Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Parcours

Chapitre sept. Des mondes hétéromorphes…

Texte intégral

1L’un des attraits et non des moindres de la série est de plonger visuellement le spectateur dans des mondes distincts que la narration fait s’interpénétrer, mais qui ont initialement une existence individuelle fortement marquée. Un parcours choisi nous mènera d’abord du côté des contrées appartenant à un ailleurs géographique pour Westeros, puis vers la diversité du domaine des dieux, vers le monde particulier des enfants et, enfin, dans le territoire des dragons.

La menace d’un ailleurs

2Les vastes espaces vides et inhospitaliers qui contrastent avec Westeros forment un ailleurs ressenti comme potentiellement menaçant. De ce vide que l’on sait habité peut (et doit ?) venir l’ennemi. Dès le premier épisode, les menaces du Nord et du Sud deviennent tangibles. D’un côté, en provenance de l’étendue glaciale et méconnue située au-delà du Mur, surviennent les Marcheurs blancs, que leurs pouvoirs rendent apparemment invincibles. De l’autre côté, au-delà du Détroit, errant sans destination particulière dans les immensités inhabitées des terres orientales, les nomades Dothrakis font planer sur toute cité d’Essos la menace d’une attaque.

3L’immensité du vide apparent des régions du Nord et du Sud-Est contribue à faire naître une sorte de syndrome du Désert des Tartares qui fait accroire l’idée selon laquelle existerait une menace diffuse venue de ces grandes solitudes. En effet, pour s’en tenir uniquement à l’Histoire de Westeros, les Marcheurs blancs n’ont pas été au sud de la ligne du Mur depuis des milliers d’années et les Dothrakis n’ont jamais cherché à envahir Westeros, ayant en horreur l’idée même de naviguer et de traverser la mer. Pourtant, au Nord, la Garde de nuit a été maintenue, même si elle périclite depuis longtemps. Au Sud, personne n’a tenté d’accoster à Westeros depuis un millénaire, lorsqu’à la tête d’une armée surtout composée de femmes, la reine Nymeria avait conduit jusqu’à Dorne le peuple Rhoynar qui s’y était établi. Depuis lors, le Détroit a suffià protéger Westeros.

4Pour donner du poids à cette impression, la série convie le spectateur à une exploration en plusieurs étapes des deux au-delà : celui du Mur et celui du Détroit.

Les terres de l’Éternel Hiver

5Sans le savoir, dès la séquence prégénérique du tout premier épisode de la série, le spectateur découvre les créatures les plus septentrionales qui soient et dont le séjour même est inconnu. Il fait alors connaissance avec les Marcheurs blancs dont il ne saura rien pendant longtemps, sinon leur comportement meurtrier et leur vulnérabilité au verre-dragon. Pourtant, il semble qu’existe aussi chez eux une sorte de hiérarchie, comme le montre la scène sacrificielle avec l’enfant conduit sur un autel de glace. La scène se passe au-delà du Mur mais rien ne précise davantage la localisation.

Le repaire des Marcheurs blancs

Le logis de Craster

Benjen et Jon face à la Forêt hantée

6Au nord du Mur, longtemps, les seuls Sauvageons connus du spectateur seront Craster et ses « épouses » qui vivent dans une grande chaumière plus que dans un manoir (S2E1). Mais cette micro-société formée autour d’un seul homme, misanthrope de surcroît, ne permet pas de se faire une idée de ce que sont les Sauvageons. De plus, la mort de Craster entraîne finalement la libération de ses épouses survivantes, qui décident de rester au même endroit (S4E5). Cet univers septentrional est complété par les vastes étendues de la Forêt hantée, qui commence juste après le Mur, ainsi que des montagnes glacées ou enneigées.

7Nettement plus au nord que la cabane de Craster, se distingue particulièrement un lieu inhabité, situé en bordure de la Forêt hantée. Il est formé d’une sorte d’énormetour rocheuse naturelle dont le sommet est constitué par un étroit plateau et que les frères appellent le Poing des Premiers Hommes (S2E5). Tout en haut du promontoire, Samwell Tarly va trouver enterrées des lames en verre-dragon, bien utiles plus tard. C’est à cet endroit également que, ultérieurement, le contingent de la Garde de nuit emmené par Mormont sera attaqué et décimé par des Marcheurs blancs commandant une troupe de revenants (S2E10). Encore plus au nord vivent les Thenns, une tribu cannibale que commande Styr, venu avec ses hommes rejoindre Tormund, Ygrid et leur troupe en prévision de l’attaque de Châteaunoir (S4E1).

