Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Annexes

Annexe quatre. Quelques similitudes avec la guerre des Deux Roses

Texte intégral

1Il ne s’agit pas ici de faire l’inventaire de tous les éléments de Game of Thrones qui pourraient paraître empruntés à la guerre des Deux Roses (1455-1485), une guerre civile qui a ébranlé l’Angleterre et vu s’opposer deux branches issues de la même maison royale des Plantagenêt, les York et les Lancaster, jusqu’à la victoire de ces derniers à la bataille de Bosworth.

2Martin a dit lui-même que ce conflit l’avait inspiré pour écrire ses romans, mais non pas qu’ils étaient fondés sur elle. À dire vrai, c’est plus une ambiance avec complots, trahisons et meurtres à foison, ainsi que des petits faits ou des détails pittoresques qui paraissent avoir inspiré certains traits de la série et joué un rôle suggestif dans la rédaction des romans. Voici quelques détails, visuels pour la plupart, particulièrement frappants.

3La guerre des Deux Roses est ainsi appelée parce que les deux partis qui s’affrontent ont pour emblème une rose : les Lancaster ont une rose rouge et les York une blanche. On remarque que le nom de Lancaster est bien proche de Lannister et que leurs armes – « de gueules [c’est-à-dire rouge] au lion d’or » – sont les mêmes. C’est une autre famille, celle des Tyrell, qui a dans son blason une rose d’or. En outre, les noms d’York et de Stark, monosyllabiques, s’achèvent sur des phonèmes identiques.

4D’autres emblèmes ont pu être empruntés aux Plantagenêt. Ainsi le cerf des Baratheon, qu’il soit d’or, colleté d’une couronne ou bien simplement couronné est emprunté à Richard II qui, parmi ses devises, a justement eu un cerf (mais argent, c’est-à-dire blanc) colleté et enchaîné, c’est-à-dire pourvu d’un collier ici en forme de couronne et d’une chaîne d’or. On trouve pareillement le faucon d’argent des Arryn (mais sans lune) associé à Edouard III, le soleil des Martell (mais sans la couleur rouge ni la lance) à Richard II également. Même le dragon des Targaryen (mais à une seule tête) se retrouve dans plusieurs devises anglaises de cette époque : dragon d’or pour Edouard III, de sable (c’est-à-dire noir) pour Edouard IV. On trouve même un dragon de gueules (c’est-à-dire rouge), pour Henri VII, chef de la nouvelle famille régnante (les Tudor) et du parti des Lancaster, qui va l’emporter dans la guerre des Deux Roses.

5Parmi les nombreux personnages hauts en couleurs de ce conflit, l’un des personnages les plus fascinants est sans conteste le dernier des Plantagenêt, Richard, duc de Gloucester (1452-1485), plus connu sous son nom de roi, Richard III et immortalisé par Shakespeare dans la pièce éponyme où son portrait est considérablement noirci. Contrefait en raison d’une scoliose qui l’a laissé bossu, le Richard historique a la réputation d’être particulièrement machiavélique et il lui est en particulier reproché de n’avoir hésité devant rien pour s’asseoir sur le trône. Il passe en particulier pour avoir ordonné l’exécution de ses deux neveux qui étaient des rivaux potentiels. Sa mort à la bataille de Bosworth en 1485 met fin à la guerre des Deux Roses : le couronnement de son adversaire Henri Tudor sous le nom de Henri VII marque alors la victoire définitive du parti des Lancaster. Richard fait ainsi penser au nain Tyrion, tant pour le physique que pour des qualités incontestables. L’un comme l’autre montrent en particulier un courage physique remarquable : Richard III meurt au combat après avoir conduit lui-même une charge de cavalerie contre son adversaire, Tyrion n’hésite pas à s’interposer pour sauver Catelyn Stark, ni à combattre avec ses soldats devant Port-Réal.

6On pourra chercher à retrouver dans les événements de la guerre des Deux Roses des sources d’inspiration ou des modèles de Game of Thrones, même s’il est souvent délicat de se montrer absolument catégorique à propos de ces sources apparentes, parce qu’elles relèvent souvent d’une topique et peuvent même servir à plusieurs personnages ou situations à la fois. Ainsi le roi fou Henri VI pourrait faire penser au roi Aerys II. Sa femme Marguerite d’Anjou a montré une grande ténacité pour protéger les droits au trône de son jeune fils : Cersei n’est peut-être pas si loin. L’ennemi de Marguerite, Richard d’York, est nommé un temps Lord Protecteur du royaume, une sorte de régent, en raison de la folie du roi Henri VI. Excellent administrateur et prétendant opiniâtre à la couronne, Richard évoque quelque peu Tywin Lannister par sa constance et ses qualités manœuvrières. Les « princes de la Tour [de Londres] », deux enfants, que plus tard leur oncle le roi Richard III fait mettre à mort pour consolider son pouvoir font penser aux deux jeunes Lannister capturés par Edmure Tully et massacrés par Karstark pour venger la mort de ses propres fils. Comme on le voit, tous ces exemples et situations ont une certaine proximité avec la série, mais aucun n’est à proprement parler leur modèle unique.

7(voir aussi : http://www.lagardedenuit.com/​wiki/​index.php?title=Sources_historiques_et_litt%C3%A9raires_de_la_saga).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search