Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Portraits

Chapitre treize. Jaime Lannister

La vérité sur le « Régicide »

Texte intégral

1Dès le premier épisode de la série, Jaime Lannister (Nicolaj Coster-Waldau) se présente comme un personnage haïssable. Gosse de riche arrogant, doté d’un physique de jeune premier, sûr de son talent de bretteur à qui tout réussit et jamais à court d’une ironie mordante, il appartient à la prestigieuse Garde royale, et se voit d’emblée surnommé le « Régicide », traduction savante calquée sur un mot latin qui ne fait pas assez sentir le sens de Kingslayer, attribut ici plein de mépris signifiant « Massacreur de roi ». En effet, Jaime a tué de sang-froid et par derrière le monarque précédent, le Roi fou Aerys II Targaryen, qu’il était justement chargé de protéger. Dans ce même épisode, il est aussi soupçonné de meurtre – celui de Jon Arryn, la Main du roi –, puis surpris en flagrant délit d’inceste avec sa sœur jumelle Cersei et enfin de tentative d’infanticide sur la personne de Bran, un jeune fils de son hôte Ned Stark, par une transgression absolue de toutes les règles de l’hospitalité. Si cette tentative d’homicide a échoué, ce n’est d’ailleurs pas à cause de lui, mais du fait du hasard, et sa victime restera estropiée à vie.

Jaime en Garde royal

2Contrairement à (presque) tous les autres personnages, dont les facettes sont multiples, Jaime Lannister serait-il seulement un beau « salaud » ? Dans un premier temps, au fur et à mesure que la série se développe, il faut bien convenir que la représentation initiale biaise le jugement et que, si l’on n’y prend pas garde, on retiendrait à son encontre uniquement les éléments à charge. Pourtant, petit à petit, son image perd son caractère univoque et lisse, et la réalité se révèle autrement plus contrastée.

3Un premier indice en est fourni quand, encore à Winterfell, il se moque sans aucun tact de Jon Snow qui va « prendre le noir », c’est-à-dire entrer dans la Garde de nuit (S1E2), et qui s’y voit déjà, tant il en a rêvé. Pourtant, force est de constater que le tableau que Jaime brosse des pesantes servitudes de la Garde de nuit est fondé sur une réalité connue de tous les grands seigneurs, mais qu’il est le seul (avec Tyrion) à montrer sans fard à Jon : clairement, pour Jaime, les sacrifices dépassent l’honneur d’appartenir à cet ordre prestigieux et pareil engagement mérite donc plus de réflexion.

4Plus tard, quand Ned Stark arrive à Port-Réal et pénètre dans la salle du Trône de fer, vide (S1E3), Jaime l’attend visiblement, seul et à l’endroit précis où dix-sept ans ans auparavant il a tué le Roi fou. On se demande ce qu’il a en tête, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il cherche à se justifier d’avoir assassiné le roi. L’intention de Jaime est manifeste quand il croit bon de rappeler comment, en même temps que cinq cents autres seigneurs aussi paralysés que lui, il a vu Rickard et Brandon, le père et le frère aîné de Ned, être publiquement torturés à mort par le Roi fou – le fils s’étranglant lui-même pour tenter de venir au secours de son père bouilli vif dans son armure. Mais Ned Stark refuse de voir dans le meurtre de Jaime une forme de vengeance de ce que son père, son frère et bien d’autres avaient subi, pas plus que la recherche de la justice : il ne perçoit là que le calcul opportuniste d’un Lannister félon et reconstruisant la réalité de manière à apparaître sous un jour favorable.

