Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Portraits

Chapitre douze. Petyr Baelish « Littlefinger »

L’as du double jeu

Texte intégral

1Grand Argentier du royaume des Sept Couronnes puis seigneur de Harrenhal, lord Petyr Baelish (Aidan Gillen), surnommé « Littlefinger », littéralement « Petit-Doigt », est sans doute l’un des personnages les plus complexes d’une série qui n’en est pas avare. Dissimulateur, manipulateur, comploteur de haut vol, littéralement sans foi ni loi, lord Baelish brouille les pistes avec maestria. Enfin, son ambition est sans limite, comme le dit lord Varys, son ennemi intime :

« Je l’aime bien, mais il regarderait ce pays brûler s’il pouvait devenir le roi de ses cendres. » (S3E4)

2Âgé d’une trentaine d’années au début de la série, célibataire, dandy spirituel et cynique, il doit en partie son surnom de « Littlefinger » à ses origines, comme il le raconte à Arya et Sansa Stark lors du tournoi de la Main à Port-Réal (S1E4). Enfant, dit-il, il était en effet de petite taille, de constitution frêle et, de surcroît, originaire de la plus petite des quatre presqu’îles allongées du Val qu’on appelle les Doigts : voilà d’où vient, selon ses propres mots, ce « surnom excessivement spirituel » – trouvé en fait par Brynden Tully. Il pourrait ajouter que, comme on l’apprend dans les romans, il est également le fils du plus petit des lords de cette contrée déshéritée et que son surnom lui a aussi été conservé par ses ennemis, parce qu’il ne manque pas de fiel, contrairement à ce qu’il voudrait faire croire.

3Grâce à l’amitié que noue son père avec Hoster Tully pendant la guerre des Rois à Neuf Sous, il est accueilli comme pupille de lord Tully à Vivesaigues, où sa vie va connaître un tournant décisif. Vivant avec les Tully, il tombe éperdument amoureux de l’aînée des filles de la maison, Catelyn, qui est alors promise à Brandon Stark, et il devient l’ami et le confident de la jeune fille. Cet amour non partagé est central dans la vie de Littlefinger et il sera plusieurs fois évoqué lors d’apparitions remarquables, en particulier lors de sa première rencontre avec Ned Stark (S1E3), pendant une scène mémorable avec Ros et Aremca (S1E7) et lors d’une dangereuse altercation avec Cersei (S2E1).

Littlefinger, Sansa et Arya

Littlefinger, Ros et Aremca

4Quoi qu’il en soit, Littlefinger finit par provoquer le fiancé de Catelyn en duel malgré la supériorité évidente de son adversaire. Catelyn, qui a de l’affection pour ce jeune garçon qu’elle juge inoffensif, intervient pour que Brandon l’épargne, mais lors du combat, Littlefinger refuse de s’avouer vaincu et s’acharne tellement contre son rival que Brandon finit par le blesser grièvement. En disgrâce malgré tout, Littlefinger est soigné et renvoyé dans le Val où, une fois remis, il apprendra à la fois la mort de Brandon et le mariage – politique – de Catelyn Tully avec le frère cadet de ce dernier, Ned Stark. Dans le Val, il est remarqué par Jon Arryn, qui lui confie la tâche de collecter les taxes : il fait merveille dans ce nouvel emploi, au point que, devenu Main du roi Robert Baratheon, Jon Arryn l’appelle à Port-Réal où il devient Grand Argentier du royaume au terme d’une fulgurante ascension. À l’arrivée de Ned Stark, Littlefinger occupe toujours ce poste où il s’est forgé une réputation de « magicien ». Il est connu également pour ses investissements ostensibles dans des bordels de luxe de Port-Réal, dont l’un lui sert de résidence au quotidien. Tous servent en particulier de mines d’informations, car, pour lui, le savoir est à la source du pouvoir – quoi qu’en pense Cersei (S2E1).