Le Poing des Premiers Hommes

Les Autres devant le Poing des Premiers Hommes

Le déjeuner des Thenns

« Le Seigneur des os »

8Après la cabane de Craster, le premier Sauvageon à rester en vie assez longtemps pour susciter un intérêt est une Sauvageonne, la rousse Ygrid que Jon Snow a faite prisonnière et qu’il n’a pas pu tuer. Elle s’enfuit, Jon la poursuit et finit lui-même par être capturé par des hommes de Clinquefrac, surnommé « le Seigneur des os » (S2E8). Ce surnom lui vient des os humains qui ornent tout son vêtement et le font d’autant plus ressembler à un squelette qu’il porte aussi une sorte de masque fait à partir d’un crâne. Après ce personnage exotique, Jon découvre l’immense campement de Mance Rayder, peuplé de Sauvageons, qui ressemblent d’abord à des nomades du froid. Aucun luxe ne caractérise leur accoutrement de peaux de bêtes sur plusieurs épaisseurs, ni les tentes de fortune qu’ils montent, mais Jon sent à l’accueil peu chaleureux qu’il reçoit qu’ils sont viscéralement attachés à leur liberté de parole comme d’action.

9Jon y découvre également des créatures pour lui nouvelles, ainsi que des hommes doués de pouvoirs dont il ne connaissait pas l’existence. Ces êtres ne sont cependant pas majoritaires en nombre. Ainsi le héros est peu rassuré lorsqu’un vrai géant passe à côté de lui (S3E1). Du reste, il aura l’occasion d’en affronter deux plus tard, lors de la bataille sur le Mur, et de découvrir également les mammouths qu’ils montent. Enfin, il assiste éberlué à l’espèce de transe du change-peau Orell qui communique, les yeux révulsés, avec son aigle qui plane loin au-dessus de lui et lui permet ainsi de voir avec ses yeux les bastions du Mur et l’importance de leurs forces (S3E5), informations qu’il transmet à Mance. C’est là une figure récurrente, puisque le spectateur verra aussi un change-peau Thenn, accompagné cette fois d’un hibou. Jon sera aussi confronté aux traces laissées par les Marcheurs blancs et prouvant leur existence. L’au-delà du Mur se laisse ainsi peu à peu découvrir dans sa diversité, si étrangère au sud de Westeros ou même d’Essos.

Deux géants et un mammouth

Le change-peau Thenn en transe

10Évidemment la grande rencontre attendue est celle avec le roi du Peuple libre, Mance Rayder. Au milieu de cette nature hostile, la paranoïa liée au pouvoir ne cesse pourtant pas. De même que, dans l’Antiquité romaine, Mucius Scévola s’était trompé en tuant à la place du roi étrusque Porsenna un serviteur qui en avait l’apparence, de même Tormund laisse d’abord croire qu’il est Mance, afin de jauger les intentions de Jon Snow et de prévenir un éventuel assassinat (S3E1). Mance est un chef élu et révocable à tout moment, il n’a donc pas de sujets stricto sensu, et personne ne s’agenouille devant lui. Un fait révèle à quel point ce souverain est différent des autres : à l’arrivée de Stannis et de son armée, lorsque Mance comprend que tout est perdu, il préfère se rendre et sauver son peuple, plutôt que de risquer une grande effusion de sang en essayant de conserver le pouvoir (S4E10).

11Au-delà du Mur, la créature la plus extraordinaire pour Jon Snow demeure Ygrid, qui lui fait découvrir l’amour, en particulier physique, ce qui lui donne le sentiment coupable de ne pas respecter ses vœux de frère de la Garde de nuit, même s’il finit par regagner le Mur. La mort d’Ygrid pendant l’attaque de Châteaunoir et la mise en scène poignante de sa crémation par Jon lui-même concluent tragiquement cette passion entre les deux côtés du Mur, tout en faisant écho à la défaite de Mance.

12Enfin, Jon n’est pas le seul à nous faire découvrir des êtres inconnus vivant au Nord. Au terme de la première étape de sa quête, Bran et ses compagnons rencontrent également deux créatures légendaires : l’un des Enfants de la forêt et le dernier des Vervoyants, les devins de ce peuple (S4E10). Le premier les aide à échapper à des sortes de revenants, le second lui confirme qu’il est bien celui qui lui est apparu dans ses rêves sous la forme de la corneille à trois yeux.

