Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Portraits

Chapitre neuf. Eddard « Ned » Stark

Un chevalier sans peur ni reproche ?

Texte intégral

1Après la mémorable scène inaugurale au nord du Mur, c’est par Winterfell et la famille Stark que l’on entre à Westeros. L’attention se focalise alors sur le personnage d’Eddard Stark qui s’impose très vite comme le protagoniste du premier épisode, voire de la première saison. Âgé d’une quarantaine d’années, Eddard « Ned » Stark (Sean Bean) est le chef de la maison Stark qui, depuis des siècles, règne sur Winterfell, la capitale du Nord. Il y veille en bon père et bon époux sur une famille apparemment très unie. Telles sont les premières images que découvre le spectateur dans la première scène à Winterfell (S1E1).

2Dans cette séquence d’ouverture, le couple Stark assure la paix de cette famille traditionnelle, dans le château familial en granit du Nord, fruste et sans ornement. Ainsi, du balcon du premier étage – l’étage noble –, Eddard préside aux côtés de son épouse Catelyn à l’entraînement au tir à l’arc de leur fils cadet Bran. Dans la cour, les fils : l’aîné Robb, le cadet Bran, le benjamin Rickon. Le « pupille » Theon (en fait l’otage laissé par la maison Greyjoy) est présent également ainsi que Jon Snow, dont on va découvrir – première dissonance – qu’il est le bâtard d’Eddard et se trouve à peine plus jeune que son aîné. Face à l’univers masculin et guerrier, le domaine des femmes est occupé par les deux filles Stark diversement absorbées par leur broderie : Sansa, l’aînée en parfaite demoiselle, et Arya, la cadette, présentée comme un garçon manqué qu’appelle au-dehors le bruit des flèches. Sur ce côté veille Mordane, une septa et gouvernante des filles.

3Bien qu’Eddard paraisse incarner les valeurs que l’on associe à un rude chevalier quelque peu stéréotypé vivant dans une froide forteresse, ses premiers mouvements invitent d’emblée à le voir autrement. Avec sa femme Catelyn Tully, épousée par devoir suite à la mort de son frère à qui elle était promise, ils forment un couple que le temps a uni. Elle le seconde en particulier dans le domaine politique, et elle n’hésite pas à prendre l’initiative de faire le long voyage jusqu’à Port-Réal pour lui donner les derniers éléments concernant les Lannister et les deux tentatives de meurtre sur Bran. Elle n’hésite pas non plus à emprisonner Tyrion qu’elle croit – à tort – coupable. Une ombre subsiste dans ce tableau d’une union idyllique : Jon Snow, le fils bâtard de Ned.

Catelyn et Ned sous le barral

Ned assistant aux leçons d’Arya

4Par ailleurs, Ned se montre aussi compréhensif avec tous ses enfants, indulgent pour les tirs à l’arc manqués de Bran et admiratif devant les dons d’Arya qui, n’y tenant plus, a désobéi et quitté le gynécée pour mettre une flèche au cœur de la cible. De cette compréhension indulgente, Eddard ne se départit pas. Ainsi, plutôt que d’imposer à Arya des passe-temps et des goûts qui ne sont pas les siens, il fait venir un « maître de danse » – en fait, le meilleur maître d’armes de Braavos –, Syrio Forel, pour lui enseigner les rudiments de l’escrime (S1E3). Même si Ned éprouve sans doute quelque difficulté à la voir autrement que comme la future épouse d’un lord qui s’occupe de son château et de ses enfants qui deviendront des chevaliers et grands seigneurs à leur tour, lorsqu’Arya lui réplique : « Non, ce n’est pas moi », il n’objecte rien et ne cherche pas à la convaincre du contraire (S1E4). De même, devant l’insistance de son fils bâtard Jon Snow – qu’il ne traite pas différemment des autres –, il lui promet de lui révéler lors de leurs retrouvailles les secrets de sa naissance et, en particulier, l’identité de sa mère (S1E2).

