Version classiqueVersion mobile

This is the end

 | 
Vladimir Lifschutz

Les limites de la série télévisée

Chapitre dix-sept. Lost : l’héritier d’une nouvelle forme de fin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une série sur le temps

Tout au long de son récit, Lost va manipuler et théoriser une certaine conception du temps. Ainsi, lors des trois premières saisons, la série explore le passé des protagonistes. Le présent apparaît comme un repère et l’île semble créer les conditions de l’introspection. À chaque épisode, un protagoniste doit composer avec un élément problématique de son passé qui le définit dans le présent. L’idée forte de Lost est que la définition du présent des personnages passe par la réactualisation du passé. Cette idée est au cœur du récit. Ainsi dans chaque épisode la fiction repose sur deux lignes temporelles. Dans les trois premières saisons, il s’agit d’une ligne dédiée au présent de l’île et d’une autre dédiée au passé des personnages.

L’île sert de procédé théorique pour réunir les deux temporalités. Lost fait du temps la matière scénaristique première. À partir du season finale de la troisième saison, le rapport au temps est modifié par une connexion entre le présen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search