13Au terme de ce rapide parcours, il appert que les relations entre le sud et le nord du Mur sont quasi inexistantes et fondées sur la méfiance, voire l’hostilité, et plus encore sur l’ignorance réciproque. Véritables repoussoirs, terres inhospitalières à la géographie et aux limites incertaines, les grands espaces du nord constituent, à cause de leurs conditions climatiques difficiles, une sorte de terrain libre où ne règnent pas les contraintes politiques qui régissent les autres univers et il s’y déploie une mosaïque de peuplades étranges, aux mœurs exotiques. C’est de surcroît comme un champ expérimental expressément ouvert à l’imagination créative, puisqu’une fois passé le Mur, les lois communément admises concernant la rationalité, la civilisation ou la logique sont remises en question. C’est un « ailleurs » et un « là-bas » où règne la barbarie et qui, du point de vue dramatique et esthétique, empruntent certains codes aux films de genre : film de revenants ou de morts-vivants ; film préhistorique (La Guerre du feu, Jean-Jacques Annaud, 1981) ou historique, mettant en scène d’anciennes sociétés guerrières et conquérantes (Gaulois, Normands, Celtes, Vikings, etc.). Plus qu’en d’autres lieux, le spectateur y est confronté à des créatures liées au surnaturel, qu’il s’agisse des Marcheurs blancs, des géants, des mammouths, ou de l’Enfant de la forêt et du Vervoyant, tous disparus partout ailleurs, ou enfin des change-peau qui sont ici intégrés dans la société sauvageonne, à la différence de Bran qui, au sud du Mur, découvre et vit solitairement son identité de change-peau.

Les terres de l’Été

14Au-delà de la mer, en Essos, un continent qui s’étend largement au sud-est, se trouvent d’autres peuples pour qui l’hiver n’a rien à voir avec ce que vit la plus grande partie de Westeros. Ces peuples sont habituellement rassemblés dans des cités entre lesquelles s’étalent de vastes territoires à peu près vides.

15La série ne donne à voir que des lieux choisis d’Essos. Le spectateur s’y trouve transporté au rythme des pérégrinations de Daenerys à partir de Pentos, où le khal Drogo vient la chercher. Avec lui d’abord, le khalasar traverse la mer Dothrak jusqu’au sanctuaire de Vaes Dothrak, qui n’a assurément pas la forme d’une ville.

16Pour rencontrer de véritables cités comparables à celles de Westeros, il faut laisser Daenerys sortir du désert Rouge après la mort de Drogo, jusqu’à ce qu’elle arrive à Qarth, une ville annoncée par nul village et entourée de hautes murailles qui ne laissent rien voir de ce qu’elle recèle. Lorsque les portes finissent par s’ouvrir, une métropole digne des Mille et une Nuits apparaît alors, avec la mer à l’horizon. Les trois autres ports où Daenerys se rend ensuite sont figurés sur ce modèle : ce sont des oasis maritimes que n’entourent aucun tissu urbain ni même une campagne avec fermes et moulins.

Les murailles de Qarth

Les beautés de Qarth

Astapor vue du ciel

Meereen depuis le balcon

17Ce vide autour des murs nous fait songer que, végétation et climat mis à part, ces villes du sud ne sont pas si différentes de Port-Réal ou même de Winterfell. Les unes comme les autres, malgré leur différence de taille, sont assez strictement enfermées derrière leurs remparts. La forme des cités rapproche ainsi Westeros et Essos : seul les différencie vraiment leur type de gouvernement.

Dieux anciens, récents et nouveaux

18Même si d’après les romans, la religion a pu être un problème à Westeros, en revanche, dans la première saison, la tolérance religieuse semble d’abord être de mise. Polythéismes, monothéismes plus ou moins agressifs, ces formes coexistent et ne paraissent guère s’affronter jusqu’à l’apparition de Mélisandre d’Asshaï à Peyredragon.