5D’une manière analogue, le poste de Main du roi dont il ne veut pas particulièrement, il l’accepte pourtant par amitié pour Robert et par devoir envers sa famille, car cela faciliterait le mariage de Sansa avec le prince héritier Joffrey, c’est-à-dire l’élévation de la famille Stark tout entière. Sur ce sujet, Eddard est en effet un homme de devoir, et il est prêt à le payer de sa vie : il accepte en effet d’avouer une imaginaire trahison avec les risques afférents à cet aveu (S1E9) parce que Varys lui a fait comprendre que c’était là le seul moyen de sauver Sansa.

Avant l’exécution de Will

Avant l’exécution de Ned

6Cet intérêt constant pour sa famille ne doit cependant pas laisser croire qu’Eddard a tourné le dos au métier des armes longuement exercé lors de sa jeunesse. L’épée qu’il porte au côté n’est pas un simple ornement, pas plus que la longue épée familiale en acier valyrien (nommée « Glace ») : sa présence visible, au moment où il rend la justice du roi et exécute lui-même un déserteur de la Garde de nuit, prépare également l’ultime scène du neuvième épisode (S1E9), où Eddard est décapité avec cette même « Glace » par le bourreau royal ser Ilyn Payne.

7L’épée nous guide vers ce qui est présenté comme la qualité maîtresse du personnage : un sens de l’honneur très intériorisé et riche de nombreuses implications. Le respect de la parole donnée et de la loi ne peut se maintenir qu’à la seule condition que les actions prises en charge pour cette raison ne soient pas contraires à l’honneur. Ainsi, Eddard accepte de devenir Main du roi, mais va jusqu’à démissionner sans délai lorsque Robert annonce son intention de faire empoisonner Daenerys et Viserys, les enfants survivants de Rhaegar Targaryen. Cet acte va fragiliser sa position et rendre possible la contre-attaque de Cersei qui ne lui reconnaîtra plus le titre de Main.

8L’honneur cesse d’être la règle si on est amené à commettre en son nom des actes criminels et indignes. Ainsi on reconstitue, grâce au propos d’Eddard et de Robert dans la crypte (S1E1) et à la conversation entre Brienne de Torth et Jaime Lannister (S3E5), qu’Eddard s’est autrefois allié à Robert Baratheon dans la rébellion contre le roi fou, Aerys II Targaryen, parce que ce dernier était devenu un tyran sanguinaire et imprévisible. Il fit bouillir dans son armure Rickard, le père d’Eddard Stark, sous les yeux de son fils aîné, Brandon, pendu lentement. Mais, pour Eddard, cet impératif de l’honneur peut connaître une limite, rendue visible lors de l’exécution du déserteur de la Garde de nuit (S1E1). Eddard sait que le jeune homme n’est que formellement coupable : il a bien déserté et failli à prévenir la Garde du péril des Autres, mais il a fui en raison d’une frayeur dont le caractère extraordinaire au sens propre constitue d’une certaine manière une circonstance atténuante, ce qui rend la décapitation encore plus difficile, comme le jeu de Sean Bean – un moment perplexe – le montre fort bien. Pourtant on retrouve la capacité du personnage à assumer son rôle quand il décapite lui-même le garçon devant ses fils et qu’il explique à Bran qu’il faut que « celui qui condamne quelqu’un à mort est celui qui abat l’épée » – aphorisme qui, pour lui sans aucun doute, limite les tentations de faire appliquer la peine de mort.

9L’honneur est également très lié à la famille. C’est ainsi qu’Eddard a pris la place de son frère Brandon assassiné par le Roi fou : Brandon devait épouser Catelyn Tully pour des raisons de stratégie familiale entre les Stark et les Tully, Eddard l’a remplacé. Catelyn le rappelle à Rob (S2E10) pour le convaincre de respecter sa promesse de mariage avec les Frey. L’amour n’est venu qu’après.

