Version classiqueVersion mobile

Les Héroïnes de séries américaines

 | 
Céline Morin

Amour, individualisme et courants féministes depuis 1950

Amour, individualisme et courants féministes depuis 1950

Texte intégral

1La richesse des imaginaires médiatiques relève de leur syncrétisme, ce à quoi n’échappent pas les influences féministes des séries télévisées. Au cours de l’histoire des héroïnes étatsuniennes, les courants varient et se contredisent : féminisme libéral, féminisme radical, néoféminisme et postféminisme forment le spectre idéologique de ces séries. Ce chapitre propose de réinscrire la complexité des relations représentées entre les femmes et les courants féministes dans le contexte de la détraditionnalisation et du passage de la première à la deuxième modernité. Par ailleurs, loin des constatations éplorées des auteurs critiques (Badiou, Hardt & Negri, Illouz, Žižek) pour qui l’amour a été corrompu par la modernité capitaliste et par l’individualisme, une démarche compréhensive à l’égard des relations amoureuses permet d’éclairer autrement leur labilité contemporaine dont chacun.e fait l’expérience dans les sociétés occidentales, et qui inspirent les scénaristes et producteurs de séries télévisées.

2Pour démêler ces paradoxes, il faut revenir tout d’abord sur les dernières propositions de la sociologie quant à l’amour, avant d’insister sur la pluralité des courants féministes ainsi que sur le potentiel humaniste et égalitariste de l’individualisme. Quelques-uns des concepts cruciaux employés pour analyser les héroïnes de séries télévisées amalgament des objets, des théories et des idéologies très différentes : pour certain.e.s chercheur.e.s, l’individualisme est atomisation et dépolitisation, pour d’autres, il est micropolitique et humanisme ; pour certain.e.s, le postféminisme est un antiféminisme individualiste, pour d’autres, il est l’affirmation d’un sujet autonome et responsable ; pour certain.e.s, le néoféminisme est ré-essentialisation du genre, pour d’autres, il est réappropriation des corps. C’est donc la mise en perspective des articulations historiques entre régimes de modernité, courants féministes, contrats amoureux et propositions mythologiques des médias de masse qui construit ce chapitre. Lorsque les séries télévisées prennent acte de l’émancipation des femmes, l’amour est-il redéfini comme un eldorado perdu (la famille nucléaire n’est plus accessible aux femmes actives) ou comme un territoire à reconstruire ? Reste-t-il à la charge du féminin ou sa responsabilité est-elle redistribuée entre hommes et femmes ? Face à l’anxiété que produit l’émancipation, ses modalités d’exercice s’enracinent-elles toujours dans un idéal romantique fusionnel ou se diffusent-elles dans des registres démocratiques ? Plutôt que de considérer les héroïnes individualistes et féministes comme un contresens, il faut s’interroger sur ce que ces nouveaux profils, certes ambigus, parfois même contradictoires, font subir aux performances de genre et aux liens sociaux des héroïnes.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search