Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Portraits

Chapitre dix. Ros

Mortelle ascension

Texte intégral

1Comme George R. R. Martin l’indique lui-même sur son blog peu après le tournage de la première saison, Ros est le premier personnage qu’il a créé spécialement pour la série et qui n’apparaît que là. Après avoir rencontré et beaucoup apprécié Esmè Bianco qui l’interprète, il déclarait en outre qu’il « croyait comprendre qu’elle pourrait bien apparaître dans les saisons suivantes » – ce qui arriva en effet, tant ses potentialités étaient intéressantes. Ros se trouve être la condensation de plusieurs figurantes anonymes qui, dans les romans, ont pour point commun leur métier, prostituée, et leur lieu d’exercice, Port-Réal pour la plupart.

2Sa première apparition est mémorable. Après plusieurs scènes en famille plus ou moins intimes chez les Stark, puis d’apparat avec l’arrivée du roi Robert et de sa suite, l’impression de contraste est très forte lorsque Ros apparaît complètement nue en train de badiner dans le bordel de Winterfell avec un nain dont on découvre qu’il s’agit de Tyrion Lannister (S1E1). On ne saurait faire voir plus clairement quel est le métier de Ros et la spécificité de ses compétences – qui sont pourtant beaucoup plus étendues, ainsi que ses réparties le laissent déjà pressentir.

3Son départ de Winterfell pour Port-Réal, alors qu’elle est assise à l’arrière d’un chariot transportant des légumes, est l’occasion d’une saynète pleine de sens avec Theon Greyjoy qui, bien qu’arrogant, a un faible pour elle. Quand il la rencontre par hasard, tout surpris qu’elle parte, il lui lance une pièce de monnaie en lui demandant de lui montrer son sexe une dernière fois – ce qu’elle fait (S1E6). De manière provocante, à la fois plus crue et plus rude, elle expose là le moyen par lequel elle compte non pas simplement se nourrir et survivre, mais essayer de s’élever dans le monde, en donnant à voir ici, littéralement, l’équivalence corps-capital sur laquelle cette ascension est censée se fonder.

Ros partant de Winterfell

4Comme pour Arya Stark avec Yoren (S2E1-3) puis le Limier (S3E9), la transhumance de Ros en chariot mime d’une manière à la fois concrète et symbolique le pénible chemin qui l’attend. Au terme de ce parcours, il est difficile de ne pas penser à ces scènes où s’expose une nudité sans complaisance, lorsque l’on voit Ros pour la dernière fois, nue à nouveau mais sans vie, dans un épisode qui s’intitule justement « L’ascension » (The Climb, S1E6).

5Ros a un nom, un corps et une rousseur facilement identifiables. Comme elle apparaît aussi dès le premier épisode à Winterfell (S1E1), elle semble immédiatement plongée dans les différentes intrigues qui se mettent en place, en raison de ses relations professionnelles avec deux personnages-clés qu’elle a pour clients, un occasionnel, Tyrion Lannister, et un habitué qu’elle ne verra plus, Theon Greyjoy. Avec l’un comme avec l’autre, elle fait montre d’une vivacité d’esprit certaine et d’un sens aigu de la répartie, dépassant ainsi l’impression qu’elle n’aurait qu’un corps à faire valoir. Aussi ne s’étonne-t-on pas de la voir profiter des circonstances – l’ascension de Ned Stark devenu Main du roi – pour descendre elle aussi dans le sud (S1E6), tenter fortune à Port-Réal, où on la retrouve dans une maison de luxe possédée par Littlefinger, ce qui est un premier pas dans son ascension. Connaissant bien son métier, elle y fait rapidement merveille, d’autant plus qu’elle sait lire, écrire et compter, et ce n’est pas courant pour une prostituée de Westeros. Elle acquiert vite la confiance de Littlefinger – aussi bien dans le lupanar que comme comptable, puisqu’il est aussi Grand Argentier – et elle en connaît maints petits et grands secrets. Cette ascension se traduit par les vêtements de prix qu’elle arbore désormais, bien loin de la mise fort simple dans le chariot, au départ de Winterfell.