19Dans le Nord, la préférence va aux anciens dieux qui « parlent » en faisant bruisser les feuilles des arbres sacrés, comme les chênes de Dodone pour Zeus, et reçoivent prières et serments devant ces mêmes barrals. Cependant les nouveaux dieux, communément appelés les Sept, y sont aussi adorés et en même temps. Ainsi Bran Stark va prier devant le barral de Winterfell (S1E8), mais sa mère née dans le Conflans invoque les Sept pendant qu’il est dans le coma (S1E2). De même, à Châteaunoir, les prestations de serment des futurs frères se font au choix devant les Sept ou devant un immense barral au nord du Mur (S1E7).

Barral de la Garde de nuit

20De manière analogue, Syrio Forel, le maître d’armes d’Arya qui est originaire de Braavos, évoque librement son dieu, la Mort (sans doute un avatar du Dieu multiface), à qui on dit « Pas aujourd’hui ! » (S1E6). Le même Dieu multiface est également celui de Jaqen H’ghar, l’inquiétant Sans-visage.

21Il reste qu’avant l’arrivée de R’hllor, le dieu de la lumière importé d’Essos, il ne semble pas y avoir de conflit religieux ouvert à Westeros, si bien que, dans une même famille, on peut indifféremment adopter l’une ou l’autre de ces religions, voire deux d’entre elles ensemble, puisque adorateurs des anciens dieux et des Sept tout à la fois ne sont pas rares dans le Nord.

22L’arrivée de Mélisandre bouleverse cette tranquillité et met fin à cette époque de tolérance. En effet, R’hllor est un dieu qui se veut unique, même s’il est invoqué sous plusieurs noms, mais surtout ses prêtres manifestent l’intention de faire du prosélytisme et de l’imposer face aux autres divinités. C’est ainsi qu’on apprend que les arbres sacrés – les barrals – ont été coupés et brûlés, et qu’on assiste à l’autodafé des antiques statues des Sept sur la plage de Peyredragon (S2E1). Cette cérémonie nocturne à grand spectacle a également un autre but : Stannis y apparaît en effet pour se saisir d’une épée plongée dans une statue et la retirer enflammée – comme celle de Thoros de Myr, un autre prêtre de R’hllor, ou de Béric Dondarrion, un converti récent. En tant que prêtresse, Mélisandre accompagne ce geste de formules de louanges visant à faire comprendre à la foule rassemblée et interloquée que Stannis est le roi élu par R’hllor, et à donner une confirmation religieuse à ses prétentions politiques au Trône de fer. Plus tard, un nouveau pas est franchi avec les premières victimes des bûchers (S3E1), puis lorsque le propre frère de la reine Selyse est brûlé vif en raison de sa persistance à ne pas adorer R’hllor (S4E2).

Stannis et l’épée enflammée

Bûcher pour R’hllor

23Face à Renly qui se moque des nouvelles armes arborées par son frère, une tête de cerf au milieu d’un cœur enflammé (S2E2), Mélisandre tient des propos du même genre que sur la plage, en ajoutant la menace d’un châtiment divin si Renly ne se soumet pas. Son intention est claire, mais la créature éphémère à laquelle ses ébats avec Stannis ont donné naissance et qui va tuer Renly est le produit de la sorcellerie ou de la magie plus que de la seule religion. L’expédition réussie de Stannis contre les Sauvageons qui fuient les Marcheurs blancs (S4E10) s’inscrit donc dans une stratégie de conquête du pouvoir dont le premier objectif est d’imposer R’hllor comme dieu unique et Stannis comme son roi.

24La distinction des cultes dans une atmosphère de paix générale vole en éclats avec la guerre des Cinq Rois et ses suites. C’est l’occasion pour les sectateurs d’un dieu jaloux d’essayer de s’imposer au détriment des divinités plus anciennes. Mais le tissu social sur lequel reposent ces différents cultes en est potentiellement affecté et cette situation nouvelle contribue à l’atmosphère de crise générale évoquée plus haut.

Un monde à part : les enfants

25Les enfants les plus jeunes qui apparaissent dans la série comme des personnages récurrents, quoique secondaires, sont souvent ignorés des adultes. Ils comptent pourtant parmi leurs premières victimes.

26Incapable de retrouver Bran et Rickon, Theon tue au hasard deux enfants dont il montre les cadavres méconnaissables à Winterfell pour ne pas perdre la face (S2E8). Pour lui, ils sont un moyen nécessaire pour installer son autorité.

27Lorsque les sorciers d’Astapor cherchent à tuer Daenerys (S3E1), le meurtrier prend l’apparence d’une enfant qui joue avec une boule contenant une manticore. Contre les règles de la guerre, sans parler de l’honneur, l’idée est ici de se servir de l’apparence inoffensive d’une fillette pour la transformer en piège létal. Encore une fois, l’enfant est un simple moyen pour parvenir à une fin.

