Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Genèse

Chapitre trois. Un monde à découvrir et à créer visuellement

Terres et peuples de Westeros

Texte intégral

Vol au-dessus d’une carte : autour du générique

1La toute première scène du premier épisode plonge le spectateur dans un univers enneigé de chevaliers d’allure médiévale aux prises avec des créatures surnaturelles – les Marcheurs blancs. Même si le Mur qui apparaît d’emblée ne renvoie le spectateur à aucun lieu connu, la géographie du monde dans lequel va se dérouler la série n’est pas encore précisée.

Un modèle de sphère armillaire

2Pourtant le générique qui, par exception dans ce premier épisode de Game of Thrones, suit la première scène au lieu de la précéder, va nous révéler que le monde dans lequel nous pénétrons n’est pas le nôtre et que les terres y ont une tout autre forme avec laquelle il se propose de nous familiariser. La répétition du générique au début de chaque épisode acquiert ainsi immédiatement une fonction pédagogique : chaque semaine, si on regarde la série à la TV, on est ainsi invité à reprendre pied dans le monde de Westeros et à retrouver ses territoires contrastés et leur disposition respective. Bref, cette courte séquence recrée nos repères (éventuellement) oubliés.

Loup, lion, cerf et dragon

L’œil en mouvement

3Le générique s’ouvre sur une sorte de sphère armillaire – un instrument ancien d’astronomie composé de cercles concentriques et destiné à repérer les planètes les unes par rapport aux autres. Mais ici les cercles métalliques sont ornés de scènes animées – on reconnaît des animaux héraldiques, un loup (Stark), un lion (Lannister) et un cerf (Baratheon) combattant un dragon à trois têtes (Targaryen), – et le centre est constitué par un œil. Il s’agit d’une libre interprétation d’une légende cosmologique de Westeros à laquelle Robb Stark fait allusion très brièvement lorsqu’il rend visite à son frère Bran alité (S1E3).

4« – Un jour, dit-il, elle [Vieille Nan, la nounou] m’a raconté que le ciel était bleu parce que nous vivionsdans l’œil d’un géant aux yeux bleus nommé Macomber. – Peut-être que c’est le cas ! », répond alors son frère.

5Quoi qu’il en soit, le motif de l’œil symboliquement placé au centre de cercles concentriques figurant les trajectoires des planètes permet de parcourir le monde de Westeros et d’Essos et on en suit le survol au-dessus d’une carte.

Le Donjon rouge et la ville

Forme du générique

6Le générique est constitué par une séquence d’animation. Il s’ouvre sur une vue générale d’une carte géographique qui s’étale sous nos yeux et rappelle celle des jeux de stratégie. Puis vient une première plongée et un premier arrêt au-dessus de la forme d’une cité et de son nom, ici Port-Réal (King’s Landing), la capitale de Westeros, dont on aperçoit la silhouette au bord de la mer : seul élément identifiable, un disque doré portant un cerf noir cabré – l’emblème des Baratheon, la famille régnant sur l’ensemble des sept royaumes de Westeros – et le nom de la cité en toutes lettres, le tout placé sur un autre disque à dix pointes.

7L’angle de vue change alors et rapproche le spectateur presque au niveau du sol sur la carte : les disques sont en mouvement et entraînent des roues dentées rappelant les rouages des horloges anciennes ou ceux des projets de machines de Léonard de Vinci. Ces mouvements mettent en branle des pièces qui s’élèvent petit à petit et forment des modèles réduits stylisés de bâtiments, bientôt dominés par la masse de l’énorme Donjon rouge de Port-Réal qui tient lieu de palais royal. Le générique créé par Angus Wall et son équipe, séquence destinée à être inaugurale, mime ainsi la naissance de la ville sous l’action de ses créateurs, George R.R. Martin et les showrunners de la série, Benioffet Weiss.

8De manière analogue, pour chaque autre lieu de Westeros, on assistera à une progression avec la plongée visuelle, la station au-dessus de la ville, dont on lit le nom et dont on voit l’emblème héraldique de la famille régnante, puis un monument représentatif par excellence. Seule exception dans cet ensemble de Westeros, le Mur, qui n’abrite pas de ville et ne possède ni animal héraldique ni famille régnante.

9De la capitale, Port-Réal, on est ensuite mené vers le nord, à Winterfell : un disque doré porte cette fois la tête de loup, emblème des Stark, et au fur et à mesure que, comme précédemment, la ville se dresse hors de terre, croissent les branches d’un énorme « barral », l’arbre-cœur des anciens dieux adoré ici. De là, en survolant la route royale, on gagne le Mur (Wall) qui ne porte aucun symbole, seulement son nom. Il est reconnaissable parce que sa masse barre de l’est à l’ouest tout ce territoire dont on ne connaît pas encore le nom : Westeros. On y voit aussi se développer un équipement particulier, un monument à sa manière, à savoir une sorte d’ascenseur noir montant au sommet du Mur, signe qui identifie Châteaunoir, le fort principal du Mur, lieu d’où l’on peut en faire l’ascension et seul endroit connu où on puisse également le traverser par un tunnel – celui que montre le tout début de la séquence pré-générique (S1E1).

