Version classiqueVersion mobile

This is the end

 | 
Vladimir Lifschutz

Les limites de la série télévisée

Chapitre dix. Six Feet Under ou la délicate conciliation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mort comme pilote

Nous allons débuter par un exemple emblématique de ces quinze dernières années et qui propose une certaine conception de la fin : Six Feet Under. Il s’agit d’une fiction à dominances évolutives dont la diffusion hebdomadaire a duré cinq ans (de 2001 à 2005), à raison de 12 ou 13 épisodes de 50-55 minutes par saison. Cette œuvre est la création d’Alan Ball, scénariste oscarisé pour son travail sur le film de Sam Mendes, American Beauty (1999). Cette série fait partie du catalogue de la chaîne américaine câblée HBO (Home Broadcasting Office). Elle a connu un succès critique et public constant de ses débuts à, comme nous allons le voir, sa fin1. Il s’agit donc d’une série du câble premium (donc payant), d’un drama dont le succès critique et public constitue un repère historique dans l’expansion du câble. Elle fait partie des œuvres qui semblent explorer l’ensemble des spécificités de la série télévisée au point d’être associée à l’idée d’un âge « adulte » de la séri...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search