10Et pourtant ce sont bien les sentiments de Ned qui peuvent le mettre en contradiction avec l’honneur et la vérité. Ainsi, lorsqu’il consent à se renier et à reconnaître Joffrey comme roi (S1E9), il accepte de mentir publiquement, parce que la vie de sa fille est en jeu. Quand il prend sous la dictée les dernières volontés de Robert et que, par égard pour son ami mourant, il ne lui révèle pas que Joffrey est un bâtard incestueux, il tente de corriger la situation en remplaçant le nom de Joffrey que prononce explicitement Robert, par la mention « l’héritier ». Ce demi-mensonge par rapport à la dictée du roi – quitte à rétablir la légitimité stricte, Eddard aurait dû écrire Stannis, le nom du frère cadet de Robert – cache la vérité et empêche que ce document ait quelque force que ce soit : Cersei le déchirera sans autre forme de procès (S1E7). Pire encore pour Eddard, non content d’un côté de refuser le projet d’assassiner les enfants Targaryen, il révèle aussi à Cersei qu’il connaît son secret – ses enfants à elle sont issus d’un inceste avec Jaime – et il prévoit également de l’épargner ainsi que ses enfants, avant même d’avoir véritablement vaincu les Lannister. Risquer de tuer des enfants eût été déshonorant : il le paiera de sa vie, parce que d’autres, qui ne partagent pas cet esprit chevaleresque, n’auront pas ses scrupules.

11Reste évidemment « la » question Jon Snow qui vient brouiller le portrait très cohérent d’Eddard Stark, représentant intempestif de l’ancienne chevalerie et de valeurs qui peuvent paraître désuètes dans un monde habité de personnages machiavéliques. Eddard n’est pas du tout à l’aise avec le doute qui plane à son égard sur la naissance de Jon Snow et l’identité de la mère de celui-ci. Jon Snow lui-même ignore qui est sa mère, même s’il reçoit la promesse d’une révélation par Eddard lui-même lors de leurs adieux (S1E2) qu’ils ne savent pas définitifs.

12Quand le roi Robert lui-même aborde le sujet (S1E2), le spectateur comprend que le vieil ami d’Eddard ne connaît pas non plus la réponse. Il était ailleurs lorsque c’est arrivé. Mais la froideur d’Eddard, face aux sous-entendus lestes de Robert, et la mention d’une certaine Willa alerte le spectateur. On n’en saura pas davantage. D’ailleurs, le cycle littéraire de Martin n’a pas encore donné de réponse définitive sur cette question, mais on pourrait peut-être modifier légèrement l’interrogation – comme le site de la Garde de nuit y invite – : n’y a-t-il que l’identité de la mère de Jon qui soit ici problématique ? Quel rôle exact a donc joué le sentimental Eddard Stark dans la vie de cet enfant ? Bref, à quel sens de l’honneur obéit Eddard en ne révélant pas le secret entourant la naissance de l’enfant, quitte à prendre le risque que sa propre vie conjugale, familiale et publique en fasse les frais ?

13Jusque dans ses défauts, Eddard Stark offre donc au spectateur un idéal de chevalier héroïque. Il représente le modèle du chevalier illustré par les exploits de sa jeunesse, du bon prince aimant son peuple et ses hommes – « un chef, dit-il, doit connaître par leur nom ceux qui se battent pour lui » (S1E1). Pourtant il échoue comme Main du roi car il est, au fond, un idéaliste et un sentimental, loin des manœuvres de la Realpolitik et des tendances machiavéliennes ou machiavéliques de ses interlocuteurs.

14Selon Cersei elle-même, Eddard a commis l’erreur de ne pas prendre le pouvoir dix-sept ans plus tôt, juste après que son frère Jaime a tué le roi (S1E7), et pareillement après la mort de Robert… Les circonstances et l’amitié le sauvent une première fois, mais après la mort de Robert, il lui aurait fallu agir, c’est-à-dire évincer Cersei et ses enfants, se proclamer roi ou bien accepter la proposition de ralliement avec Renly, le plus populaire des deux Baratheon survivants et frère cadet de Robert, mais en éliminant alors politiquement ou même physiquement ses adversaires. Au lieu de cela, il se rallie à Stannis, plus légitime certes, mais impopulaire et sans soutien, puis il commet l’erreur fatale de parler vrai à Cersei et l’invite à quitter la Cour avec ses enfants.

