Version classiqueVersion mobile

Le Trône de fer

 | 
Stéphane Rolet

Genèse

Chapitre deux. Géographie, histoire et pouvoir à Westeros

Texte intégral

1Pour faciliter le contact avec le monde de la série, il faut bien convenir que les livres offrent une aide naturelle et bienvenue : en effet, George R.R. Martin y prend tout le temps nécessaire pour recréer une histoire à l’échelle d’un monde, avec des empires aussi mortels que ses héros. Les ouvrages constituent donc des guides précieux pour clarifier la géographie de Westeros et d’Essos, et donner un aperçu de l’histoire longue, complexe et vaste de Westeros, qui est le plus souvent déroulée par bribes dans la série. Tout en remettant ces fragments en perspective, je me limiterai toutefois à ce qui est vraiment indispensable pour comprendre le contexte historique dans lequel la série commence – ainsi l’histoire du continent oriental, Essos, sera complètement laissée de côté, le cas de la cité de Valyria mis à part. Cela me paraît d’autant plus nécessaire que le passé lointain de Westeros ressurgit dès les premiers moments de la toute première séquence.

2Avant d’entamer ce parcours, il me semble indispensable de rappeler que le temps ne se déroule pas de la même façon dans notre monde et dans celui de Westeros. Ou plutôt que la division de notre année en quatre saisons égales n’y a pas cours : à Westeros, on observe la succession d’étés et d’hivers pouvant durer plusieurs de nos années, le printemps et l’automne étant courts en comparaison et sensiblement égaux aux nôtres en durée. Si les étés sont des périodes fastes, les hivers en revanche suscitent toutes les craintes.

Survol géographique de Westeros et d’Essos

3La carte de Westeros et d’Essos que l’on trouve au début de chaque roman – tant en anglais qu’en français – nous fait découvrir une partie de la mappemonde imaginée par Martin. On y voit deux continents séparés par la mer. À l’ouest se trouve Westeros, dont la forme rappelle assez celle de l’Angleterre, en imaginant que les hautes terres de l’Écosse se poursuivent plus loin vers le Nord. À l’est s’étend Essos, un continent entouré par la mer sauf dans sa partie orientale. Essos est séparé de Westeros par le Détroit, appelé aussi mer Étroite. La forme de ses rivages évoque une combinaison aléatoire de la côte turque de la mer Noire, de la côte ionienne de la Turquie et du Péloponnèse grec, avec en outre, comme aspect général, celui de la Perse antique, c’est-à-dire des terres allant de la Turquie jusqu’à l’Afghanistan.

Le royaume des Sept Couronnes

4Il faut avoir à l’esprit le déploiement du nord au sud des Sept Couronnes de Westeros, antiques fiefs unifiés en un seul royaume, pour comprendre les conditions politiques dans lesquelles s’ouvre la série : la description qui suit correspond à la situation au début du premier épisode.

5Au nord, un immense Mur sépare les terres des Sept couronnes des vastes Contrées de l’Éternel Hiver, où vivent les Sauvageons ou le Peuple libre – selon le point de vue. Ces populations endogènes se caractérisent par le refus de se soumettre à une autorité politique de type féodal et par la revendication de leur liberté individuelle.

6Au sud du Mur, le premier fief est celui du Nord (avec pour capitale Winterfell) : il est le plus étendu – la moitié de Westeros – et il donne sur la mer à l’orient comme à l’occident. Il se rétrécit au sud-ouest où il jouxte le Conflans (Vivesaigues) et au sud-est il est limitrophe avec le Val d’Arryn (les Eyrié). Territoire étroit mais descendant nettement vers le sud, le Conflans est lui-même bordé à l’est par le Val d’Arryn déjà mentionné et, à l’ouest, par les terres de l’Ouest (Castral-Roc). Anciennement, à l’ouest, l’archipel des îles de Fer était aussi rattaché au Conflans qui donne également sur la mer du Crépuscule ; au sud, le Conflans touche en outre aux terres de l’Orage (Accalmie) qui regardent à l’est sur le Détroit ; en descendant encore vers le sud, on trouve ensuite à l’est, les terres de la Couronne (sa capitale, Port-Réal, étant aussi celle du royaume) qui jouxtent les terres de l’Ouest et sont bordées par le Détroit ; enfin, plus au sud, environ la moitié sud-est est occupée par le Bief (Hautjardin), et celle sud-ouest par Dorne (Lancehélion) qui donne à la fois sur la mer d’Été au sud et sur le Détroit à l’est.

