Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Portraits

Chapitre quinze. Tyrion Lannister

La solitude du nain

Texte intégral

1Troisième enfant de Tywin Lannister – l’homme le plus riche de Westeros et alors Main du roi Aerys II Targaryen –, Tyrion (Peter Dinklage) aurait dû voir s’ouvrir devant lui l’avenir promis à la progéniture de la haute noblesse de Westeros. Mais il est nain et sa mère meurt à sa naissance. Cette double fatalité lui aliène à jamais l’affection de son père et de sa sœur Cersei qui lui reprochent à la fois d’avoir tué leur épouse et mère, et d’être contrefait. D’une certaine manière, la vie de Tyrion s’épuise pour une bonne part à essayer de gagner la reconnaissance et l’affection d’un père et d’une sœur qui le détestent. Son père a eu la tentation de l’abandonner, comme on le fait à Westeros pour les enfants malformés et ne s’en est abstenu qu’au nom de la sacro-sainte intégrité de la famille Lannister (S3E1 et 10), sa sœur a cru (et espéré) qu’il allait mourir rapidement, comme Oberyn Martell, témoin oculaire, le raconte à Tyrion (S4E7). Tyrion trouve grâce seulement auprès son frère aîné Jaime, qui est, lui, pourvu de toutes les qualités physiques qui lui manquent.

2Pourtant Tyrion n’est pas un personnage dépressif, bien au contraire. Souffrant d’un handicap physique indéniable, il s’en sert comme d’un bouclier, comme il le dit lui-même à Jon Snow (S1E1). En outre, il développe d’autres qualités, en particulier le goût de l’étude – c’est un des seuls personnages qu’on voit en train de lire (S1E2) – et la curiosité, qui le pousse à aller jusqu’au Mur (S1E3). Il est également doté d’un esprit vif et plein d’autodérision, mais aussi d’un sens aigu de la répartie qui l’amène à se faire des ennemis pour un bon mot de trop. Méprisé par ceux qui veulent plaire à son père, puis à sa sœur devenue reine, et haï par son neveu Joffrey, Tyrion a une sympathie presque naturelle pour les personnages différents ou marginaux qui croisent sa route, et ils le lui rendent bien. Jon, le bâtard de Winterfell, Bronn, le bretteur au cuir tanné et à la conscience morale à géométrie variable, Varys, l’ambitieux eunuque soucieux du bien du royaume, Bran, le jeune garçon récemment estropié, ou Oberyn, le prince étranger venu venger le meurtre de sa sœur : à tous, Tyrion apporte avec sympathie sa compréhension ou son aide à un moment de leur rencontre. Il est le seul à avoir dit à Jon la vérité sur la Garde de nuit avant son engagement ; il lui a aussi fait prendre conscience de la différence de condition existant entre lui et ses camarades moins bien lotis et Jon en a rapidement tiré la leçon. Tyrion se montre plus que fidèle à sa parole avec Bronn qui lui a certes sauvé la vie, mais qui ne manque pas de susciter de solides et dangereuses inimitiés. Avec Varys, il a une entente intellectuelle qui dépasse les divergences liées à leurs positions respectives, et l’eunuque admire et respecte le souci désintéressé du bien public que montre Tyrion pour le salut de Port-Réal où ce dernier manque de mourir. Pour Bran, Tyrion dessine un projet de selle pour réduire son handicap, alors que personne ne lui a rien demandé. Face à Oberyn, qui appartient à une maison ennemie, il montre toute sa compréhension humaine devant le drame qui hante le prince de Dorne, le massacre des siens que tout le monde veut oublier.

Tyrion à Jon sur les moyens à sa disposition pour illustrer sa famille :
« Mon frère a son épée et j’ai mon cerveau. Un cerveau a besoin de livres comme une épée d’une pierre à aiguiser. Voilà pourquoi je lis autant, Jon Snow. »
S1E2

3Parmi les personnalités marginales, les prostituées occupent cependant une place particulière. Du reste, dans la série où il est âgé d’environ trente ans, la première apparition de Tyrion a lieu dans le bordel de Winterfell où on le voit apprécier les services de plusieurs filles (S1E1), seules ou en groupe. Dès l’abord, il semble donc grand amateur de vin et de femmes et il est vrai que Tyrion profite là de la fortune de sa famille, au risque assumé de passer ainsi pour un débauché. Tout cela au grand dam de son père et de sa sœur qui voient ainsi entachée la réputation des Lannister.

