Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Conclusion. Game of Thrones

Et nous…

Texte intégral

1Game of Thrones déroule devant nous une histoire complexe vécue par une pléiade de héros divers et terriblement « humains ». Pour la plupart, ils ne sont fondamentalement ni bons ni mauvais, mais, étrangement proches de nous, ils se montrent prêts à basculer du côté de la vertu ou du mal absolu, au gré des péripéties qui les ballottent dans un avenir incertain. Malgré son étrangeté, visuellement très travaillée, leur monde initialement en paix, sans idéologie ni religion dominante, mais parcouru par des passions et des tensions très violentes, ressemble au nôtre. Le royaume des Sept Couronnes réunit dans une sorte de confédération des territoires qui partagent la même langue et la même monnaie, et se caractérisent par des particularismes que le spectateur apprend peu à peu à connaître, voire à apprécier. Pourtant la stabilité apparente de cette construction politique est compromise de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur.

2En effet, les menaces de tous ordres ne sont pas loin. « L’hiver vient » sur Westeros, mais plus terrible que ceux qui l’ont précédé, et la crise climatique qui s’annonce ne semble pourtant pas faire l’objet de plus de précautions. De plus, la religion d’un dieu unique et jaloux, au départ sans importance, gagne pourtant sans cesse du terrain. Aidés par la volonté de pouvoir d’un prince mégalomane et soutenus par une femme-gourou, ses sectateurs font preuve d’un prosélytisme sans aucun état d’âme et tracent dans le sang leur voie vers un pouvoir théocratique. Comment les arrêter et quelle alternative offrir face à ce triomphe annoncé ?

3En outre, bien que de puissantes familles structurent les différentes strates du pouvoir et constituent les traditionnels soutiens et refuges des valeurs de l’aristocratie, elles laissent voir des dysfonctionnements tels que la survie de leur pouvoir paraît elle-même problématique. Leur univers clos et contrôlable est en effet soumis aux forts soubresauts que génèrent les conflits opposant ses membres et de profondes défaillances s’y révèlent.

4Du reste, l’intérêt du spectateur est aussi maintenu en éveil par la solide architecture en arche de l’ensemble formé par les quatre saisons déjà diffusées. Le même schéma narratif global se répète en effet pour les trois premières avec des ponctuations fortes placées aux mêmes endroits stratégiques. Puis, en procédant à un véritable remaniement du personnel engagé dans le développement des intrigues, la quatrième saison apporte une sorte de conclusion provisoire aux trois précédentes et forme aussi comme le premier pilier de la suite à venir. La rigueur de la construction suscite de toute évidence une véritable attente.

5En outre, malgré sa noirceur, la série ne sombre jamais dans un catastrophisme dépressif ou oppressant : quelles que soient les circonstances affleure toujours un solide sens de l’humour et de l’ironie pouvant aller jusqu’au cynisme, mais assurant à la narration une constante vivacité et une alacrité communicative.

6Si Game of Thrones suscite un tel engouement, c’est sans doute aussi parce qu’on y montre la lente agonie d’un univers en déliquescence. Le constat de crises profondes et la prophétie des cataclysmes à venir ne permettent nullement de savoir quelle sera l’issue réelle. Mais peu importe : les malices de la Fortune s’en mêlant copieusement, c’est bien le processus lui-même, ses accidents, ses accélérations ou ses ralentissements, plus encore que le terme, qui nous captivent. Car rien n’est gagné, même pour les plus puissants, même quand tout semble acquis. Les héros sont fréquemment malmenés, parfois jusqu’à la disparition pure et simple. Toutefois, comme toute fiction, la série fonctionne surtout comme un dispositif visuel grossissant, qui montre causes et principes cachés à l’œuvre dans le déroulement de l’Histoire, fût-elle imaginaire. Dans le monde de Westeros, en un sens, tout est articulé. Les scènes de violence, si souvent critiquées voire vilipendées, montrent la plupart du temps des actes commis de près, où l’on regarde son ennemi dans les yeux. Le spectateur assiste à l’opposition de deux univers. Dans le vieux monde, comme le résume Ned Stark à son fils de manière exemplaire : « Celui qui condamne quelqu’un à mort est celui qui abat l’épée ». À cette éthique de la responsabilité poussée à l’extrême, s’oppose une nouvelle configuration politique où les massacres et les meurtres sont commandités de loin, où la main qui dirige est devenue invisible et, partant, peut agir en toute impunité. Ces têtes pensantes de l’ombre, jamais très loin de la Banque de fer, finissent par s’apparenter de manière troublante aux lointains groupes technocratiques et financiers de nos sociétés modernes, entités distantes, abstraites, désincarnées et par conséquent irresponsables qui s’énoncent cependant comme seules sources légitimes du pouvoir.

7Game of Thrones donne donc à voir la nostalgie – et le fantasme – d’un monde plus simple où la proximité physique des parties en présence, quelle que soit la nature de la confrontation, garantit la compréhension par tous des actions entreprises par chacun.

Table des illustrations

Légende Vers l’avenir
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search