7Pour comprendre l’appellation de royaume des « Sept » Couronnes, il faut avoir à l’esprit qu’initialement les îles de Fer ne formant pas à elles seules un fief ne sont pas prises en compte parmi les sept ; selon d’autres exégètes des romans, ce sont les terres de la Couronne, correspondant au fief royal, qui n’interviennent pas dans le décompte, ou bien encore Dorne, parce que rattaché plus tard au royaume.

Essos

8À l’est de Westeros, au-delà du Détroit, s’étend Essos très loin vers l’orient. Dans la partie la plus occidentale d’Essos, on trouve neuf cités-états appelées les « Cités libres », dont sept ports qui s’échelonnent depuis le rivage nord jusqu’à la côte sud : Lorath (la seule île), Braavos (Syrio Forel en est originaire [S1E3], Tyrion évoque sa puissante Banque de fer [S2E3] et Stannis en rencontre les administrateurs [S4E6]), Pentos (où on découvre Daenerys et Viserys Targaryen [S1E1]), Myr, Tyrosh, Lys, Volantis (d’où vient Talisa Maegyr [S2E4]) et deux villes seulement à l’intérieur des terres : Norvos et Qohor. Ces villes sont gouvernées par des conseils de marchands et pratiquent toutes le commerce des esclaves, interdit à Westeros.

9Toujours au sud d’Essos, en allant vers l’est à partir de Volantis, on rencontre la péninsule dont Valyria occupait le centre jusqu’à son effondrement suite à un cataclysme gigantesque connu sous le nom de Fléau de Valyria ; puis, dans la baie des Serfs, trois cités portuaires se distinguent, du nord au sud : Meereen (Daenerys s’en empare [S4E3]), Yunkaï (Daenerys la soumet [S3E9]) et Astapor (Daenerys la prend [S3E4]) qui dépendaient de l’ancien empire de Ghis. Si on poursuit le rivage sud d’Essos, on parvient justement à l’Ancienne Ghis, une vieille et puissante cité ruinée, puis, beaucoup plus loin, face à la mer de Jade, à Qarth (Daenerys s’y rend [S2E4]), puis en Asshaï-lès-l’Ombre (Mélisandre en est originaire [S2E1]).

10Outre ces ports d’Essos, il est aussi question dans la série de trois autres lieux peu amènes de l’intérieur du continent : la mer Dothrak, une vaste étendue herbeuse oscillant entre la savane et la steppe, Vaes Dothrak, la cité sacrée des Dothrakis (S2E4), et l’immense désert Rouge qui sépare cette dernière de la côte de Qarth. On ne parlera pas des territoires à l’est de Qarth ni de ceux du sud, comme Sothoryos, le continent au-delà de la mer d’Été.

11La connaissance de ces quelques lieux de Westeros et d’Essos permet de se représenter l’espace divers dans lequel vont se développer les différentes intrigues de la série.

Brève histoire de Westeros

Des enfants de la forêt aux premiers Targaryen

12Au commencement n’étaient pas les Premiers Hommes, mais les Enfants de la forêt, ainsi nommés en raison de leur petite taille et de leur habitat de prédilection. Ce sont les premières créatures à avoir peuplé Westeros avec les géants : ils passent pour avoir disparu, mais on voit un Enfant de la forêt [S4E10] et deux géants [S3E1 et S4E9] au-delà du Mur. Malgré leur nom et leur apparence, les Enfants de la forêt sont aussi étrangers à l’espèce humaine que les géants. Ignorant tout système d’écriture, ils ne sont plus connus que par les traditions orales, où ils passent pour avoir eu le don de prophétie et aussi de communiquer directement avec les animaux, sans oublier un talent particulier pour composer des musiques d’une grande beauté.

13Ils adorent des dieux primordiaux liés aux éléments et aux forces de la nature – comme le vent, l’eau, le feu, la pierre, le bois – auxquels ils ne donnent pas de nom : ce sont eux qui ont gravé les visages sur les arbres sacrés ou barrals. Ces dieux – qu’on appellera ensuite les anciens dieux par opposition aux Sept – sont encore adorés dans le Nord, comme on le voit chez les Stark à Winterfell.