5C’est dans le lupanar où il réside que Littlefinger raconte lui-même l’histoire de son amour déçu, sans citer le nom des protagonistes, dans une scène très importante pour mieux comprendre la psychologie complexe du personnage et, en particulier, ce qui le rend extrêmement dangereux sous ses dehors apparemment affables et toujours spirituels. Le contexte est presque aussi important que la narration elle-même (S1E7). En effet, dans son établissement, il est ce jour-là en train de consulter des livres de comptes, ce qui est son travail habituel, et dans le même temps – ce qui peut surprendre –, il supervise « l’entraînement » de deux prostituées qu’il a récemment recrutées, Ros et Aremca. Pour améliorer leur habileté dans le métier, il leur fait mimer une scène d’amour tout à fait physique, mais il les interrompt bientôt, exaspéré par les gémissements ridicules dont elles agrémentent cette séance.

6En leur faisant répéter l’exercice, il assigne cette fois un rôle à chacune – Ros fait l’homme, Aremca la femme – et il se comporte comme un véritable metteur en scène. Il est difficile de ne pas voir aussi dans les conseils pratiques qu’il donne aux deux prostituées les principes d’un art de séduire tout court, qui, de manière autoréflexive, s’adressent à sa propre personne de courtisan ambitieux. Littlefinger guide ses deux pensionnaires de manière si convaincante que Ros lui demande pourquoi il ne se joint pas à elles. Il dit alors se réserver pour une autre dont le nom n’est pas prononcé (et que le spectateur devine être Catelyn Stark). Quand Ros réplique que ce que l’inconnue ignorera ne pourra pas la blesser, Littlefinger répond que c’est là une idée stupide, parce que « ce que nous ne savons pas est généralement ce qui nous fait tuer ».

7Littlefinger poursuit donc l’histoire de son amour de jeunesse, il délivre lui-même la leçon qu’il a apprise de ce duel à la loyale, mais contre un adversaire beaucoup plus puissant, et dont il s’est souvenu pour la vie entière.

« [De ce duel], dit-il, j’ai appris que je ne gagnerai jamais, pas de cette manière. C’est leur jeu, leurs règles. Je ne vais pas me battre contre eux. Je vais les baiser. C’est ce que je sais faire, c’est ce que je suis. Et ce n’est qu’en admettant ce que l’on est que l’on peut avoir ce que l’on veut » (S1E7).

8À Ros, quelque peu interloquée, qui lui demande : « Et que voulez-vous, Monseigneur ? », il répond de façon spectaculaire et inattendue : « Oh, tout, ma chère, tout ce qu’on peut avoir ».

9Il n’est pas impossible que Littlefinger en ait dit plus qu’il ne voulait, en dévoilant ici à la fois sa farouche volonté de revanche, son ambition sans borne et les moyens radicaux qu’il est décidé à employer pour réussir. Mais il révèle également le lien qui unissait ces désirs à la frustration et à la blessure – au propre comme au figuré – qu’il a éprouvées en ne pouvant pas obtenir la main de Catelyn. Il a beau dire tout haut qu’elle l’aimait, ce n’était que comme « un petit confident », voire « un jouet ». Quel que soit l’angle sous lequel on le considère, son amour impossible pour Catelyn Stark se révèle être le talon d’Achille de Littlefinger.

10Il a lui-même fait le bilan de ses faiblesses : il peut bien être noble lui-même, il n’est cependant que de petite extraction, de petite taille et de petite habileté comme bretteur. Et même s’il a lu que le petit héros gagnait toujours dans les chansons épiques, il a expérimenté en personne qu’il ne peut compter que sur les forces de son intelligence pour s’élever – ainsi que sur celles des éventuels soutiens qu’il trouvera grâce à son talent. Ayant identifié ces obstacles et sa volonté de réussir, il va se montrer résilient, après avoir redéfini aussi bien ses buts que les moyens d’y parvenir. Sur ces deux sujets, sa déclaration est cependant surprenante en raison de la mégalomanie qui s’y manifeste – Littlefinger ne cachant pas son désir de tout ce qui peut être désiré. Venant d’un lord, ces propos étonnent aussi par leur dimension subversive contre « leur jeu, leurs règles », c’est-à-dire ceux de la classe dirigeante à laquelle il appartient, sans oublier qu’il affirme encore son absence totale de scrupule quant aux moyens à mettre en œuvre pour réussir. Il veut en effet prendre une revanche en relation avec sa frustration initiale. « Je veux les baiser », dit-il, « C’est ce que je sais faire, c’est ce que je suis » : il concilie là en une formule frappante à double sens ce qui paraissait si curieusement apparié chez lui, à savoir ses investissements visibles dans le marché du sexe et son ambition politique. Pour lui, ce sont deux aspects d’une même réalité, celle du pouvoir.

