Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Parcours

Chapitre huit. Monuments et langage

Emmurer ou délivrer ?

Texte intégral

Voies, routes et messagers

1Dans la série tout entière, on voit mise en avant l’importance du voyage, y compris dans sa matérialité – avec routes, chemins, sentiers etc. – ainsi que la figure du messager. De nombreux personnages sont en effet engagés dans des périples variés, plus ou moins longs et périlleux. La migration géographique accompagne alors un véritable cheminement intérieur qui va permettre la maturation d’un personnage et son évolution dramatique. Lié intrinsèquement à ces motifs, le messager est ici une figure d’une importance souvent déterminante, parce qu’elle (ré)oriente la narration de manière décisive.

Dangereuse reconnaissance

2Ainsi la séquence prégénérique du premier épisode se déroule suivant un parcours de découverte qui prend son origine à la porte interne du tunnel traversant le Mur que trois frères de la Garde de nuit s’apprêtent à emprunter. Les personnages avancent à travers le tunnel, puis au milieu de la neige et par les chemins plus ou moins frayés de la forêt tout près du Mur, jusqu’au but de cette sortie en reconnaissance. La découverte par le plus jeune éclaireur de la scène du crime commis par les Marcheurs blancs prélude au sort fatal des deux autres auxquels il a rapporté sa trouvaille. La séquence s’arrête sur le visage du survivant et laisse le spectateur ignorant de son destin. La suite révèle que, si pour ses compagnons, le terme du voyage est la mort, pour lui, c’est le début d’une nouvelle pérégrination qui, après le générique, le mène à Winterfell où il est arrêté et trouve à son tour sa fin. Cette scène inaugurale, fondée sur un parcours et une inquiétante découverte, a une valeur méta-poétique : elle constitue une manière pour la série de mettre en abyme son propre propos à travers une image frappante et incisive. Les corps démembrés et agencés par un ennemi invisible, qui manifeste par là même une intelligence certaine, sont autant de métaphores des corps politiques en danger des royaumes, menacés d’éclatement et confrontés à une menace désormais palpable et vérifiable, bien qu’encore indéterminée. Le passage du tunnel, qui permet de mesurer l’épaisseur du Mur puis la marche labyrinthique dans la forêt, où tous les repères s’estompent, servent à faire monter la tension et l’inquiétude chez le spectateur : il comprend que remparts et souterrains ne sont qu’une dérisoire protection contre les tempêtes qui s’annoncent.

Devant la porte du tunnel

Le Mur, sortie nord

Arrestation de Will

Périples annoncés

3Le générique est d’une importance comparable à la scène précédente, parce qu’il se répète avant chaque épisode sinon à l’identique, du moins selon un schéma immuable. Un œil omniscient (d’ailleurs représenté sous la forme de l’œil d’or/sphère armillaire qui cligne) survole, à différentes altitudes, une carte géographique générale où chaque lieu de l’action à venir surgit du sol, sous la forme d’une maquette animée. La continuité est assurée, d’un site à l’autre, par les engrenages qui tournent et par les tourelles et pinacles qui s’élèvent, dont certains – comme ceux du Donjon rouge – ressemblent curieusement à des crayons : ces deux éléments ont, là encore, une fonction méta-poétique. En effet, ces engrenages politiques et ces donjons guerriers qui caractérisent chaque royaume, suggèrent sous forme de métaphore les rouages de l’écriture fictionnelle, qui fait surgir scénarios et drames sur les espaces vierges de la géographie. Mais ce générique en mouvement s’octroie également le rôle pédagogique de mémento récapitulatif habituellement dévolu aux cartes et arbres généalogiques des sagas ou des romans d’aventure aux intrigues complexes. Ces éléments fournis par l’auteur, véritables supports mnémoniques, familiarisent le lecteur avec noms et domaines.

Pinacles ou crayons ?

4Le générique de chaque épisode commence donc par une supervision des étapes obligées. On part de Westeros, à la verticale de Port-Réal, puis on chemine vers le nord par la Route royale. Des étapes intermédiaires peuvent s’insérer, mais il y a toujours une station à Winterfell, puis au Mur, terme extrême du voyage nordique. Ensuite on redescend dans la direction de Port-Réal, avant de bifurquer vers Essos, du moins dans les épisodes de la première saison. Plus tard, le changement d’orientation s’effectuera à partir du Mur et non plus à partir de Port-Réal. Essos vient toujours à la fin du parcours, conférant une permanence à la trajectoire proposée par le générique.

Fin du voyage, poursuite des peines

5L’importance du voyage s’exprime d’abord dans la trajectoire qu’il dessine et dans les perturbations que connaît le dessein inaugural. Un voyageur qui atteint sa destination permet à la narration de connaître une pause ou suscite une nouvelle étape dans le scénario, parfois même un infléchissement conséquent. Le scénario, qui se substitue à la fatalité toute-puissante, se plaît à susciter des péripéties imprévues qui peuvent parfois changer le sens même de la quête initialement engagée. Ainsi, alors même qu’il ne cherchait que les Sauvageons, Will tombe sur le spectacle du meurtre mis en scène par les Marcheurs blancs (S1E1). Sa découverte transforme le sens de la reconnaissance qu’il effectue, puisque la menace a changé de nature : les Marcheurs blancs représentent en effet un danger autrement plus préoccupant que les Sauvageons. La question est de savoir si cette information pourra être transmise.

6Plusieurs fois, la découverte d’un nouveau lieu au terme du voyage constitue un point d’orgue sensationnel et le spectateur est invité à partager les émotions des personnages devant le prodige qui se trouve au bout du chemin. À la fin de leur voyage depuis Winterfell, guidés par Benjen Stark, Tyrion et Jon aperçoivent la masse fantastique du Mur, sorte de merveille du monde de Westeros (S1E2). À la fin de leur ascension riche en dangers, Ygrid et Jon s’embrassent en contemplant les deux côtés du Mur (S3E6). D’une manière analogue, après un long voyage, Daenerys découvre l’apparence si particulière de Vaes Dothrak (S1E4). De même, après avoir traversé le désert Rouge, elle arrive ensuite à Qarth, où elle éprouve bien des difficultés à se faire ouvrir les portes de l’opulente cité (S2E4).

Ygrid et Jon au sommet du Mur

Robb à Harrenhal

7Ailleurs encore, la merveille architecturale des Eyrié se donne à voir au bout du voyage mouvementé de Catelyn et de Tyrion (S1E5), mais aussi de Littlefinger et Sansa (S4E5) ou du Limier et d’Arya (S4E8). Cependant aucun d’eux ne va immédiatement connaître de répit. En effet, le terme supposé du voyage ne s’avère parfois qu’une étape dont la beauté apparente contraste avec les événements pénibles auxquels il prélude de manière trompeuse. L’arrivée de Robb et de son armée à Harrenhal déserté (S3E1) n’est pas un soulagement après des combats, mais se solde par la découverte du massacre de ses soldats prisonniers par les hommes de Gregor Clegane. D’une manière encore différente, le retour à Fort-Terreur de Theon, qui se croit sauvé par Ramsay, annonce en réalité pour lui des retrouvailles horribles avec son bourreau (S3E4).

Tribulations diverses

8Mais le sens du voyage ne se résume presque jamais à l’accomplissement d’une trajectoire prévisible. Le voyage est généralement un processus initiatique : les découvertes et les accidents du trajet assurent au voyageur une forme de maturation. Suivre des personnages en déplacement introduit la possibilité de jouer sur le rythme de la narration filmique, sur les modifications de parcours et sur l’intensité des émotions que génèrent les rencontres imprévues.

9Le simple fait de se déplacer dans l’espace procure de nombreuses occasions de péripéties qui affectent le temps de la narration. Ainsi la longue progression des Dothrakis dans la mer Dothrak donne l’impression d’un voyage de longue durée qui ralentit l’action (S1E2). De même la progression de Daenerys et de son armée d’Immaculés vers Meereen fait sentir la distance séparant cette ville de Yunkaï en raison même de la lenteur de l’allure (S4E1). Ou encore le cheminement paisible de Robb vers Harrenhal prélude à la découverte des crimes perpétrés par La Montagne et ses hommes (S3E1). De manière analogue, l’avancée des Bolton et de Theon vers Winterfell survient après des moments plus intenses où Ramsay offre l’étendard des Fers-nés de Moat-Cailin et reçoit un décret d’adoption auquel il ne s’attendait pas (S4E8).

Daenerys en marche vers Meereen

Robb près de Harrenhal

Les Bolton et Theon en vue de Winterfell

Dothrakis devant Vaes Dothrak

Cortège royal sur la route de Winterfell

10Les accidents du voyage ne se trouvent pas forcément là où on les attend. Ned Stark se rend ainsi au lieu d’exécution pour décapiter un déserteur (S1E1). Cet événement n’était pas censé entraîner de péripétie. Pourtant, c’est sur le chemin du retour à Winterfell que Ned, ses fils et Theon s’arrêtent devant la dépouille d’un cerf dont ils se demandent quel animal a bien pu l’attaquer, avant de découvrir à côté une louve géante morte embrochée sur un des bois, mais surtout ses six louveteaux qui vont désormais accompagner les enfants Stark, pour le meilleur et pour le pire.

11De même, les Dothrakis avançant en une longue file vers Vaes Dothrak, dont on aperçoit la porte monumentale, ménagent le temps nécessaire pour que le spectateur puisse découvrir leur cité sacrée (S1E4). D’une manière différente, les voyageurs peuvent eux-mêmes constituer le spectacle. Lorsque Bran aperçoit, immobile depuis le haut des remparts, l’arrivée du roi Robert et de sa Cour, il annonce et fait attendre le spectacle de la longue colonne bigarrée des arrivants aperçus de loin et dont on ne découvre qu’ensuite le défilé (S1E1). L’attitude statique de Bran constitue d’ailleurs le terme du parcours sportif complexe qu’il a dû accomplir pour rejoindre son poste d’observation : la caméra a suivi l’ascension en haut des murailles de ce jeune corps agile et souple, sûr de ses repères, malgré les remontrances maternelles – Bran promet d’ailleurs à Catelyn de ne plus grimper ainsi et elle sait parfaitement qu’il ne tiendra pas sa promesse. Le spectateur ne sait pas encoreque c’est la dernière fois que l’enfant effectuera sans danger cette escalade avant sa chute. Ce n’est qu’a posteriori, en y repensant après l’accident, qu’on peut mesurer le rôle dramatique de répétition et de prémonition assuré par la scène.

Vers le nord ou vers le sud

12La croisée des chemins offre également une situation riche en potentialités dramatiques. Un intéressant exemple est donné lorsque part de Winterfell une imposante procession composée de la cour de Robert, de la suite de Ned Stark, nouvelle Main du roi, et du détachement composé pour l’essentiel de Benjen Stark, Jon Snow et Tyrion Lannister. À la sortie de Winterfell, à un embranchement marqué par un cairn, la Route royale connaît une bifurcation vers le Nord et le Mur. À cet endroit, Ned et Jon se séparent sur une question laissée sans réponse portant sur l’identité de la mère du bâtard. Ned promet d’y répondre lors de leurs retrouvailles qui n’auront jamais lieu, parce que le voyage qu’ils entreprennent va changer leurs deux vies de manière irrémédiable et sans possibilité de conciliation. Quatre saisons après ce premier épisode, l’identité de la mère de Jon Snow n’est toujours pas clairement établie.

Navires solitaires, navires salutaires

Le navire piégé de la Néra

Au secours de Davos-Robinson

13Comme la plupart des déplacements se font par voie terrestre, les bateaux ne jouent d’abord qu’un rôle minime dans la série. En nombre, ils constituent l’escadre de Stannis détruite dans la bataille de la Néra (S2E9). Mais isolé, le bateau revêt le plus souvent une autre fonction. Ainsi, au fur et à mesure que la série se développe, le motif du navire solitaire apparaît de plus en plus fréquemment pour jouer un rôle salvateur. Dès la bataille de la Néra, l’unique et inquiétant navire que Davos voit arriver face à la flotte de Stannis va sauver Port-Réal. Véritable vaisseau fantôme dont la barre a été préalablement bloquée, il répand le feu grégeois dont il est rempli et fabrique ainsi un piège mortel pour les assaillants. Plus tard, on découvre, tel Robinson Crusoé, Davos sur un écueil gagné à la nage faire des signes désespérés à la voile qu’il a aperçue. Lachance est avec lui, puisque le navire appartient à son ami Salladhor Saan et vient à sa rescousse (S3E1).