14Les Premiers Hommes arrivent environ 12 000 ans avant la conquête de Westeros par le premier des souverains Targaryen, Aegon Ier le Conquérant. Notons que, par convention, cette conquête marque le début du comput – l’an un – en usage pour dater l’histoire de Westeros. Arrivés à Westeros par le sud, par le Bras de Dorne qui reliait alors Essos à Westeros, ils colonisent les terres, abattent les barrals malgré la magie des « Vervoyants », les sorciers des Enfants de la forêt (voir le dernier d’entre eux S4E10). Les Premiers Hommes finissent par imposer un pacte aux termes duquel les autochtones conservent les forêts profondes et leurs barrals sacrés, mais laissent le reste des territoires aux envahisseurs.

15Quatre mille ans après l’arrivée des Premiers Hommes, une nuit qui dure une génération, la Longue Nuit, s’abat sur le monde. C’est à ce moment que, venus du Septentrion, apparaissent pour la première fois les Autres, appelés aussi Marcheurs blancs (S1E1), qui ressemblent à des morts-vivants capables, comme nos vampires, de transformer ceux qu’ils tuent en revenants. Ils seront cependant défaits par un héros anonyme, aidés par les Enfants de la forêt et les gardes noirs, ancêtres de la Garde de nuit. La fondation de la maison Stark, en charge du Nord, remonte à cette époque.

16Vers – 6000 avant la Conquête, une nouvelle invasion venue de l’ouest d’Essos touche Westeros : celle des Andals, qui apportent leurs armes d’acier, l’institution de la chevalerie, leurs dieux – les Sept – et surtout l’écriture. À partir de ce moment, l’histoire est transmise par des chroniques écrites et non plus seulement par les traditions orales. Andals et Premiers Hommes se battent pendant des siècles, les Enfants de la forêt trouvent refuge au-delà du Mur, leurs barrals sont le plus souvent coupés. Pour autant Westeros n’est pas du tout unifié, mais se trouve au contraire divisé en de nombreux royaumes et fiefs de toutes tailles.

17Vers – 750, une dernière invasion orientale frappe Westeros, celle du peuple Rhoynar mené par la reine Nymeria sur des milliers de navires. Cette nouvelle population migrante est essentiellement féminine et rappelle en cela notre mythe des Amazones. Elle semble avoir fui la domination de Valyria, puissance continentale d’Essos alors en pleine expansion. La reine Nymeria s’allie rapidement au chef de la maison Martell et ils conquièrent la souveraineté sur Dorne, le royaume au sud-est de Westeros.

18Vers – 200 survient une grande catastrophe naturelle appelée « Fléau de Valyria » : la péninsule sur laquelle se trouve la cité de Valyria, au sud-ouest d’Essos, s’est littéralement effondrée sur elle-même et transformée en une sorte d’archipel. C’en est fait de la puissance de Valyria, fondée cinq mille ans plus tôt. Parmi les survivants, certains tentent de prendre pied à Westeros : parmi eux, les Targaryen, qui avaient anticipé le Fléau et se sont installés à Peyredragon.

19Valyria laisse le souvenir d’une puissance fondée largement sur l’utilisation extensive des pouvoirs de la magie. C’est là également que s’était constitué le savoir sur les dragons, qui y vivaient encore à cette époque. En outre, sa langue, le valyrien, est encore parlée dans les neuf cités libres d’Essos, sa littérature a été transmise par les textes, et le mystérieux acier valyrien des épées antiques – comme « Glace », l’épée des Stark, ou « Grandgriffe », celle des Mormont – reste inégalé.