10Laissant le Mur, on s’en revient vers le sud jusqu’à Port-Réal pour filer vers l’est en traversant une mer, le Détroit ou mer Étroite. Poursuivant le survol, on arrive alors au-dessus d’une des grandes cités libres, Pentos, qui n’est donc pas associé à l’emblème d’une famille régnante, mais élève depuis le sol de gigantesques et caractéristiques bâtiments – tours et esplanades – évoquant l’Orient antique, Sumer ou Babylone. Ce sera le premier contact avec les cités libres d’Essos, cet autre continent dont la forme évoque la Turquie, qui regarde Westeros et n’est pas non plus nommé.

Le barral de Winterfell

L’ascenseur de Châteaunoir

11Tous ces lieux – des villes pour la plupart – que le spectateur découvre avec leur nom sur la carte sont ceux où se nouent les principales intrigues en ce premier épisode. Dès le deuxième épisode et dans la suite des saisons, à chaque fois que l’action se transportera dans un nouvel endroit, le spectateur le découvrira dès le cheminement proposé dans le générique où il en verra une version stylisée et individualisée. De manière analogue, un lieu qui n’est plus utilisé disparaît d’abord du générique – comme Pentos qui n’apparaît qu’une seule fois en S1E1 –, quitte à revenir plus tard si besoin est – comme les Jumeaux, que l’on découvre en S1E9 et qui réapparaissent seulement en S3E9-10.

12Chacune des quinze variantes du générique présente entre quatre et six endroits différents. On voit d’abord Westeros, en commençant toujours par Port-Réal ; généralement un ou deux autres lieux s’intercalent ensuite avant Winterfell toujours suivie du Mur, puis le générique s’achève par une cité d’Essos (exceptionnellement deux en S4E7). Ainsi, dès le générique, le spectateur sait littéralement où il va et, par conséquent, quelle(s) intrigue(s) il s’apprête à suivre (on constate une seule exception dans l’épisode consacré tout entier à la bataille sur le Mur où le générique reste classique, S4E9).

13Les nouveaux lieux qui apparaissent au fil des variantes du générique vont permettre au spectateur de se familiariser avec les territoires de Westeros et d’Essos. De Westeros, on découvrira aussi les Eyrié, les Jumeaux, Peyredragon, Pyk, Harrenhal, Vivesaigues, Fort-Terreur, Moat-Cailin ; en Essos, après Pentos, on s’aventurera à Vaes Dothrak, puis à Qarth, Astapor, Yunkaï, Meereen et Braavos. Les connaître les uns par rapport aux autres, en repérer le cas échéant les emblèmes héraldiques et les familles qui y sont associées est fondamental pour entrer dans une série dont les enjeux explicites constamment mis en avant relèvent du pouvoir politique, de sa conquête, de son maintien ou de sa perte.

Port-Réal : la capitale au Trône de fer

14Première cité à apparaître dans le générique, Port-Réal (King’s Landing) est la capitale de Westeros. Dressé sur un large éperon rocheux dominant la baie de la Néra (Blackwater), l’énorme Donjon rouge que l’on découvre en images de synthèse dès le pilote en est le monument le plus reconnaissable. Dans une immense salle qui rappelle, en plus sombre, la nef de nos plus grandes cathédrales, on découvre le fameux Trône de fer, symbole du pouvoir royal exercé sur l’ensemble des sept royaumes de Westeros. Le trône lui-même est un objet remarquable qui provient de la fusion de mille épées sous le feu craché par le dragon Balerion, ce qui en fait un siège aussi convoité qu’inconfortable.

15Comme son nom l’indique, Port-Réal est avant tout une cité portuaire, située à l’embouchure de la Néra. Regardant vers l’Orient et Essos, la ville ceinte de remparts est aussi réputée pour sa turbulente populace habitant un immense quartier sordide nommé « Culpucier » (Flea Bottom, littéralement « Cul de puce »).

16Lorsque la série commence, le roi des Sept Couronnes unifiées de Westeros est Robert Baratheon. Il a pour armes un cerf noir avec une couronne autour du cou, le tout sur fond jaune et sa devise est : « Nôtre est la fureur » (Ours is the fury). Comme on l’apprend rapidement, bien qu’il appartienne à la vieille famille régnant sur les terres de l’Orage, son pouvoir est récent. 17 ans plus tôt, il a détrôné les Targaryen qui régnaient depuis près de 300 ans.

Winterfell : la gardienne du Nord

Le barral de Winterfell

17Revenons au générique du premier épisode. Après la capitale, Port-Réal, nous partons vers le nord par la route royale et nous nous arrêtons à Winterfell. Une fois passé le générique, c’est en effet là que commence la série. C’est une petite cité médiévale, nordique, massée autour d’une énorme forteresse granitique et, bien qu’elle soit la capitale du nord, elle ne peut rivaliser ni en taille ni en raffinement avec Port-Réal – d’autant moins que, dans la série, elle ne jouit pas du merveilleux dont l’entoure les descriptions de la saga qui montre, au contraire, le château adouci par des sources chaudes qui alimentent de spectaculaires serres de verre avec de somptueux jardins intérieurs. À l’image, rien de tout cela.

18Cette cité paisible se caractérise aussi par la présence d’un important sanctuaire dédié aux anciens dieux et construit autour d’un barral, un arbre énorme portant un masque gravé sur son tronc. C’est lui qui apparaît dans le générique et il est sans aucun doute le signe distinctif de cette cité.