L’enfant à la manticore

28Le sentiment de l’injustice ou celui de l’honneur suscite bien souvent l’opposition des enfants aux adultes. Ainsi, malgré les propos de son père qu’elle adore, Shôren Baratheon s’en remet à son propre jugement concernant Davos Mervaut qu’elle considère comme son ami. Conciliant les devoirs de l’amitié avec ceux du respect filial, elle ne nuit pas à son père en apprenant à lire à Davos – une occupation bien incongrue pour un homme qui risque de mourir. Pourtant cet apprentissage sauvera la vie de Davos.

29On connaît le caractère indépendant d’Arya. Accompagnée de Gendry et Tourte-chaude, elle tente cependant de ne pas être seulement instrumentalisée. Quand elle devient l’échanson de Tywin à Harrenhal, elle pense à le tuer elle-même plusieurs fois pour se venger, mais ne trouve pas l’opportunité. Peut-être goûte-t-elle aussi la compagnie du vieil homme qui apprécie son intelligence vive, jusqu’à la mettre en garde contre elle-même. Quoi qu’il en soit, prise également par l’urgence, elle ne songe pas à faire intervenir Jaqen pour tuer Tywin. Le jeune Gendry lui en fait plus tard le reproche, parce que son élimination aurait changé le cours de la guerre. De fait, sans Tywin, pas de « Noces pourpres ». Il faut cependant se demander comment il serait possible de faire peser une telle responsabilité sur les épaules d’une fillette. La série cherche d’ailleurs à faire prendre conscience de cette question, qui est liée en réalité à celle des enfants-soldats : le premier dommage que leur inflige la guerre est de nier leur enfance en leur faisant perdre leur innocence.

30Lorsqu’Arya voit plus tard que Gendry est vendu par la Fraternité sans bannière à laquelle il a adhéré, elle comprend alors qu’elle sera donnée au plus offrant et non à sa famille. Et elle s’enfuit (S3E7). Quand, au contraire, le Limier est sa seule chance de retrouver rapidement les siens, elle fait fide la haine qu’elle lui voue depuis qu’il a tué son ami Mycah et chemine avec lui (S3E8). Après les « Noces pourpres » où il prend le risque de la sauver, elle accepte de l’accompagner aux Eyrié où il espère obtenir une rançon de Lysa Arryn, la tante d’Arya. En retour, il la protège lorsque, par vengeance, elle tue son premier homme adulte (S3E10). Elle a beau passer pour morte, elle dirige sa vie autant qu’il est possible dans ces temps obscurs. Elle cultive donc son goût pour l’escrime et pour les armes qui sont d’abord pour elle un moyen de rester en vie. Elle va se perfectionner grâce au Limier et émailler leurs tribulations de quelques meurtres supplémentaires. Après le combat du Limier contre Brienne qui le laisse moribond (S4E10), Arya libérée s’engage enfin seule dans cette voie des armes qui la mène naturellement à Braavos, la patrie de Syrio où Jaqen a aussi été formé…

31Contrairement à leur sœur, Bran, maintenant handicapé, et son jeune frère Rickon dépendent des autres pour survivre. En premier lieu d’Osha et d’Hodor, puis de Jojen et Meera Reed, qui ont à peu près l’âge de Robb. C’est le groupe qui les sauve. Mais il existe une contrepartie : lorsque ses compagnons sont piégés dans le vieux moulin, Bran les protège à son tour en apaisant Hodor. Ensuite, prenant le contrôle de son loup, « Été », il intervient aussi pour venir au secours de Jon Snow, à son insu, dans son combat contre les Sauvageons. Plus tard, par exemple, il use aussi de sa capacité à prendre le contrôle d’Hodor pour aider ses compagnons attaqués par des revenants à l’état de squelettes (S4E10). Ce faisant, Bran change considérablement le futur de Westeros. Ces faits toutefois ne préjugent pas de la quête entreprise par Bran pour tenter de comprendre ses rêves prémonitoires et de résoudre l’énigme de la corneille à trois yeux. Il en achève cependant la première étape lorsqu’il rencontre enfin le Vervoyant (S4E10).