5Lors du guet-apens tendu à Ned Stark en représailles de l’emprisonnement de Tyrion par Catelyn (S1E5), Jaime prend un plaisir visible à jouer de sa supériorité de combattant en tuant Jory Cassel à qui il plante spectaculairement un poignard dans l’œil. Mais c’est Ned Stark qui est visé, comme le montre le duel qui suit immédiatement et qui apparaît alors comme une conclusion du conflit vieux de dix-sept ans qui les oppose de manière irréconciliable. Cependant ce combat qui, à bien des égards, est celui de deux générations, tournera court parce qu’un soldat de Jaime, croyant bien faire, interrompt son affrontement avec Ned Stark en immobilisant ce dernier d’un coup de lance. Il est notable que Jaime ne profite pas de cet avantage – ce qui aurait certes été déshonorant, mais définitif, et ce que regrettera Tywin (S1E7) – et qu’il abandonne simplement Ned à terre. Tous les enjeux que revêtait ce combat pour Jaime n’apparaîtront que plus tard, ainsi que le poids de la frustration qu’il en a ressenti lorsqu’il a été interrompu. En effet, il n’aura pas d’autre chance de se mesurer à Ned Stark.

6Le courage physique de Jaime Lannister est incontestable, quoi qu’on puisse dire des conditions dans lesquelles est mort le Roi fou. Cersei le rappelle involontairement dans une brève scène (S1E1) où elle évoque leur enfance et Jaime sautant dans la mer depuis le sommet de la falaise, jusqu’à ce que, par peur pour lui, elle le dénonce à leur père Tywin qui y met bon ordre, non en raison des risques encourus, mais parce que « les Lannister n’agissent pas comme des imbéciles ! ». Même après l’amputation de sa main, Jaime conservera la même bravoure, aux limites de l’inconscience, quand il n’hésitera pas à se jeter dans la fosse à l’ours pour détourner l’attention de la bête et permettre à Brienne d’être secourue la première (S3E7).

7Tout aussi incontestable que son courage est l’amour incestueux et exclusif que Jaime porte à sa sœur jumelle Cersei. De manière hyperbolique, il se dit lui-même prêt à tous les meurtres nécessaires, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’eux deux vivants au monde (S1E3). Cersei est la première personne dont il demande des nouvelles à Roose Bolton lors de son arrivée à Harrenhal, alors qu’il est lui-même bien mal en point (S3E5). Sur l’origine de cette passion, la série ne dit rien et les romans à peine plus : on y apprend seulement que leur mère la connaissait – contrairement à leur père – et qu’elle avait fait en sorte de surveiller et de séparer les deux jumeaux. Mais elle meurt en couches peu de temps après. Tout comme son courage physique, sa passion pour Cersei est un des traits distinctifs permanents de Jaime et, à aucun moment, il ne cherche à s’en justifier : comme il le dit à Brienne (S3E2), dont il moque par jeu l’amour pour Renly et qui finit par s’en irriter, « on ne peut pas choisir qui on aime ». Jaime ne cherche aucune excuse, tout comme Cersei qui, loin de nier l’inceste devant Ned Stark, invoquera, non sans fierté, l’exemple pluriséculaire des Targaryen, en ajoutant que Jaime et elle étant jumeaux, leur lien n’en est que plus fort.

8Chez Jaime, l’alliance du courage et de son amour pour Cersei permet de comprendre l’absence totale de scrupule dont il fait preuve lors d’un épisode particulièrement marquant pendant sa captivité dans le camp de Robb Stark (S2E7). Il reçoit alors la compagnie d’un jeune cousin éloigné, Alton Lannister, également prisonnier et plein d’admiration pour lui ; après avoir partagé des souvenirs de tournoi avec ce cousin pour l’amadouer, Jaime n’hésite pas un instant à le tuer de sang-froid pour attirer leur gardien qu’il élimine pareillement, et il réussit à s’enfuir, avant d’être repris peu après. Entre le respect des liens du sang et la volonté de porter secours à Cersei qu’il imagine maintenant seule et menacée, il n’hésite pas à sacrifier son cousin Alton… pendant que Cersei se console de son absence dans les bras d’un autre jeune cousin, Lancel Lannister (S1E10), qui l’a aidée à se débarrasser de Robert en le faisant boire excessivement pendant qu’il chassait.