19Winterfell est le siège de l’antique maison Stark qui, dans la série, a pour blason une tête de loup géant gris sur fond blanc et pour devise : « L’hiver vient » (Winter is coming). Quand la série commence, la famille entière – les enfants, Robb, Bran, Sansa, Arya, Rickon et un fils bâtard Jon (portant le nom de Snow commun à tous les bâtards du Nord) – est rassemblée dans la cour du château devant Eddard « Ned » Stark et son épouse Catelyn, née Tully. Avec eux se trouve également un pupille-otage, Theon Greyjoy, jeune homme originaire des îles de Fer. La paix règne apparemment dans la famille comme dans la cité.

Le Mur : un lieu et une société à part

Le Mur (générique)

Le Mur face nord

20Premier lieu à apparaître dans la séquence initiale, le Mur est ensuite le point le plus au nord vers où nous mène le premier générique. Il se distingue de tous les autres lieux qui seront dévoilés ensuite, aussi bien par sa structure que par la micro-société qui l’habite. Seul endroit à ne pas être désigné par un nom propre, le Mur est aussi le seul de ces lieux à ne pas être une ville, mais une construction hybride élevée par la main de l’homme pour rivaliser avec la force de la nature. La carte du générique le montre bien : le Mur est une immense barrière de glace (de 200 m de haut et 450 km de long) qui coupe entièrement Westeros et marque la frontière avec les territoires sauvages et sans cité de l’extrême nord, mais il est si énorme qu’il donne l’impression d’être une sorte de relief naturel, d’autant plus que sa masse écrase l’architecture fruste des forts qui flanquent sa face sud. Contrairement aux autres lieux que nous découvrons dès le générique, très typés quant à eux dans ce domaine, le Mur se caractérise plutôt par une absence d’architecture reconnaissable.

21En plaçant le spectateur au point où l’on peut traverser le Mur, la première séquence insiste sur son caractère à la fois artificiel et naturel, fait de la main de l’homme et semblable à un relief montagneux. Elle prépare à la découverte que met en scène le générique : Westeros et les capitales de ses royaumes, Essos et ses cités, tous ces lieux étant au sud du Mur. Les forts en deçà du Mur sont ce qui s’approche encore le plus d’une cité. Mais plus au nord, plus de ville. La première séquence insiste également sur le caractère inéluctablement poreux de cette étrange frontière. Point de passage entre le passé le plus lointain et le présent, entre le surnaturel et l’historique, lieu où s’interpénètrent la civilisation et la barbarie (voire le monstrueux), le Mur, qui de l’aveu même de Martin doit beaucoup à la muraille de l’empereur Hadrien s’instaure non seulement comme ligne de rupture, mais surtout comme véritable matrice fictionnelle qui prélude à de profonds remaniements. Aux confins de la géographie, il génère un sentiment de malaise, d’inquiétude, voire d’angoisse que le spectateur relègue aux marges de sa conscience, mais dont on comprend bien qu’il constitue une menace destinée à se confirmer et à se répandre de plus ample manière.

22Enfin, le spectateur va découvrir bien vite que Châteaunoir, le fort principal du Mur, quoique bien délabré et le seul qui sera montré avant longtemps d’ailleurs, abrite une société particulière : la Garde de nuit.

Au sommet du Mur : vers le nord… et vers le sud

L’au-delà du Mur

23Le Mur est un lieu névralgique du royaume, puisqu’il assure d’abord la protection contre les Sauvageons, ceux d’au-delà du Mur, qui forment une société sans loi ni roi (on les voit à partir de S2E6). Libres jusqu’à la licence, hommes et femmes y paraissent égaux – ce qui pose évidemment problème tant à Westeros qu’à Essos. Que Mance Rayder, un renégat de la Garde de nuit et leader des Sauvageons, paraisse être une sorte de roi, n’enlève rien au fait qu’il a été acclamé et qu’il est révocable à tout moment de la même manière. Face à Westeros soumis à un pouvoir monarchique héréditaire, fondé sur une aristocratie dirigeante et réglé par un système féodal complexe de suzerainetés et de vassalités inspiré de notre Moyen Âge historique, le peuple d’au-delà du Mur oppose une contradiction sans compromis possible.

Le Mur d’Hadrien : comment un mur peut en cacher un autre…
Le Mur fut construit en six années à partir de 122 après J.-C. et suite à une visite d’inspection de l’empereur romain Hadrien (117-138). Il s’agissait alors de protéger la frontière nord de la province de Britannia (Angleterre, Pays de Galles et sud de l’Écosse) qui était sous domination romaine depuis le débarquement de César environ un siècle et demi auparavant. Les soldats romains devaient en effet affronter les incursions régulières des tribus calédoniennes venues des Hautes Terres.