La barque du salut

Le navire de Littlefinger

Le bateau de Yara

Le vaisseau de Stannis en vue de Braavos

Le premier navire de Daenerys

14Dans la quatrième saison, ces navires solitaires se multiplient. Après la mort de Joffrey, quand Sansa est « exfiltrée » par Dontos Hollard, elle doit son salut à une petite barque qui l’emmène ensuite jusqu’au bateau de Littlefinger (S4E3). Sansa échappe ainsi à la vindicte de Cersei et parvient aux Eyrié saine et sauve. Yara arme pareillement un navire avec ses meilleurs hommes pour tenter de délivrer Theon des mains de Ramsay. Peut-être aurait-elle réussi si son frère avait pu l’aider (S4E6). Ou encore, sur un vaisseau piloté par Davos, Stannis va chercher à Braavos, auprès de la Banque de fer, des fonds lui permettant de financer la guerre qu’il doit mener pour récupérer son trône (S4E6). De façon inespérée, grâce à Davos, il réussit à obtenir un considérable soutien financier. On voit pareillement Varys faire charger de nuit sur un navire marchand la caisse où il a caché Tyrion pour le faire transporter vers Essos également. Du reste, Varys reste finalement à bord et ils vont ainsi échapper aux recherches consécutives au meurtre de Tywin (S4E10). On a également vu Daenerys manquer de perdre ses dragons à Qarth et réussir cependant à trouver l’argent pour équiper un seul navire, celui qui l’a conduite à Astapor (S3E1). Puis elle a rejoint son destin et mené les conquêtes des autres villes ghiscaris de la baie des Serfs. Enfin Arya se retrouve sur un vaisseau en partance pour Braavos après avoir utilisé le sésame laissé par Jaqen. Elle a conscience d’aller vers une nouvelle vie et de mettre ainsi à distance les menaces de Westeros qui pèsent sur elle. La figure de proue, une sorte de divinité armée d’un bouclier qui fait penser à Minerve, tend la main gauche vers l’avant (S4E10). Placée à l’extrême fin du dernier épisode, cette main directionnelle invite ainsi le spectateur à la suivre et vers Braavos et dans la cinquième saison, pour y découvrir en particulier l’avenir d’Arya.

15Tous ces déplacements de navires isolés signifient la sauvegarde ou bien de ceux qui s’en servent ou bien de ceux en faveur de qui ils sont utilisés. Mais ils annoncent également le déplacement de l’épicentre de l’action. Jusqu’à la fin de la quatrième saison, Port-Réal joue un rôle pivot, mais les mouvements de navire vers le Nord et le Mur et les départs vers les cités libres augurent de nouveaux et importants développements se déroulant tant au Nord qu’en Essos.

Vers Braavos avec Arya

*

16Entre des royaumes et des familles disséminés dans l’espace, le voyage est un élément propulsif indispensable à la dramaturgie des épisodes : les mouvements d’éloignement, de rapprochement, de rassemblement, d’éclatement ou d’évitement ne concernent pas seulement la géographie, mais, auxiliaires de la dramaturgie scénaristique ils ont de profondes répercussions sur le plan de la psychologie, de la politique et de la stratégie.

Le messager, instrument du destin

17Dans l’économie du voyage tel qu’il se présente à l’écran, le messager est une figure centrale dont les déplacements apportent la promesse de pactes et d’alliances stratégiques et dont le verbe formalise la menace des complots et de drames ourdis secrètement. Figure de l’entre-deux qui prélude à de grands bouleversements, rendu fort par les nouvelles qui lui sont confiées mais menacé par les dangers auxquels son rôle et son parcours l’exposent le messager est le plus souvent appréhendé lorsqu’il touche au terme de son périple, plus ou moins bref.

Un messager anonyme particulier

18Le messager anonyme envoyé par Varys sur les ordres de Robert pour déclencher l’assassinat de Daenerys ne peut pas voir son action annulée, comme on l’apprend de la bouche de Varys lui-même (S1E7). C’est le cas le plus extrême : le message paraît pouvoir agir de façon décisive et inéluctable sur l’action. Mais c’est sans compter que le porteur achemine en réalité deux messages, l’un pour le contrat sur la tête de Daenerys, le second pour signifier à Jorah Mormont qu’ayant rendu de grands services comme espion, il est maintenant pardonné par le roi et peut rentrer à Westeros. Pourtant le plan établi n’aboutit pas puisque Jorah reste en Essos et sauve Daenerys d’une tentative d’empoisonnement qu’il devine à temps. Il n’était pas prévu que les deux messages s’annulent aussi harmonieusement et le spectateur est suspendu aux réactions que suscitent l’un et l’autre.

Un message pour Barristan

19Beaucoup plus tard, un autre messager tout aussi anonyme aborde Barristan avec un message scellé du sceau rouge de la Main du roi (S4E8) et Barristan à son tour joue le rôle de messager auprès de Jorah. Le spectateur comprend alors que l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de Jorah Mormont est désormais tombée. De fait, la missive envoyée par Tywin, prétendument au nom de Robert, signifie le pardon officiel du plus ancien conseiller de Daenerys par le roi des Sept Couronnes. Par conséquent, elle révèle au grand jour sa trahison d’autrefois envers la jeune reine. Ne pouvant obtenir son pardon, Jorah doit quitter Meereen peu après (S4E8).

Quand messager et message ne font qu’un…

20Il arrive même que le messager et son message se confondent en quelque sorte, en raison de la signification symbolique du premier. Ainsi en est-il du loup géant du premier épisode qui signifie par sa présence même que « l’hiver vient », parce qu’il s’agit d’un animal que l’on ne voit jamais au sud du Mur. Sa découverte, après les propos de Will sur les Marcheurs blancs, ne manque pas d’inquiéter parce qu’il corrobore la menace. D’une manière analogue, l’arrivée d’un corbeau blanc à Port-Réal n’a pas besoin, dans l’absolu, d’un message supplémentaire, puisque ces oiseaux ne sont utilisés que pour annoncer officiellement la fin de l’été (S2E1). Ici la valeur symbolique des deux animaux leur est propre et ne dépend pas des circonstances.

21Mais il peut arriver que le symbole ait été récemment fabriqué. Ainsi lorsque Daisy est envoyée par Tyrion comme cadeau à Joffrey, elle est à la fois le messager et le message. Mais lorsque Joffrey indique son intention de la renvoyer à Tyrion quand il en aura fini avec elle – c’est-à-dire agonisante au mieux – le roi dérangé la métamorphose en message de haine et aura besoin que Ross en soit la messagère. La figure du messager est éminemment malléable et se prête donc avec souplesse aux ajustements et aux retournements de la mise en scène, ce qui peut expliquer pour partie l’importance de la figure dans la série.

Messager anonyme ou protagoniste

22Les corbeaux messagers sont certes régulièrement utilisés par les personnages de la série et il arrive que des missives soient reçues sans qu’on ne voie leur porteur mais ce n’est guère courant. Un exemple en est proposé grâce au passage de Robb sur le Neck, qui est annoncé à Tywin de manière impersonnelle. Le rôle du messager est incarné tour à tour par maints personnages de la série. Quel qu’il soit, il acquiert au moment de la délivrance de son message un surcroît d’importance et suscite donc un supplément d’intérêt de la part du spectateur.

23Catelyn Stark est une messagère récidiviste. Elle joue un rôle déterminant pour le compte de son fils Robb, quand elle se propose d’être son ambassadrice devant Walder Frey, afin qu’il puisse passer aux Jumeaux et garder une chance d’échapper à une possible prise en tenailles par Tywin Lannister (S1E9). Les conditions qu’elle en rapportera et qui seront acceptées par Robb provoqueront leur mort à tous deux (S3E9) et la fin apparente de la maison Stark.

24Une autre séquence montre Catelyn fraîchement veuve en ambassade auprès de Renly. Elle prend alors une épaisseur dramatique que l’émotion autour de la mort de Ned accroît et que l’importance de sa délégation fortifie (S2E3). Peu après, c’est au tour Littlefinger, présent lui aussi chez Renly, d’endosser le rôle de messager auprès de Catelyn. Il représente les Lannister et propose à Catelyn l’échange de Jaime contre ses deux filles. Mais il s’agit d’un marché de dupes, puisqu’Arya n’est plus entre les mains des Lannister, sans compter que Littlefinger a contribué à la mort de Ned et que Catelyn le sait et ne saurait pardonner. Que Littlefinger apporte lui-même comme preuve de bonne volonté une caisse contenant les os de Ned prouve en outre qu’il ne comprend pas grand-chose à la femme qu’il s’imagine aimer. La maladresse du personnage se confirme lorsque Littlefinger croit qu’il peut pousser un avantage qu’il ne possède pas et balbutie que c’est maintenant leur chance à tous les deux… avant de comprendre son erreur grossière.

25Être messager comporte des dangers. Alton Lannister en est l’exemple parfait. Intermédiaire entre sa famille et Robb Stark, il vient présenter à ce dernier les propositions de paix envoyées par Tywin. Comme Alton est une création de la série, sa généalogie est plus incertaine. Il est un lointain cousin de Jaime et le fils d’une Cinda Lannister, autrement inconnue. Reste qu’il permet bien involontairement la première évasion de Jaime, puisque ce dernier le tue pour pouvoir tromper son geôlier (S2E7).

26De manière régulière, les personnages secondaires et parfois aussi les principaux endossent le rôle risqué de messager pour une occasion bien précise. Bien souvent, il s’agit de débloquer une situation et de permettre ainsi que le récit puisse retrouver une dynamique.

27Lorsque Ned est en prison et accusé de trahison, Varys emprunte de mystérieux passages secrets et vient en messager discret de Cersei (S1E8). Il propose à Ned de rejoindre la Garde de nuit et de sauver la vie de Sansa contre la reconnaissance de la légitimité de Joffrey et une confession de ses crimes imaginaires. Mais le messager promet parfois plus qu’il ne peut tenir. Ned le paiera de sa vie.

28Le succès de l’ambassade est parfois compromis. Ainsi, qu’il agisse ou non pour son propre compte, Varys n’a guère de succès lorsqu’il propose à Shae des diamants contre son départ pour Essos. Là encore, il pressent que Shae est une source potentielle de déboires, mais ne réussit pas à s’en défaire (S3E10).

29En revanche, le chef mercenaire Daario Naharis vient rapporter à Daenerys sous forme symbolique le message de son ralliement (S3E8). Pour remplir cette mission, il a pris une tenue d’Immaculé et son message tient dans un sac : il s’agit des deux têtes de ses associés à la direction de la compagnie mercenaire des Puînés. Ses acolytes, défenseurs efficaces de Yunkaï, voulaient éliminer Daenerys et Daario les a visiblement occis. Ce messager devient ensuite un acteur décisif de la prise de Yunkaï dont la défense bloquait Daenerys : pour signifier sa victoire, le jeune héros dépose aux pieds de la reine un étendard à la harpie (S3E9).

30Il arrive même que le messager apporte un message qui lui confère un autre rôle que celui qui paraît le sien. La scène la plus révélatrice à cet égard est peut-être celle où, fort du parchemin signé par son père, Tyrion entre en pleine séance du Conseil restreint et se fait reconnaître comme le représentant de la Main du roi (S2E1).

L’étendard à la harpie

31Enfin c’est une véritable chaîne de messagers qui peut offrir à l’intrigue un rythme et une cohérence internes remarquables. Ainsi, dans la première saison (S1E1), le seul survivant des patrouilleurs de la Garde de nuit attaqués par les Marcheurs blancs, Will, devenu déserteur, se fait le messager malgré lui du retour de ces créatures qu’on pensait disparues. Lorsqu’il est repris par des soldats du Nord, leur commandant, ser Rodrick, fait son rapport à Ned, qui se voit obligé par la loi d’exécuter le déserteur. Après le supplice, sur le chemin du retour, la rencontre des Stark avec les louveteaux confirme que l’hiver menace. Là-dessus, un corbeau arrive à Winterfell, et son message est relayé par Catelyn qui vient informer Ned que Jon Arryn est mort et que Robert arrive avec la cour. Le sens de la missive est alors clair : Ned va se voir proposer de remplacer comme Main du Roi son précepteur Jon Arryn. Mais ce billet est lui-même troublé par un second message, arrivé en pleine nuit, et envoyé par Lysa Tully depuis les Eyrié : elle s’y dit persuadée que les Lannister ont tué son époux. On voit par ces exemples choisis sur une durée resserrée que les messagers et leurs nouvelles sont visuellement dotés d’un rôle magistral dans l’enchaînement des scènes et l’économie de l’action.

Cryptes, grottes, geôles et chambres closes

32Le déplacement des personnages principaux est souvent interrompu par une (ou plusieurs) station(s) dans des lieux souvent couverts, naturels (ramure d’un arbre, crâne fossile d’un dragon) ou architecturés (crypte, cellule, chambre, etc.), qui sont comme des jalons emblématiques de leur destinée : ces décors particulièrement soignés contribuent à représenter leur monde intérieur et à accompagner leurs interrogations avant de les laisser livrés à eux-mêmes.