9Un début d’explication de sa conduite est fourni par le principal intéressé un peu plus tôt, à un autre moment de sa captivité, lors de sa confrontation avec Catelyn Stark (S1E10). Jaime ne croit à aucun dieu, ni à aucun des châtiments post mortem que Catelyn lui souhaite. À sa question : « – Si vos dieux existent et s’ils sont justes, pourquoi le monde est-il si plein d’injustice ? », elle répond un peu trop facilement : « – À cause d’hommes comme vous ! » ; Jaime réplique alors par deux brèves phrases, bien plus profondes qu’il n’y paraît :

« – Il n’y a pas d’hommes comme moi. Juste moi. »

10Y voir l’effet de son arrogance coutumière serait passer à côté de l’essentiel. Jaime évoque ici seulement la solitude qui a été et se trouve encore être la sienne, en particulier dans les décisions graves et soudaines qu’il a eu à prendre – entre l’honneur et l’amour –, comme dans leurs conséquences dont il porte ensuite le fardeau, sans avoir de dieu à qui demander quelque faveur ou pardon que ce soit. Si, juste après, il ne nie pas du tout avoir cherché à tuer Bran, il ne répond pas à la question de Catelyn : « Pourquoi ? », mais il lui conseille « d’aller dormir, parce que la guerre sera longue ». Elle se retire, parce que, malgré l’absence d’explication, elle a bien obtenu sa réponse : pour Jaime comme pour Cersei, Bran devait disparaître (le spectateur sait que le jeune garçon a été témoin de l’inceste dans la tour). Le reste importe peu.

Jaime Lannister humoriste
À l’instar de son frère Tyrion et de Littlefinger, Jaime n’est pas avare de réparties qui font mouche. Ainsi la fonction de Main du roi suscite par deux fois ses sarcasmes avec un sens certain de l’à-propos. Devant la dépouille de la Main de Robert, Jon Arryn, mort empoisonné « grâce » aux jumeaux, Cersei dit à Jaime : « – Tu devrais être la Main du Roi ! » à quoi il réplique du tac au tac : « – C’est un honneur dont je peux me passer. Leurs journées sont trop longues et leurs vies trop courtes ! » (S1E1). Plus tard, pour railler Ned devenu Main du roi, Jaime cite devant lui un proverbe grossier : « Comment dit-on déjà ? Le roi chie et la Main essuie… » (S1E3). Ces deux exemples pourraient laisser penser que Jaime aime seulement se moquer des autres. Mais tel n’est pas le cas. Ainsi, comprenant que Jon va s’enrôler à vie dans la Garde de nuit en persistant à vouloir s’illusionner sur son état calamiteux, Jaime met fin à leur discussion. D’une manière certes moqueuse, mais aussi pleine d’enseignements que Jon ne veut pas voir, il l’avertit cependant une dernière fois entre les lignes : « Salue la Garde
de nuit pour moi. Je suis sûr que ce doit être le grand frisson de servir dans une pareille troupe d’élite. Et si tel n’est pas le cas, ce n’est que pour la vie ! » (S1E1).
Le danger ne bride pas davantage la langue de Jaime. Au contraire. En armes, à la recherche de Tyrion, il conserve le sens de la formule : « Vous vous souvenez de mon frère, lord Stark : cheveux longs, langue acérée, petit homme » (S1E5). Mais il surprend le spectateur en pratiquant aussi l’autodérision. Quand Qyburn prend congé après lui avoir posé sa prothèse de main, Jaime lesalue en souriant et en agitant sa nouvelle main, comme le ferait un enfant (S4E1). De manière analogue, lors d’une visiteà Tyrion, il propose le toast suivant : « Aux fiers enfants Lannister : le nain, l’estropié et la mère en folie ! » (S4E1). La diversité de tonet d’objet caractérisant ces saillies spirituelles contribue aussi à construire un personnage complexe, loin du Garde royal plein d’arrogance découvert à Winterfell. Ces réparties soulignent en effet la distance que le personnage prend petit à petit avec une certaine image de lui-même.