Les Targaryen avec et sans dragons

20C’est Aegon Ier le Conquérant qui, en compagnie de ses deux sœurs-épouses, Visenya et Rhaenys, entreprend la conquête de Westeros en usant d’une arme incomparable : trois dragons – Balerion, Vhagar et Méraxès – que lui-même et ses sœurs chevauchent. Westeros, c’est-à-dire plus précisément la partie de Westeros située au sud du Mur, ne compte plus désormais que sept grands fiefs soumis aux Targaryen : le Nord avec les Stark, le Val d’Arryn avec la famille Arryn, le Conflans avec les Tully, les terres de l’Orage dominées par les Baratheon, les terres de l’Ouest par les Lannister, le Bief par les Tyrell, enfin l’ensemble hétéroclite des terres dites de la Couronne, territoire que les Targaryen se sont taillé à partir de la baie de la Néra, face à leur île de Peyredragon. Tout au sud, Dorne, sous la domination des Martell, ne se soumettra que plus tard aux Targaryen. Après avoir conquis ou soumis ces différents territoires, les Targaryen vont régner sur Westeros pendant près de trois siècles. On ne s’attardera pas ici sur ces trois cents ans. Mais on notera tout de même que c’est sous le règne d’Aegon III que le dernier des dragons meurt, peut-être empoisonné par le souverain lui-même, une centaine d’années après la Conquête. Malgré toutes les tentatives ultérieures pour faire éclore les œufs de dragon qui sont encore conservés, on n’a plus vu de dragon depuis lors, ni à Westeros ni en Essos. On se demandera en passant s’il ne s’agirait pas là d’une allusion autoréférentielle, par lequel Martin suggère la possibilité (momentanée) de débarrasser l’univers fictionnel de certaines conventions (les créatures surnaturelles), quitte à les réintroduire ensuite, pour créer la surprise du lecteur et brouiller les accords du pacte auteur-lecteur.

Les derniers des Targaryen ?

21Le dernier roi Targaryen, Aerys II surnommé le Fou, est assassiné par Jaime Lannister, l’un de ses propres gardes du corps, alors qu’il compte mettre à exécution son projet de brûler la cité entière de Port-Réal et ses habitants, grâce au « feu grégeois » (wildfire – une substance incendiaire) dont il a fait d’amples réserves (qui serviront plus tard à Tyrion Lannister lors de la bataille de la Néra [S2E9]). Dans la série, dix-sept ans séparent cette mort des débuts de l’action (et non quinze comme dans les livres).

22Ce n’est là que le dernier acte sanglant marquant la victoire de la rébellion menée par Robert Baratheon, soutenu par Ned Stark, les Arryn, les Tully et très tardivement par Tywin Lannister lui-même. Aerys II a commencé à donner des signes d’égarement quelques années auparavant. De plus, son fils, le prince héritier Rhaegar, a cru possible d’enlever Lyanna Stark, sœur de Ned Stark et promise de Robert Baratheon, après l’avoir élue sa dame d’amour et de beauté lors du tournoi d’Harrenhal et alors même qu’il était déjà marié à Elia Martell. En outre, lorsque Brandon puis Rickard Stark, le frère et le père de Lyanna, viennent exiger auprès du roi Aerys que Lyanna leur soit rendue, ce dernier les fait publiquement supplicier d’une horrible manière, faisant bouillir le père sous les yeux du fils, lui-même étranglé en même temps, pour le plus grand plaisir du roi (il est fait allusion à ces événements et à Lyanna dans la crypte de Winterfell lors de l’entretien de Ned avec Robert Baratheon venu se recueillir [S1E1] et, plus tard, dans celui de Ned avec Jaime Lannister [S1E3]).

23Les Targaryen se retrouvent alors face à une coalition de grands barons ligués contre eux. Lors de la bataille décisive du Trident, Robert Baratheon tue lui-même Rhaegar avec son arme favorite, le marteau d’armes, mais il est blessé. C’est Eddard « Ned » Stark qui est chargé de l’offensive vers Port-Réal, mais il y entre après que la ville a été mise à sac par les soldats de Tywin Lannister et que son fils Jaime a tué le roi. Lorsque Robert arrive, il se dispute avec Ned à propos de Jaime qui a trahi son serment de garde royal et a tué le roi Aerys : conseillé par Jon Arryn, Robert veut pardonner, quand Eddard demande qu’il soit envoyé dans la Garde de nuit.