Portes multiformes

33Dans une série où manœuvres et complots de toutes sortes sont monnaie courante, la porte des espaces clos joue un rôle éminent, tant matériellement que symboliquement. De bois ou de fer, grille, lourde tenture, tantôt fermée, tantôt ouverte, la porte sépare les univers, autant qu’elle peut les faire communiquer et, réglant les entrées et les sorties des personnages, elle sert souvent à délimiter les scènes.

34La gestion des portes obéit dans la série à un jeu subtil sur la fermeture totale ou l’ouverture constante, ou encore sur la possibilité ou l’impossibilité de l’ouverture et de la fermeture. En fonction de ces caractères, la scène change de nature, devenant tantôt piège mortel, tantôt abri sûr ou encore lieu de tous les possibles…

Le secret derrière la porte…

35Sans surprise, deux lieux semblent plus particulièrement concernés par la fermeture de leur porte : la chambre à coucher et le cabinet de travail, qui sont parfois un seul et même endroit.

« Secrets d’alcôve »

36Ainsi, c’est une tente qui abrite les ébats de Daenerys et Drogo (S1E2), ceux de Robb et Talisa (S2E8), ou encore de Renly qui dédaigne Margaery avec Loras (S2E3). La salle de la Table peinte voit Stannis posséder Mélisandre (S2E2), celle de la Garde royale accueille Jaime et Cersei réconciliés (S4E10), la chambre de Joffrey nous fait assister au supplice de Daisy (S3E4) et, plus tard, à la mort de Ros (S3E6), le lit de Tywin est le théâtre du meurtre de Shae par Tyrion (S4E10). Tous ces actes sont couverts par l’intimité des alcôves, mais, alors qu’ils sont cachés aux autres personnages, ces forfaits sont livrés à la vue de celui qui est ici le seul voyeur : le spectateur.

37Or, pour la suite de la narration, il n’est pas sans conséquence de savoir ou d’ignorer que Daenerys et Drogo forment un couple uni, ce qui n’allait pas de soi, que Robb couche avec Talisa, quand il a promis d’épouser une Frey, que Stannis est possédé par Mélisandre plus que l’inverse, que Jaime et Cersei paraissent réconciliés, que Renly est un homosexuel impuissant avec les femmes, si bien qu’il ne saurait engendrer d’héritier sans « aide » extérieure, que Joffrey est non seulement de naissance illégitime, mais aussi un meurtrier sadique, enfin que Tyrion est capable de tuer celle qui l’a trahi.

38Le spectacle du lieu clos, dont la vision est refusée aux autres protagonistes, offre au spectateur un supplément d’information et le place dans la position stratégique et confortable de l’observateur omniscient, là où les acteurs du drame doivent se contenter de conjectures.

Le cabinet du Grand mestre

39Hermétiquement fermé, le cabinet de travail qui sert parfois aussi de chambre, et vice versa, permet la révélation de bien des secrets. À la fin d’une scène qui devient entièrement muette, après avoir renvoyé Ros dont il vient de s’offrir les faveurs, le Grand Mestre Pycelle, enfin seul, se livre à des exercices de gymnastique (S1E10) qui révèlent au spectateur que, loin d’être le vieillard égrotant et débile qu’il simule en public, Pycelle s’avère être en réalité un homme en pleine forme, d’autant plus dangereux qu’on ne le soupçonne pas. Une scène coupée qui le met aux prises avec Tywin Lannister aurait également permis de dévoiler cette capitale information (édition Blu-ray, suppléments). En couchant avec une jeune prostituée et en faisant quelques assouplissements loin des regards, le Grand Mestre s’est mis en train. Mais avant d’ouvrir la porte, puis de sortir de la pièce pour rencontrer le regard public, il recompose soudain, dos au spectateur, son personnage de grabataire sénile. La mise en scène articule visuellement la duplicité du personnage grâce à la porte de la chambre, barrière entre le privé et le public.

Chambres d’enfant

40Les lieux hermétiquement clos fonctionnent également comme des lieux propices au dévoilement de la vérité, en particulier quand elle est destinée à ne pas sortir de la pièce et quand il n’y a que deux personnages.

41Ainsi, dans une petite pièce lumineuse où ils sont d’abord assis, Joffrey, qui avait posé en victime, n’a aucune hésitation à dire à sa mère la vérité sur ce qui s’est passé avec Arya au bord de l’eau, ni Cersei à lui montrer comment il faut mentir (S1E3), révélant de manière éclatante quelle est la part de responsabilité de chacun dans ce que Joffrey est devenu. Plus tard, dans sa chambre plongée dans la pénombre et dont elle a ouvert puis bien refermé la porte après l’entrée de son père, Arya dit à Ned tout ce qu’elle a sur le cœur, concernant sa sœur et les Lannister, mais aussi ce qu’elle souhaite pour elle-même : ne pas devenir une lady et apprendre l’escrime (S1E3), ce que son père accepte.

42Le contraste entre les deux scènes est sévère. Certes, chacun encourage son enfant à suivre ses penchants, mais les voies empruntées ainsi que les buts sont diamétralement opposés. La lumière, véritable révélateur de la vérité, dévoile crûment la corruption des âmes, celle de la mère et du fils, tandis que l’obscurité bienveillante, qui préserve l’intimité de l’entretien entre le père et sa fille, est également programmatique pour Arya : la fillette pourra réaliser son rêve, à condition de marcher dans la pénombre.

Une leçon dans la tente

43Comme la guerre est assez rapidement déclarée entre divers protagonistes de la série, il n’est pas étonnant que la tente, substitut de la maison pendant une campagne, soit un lieu qu’affectionnent particulièrement les réalisateurs pour mettre en scène des révélations sur des sujets divers – le plus souvent amoureux ou politiques. Ainsi, la tente sert de cadre à la seule scène avant la quatrième saison où Tywin et Jaime Lannister se retrouvent ensemble (S1E7). Le père y dépouille un cerf tout en faisant la leçon à son fils. De fait, en dépeçant le cerf Baratheon dans le secret de la tente fermée, le lion Tywin Lannister montre – et explique – à Jaime comment il aurait dû agir face au loup Stark. Le fils a beau apparaître dans son grand uniforme de Garde royal et Tywin avoir les mains plongées dans les viscères, c’est Jaime qui est mal à l’aise, révèle ses faiblesses face au surnom de « Régicide » qui lui est attaché et reste en réalité un petit garçon fasciné par son père et peut-être aussi par sa violence froide.

Révélations en tout genre

La litière de Tyrion

44Les autres révélations se font également au sein d’un espace clos, par exemple quand Robert discute franchement avec Cersei de leur mariage et de la manière dont il a évolué (S1E5) ; quand Ned déclare à Cersei qu’il connaît ses pratiques incestueuses avec Jaime et lui conseille donc de partir (S1E7) ; quand Tywin avoue à Cersei qu’« il ne peut pas lui faire confiance, parce qu’elle se croit plus intelligente qu’elle ne l’est en réalité » (S3E4), ou encore, quand Tyrion reçoit dans sa litière son informateur auprès de Cersei, son cousin Lancel Lannister, qui lui apprend que sa sœur a fait appel aux Pyromants pour défendre Port-Réal (S2E5). On y ajoutera la scène où Tyrion puis Tywin discutent âprement avec lady Olenna Tyrell, l’un sur les dépenses du mariage royal et leur répartition (S3E5), l’autre sur le mariage de Joffrey et Margaery ainsi que sur celui de Loras et Cersei (S3E6). Enfin, dans une scène beaucoup plus tardive, lorsque Cersei révèle à Tywin que la rumeur de son inceste avec Jaime est fondée (S4E10), personne, bien évidemment, n’est susceptible d’entrer dans le cabinet de Tywin. Dans tous ces cas, aucune porte ne s’ouvre pendant la discussion. Mais, quoi qu’il en soit, ces moments suscitent la surprise et promettent des rebondissements : la crise entre Robert et Cersei est désormais ouverte ; Ned a eu tort de dévoiler ses intentions à Cersei et va le payer cher ; l’information fournie par Lancel vaut de l’or ; lady Olenna dirige en réalité la maison Tyrell. On attend enfin que, devant la révélation de Cersei, Tywin nous surprenne… ce qu’il fera bien involontairement en mourant de manière totalement inattendue.

45La mise en scène dans un espace clos et protégé donne comme l’onction de la vérité aux renseignements qui y sont échangés et fournit des bases sûres pour comprendre précisément ce qui est en jeu à un moment donné.

L’ouverture des portes et la disparition des secrets

46Ouverture et fermeture des portes s’ajoutent à la mise en scène pour permettre à un lieu de changer de nature, tout en conservant les mêmes occupants.

Tyrion au lupanar

Jaime ouvre la porte du lupanar

Jaime ferme la porte

Jaime laisse la porte ouverte

47Un exemple matriciel à plusieurs égards apparaît dans l’épisode inaugural. La première fois où Tyrion Lannister surgit à l’écran, il est en compagnie de Ros, qui officie alors à Winterfell. La porte de la chambre du bordel local est fermée, et la scène entre les deux protagonistes appartient à la sphère du privé. Jusqu’à ce que Jaime, à la recherche de Tyrion, ouvre la porte sans façon et trouve Ros en plein acte érotique avec Tyrion, qui lui lance alors : « Devrais-je t’expliquer ce que signifie une porte fermée dans un bordel, frérot ! » Jaime reste à l’intérieur et repousse alors la porte pour lui parler de leur accueil chez les Stark. S’ensuit un dialogue affectueux entre les frères. Puis Jaime rouvre la porte et laisse entrer – toutes ensemble – des filles supplémentaires pour que Tyrion en ait fini plus vite. Jaime quitte ensuite la pièce, en laissant volontairement la porte grande ouverte, malgré les récriminations de son frère. La porte, qui, fermée, sert à marquer la séparation entre public et privé, entre le connu et le (potentiellement) secret, transforme par sa simple ouverture une scène intime en proclamation publique, où Tyrion est réduit au rôle attendu de gnome dépravé, porté sur la bagatelle et la boisson.

Lancel Lannister espion de Tyrion

48Alors que Tyrion remplace comme Main du roi son père absent et qu’il occupe la Chambre de la Main (S2E4), son jeune cousin, l’arrogant Lancel Lannister, vient lui transmettre un ordre de Cersei. Il frappe, entre et délivre son message, en laissant la porte ouverte. Tyrion l’entraîne alors dans la chambre, puis ferme la porte. Il fait comprendre qu’il sait que Lancel couche avec Cersei et se demande tout haut ce que Joffrey en penserait. Décomposé, Lancel est alors prêt à tout pour éviter que Joffrey n’apprenne sa liaison. Tyrion le congédie, ouvre la porte tout en achevant de conclure un pacte avec lui, aux termes duquel son cousin devient son espion auprès de Cersei. Pour Lancel, ne pas fermer la porte en donnant un ordre à Tyrion est une façon de lui montrer son mépris, puisqu’il prend le risque de rendre public l’ordre qu’il transmet. Mais Tyrion ferme la porte pour retrouver le secret de la chambre et révéler à son interlocuteur qu’il l’a démasqué : le risque se retourne contre celui qui l’a pris. L’épisode prête à rire, tant Lancel est un personnage plein de lui-même. Mais le mode de mise en scène reste identique.

La délivrance de Cersei

Cersei et Tommen

Entrée de Loras

49Enfin un dernier exemple nous transporte dans des circonstances plus dramatiques. Lors de la bataille de la Néra (S2E9), Cersei Lannister s’est isolée avec son fils Tommen en prenant place sur le Trône de fer et elle attend là l’issue des combats qui se livrent à l’extérieur. Plus le temps passe et plus la tension monte, comme en témoigne la succession de gros plans qui montrent les liens fusionnels entre l’enfant et sa mère. Cersei raconte à son fils un conte où un lionceau devient roi des animaux et sans doute le fait-elle pour conjurer un mauvais pressentiment. Cersei toutefois se prépare à empoisonner elle-même son fils avec la fiole de larmes de Lys dont elle s’est munie, pour éviter qu’il ne tombe vivant entre les mains de Stannis. Jusque-là, tant dans le conte édifiant que dans la préparation à l’empoisonnement, l’action de Cersei révèle le secret de ses pensées et de ses intentions. Les portes de la salle du Trône de fer s’ouvrent soudain pour laisser Loras Tyrell apparaître et signifier la victoire (S2E9). La fermeture de la salle annonçait des malheurs pour les personnages qui s’y sont enfermés – ce n’est pas une geôle –, et son ouverture révèle au contraire une fin heureuse.

*

50À l’inverse, lorsque dans un lieu donné, des portes initialement ouvertes se referment sur les personnages présents, la fermeture laisse présager un malheur. Ainsi lorsque Ned fait fermer la salle du Trône de fer pour s’emparer de Joffrey et de Cersei, ce signal est censé annoncer la ruine de ses opposants, mais va s’avérer être la sienne (S1E7). De manière analogue, aux Jumeaux, quand la grande salle du banquet est fermée et que résonnent les premiers accents de la chanson des Lannister (S2E9), la liesse initiale qui paraissait animer les participants à ces noces se transforme en désolation pour les Stark.