L’escorte de Bran

Olly archer vengeur

32Un nouveau personnage d’enfant apparaît enfin avec Olly, un jeune fils de paysans dont le village est massacré par les Thenns. Après avoir vu son père mourir d’une flèche tirée par Ygrid, et sa mère assassinée, Olly est capturé par Styr qui l’envoie comme messager à Châteaunoir (S4E8). Orphelin, seul au monde, il y est recueilli par la Garde de nuit et, pendant l’attaque des Thenns, il s’occupe de l’ascenseur de Châteaunoir dont il tourne le cabestan. C’est là qu’il reconnaît et tue Ygrid d’une flèche au moment où elle-même ne peut se résoudre à tirer sur Jon (S4E9)…

33Ces enfants connaissent une initiation très rude aux réalités de la vie qui les fait vieillir plus vite, maturation accélérée que la série donne parfois à voir. Après la mort de Lady, la louve de Sansa, Ned rapporte maladroitement à sa fille une poupée censée atténuer la perte de l’animal. Mais Sansa lui répond que cela fait déjà plusieurs années qu’elle n’y joue plus (S1E3). La réplique donne ici la mesure du passage du temps, toute relative en fonction de l’âge et des circonstances de la vie. Vivant des temps troublés et obligée à la fréquentation de Joffrey, la préadolescente rougissante du premier épisode grandit presque à vue d’œil et n’est déjà plus du tout une enfant, sauf pour son père, qui n’a pas encore pris la mesure des changements intervenus si vite. Après la mort de Ned, l’arrivée de ses premières règles rend sa vie encore plus dangereuse (S2E7).

34Le spectateur se souvient enfin que c’est aux réflexions d’Arya sur les symboles Baratheon et Lannister, et de Sansa sur la blondeur des enfants Lannister que Ned doit d’avoir trouvé la solution de l’énigme que posait la mort de Jon Arryn (S1E6). Cette résolution devait précipiter leur destin à tous.

Renaissance orphique : les trois œufs de dragon

35Les dragons cracheurs de feu venus d’Essos constituent un contrepoint aux Marcheurs blancs du Nord. Tout comme eux, au début de la série, ils sont considérés comme des créatures mythiques disparues. Dans le cas des animaux, la date de leur extinction est connue historiquement et remonte à environ deux siècles. Le souvenir qu’ils laissent est d’abord et surtout celui de leur puissance de destruction, dont les traces sont encore sensibles, en premier lieu dans les récits historiques de Westeros.

36Lorsque Tywin et Arya évoquent la Conquête d’Aegon Ier, il est question du pouvoir destructeur des dragons (S2E7), dont les stigmates se voient justement là-même où les deux personnages se trouvent. Les bêtes ont aussi laissé deux vestiges spectaculaires au cœur symbolique du pouvoir, dans la salle du Trône de fer elle-même. Le trône a en effet été forgé par le feu-dragon qui a fondu les épées, et les crânes des dragons, dont les plus gros atteignaient la taille d’une charrette, ornaient la salle jusqu’à ce que Robert les relègue dans les souterrains du Donjon rouge : Arya se cache d’ailleurs dans l’un d’entre eux (S1E5). La relégation des restes de ces créatures fantastiques sous des fondations architecturales, où ils s’agencent en un immense ossuaire à moitié englouti dans la terre, semble la métaphore du souvenir d’une époque abolie qui sombre progressivement dans l’oubli. Mais on peut faire de ces traces une lecture inverse qui pourrait au contraire réactualiser la menace que représentent les dragons : ré-émergeant du sol au cœur d’un lieu habité dont ils constituent comme les étranges substructions, ces squelettes monstrueux refont surface, prêts à reprendre vie.

37Avec leurs œufs encore conservés, les dernières traces des dragons se retrouvent dans les armes. Ainsi la dague utilisée dans la seconde tentative d’assassinat contre Bran possède un manche en os de dragon et une lame en acier valyrien : cela explique que son origine soit si facilement retrouvée (S1E3). Quant aux œufs de dragon, tous différents, ils sont tenus comme des bijoux sans prix. Dans la série, seuls trois d’entre eux apparaissent, offerts par Illyrio Mopatis comme présents de noces à Daenerys (S1E1), comme s’il faisait le pari qu’étant une Targaryen, elle avait plus de chance que quiconque de retrouver le secret de leur éclosion, perdu depuis plus de deux siècles.