24La dispute entre les deux hommes ne cessera qu’après un autre événement sanglant. En effet, lancé ensuite à la recherche de sa sœur Lyanna que Rhaegar a cachée dans les Montagnes Rouges de Dorne, Ned Stark ne peut empêcher sa mort, dont le contexte demeure obscur. Il a pourtant risqué sa vie, en particulier, dans le combat fameux qui, dans la tour de la Joie, l’oppose au meilleur chevalier du temps, ser Arthur Dayne, « l’Épée du matin ». Vainqueur, mais très amer en raison de la mort de Lyanna qu’il aimait et de celle de Dayne qu’il admirait, Ned n’en est sorti vivant que grâce à l’aide de son ami Howland Reed (le père de Jojen et Meera Reed que l’on verra à leur tour venir en aide à Bran et cheminer avec lui à partir de S3E2).

25Comme on le voit, les circonstances autour de la fin de Lyanna ne sont pas claires, pas plus que la nature exacte de ses relations avec Rhaegar Targaryen, peut-être moins forcées qu’on ne l’a cru. De surcroît, pour compliquer encore l’histoire de cette époque troublée, c’est dans le même laps de temps que Ned Stark aurait rencontré une belle inconnue dont serait né Jon Snow, présenté comme son bâtard. La concomitance des événements, que l’on ne peut que souligner sans pouvoir être plus précis, n’en rend le mystère que plus grand. À cet égard, les débuts de la série maintiennent le suspense, Eddard mourant (S1E9) avant de pouvoir tenir la promesse qu’il a faite à Jon Snow de lui révéler qui est sa mère lors de retrouvailles qui n’auront jamais lieu (S1E2).

26Quoi qu’il en soit, après la mort de Rhaegar au Trident, son épouse Elia, née Martell, et ses enfants, Aegon et Rhaenys, sont assassinés lors du sac de Port-Réal par ser Gregor Clegane dit « la Montagne » (il s’en fait lui-même gloire [S4E8]), l’exécuteur des basses œuvres de Tywin Lannister. Ce dernier aurait vu là un moyen de prouver efficacement son ralliement à la rébellion, mais cet assassinat entretient cependant le durable ressentiment de la maison Martell à l’égard de Tywin Lannister et va attirer à la cour de Joffrey le frère d’Elia, le prince Oberyn Martell, « la Vipère rouge » (S4E1).

27Après la victoire de Robert, il ne reste donc plus que trois Targaryen connus : le vieux mestre Aemon, qui, presque centenaire et servant dans la Garde de nuit, ne constitue pas un danger, et surtout les deux plus jeunes enfants du roi Aerys, un garçon, Viserys et une fille, Daenerys (qui est née à Peyredragon, après la mort de son père). Ils sont tous deux poursuivis par la vindicte du nouveau roi, mais sauvés in extremis par le maître d’armes de leur père, ser Willem Darry, qui s’enfuit avec eux et s’installe à Braavos, l’une des cités libres, située en face de Peyredragon, de l’autre côté du Détroit. Ce n’est qu’après sa mort qu’ils connaîtront d’autres tribulations qui les mèneront à Pentos chez un riche marchand, Illyrio Mopatis, où on les retrouve (S1E1).

Le règne de Robert Ier Baratheon

28Après sa victoire totale sur les Targaryen et leurs partisans, aidé de Jon Arryn qu’il a pris comme Main du Roi – l’équivalent de Premier ministre –, Robert Baratheon choisit de pardonner à ceux qui sont restés loyaux aux Targaryen, même à l’intérieur du Conseil restreint. C’est ainsi que Varys, le « Maître des chuchoteurs » – chargé de la police et du renseignement – et que le Grand Mestre Pycelle – conseiller particulier du roi – conservent leur poste. Voulant s’assurer plus étroitement la loyauté de la riche et puissante maison Lannister, Robert épouse Cersei, fille de Tywin Lannister et sœur jumelle de Jaime. Dans les années qui suivent, Cersei donne naissance à trois enfants : Joffrey, Myrcella et Tommen, si bien que la dynastie Baratheon paraît assurée.

29Pourtant l’année de la naissance de sa fille Myrcella, six ans après être monté sur le Trône de fer, Robert doit mater à son tour une rébellion : celle des Fers-nés, les habitants des îles de Fer, emmenée par lord Balon Greyjoy qui se proclame roi du Sel et du Roc, conformément aux antiques pratiques des marins de l’île de Pyk. Moins d’un an après, Greyjoy subit une défaite complète. Ses deux fils aînés sont morts dans les combats et le dernier, Theon, est envoyé comme pupille et otage de Ned Stark à Winterfell (S1E1). Après la rébellion des Greyjoy, profitant en outre d’un long été, la paix semble s’installer définitivement dans le royaume entier.