11Voyons un peu maintenant quel est le cheminement de Littlefinger, qui apparaît comme Grand Argentier du royaume au commencement de la série (S1E3) et qui, dès le début de la troisième saison, se retrouve gratifié par Joffrey du titre envié et prestigieux de lord de Harrenhal. De surcroît, au grand dam de Varys, il peut aussi nourrir des espérances sur les terres du Val (S3E6) dont, avec l’assentiment de Tywin Lannister, il veut épouser la suzeraine Lysa Arryn. Veuve de Jon, l’ancienne Main du roi de Robert, elle est la sœur cadette de Catelyn et Littlefinger la connaît depuis l’enfance également.

12Littlefinger fait sa toute première apparition lors de l’arrivée de Ned Stark à sa première réunion du Conseil restreint (S1E3). Il y évoque lui-même Catelyn Tully comme un lien entre eux – ce que Ned apprécie très modérément –, sans hésiter à rappeler la longue cicatrice que lui a laissée le frère de Ned, Brandon. La suite est toute protocolaire, puisque, ès-qualités de Grand Argentier, il présente l’exécrable situation financière du Trésor et informe alors Ned que Robert a lourdement endetté le royaume de six millions de dragons (la monnaie de Westeros), pour moitié auprès des Lannister, mais également auprès des Tyrell de Hautjardin et de la Banque de fer de Braavos, comme on l’apprendra plus tard lorsque Tyrion succédera à Littlefinger (S3E3). Il tient à préciser que ses responsabilités sont de lever des fonds, non de commander ces levées, ce qui relève bien sûr du roi Robert, très dépensier.

Catelyn à Littlefinger : « Tu es un véritable ami ! »
Littlefinger : « Ne le dis à personne, j’ai une réputation à maintenir. »
S1E3

13La seconde apparition de Littlefinger survient aussi dans cet épisode (S1E3) et il y joue un jeu très risqué, mais qu’on ne comprend que trois saisons plus tard. Venue à Port-Réal pour voir Ned en cachette des Lannister dont elle veut confirmer l’implication dans la tentative d’assassinat de Bran, Catelyn a demandé l’aide de Littlefinger. Ce dernier l’accueille ainsi que Varys et Ned dans son bordel. Il se trouve être le seul à pouvoir identifier la fameuse dague en acier valyrien avec laquelle Bran a manqué d’être assassiné et que Catelyn a apportée : c’est une pièce unique que Littlefinger possédait, avant de la perdre dans un pari au profit de Tyrion Lannister. Même si Littlefinger disculpe immédiatement Tyrion au nom du bon sens, son but réel est atteint : pour une mère éperdue de vengeance, Tyrion devient le suspect numéro un comme commanditaire du meurtre de Bran. Pensant à la vengeance, « les Stark, soupe au lait mais cerveaux lents » selon Littlefinger – ne voient pas qu’il leur ment en précisant que Tyrion avait gagné la dague en misant sur la victoire de Loras Tyrell contre son frère Jaime : jamais Tyrion n’aurait parié contre Jaime, parce qu’il ne joue jamais contre les siens. Mais le mensonge, ici sensible, passe inaperçu de tous.