11Outre Cersei, il n’y a vraiment qu’une seule personne pour qui Jaime montre une réelle affection : son jeune frère difforme, le nain Tyrion. Alors même que sa sœur et son père détestent Tyrion, chacun à leur manière, parce qu’ils le rendent responsable de la mort de Joanna Lannister – l’épouse de Tywin, décédée en le mettant au monde –, Jaime protège visiblement son cadet. Peut-être est-ce grâce à ce frère disgracié qu’il a réussi à ne pas rester complètement fermé au monde qui l’entoure.

12Une chose est certaine, ce n’est pas son père Tywin qui l’a entouré d’affection, ni incité à se préoccuper du monde. Une scène déterminante, la seule où Tywin et son fils Jaime se parlent (S1E7) avant sa captivité et son retour à Port-Réal (S4E1), survient juste après le duel avorté avec Ned Stark. Dans sa tente écarlate, Tywin est en train de préparer un cerf en le vidant et en l’écorchant, tandis qu’il parle à son fils : difficile de ne pas penser que le lion Lannister achève là le cerf Baratheon. Jaime reçoit une leçon de Realpolitik placée sous le signe de la famille : tout d’abord, « les Lannister n’agissent pas comme des imbéciles ! » et s’en prendre à Ned Stark était stupide, mais ensuite, ne pas l’avoir achevé, fût-ce de manière déshonorante, était une seconde bêtise. Il reproche à Jaime d’accorder de l’importance au surnom de « Régicide » que l’on murmure dans son dos. Très nietzschéen, Tywin assène en effet : « Un lion ne se soucie pas de l’opinion d’un mouton. » Dans la bouche de Tywin, la famille est ce qui assure la survie dans le temps, au-delà des individus qui la composent, c’est pourquoi on ne peut jamais trop en faire pour maintenir le prestige du nom. Que l’on se moque de Jaime, peu importe, ce n’est qu’une opinion, mais qu’on en vienne à prendre Tyrion en otage (comme Catelyn Stark et Lysa Arryn l’ont fait), c’est là un acte qui ne peut pas rester impuni, sans quoi la famille perdrait de son pouvoir et de la crainte qu’elle impose. En conclusion, Tywin attend beaucoup de son fils, au point de lui confier la moitié de l’armée des Lannister pour qu’il aille rendre aux Stark leurs filles et ramener son frère, car, dit-il, « un Lannister paie toujours ses dettes ».

13Tywin complète cette entrevue d’une manière éclairante. D’une façon qui évoque la parabole des talents, il rappelle d’abord à Jaime combien il a été gâté en talents nombreux, qu’il appartient à la plus puissante famille de son temps, qu’il a encore la jeunesse, et qu’il est donc temps d’en finir avec son rôle de garde du corps pour un Roi fou, puis pour un autre ivrogne. Sa famille attend qu’il réponde maintenant présent à ce moment crucial, où il est possible d’établir une dynastie Lannister pour les mille ans à venir. Son père conclut en lui disant : « J’ai besoin que tu deviennes l’homme que tu as toujours été censé devenir… Maintenant. »

14En réalité, malgré tous ses talents, Jaime Lannister paraît alors écrasé sous la tâche que son père lui assigne et il est permis de se demander si sa capture peu de temps après n’est pas une sorte d’acte manqué au sens freudien, comme une tentative pour se libérer du fardeau de ses responsabilités, envers sa sœur, son père, son frère, sa famille en général, et envers lui-même enfin, tant lui pèse l’insulte de « Régicide » et toutes les insinuations sur son honneur.

