Version classiqueVersion mobile

This is the end

 | 
Vladimir Lifschutz

Les limites de la série télévisée

Chapitre sept. Une prise de conscience moderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La création d’un certain modèle

L’enjeu qui entoure le series finale a évolué au fur et à mesure de l’histoire des séries télévisées. La création même de la série télévisée répond à un besoin de programmation et de fidélisation dont la série ne pourra jamais se détacher. La question du series finale n’est pas pertinente à cette période, pour plusieurs raisons : tout d’abord, le but de ces programmes est de se poursuivre le plus longtemps possible. Aussi, la question de la fin est une question taboue. Ensuite, parce que même lorsqu’il y a une fin, les premières séries étant davantage régies par la dominance immobile, il n’y a pas d’enjeu narratif fort. En définitive, la fin signifie la mise à mort de la série et la rediffusion, bien qu’émergente dès la fin des années 1950, reste sporadique. On n’imagine pas qu’une série puisse être autre chose qu’un programme aussitôt diffusé aussitôt perdu.

Il faut attendre les premières séries à dominantes évolutives pour avoir une tension narrative ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search