Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Annexes

Annexe trois. À propos de Game of Thrones et Shakespeare

Texte intégral

1Game of Thrones donne souvent l’impression d’être un drame historique shakespearien. Les costumes et les décors intérieurs de Westeros rappellent souvent la manière classique dont la Royal Shakespeare Company a mis en scène les pièces du dramaturge. Du reste, Diana Rigg, alias Lady Olenna, Sean Bean, alias Ned Stark, et Charles Dance, alias Tywin Lannister, ont appartenu à la prestigieuse compagnie. On retrouve dans la série une manière de mettre en scène les luttes autour du pouvoir et une façon de les dire qui évoquent « naturellement » le théâtre shakespearien.

2L’un des derniers exemples offerts par la série est peut-être le plus frappant, parce qu’il s’y révèle, semble-t-il, une intention nette de se référer au dramaturge anglais. Des frères renégats de la Garde de nuit se sont mutinés, ont assassiné Craster et le commandant Mormont, avant de s’installer chez le sauvageon. Le meneur de ces hommes est un ancien tueur à gages psychopathe nommé Karl Tanner. Dans une ambiance nocturne, assis de guingois sur le siège de Craster, il singe ainsi un roi – sa posture rappelle celle de Joffrey. Après avoir tué Mormont, Karl boit dans le crâne de ce dernier auquel il parle pour s’en moquer et se féliciter du pouvoir tyrannique qu’il exerce sur sa bande de renégats de la Garde de nuit et sur les femmes de Craster qu’il laisse violer et martyriser (S4E4)… Ici, nous avons clairement une parodie de Hamlet (V, 1, Alas poor Yorick…). Tenant un crâne (selon le fossoyeur il s’agit de celui du bouffon Yorick qu’Hamlet a connu dans son enfance), Hamlet lui demande non sans mélancolie où sont passées « ses facéties, ses gambades et ses chansons ». Dans la série, la scène est détournée, mais sa proximité avec son modèle est remarquable.

Karl sur le siège de Craster

Karl parle au crâne de Mormont

3Habituellement ce ne sont pas tant des citations exactes et précises que l’on repère, mais plutôt des réminiscences diffuses de Shakespeare dans la construction d’une scène, d’une atmosphère, ou dans l’apparition d’images ou de détails similaires, assurément trop nombreux pour être passés sous silence, mais aussi pour être tous rassemblés comme sources directes. Ainsi, comme le remarque Matt Amaral, les tout premiers mots de Richard III (I, 1, 1) prononcés par le rôle-titre : Now is the winter of our discontent, « Voici l’hiver de notre déplaisir… » (trad. Pierre Leyris) font facilement penser à Winter is coming, « L’hiver vient » la devise des Stark. J’ajoute que la première scène de Richard III réserve une autre surprise. Après s’être moqué des divertissements – en particulier amoureux – qu’offre la paix à tous, Richard y oppose le passe-temps auquel il est contraint : « moi donc, en ces jours débiles de paix et d’airs de flûte, je n’ai point d’autre plaisir pour tromper le temps que d’épier mon ombre au soleil en déchantant sur ma déformité » (trad. Pierre Leyris). Il est piquant de retrouver comme un écho de cette réflexion autour de l’ombre dans les propos que Varys tient au nain Tyrion (S2E3) :

« Le pouvoir se trouve où les hommes croient qu’il se trouve : c’est un tour de passe-passe, une ombre sur un mur… et un tout petit homme peut projeter une ombre très vaste. »

4Ces souvenirs sont d’autant plus sensibles que George R.R. Martin ne cache pas combien il admire Shakespeare, en particulier ses célèbres pièces historiques relatives à l’histoire anglaise : Le roi Jean, Richard II, Henri IV (2 parties), Henri V, Henri VI (3 parties), Richard III et Henri VIII. Du reste, la plupart d’entre elles sont directement liées aux événements de la guerre des Deux Roses, autre grande source d’inspiration de Game of Thrones [voir annexe quatre].

5Tyrion fournit un exemple bienvenu. Nain et vilainement balafré, il rappelle physiquement le rôle-titre de Richard III. En outre, tous deux sont dotés d’une grande intelligence politique. Dans des apartés remarqués, Richard explique au spectateur la situation à laquelle il est confronté et les crimes qu’il est prêt à commettre pour l’emporter. C’est habituellement cette dimension noire du personnage que l’on retient : ainsi Richard a également inspiré le député Francis Urquhart dans House of Cards version originale (Andrew Davis, 1990) ou le représentant Frank Underwood dans le remake américain (Beau Willimon, 2013), tout comme Jim Profit dans Profit (John McNamara et David Greenwalt, 1996), où ces héros d’une grande noirceur disent ouvertement et assument tranquillement leurs actions criminelles comme leurs petites manœuvres. Pourtant, force est de constater que la comparaison entre Richard et Tyrion Lannister s’arrête justement là, car le second diffère du premier parce qu’il a des scrupules, qu’il s’intéresse aux autres et conçoit l’existence d’un bien public, ce qui freine considérablement son appétit de pouvoir… Enfin, jamais il ne prépare seul une manœuvre, mais il prend conseil auprès d’autrui, par exemple Varys, ou même son père quand ce dernier l’envoie le remplacer comme Main du roi.