Long de 117 km, le Mur commence à la hauteur de Newcastle, à l’embouchure de la Tyne, et s’achève à Solway Firth, joignant ainsi la mer du Nord à l’est et la mer d’Irlande à l’ouest. Haut de 5 m et large de 3, constitué essentiellement par une structure maçonnée en pierre, il est ponctué à intervalles réguliers d’un mille romain (1 482 m) par des fortifications (fortins, tours de guet ou portes). Il n’a pas été construit par des esclaves, mais par des soldats romains stationnés sur les lieux, qui s’établirent souvent sur place avec femmes et enfants.
Vers 140, le successeur d’Hadrien, l’empereur Antonin le Pieux décida de doubler le Mur au nord et de construire le second entre le Firth of Forth à l’est et le Firth of Clyde à l’ouest, à la hauteur d’Edimbourg. Construit en une douzaine d’années, ce mur ne compte pourtant qu’une soixantaine de kilomètres. Il est fait de
tourbe pour l’essentiel et se trouve renforcé de 19 forts – comme le Mur de Westeros ! –, offrant ainsi une ligne de défense contre les Calédoniens en même temps qu’il crée une zone tampon où il est plus facile de faire régner la paix.
Les deux murs furent de moins en moins entretenus et, au ve siècle, ils sont déjà pour partie ruinés. Les soldats romains établis dans la région et les populations locales contribuèrent d’ailleurs à leur démantèlement, n’hésitant pas à venir y chercher des matériaux pour édifier leurs propres maisons, mais aussi les églises ou les monastères.

N.B. : Pour les lecteurs de Martin, les 19 forts du Mur d’Antonin rappellent immanquablement les 19 du Mur. D’une manière analogue, la zone tampon créée au nord du Mur d’Hadrien rappelle l’étendue de terre appelée Don-Bran, au sud du Mur, que Brandon le Bâtisseur donna à la Garde de nuit pour sa subsistance et son entretien, et dont la superficie fut ensuite doublée par le Neufdon de la reine Alysanne Targaryen.

24Danger plus grave que les Sauvageons, mais endormi depuis un lointain passé, des créatures surnaturelles menacent le fragile équilibre du royaume : les Marcheurs blancs, des créatures maléfiques qui transforment en revenants ceux qu’ils tuent et qui sont littéralement en hibernation, souvent depuis des siècles, vont faire sentir leur menace, alors qu’ils semblaient ne plus exister que dans les contes pour enfants. Là encore, le Mur joue un rôle de protection pour tous les royaumes situés au sud : mais, au début de la série, dans les sept royaumes, le péril réel que représentent les Marcheurs blancs est en fait bien oublié.

25À Châteaunoir, au moment où la série commence, lord Jeor Mormont, dit le « Vieil Ours » – c’est l’emblème de la famille Mormont –, est le commandant en chef de la Garde et son bras droit pour l’administration du Mur est un mestre, le très vieil Aemon Targaryen.

Un Marcheur blanc

Pentos : une première cité exotique d’Essos

26Au sud-est de Port-Réal, le dernier lieu d’importance à apparaître dans le générique du premier épisode est Pentos, une des neuf cités libres d’Essos. Comme les livres nous l’apprennent (la série est en effet beaucoup plus elliptique sur le sujet), ce port important est gouverné par un prince choisi par les vieilles familles de marchands, la profession reine dans ces cités d’Outremer : dans la série, on ne voit pas les dirigeants de Pentos, Illyrio Mopatis mis à part, qui est justement un marchand pentoshi fort riche. C’est à Pentos que les deux derniers héritiers connus de la dynastie targaryenne, un frère et sa cadette, Viserys et Daenerys, ont fini par trouver refuge. Au début de la première saison, aidé de Mopatis, le jeune Viserys tente avec succès de « vendre » sa sœur comme épouse au sanguinaire chef de guerre dothrak, le khal Drogo, afin que ce dernier l’aide à reconquérir Westeros avec sa horde de pillards nomades.

*

27Tels sont les lieux de Westeros et d’Essos qui apparaissent dans le générique du premier épisode et vont accueillir les péripéties des intrigues en développement dans la suite de la première saison et les suivantes.

Autres lieux du générique

28Les tours et détours des différentes actions vont susciter le déplacement des personnages et la découverte d’autres endroits qui, comme nous l’avons dit, sont d’abord présentés dans le générique de l’épisode où ils interviennent pour la première fois. Après que Winterfell a été incendiée par Theon Greyjoy, son image animée apparaît elle aussi troublée par une épaisse fumée (S3E1) et on la voit ainsi transformée dans le générique de tous les épisodes qui suivent.

29Comme Westeros est le lieu où la plupart des actions se développent et que, parmi les protagonistes, Daenerys Targaryen est la seule à évoluer en Essos pendant les quatre premières saisons (à l’exception d’une visite de Stannis à Braavos [S4E6]), il ne faut donc pas s’étonner si ce sont les emplacements clés du vaste territoire des Sept Couronnes que le spectateur va découvrir en premier.

Les Eyrié : entre terre et ciel dans le val d’Arryn

30Au milieu de la première saison (S1E5), on voit pour la première fois un territoire escarpé, situé au sud-est de Winterfell et bordé par la mer, les Eyrié où domine la famille Arryn dont l’emblème est un faucon. La forme ronde de l’édifice central du palais est ce que retient le générique. Au cours de l’épisode, on découvre, réalisé en images de synthèse, un château qui s’élève longuement dans une zone quasi-inaccessible et qui est rigoureusement imprenable, tant il est élevé et facile à défendre avec très peu d’hommes. Jon Arryn, Main du roi Robert et son ancien précepteur – comme de Ned Stark –, en était le maître, mais on apprend sa mort suspecte au cours du premier épisode. Craignant apparemment qu’il n’ait été assassiné par les Lannister, son épouse Lysa Arryn – la sœur de Catelyn Stark – et son jeune fils, mentalement dérangé, Robin, se sont alors retranchés dans la partie la plus haute du château.