Geôles paradoxales

51La prison et ses cellules sont normalement synonymes d’un enfermement destiné à durer. D’une façon paradoxale, si de nombreux personnages se retrouvent embastillés à un moment ou à un autre de la série, la geôle n’est cependant pas vouée à rester fermée, ni l’emprisonnement à durer indéfiniment. Par nature, la prison n’est vraiment intéressante ici que si elle s’ouvre et prépare ainsi sa propre disparition de l’écran.

Quelques prisons fermées

Chambre forte et tombeau

52Cependant quelques rares cellules ne s’ouvrent pas et annoncent la mort de leur prisonnier. Ainsi, après avoir trahi Daenerys à l’aide de Doreah, Xaro Xhoan Daxos se retrouve emmuré vif avec son acolyte dans sa chambre forte (S2E10). De même Vent Gris a été enfermé dans un chenil verrouillé qui en fera une proie facile pour les arbalétriers des Frey, lorsque le mariage prévu va devenir les « Noces pourpres » (S2E9). Mais dans ces deux cas, on ne découvre vraiment les cellules qu’au moment où les prisonniers n’ont plus d’importance dans le développement de l’action. Leur destin est alors scellé et seule reste en suspens la mise en scène de leur disparition.

53Il subsiste cependant un cas limite. Varys a passé beaucoup de temps à retrouver et à se faire livrer le sorcier qui l’a émasculé. Le coupable se trouve conservé dans une caisse en bois que Varys ouvre devant Tyrion avant de la refermer (S3E4). L’ouverture n’a rien à voir avec le début d’une libération, et la fermeture ne signifie pas pour autant une mort rapide. La caisse-prison joue ici pleinement son rôle de conservation en préservant les possibles et en laissant le spectateur imaginer les pires supplices en guise de représailles. Le caractère ambigu de la boîte apparaîtra encore plus nettement lorsque Tyrion y sera enfermé par Varys afin de lui permettre de fuir Port-Réal (S4E10).

Maintes cellules à ouvrir

54La plupart du temps, l’ouverture possible de la cellule devient nécessité, parce qu’elle est un moteur de l’action. La série présente une grande variété de prisons dont on sort souvent mais pas toujours définitivement.

55La plus spectaculaire est sans nul doute celle qu’occupe Tyrion aux Eyrié (S1E6). En effet, elle comporte deux ouvertures : une porte d’accès étroite et, à l’emplacement de l’un des quatre murs, un vide béant sur un vertigineux précipice, vers lequel le sol s’incline doucement. La survie dans de telles conditions paraît improbable, mais Tyrion va réussir à suborner son geôlier.

Une « cellule céleste » aux Eyrié

Le présent de Jaqen

56Une variation intéressante sur le motif du cachot est procurée par l’équivalent des fourgons cellulaires modernes, une grande cage montée sur roues. Jaqen H’ghar et deux dangereux criminels en occupent une, que Yoren conduit vers le Mur. Les trois hommes en sortiront grâce à Arya (S2E3), qui s’attire la reconnaissance de Jaqen sous une forme inhabituelle, puisqu’il lui demande trois noms de personnes à tuer. En effet, leur délivrance par Ayra, qui les sauve du chariot en feu, prive le Dieu multiface de trois victimes. Jaquen aidera d’ailleurs la jeune fille à sortir d’Harrenhal avec Gendry et Tourte-Chaude. Enfin, il la quittera en lui laissant une monnaie de Braavos et la formule Valar morghulis, « Tous les hommes doivent mourir », comme signes de reconnaissance au cas où elle voudrait apprendre à Braavos les secrets des Sans-Visages (S2E10).

57Dans le camp de Robb Stark, la cage de Jaime Lannister n’est guère différente de celle de Jaqen, sinon qu’elle est posée sur le sol. De manière analogue, Jaime va s’en échapper. Mais la première fois, il lui faut tuer son propre cousin emprisonné avec lui, ainsi qu’un Karstark (S2E7) ; la seconde fois, Catelyn Stark le fait sortir en catimini à condition que, sous la garde de Brienne, il aille à Port-Réal et libère ses deux filles (S2E7). Les deux « évasions » de Jaime, dont la première n’est pas prévue dans le livre, actionnent des ressorts dramatiques complexes. Jaime tue son cousin de sang-froid et prouve qu’il n’a aucun scrupule quand il s’agit de sauver sa propre vie. Puis, en faisant périr un Karstark, il ne se doute pas qu’il aiguise l’appétit de vengeance de lord Karstark : ce dernier tuera les deux Lannister pris par Edmure Tully et sera décapité par Robb en personne. Enfin la seconde fuite de Jaime réussit et prélude à de nouvelles aventures, mais le prix de la liberté est exorbitant puisqu’il lui coûte sa main d’épée (S3E3).

58Plus généralement, les cellules où sont emprisonnés les personnages sont très classiques. Il y fait sombre et les barreaux sont le plus souvent visibles. Il est aussi habituel d’en sortir, même si ce n’est pas toujours pour son bien. Ainsi Ned croit (et le spectateur y est aussi enclin) qu’il va être libéré pour s’exiler sur le Mur, mais la libération initie en réalité une marche au supplice, que doit conclure l’office du bourreau. De manière analogue, dans un premier temps, Davos est emprisonné à Peyredragon, de même que, plus tard, Gendry. Mais, dans les deux cas, la geôle a curieusement un effet positif. Davos y apprend à lire grâce à Shôren (S3E5) et cela lui sauve la vie (S3E10). Au cachot Gendry trouve un ami, Davos, qui vient plus tard le libérer et le sauver ainsi des dangereux sortilèges de Mélisandre (S3E10). Quand la prison immobilise un personnage, elle devient une sorte de point nodal autour duquel viennent graviter d’autres protagonistes, à commencer par ceux qui veulent libérer le prisonnier.

Tyrion prisonnier exemplaire

59Sous tous ces aspects, le séjour de Tyrion en prison est exemplaire, car, après son arrestation, toute l’intrigue le concernant tourne autour du lieu fixe de son cachot (S4E3-10). Pendant son procès dans la salle du Trône de fer, sa seule sortie, Tyrion, l’un des personnages les importants de la série, a vu ses amis venir le visiter : Bronn et Podrick, son frère Jaime et, après le verdict, son futur champion dans le duel judiciaire qu’il a demandé, Oberyn Martell. La succession dans un lieu fermé de ces rares soutiens potentiels entretient la tension et permet aussi de faire partager l’isolement physique et moral de Tyrion, ainsi que l’angoisse croissante qui en résulte. En effet ni Bronn, ni Podrick, ni Jaime ne peuvent l’aider directement. Oberyn, son dernier visiteur, rompt enfin la monotonie des adieux résignés et lui offre une raison d’espérer.

60L’espoir réside toujours à l’extérieur de la prison. Tyrion quitte donc sa cellule et il assiste au duel d’Oberyn et de La Montagne dont le résultat décide de son sort. De retour dans sa cellule après la mort d’Oberyn, Tyrion paraît perdu. C’est alors que Jaime le libère, que Tyrion tue Shae puis son propre père, avant d’être « exfiltré » du Donjon rouge et de Westeros par Varys qui l’enferme dans une petite caisse, un nouveau cachot paradoxalement synonyme de liberté. La prison s’avère alors avoir été un lieu essentiel de l’action : non seulement pour Tyrion, parce qu’il s’en échappe, règle ses comptes et, où qu’il aille, tourne irrévocablement le dos à sa vie antérieure à Port-Réal, mais également pour le royaume tout entier qui, avec la mort inattendue de Tywin Lannister, assassiné par Tyrion sur le chemin de la fuite, se retrouve dans un état d’instabilité préoccupant.

Trompeuses prisons

61Enfin deux prisons très différentes s’offrent encore à la vue du spectateur et sont au cœur de l’arc narratif qui unit deux des protagonistes, Theon Greyjoy et Daenerys Targaryen.

62Tombé entre les mains de Ramsay Snow, Theon est emprisonné et torturé à Fort-Terreur, sans pouvoir identifier son tortionnaire qui lui a passé une cagoule. Ramsay peut ainsi se prétendre envoyé par Yara et servir de guide à Theon pour organiser une pseudo-évasion qui le ramène en réalité à Fort-Terreur : l’évadé ne s’en rend compte de la supercherie qu’en retrouvant sa croix de torture (S3E4). Les tribulations de Theon permettent de découvrir ses regrets amers et la psyché troublée de Ramsay. Mais cette épreuve subie par Theon sous les yeux du spectateur permet à ce dernier de partager tout aussi bien la griserie de la liberté retrouvée que l’abattement provoqué par le retour imprévisible en cellule. La manière dont on peut briser la volonté de résistance d’un prisonnier est visuellement représentée par le cercle vicieux que Ramsay a créé autour de Theon, comme la première partie d’un parcours initiatique vers le néant.

63À Qarth, Daenerys se fait voler ses dragons et va les chercher à la tour des Nonmourants où leur voleur, Pyat Pree, les tient prisonniers (S2E6). Elle entre par une porte qui ne s’ouvre que pour elle et traverse successivement plusieurs rêves ou visions qui paraissent tout à fait réels. Au cours de cette étrange suite de rêves qui sont autant d’ordalies, elle pénètre dans la salle du Trône de fer effondrée, puis en sort par le tunnel du Mur pour enfin retrouver Drogo et Rhaego, son fils mort-né (S2E10). N’ayant été séduite par aucun de ces univers fantasmés, elle aboutit dans une salle ronde où ses dragons sont enchaînés, et elle s’aperçoit qu’elle est également dans les fers, grâce à la magie de Pyat Pree. Elle est au cœur du labyrinthe et donne l’occasion aux jeunes dragons d’essayer leur puissance toute neuve en lançant leurs premières flammes sur Pyat Pree. Cette prison particulière, qui se trouve sous l’influence de puissances surnaturelles et magiques, devient pour Daenerys un lieu d’initiation où elle doit refuser les illusions qui naissent devant ses yeux et accepter de s’en retourner affronter la réalité pour construire son propre destin. Abandonnant son rôle d’épouse amoureuse et de mère aimante, elle doit délaisser les liens affectifs qui pourraient l’affaiblir, et endosser son rôle de reine.

En rêve, devant le Trône de fer

Ni ouvert, ni fermé

64De même que la prison est un lieu paradoxal, parce que l’horizon d’attente pour le spectateur est que le personnage en sorte, de même l’abri où ce dernier trouve refuge est souvent ambigu. Ni ouvert ni fermé, il se caractérise seulement par une tranquillité fragile qui contraste avec la puissante menace suspendue sur l’hôte qui y a trouvé asile. En raison de la protection insuffisante qu’il assure, l’abri suscite une situation où les personnages se révèlent à eux-mêmes et découvrent en eux des possibilités insoupçonnées jusque-là.

65Ces refuges qui introduisent une pause dans la narration avant une péripétie ou une nouvelle orientation de l’action se trouvent être le plus souvent des lieux architecturés plutôt que naturels. Ainsi, dans le Nord, Bran et ses compagnons pénètrent dans un vieux moulin afin de se reposer (S3E9). La paix de l’endroit est fragile et le spectateur voit avec surprise la menace prendre rapidement corps, dès que les Sauvageons arrivent. Orell entend Hodor hurler, puis Jon Snow et ses anciens compagnons se battent au pied de l’édifice. Le spectateur est surpris par cet abri de fortune à l’unique accès. Pourtant ce refuge susceptible de se transformer en piège mortel stimule et révèle les dons de change-peau dont Bran prend conscience.

66D’une manière analogue, Samwell et Gilly sont en fuite après la mutinerie chez Craster. Ils s’arrêtent dans une cabane abandonnée autour de laquelle se regroupent d’inquiétants corbeaux qui rappellent Les Oiseaux (Alfred Hitchcock, 1963), tant ils semblent attirés par le couple et l’enfant, même s’ils ne les attaquent pas (S3E8). À nouveau, cet abri de fortune ne saurait être fermé efficacement et le feu de bois n’a pas vocation à protéger d’une attaque. Là encore, l’abri trop fragile joue un rôle de catalyseur de la volonté. Lorsqu’un Marcheur blanc est tué par le verre-dragon de Sam, non seulement ce dernier, Gilly et l’enfant sont sauvés, mais surtout les Autres n’apparaissent plus invincibles. C’est une information capitale et un véritable élément de suspense en perspective de la bataille inéluctable qui se prépare depuis près de trois saisons et n’a pas encore eu lieu.