15Ned comprend que les dettes sont le problème crucial qui fragilise le royaume, comme il l’a bien vu lors de son entrée en charge comme Main. Cependant, n’étant pas un gestionnaire, il laisse Littlefinger s’occuper des finances, sans pouvoir le contrôler vraiment. De plus, influencé par son épouse Catelyn et aveugle au ressentiment de Littlefinger, il lui accorde quelque confiance, ce qui va achever de le perdre sans rémission.

16Eddard Stark est donc condamné à la défaite. Les valeurs de l’idéal chevaleresque auxquelles il adhère ne sont tout simplement pas – ou plus ? – adaptées aux circonstances qu’il doit affronter. Plus encore, ces qualités même font qu’il est dépassé par les événements qui voient se combattre non pas tant des hommes en armes que des stratèges en finances et manœuvres en tous genres. Devant la soif de pouvoir de l’ancienne Main du roi Targaryen, Tywin Lannister, qui est prêt à toutes les manipulations grâce à sa fortune colossale et pour qui les autres, fussent-ils de sa famille, ne sont que des moyens, devant les mouvements de reptation des politiques – incarnés en particulier par le Grand Mestre Pycelle, l’eunuque Varys et l’ambitieux nobliau patron de lupanars Littlefinger – lord Stark est en fait très démuni. Pour être efficientes, il est en effet indispensable que les valeurs qu’il promeut – courage, honneur, vérité, loyauté, responsabilité – soient aussi respectées par les autres ou tout au moins leur majorité, ce qui n’est plus le cas. Si la confiance en la parole donnée, si le souci de faire respecter la vérité ne sont pas mutuels, alors plus rien ne le protège, si bien que ce sont ses vertus qui causent sa perte. Il périt sans avoir jamais été du côté des méchants et reste comme le héros d’un idéal irrémédiablement perdu dans la terre étrangère du passé.

17Mais son éclatement parachève surtout le mouvement de dispersion de la famille unie du début de la série et va provoquer des conséquences sans nombre à court et à long terme. À l’unité familiale initiale autour d’Eddard Stark, la première saison oppose en effet le spectacle de l’explosion de la maison Stark sous les coups de boutoir du destin, jusqu’à une dispersion géographique extrême. À la fin de la première saison, Ned est mort à Port-Réal, Catelyn est chez sa sœur Lysa aux Eyrié, Robb a quitté Winterfell pour rassembler les barons du Nord et marcher contre les Lannister, Sansa est retenue prisonnière à Port-Réal, Arya a échappé aux recherches grâce à Yoren qui la cache avec les gibiers de potence qu’il ramène pour la Garde de nuit, Jon Snow fait partie de la Garde de nuit, Bran handicapé se trouve encore pour peu de temps à Winterfell avec Rickon. Dix épisodes plus tôt, tous étaient réunis une dernière fois en paix à Winterfell : à la fin de la quatrième saison, aucun de ceux d’entre eux qui ont survécu n’en a revu les murs.

Ned polissant « Glace »

18Enfin, bien qu’Eddard Stark meure avant même la fin de la première saison (S1E9), ce qui marque la fin d’un arc narratif intense mais fort bref, l’ombre portée du personnage continue à se faire sentir tout au long de la série, qui grâce à ce héros et à son exécution a acquis un passé. Ainsi lorsque Renly veut faire la paix avec Robb (S2E4), il propose à Catelyn un ralliement semblable à celui d’Eddard à Robert dix-sept ans plus tôt, sans voir lui non plus que c’est trop tard ; un peu après, les ossements de Ned sont rapportés à Catelyn par Littlefinger qui tente ainsi de l’amadouer ; ou encore, juste avant les Noces pourpres (S3E9), Talisa annonce à Robb qu’elle veut appeler Eddard l’enfant qu’elle porte ; enfin, dans ses visions (S4E2), Bran voit son père en prison comme il ne l’a jamais vu ou le revoit en train de polir « Glace » comme autrefois : modèle, objet de transaction ou simple nom, sa mémoire continue ainsi à vivre d’une vie singulière dans le souvenir des autres personnages.

Table des illustrations

Légende En famille
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Catelyn et Ned sous le barral
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Ned assistant aux leçons d’Arya
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Avant l’exécution de Will
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Avant l’exécution de Ned
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Ned polissant « Glace »
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search