30Lorsque commence le premier épisode de la série, Westeros semble ne pas connaître de trouble particulier. Mais, depuis toujours, Robert se laisse aller aux plaisirs de la table et de la chair – il a d’ailleurs de nombreux bâtards –, même si Jon Arryn veille autant qu’il lui est possible sur le royaume. Cependant le Trésor de la Couronne est vide, car Robert mène un train de vie dispendieux et il s’est lourdement endetté via « Littlefinger », son Grand Argentier, auprès de Tywin Lannister, qui passe pour être l’homme le plus riche de Westeros, et des Tyrell de Hautjardin, mais aussi et surtout auprès de la Banque de fer de Braavos.

Structures du pouvoir à Westeros

Un pouvoir féodal

31Le pouvoir politique en place à Westeros est de type aristocratique et féodal : le roi est le suzerain des grands vassaux, les lords protecteurs des grands fiefs du royaume – comme Ned Stark, Protecteur du Nord. Au niveau inférieur, les lords exercent leur suzeraineté sur des vassaux moins puissants, jusqu’au dernier des chevaliers. Comme dans notre Moyen Âge, les suzerains appellent leurs vassaux à faire la guerre sous leurs ordres, lorsque c’est nécessaire. Les nobles sont tous chevaliers : ceux de rang supérieur sont appelés « lord » et ceux de rang inférieur « ser ». En temps de paix, ils se mesurent dans les nombreux tournois qui sont organisés dans tout Westeros.

32Le roi est assisté par un Conseil restreint composé de quelques membres jouant le rôle de ministres. La direction en est assuré par une sorte de premier ministre portant le titre de « Main du roi ».

Les mestres

33Les seigneurs les plus importants sont assistés dans l’administration des affaires de leur fief par un « mestre » formé et envoyé par la Citadelle des mestres. On note qu’un mestre se reconnaît à son vêtement, une espèce de robe de bure, et surtout, à la chaîne qu’il porte et dont les maillons de différents métaux symbolisent les enseignements qu’il a reçus : l’étendue des connaissances d’un maître est ainsi rendue immédiatement visible. Les mestres, tous des hommes, sont des conseillers d’origine noble pour la plupart : lorsqu’ils embrassent cette voie, ils perdent leur titre, leur nom de famille, ils sont interdits de descendance et cessent toute action politique propre, mais font le serment de se dévouer au fief qu’ils servent, également s’il passe en d’autres mains en période de guerre ou en cas de succession. La position de mestre n’est donc pas toujours bien considérée par les seigneurs les plus puissants.

34La Citadelle des mestres se trouve sur la côte sud-ouest, dans le Bief, à Villevieille : c’est la plus ancienne cité des Sept Couronnes – elle a été fondée par les Premiers Hommes – et, par son importance, la seconde ville de Westeros. Lors de la Conquête, lord Bandred Hightower choisit de se soumettre sans combat à Aegon Targaryen et d’ouvrir les portes de Villevieille : la cité est épargnée, mais, contrairement à ce qui était attendu, Aegon décide ensuite de bâtir sur la côte est de Westeros une nouvelle capitale qui sera Port-Réal. Cependant, véritable havre de paix, Villevieille accueille désormais, dans la fameuse Citadelle des mestres, le centre de formation de tous les mestres de Westeros, ainsi que le Conclave des archimestres qui nomment le Grand Mestre, conseiller du roi siégeant à vie au Conseil restreint. Apparemment le Conclave ne cherche pas à exercer une action politique directe en se servant des mestres.

35Enfin, l’une des tâches les plus importantes des mestres de la Citadelle, sinon la plus notable, consiste à annoncer la venue de l’hiver, puisqu’à Westeros l’été et l’hiver durent habituellement plusieurs années. Lorsque les signes annonciateurs de l’hiver ont été confirmés, des corbeaux blancs, qui sont les plus rapides de tous les corbeaux et dont l’usage est l’apanage de la seule Citadelle, sont alors envoyés dans toutes les cités de Westeros pour informer qu’il faut se préparer parce que « l’hiver vient » (S2E1).