Crânes de dragon, sombres cavernes

Arya dans le crâne du dragon

L’antre de la Fraternité sans bannière

67Le point commun entre les cavernes et le crâne des dragons n’est pas une évidence. Pourtant la protection qu’ils offrent est assez similaire, comme Arya en fait l’expérience. Sans l’avoir prémédité, elle se sert comme cachette d’un énorme crâne de dragon dans les souterrains du Donjon rouge où Robert a relégué les ossements de l’espèce disparue (S1E5), mais cette protection serait illusoire si l’obscurité n’y régnait pas. Pourtant cela suffit. La menace vient de deux ombres qui passent en parlant bas, sans soupçonner cependant la présence de la jeune fille. Celle-ci ne les voit pas mais le spectateur reconnaît les voix de Varys et d’Illyrio Mopatis et découvre qu’ils fomentent un complot. Ce qui est révélé n’est et ne sera compris que du spectateur : Varys explique que Ned est proche de lavérité concernant les bâtards de Robert et, si les deux comploteurs se disent mutuellement la vérité, ils favorisent tous deux l’équipée de Daenerys et de Drogo. Non seulement Arya ne reconnaît pas les voix et n’entend pas bien leurs propos, mais encore Ned, à qui elle rapporte l’affaire, n’a pas le temps de méditer l’information ni d’interroger plus longuement sa fille. Le spectateur de son côté ne peut manquer d’être perplexe devant cette scène et les informations apparemment contradictoires qu’elle lui livre. Il sait en effet que Varys a suivi les ordres de Robert et ordonné l’assassinat de Daenerys : pourtant l’eunuque complote avec Mopatis qui paraît tout faire pour favoriser l’entreprise targaryenne. Ce qui ne fait pas sens pour l’instant.

68C’est encore Arya qui fait l’expérience de la caverne de la Fraternité sans bannière (S3E5). Il s’agit cette fois d’un lieu naturel qui ne peut se fermer totalement et offre donc une protection timide, mais réelle, après le séjour finalement chanceux passé à Harrenhal. L’endroit est pour Arya le théâtre de plusieurs événements initiatiques. Elle y assiste au duel judiciaire entre le Limier et Béric Dondarrion qui suit le meurtre de Mycah. Elle a en effet rappelé l’événement à Thoros et Béric qui cherchaient une accusation contre Clegane. Elle voit alors le Limier tuer Béric mais ce dernier est une nouvelle fois ressuscité par Thoros de Myr, prêtre de R’hllor comme Mélisandre. Le Limier se voit donc libéré contre l’avis de la fillette.

69Arya soupçonne aussi l’hypocrisie et un certain goût pour le lucre chez la Fraternité sans bannière qui voudrait obtenir une rançon de sa famille. Elle en tient une preuve suffisante quand Gendry, pourtant devenu membre à part entière de la Fraternité, est vendu à Mélisandre et que l’acte est justifié par Thoros. Arya comprend alors qu’elle pourrait à son tour être livrée au plus offrant et réussit à s’enfuir, même si elle est capturée peu après par le Limier qui, lui, ne cache pas qu’il veut la rendre à sa famille contre rançon.

70À nouveau, le caractère clos et étroit de l’endroit, une caverne, qui favorise la promiscuité entre les personnages présents, accélère la prise de conscience de l’héroïne qui multiplie les expériences de vie. Arya a l’intuition dès le début que le peu de convictions morales de la Fraternité pourrait suffire à expliquer qu’elle soit sans bannière, mais elle en accumule petit à petit les preuves irréfutables.

71La série offre encore la vision d’une grotte particulière que l’on pourrait appeler caverne de l’amour et qui rappelle celle du roman grec Daphnis et Chloé de Longus. Resté à l’ombre dans cet antre en raison de la chaleur caniculaire, le berger Daphnis découvre l’amour entre les bras de l’accorte Lycénion. Transposée dans le grand Nord, la grotte offre un abri relatif où le seul ennemi est le froid. Autant que faire se peut, cet asile protecteur hors du monde se transforme en un locus amoenus, littéralement un « lieu agréable », caractérisé ici par la protection qu’assure l’endroit, ainsi que par la présence d’eau chaude qui sourd dans d’avenantes piscines naturelles, alors que règne une température polaire à l’extérieur. Tel est le lieu où Jon Snow découvre l’amour entre les bras de la rousse Ygrid. Ce refuge improbable est donc aussi le théâtre d’une initiation.

La grotte d’Ygrid

La caverne du Vervoyant

72Enfin, la dernière grotte où nous transporte la série conjugue toutes ces caractéristiques : abri naturel, lieu d’une importante initiation et même terme d’une quête et nouveau point de départ. À la fin de leur long voyage, Bran, Hodor, Meera, Jojen et Été arrivent en vue de la caverne sous le barral que Jojen et Bran ont vu en rêve (S4E10). Mais avant d’y parvenir, ils doivent surmonter une dernière épreuve, l’attaque de revenants réduits à l’état de squelettes et surgis des profondeurs de la neige. Jojen périt dans l’aventure, mais la caverne offre alors un espace protégé et protecteur que leur désigne un Enfant de la forêt. La petite troupe s’y précipite non sans mal, mais les revenants ne peuvent y pénétrer sans être comme magiquement détruits : cela suffit à faire de ce lieu un espace marqué par le sacré.

73Après cette arrivée inconfortable, Bran est conduit jusqu’au Vervoyant et subit seul une forme d’initiation. Il peut enfin poser les questions – en particulier sur la corneille à trois yeux – pour lesquelles lui-même et le spectateur espèrent des éclaircissements depuis le début de la série. Même si les réponses fournies par le Vervoyant sont décevantes parce que fort vagues et incomplètes, comme toutes les réponses de devins, cette rencontre relance aussi l’intérêt de la quête de Bran qui atteint ici le terme de sa première étape. On se demande en effet ce qui va advenir de Bran et de ses compagnons, maintenant qu’il a trouvé la corneille à trois yeux, mais aussi en quoi va consister la deuxième partie de leur aventure commune.

Crypte et tombeaux

74Il est enfin un lieu fermé et inclassable qui s’apparente pourtant à tous ceux que nous avons distingués jusque-là : la crypte et ses tombeaux.

Dans la crypte de Winterfell

Ned prête serment à Robert

La crypte des Starks

75La crypte se présente d’abord comme un endroit où le pouvoir se discute et se décide. Celle de Winterfell, sombre et souterraine comme il se doit, est un espace toujours ouvert mais n’ayant qu’un seul accès. Tous les chefs de la famille Stark y ont un tombeau surmonté d’une statue, ainsi que Lyanna Stark qui l’avait elle-même expressément demandé à son frère Ned avant de mourir.

76Dès le premier épisode et dès son arrivée à Winterfell, le roi Robert y descend pour rendre hommage à Lyanna, sa fiancée décédée à la suite de son enlèvement par Rhaegar Targaryen. Mais au-delà, il règle aussi la question de la succession de Jon Arryn, comme l’avait bien anticipé Ned à qui le poste de Main du roi est alors proposé. À cette affaire d’importance pour le royaume s’ajoute la décision d’alliance entre les familles Baratheon et Stark, à travers l’union de Joffrey et de Sansa. Enfin, Robert trouve aussi l’occasion d’exprimer sa haine viscérale pour les Targaryen, bien que les deux derniers héritiers de cette lignée soient fort jeunes, ce qui annonce déjà une fatale discorde entre les vieux amis, car Robert veut éliminer Viserys et Daenerys, contrairement à Ned.

77Tout se passe comme si ces décisions d’importance devaient se faire sous le regard des morts, en terre consacrée, ce qui donne aux engagements pris la force des serments solennels. En effet, le temps long de la lignée pèse ici de tout son poids. Devant la réalité matérielle du passé concrétisée par la pierre des tombeaux, dont la présence est visuellement sensible, les hommes construisent dans le présent ce qu’ils souhaitent pour leur avenir et celui de leurs descendants.

78Il n’est donc guère étonnant que Bran se fasse porter par Osha dans la crypte, lorsqu’il s’interroge sur le rêve où la corneille à trois yeux lui est apparue et où il a rencontré son père dans le caveau. Son frère Rickon lui déclare alors avoir vu Ned (S1E10), dont la mort n’est pas encore connue. Les Starks manifestent à leurs enfants leur présence surnaturelle autour de ces tombeaux, voire leur protection. En effet, la crypte est la cachette choisie par Bran et ses compagnons pour échapper un temps aux recherches de Theon (S2E8). Ce lieu souterrain concrétise enfin un lien puissant entre les morts et les vivants, entre le passé et le présent, mais il se révèle aussi comme un endroit où le surnaturel manifeste sa présence, même s’il est difficile de l’interpréter.

Le Septuaire de Baelor et les tombeaux des Targaryen

79Dans la troisième saison, Joffrey, toujours autant fasciné par la mort, se mue en guide touristique pour faire visiter le Grand Septuaire de Baelor à sa nouvelle fiancée Margaery (S3E4). La visite et ses propos se focalisent sur les tombeaux des Targaryen, alors même qu’il est le fils de Robert Baratheon, celui qui a mis fin à leur dynastie mais a finalement consenti à ne pas détruire leurs tombeaux, ce dont Joffrey comme Margaery se félicitent explicitement. En effet, contrairement au bûcher du nomade Drogo, aussi massif qu’il ait pu être, les tombeaux des Targaryen conservent leur mémoire et forment un socle solide pour (re)construire le présent. La psychologie troublée de Joffrey est en effet attirée par les sépulcres des plus fous des rois Targaryen ou de ceux qui ont connu la pire fin, tant perçoit confusément sa proximité avec eux par ses appétits personnels et son comportement erratique. Mais, au contact des sépulcres, Joffrey sent confusément que contrairement à lui, ils ont su accomplir une action qui dépassait leur simple individualité, alors que l’unité régnait sur Westeros.

80Consacré aux Sept, le sanctuaire est un lieu plutôt lumineux et apaisant, même si les conversations qui y déroulent concernent bien souvent le pouvoir. Cersei et Olenna s’y rendent pour discuter du mariage des deux jeunes gens et de la place qui revient aux femmes en politique. Cependant les portes du Septuaire peuvent également s’ouvrir sans que la foule ne soit à redouter, par exemple lorsque Margaery se présente avec Joffrey devant la populace, pour la plus grande crainte de Cersei. Les puissants du jour, confrontés à leurs propres limites, viennent faire le lien entre les tombeaux des anciens rois et le peuple à l’extérieur.

81La visite au Septuaire de Baelor constitue une parenthèse relativement paisible vu les relations difficiles de la reine et de son fils, et elle révèle aussi à Cersei le pouvoir grandissant que Margaery Tyrell exerce sur ce dernier et dont elle va bien vite devoir se garder. En effet, à la sortie du Septuaire, Joffrey pourrait presque croire que la foule aime son roi, si on ne se doutait pas qu’elle a été payée par les Tyrell.

Autour du catafalque de Joffrey

82Le Septuaire de Baelor abrite également deux séquences particulièrement intenses et liées par le secret (S4E3). Peu après la mort de Joffrey, à côté du catafalque où la dépouille est étendue, Tywin Lannister partage sa conception du bon roi avec l’héritier du trône, son petit-fils Tommen. Il lui livre ainsi sans le savoir son testament politique, qui va devoir servir de viatique au jeune garçon inexpérimenté, bientôt seul malgré l’encombrant soutien de sa mère. La présence visible de la mort confère à la scène un côté sacré renforcé par la nature du lieu. De fait, Tywin transmet véritablement et solennellement le pouvoir au jeune Tommen, et l’assassinat du chef de famille va précipiter plus vite que prévu le jeune garçon dans ses fonctions.

83Juste après le départ de Tywin et Tommen, Jaime arrive et demande à rester seul avec Cersei. Mais le recueillement à côté de leur fils, puisque Joffrey est né de leur inceste, se transforme en une scène transgressive très violente où les deux amants se retrouvent sexuellement pour la première fois depuis le retour de Jaime. Ne pouvant risquer d’être vus dans cette attitude doublement sacrilège, ils sont cependant mus, semble-t-il, par la volonté de refonder leur union sous le sceau du sacré, c’est-à-dire comme en prenant à témoin les morts – et le plus proche d’entre eux, leur propre fils. Mais les amours de Cersei et Jaime ne sont jamais simples, et cette union soudaine et subreptice paraît fondée sur une réciproque incompréhension.

84Comme on le voit, les endroits les plus sûrs ne sont pas les lieux fermés, mais bien plutôt ceux qui, ouverts à tous les vents, permettent qu’on les quitte et que l’action se développe sans être bloquée. Au contraire, un mouvement de fermeture est rarement de bon augure.

Éternels lieux du pouvoir

85Parmi tous les endroits possibles où se croisent les messagers et où se prennent les décisions, deux sont particulièrement attachés au pouvoir et, pour cette raison, possèdent une dimension pérenne : la salle du trône et la salle du Conseil. La série en donne des représentations dont les différences et les contrastes sont lourds de sens.