Les Jumeaux : orgueil et duplicité

31À la fin de la première saison apparaît un lieu destiné à jouer un rôle funeste pour les Stark. En effet, en S1E9, on découvre pour la première fois, les Jumeaux (The Twins). Situé au sud-ouest de Winterfell et des Eyrié, l’endroit doit son nom aux deux donjons massifs qui constituent comme les énormes piles jumelles d’un pont jeté entre eux et qui seul permet de franchir la Verfurque, un grand fleuve qui ne connaît pas d’autre passage avant le Trident, très au sud. Ces deux châteaux reliés par un pont se retrouvent justement dans les armes des Frey. Walder, le chef de la famille Frey, est un vieillard atrabilaire, cauteleux et égrillard. Pourvu d’une descendance nombreuse et d’une abondance de bâtards, toujours en peine de marier ses laiderons de filles, il est avide de reconnaissance et souffre du mépris dans lequel le tiennent les autres grandes familles dont celle de ses suzerains, les Tully, mais aussi les Stark : ils en subiront tous les funestes conséquences lors des « Noces pourpres » (S3E9).

Winterfell incendiée (générique)

Peyredragon : le repaire du cadet frustré

32Les développements de la lutte pour le trône, consécutive à la mort de Robert Baratheon, mènent à l’est des Jumeaux, dans les terres de l’Orage et à nouveau vers le Détroit, jusqu’à l’île volcanique de Peyredragon (Dragonstone), sise dans la baie de la Néra.

33Stannis Baratheon, frère cadet de Robert et prétendant au trône, a reçu cette possession targaryenne en récompense de son action pendant la rébellion (S2E1). D’une rigidité de caractère proverbiale, il aurait pu faire sien le mot de l’empereur romain Tibère : « Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent. » Il est en effet redouté plus que respecté par ses sujets. Il est marié à la reine Sélyse que plusieurs grossesses monstrueuses ont rendue mentalement très fragile, et ils ont une fille d’une dizaine d’années, Shôren, défigurée par une grave maladie de peau, la léprose (S3E5).

34De plus, Stannis lui-même a été contaminé par l’élan mystique de son épouse vers le dieu oriental R’hllor, le dieu de la lumière qui est adoré en Asshaï. Comme la reine, il subit l’influence de la Prêtresse rouge, la magicienne Mélisandre d’Asshaï qui lui a promis qu’il serait roi. Stannis a d’ailleurs changé son blason en ajoutant un cœur enflammé au cerf des Baratheon.

Pyk et les îles de Fer : l’archipel du nord-ouest

35Au début de la deuxième saison (S2E2), suite à la mort de Ned Stark, le jeune Theon Greyjoy qui vivait depuis une dizaine d’années à Winterfell comme otage, en représailles de la révolte ratée de son père, revient chez lui dans l’archipel des îles de Fer groupées autour de Pyk, fief de sa famille situé dans la mer occidentale, à peu près à la même latitude que Winterfell. Construit sur l’île de Pyk, le château des Greyjoy est constitué de plusieurs tours reposant sur des îlots rocheux et escarpés, et reliées entre elles par des ponts.

36À son arrivée, Theon ne reconnaît pas même sa propre sœur, Yara, qu’il n’a pas vue depuis une dizaine d’années (dans la série, son nom est différent de celui des ouvrages de la saga, qui est Asha, mais il s’agissait d’éviter une confusion avec la sauvageonne Osha). Son père, Balon Greyjoy, un vieillard acariâtre, le reçoit fort mal, alors que c’est à l’orgueil et à la défaite paternels que Theon doit son long exil à Winterfell – même s’il y a été traité par Ned Stark quasiment comme un fils. Le père reproche au fils de vivre selon la voie de l’or, où l’on achète ce que l’on désire, et non selon la voie antique, la voie de fer, où l’on s’empare de ce que l’on veut par la force et en versant le sang s’il le faut. Dans leurs armes, les Greyjoy portent un kraken d’or – une pieuvre géante – sur fond noir et une devise qui rappelle fièrement leur rude vie de marins, par opposition à celle des paysans agriculteurs : « Nous ne semons pas » (We do not sow).

Harrenhal : les ruines maudites du Conflans

37Dans la série, on apprend seulement que les cinq colossales tours en ruine de la forteresse de Harrenhal ont été détruites par le feu de Balerion, le plus puissant des dragons Targaryen, trois cents ans auparavant, et que l’endroit est tenu depuis pour maudit. Conformément à cette réputation, les pires éléments d’une troupe de pillards se livreront dans ces murs à maintes horreurs. On comprend également qu’en raison de son emplacement stratégique, juste au sud du Val d’Arryn, Harrenhal est un lieu très convoité, en particulier par des personnages fort peu recommandables…

38Quand on le découvre pour la première fois (S2E4), le château est occupé par un sbire de l’inquiétant Roose Bolton, appelé Locke, qui y mène une bande de soudards cruels, les Braves Compaings (remarquons que Locke n’existe pas dans les livres). Arya Stark et Tywin Lannister (S2E4-8), Jaime Lannister et Brienne de Torth (S3E3-9) passeront par Harrenhal et y vivront des aventures contrastées.