4Les prostituées paraissent avoir l’exclusivité des relations féminines de Tyrion, ce qui trouve incidemment une explication dramatique dans une scène décisive qui accompagne la première rencontre avec Shae, une putain dont Tyrion va tomber amoureux. Dans sa tente en compagnie de Shae et Bronn (S1E9), Tyrion, quelque peu aviné, se livre avec eux à une sorte de jeu de la vérité. Il y raconte une histoire qui livre des clés importantes sur sa personnalité. Quand Tyrion avait seize ans, Jaime a organisé une saynète où son frère a cru sauver d’un viol une jeune fille nommée Tysha. Tyrion a perdu son pucelage avec Tysha, ce qui était le but de Jaime. Mais la suite n’était pas prévue : Tyrion s’est épris d’elle et l’a épousée. En l’apprenant, leur père Tywin est entré en fureur et a affirmé que le mariage était nul, la promise étant une prostituée payée par Jaime pour jouer la comédie. Enfin, il a obligé Tysha à vendre ses faveurs à ses gardes, tout en forçant Tyrion à regarder. Même le spadassin Bronn – sorte de double du spectateur ici – est un moment abasourdi par la cruauté de ce comportement, au point de répliquer qu’il aurait tué celui qui lui aurait fait cela.

5Les relations de Tyrion avec les prostituées, mais aussi avec le genre humain en général, en sont éclairées d’un jour nouveau : en amour, il n’accorde sa confiance que s’il paye pour cela. Car Tyrion est un être affectivement insécure, que l’on voit souvent rechercher l’estime paternelle et souffrir du mépris que Tywin éprouve visiblement face à lui. Tyrion pense donc éviter les inconvénients des affects en tentant de fonder ses relations avec Shae sur une transaction purement financière… et il se leurre sur lui-même comme le montre son attachement pour la jeune femme.

6Le goût ostensible que manifeste Tyrion pour le vin et les filles pourrait induire en erreur et faire croire à un personnage superficiel et sans qualité. Or, formé et éduqué comme un fils de lord, il va saisir l’occasion de montrer ses capacités dans des domaines plus sérieux. Auparavant, il aura même l’occasion de montrer son courage physique, alors même que, par nature, il n’est pas un bretteur. Bien que Catelyn Stark l’ait capturé, il lui sauve la vie en tuant un des bandits de grand chemin qui les a attaqués (S1E5). Plus tard, bien que son père l’ait placé à l’avant-garde avec les tribus du Val, à la bataille de la Verfurque, il ne cherche pas à refuser cette place dangereuse où il est d’ailleurs assommé (S1E9).

Tywin face à Tyrion

7Tywin apprécie la clairvoyance de Tyrion après les succès de Robb Stark et, de manière inattendue, décide de le nommer Main du roi par procuration pour qu’il arrête les débordements de Joffrey et de Cersei pendant que Tywin est en campagne. À Tyrion qui lui demande pourquoi, Tywin répond « parce que tu es mon fils », avant de lui ordonner de ne pas emmener sa putain à Port-Réal, comme s’il fallait que le père montre qui exerce l’autorité, même quand il la délègue. Pourtant cette reconnaissance apparente des talents de Tyrion est largement due à l’absence de Jaime, alors emprisonné, ce dont Tyrion est peut-être volontairement dupe, devant l’occasion qui lui est donnée de gagner l’estime paternelle. Et Tywin n’a pas le choix.

8Propulsé Main du roi en remplacement de son père, Tyrion s’oppose alors directement à son neveu Joffrey, devenu roi peu de temps auparavant, et à sa sœur Cersei, la reine régente. Tyrion est le seul à tenter de corriger son neveu, il n’hésite pas à le gifler à Winterfell parce qu’il ne veut pas aller présenter sa sympathie aux Stark dont un fils est dans le coma (S1E1), puis à nouveau lors de l’émeute que le jeune roi provoque étourdiment et stupidement (S2E6). Il est aussi le seul à ne pas hésiter à menacer publiquement le souverain, lorsque ce dernier humilie gratuitement Sansa qu’il veut faire fouetter en plus (S2E4), ou lorsque Joffrey annonce vouloir faire réellement cadeau de la tête de Robb Stark à Sansa, ou encore lorsque il veut que se déroule la graveleuse cérémonie de mise au lit des mariés lors du mariage de Tyrion avec Sansa (S3E10). À chaque fois, Joffrey doit renoncer, mais la teneur des propos de Tyrion jouera un rôle funeste lors de son procès.

9Non content d’affronter le jeune roi, Tyrion doit aussi compter avec sa sœur Cersei dont il contrecarre les projets, mais qu’il blesse également en arrangeant le mariage de sa fille adorée avec un prince de Dorne. Si bien que Myrcella doit quitter sa mère pour toujours, et Cersei promet explicitement de se venger.