Salles du trône

86Plusieurs salles du trône – royal ou seigneurial – apparaissent dans la série et toutes sont dotées de spécificités qui reflètent clairement le caractère du souverain qui y siège. De la salle du Trône de fer, on ne connaît que deux variantes. Le spectateur découvre l’endroit à la mort de Jon Arryn (S1E1) et note les changements avec l’avènement de Joffrey. Sans surprise, le Trône de fer, objet mythique de toutes les convoitises, et les épées qui le constituent demeurent sans changement. Mais les énormes colonnes de couleur crème ornées de rinceaux ont vu leur couleur et leur décoration remplacées par un noir uniforme et de gigantesques braseros comme les affectionnait le Roi fou. Enfin le vitrail chamarré qui surplombait le trône a été changé en une verrière rouge sang. L’immense salle rectangulaire reste fermée par une porte monumentale et, à l’opposé, le trône occupe le haut bout de la pièce – comme à une table. L’ensemble produit un effet à la fois imposant et sinistre, ce qui est sans doute recherché par Joffrey dont c’est la seule réalisation notable. La tyrannie à laquelle aspire le jeune roi est tout entière visible dans la réfection de sa salle du trône.

Salle du trône de Robert

Salle du trône de Joffrey

Le trône de Daenerys à Meereen

87À Meereen, une fois Daenerys devenue reine, la salle du trône présente un aspect fort différent. Certes, en raison du climat beaucoup plus chaud, la salle est plutôt obscure, mais elle est aussi plus resserrée et la souveraine reçoit ses sujets uniquement en audience individuelle. Elle n’est accompagnée que de quelques personnes. Si le trône est élevé d’une vingtaine de marches par rapport au sol, il conserve une proximité entre la reine et ses sujets que le gigantisme de la salle du Trône de fer ne permet pas. Cependant un tel rapprochement dans l’espace est l’expression d’une volonté de Daenerys de gouverner au plus près de son peuple. D’une certaine manière, cette conception est à l’exact opposé de celle de Port-Réal sous le règne de Joffrey.

88Les grands seigneurs protecteurs, comme Ned à Winterfell ou Jon Arryn aux Eyrié, disposent également d’une salle où, en particulier, ils reçoivent les doléances. La modestie domine à Winterfell, où Bran reçoit en toute simplicité avec mestre Luwin une foule des vassaux et de simples sujets de son père. Ici pas de trône, mais une table derrière laquelle siègent le seigneur et le mestre avec leurs registres. À nouveau, l’endroit d’où le pouvoir est exercé révèle les intentions politiques de son occupant.

Le trône des Eyrié

Walder Frey trônant

La tente de Mance Rayder

89Dans un tout autre genre, il en va pourtant de même aux Eyrié, où jamais on ne voit Jon Arryn, mais seulement son épouse Lysa et leur fils Robin. Dominant une salle ronde, le trône en bois aux formes tourmentées ne peut que rappeler les troubles psychologiques de la mère et de son fils. En outre, au milieu de la salle du trône, la porte de la Lune ouvre sur un précipice et Robin n’a pas de plus grand plaisir que d’y « faire voler » les gens qui ne lui plaisent pas.

90La salle du trône des Jumeaux montre une sorte de mélange des lieux évoqués précédemment. Au milieu de sa nombreuse parentèle, Walder Frey trône sur un vieux siège gothique sans ornement dans une salle aux murs en granit nu. L’endroit laisse transparaître l’autoritarisme, la frustration et la lésine du vieil homme. De toute évidence, Walder aime avoir un public acquis à sa cause, comme Catelyn et Robb Stark en font les frais, mais il ne compte aucunement sur le décorum pour renforcer son image de seigneur du lieu.

91Le roi le plus modeste est Mance Rayder, et sa tente est à peine plus vaste que celle des autres Sauvageons. Là point de salle du conseil : la grande yourte ne comporte qu’une seule pièce et un simple tabouret fait fonction de trône. Chez lui, tous sont assis au même niveau sur des sièges similaires et aucun ne s’agenouillerait devant le roi d’au-delà du Mur. L’absence de salle du trône digne de ce nom confirme la particularité de la royauté exercée par Mance : la démocratie n’est jamais plus proche que sous sa tente.

Salles du Conseil

92Véritables pendants aux salles du trône, les salles du Conseil sont elles aussi fortement individualisées et disent également beaucoup sur le mode de gouvernement en vigueur en leur sein.

La table du Conseil de Tywin

Au Conseil de Daenerys

Le grand hall de la Banque de fer

93Le Conseil restreint du royaume des Sept Couronnes se tient dans deux endroits différents : dans une grande salle du Donjon rouge, autour d’une grande table rectangulaire, et également dans une salle dépendant des appartements de la Main, une fois que Tywin est revenu à ce poste. La différence dans la manière de concevoir le pouvoir se voit immédiatement dans la place que choisit le détenteur du pouvoir pour siéger. Ned Stark s’assoit sur un grand côté au milieu des membres du Conseil ; Cersei occupe le plus souvent un des bouts étroits de la table et les membres rivalisent d’ingéniosité pour s’asseoir au plus près d’elle. Tywin décide ensuite que le Conseil se réunira dans ses appartements. Dans une salle au plafond bas, le dos placé du côté de l’obscurité, Tywin estime visiblement que le bout de la table est « naturellement » sa place et personne ne la lui contesterait. Bien au contraire, le placement au plus près du maître donne lieu à une scène cocasse, mais révélatrice de la nature du pouvoir absolu exercé en réalité par Tywin. Littlefinger accourt se placer au plus près à gauche de Tywin, en grillant la politesse à son vieil ennemi Varys, ainsi qu’à Pycelle. Quant à Cersei, elle prend place plus près encore de son père, mais du côté droit que personne ne songe à lui disputer. Tyrion apparaît alors et joue sa propre carte, en traînant lentement une chaise à l’autre bout étroit de la table (S3E3). Il fait ainsi face et pièce à Tywin. La contestation n’est pas ici la bienvenue et le chef de famille fait régner la division, si propice à un pouvoir fort.

94La salle du Conseil de Daenerys à Meereen est fort différente. Largement ouverte sur l’extérieur par des portes à claustra métalliques, très haute de plafond, la salle est essentiellement meublée d’une table ronde qui rappelle celle éponyme des chevaliers du cycle arthurien, ainsi que de tabourets tous identiques. Là chacun peut donner son avis en toute quiétude, il n’y a pas de haut bout et tous les sièges sont semblables. La différence des opinions qui s’expriment trouve également à se montrer par le découpage de l’écran, savamment scandé par les portes à claustra comme pour mimer la diversité des avis qui trouvent un écho auprès de la reine. De toute évidence, la monarchie de Daenerys est participative et plus horizontale que verticale, même si l’existence d’une salle du trône n’est pas de pure forme.

Discutant avec Cersei des finances du royaume, Tywin évoque la dette contractée envers la Banque de fer de Braavos :
– La Couronne doit à la Banque de fer une énorme somme d’ argent.
– Il doit y avoir à la Banque de fer quelqu’un à qui parler, avec qui convenir d’une forme d’arrangement.
– La Banque de fer est la Banque de fer. Il n’y a pas de « quelqu’un ».
– Quelqu’un travaille là-bas, la Banque est constituée de personnes.
– Et un temple est constitué de pierres. Une pierre tombe en miettes et une autre prend sa place, et le temple conserve sa forme pendant mille ans ou davantage. C’est cela la Banque de fer : un temple. Nous vivons tous dans son ombre et presqu’aucun de nous ne le sait. Tu peux les fuir, tu peux les abuser, mais tu ne peux pas les fléchir avec des excuses. Si tu leur dois de l’argent et que tu ne veux pas toi-même être réduite en miettes, tu le leur rembourses.
S4E5

95Enfin, il reste une salle du Conseil assez particulière parce qu’en raison de son décor, elle s’apparente en même temps à une salle du trône. La Banque de fer de Braavos où Stannis se rend avec Davos symbolise une autre forme de pouvoir. L’immense salle rectangulaire où les administrateurs de la Banque reçoivent leurs clients est tout d’abord caractérisée par un immense vide. Les imposants sièges des trois représentants de la Banque sont postés à une extrémité de la salle et devant eux deux petites banquettes sans dossier sont réservées aux visiteurs. Ces derniers font d’abord antichambre devant les trois grands fauteuils vides des fondés de pouvoir qui finissent par faire leur apparition, en silence et sans être annoncés. Ils restent anonymes – sauf un. Il est patent que le pouvoir qui trouve à s’exercer ainsi veille à séparer l’espace réservé aux décideurs et celui dévolu à ceux qui demandent et obéissent. Même s’il n’y a pas ici de roi ni d’oriflamme ou de symbole, à l’exception d’un signe cabalistique qu’on retrouve sur les monnaies de Braavos, l’autorité politique qui règne en ce lieu se montre aussi désincarnée que possible et masque son extraordinaire puissance derrière le secret.

*

96Mais il n’y a pas que les corps qui passent d’un lieu à l’autre ou se laissent emprisonner dans des espaces clos. Si nous avons évoqué le cas des messagers et des lieux qu’ils investissent à l’occasion de leur mission, il est à présent temps de s’intéresser au statut et à la circulation de la parole, orale ou manuscrite, car c’est évidemment une des composantes essentielles de la série.

Statuts divers du langage

97Dans la série, le langage revêt des statuts bien différents et emprunte des voies diverses. Un personnage se définit par sa manière de parler, qu’il s’agisse de l’élocution, de l’accent ou du registre de langue. La parole est rarement un acte banal et sans signification et elle contribue souvent à précipiter l’élocuteur dans un tourbillon d’événements imprévus. Un grand nombre de situations d’énonciation « performatives » sont représentées, avec leurs effets immédiats et leurs conséquences à long terme : ordres, souhaits, serments, malédictions, incantations et autres chants magiques. La traduction et ses ambiguïtés sont souvent sources de rebondissements et l’opacité intrinsèque du langage coûte parfois cher à l’énonciateur. Ainsi quand Daenaerys conclut un pacte avec la magicienne afin que Drogo survive, elle omet de préciser en quel état elle veut retrouver son époux et obtient a minima ce qu’elle a demandé : Drogo survit mais reste dans un état végétatif. Expression de la puissance et de l’autorité, messagère d’amour ou de haine, la parole, comme le corps et le visage en particulier, a ses ambiguïtés et ses imprécisions. Elle peut trahir la condition de celui ou celle qui la porte (Arya), traduire l’impuissance et la fragilité psychologique (Tyrion face à son père), servir à tromper (l’inutile traduction demandée par Daenerys à Kraznys) ou à réconcilier. Teintée de rhétorique, elle se révèle manipulatrice. Mais le langage peut aussi prendre la forme de signes muets et d’objets symboliques.

Accents et classe sociale

98Dans la série, la différence des accents anglais marque sans doute possible les différences de classe sociale. La toute première scène en apporte un exemple flagrant. Comme sa tenue le montre ainsi que son allure, Will est visiblement un jeune homme de très basse condition. Lorsqu’il se met à parler, il confirme immédiatement son extraction, tant l’accent populaire est sensible, même pour des oreilles moyennement entraînées. De manière analogue, Gared, dont la tenue marque une certaine supériorité hiérarchique, n’a qu’à ouvrir la bouche pour révéler qu’il n’appartient pas (ou plus) au même monde que Will, bien que tous deux soient dans la Garde de nuit. En effet, ses intonations ont beau traduire une origine populaire, elles n’écorchent pas autant l’oreille que celles de Will. En revanche, lorsque ser Waymar Royce prend la parole, lui le cadet d’une grande famille du Val et le seul des trois qui soit noble, la morgue de l’aristocrate se fait immédiatement entendre. Ainsi, même dans la Garde de nuit avec ses principes ouvertement égalitaristes, la hiérarchie traditionnelle en vigueur dans les Sept Couronnes existe encore et se fait même entendre dès le premier mot prononcé.

99De plus, dans le Nord, indépendamment des classes sociales, un fort accent a aussi tendance à se faire entendre. Il s’agit de rendre linguistiquement l’effet de l’éloignement dans l’espace de la province reculée par rapport à la capitale.