Vivesaigues : la capitale du Conflans

39Vivesaigues (Riverrun), le château de la famille Tully, n’apparaît pas avant la troisième saison. L’édifice massif occupe une place d’une importance stratégique particulière. En effet, il est placé dans le triangle aigu que forme l’espèce de Y dessiné par le confluent de la Culbute et de la Ruffurque, et, lorsque ses douves sont mises en eau, elles forment le dernier côté d’un triangle aquatique qui transforme alors la forteresse de Vivesaigues en île imprenable.

40Alliés aux Stark – Catelyn Tully est la femme d’Eddard –, les Tully, seigneurs du lieu, pleurent la mort d’Hoster, le vieux chef de la famille et père de Catelyn et d’Edmure, lorsque l’on découvre leur château pour la première fois (S3E3). L’eau est d’une importance essentielle pour les Tully comme l’indiquent sans aucune ambiguïté le nom de Vivesaigues (Riverrun) ainsi que leurs armes : une truite blanche sautant sur un fond divisé verticalement en deux parties, l’une rouge et l’autre bleue – leur devise est : « Famille, devoir, honneur » (Family, duty, honor).

Fort-Terreur : « l’antre de la folie »

41On découvre cette place forte dès la troisième saison, mais, pour les besoins de la narration, elle est alors laissée volontairement anonyme, ce qui explique qu’elle n’apparaisse pas dans le générique avant la quatrième saison (S4E1). Situé au nord-est de Winterfell et surplombant la Larmoyante, une rivière au nom évocateur, Fort-Terreur (Dreadfort) est le siège ancestral de la maison Bolton, autre puissante famille du Nord, dont le chef se nomme Roose. En son absence, son fils bâtard, Ramsay, l’occupe. Avec ses acolytes et ses chiens de guerre, il s’y livre à son occupation favorite : torturer ses semblables.

42Exceptionnellement, le blason des Bolton comporte une figure humaine comme emblème : il s’agit en fait de celle d’un homme écorché rouge sur une croix blanche le tout sur fond noir (dans la série), un choix qui marque une convenance de nature entre le symbole et les personnes auquel il renvoie. De manière immémoriale, en effet, les Bolton se sont fait une spécialité d’appliquer le supplice de l’écorchement à leurs ennemis, allant jusqu’à en conserver les peaux comme trophées. Ce motif d’une figure humaine écarlate est d’ailleurs ce qui, dans le générique, distingue immédiatement Fort-Terreur des autres forteresses.

Moat-Cailin : un fort perdu dans les marais

43Situé dans le Neck, l’isthme entre le Nord d’un côté et le Conflans et le Val d’Arryn de l’autre, Moat-Cailin offre la trompeuse apparence d’une forteresse en ruines : elle n’en demeure pas moins le verrou que tout assaillant venant du sud doit faire sauter, s’il veut envahir le Nord. Érigée sur une colline entourée de marais particulièrement redoutables au sud, cette place forte n’a jamais été prise par ce côté. En remontant la Fièvre, la rivière toute proche, les Fers-nés vont jouer de l’effet de surprise, s’emparer de la place et l’occuper. Roose Bolton propose alors à Ramsay, comme un défi, de la reprendre (S4E8).

Les grands absents du générique

44Parmi les villes importantes du nord de Westeros, entre le Mur et Port-Réal, Castral-Roc (Casterly Rock), la citadelle des Lannister qui veille sur Port-Lannis, reste absent du générique, car aucune action ne s’y déroule. Le maître de Castral-Roc, Tywin Lannister, n’est lui-même pas visible avant le septième épisode de la première saison, alors qu’il dirige pourtant en coulisses bien des manœuvres et opérations.

45D’une manière analogue, les deux fiefs dont les capitales sont au sud de Port-Réal, le Bief et Hautjardin (Highgarden) d’un côté, Dorne et Lancehélion (Sunspear) de l’autre, ne sont pas visibles dans les quatre premières saisons. Mais Loras, le vaillant chevalier des Fleurs, Margaery, sa sœur, fiancée d’abord à Renly Baratheon puis mariée à Joffrey et promise à Tommen enfin, ainsi que leur redoutable et spirituelle grand-mère, lady Olenna, surnommée « la reine des Épines », appartiennent tous trois aux Tyrell de Haut-jardin : l’importance de leur maison croît dans la série avec le temps.

46En revanche, seuls Dorne et ses maîtres, les Martell, n’apparaissent pas du tout dans les trois premières saisons. Plus exactement, il est question de Dorne une seule fois, lorsque Myrcella y est envoyée pour devenir plus tard l’épouse du prince Trystan, le plus jeune prince de la maison Martell (S2E6). Ce n’est qu’au premier épisode de la quatrième saison qu’on voit les Martell apparaître soudain au premier plan en la personne du prince Oberyn qui arrive en ambassade à Port-Réal, accompagné de sa maîtresse Ellaria Sand.

Avec Daenerys dans les cités d’Essos

47À l’exception de Braavos (S4E6), toutes les cités d’Essos qui apparaissent dans la série sont liées au personnage de Daenerys Targaryen et constituent des étapes de sa longue odyssée à partir de Pentos, où, dans le premier épisode, on la découvre destinée à devenir l’épouse du khal Drogo, un chef de horde dothrak.

