à l’Autriche et à l’espace germanophone, ce que l’écrivain a lui-même formulé, ni, avec plus d’évidence encore, que le rapport de Goldschmidt à l’Allemagne et à la langue allemande s’inscrive dans un cadre historique particulier ; chez Tawada, il n’y a pas écriture postmoderne d’un monde globalisé, mais une dimension proprement géopolitique de l’œuvre qui, à partir de la tension entre Japon et Allemagne, s’étend à l’interrogation sur l’Europe et sur les autres continents.

6 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, « Perspectives germaniques », 1999, p. 8.

7 Sur les liens entre la recherche sur les transferts culturels et l’histoire du livre, voir ibid., p. 9.

8 Ibid., p. 2.

9 Voir la contribution de Kerstin Wiedemann.

10 Depuis la tenue du colloque s’est concrétisé le projet de lancer un vaste programme collectif pluridisciplinaire d’une Histoire des traductions en langue française (HTLF), coordonné par Jean-Yves Masson et Yves Chevrel (Paris-Sorbonne, Paris IV, en association avec l’université François-Rabelais de Tours et l’université de Nantes) et bénéficiant pour les années 2009-2013 d’un soutien de l’Agence nationale pour la Recherche.

11 Sur les compétences complémentaires des historiens et des spécialistes d’une aire linguistique donnée dans l’étude des productions littéraires et culturelles, voir, pour le domaine italien, l’étude de Jean-Charles Vegliante dans un volume qu’il a dirigé : Jean-Charles Vegliante, « La réception de la poésie italienne au xxe siècle : une illustration du malentendu italo-français », in Jean-Charles Vegliante (dir.) : La Traduction-migration. Déplacements et transferts culturels Italie-France, xixe-xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 98-124. Vegliante (p. 98) appelle « traduction-migration » des phénomènes relevant d’« une certaine conception civilisationnelle, incluant la littérature, tournée vers la traduction/réception […] et les représentations réciproques au sein d’un vaste ensemble articulé de déplacements de textes, d’images et d’hommes qui les portent, dans leur traditionnelle habitude du changement, avec les diverses figures qu’engendrent ces migrations. »

12 Voir Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (dir.), Deutsche in Frankreich, Franzosen in Deutschland, Sigmaringen, Thorbecke, 1992 ; Michel Espagne, Katharina Middell (dir.), Transferts culturels et régions. L’exemple de la Saxe. Cahiers d’études germaniques 28 (1995) ; Katharina Middell, Hugenotten in Leipzig, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1998 ; Michel Espagne, Bordeaux-Baltique. La Présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

13 Ainsi, le cas de Malwida von Meysenbug étudié par Jacques Le Rider révèle une circulation complexe entre les pays et les langues, intimement liée à la biographie ; celui des traductions du grec vers l’allemand, développé par Chryssoula Kambas, une concurrence dans la traduction du grec vers le français ou l’allemand dans l’affirmation d’une littérature nationale.

14 Voir notamment dans ce volume les contributions de Joachim Gessinger et Manuela Böhm d’une part, d’Alain Ruiz et de Bernard Franco d’autre part, et, pour les liens entre position sociale et institutionnelle du traducteur, voyage et traduction, la contribution de Jan Bonin sur Kotzebue.

15 Voir notamment la contribution de Christine Schmider sur Walter Benjamin en France.

16 Ainsi, l’intensité des relations entre auteurs et traducteurs varie fort selon les cas (voir par exemple les articles d’Alain Ruiz pour le cas de Cramer, de Michaela Enderle-Ristori pour celui de Heinrich Mann, qui recourt à l’auto-traduction durant son séjour en France, de Valérie de Daran pour celui de Peter Handke, domicilié en France et entretenant des liens étroits avec Georges-Arthur Goldschmidt).

17 Fritz Nies, op. cit., p. 72 et 76. Nies note également (p. 99) que le nombre de traducteurs du français vers l’allemand ayant séjourné en France est au xviiie siècle bien moindre que celui des traducteurs de l’allemand vers le français ayant séjourné en Allemagne.

18 On mentionnera par exemple, pour la seconde moitié du siècle, le cas de Cramer, installé à Paris, qui traduit abondamment du français vers l’allemand et de l’allemand vers le français, comme l’expose dans le présent volume l’article d’Alain Ruiz.

19 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, op. cit., p. 8.

20 Voir les contributions de Frédéric Weinmann sur les demoiselles Polier, enquête sur les traces des traductrices lausannoises, et de Christine Lombez qui établit sur la longue durée l’activité de traduction de poésie allemande en Suisse romande.

21 À cela s’ajoute chez Handke la traduction vers l’allemand de textes en slovène, soulignant les choix périphériques (Carinthie et Slovénie).

22 Sur ce point, voir aussi Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt (Hg.) : Kulturtransfer im Epochenumbruch Frankreich-Deutschland 1770-1815, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1997.

23 Voir la contribution d’Albrecht Betz sur la césure de 1940 dans la politique de traduction de l’allemand vers le français.

24 Voir l’article de Frank-Rutger Hausmann sur les arrière-plans et implications diplomatiques et politiques de l’Anthologie de la poésie allemande des origines à nos jours (1943).

25 Voir par exemple l’article de Danielle Risterucci-Roudnicky sur la traduction de textes de Klaus Mann vers le français.

26 José Lambert, « Auf der Suche nach literarischen und übersetzerischen Weltkarten », in Übersetzen, verstehen, Brücken bauen. Geisteswissenschaftliches und literarisches Übersetzen im internationalen Kulturaustausch, Teil 1, Berlin, Erich Schmidt Verlag, 1993, p. 85-105.

Auteur

Professeur de littérature allemande des XXe et XXIe siècle à l’Université Paris-Sorbonne, Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540