6Sa vie va connaître plusieurs péripéties rapprochées qui permettent d’expliquer l’évolution du personnage. Le premier événement qui va modifier son destin apparemment tout tracé, celui de bras droit de Littlefinger, est tragique : Joffrey devenu roi fait rechercher tous les bâtards de son père dans Westeros en commençant par Port-Réal et il les fait exécuter par jalousie. C’est ainsi que Ros va assister à un infanticide au beau milieu du lupanar de Littlefinger. En effet, peu de temps avant sa mort, le roi Robert a eu une petite fille d’une prostituée nommée Mhaegen ; elles vivent ensemble en paix dans l’établissement de Littlefinger. Quelque temps après la mort de Robert, Janos Slynt, le chef du Guet, surgit soudain avec ses hommes dans le lupanar, fait prendre le bébé et l’égorge lui-même sous les yeux de sa mère (S2E1). Ros en est très affectée jusque dans son travail au bordel, au point que Littlefinger doit avoir une conversation avec elle, où il la menace du pire à mots couverts et comme en passant (S2E2). Désormais, la maison de Littlefinger a perdu pour elle son caractère rassurant et protecteur de havre de paix au milieu des violences du monde extérieur. De plus, elle en est réduite à constater que son maître ne risquerait rien pour des raisons morales, quelles qu’elles soient, et qu’il est donc prêt à accepter qu’un infanticide soit perpétré chez lui, pourvu que le commanditaire soit assez puissant.

7Le deuxième tournant dans la vie de Ros commence de manière apparemment libertine, lorsque le grivois Tyrion a recours à ses services pour faire un cadeau spécial à Joffrey. Mais la détestation de Joffrey pour son oncle Tyrion, grand amateur de prostituées, va avoir une incidence inattendue sur le sort de Ros. Pour apaiser quelque peu son neveu dont il rudoie à plaisir l’orgueil fort sensible, Tyrion lui envoie donc deux prostituées de Littlefinger, Ros et Daisy, comme cadeau d’anniversaire (S2E4). Ne pouvant se venger directement de Tyrion, Joffrey va passer sa rage sur les « cadeaux » et exercer ses pulsions sadiques sur Ros et Daisy. Juste après avoir fait déshabiller complètement Daisy qu’il ne touche à aucun moment, le voyeur Joffrey demande à Ros de la fouetter toujours plus fort avec une large ceinture cloutée qu’il lui a fournie. Puis, comme la douleur infligée à Daisy ne lui semble pas un spectacle suffisant, tout en menaçant Ros de son arbalète, il lui ordonne de frapper sa camarade de toutes ses forces avec un lourd sceptre orné de la tête de cerf en métal, symbole des Baratheon : on doute que Daisy ait survécu à ce traitement, mais le destin est passé cette fois bien près de Ros. Pour la deuxième fois à l’écran, Ros expérimente que la vie humaine n’a guère d’importance pour ceux qui l’emploient et qu’elle-même n’est qu’un instrument pour eux : elle est à nouveau menacée.

8Enfin, une troisième péripétie inattendue a peut-être fini par lui faire franchir le pas de la trahison. En effet, pour des raisons diplomatiques, Tyrion a décidé de fiancer sa nièce Myrcella à un prince de Dorne et, pour envoyer la jeune fille vers son futur époux, il l’a enlevée à Cersei qui lui est très attachée. Cersei veut se venger en lui prenant à son tour quelqu’un qu’il aime. Connaissant son goût pour les filles de joie et ayant sans doute aussi qu’il avait couché avec Ros à Winterfell et lui avait donné un médaillon orné du lion Lannister, sa sœur pense à tort que Ros est la favorite de Tyrion (S2E8). Elle la fait donc arrêter et mettre quelque temps en prison d’où Tyrion la tire en feignant l’attachement, afin de brouiller les pistes, ce qui lui permet de continuer à dissimuler Shae.

9Tous ces événements, où elle est uniquement traitée comme un objet, vont finalement inciter Ros à prendre volontairement des risques et à choisir un camp plutôt que de le subir. En effet, grâce à ses « chuchoteurs », Varys apprend les états d’âme de Ros et vient la voir au bordel sous un déguisement pour lui faire une proposition. Il a compris le parti qu’il pourrait tirer d’un pareil atout placé au cœur du dispositif de son ennemi intime Littlefinger et il promet à Ros de la protéger et même d’en faire une partenaire si elle veut bien espionner son maître pour lui (S2E10).

10C’est ainsi qu’elle va contribuer à bloquer la réalisation d’un ambitieux plan à double bande de Littlefinger. Après avoir été récompensé par Joffrey de la seigneurie d’Harrenhal pour avoir favorisé son mariage avec Margaery Tyrell, Littlefinger est envoyé par Tywin Lannister pour les Eyrié. Sa mission est de convaincre la veuve de Jon Arryn, Lysa, qu’il connaît depuis l’enfance, de devenir sa femme : il deviendrait alors le maître du Val et consoliderait par là même la domination des Lannister. Mais, dans le même temps, Littlefinger a des pensées plus dissimulées et d’autres ambitions – qui se révéleront au grand jour dans la quatrième saison. En effet, en secret, il a aussi prévu d’emmener dans ses bagages Sansa Stark (S3E1), avec l’accord de l’intéressée qui, depuis l’annonce des fiançailles de Joffrey avec Margaery, est dans une situation très délicate à la cour. Les intentions de Littlefinger sont ambiguës. On ne sait pas alors si Sansa lui paraît plus désirable, parce qu’elle est la fille de Catelyn, la femme dont, adolescent, il était amoureux, bien qu’elle l’ait éconduit pour Brandon puis Ned Stark, ou parce que la jeune femme risque fort de devenir la « clé du Nord », s’il arrivait malheur à son frère aîné Robb : alors ce ne serait plus seulement le Val que Littlefinger aurait à sa portée, mais le Nord dans son entier.