15La rencontre avec Brienne de Torth, qui doit ramener Jaime à Port-Réal et récupérer les filles Stark pour leur mère Catelyn, commence donc sous des auspices peu engageants, bien qu’elle se soit mise au service personnel et exclusif de Catelyn Stark – et non des Stark. Ce personnage de femme heurte Jaime de multiples manière. C’est une femme-chevalier, très masculine d’apparence, qui bouscule sa représentation des femmes : à l’opposé de Cersei, elle est une vierge guerrière et elle nous rappelle d’autant plus Jeanne d’Arc que son prénom vient du français, même s’il est proche du masculin Brian… Après une période où Jaime cherche à la provoquer par des insultes et des critiques machistes, il apprend peu à peu à apprécier sa droiture, sa constance et son courage, jusqu’à l’affrontement où il comprend qu’elle va le vaincre, mais qui s’achève par leur capture à tous les deux. Brienne agit comme le chevalier qu’il aurait aimé être : l’honneur la guide et elle ne transige pas, sa cause est juste et elle se garde de commettre des injustices (comme de tuer par prudence le porte-faix qu’ils rencontrent et qui ne les a pas encore dénoncés), elle est prête à résister et à mourir plutôt que de se laisser violer par la troupe de Locke (comme Jaime le lui conseille cependant).

16Tout cela explique sans doute pourquoi cet homme narcissique prend pourtant le risque d’intervenir auprès de Locke pour tenter d’empêcher et le viol et la mort de la jeune femme : il essaye de se comporter en vrai chevalier. Pour duper ses geôliers, il invente alors un mensonge – pour la bonne cause cette fois – sur la fabuleuse fortune de l’île de Torth, d’où viendraient tous les saphirs de Westeros, et donc sur la rançon que le père de Brienne serait prêt à payer. Convaincu ou non par ce mensonge, Locke n’est qu’un sous-fifre qui doit rendre compte à son maître, le cruel Roose Bolton. Il retient donc ses soldats de s’en prendre à Brienne, mais Jaime l’a frustré du plaisir sadique qu’il se promettait et, comme il essaie aussi de l’acheter en arguant de la fortune des Lannister, Locke se venge sur celui qu’il exècre en l’amputant par surprise de sa main droite, dans une scène nocturne d’autant plus difficilement soutenable que l’obscurité empêche de voir et que cette scène repose sur la suggestion, en particulier sonore (S3E3).

17La mutilation n’est pourtant que le premier moment de ce qui a été filmé comme un véritable chemin de croix. Jaime barbu ressemble de plus en plus à un Christ de douleurs, il est attaché avec Brienne sur le même cheval par dérision, subit de nombreuses insultes et humiliations (on lui fait boire du pissat de cheval, on le traîne dans la boue) qui scandent le parcours jusqu’à Harrenhal. Il est tenté d’abandonner la partie et de se suicider, mais Brienne intervient avec succès pour l’exhorter au courage. Au terme de ce qui pourrait aussi apparaître comme un parcours d’expiation, où, fou d’inquiétude, il doit encore extorquer des nouvelles de Cersei à Roose Bolton qui savoure sa souffrance, la scène du bain à Harrenhal est pour le spectateur un moment d’apaisement après une grande tension.

Les bains de Harrenhal

18La scène, qui se déroule dans une quasi-obscurité, se passe dans des bains situés en sous-sol (S3E5). Hirsute et sale, Jaime y est mené et se déshabille complètement, alors que Brienne nue se trouve déjà dans un des bassins. Il choisit le même, malgré les protestations de la jeune femme qui cessent cependant devant les assurances de Jaime. Il demande une trêve entre eux et souhaite seulement lui parler depuis le coin opposé. Toute dimension potentiellement érotique de cette baignade est d’emblée anéantie et il est clair que ce bain n’est pas tant prétexte à nettoyer les corps qu’une métaphore de la nécessaire purification des âmes par la parole. Jaime lui dit explicitement qu’il a confiance en elle et, voyant son regard soupçonneux qui est pour lui une blessure renvoyant au surnom honni de « Régicide », il entreprend alors de lui donner sa version du meurtre du Roi fou, dix-sept ans auparavant, un acte fondateur qui a bouleversé sa vie. Comme il le rapporte dans son récit, Jaime est à Port-Réal auprès d’Aerys II. Robert Baratheon y parvient à la tête de sa rébellion, mais Tywin Lannister, qui ne s’est pas encore rallié aux Baratheon, le précède et propose d’aider le roi contre les rebelles. Jaime flaire là une ruse et, contre les intérêts de son père et donc de sa famille, conseille au roi de se rendre à Robert lui-même, sans ouvrir les portes à Tywin. Il n’est pas écouté, Aerys lui préférant le Grand-Mestre Pycelle qui conseille d’ouvrir à Tywin, dont les troupes mettent la ville à sac, comme Jaime le craignait. Le roi demande alors à Jaime de lui apporter la tête de son propre père et fait venir un pyromant – un fabricant et gardien du feu grégeois – pour embraser la ville entière et ses habitants grâce aux réserves de matière incendiaire éparpillées dans la cité : « Brûlez-les tous » sont les derniers mots d’Aerys, qui, en Targaryen pensant descendre d’un dragon, croit dans sa folie qu’il va renaître sous cette forme.