6Si les personnages de Game of Thrones possèdent le plus souvent des caractères contrastés, cependant quelques-uns penchent plus nettement du côté sombre et rencontrent de célèbres créations shakespeariennes. Ainsi Walder Frey, le seigneur des Jumeaux. On le sait couard et vicieux, et on le découvre criminel et sacrilège lors des « Noces pourpres ». Il partage le pain et le sel, s’engageant ainsi, selon le rite, à la sécurité des hôtes sous son toit. Pourtant il n’hésite pas à ordonner l’assassinat de Robb Stark et Talisa, son roi et sa reine donc, ainsi que de leur escorte, et à faire massacrer leur armée (S3E9). Matt Amaral suggère aussi ce rapprochement avec Macbeth qui, dans la pièce éponyme, reçoit chez lui son roi et, avec l’aide de son épouse, poignarde et tue le trop crédule Duncan, joignant le sacrilège au meurtre (II, 2). Cependant le crime à peine commis, Macbeth est rongé de culpabilité (II, 2) ; plus tard, il a des visions, tout comme lady Macbeth, hantée par le crime et le sang qu’elle croit voir sur ses mains (V, 1). Pour Walder Frey, il en va tout autrement : une fois les derniers moribonds achevés, il fait nettoyer la salle du banquet où il continue à plastronner et, sans un regret, boit à la santé de Robb, Forever young, « Pour toujours jeune », avec son complice Roose Bolton (S3E10).

7Littlefinger présente lui aussi quelques similitudes avec un autre fameux personnage de Shakespeare, le type même du jaloux, Iago, qui apparaît dans Othello. Il est vrai que Littlefinger est jaloux de Ned Stark, parce que ce dernier a épousé Catelyn Tully dont il était amoureux. Après la mort de Jon Arryn, dans laquelle Littlefinger joue lui-même un rôle secret mais révélé plus tard, il réussit à se concilier la confiance de Ned, qui lui confie même le soin de s’assurer la fidélité de la Garde de la cité. Cette confiance sera fatale à Ned Stark : Littefinger placera lui-même la dague sur la gorge de Ned pour qu’il soit arrêté et emprisonné. Dans le drame de Shakespeare, Iago déteste son chef Othello, dont il est pourtant le conseiller : il est spécialement ulcéré que Cassio lui ait été préféré pour devenir le lieutenant d’Othello. À force d’insinuations placées au bon moment dans les bonnes oreilles, Iago imagine comment se venger d’Othello. Othello finit en effet par soupçonner à tort son épouse Desdémone de lui être infidèle avec Cassio, et Othello finit par l’étouffer. En outre, en essayant de supprimer lui-même Cassio, Iago n’hésite pas à tuer de ses mains son propre complice, Rodrigo, de peur d’être découvert. Enfin, une fois percé à jour, il refuse absolument d’expliquer ses motivations.

8Littlefinger est lui aussi passé maître dans le jeu des insinuations et des plans complexes à plusieurs tiroirs, comme la quatrième saison nous le révèle. Lorsque Ned enquête sur le meurtre de Jon Arryn, Littlefinger distille les informations, mais il ne le fait pas pour que Ned avance dans ses investigations, mais au contraire pour qu’il s’enferme petit à petit dans un piège mortel. Chez Littlefinger, le souci du pouvoir a largement remplacé celui de l’amour éconduit, même si l’emprisonnement de Ned le venge par la même occasion. De plus, Littlefinger n’a pas plus de sympathie que Iago pour ses complices d’un moment, comme le bouffon Dontos ou Lysa Arryn l’apprennent à leurs dépens. Enfin, Littlefinger dit plusieurs fois qu’il veut tout ce qui peut exister, mais ne précise rien. Comme il le dit lui-même, « un homme sans mobile est un homme que personne ne suspecte » (S4E4).

