Version classiqueVersion mobile

This is the end

 | 
Vladimir Lifschutz

Les limites de la série télévisée

Chapitre dix-huit. L’émergence d’un nouveau modèle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rôle de l’univers fictionnel

Nous arrivons donc au bout de notre analyse des débuts et des fins avec une plus-value réelle : celle d’une vision d’ensemble qui révèle les éléments propres à une série télévisée. À travers ce voyage analytique, nous pouvons établir certains faits concernant les quatre débuts/fins analysées. Ils ont été nos points d’entrée dans la fiction et ils nous ont permis d’établir un instantané de l’ensemble d’une série. Le début et la fin encadrent la machine à récits, l’un active la mécanique, l’autre la met en veille. De ces extrémités semble ressortir une sorte de vision d’ensemble de la série. Comme l’évoque James Burrows (créateur de Cheers1 et producteur exécutif de Will and Grace2) : « Il faut essayer de refermer ce qu’on a ouvert dans le pilote3. » Ces analyses nous ouvrent une vision, certes incomplète mais qui permet de percevoir la série comme un tout, un ensemble structuré et constitué par le temps. Paradoxalement, il semble que c’est en auscultant...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search