Accent et dissimulation

100Le fait n’est pas sans importance, ainsi qu’une scène entre Arya et Tywin le montre bien. Dans le feu de la conversation où elle rappelle vivement le rôle des sœurs d’Aegon dans la Conquête, Arya, qui se dissimule sous un costume de servante, appelle Tywin « mylord », sans écorcher le titre contrairement à ce qu’aurait fait une simple servante (S2E7). Tout en ayant de la sympathie pour Arya qui lui rappelle sa propre fille, Tywin s’interroge sur elle et ne manque pas de la sonder à chaque fois que c’est possible. Il lui fait alors la remarque qu’on ne dit pas « mylord », quand on veut se faire passer pour une femme du commun, mais « m’lord » en écorchant le mot. Sans broncher mais en faisant une faute volontaire, Arya lui répond que sa mère, prétendument servante d’une noble, lui a « appris à parler propre (proper), pardon mylord, de façon appropriée (properly) ». Pour tromper Tywin et le persuader qu’elle vient réellement du peuple, Arya utilise alors intentionnellement l’adjectif au lieu de la locution adverbiale, une façon de parler fautive qui sent la populace. Elle ne corrige son erreur qu’après, pour faire croire que sa manière « naturelle » de parler est populaire. Son mensonge est donc parfaitement ajusté, mais elle ne trompe pas Tywin qui lui demande alors si on lui a déjà dit qu’elle était « trop intelligente pour son propre bien ». À quoi Arya répond avec espièglerie que oui. Et l’affaire en reste là. Les pièges du langage font planer une menace supplémentaire sur le destin de la jeune fille.

Silences éloquents et paroles risquées

101Game of Thrones est une série où parole et silence entraînent des réactions qui doivent être anticipées avec prudence.

102Attendrie on ne sait pourquoi (à moins qu’elle ne joue la comédie), dans la mesure où elle est partie prenante dans la tentative de meurtre de Bran, Cersei manifeste sa compassion en racontant à Catelyn qui veille son fils plongé dans le coma comment elle a elle-même perdu à la naissance un enfant aux cheveux bruns, alors même que Robert était absent comme à son habitude (S1E2). Le spectateur s’interroge sur les raisons qui poussent la reine, d’habitude mesurée dans ses paroles et adepte du silence, à livrer à une ennemie cette histoire aussi intime et douloureuse. Ce n’est que rétrospectivement qu’il peut trouver une justification à cette confession : dans la mesure où les autres enfants de Cersei sont tous blonds, la reine, bravant le danger ou mue par une forme de perversité, trouve là un moyen de révéler son inceste avec le blond Jaime.

103Ainsi, lorsque les bâtards de Robert sont recherchés et éliminés, Tyrion se demande s’il faut y voir la main de Cersei ou celle de Joffrey. Cersei esquive la question jusqu’au jour où elle ne peut masquer sa surprise en apprenant de Tyrion, qui bluffe un peu, que la petite Bara a été poignardée par Slynt sur ordre de Joffrey (S2E1). Il comprend alors que Cersei n’est pour rien dans la recherche des bâtards. Le silence n’est donc pas en lui-même suffisant pour conserver des secrets, encore faut-il arborer toujours un masque crédible, comme Tywin, leur père à tous deux, en montre plusieurs fois l’exemple.

104Pourtant rarement la patience de Tywin n’est autant mise à l’épreuve qu’au moment où Joffrey, tourné en dérision par Tyrion, se retrouve à bout d’argument et hurle seulement qu’il est le roi. Comme Tywin réplique que celui qui doit dire qu’il est le roi pour être pris pour tel n’est pas un roi, Joffrey en fureur s’en prend témérairement à lui, en rappelant brutalement que c’est son père Robert qui a sauvé le royaume pendant que Tywin se cachait à Castral-Roc… Si le malaise autour de la table du Conseil est palpable, Tywin ne bronche pas et prétend que Joffrey, fatigué, doit aller se coucher, et, malgré les protestations embarrassées du roi, Cersei s’empresse de l’emmener. Le silence de l’un, suivi de quelques mots efficaces sont en effet une marque d’autorité plus éloquente que tous les mots de l’autre (S3E10).

105Mais le silence peut aussi être une posture face à l’abondance et à la vulgarité des mots, voire une ruse. Quand Daenerys fait croire à Kraznys mo Nakloz, sans que le spectateur s’en doute, qu’elle a besoin d’une interprète pour comprendre le valyrien, elle se rend vite compte du mépris raciste et machiste où il la tient, ce qui aurait été impossible autrement, vu que l’interprète Missandeï édulcore constamment les propos du maître-esclavagiste dans sa traduction. La position de Daenerys dans le marchandage qui suit pour obtenir les Immaculés au meilleur prix – et Missandeï en cadeau – n’en est que plus forte, et la surprise plus remarquable quand elle s’adresse elle-même en valyrien aux Immaculés pour annoncer qu’elle est maintenant leur maîtresse. Empêtré avec la longe du dragon, Kraznys n’a guère le temps de comprendre ce qui lui arrive, et encore moins de songer à résister.

106Il est cependant plus difficile qu’on ne le croit de mettre fin à un long silence, comme Jon Snow en fait l’expérience. En effet, il ne réussit pas à obtenir de Ned le nom de sa mère, mais seulement la promesse qu’il le lui révélera la prochaine fois, moment qui ne viendra jamais, puisque Ned meurt avant. Le silence de Ned l’enferme lui-même, ainsi qu’on s’en rend compte lorsqu’il refuse de faire au roi en personne une réponse claire sur le même sujet (S1E2). Mais il isole et emprisonne plus encore Jon. Par contraste, on remarque qu’Arya n’hésitera pas à dévoiler son identité au seul Gendry et que cette révélation transformera leur relation, parce qu’ils ne se sentiront plus isolés (S2E2).

107Ajoutons encore que le silence peut également signifier le renoncement et la mort. Daenerys le comprend mieux que personne lorsqu’elle arrive dans le khalasar de Drogo, qui ne parle que le dothraki, dont elle ne connaît pas un traître mot. Elle ne considère pas un instant que le silence soit une option, mais elle apprend à parler, même mal, afin de conquérir une existence qui, sans cela, lui serait déniée. Avec le langage du corps qu’elle apprend aussi à maîtriser, elle se donne ainsi les moyens d’exister.

Une héraldique spécifique

108En regardant la série plus encore peut-être qu’en parcourant les livres, l’abondance des signes visuels et symboliques qui se donnent à voir ou à entendre est frappante. L’héraldique et les devises afférentes, héritées et adaptées du Moyen Âge et de la Renaissance, constituent en effet une sorte de d’iconolangue, connue de tous les personnages et immédiatement compréhensible, parallèlement aux propos qui sont échangés.

Oriflammes du tournoi de la Main

109Les personnages ont parfaitement conscience de la force de ce langage par l’image. Ils se reconnaissent d’ailleurs sur ce mode. Les soldats portent le plus souvent des boucliers avec l’emblème de leur chef, les chefs eux-mêmes arborent, fixé sur leur cuirasse, un médaillon avec le même symbole, sans oublier la foule des oriflammes, bannières et ornements de toutes sortes qui reprennent ces mêmes motifs.

La chute de la maison Reyne

110Inversement, ces symboles visibles peuvent aussi se décliner en paroles symboliques, comme la chanson des Lannister, Les Pluies de Castamere (Rains of Castamere), qui est le signal déclencheur des « Noces pourpres » (S3E9), le prouve bien. Sur un mode grave et accompagné d’une musique de lamentation, le texte de la chanson narre la rivalité entre deux lions semblables en apparence, dont le premier refuse de plier le jarret devant le second. Pour en comprendre le sens, il faut savoir que les Lannister et les Reyne de Castamere portent respectivement dans leurs armes un lion d’or sur champ de gueules (un lion jaune sur fond rouge) et un lion de gueules sur champ d’argent (un lion rouge sur fond blanc). Le titre et le texte jouent de la parenté phonétique entre « Reyne » et « reine » avec l’allusion transparente à la royauté, et entre « Reyne » et rains (les pluies), sans oublier la comparaison poétique fréquente entre les pleurs et la pluie. À la fin de la chanson, en effet, le lion de Castamere est mort avec ses ambitions et il ne reste que les pluies pour le pleurer dans la grand salle effondrée de son château détruit. Dans la chanson, le combat se déroule donc entre ces deux lions, et il est parfaitement compréhensible par tous les personnages que les Lannister – Tywin en l’occurrence – ont gagné et fait totalement disparaître la maison Reyne.

Le conte du lionceau couronné par tous les animaux

111Une autre scène poignante déjà évoquée fait intervenir ce bestiaire symbolique et montre que leur utilisation relève de l’imaginaire habituel des personnages. Presque sûre de la défaite, Cersei s’est réfugiée avec son plus jeune fils Tommen dans la salle du Trône de fer et elle a pris ses précautions pour l’empoisonner, afin qu’il ne tombe pas vivant aux mains de Stannis qui l’exécuterait. En attendant confirmation de la défaite, elle raconte une sorte de conte au garçonnet (S2E9). Il y est question d’une lionne et de son petit, tous deux réfugiés dans une forêt profonde où habitent aussi de méchants animaux, des cerfs (ce qui étonne l’enfant, « parce qu’ils ne mangent que de l’herbe ») et des loups, qui hurlent dans la nuit (on entend alors sonner les cors des armées qui combattent au dehors et, tandis que Cersei continue de se faire entendre mais en voix-off, on découvre Tyrion évanoui et en sang dans les bras de Podrick). Devant le lionceau, raconte Cersei, tous les animaux viendront pourtant s’incliner un jour et poseront une couronne sur sa tête.

112La lionne et le lionceau sont des Lannister et représentent évidemment Cersei et Tommen (bien que Tommen soit officiellement un Baratheon) ; les loups signifient les Stark, tandis que les cerfs renvoient aux Baratheon, tel Stannis. Mais la liste des animaux héraldiques n’est pas close. Il y est en effet question « des ours dans le nord », par exemple les Mormont, vassaux des Stark ; « des renards dans le sud », qui renvoient sans doute à la seule maison ayant un renard dans ses armes, les Florent du Bief, ralliés à Stannis ; « des oiseaux du ciel », comme le faucon sur champ d’azur des Arryn ; et pour finir « des bêtes de la mer », comme le kraken des Greyjoy.

113Enfin, l’histoire possède également une forte valeur métaphorique, puisqu’au moment où Cersei la relate, le conte ouvre la possibilité d’un futur qui est alors d’autant plus improbable que le roi du moment n’est pas Tommen, mais Joffrey à qui son jeune frère n’a aucune raison de succéder. Pourtant, de façon inattendue, le conte se révélera prémonitoire…

Dérision de l’héraldique

114On trouve enfin une manifestation caricaturale de cette manière de s’exprimer par énigmes et symboles dans le billet de victoire que Walder Frey envoie à Port-Réal au lendemain des « Noces pourpres » (S3E10) : « Roslin a pris une belle truite bien grasse. Ses frères lui ont donné une paire de peaux de loup pour son mariage ». Tyrion ne le comprend pas immédiatement et demande si « c’est de la mauvaise poésie ou si c’est censé vouloir dire quelque chose », sans doute parce que c’est Joffrey qui le lui transmet d’une manière théâtrale et qu’il n’arrive pas à le prendre au sérieux. Roslin s’est marié à un Tully, la grosse truite, et ses frères ont tué deux loups, Robb Stark et sa mère, ou dit avec les mots de Joffrey : « Robb Stark est mort, ainsi que sa putain de mère ». Frey, qui n’a jamais brillé par son courage, singe ici la manière de la chanson des Lannister et aboutit à une caricature, tant le ton primesautier et badin, qui ne convient ni aux « Noces pourpres » ni à la situation, s’oppose à la noble gravité des Pluies de Castamere.

De la meilleure des devises

Rose brodée et devise des Tyrell

115Mais, comme lady Olenna Tyrell l’explique de façon inattendue et quelque peu provocatrice, on ne choisit pas ses emblèmes dans les grandes familles, ce qui est dommage selon elle, parce que tous ces symboles familiaux n’ont ni la même force ni le même attrait. Ainsi elle déclare en avoir assez des roses Tyrell qu’elle voit partout, sur ses vêtements, sa vaisselle et jusque sur son pot-de-chambre (S3E4). Avec des trémolos dans la voix, elle ajoute préférer la devise des Stark, « L’hiver vient » avec le loup, ou celle des Lannister « Entends-moi rugir » avec le lion, ou encore « Nous ne semons pas » et le kraken des Greyjoy. Car ces animaux n’ont pas besoin de promettre de la force, ils la montrent d’emblée. Alors que le motto des Tyrell « Grandir en force » (Growing strong) associé à une rose lui paraît bien mou, ce qui n’est ni du caractère ni du goût de celle qu’on surnomme la « Reine des épines ».

Blasons et devises des neuf familles majeures de Westeros
Noms des couleurs appartenant au langage héraldique
or = jaune ou or ; argent = blanc ou argent ; azur = bleu ; gueules = rouge ; sable = noir ; sinople = vert ; orangé = orange (rare) ; fer = gris (rare).
Du nord au sud de Westeros. Seules sont décrites ici les armes du chef de la famille. Les descriptions correspondent aux armes standard de la série et les images peuvent parfois en différer légèrement.