14Comme on le voit, Littlefinger se retrouve d’emblée placé au carrefour de toutes les intrigues. Comme Grand Argentier, il décide des futurs créanciers du royaume, ce qui lui confère un pouvoir dont le roi lui-même n’est pas conscient, et comme informateur de Catelyn Stark, il oriente de manière déterminante l’action à venir. Car Catelyn va capturer Tyrion et l’emmener dans le Val, précisément parce que Littlefinger lui a appris que le nain était le nouveau propriétaire de la fameuse dague – sans compter que la sœur de Catelyn prétend que Tyrion a tramé le meurtre de son mari. L’altercation sanglante entre Ned et Jaime qui veut qu’on lui rende son frère, les troubles suscités par Tywin pour récupérer Tyrion, le départ en campagne de Robb Stark et de ses bannerets pour secourir son père et ses sœurs, tous ces événements sont donc liés à cette brève rencontre dans une salle de bordel et à l’identification du propriétaire d’une dague, devenu soudain coupable présumé d’un, voire de deux meurtres.

15Homme de pouvoir et de renseignements, tel se montrera lord Baelish avec constance. Le secret de la dague qu’il dévoile à Catelyn pèse évidemment d’un grand poids dans les événements futurs et il en est le seul garant. On voit un peu plus tard Littlefinger informer Ned Stark pendant son enquête sur la mort de Jon Arryn qui lui paraît à bon droit suspicieuse : Littlefinger attire son attention sur ser Hugh du Val, l’écuyer récemment anobli de Jon Arryn, ainsi que sur Gendry, alors apprenti forgeron (S1E4). Il est notable que la première de ces deux informations est très vite périmée du fait de la mort opportune de ser Hugh qui, pour son premier tournoi, rencontre La Montagne, et que la seconde information n’a que peu d’importance isolément, puisque Gendry ne comprend rien à l’intérêt qu’on lui porte. C’est encore Littlefinger qui signalera l’existence de Mhaegen et de sa fille Barra, bâtarde de Robert. Il semble bien que son but soit de temporiser en distillant des informations à Ned Stark plutôt qu’en lui révélant le secret de Cersei et de Jaime qu’il connaît assurément, puisqu’il est très lié aux Lannister. À la place, il propose une explication prosaïque – vérifier que les enfants sont bien traités – pour rendre compte de l’intérêt de Jon Arryn pour les bâtards de Robert.

16D’une manière générale, les renseignements exceptionnels par leur intérêt sont rares : l’origine de la dague est de ceux-là, mais Littlefinger paraît là dévoiler « gratuitement » une information en souvenir de son attachement pour Catelyn. En revanche, il obtient ailleurs une information précieuse dont il va tirer un parti extraordinaire avec un sens parfait de l’opportunité. Lorsqu’il est dans le camp de Renly, il comprend que Loras a une farouche volonté de venger la mort de son roi et amant et, surtout, que Margaery Tyrell veut être la reine et non une reine, comme elle le lui avoue sans ambages (S2E5). À partir de là, Littlefinger va conseiller à Tywin, qui en voit immédiatement l’intérêt, le rapprochement des Lannister et des Tyrell. Littlefinger compte à juste titre sur leur ascension pour réaliser la sienne. De fait, son titre de lord de Harrenhal, une consécration pour celui qui est né le plus petit lord des Doigts du Val, est largement dû à son rôle diplomatique auprès des Tyrell, comme Joffrey l’expose publiquement (S2E10).

17Il ne faudrait pas voir en lord Baelish une simple marionnette des Lannister. L’altercation qu’il a avec Cersei dont il doit subir la constante morgue suffirait à prouver que ses relations avec les Lannister sont plus complexes, et depuis longtemps. Certes il ne s’oppose pas frontalement à eux, mais, par deux fois, il étonne le spectateur par une manière virtuose de jouer un double jeu ou, si on préfère, sur deux tableaux à la fois. Lorsqu’après la mort de Robert, Ned Stark, devenu Protecteur du royaume, a décidé de dénoncer l’illégitimité de Joffrey, il révèle à Littlefinger qu’il va reconnaître Stannis Baratheon, le frère de Robert, comme roi légitime (S1E7). Littlefinger croit pouvoir jouer sa partie en tentant de convaincre Ned qu’il vaudrait mieux faire la paix avec les Lannister en soutenant Joffrey dont la légitimité peut à tout moment être récusée et en gardant Renly en réserve. Il agit par pur opportunisme, croyant à tort que Ned lui demande son avis. Il est probable en outre que le sort de Ned est scellé quand Littlefinger comprend qu’il n’a besoin de lui que pour une besogne ancillaire et peu honorable : soudoyer la Garde de la Cité pour avoir un soutien solide. On sait comment l’affaire va tourner.