11Plus tard, dans un entretien avec Varys (S3E4), Ros fait montre de toute sa finesse, quand elle lui fait remarquer un détail qui lui a échappé : pour l’équipement de son bateau, Littlefinger a demandé deux lits de plume pour la cabine. Comme on ne peut pas soupçonner ce dernier de se préoccuper du sort de ceux qui l’accompagnent habituellement, la personne à qui le second lit est destiné doit donc avoir bien de l’importance pour lui et ne peut être que Sansa. En permettant à Varys de comprendre les intentions secrètes de Littlefinger, Ros ruine dans l’œuf la tentative de ce dernier. En effet, Varys intervient auprès de la Reine des épines qu’il convainc d’un autre plan. Celle-ci pousse alors sa petite-fille Margaery Tyrell à faire miroiter à Sansa le mariage dont elle rêve avec son idole Loras Tyrell, le frère de Margaery, si bien que Sansa n’est plus aussi pressée que par le passé de quitter Port-Réal pour s’embarquer avec Littlefinger, qui comprend alors qu’il a été joué (S3E5).

12La contre-attaque de Littlefinger est fulgurante et va surprendre Varys lui-même. Sans doute grâce à Tywin Lannister qui ne pouvait que redouter ce mariage, il fait si bien que Sansa ne se mariera pas avec le beau Loras Tyrell, le « Chevalier des Fleurs », mais avec le Lannister contrefait, le nain Tyrion, et c’est en larmes que Sansa regarde le bateau de Littlefinger partir sans elle, avec sa grand-voile marquée d’un oiseau moqueur géant (S3E6). En ce qui la concerne, Ros s’est montrée trop intelligente à percer les secrets de son maître, mais aussi par trop indiscrète, et sans doute aussi bien imprudente en révélant à Shae, une autre prostituée, ses préventions à l’égard de Littlefinger (S3E1). Car si Shae est officiellement devenue la femme de chambre de Sansa, elle est aussi secrètement la maîtresse de Tyrion, un Lannister. Pour finir, c’est à Joffrey, qui est prêt à toutes les dépenses pour satisfaire ses pulsions sadiques, que Littlefinger vend littéralement Ros. Or, depuis une conversation avec Margaery (S3E2), comme on l’a vu, Joffrey brûle d’expérimenter sa nouvelle arbalète sur une créature vivante : Ros sera sa victime.

13Quand, opportunément assis à côté du Trône de fer, Littlefinger voit Varys approcher et plastronner (S3E6), il lui réplique : « C’est prématuré, mon ami ! » et il lui fait comprendre en termes à peine voilés qui a vraiment gagné cette partie et quelle vengeance il a exercé sur celle qui l’a trahie et que Varys, imprévoyant et consterné, a échoué à protéger. Avec Littlefinger en voix off, le spectateur voit alors apparaître le tableau final avec Joffrey retendant inutilement son arbalète et, surtout, dans un plan large se rétrécissant en gros plan fixe, Ros attachée nue, les deux mains au-dessus de la tête, au baldaquin d’un lit et percée de neuf carreaux dont on devine que seul le dernier, en plein cœur, lui a été fatal. La composition visuelle est ici empruntée aux innombrables représentations que la Renaissance et le Baroque proposent du martyre de saint Sébastien, percé de flèches en raison de sa foi, et peut-être plus particulièrement à l’une d’entre elles par Luca Giordano (1634-1705), où, ce qui n’est guère courant, le saint a justement les deux mains attachées au-dessus de la tête. Mais si Sébastien guérit de la blessure des flèches, Ros périt sans raison, oubliée dès que disparue, dans la fièvre de la lutte pour le pouvoir et des pulsions les plus violentes. C’est tout juste si sa disparition a ralenti le succès de Littlefinger, comme on le voit ensuite.

Ros percée de traits

Luca Giordano, Saint Sébastien percé de flèches

14Pour le spectateur, Ros devient alors un personnage emblématique de l’échec, une victime collatérale dans le jeu des trônes qui n’a décidément aucune pitié pour les vaincus, en particulier pour ceux qui ratent un barreau de l’échelle dans leur ascension pour dépasser leur condition : du reste, la caméra ne s’arrête sur sa mort que quelques instants.

Table des illustrations

Légende Ros partant de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Ros percée de traits
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Luca Giordano, Saint Sébastien percé de flèches
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search