Les trois œufs de dragon

Daenerys fille du dragon

38En effet, les dragons mènent immanquablement aux Targaryen, seule famille a en avoir possédé après le Fléau de Valyria, où ceux des autres familles d’Essos ont tous péri. Les derniers des Targaryen connus, Viserys et Daenerys, attirent aussi l’attention en raison de cette proximité familiale unique avec les dragons devenus un mythe. Dans la série, il n’est pas anodin que la curiosité de Doreah pour ces animaux s’exprime justement dans sa conversation avec Viserys, car, en tant qu’unique héritier Targaryen mâle, il se voit lui-même comme une réincarnation de dragon et se met ainsi en scène (S1E4). La jeune fille est très déçue qu’il avoue n’en avoir jamais vu et il est très irrité en retour de percevoir sa déception. Le mettre colère est d’ailleurs ce que Viserys appelle « réveiller le dragon », et c’est à ce moment-là le dernier avatar pitoyable du rêve de puissance qu’incarnent ces animaux fabuleux.

39La véritable héritière du dragon est sa sœur Daenerys et elle le prouve d’abord en n’ayant rien à craindre du feu, tout comme les dragons. Elle ne se brûle pas dans le bain bouillant où elle entre (S1E1), ce qui effraye sa servante. Elle ne se brûle pas davantage en saisissant à pleines mains l’œuf de dragon qu’elle a fait chauffer sur la braise, sans doute déjà pour essayer de le faire éclore, mais Irri, qui a peur pour elle et veut l’aider, se brûle (S1E6). Enfin, Daenerys sort également indemne de la fournaise du bûcher funéraire de Drogo, dans lequel elle a ajouté ses trois œufs de dragon et fait jeter la magicienne Mirri Maz Duur, qui en meurt, bien sûr : mais cette fois, trois animaux sont nés (S1E10). L’importance du nombre magique « trois » est ici manifeste : Daenerys passe par trois épreuves du feu et donne naissance à trois bêtes – comme plus tard elle traversera trois lieux de fantasme chez les Nonmourants (S2E10). De même Aegon Ier avait trois dragons pendant la Conquête et on en voit encore un, tricéphale, dans le blason familial des Targaryen (S4E6). Daenerys peut donc s’autoproclamer sans hésitation la Mère des dragons.

40Avec la naissance des dragons de Daenerys, le mythe redevient réalité et suscite d’autant plus la curiosité des cités d’Essos où elle aborde. La question qui se pose alors est de savoir quel sera le futur de ce monde, puisqu’il va désormais falloir compter avec ces bêtes. À Qarth, le Roi des épices n’hésite pas à déclarer de manière prémonitoire que, pour ce qui le concerne, il vaudrait mieux que les dragons meurent, tant ils sont synonymes de destruction. Les Treize Conjurateurs vont d’ailleurs payer de leur vie leur curiosité pour les animaux et leur cupidité (S2E7), et Pyat Pree est le premier à périr du feu-dragon (S2E10) ; en Astapor, Kraznys mo Nakloz meurt aussi brûlé vif, ainsi que les autres maîtres esclavagistes (S3E4). Daenerys a pris deux villes supplémentaires et règne sur la baie des Serfs, les dragons ont gagné en taille et en voracité au point de s’en prendre aux êtres vivants habitant la contrée, bétail et hommes. Si bien que, renonçant à ses principes, Daenerys a dû enfermer deux d’entre eux dans des catacombes (S4E). Reste qu’il est impossible de dire jusqu’où se répandra la fureur des dragons, car la liberté du troisième d’entre eux constitue maintenant un danger avec lequel il faut compter.

Table des illustrations

Légende Le repaire des Marcheurs blancs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le logis de Craster
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Benjen et Jon face à la Forêt hantée
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Le Poing des Premiers Hommes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Les Autres devant le Poing des Premiers Hommes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Le déjeuner des Thenns
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende « Le Seigneur des os »
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Un géant
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Deux géants et un mammouth
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Le change-peau Thenn en transe
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Vaes Dothrak
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Les murailles de Qarth
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Les beautés de Qarth
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Astapor vue du ciel
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Meereen depuis le balcon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Barral de la Garde de nuit
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Stannis et l’épée enflammée
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Bûcher pour R’hllor
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende L’enfant à la manticore
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende L’escorte de Bran
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Olly archer vengeur
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Les trois œufs de dragon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Daenerys fille du dragon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8945/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search