18D’une manière analogue, lorsque les fiançailles de Joffrey avec Sansa sont officiellement rompues, Littlefinger est le premier à comprendre le parti qu’il pourrait en tirer (S2E10). Là encore, il joue au moins sur deux tableaux. En offrant son aide à Sansa pour la ramener chez elle en secret, il compte profiter de sa mission aux Eyrié où il se rend pour circonvenir Lysa Arryn, afin de devenir lord du Val par procuration et avec la bénédiction de Tywin. Mais l’enlèvement de Sansa auquel il a déjà songé, sorte de petit arrangement avec les instructions données par Tywin, risquerait de rapporter à Littlefinger bien plus que les Lannister ne souhaiteraient lui donner. Il pourrait devenir le maître du Nord entier, s’il arrivait que Robb Stark mourût, puisque Bran et Rickon sont censés être déjà décédés et que Sansa arrive immédiatement après comme héritière. Enfin, quelle revanche personnelle pour Littlefinger qui jadis n’a pas pu obtenir l’amour de Catelyn, mais s’unirait alors avec sa fille Sansa, tout en ayant joué un rôle actif dans la mort de Ned Stark, le rival victorieux auprès de Catelyn ! On sait aussi que pareil scénario n’arrivera pas à ce moment, en raison de la trahison de Ros. Mais on voit que se justifie la définition de Littlefinger par Varys : « un homme avec de grandes ambitions et aucune morale ».

Littlefinger et Varys

19Comme il l’avoue plusieurs fois, non sans une certaine ingénuité, Littlefinger ne voit aucune borne à son ambition ni à ses désirs. Mais il ne manifeste jamais mieux cet individualisme forcené que dans l’affrontement avec Varys dont il sort victorieux (S3E6). Grâce aux informations de Ros, Varys avait cru contrecarrer le plan de Littlefinger concernant Sansa et il voyait déjà Sansa mariée avec Loras Tyrell. L’Araignée a réussi à empêcher Littlefinger d’emmener Sansa avec lui, cette dernière toutefois n’épousera pas le beau Loras Tyrell, mais le nain Tyrion Lannister ; Ros, l’informatrice d’un Varys dépassé, paie sa trahison de sa vie et dans d’atroces souffrances que se plaît à lui infliger Joffrey. Plein d’une exaltation shakespearienne à la pensée qu’il s’est joué de Varys, qui défend l’ordre mensonger du royaume contre le chaos qui menace de tout engloutir, Littlefinger prononce en voix offune mémorable et spectaculaire tirade où se repère en filigrane l’ancienne roue de la Fortune médiévale mâtinée de l’échelle de Jacob :

« Le chaos n’est pas un gouffre, le chaos est une échelle : beaucoup qui essaient de la gravir échouent et n’ont pas l’occasion de réessayer, la chute les brise, et certains qui se voient donner la chance de la gravir, refusent pourtant, ils s’accrochent au royaume, ou aux dieux ou à l’amour… des illusions ! Seule l’échelle est réelle, la gravir, c’est tout ce qui compte ! »

Le navire de Littlefinger

20Et pendant qu’il parle, on découvre Ros percée des carreaux d’arbalète de Joffrey. On voit aussi Sansa qui avait rêvé de Loras et se trouve maintenant promise à Tyrion : en larmes, elle regarde s’éloigner un navire dont la grand-voile est frappée d’un gigantesque oiseau moqueur – l’emblème de Littlefinger – qui semble la narguer.

21Les nombreuses révélations sur l’énigmatique personnage de Littlefinger scandent la quatrième saison et en assurent pour partie le suspense. Ce sont autant de clefs pour comprendre des événements problématiques des saisons précédentes. Littlefinger apparaît seulement alors comme un maître de la manipulation au talent comparable, voire supérieur, à celui d’un Tywin Lannister.