19À ce moment de son histoire, Jaime n’hésite pas à demander à Brienne ce qu’elle aurait fait si le roi Renly lui avait ordonné de tuer son propre père à elle, insinuant cette autre question : de quel côté se trouvait la justice dans le dilemme qu’il a dû trancher sans même avoir le temps de la réflexion ? Elle ne sait quoi répondre. Le spectateur comprend qu’en la racontant, Jaime revit une scène qu’il a déjà maintes fois revécue, et qu’il ne s’est pas remis de son acte. En effet, il a choisi le côté de son père et celui de la population de Port-Réal contre ses vœux d’obéissance et de protection envers Aerys, et il n’a pas hésité à tuer le roi, par-derrière de surcroît, et à l’égorger pour être sûr qu’il était bien mort. Pourtant justice n’a jamais été rendue à Jaime du choix qu’il avait fait alors, bien au contraire : les gens le méprisent parce qu’il a tué le roi (jusqu’à Robert Baratheon, S1E3), et son père lui reproche d’être sensible au mépris des « moutons ». Lorsque Brienne lui demande s’il a raconté l’affaire à Ned Stark, qui était le premier sur les lieux, on réalise pourquoi l’opposition entre les deux hommes était irréconciliable : bien que Jaime n’ait eu alors qu’une quinzaine d’années, Ned, qui n’avait pour seul étalon que l’honneur, n’a pas cherché à voir plus loin. Or, pour être compris, Jaime demandait que l’honneur ne soit plus un absolu. Notons en passant que Ned s’est retrouvé dans une situation analogue à celle de Jaime (E1S9), et qu’il a aussi choisi de compromettre son honneur – et de perdre la vie – pour ne pas mettre en péril la vie de sa fille. Lorsque Jaime finit par défaillir dans l’eau trop chaude du bassin et que Brienne appelle à l’aide pour le « Régicide », il a le temps de lui dire avant de s’évanouir : « Jaime, mon nom est Jaime », dans une ultime protestation de son identité retrouvée. C’est en effet la première fois qu’il reçoit de la compréhension pour cet acte qui a marqué sa vie de manière déterminante : poursuivant dans une veine d’inspiration christique, les réalisateurs achèvent cette scène par une véritable Pietà nocturne avec un gros plan de Brienne tenant dans ses bras Jaime évanoui.

Brienne soutenant Jaime

20En perdant la main grâce à laquelle il s’était illustré dans les tournois et qui lui a permis de devenir le plus jeune Garde royal depuis les origines, Jaime va pourtant bénéficier en quelque sorte d’un nouveau départ, comme s’il trouvait dans cette perte une manière d’expiation pour les crimes qui ont été commis grâce à elle. Sa main a été tranchée comme le nœud gordien des dilemmes inextricables où Jaime s’est retrouvé et qu’il a dû résoudre en essayant de ménager des positions inconciliables. Comme Garde royal, en effet, il se doit ouvertement au roi ; comme Lannister, il se doit à sa famille ; comme fils à son père ; comme frère à Tyrion ; comme amant secret à Cersei et comme père biologique à Joffrey, Myrcella et Tommen. Or, ces fidélités sont incompatibles, puisque son père a comploté contre le roi, que son père et sa sœur détestent Tyrion, que les enfants – et le reste du monde – doivent ignorer qui est leur vrai père et, enfin, qu’en tant que Garde royal, il doit abandonner ses prétentions familiales…