Stark du Nord (Winterfell)

Blason
Dans la série : d’argent à la tête de loup de fer Exceptionnellement comme dans les romans : d’argent au loup de fer passant
Devise « L’hiver vient » (Winter is coming)

Tully du Conlans (Vivesaigues)

Blason
Coupé en un de gueules à la truite d’argent et en deux d’azur, le tout fascé d’une rivière (souvent) ondée d’argent
Devise
« Famille, devoir, honneur » (Family, duty, honor)

Arryn du Val (Les Eyrié)

Blason
D’azur au croissant de lune d’argent et au faucon du même
Devise
« Aussi haut que l’honneur » (As high as honor)

Greyjoy des Iles de Fer (Pyk)

Blason
De sable (ou d’azur) au kraken d’or
Devise
« Nous ne semons pas » (We do not sow)

Lannister des terres de l’Ouest (Castral-Roc)

Blason
De gueules au lion d’or
Devise
« Entends-moi rugir » (Hear me roar)
Non officielle :
« Un Lannister paie toujours ses dettes »

Baratheon des terres de l’Orage (Accalmie), puis des terres de la Couronne (Port-Réal)

Blason
D’or au cerf de sable colleté d’une couronne d’or Exceptionnellement : d’or à la tête de cerf de sable colletée d’une couronne d’or
Devise
« Nôtre est la fureur » (Ours is the fury)

Tyrell du Bief (Hautjardin)

Blason
De sinople à la rose d’ or
Devise
« Grandir en force » (Growing strong) La traduction « Plus haut, plus fort » évacue complètement le processus de croissance exprimé par growing et lié à l’emblème dela rose : cette devise devient alors presque celle des Jeux Olympiques… ce qui n’a rien à voir.

Martell de Dorne (Lancehélion)

Blason
D’orangé au soleil de gueules percé d’une lance d’or versée en bande
Devise
« Insoumis, invaincus, intacts » (Unbowed, unbent, unbroken)

Targaryen (en exil)

Blason
De sable au dragon tricéphale de gueules crachant des flammes d’or
Devise
« Feu et sang » (Fire and blood)

Généalogie et histoire(s)

116À Westeros, la foi dans la généalogie est constitutive du pouvoir royal ou noble, et même du pouvoir tout court. L’appartenance à une famille définit en effet les élus et les réprouvés plus que n’importe quelle charge occupée. Ainsi le puissant Varys ne sera jamais rien, fût-il le « Maître des chuchoteurs », parce qu’il est un eunuque, qu’il n’a pas de famille pour le soutenir et qu’il ne peut pas en fonder une. Plus encore, la famille assure la cohésion en profondeur du monde de Game of Thrones, c’est pourquoi sa solidité doit être constamment réaffirmée par la parole comme par les signes visibles – blasons, épées – et ne pas être remise en question.

117Il s’agit là d’une des constantes de l’épopée traditionnelle, antique comme médiévale, d’Homère à la chanson de Roland en passant par les sagas islandaises : un héros se définit d’abord par sa filiation et toute bâtardise est problématique. Dans Game of Thrones, les hommes ne sont pas spoliés d’une part de leur humanité par l’insertion dans leur généalogie de dieux tout-puissants – ce qui est souvent le cas ailleurs. (N’oublions pas que « héros » signifie étymologiquement en grec « fils d’un dieu ou d’une déesse », d’où « demi-dieu ».) Les héros et héroïnes de la série comme des livres ne sont pourtant que des êtres humains, ce qui en fait déjà des êtres moins héroïques, même si la magie et les puissances surnaturelles ne leur sont pas forcément inconnues.

La famille selon Tywin Lannister

118L’importance de la famille dans le monde de Westeros n’est pas seulement implicite, mais on en trouve plusieurs fois la théorisation de la part du maître réel du royaume, Tywin Lannister. Selon lui, l’individu ne compte pas, seul importe le (re)nom de la famille et ce que ses membres lui ont apporté en bien et en mal, parce qu’au bout du compte, quand les individus ont péri, seul le nom de la maison subsiste et se perpétue (S1E7). Il faut donc supporter le sort et agir en fonction de l’intérêt supérieur de la famille, qui peut aussi bien asseoir sa puissance que la voir réduite à rien, comme cela s’est passé pour les Targaryen.

119Tywin n’ignore pas les actions individuelles, mais il en apprécie l’importance à l’aune de ce qu’il appelle le legs ou l’héritage laissé aux générations futures. C’est ainsi qu’il compare Harren le Noir, le bâtisseur d’Harrenhal, le plus grand des châteaux qui est devenu la plus grande des ruines et où ce dernier est mort avec tous ses fils, avec Aegon Targaryen qui détruisit justement ce château et imposa son autorité et celle de sa famille pour trois cents ans (S2E7).

120Tywin prolonge encore cet exposé politique et justifie le massacre des « Noces pourpres » au nom de l’économie en vies humaines (S3E10), avant d’ajouter que tous les mâles de la maison Stark y sont morts (ce qui est faux, mais il l’ignore). Autant dire qu’à ses yeux la famille Stark n’existe plus et que les femmes de cette maison ne servent plus, au mieux, qu’à transmettre les terres que possédait leur père. Quant au dernier symbole Stark, l’épée « Glace » en acier valyrien, on sait le sort que Tywin lui a réservé : donner naissance à deux épées Lannister (S4E1).

121À Tyrion qui refuse le principe d’avoir un enfant de Sansa en la violant, Tywin explique que la maison qui met en avant la famille bat toujours celle qui préfère respecter les désirs de ses membres. Il ajoute qu’un homme de bien préfère l’intérêt de sa maison à ses propres désirs égoïstes. Quand Tyrion lui objecte qu’il est facile de parler ainsi quand on prend pour les autres toutes les décisions importantes, Tywin rappelle brutalement que, lorsque Tyrion est né, il voulait l’exposer et qu’il ne l’a pas fait, bien qu’il lui en ait coûté, parce que Tyrion est un Lannister. À ce titre, son père ne pouvait pas le sacrifier : reste alors à expliquer pourquoi, finalement, il accepte aussi facilement la condamnation de Tyrion.

Le système de Tywin : un modèle en fin de course ?

122Avec de telles conceptions, la transmission du modèle aristocratique paraît solide. La machine semble bien rôdée, comme le montre la maison Stark, emblématique du fonctionnement régulier de la transmission du pouvoir noble. Robb succède à Ned comme son aîné. Après les « Noces pourpres », Bran et Rickon restent encore pour lui succéder, mais on les croit morts. À défaut, les filles – en suivant toujours le principe du droit d’aînesse – peuvent jouer un certain rôle en apportant le Nord dans leur corbeille de mariage. C’est d’ailleurs bien ce sur quoi compte Littlefinger en courtisant Sansa.

123Tout se complique malgré tout s’il n’y a pas de descendant mâle, parce que la société de Westeros reste éminemment patriarcale. Ainsi Daenerys Targaryen est l’héritière de la famille depuis la mort de son frère Viserys. Mais on peut difficilement penser qu’après les épreuves subies, et à supposer qu’elle retrouve un jour le Trône de fer, elle veuille le donner à un époux. Comment le modèle pourrait-il se survivre à lui-même dans de telles conditions ?

124La maison Greyjoy donne un autre exemple de cette situation. À son retour, Theon est quasiment renié par son père comme s’il s’était abâtardi au contact des Stark. Puis, lorsqu’il s’avère qu’il a été émasculé, le reniement est total. Pourtant, en l’absence de ses frères morts ou en exil, la sœur de Theon, Yara, a beau avoir montré des qualités remarquables, il lui sera difficile de s’imposer définitivement, d’autant plus que la fin de la troisième saison la voit s’opposer à son père. De puissants ferments pour contester la tradition existent bel et bien, puisque ces femmes ont prouvé à l’envi qu’elles valaient bien leurs frères, mais elles n’obtiennent pas encore autant qu’eux.

125Pourtant, le plus grave n’est pas là. Tywin contrevient à ses propres principes, en laissant son fils Tyrion aller vers l’échafaud. Certes, Tywin a bonne conscience, parce qu’il sait qu’il contente sa fille, persuadée de la culpabilité de son frère haï, mais il renonce à suivre ce qu’il a lui même édicté comme une règle absolue devant Tyrion (S3E10) : pour vaincre au jeu des trônes, il faut commencer par respecter et soutenir sa propre famille, toute sa famille, car hors de là, point de salut durable. Transgresser ce principe est une faute qui lui coûte la vie. Comme ses enfants, Tywin a cédé à ses pulsions, reproche qu’il n’a cessé d’adresser à sa progéniture. Comme Tyrion le dit :

« Les nains sont toujours des bâtards aux yeux de leur père. »

126Tywin, parvenu au faîte de sa puissance, a pu se croire enfin libéré des contingences et des contraintes qu’il impose aux autres.

127Tout se complique encore dès que la filiation est perturbée. Dans son arrogance et son désintérêt pour ses enfants, Tywin n’a jamais cru à la liaison de ses jumeaux Cersei et Jaime, dont la folie de Joffrey révèle symboliquement le caractère transgressif (S4E10). Cet inceste remet cependant en question tout le modèle qu’il a patiemment tenté de leur inculquer.

Les bâtards : ferments de désordre ?

128L’Histoire de Westeros reste liée aux histoires de filiation. Le principe fondateur est qu’un pouvoir stable nécessite une filiation nette. Les bâtards des maisons nobles se retrouvent par conséquent nombreux sur le Mur, dans la Garde de nuit où, en même temps que blasons et insignes, ils abandonnent tout droit à un héritage et à une descendance. La Garde de nuit joue un rôle social et politique, en accueillant loin des royaumes ceux qui ne pourraient que contester la perpétuation d’un modèle qui les exclut.

129En ce sens, le rôle de Jon Snow est doublement intéressant. D’abord il est un bâtard, et ne connaît pas sa mère. Ensuite, quand plus tard le commandant lui donne « Grandgriffe », l’épée des Mormont, il fait de Jon son fils spirituel, même si l’arme s’orne d’un loup Stark, seul élément apparemment stable de la filiation de Snow. Cependant ce don court-circuite la filiation biologique normale, tellement importante pour tous les objets intrinsèquement liés à une famille. En effet Mormont n’a rejoint que tardivement la Garde et il avait déjà un fils, Jorah : ce dernier aurait dû succéder à son père à la tête de la famille, mais en déshonorant son nom, il a perdu l’épée que possède désormais un étranger.

130Avec la mort de Joffrey, puis celle de l’homme fort du royaume, Tywin Lannister, le cas des enfants portant le nom de Robert n’est pas pour autant réglé. Ni Tommen, le nouveau roi, ni Myrcella, future princesse de Dorne, ne sont à l’abri des contestations politiques dont leur naissance peut être le prétexte. Pour tous ces cas, il subsiste donc une situation pendante, très riche en multiples conflits potentiels…

Table des illustrations

Légende Devant la porte du tunnel
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Le Mur, sortie nord
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Dans la forêt
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Arrestation de Will
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Pinacles ou crayons ?
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Ygrid et Jon au sommet du Mur
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Robb à Harrenhal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Daenerys en marche vers Meereen
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Robb près de Harrenhal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Les Bolton et Theon en vue de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Dothrakis devant Vaes Dothrak
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Cortège royal sur la route de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Vers le nord ou vers le sud
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Le navire piégé de la Néra
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Au secours de Davos-Robinson
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende La barque du salut
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Le navire de Littlefinger
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Le bateau de Yara
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Le vaisseau de Stannis en vue de Braavos
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Le premier navire de Daenerys
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Vers Braavos avec Arya
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Un message pour Barristan
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende L’étendard à la harpie
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende La litière de Tyrion
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Jaime ouvre la porte du lupanar
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Jaime ferme la porte
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Jaime laisse la porte ouverte
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Cersei et Tommen
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Entrée de Loras
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Chambre forte et tombeau
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Une « cellule céleste » aux Eyrié
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Le présent de Jaqen
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende En rêve, devant le Trône de fer
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Le vieux moulin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Les corbeaux
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Arya dans le crâne du dragon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende L’antre de la Fraternité sans bannière
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende La grotte d’Ygrid
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende La caverne du Vervoyant
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Dans la crypte de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Ned prête serment à Robert
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Salle du trône de Robert
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Salle du trône de Joffrey
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Le trône de Daenerys à Meereen
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Le trône des Eyrié
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Walder Frey trônant
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende La tente de Mance Rayder
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende La table du Conseil de Tywin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Au Conseil de Daenerys
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Le grand hall de la Banque de fer
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Oriflammes du tournoi de la Main
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Rose brodée et devise des Tyrell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Stark du Nord (Winterfell)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Tully du Conlans (Vivesaigues)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Arryn du Val (Les Eyrié)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Greyjoy des Iles de Fer (Pyk)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Lannister des terres de l’Ouest (Castral-Roc)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Baratheon des terres de l’Orage (Accalmie), puis des terres de la Couronne (Port-Réal)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tyrell du Bief (Hautjardin)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Martell de Dorne (Lancehélion)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Targaryen (en exil)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8948/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search