Vaes Dothrak : la capitale des seigneurs du cheval

Vaes Dothrak : entrée monumentale

48On ne s’étonne pas de découvrir ce que sera la première halte de Daenerys, après un long trajet depuis Pentos vers l’est, à travers la mer Dothrak (S1E2) : Vaes Dothrak est la seule cité des Dothrakis, peuple constitué de hordes nomades constamment en mouvement. Située à l’est de la savane de la mer Dothrak, Vaes Dothrak est d’ailleurs essentiellement un vaste espace sacré plutôt qu’une ville à proprement parler. Deux statues colossales de chevaux cabrés en marquent l’entrée, mais on n’y trouve ni murailles ni forteresse, seulement des sanctuaires et des statues apportées en présent par les hordes qui en ont dépouillé les cités au cours de leurs déplacements. Il s’y tient aussi de grands marchés où on peut trouver les produits de nombreuses cités libres. Quant aux maisons, beaucoup sont vides et abandonnées. La règle absolue est de n’y porter aucune arme et de ne pas y faire couler le sang : ces sacrilèges sont punis de mort. La ville est comme une oasis de paix pour tous les Dothrakis et elle abrite aussi le dosh khaleen, une assemblée de femmes composée uniquement d’anciennes khaleesis, épouses des khals défunts : cette assemblée interprète les présages et joue le rôle d’un conseil de sages pour l’ensemble des Dothrakis.

Qarth : un port de marchands, voleurs et sorciers

49Port situé au sud-est d’Essos et donnant à la fois sur la mer d’Été et la mer de Jade, Qarth est une grande et ancienne cité marchande (S2E4). Son architecture se caractérise en particulier par de hautes tours monochromes, rouges, roses ou violettes. Daenerys va y parvenir après avoir traversé le désert Rouge. Le marchand Xaro Xhoan Daxos, le sorcier Pyat Pree, tous deux membres de la guilde marchande des Treize – dans les livres de la saga, Pyat Pree appartient à la secte des Conjurateurs –, ainsi qu’une mystérieuse femme masquée, Quaithe de l’Ombre, se distinguent parmi les personnages qui vont accueillir Daenerys à Qarth.

Astapor : la cité des Immaculés

50Autre port donnant cette fois sur la baie des Serfs, au nord-ouest de Qarth, construit en brique rouge, Astapor se reconnaît à la harpie géante trônant au-dessus de ses remparts (S3E1), car, comme les romans nous l’apprennent, à l’instar de Yunkaï et de Meereen, Astapor faisait partie de l’empire de Ghis, une ancienne et puissante cité ruinée dont la harpie était l’emblème. Astapor est connue pour sa chaussée où sont exposés les esclaves suppliciés, voie d’accès obligée à la cité pour qui vient du port et avertissement sans frais aux éventuels fauteurs de troubles.

51Astapor est également renommée pour sa richesse proverbiale : elle est en effet le lieu de formation des meilleurs guerriers qui soient, les Immaculés (Unsullied). Par une forme de dérision cruelle, ce nom découle de la castration qu’ils ont subie et qui les « protège » de toute souillure liée au sexe. Ce sont des esclaves amenés du monde entier dont le recrutement forcé et la formation guerrière, dès l’enfance, rappellent ceux des janissaires ottomans, en beaucoup plus cruels. Une fois formés, les Immaculés sont vendus par groupe de cent pour des sommes en rapport avec leur réputation d’invincibilité. Il n’est donc guère étonnant que le gouvernement de la ville soit assuré par la guilde des marchands d’Immaculés qui se sont eux-mêmes nommés The Good Masters, littéralement « les Bons Maîtres », traduit dans les livres par « Leurs Bontés ». Le personnage le plus important que rencontre Daenerys est justement le chef de ces marchands, Kraznys mo Nakloz.

Yunkaï : la métropole des esclaves de plaisir

52Yunkaï est aussi un port donnant sur la baie des Serfs, mais situé plus au nord sur le même rivage oriental (S3E5). Si Astapor est rouge, Yunkaï est aussi nommée la « Cité jaune » dans les livres, également en raison de la couleur de ses briques. Des pyramides à degrés, rappelant celle de Djeser à Saqqarah en Égypte, la signalent architecturalement. L’emblème de Yunkaï, qui dépendait autrefois de Ghis, est aussi une harpie que l’on voit au-dessus de ses portes. Comme les autres cités libres, Yunkaï tire de l’esclavage une grande partie de sa fortune – la ville s’est spécialisée dans la formation et le commerce d’esclaves de plaisir – et comme les autres également, elle ne dispose que d’une armée de mercenaires.

Meereen : la ville des esclaves

53La dernière et la plus septentrionnale des trois anciennes colonies de Ghis dont Daenerys va s’emparer est également un port de la baie des Serfs. Tournée principalement vers le commerce des esclaves, mais sans la spécialisation en vigueur en Astapor ou à Yunkaï, Meereen est cependant une cité tout aussi florissante. Comme à Yunkaï, les édifices les plus remarquables sont aussi d’immenses pyramides : ici, elles ressemblent davantage à celles, plus pentues et dotées de larges rampes d’accès, des Aztèques du Mexique. La pyramide royale est surmontée d’une gigantesque harpie qui, là encore, indique l’héritage ghiscari.