21Si Jaime peut partir librement de Harrenhal en raison de son nom, Roose Bolton a choisi toutefois de garder Brienne qui passe pour avoir trahi les Stark et va lui rapporter une rançon de l’autre côté des belligérants. Jaime ne voit pas dans un premier temps comment venir en aide à Brienne et laisse le spectateur penser qu’il va l’abandonner. Comme prévu, Jaime quitte bien Harrenhal. Mais il menace bientôt des pires représailles les hommes que Bolton, parti entretemps, lui a donnés pour l’accompagner, s’ils ne rebroussent pas chemin avec lui. Bien que privé de sa main d’épée, Jamie agit alors selon les codes de l’honneur et de la justice – comme l’aurait fait Ned Stark – et revient à Harrenhal pour risquer sa vie et sauver celle de Brienne, non pour des raisons romantiques – rien n’invite alors à le penser –, mais parce que c’est la décision honorable et juste. Le personnage de Jaime apparaît ainsi comme libéré par la perte de sa main d’épée. Cette privation lui permet une libre réflexion, où honneur et justice pourraient retrouver une place centrale.

22À son retour à Port-Réal, Jaime n’est plus le même homme et ce fait nous est littéralement donné à voir, lorsqu’il franchit les portes de la ville avec Brienne et que personne ne le reconnaît plus (S3E10). Il paraît être un autre sans aucun doute, mais il entreprend aussi sa propre reconstruction en commençant par chercher à compenser la perte de sa main. Dans ce but, il choisit le secret plutôt que la publicité. Grâce à Tyrion qui lui envoie Bronn, il va s’entraîner à manier de la main gauche l’épée des novices avec le mercenaire aguerri. Le recours à Bronn est une invention bienvenue de la série, parce que cette solution trouvée par Tyrion resserre les liens entre les deux frères, contrairement à ce qui se passe dans les romans où c’est l’inquiétant ser Ilyn qui joue le rôle d’entraîneur.

23En outre, Jaime doit aussi affronter son père qu’il avait laissé longtemps auparavant lui expliquer tous les espoirs qu’il plaçait en lui (S1E7). Lors de leurs retrouvailles, Tywin offre à Jaime la plus grande des deux épées en acier valyrien forgées avec « Glace », pensant trouver là le point faible de son fils : il veut en effet qu’il quitte la Garde royale et retourne à Castral-Roc pour lui succéder. Or, pour pouvoir rester avec Cersei – motif inavouable –, Jaime refuse absolument de quitter la Garde royale. L’entretien s’achève sur ses mots vipérins de Tywin qui laisse pourtant Jaime repartir avec la nouvelle épée :

« Un manchot sans famille a besoin de toute l’aide qu’il peut » trouver. (S4E1)