Cersei et Tyrion

10La grande affaire dont Tyrion va devoir s’occuper comme Main du roi pendant l’absence de son père est d’une importance politique majeure. Il s’agit de la défense de Port-Réal face à la flotte de Stannis Baratheon et à ses troupes très supérieures en nombre. Là encore, Tyrion va faire les preuves de qualités remarquables comme commandant en chef. Lors de la bataille de la Néra, préférant la ruse à l’affrontement, Tyrion utilise les grandes quantités de feu grégeois à sa disposition, si bien que, de façon spectaculaire et sans un mort du côté de Port-Réal, la flotte de Stannis est presque entièrement détruite (S2E9). Lors de l’attaque au sol qui suit, Tyrion joue là encore un rôle majeur en galvanisant le courage des troupes abandonnées par la couardise de Joffrey et en se produisant sur le terrain où, ironie du sort, un soldat de son camp – sans doute commandité par Cersei – attente à sa vie, alors que Loras Tyrell arrive à la rescousse, que la cité est sauvée et la victoire acquise (S2E10). Tyrion finit la bataille gravement blessé et dans le coma.

11Au cours des opérations qu’il a eues à mener, Tyrion s’est pris au jeu du pouvoir, comme il le confesse à Varys. Lorsque relégué dans une petite chambre, il se réveille du coma, son père a repris sa fonction de Main et ses appartements, et il ne lui pas rendu une seule visite. Tyrion obtient alors une entrevue qui, à bien des égards, est pour lui un tournant et initie une descente aux enfers qui ne s’interrompt qu’avec la mort de Tywin. Il provoque son père en réclamant l’héritage de Castral-Roc que son frère Jaime ne peut revendiquer, parce qu’il est Garde royal. Alors tombent les faux-semblants et remontent à la surface tout ce que Tywin a dissimulé et que Tyrion a essayé de faire oublier en se montrant digne de la tâche confiée par son père. Tywin lui répond en effet par une fin de non-recevoir assortie de ces mots (S3E1) :

« Tu es une petite créature maladive et méprisable, pleine d’envie, de luxure et de ruse mesquine. Les lois des hommes te donnent le droit le droit de porter mes couleurs et d’utiliser mon nom, puisque je ne peux pas prouver que tu n’es pas de moi, mais ni les dieux ni les hommes ne peuvent me forcer à te laisser transformer Castral-Roc en bordel. »

12Tout est dit.

13À partir de ce moment, la marge de manœuvre de Tyrion va se rétrécir comme peau de chagrin jusqu’au mariage de Joffrey. Il reçoit d’abord la tâche de s’occuper des finances du royaume, puisque Littlefinger doit partir épouser Lysa Arryn aux Eyrié. Il comprend pourquoi ce poste lui a été confié lorsqu’il découvre la quasi-banqueroute du royaume et qu’il voit comment Littlefinger a procédé, suscitant une dette énorme envers la Banque de fer et les familles Lannister et Tyrell. Mais Tyrion n’aura guère le temps de s’attaquer au redressement des finances, en raison du mariage de Joffrey dont les conséquences vont mettre un terme définitif à sa carrière administrative. En effet, contraint d’épouser Sansa Stark et sommé par son père de lui faire un enfant pour sécuriser le Nord, Tyrion s’acquitte d’autant moins de cette tâche qu’il aime Shae dont la présence dissimulée comme femme de chambre de Sansa ne garantit plus la sécurité. De plus, la jalousie de la prostituée ne simplifie pas la situation : tout en étant très attachée à Sansa, elle est sensible à la noblesse, à la jeunesse et à la beauté de la toute jeune fille. Tyrion est dans les mêmes dispositions mais ne veut pas abuser de Sansa. La situation est alors bloquée et le mariage de Joffrey, qui semble initialement n’être qu’une péripétie dans l’arc narratif de Tyrion, précipite la catastrophe – au sens dramatique de retournement.

14Sachant que Cersei a identifié Shae et que la sécurité de cette dernière est compromise, Tyrion essaie de la sauver : il rompt douloureusement avec elle, en prétextant ses devoirs nouveaux et tente de l’envoyer à Pentos pour qu’elle y échappe à la vindicte de Cersei (S4E1). Tyrion doit ensuite affronter la rancune de Joffrey qui profite de son mariage pour l’humilier plus que jamais (S4E2). Lorsque Joffrey meurt empoisonné par le vin que Tyrion lui a servi sous ses ordres, le nain est condamné : il est immédiatement emprisonné par Cersei et Tywin la suit. Nouvelle étape de sa déchéance, le procès peut donc commencer.