Braavos : le siège de la Banque de fer

54Exceptionnellement ce ne sont pas les tribulations de Daenerys qui nous conduisent à ce port situé au nord-ouest d’Essos : on découvre Braavos à l’occasion de la seule et brève excursion en Essos d’un personnage de Westeros, en l’occurrence Stannis Baratheon venu avec Davos Mervault lever des fonds (S4E6). Gardée par une statue colossale de Titan – qui rappelle celui d’Hélios dans la Rhodes antique –, cette cité lagunaire sans remparts mais protégée par un arsenal et où les canaux et les ponts permettent de passer d’un îlot à l’autre évoque immanquablement Venise. Braavos abrite le plus prospère établissement bancaire qui soit : la Banque de fer. Présente dans tous les conflits et prêtant éventuellement à toutes les parties, la banque est réputée pour ne jamais perdre son argent.

55On notera également que les Sans-Visages, cette secte d’assassins professionnels à laquelle appartient Jaqen H’ghar, sont originaires de Braavos où se trouve justement la demeure du Noir et du Blanc, siège de l’ordre et temple du Dieu multiface.

Le générique que vous ne verrez pas
De cette première version du générique, Angus Wall conservera plusieurs idées importantes pour sa version finale : la carte au-dessus de laquelle on se déplace, avec des intermèdes de plongée vers les cités de Westeros, mais aussi d’Essos, et vers le Mur ; on découvre à chaque fois un monument emblématique ou un ensemble de bâtiments significatifs, mais on reste dans l’animation, sans revenir jamais à une représentation de type documentaire comme dans cette première version. De plus, il y a dans la version finale une nécessité à voir telle cité plutôt que telle autre, dans la mesure où celles qu’on voit seront des lieux de l’action dans l’épisode que le générique précède. Enfin, Angus Wall a laissé de côté la mise en scène de la figure d’un mestre sans doute qui envoie un message à Port-Réal avec un corbeau, tout comme l’atterrissage final de l’oiseau dans la salle vide du Trône de fer.
Traduction originale du scénario (extrait de : game of thrones, Pilot Episode, by David Benioff& D.B. Weiss, based on the novel A Game Of Thrones by George R. R. Martin, 3/27). Nous avons conservé les majuscules de l’original qui mettent l’accent sur quelques éléments particuliers.
[p. 3]
générique (credit sequence)
plan rapproché sur une paire de vieilles mains noueuses écrivant un message sur un petit rouleau de parchemin.
[p. 4]
Le vieil homme (nous ne voyons jamais son visage) enroule le rouleau bien serré, l’attache avec un ruban noir et le noue avec un lacet de cuir à la patte d’un corbeau noir.
Le vieil homme soulève le corbeau de sa table : il bat des ailes et s’envole par la fenêtre ouverte de la chambre.
Le corbeau s’envole loin de Châteaunoir, une grosse et vieille forteresse qui paraît naine en comparaison de ce qui se trouve derrière elle : le Mur. Plus ancien que l’Histoire, c’est la barrière de plus de 250 mètres de haut, formée de glace et de pierre, qui garde la frontière nord des Sept Couronnes.
En même temps que le corbeau gagne de l’altitude, le paysage en-dessous de lui se transforme en une carte de Westeros. Le Mur se révèle traverser le continent entier, une limite entre la Forêt hantée vers le nord et les pays civilisés vers le sud.
Le corbeau vole vers le sud au-dessus de la carte, sur laquelle les cités, les régions et les caractéristiques du pays sont nommées : Winterfell, la Route royale, Moat Cailin, le Conflans, le Val d’ Arryn.
À certains moments, l’oiseau fait un piqué et la carte revient à la réalité juste assez longtemps pour nous donner à voir quelques lieux intéressants : les vieilles tours de pierre de Winterfell, pleines d’une froide beauté. L’avant-château des Eyrié, très haut dans le Val d’Arryn, une prouesse architecturale en montagne que n’auraient pas pu réaliser les ingénieurs du Moyen Âge.
Quand le corbeau arrive à Port-Réal, la carte revient à la réalité au moment où l’oiseau plonge dans l’étendue sale de la capitale.
Le corbeau vole à travers les portes ouvertes du Donjon rouge, une structure massive avec des murs couleur de sang frais. Par une fenêtre ouverte, l’oiseau pénètre dans la salle du trône, pour atterrir sur le Trône de fer lui-même – un trône construit à partir des épées martelées ensemble d’un millier d’ennemis vaincus.
Le corbeau se frappe les ailes avec le bec, pour se nettoyer après ce long voyage, tout seul dans la salle du trône vide.
fin du générique.

Table des illustrations

Légende Un modèle de sphère armillaire
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Loup, lion, cerf et dragon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende L’œil en mouvement
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Port-Réal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Le Donjon rouge et la ville
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Le barral de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende L’ascenseur de Châteaunoir
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Le Donjon rouge
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Le barral de Winterfell
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Le Mur (générique)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Le Mur face nord
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Au sommet du Mur : vers le nord… et vers le sud
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Un Marcheur blanc
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Pentos
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Winterfell incendiée (générique)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Les Eyrié
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Les Jumeaux
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Peyredragon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Pyk
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Harrenhal
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Vivesaigues
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fort-Terreur
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Moat-Cailin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Vaes Dothrak
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Vaes Dothrak : entrée monumentale
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Qarth
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Astapor
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Yunkaï
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Meereen
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Braavos
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8930/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search