Jaime, Cersei et le catafalque de Joffrey

24À son retour à Port-Réal, Jaime attendait surtout de retrouver Cersei. Mais l’absence de Jaime et sa mutilation ont creusé entre eux un gouffre qu’il faut combler. Au cours d’une scène complexe et ambiguë, Cersei le bat froid et lui reproche violemment son absence. Jaime est sidéré par ce narcissisme (S4E1). Mais les récriminations de Cersei se soldent aussi par une longue période d’abstinence sexuelle qu’elle leur impose à tous deux. Les circonstances de leurs retrouvailles sexuelles mettent bien en lumière le caractère ouvertement transgressif des relations dans lesquelles ils se complaisent. La scène n’a rien de « romantique » dans son dispositif, puisque leurs pulsions se libèrent dans un lieu qui semble destiné à choquer doublement : dans le Septuaire de Baelor – l’équivalent de Saint-Pierre-de-Rome pour les catholiques –, à même le sol à côté du catafalque où gît la dépouille de leur fils Joffrey, mort empoisonné (S4E3). En outre, plus que de faire l’amour, ils donnent l’impression de se combattre et de ne pouvoir se retrouver qu’au terme de cette lutte. La transgression caractérise également la seconde fois où on les retrouve pour des ébats sexuels, puisqu’ils ont pour théâtre la table officielle de la Garde royale que commande maintenant Jaime (S4E10). Cersei s’offre à Jaime, cherchant à le rallier à sa cause pour faire exécuter Tyrion. Rien n’est simple dans cette passion frappée par le tabou de l’inceste.

25Ce travail de reconstruction de soi auquel Jaime s’essaie avec plus ou moins de bonheur est mis soudain à l’épreuve lors du procès de Tyrion consécutif à la mort de Joffrey. En effet, soupçonné et emprisonné par Cersei, Tyrion s’achemine vers la peine capitale au terme d’un procès manipulé par sa sœur avec la bénédiction de son père. Jaime va alors voir Tywin pour troquer son obéissance et son retour à Castral-Roc contre la vie de son frère qui rejoindrait la Garde de nuit. C’est le mouvement que Tywin attendait (comme Jaime s’en rend compte) et il accepte – Cersei n’en sait rien. Mais le témoignage à charge de Shae, sans doute suscité par Cersei, provoque une réponse enflammée de Tyrion qui bouleverse tout : il maudit l’auditoire et, au lieu de laisser le procès continuer, demande un duel judiciaire comme il l’avait fait aux Eyrié. Ce duel s’achève par la mort d’Oberyn, son champion, et Tywin prononce alors la condamnation définitive de Tyrion (S4E8).

Jaime, Brienne et « Féale »

26Jaime doit alors choisir entre sa sœur-amante et son père, d’un côté, et son frère de l’autre. À cela s’est ajouté pour lui le souci de respecter, en secret de tous, les engagements pris envers Catelyn Stark et sur lesquels veille aussi Brienne. Jaime nourrit visiblement une affection toute platonique, profonde et réciproque, pour la jeune femme à qui il donne l’épée en acier valyrien forgée à partir de « Glace ». Il lui offre également une armure, sans oublier les services de l’écuyer de Tyrion, Podrick. Avant de partir à la recherche de Sansa Stark – Arya étant supposée morte – (S4E4), Brienne baptise solennellement l’épée du nom programmatique de « Féale », Oathkeeper, littéralement « celle ou celui qui tient sa promesse » – sans doute pour montrer à Jaime que cette épée symbolise pour lui une nouvelle vie, lui qui avait été affublé du surnom d’Oathbreaker, « celui qui rompt son serment ». Sans oublier peut-être une intention affectueuse de la part de Brienne, tant elle paraît émue de quitter Port-Réal.

27Il reste donc à Jaime une décision à prendre : laisser mourir son frère qu’il pense innocent ou entreprendre une première action totalement libre et s’opposer ainsi à ce que veulent à la fois sa sœur-amante et son père. En pleine nuit, Jaime fait sortir Tyrion de son cachot, il le guide dans les souterrains du Donjon rouge et le quitte devant un escalier menant chez Varys. Entre leurs adieux et le départ de son frère caché par Varys, Jaime ne peut pas savoir que Tyrion va trouver l’occasion de se venger et tuer leur père Tywin (S4E10). Ni le bien ni la liberté ne garantissent des aléas de la Fortune.

Table des illustrations

Légende Jaime en Garde royal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Jaime et Bran
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Jaime et Cersei
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Les bains de Harrenhal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Brienne soutenant Jaime
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Jaime, Cersei et le catafalque de Joffrey
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Jaime, Brienne et « Féale »
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search