La Garde de nuit

36Fondée 8000 ans plus tôt et uniquement composée d’hommes, elle a pour fonction de défendre les territoires de Westeros contre les Sauvageons de l’autre côté du Mur et contre toutes les menaces qui en proviendraient – dont les revenants et les Marcheurs blancs.

37La composition de la micro-société du Mur se caractérise par une grande mixité sociale, mais les commandements sont cependant assurés par les fils de la noblesse qui ont fait le choix de rejoindre la garde ou ont été placés là par leur famille. Tout de noir vêtus, portant un blason noir également, les membres n’ont d’allégeance qu’envers la Garde et se dépouillent de leurs titres et honneurs lors de leur prestation de serment, qui ne s’interrompt qu’avec la mort : ils n’ont plus à respecter ni ne peuvent faire valoir leurs liens de vassalité ou de suzeraineté antérieure, ils ne peuvent pas se marier et sont donc privés de descendance, ils ne participent plus aux affaires politiques de Westeros, enfin et surtout, leur serment est irrévocable et toute désertion est punie de mort. De telles règles ne suscitent que peu de vocations, ce qui explique le nombre décroissant des Gardes – on n’en compte plus qu’une centaine –, leur origine, généralement plus que douteuse – gibier de potence pour la plupart –, et par voie de conséquence, le délabrement des dix-neuf forts liés au Mur impossibles à entretenir sans finances ni main-d’œuvre suffisantes.

38De manière analogue à la Citadelle, le Mur est donc un lieu paradoxal de pouvoir, puisque, d’un côté, on y est indépendant de Port-Réal – sauf pour le recrutement des hommes – mais que, de l’autre, on n’y nourrit aucune espèce d’ambition politique, peut-être parce qu’il n’y a en fait nul pouvoir susceptible d’y être exercé, mais seulement une fonction de protection à remplir de manière désintéressée, c’est-à-dire quel que soit le roi qui règne.

Benjen Stark à Jon (sur le Mur) : « Ici un homme reçoit ce qu’il gagne, au moment où il le gagne. »
S1E3

Des religions diverses

39Bien des dieux cohabitent dans le monde de Westeros, où la tolérance religieuse paraît de mise. Les dieux anciens, proches des forces élémentaires de la nature, déjà adorés par les Enfants de la forêt puis par les Premiers Hommes, connaissent encore des fidèles, pour l’essentiel dans le Nord et, bien sûr, chez les Sauvageons.

Statues du Père et de la Mère

Le Grand Septuaire de Baelor

Les Sœurs du silence et la dépouille de Jon Arryn

Les Sept

40Les dieux anciens ont été supplantés par les Sept, qui ont accompagné l’invasion des Andals et se sont répandus dans toutes les régions de Westeros. Les représentations et significations les plus importantes de ces sept divinités sont les suivantes : le Père, un homme mûr et barbu (autorité, justice), qui ressemble à Jupiter ; la Mère, une femme d’âge moyen (maternité, compassion), qui rappelle l’Isis adoptée par les Romains ; l’Aïeule, une vieille femme munie d’une lanterne (sagesse) ; le Guerrier, un homme armé d’une épée (force, courage) ; le Ferrant, un homme tenant un marteau (artisan) ; la Jouvencelle, une belle jeune fille (innocence, amour) et l’Étranger, une figure sans visage ou androgyne, vêtu d’une pèlerine (la mort, l’errant). Selon leurs prêtres, ces sept dieux représentent les manifestations positives diverses de la puissance d’une seule divinité. On peut remarquer que la notion de péché n’est pas inconnue des Sept, mais qu’elle vient s’opposer en réalité aux fonctions qu’ils assument.

41Le symbole habituel des Sept est une étoile à sept branches qui apparaît partout dans les lieux de culte (S1E1, S3E4). Leurs prêtres se nomment septons, les prêtresses septas, et le sanctuaire principal est le Grand Septuaire de Baelor à Port-Réal (S3E4), que dirige le Grand Septon. Il faut noter que dépend des Sept une confrérie féminine, les Sœurs du silence, qui s’occupe des morts et dont les membres ont fait justement vœu de silence (S1E1).

