Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Conclusion

Et si Don Quichotte avait gagné…

Texte intégral

1Dans la lignée du newspaper film et des séries behind the scenes, The Newsroom nous montre ce qui d’habitude est soustrait au regard : les dessous d’un journal télé « à l’ancienne », la fabrique quotidienne de l’information à l’heure des nouvelles technologies, du journalisme citoyen promu par les réseaux sociaux et de l’infodivertissement. Mais au lieu de nous révéler les arcanes d’un monde cynique, de dénoncer ce qui se trame en secret, Sorkin fait l’éloge d’une profession d’habitude décriée, servie ici par des idéalistes. Alors que les séries « en coulisse » telle House of Cards dévoilent les compromissions et les arrangements entre les médias et la politique, The Newsroom représente au contraire des journalistes intransigeants, qui, certes, sont contraints de faire des compromis, mais qui pour autant ne perdent jamais de vue la noble cause qu’ils défendent : informer du mieux possible les citoyens. Qu’ils y parviennent ou qu’ils y échouent le plus souvent importe peu, car ce qui compte c’est qu’ils soient mus par la volonté de toujours « faire mieux ». We can do better, comme l’énonce Mac dans l’épisode pilote, lançant ainsi tout à la fois un programme de réforme, un arc narratif et un commentaire scénaristique. Dans le dernier épisode, à son épouse découragée par l’ampleur de la tâche qui l’attend, Will offre le réconfort d’une analogie : ils sont comme dans un bateau qui prend l’eau. Tout ira bien tant qu’ils videront l’eau plus vite qu’elle ne s’infiltre, tant qu’ils se maintiendront à flot. S’il est idéaliste, le héros sorkinien n’est pas dupe pour autant. Se sachant embarqué, il ne cesse d’osciller entre la mélancolie – figurée comme le veut la tradition par une tête légèrement inclinée prenant appui sur un bras – et l’enthousiasme des (re)commencements. On peut toujours faire mieux – versant optimiste du pilote – mais l’on doit aussi compter avec ce qu’on a – versant réaliste du finale.

Will, l’homme de la mélancolie.

Will, greater fool abattu, s1e10.

Don Quichotte repart en croisade, s1e10.

2Le malentendu critique dont la série a pu souffrir vient sans doute de là. Le téléspectateur risquait de prendre pour une représentation réaliste ce qui était avant tout la mise en œuvre, dans l’espace fictionnel, d’une utopie, dans l’espoir – sans doute naïf – qu’elle puisse influencer le monde réel. À cet égard, les critiques raillant le peu de vraisemblance de certains épisodes, le caractère non ressemblant de cette salle de rédaction sont passés à côté de l’intention de la série. The Newsroom n’est pas The Wire, et ne cherche pas à l’être. La dimension documentaire, informative de la série est entièrement subordonnée au projet utopiste. De même le téléspectateur qui ne prendrait pas garde à la référence omniprésente à Don Quichotte pourrait s’agacer des longues tirades passionnées des personnages et oublier un peu vite que ces pseudo-sermons émanent de gens qui revendiquent l’héritage du « redresseur de torts » autoproclamé qui vit dans l’illusion et voit le monde à travers le prisme des romans de chevalerie. Il est assez plaisant que cette quête de vérité soit placée sous le signe d’un personnage inventé qui confond allègrement réel et fiction, qu’un héros jugé fou invite à réintroduire le sens commun dans les médias et dans la société en général. L’espace d’une série, Sorkin oublie que les moulins à vent sont de vrais moulins à vent, et fait comme si Don Quichotte, en les combattant, les avait réellement transformés en géants, comme si par la seule force de la volonté, une poignée d’enthousiastes pouvait réenchanter une profession, et susciter des vocations. Cette foi volontariste, cette confiance dans la capacité performative du langage, ce goût pour la rhétorique persuasive ont fait la réputation de Sorkin, au point de devenir sa signature. Au moment où les séries rivalisent d’ingéniosité et d’inventivité, où les feuilletons politiques sont imprégnés par des théories du complot de tous ordres, fonder la sienne exclusivement sur la parole et assumer un classicisme aussi bien cinématographique que télévisuel, relève quasiment du tour de force et donne à la série un parfum désuet, comme si elle rejoignait le canon de la télévision au moment même où elle était diffusée.

3Le monde de The Newsroom est à la fois le nôtre et sa version idéalisée. Personnages et téléspectateurs ont en partage une même actualité, un même mode de vie. Les héros y ont les mêmes défauts que nous. Comme nous, ils tombent, se disputent, se découragent… Ni particulièrement beaux (à l’exception notable de Sloan Sabbith), ni spécialement jeunes (peu de séries choisissent un républicain quinquagénaire comme protagoniste…), ils se distinguent pourtant par leur intelligence supérieure, leur culture et leur dévouement au travail. Avec The Newsroom, Sorkin nous offre des personnages hors du commun, à qui on ressemblerait volontiers. Cette « identification d’admiration » (Sabine Chalvon-Demarsay) est la preuve, s’il en était besoin, que les personnages de fiction restent notre meilleure source d’inspiration, même, et peut-être surtout, quand ils cherchent à imiter les héros du passé. Par un bel effet gigogne, le téléspectateur est invité à imiter les journalistes imaginés par Sorkin qui eux-mêmes imitent Don Quichotte, conscients d’être – à la fois et à égalité – nobles et ridicules, risibles et admirables.

Table des illustrations

Légende Will, l’homme de la mélancolie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Will, greater fool abattu, s1e10.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Don Quichotte repart en croisade, s1e10.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search