9Chez Shakespeare, les bouffons sont des personnages très importants, en particulier parce qu’ils peuvent dire des vérités interdites à tout autre. Le Fou de Lear ou Falstaff commentent avec verve les événements tant de la scène que du dehors et dévoilent souvent le dessous des cartes. Dans Game of Thrones, on retrouve cette tradition, en particulier dans un intermède théâtral joué à l’initiative de Joffrey lui-même (S4E2). Dans cette séquence, véritable mise en abyme parodique de la série, cinq nains miment de manière grotesque la guerre des Cinq rois. Le conflit réel vient de se terminer par la victoire de Joffrey après la mort de Renly Baratheon, la défaite de Stannis, les échecs de Balon Greyjoy et la décapitation de Robb Stark (S3E9). Les nains jouent ici le rôle des bouffons du drame, chargés de dire des vérités qui blessent. Pourvu d’un arrière-train postiche proéminent, l’un dit sans euphémisme l’homosexualité de Renly, un autre affublé d’une tête de loup la violence faite à Robb (c’est là une manière pour Joffrey d’en revendiquer la responsabilité). Mais ces nains sous influence épargnent le tyran, même s’il est représenté par l’un des bouffons. Or, à son insu, car sa mort est imminente, Joffrey rejoint lui aussi le statut de nain en se retrouvant le jouet du destin. Au contraire, son oncle Tyrion qu’il veut ridiculiser en lui faisant affronter les cinq nains gagnera paradoxalement en grandeur, pour se métamorphoser en héros sombre, deux fois meurtrier, sauvant ensuite sa peau par un incroyable retournement de situation.

10Dernier bouffon remarquable, jadis chevalier mais devenu ivrogne, ser Dontos Hollard est sauvé par Sansa des griffes de Joffrey qui en fait son bouffon. Mais sa bouffonnerie ne manque pas d’ironie autoréflexive de la part des showrunners, puisqu’il est initialement affublé d’une livrée qui le fait ressembler… à Captain America. En outre, s’il participe au sauvetage de Sansa, Dontos le lui doit bien, puisqu’il l’a impliquée malgré elle dans le meurtre de Joffrey. Comme les bouffons d’occasion, il meurt d’avoir eu l’audace de vouloir participer à l’action que son seul vrai droit est de commenter.

11Enfin, dans Game of Thrones, l’utilisation de deux chansons, entendues avec ou sans les voix, nous paraît jeter un dernier pont avec les pièces de Shakespeare. Le dramaturge passe en effet pour avoir travaillé avec des compositeurs de son temps afin d’insérer de courtes pièces musicales et des chansons dans ses pièces. D’une manière générale, les chansons servent à éclairer l’état d’esprit dans lequel se trouve un personnage. Ainsi la « Chanson du saule » (Willow song) fait entendre la plainte d’une femme abandonnée par son amant et qui en meurt : Desdémone la chante avant de se coucher et d’être bientôt étouffée par Othello. Mais on trouve aussi d’autres compositions beaucoup plus joyeuses, comme des chansons à boire ou des musiques de danse.

Dontos chevalier

12Dans Game of Thrones, deux chansons apparaissent de façon récurrente : les Pluies de Castamere ou « Chanson des Lannister », et L’Ours et la jolie pucelle, dite la « Chanson de l’ours ». Les thèmes musicaux de l’une comme de l’autre ont été imaginés à la mode de la Renaissance, avec un rythme lent pour l’une, allègre pour l’autre, ressentis immédiatement comme anciens. Les Pluies de Castamere a la forme d’une ballade mélancolique et tragique sur le caractère éphémère du pouvoir : on l’entend plusieurs fois et à chaque fois avec une intention précise. Par exemple, elle est jouée lors des « Noces pourpres » (S3E9), où elle est donne le signal du massacre (et en accompagnement des crédits à la fin de l’épisode), ou encore lors de la fusion de « Glace » (S4E1), où elle souligne la défaite de la maison de Stark, ou également lors du mariage de Joffrey qui la fait interrompre, agacé de cette chanson lui rappelant le pouvoir de son grand-père Tywin dont elle célèbre les hauts faits (S4E2). En revanche, la « Chanson de l’ours » accompagne par exemple la troupe de brigands conduite par Locke, s’en retournant tout joyeux à Harrenhal parce qu’ils ont capturé Jaime (S3E4). Plus tard, une prostituée de Motte-la-Ville en rote ( !) la mélodie qu’elle donne à deviner ainsi à ses clients (S4E8) : dans les deux cas, la chanson met en relief le genre de personnages et d’ambiance auxquels le spectateur a affaire. Ces chansons composées comme celles de Shakespeare sur le modèle ayant cours à la Renaissance nous ramènent à nouveau à cette époque, décidément fertile en inventions reprises dans la série.

13On pourra se reporter au post de Matt Amaral pour se faire une idée rapide sur les liens existant entre Shakespeare et la saga romanesque : http://www.teach4real.com/​2014/​04/​28/​how-shakes peare-explains-game-of-thrones/

14Pour écouter quelques-unes de ces chansons et musiques : Shakespeare Songs and Consort Music, Deller Consort, Alfred Deller (dir.), Desmond Dupré (luth), Harmonia Mundi, 1967 (1987), HMA 190202.

Table des illustrations

Légende Karl sur le siège de Craster
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Karl parle au crâne de Mormont
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Les cinq nains
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Dontos chevalier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search