Le Dieu multiface

42Le Dieu multiface ne reçoit apparemment un culte qu’à Braavos, où il est organisé dans la demeure du Noir et du Blanc. Cette divinité syncrétique rassemble en elle un grand nombre de divinités de la mort : celles-ci étaient censées délivrer de leurs peines les esclaves des mines de Braavos qui les en priaient et qui étaient justement originaires de toutes les contrées possibles. Le Dieu multiface accorde donc la mort à qui le demande à son temple, mais ses prêtres tiennent aussi les comptes de ceux qui sont épargnés et doivent compenser cette perte pour le dieu.

43Cependant le Dieu multiface est surtout célèbre pour la secte des Sans-Visages, une communauté d’assassins infaillibles qui lui est vouée et qui est formée sous la direction de la demeure du Noir et du Blanc. Les Sans-Visages se caractérisent par leur maîtrise physique qui leur permet de changer radicalement les traits de leur visage, par leur habileté dans tous les arts de tuer, en particulier les poisons, et enfin par leurs tarifs astronomiques (Jaqen H’ghar est l’un d’entre eux, S2E2-10).

44Notons enfin que, parmi les Sept, l’Étranger est perçu par les Braaviens comme un avatar de leur Dieu multiface.

Deux visages de Jaqen H’ghar

Syrioà Arya : « Il n’y a qu’un seul dieu et son nom est “Mort”. Et nous n’avons qu’une chose à dire à la Mort : “Pas aujourd’hui”. »
S1E6

R’hllor

45R’hllor, Maître de la Lumière, Cœur du Feu, dieu de la Flamme et de l’Ombre, est une divinité orientale originaire d’Asshaï-lès-l’Ombre en Essos, où il a de nombreux fidèles. Il représente la vie, le feu, la lumière, l’amour par opposition à la mort, aux ténèbres et à la haine, et il paraît s’opposer ainsi à un dieu des ténèbres. Il est en particulier adoré par la « Prêtresse rouge », Mélisandre d’Asshai (S2E1) qui y a converti en particulier Sélyse et Stannis Baratheon (au point que ce dernier a pris pour armes la tête de cerf noir couronné des Baratheon posée sur un cœur rouge enflammé). Le culte rendu à R’hllor fait aussi appel à des pratiques magiques où feu et sang constituent des ingrédients indispensables (S2E1 et S3E1).

Le Dieu noyé

46Il est le dieu de la mer, le dieu principal des Fers-nés, les habitants des îles de Fer, et il s’oppose au dieu des Tornades. Si ses adorateurs se contentent d’un baptême par immersion, voire par simple aspersion, les prêtres sont littéralement noyés et ranimés par massage cardiaque, ce rite de passage symbolisant leur renaissance à une autre vie. D’où la formule finale de l’initié : « Ce qui est mort, ne saurait plus jamais mourir », à quoi le prêtre, reconnaissable à son bâton de bois flotté, répond : « Ce qui est mort ne saurait plus jamais mourir, mais se lève à nouveau, plus dur et plus fort. »

47Le Dieu noyé est donc une divinité farouche, bien en accord avec les conditions très rudes dans lesquelles vivent les marins des îles de Fer, et il se trouve en pleine adéquation avec l’antique voie : pour un Fer-né, il convient en effet de prendre ce que l’on désire par la force et non en payant son prix commercial – la voie de l’or.

Note sur Essos

48Après la chute de Valyria et de son empire, on ne rencontre plus en Essos que des cités-États dirigées par des conseils de marchands – à l’exception notable des Dothrakis, mais ce sont des guerriers nomades. Si certaines tentatives ont été faites pour imposer un pouvoir aristocratique et monarchique – en particulier par les familles nobles de Valyria contraintes de s’exiler après avoir survécu au Fléau – on peut dire que la seule qui ait brillamment réussi est celle des Targaryen, mais à Westeros. Partout en Essos, les grandes cités marchandes ont préféré continuer à être gouvernées par des assemblées oligarchiques constituées de membres appartenant aux familles les plus riches.

49Il faut enfin insister sur le fait que l’une des caractéristiques essentielles de ces cités est qu’elles pratiquent toutes l’esclavage, au contraire de Westeros où c’est un crime puni de mort.

Table des illustrations

Légende Statues du Père et de la Mère
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Le Grand Septuaire de Baelor
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Les Sœurs du silence et la dépouille de Jon Arryn
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Deux visages de Jaqen H’ghar
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search