Littlefinger, oiseau-moqueur ?
Ce n’est pas un hasard si Littlefinger s’est choisi l’oiseau-moqueur comme animal emblématique. Contrairement à Tyrion et à Jaime Lannister, il préfère l’humour acide, voire au vitriol. L’un des rares apartés à la Richard III prononcé par Littlefinger donne le ton. Devant son lupanar, Littlefinger est bousculé, à tort, par Ned Stark, rendu un peu fébrile par la perspective de retrouver son épouse venue à l’insu des Lannister. Le malentendu est vite dissipé, mais, après que Ned est déjà parti rejoindre Catelyn sans s’excuser de son comportement, Littlefinger s’exclame maintenant seul : « Ah, les Stark, soupe au lait mais cerveaux lents ! » (S1E3). Le spectateur ignore alors que Littlefinger se délecte déjà de manipuler les Stark, grâce à une manœuvre dont l’ampleur ne se découvre qu’à la quatrième saison et dépasse toutes les espérances de son artisan. Quand la révélation advient, la famille Stark a été décimée. Ned est mort depuis longtemps, Robb et Catelyn également, Sansa est sous la « protection » de Littlefinger et les autres enfants Stark passent pour disparus.
Souvent les traits d’esprit de Littlefinger visent à faire sentir sa propre supériorité intellectuelle à son interlocuteur. Ainsi, lorsque Renly a rallié à lui nombre de barons de Robert et s’est acquis le soutien des riches Tyrell en épousant Margaery (S2E4), il paraît le prétendant le plus dangereux. Margaery remarque alors, finement croit-elle : « Je ne suis pas très versée dans l’art de la guerre, mais l’arithmétique de base favorise le camp avec les plus grands nombres ». Littlefinger réplique : « Si la guerre était arithmétique, les mathématiciens seraient les maîtres du monde ». Malgré l’esprit, le sens est clair : Margaery ferait mieux de laisser les soucis du pouvoir à ceux qui s’y entendent – et une certaine misogy nie n’est sans doute pas absente ici.
En fait, par ses bons mots, Littlefinger s’essaie habituellement à blesser son éventuel interlocuteur. Ainsi, lors du tournoi de la Main (S1E5), il parie cent dragons d’or sur la victoire de La Montagne contre Loras, alors que Renly mise sur celle de son amant. Renly se gausse alors, en proclamant que si Littlefinger gagne autant d’argent, il pourra avoir des amis. Littlefinger réplique en désignant Loras : « Et vous, lord Renly, quand “aurez” - vous votre ami ? », en accentuant le mot « avoir » de telle sorte qu’il soit clair qu’il faut l’entendre au sens le plus scabreux qui soit. Renly en reste coi.
Littlefinger ne brille pas par son courage, mais il n’est jamais en retard d’un trait d’esprit et vise à avoir toujours le dernier mot. Ses réparties peuvent certes lui attirer les rires, mais toujours aux dépens d’autrui.

22Le premier meurtre de la série, celui de Jon Arryn (S1E1), semble alors une affaire entendue : on pense les Lannister seuls responsables, jusqu’à ce que Lysa Arryn donne des éclaircissements qui bouleversent la donne (S4E5). Elle avoue avoir elle-même empoisonné Jon à l’instigation de Littlefinger, qui a fourni le poison, et avoir envoyé à sa sœur Catelyn une lettre mettant en cause les Lannister pour diriger les soupçons vers eux. Craignant toujours les oreilles indiscrètes, Littlefinger lui ferme alors la bouche d’un baiser, redoutant qu’elle n’en dise plus – au grand dam du spectateur. En effet, Lysa révèle alors plus qu’il n’y paraît à première vue. Littlefinger a joué dès le départ sur deux tableaux : il utilise Lysa qui croit tuer par amour pour lui, alors qu’il sert également les Lannister qui veulent eux aussi la mort d’Arryn (comme Cersei et Jaime le rappellent lors de leur première apparition [S1E1]). Littlefinger est donc au moins aussi coupable que les Lannister.

