Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Annexes

Annexe cinq. Forme des épisodes et structure des saisons

Texte intégral

1Chaque épisode de Game of Thrones est le plus souvent divisé en une quinzaine de séquences environ, associées aux lieux apparus dans le générique. On y remarque une alternance systématique mais irrégulière entre trois zones géographiques privilégiées : le Mur ou l’au-delà du Mur, plusieurs endroits différents de Westeros (de deux à quatre), un d’Essos (exceptionnellement deux), apparaissent ainsi dans chacun des épisodes diffusés jusque-là (à l’exception de S4E9 qui a le Mur pour unique théâtre). De manière habituelle, le même lieu est montré plusieurs fois dans le même épisode, contribuant ainsi à susciter l’impression que chaque intrigue spatialement localisée connaît un certain développement à la fois à l’intérieur d’un même épisode et dans la saison. Il n’y a pas d’ordre préétabli qui expliquerait a priori la succession des lieux qui apparaissent à l’écran, donc aucun caractère mécanique dans les déplacements géographiques aux-quels on est convié.

2De manière analogue, on repère une forme originale de répétition dans la structure générale de la série : dans chacune des trois premières saisons (la quatrième est à part), le neuvième épisode constitue le climax, en ce qu’il propose la séquence la plus décisive du point de vue de l’intrigue et, en particulier, des événements survenant à Westeros. Le dixième épisode laisse ensuite voir les débuts du rebond attendu de cette intrigue principale et s’achève cependant à chaque fois par une scène de bravoure : dans la première et la troisième saison, autour de Daenerys Targaryen qui devient la Mère des dragons puis celle du peuple esclave de Yunkaï qu’elle a libéré ; dans la deuxième saison, au-delà du Mur, avec l’apparition surnaturelle des Marcheurs blancs venant attaquer les gardes de Nuit autour du Poing des Premiers Hommes.

3Dans la première saison, même pour les lecteurs du cycle, la mort d’Eddard Stark en clôture du neuvième épisode survient comme un véritable coup de tonnerre. À aucun moment, le réalisateur chevronné qu’est Alan Taylor ne cherche la connivence avec ceux qui justement connaissent cette péripétie des romans, si bien que, jusqu’au bout, on ignore si l’adaptation va respecter la disparition de Ned qui est un lourd sacrifice également pour la série. Il maintient le suspense, si bien que la décapitation de Ned conserve ainsi tout le caractère inattendu qu’il revêt dans le roman.

4Dans la deuxième saison, la bataille de la Néra (S2E9) et la défaite imprévue de Stannis en raison du stratagème de Tyrion marquent un tournant majeur dans l’action. La retraite de Stannis et la disparition provisoire de Davos, la tentative de meurtre sur Tyrion et l’apparition en héros de Loras, mais surtout celle de Tywin Lannister en condottiere vainqueur et sauveur de Port-Réal et de sa propre parentèle – dont son royal et pitoyable neveu Joffrey –, tous ces événements rebattent alors les cartes du jeu politique. Les Lannister confirment leur pouvoir à Port-Réal et écartent pour longtemps la menace que constituait Stannis.

5Enfin, dans la troisième saison, les « Noces pourpres » (S3E9) jouent un rôle analogue de climax et de surprise. En effet, de manière analogue à ce qui se produit dans la première saison, les showrunners ont accepté que, comme dans les livres, des personnages qui ont été patiemment construits et approfondis, ici au cours des 28 épisodes précédents, disparaissent définitivement : Robb Stark et sa jeune épouse (apparue plus récemment), sa mère Catelyn Stark, sont les principales victimes de la boucherie ourdie par Tywin Lannister et organisée concrètement par l’acrimonieux Walder Frey et le traître Roose Bolton. À nouveau, la situation politique en est changée durablement. Tywin Lannister apparaît plus que jamais comme le vrai maître du terrain.

6Ces constantes sont bouleversées dans la quatrième saison, ainsi que les show-runners eux-mêmes l’avaient annoncé. Le neuvième épisode demeure spécial, mais on ne peut pas dire qu’il constitue le climax de l’action principale de la saison. Cependant il en est le morceau de bravoure d’un point de vue filmique, parce que, pour la première fois, il se passe tout entier en un lieu et qu’il est entièrement consacré à la bataille du Mur – la bataille de la Néra était déjà le thème de S2E9 – qui prend résolument une dimension épique : beaucoup de personnages secondaires y meurent (Ygrid, Grenn, Pyp) et d’autres montrent leur bravoure et survivent (Jon, Aliser, Sam, Tormund).

7Les moments-clés de la saison sont distribués de manière plus régulière, même si la tension monte surtout dans la seconde partie de la saison. Ainsi le deuxième épisode est consacré au mariage et à la mort spectaculaire de Joffrey, le septième voit Littlefinger embrasser Sansa Stark et précipiter Lysa Arryn dans le vide, le huitième nous fait assister à la mort d’Oberyn Martell. Enfin, le dixième épisode donne lieu à deux coups de théâtre : d’un côté, Stannis débarque avec son armée et transforme la défaite annoncée de la Garde de nuit en victoire, de l’autre, Tyrion Lannister s’échappe de prison et tue son père Tywin avant de quitter Westeros.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search