Version classiqueVersion mobile

This is the end

 | 
Vladimir Lifschutz

Les limites de la série télévisée

Chapitre neuf. De l’impossible conciliation de la fin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tony est-il mort ?

« L’écran noir a ravi son visage, puis dix secondes se sont écoulées dans l’obscurité avant le début du générique. Le géant a alors décollé son immense carcasse du canapé. Un soupir – c’est terminé. Il a beau avoir choisi la chanson d’adieu, Don’t stop believin, du groupe Journey, il n’écoute plus. Il arrête d’y croire, son long voyage s’arrête là1. »

L’histoire de fins de séries est riche néanmoins, un series finale permet de comprendre la force d’une fin de série et la difficulté de satisfaire l’ensemble des actants. The Sopranos2 est la série phare qui marque au fer rouge le succès d’HBO sur le marché des séries. La série raconte la vie difficile d’un chef de la mafia new-yorkaise en proie à des crises d’angoisses qui l’amènent à suivre une thérapie. La série est un franc succès pour HBO :

« Cela dit, les 10 millions de téléspectateurs par semaine de The Sopranos (y compris les rediffusions en semaine de HBO) restaient un score impressionnant pour une chaîne du câ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search