23De manière analogue, l’assassinat de Joffrey (S4E2) s’éclaircit très brutalement lorsque, parvenue sur son bateau, Sansa demande à Littlefinger s’il l’a tué et qu’il lui apprend qu’elle a joué un rôle en transportant le poison à son insu dans le collier offert par Dontos. Sansa comprend que les Tyrell sont derrière le crime et que Littlefinger a été leur agent. Il fallait se débarrasser de Joffrey qui était « vicieux et incontrôlable » : comme le dit Littlefinger, avec une claire allusion à la devise de ses nouveaux amis, « il n’y a rien de mieux qu’un cadeau attentionné pour qu’une amitié nouvelle grandisse en force ». Il est clair cependant qu’il joue aussi sa propre partition en venant dans le Nord épouser Lysa avec le soutien initial de Tywin Lannister – qui ignore évidemment qu’il compte y emmener aussi Sansa, un atout d’un tout autre prix. Du reste, Sansa ne comprend pas quel objectif poursuit Littlefinger en trahissant les Lannister. Là encore, Littlefinger joue un double-jeu.

24Enfin, le meurtre de Lysa pourrait n’apparaître que comme un acte impulsif. Lysa – dont le dérangement mental est patent – ne sert plus à rien, une fois mariée avec Littlefinger qui gagne là ce qu’il est venu chercher, une autorité sur le Val. De plus, ce dernier est tombé amoureux d’une autre, Sansa, la fille de Catelyn, qui dépasse sa mère en beauté selon ses propres mots. Lorsque, sur le navire (S4E4), Sansa lui demande ce qu’il veut et qu’il lui met la main sur l’épaule, puis laisse descendre son bras le long de celui de la jeune fille, avant de dire « Tout ! », le spectateur voit déjà qu’il la désire. Mais lorsqu’il l’embrasse dans la cour du palais, aux Eyrié (S4E7), sans que Sansa le repousse vraiment, Littlefinger se met en danger, ce qui ne lui ressemble guère. Lysa les a surpris et constitue désormais une menace pour l’un comme pour l’autre. Aussi, quand elle essaie de tuer Sansa, Littlefinger la précipite sans hésitation par la porte de la Lune, en lui rappelant qu’il n’a jamais aimé qu’une femme… sa sœur.

Littlefinger à Sansa à propos de l’ivrogne Dontos qu’il vient de faire tuer :
« L’argent achète le silence pour un temps, mais une flèche dans le cœur le fait pour toujours. »
S4E3

Littlefinger et Sansa sur le bateau

Sansa et Littlefinger aux Eyrié

Sansa descendant l’escalier des Eyrié

25Du sérieux de cette passion pour Sansa, on a confirmation aux Eyrié. Sans que Littlefinger ait pu au préalable parler avec Sansa qui tient son sort entre ses mains, elle le présente, spontanément et en sa présence, comme son protecteur depuis la mort de Ned et son sauveur. Face aux seigneurs du Val, elle corrobore en outre tous ses propos, en particulier sur le prétendu suicide de Lysa. Quand, plus tard, il lui demande les raisons de son ralliement, elle lui répond qu’elle a témoigné en sa faveur parce que, maintenant, elle sait ce qu’il veut, mais elle se contente de sourire sans lui dire ce qu’elle entend par là. Cependant lorsque, transfigurée, elle descend l’escalier de la salle du trône et qu’elle l’aveugle littéralement dans une robe noire décolletée – pour la première fois – et ornée de plumes (S4E8), on comprend que Littlefinger a peut-être trouvé un obstacle – ou une aide – inattendu sur la fameuse échelle du chaos qu’il entend bien gravir jusqu’au sommet : l’amour, un peu trop facilement relégué par lui au magasin des illusions (S3E6)…

Table des illustrations

Légende Littlefinger, Sansa et Arya
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Littlefinger, Ros et Aremca
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Littlefinger et Varys
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Le navire de Littlefinger
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Littlefinger et Sansa sur le bateau
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Sansa et Littlefinger aux Eyrié
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Sansa descendant l’escalier des Eyrié
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8963/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search