Tyrion à Oberyn :
« Tôt ou tard, Cersei obtient toujours ce qu’elle veut. »
S4E7

Le procès de Tyrion

15Alors que le verdict ne fait aucun doute, Jaime peut penser qu’il a au moins sauvé la tête de son frère en acceptant les conditions de Tywin : que Tyrion accepte sans rien dire que se succèdent des témoignages à charge contre lui – Pycelle, Meryn Trant, Cersei, Varys. Le caractère modéré des accusations semble alors justifier la démarche de Jaime (S4E6). Mais l’apparition inattendue et accablante de Shae laisse penser que tout a été fait pour que Tyrion ne puisse même pas sauver sa tête, qu’il rejoigne ou non la Garde de nuit. En effet, d’une manière extrêmement sournoise, Cersei, mais peut-être aussi Tywin lui-même, ont exploité la blessure d’amour-propre de Shae, qui croit sincèrement avoir été repoussée par Tyrion au profit de Sansa. Le témoignage de Shae s’en prend à tous les aspects de la personnalité de Tyrion, en dévoilant crûment leurs comportements les plus privés, bien au-delà du nécessaire pour le faire condamner (S4E6). La scène est très éprouvante pour le spectateur qui se rappelle l’épisode du jeu de la vérité sous la tente où Tyrion a raconté l’histoire de Tysha. Cette fois, Tyrion réagit et s’emporte dans une tirade à la tonalité shakespearienne où il finit par maudire l’assistance entière qu’il regrette d’avoir sauvée lors de l’attaque de Stannis. La scène rappelle aussi la malédiction du grand-maître des Templiers, Jacques de Molay, dans les Rois maudits de Maurice Druon dont Martin est un admirateur inconditionnel. Dénonçant la parodie de procès où on lui reproche d’exister parce qu’il est un nain, il réclame pour la seconde fois de sa vie un duel judiciaire, comme aux Eyrié où Bronn lui avait sauvé la vie (S4E7).

16Cependant, malgré toutes ses qualités, son champion, Oberyn Martell, d’abord vainqueur, est finalement tué par Gregor Clegane dans une ultime péripétie du combat (S4E8). Le sort de Tyrion est scellé et Tywin prononce la sentence définitive. Après la bataille du Mur qui occupe tout l’épisode 9 et constitue une diversion bienvenue dans cette ambiance anxiogène, on retrouve Tyrion en prison pour ce qu’on pense être la dernière péripétie de l’histoire du personnage. Il est effectivement libéré nuitamment par Jaime qui le guide vers Varys, son allié secret. Mais alors, obéissant à une mystérieuse impulsion, Tyrion est poussé à rechercher une confrontation avec son père (S4E10).

Tyrion vers son destin

Tyrion meurtrier de Shae

17Dans le lit de son père alors absent, Tyrion trouve Shae qui, endormie, appelle : « C’est toi Tywin, mon lion ? » comme autrefois avec lui, avant de s’apercevoir de sa méprise et de tenter de le tuer avec un couteau. Mais c’est Tyrion qui, avec la lourde chaîne d’or qu’elle a gagnée, réussit à l’étrangler tout en le regrettant aussitôt – « Je suis désolé », répète-t-il.

18Voyant alors les arbalètes qu’aimait Joffrey pendues au mur, il en décroche une et l’emporte avec des carreaux. Il trouve son père aux toilettes ( !) et, après une discussion tendue que Tywin essaie maladroitement d’apaiser, il tire un premier carreau, après lequel son père le renie, puis un second en répétant qu’il est bien son fils. Tywin trouve là une mort ignominieuse. Alors que Tyrion n’a jamais réussi à avoir le dernier mot avec son père du vivant de celui-ci, les circonstances lui offrent une vengeance inespérée – et dérisoire. Il parvient ainsi à souiller à jamais la mémoire de Tywin en le privant de la belle mort qu’il pouvait escompter. Ironie du sort, Tywin meurt parce qu’il n’a pas réussi à respecter son propre code, qu’il avait exposé à Tyrion (S3E10) : faire passer les intérêts de la famille avant les préoccupations individuelles, et ne jamais s’en prendre aux membres de la famille.

Varys et la caisse de Tyrion

19Meurtrier de la femme qu’il aimait et que son propre père a achetée, puis assassin de ce même père dont il découvre aussi l’hypocrisie fondamentale, Tyrion trouve presque du réconfort à occuper l’obscure caisse-prison dans laquelle Varys le cache et qui avait servi à transporter le sorcier responsable de la castration de l’eunuque. Tyrion fuit cependant vers les Cités libres pour un tout autre destin, la moindre surprise n’étant pas que Varys, calculant sans doute qu’il a beaucoup plus à perdre en restant, se joigne finalement à lui.

Table des illustrations

Légende Tywin face à Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Cersei et Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Varys et Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Le procès de Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tyrion vers son destin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Tyrion meurtrier de Shae
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Varys et la caisse de Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8972/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search