Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Portraits

Le Tea Party

« The American Taliban »

Texte intégral

  • 1 Romain Huret, « Les militants du Tea Party ne jouent pas seuls au bowling », La Vie des idées, nov (...)

1En février 2009, Rick Santelli, chroniqueur économique appelle à un rassemblement de tous les opposants à la décision de l’administration Obama d’aider les propriétaires en défaut de paiement qui étaient menacés d’être saisis. En avril se tiennent un peu partout aux États-Unis des manifestations de protestation contre la levée d’impôts fédéraux destinés à la mise en place de nouveaux programmes sociaux. Ces manifestations habilement baptisées tea parties, en référence à la Boston Tea Party de 1773 au cours de laquelle les colons américains se révoltèrent contre un impôt sur le thé prélevé par l’Empire britannique, conduisent à la création d’un mouvement, le Tea Party. Ce rassemblement de militants d’horizons très différents, de l’ultraconservateur au libertarien, est encore aujourd’hui l’objet d’analyses contradictoires : d’un côté le Tea Party serait « un mouvement social profondément enraciné dans l’espace américain et des pratiques militantes aisément identifiables1 », parfois qualifié de grassroots movement, de l’autre, une machine de guerre anti-Obama créée de toutes pièces, appelée aussi astroturf (en référence à la pelouse artificielle qu’on utilise notamment dans les stades). L’influence de ce mouvement populiste, qu’on qualifierait de poujadiste en France, est aussi sujette à controverses, les uns défendant l’idée que le Tea Party a profondément changé la nature du parti républicain et révolutionné la politique américaine, les autres qu’il n’est finalement qu’un feu de paille qui n’aura pas eu l’importance que les médias lui avaient accordée lorsqu’il s’imposa en force au début des années 2010.

  • 2 Ainsi par exemple sa lettre ouverte à Sarah Palin dans le Huffington Post, voir Parcours, chap. 3, (...)

2Quoi qu’il en soit, les traits principaux qui rassemblent les militants d’origines variées sont le rejet de l’État (ou refus du big government), la méfiance à l’égard des élites de tous ordres (politiques, économiques, intellectuelles), la valorisation du sens commun du petit entrepreneur, la sacralisation de la Constitution et la défense des valeurs chrétiennes. Le mouvement est ultralibéral d’un point de vue économique et très conservateur en ce qui concerne les questions de société (entre autres, lutte contre le droit à l’avortement et contre le mariage homosexuel). On l’a vu, le Tea Party représente donc tout ce que Sorkin abhorre (voir Parcours, chap. 3) et tout ce qu’il dénonce, dans ses créations à travers ses personnages mais également dans sa vie publique à l’occasion d’entretiens ou de tribunes2. Il convient de garder en tête ces prises de position, et de situer préalablement Sorkin lorsqu’on examine la manière dont il fait faire à Will et à son équipe le portrait du Tea Party. Même si ce portrait est présenté comme le résultat d’une enquête objective, et la simple collecte d’une série de faits et de déclarations, il n’en est pas moins, en dernière analyse, l’émanation d’un scénariste qui, à plusieurs reprises, n’a pas manqué de manifester son hostilité à l’égard du Tea Party et de ses porte-parole.

3Même si le Tea Party occupe surtout les deux premières saisons et qu’il n’est pas représenté par un personnage en particulier, il n’en constitue pas moins une figure centrale de la série. Ennemi à abattre, il est l’objet d’attaques constantes de la part de l’équipe de News Night pendant les deux premières saisons. Seule la dernière abandonne la charge polémique, mais c’est en grande partie, peut-on supposer, parce que le nombre de reportages insérés dans le tissu narratif tend à diminuer et parce que Will est incarcéré pendant une partie de cette courte saison. Tout se passe comme si, faute d’être capable de créer de vrais méchants, Sorkin était obligé de les emprunter au monde réel. Même les personnages fictifs peu aimables s’avèrent des bad guys de façade (voir Portraits, chap. 11) : en revanche, les méchants, réels, eux, sont irréformables semble nous dire Sorkin, comme si cette insertion de réalité dans sa fiction était l’aveu même du caractère donquichottesque non seulement du projet réformateur de Will, mais encore de sa propre pédagogie. À moins de considérer que Sorkin vise à convaincre les indécis et non à convertir les tea partiers qui, de toute façon, ne regarderaient pas une chaîne à péage dans laquelle on jure tant…

4Le Tea Party est un personnage d’un genre un peu particulier dans la série puisqu’il n’est pas représenté par une figure unique, parce que ce portrait de groupe est médiatisé par la voix des journalistes. Objets de reportage et non pas sujets de l’action, les différents membres du Tea Party jouent un rôle dans l’intrigue sur laquelle ils influent indirectement mais ils sont incarnés d’une manière particulière. Véritable cas d’école, le Tea Party et ses représentants ne relèvent pas de la fiction comme les autres personnages : leurs vrais noms sont utilisés, leurs images sont comme des encarts de réalité dans un tissu fictionnel. Le seul moment où ils sont des êtres de fiction au sens premier du terme, c’est lorsqu’ils sont joués par les journalistes se préparant pour le débat des primaires républicaines (s1e9). On voit ainsi Jim endossant le rôle de Michelle Bachmann ou Don celui de Rick Santorum. Le traitement visuel du Tea Party est intéressant car l’ensemble de ses membres ou de ses supporters n’est accessible que par voie médiatisée : ils sont tous présentés par écran interposé et jamais vraiment individualisés. On répondra qu’ils n’auraient jamais accepté de figurer au casting de The Newsroom de toute façon, mais ils auraient pu être incarnés par des personnages fictionnels, comme c’est le cas pour le mouvement Occupy Wall Street dans la saison 2 personnifié par Shelly Wexler. Cette absence contribue à démultiplier leur présence : ils sont visibles et reproductibles à l’infini en régie, où leurs visages apparaissent sur plusieurs écrans en même temps, comme un ennemi à plusieurs têtes, mais aussi comme un adversaire intouchable, évanescent.

Mock Debate, s1e9.

Le Tea Party à/derrière l’écran.

5Pour s’exempter de l’accusation d’être partisan, Sorkin a choisi de faire de son héros principal un républicain encarté. Cette décision scénaristique est notable d’abord parce qu’elle est une sorte d’hapax pour un personnage principal chez Sorkin : un peu comme dans les films de Woody Allen, jusqu’ici chez Sorkin, être républicain était plutôt une tare qui n’avait pas sa place dans la communauté des personnages. Ensuite parce que certains critiques ont épinglé cette stratégie, la jugeant grossière. D’ailleurs, on la retrouve insérée dans la bouche de Taylor Warren (s2e9) qui demande à Will à l’antenne s’il ne se prétend pas républicain pour mieux fustiger le Tea Party. La réponse ne se fait pas attendre qui consiste à défendre l’idée d’une fidélité paradoxale : c’est précisément en tant que républicain qu’il faut lutter contre le Tea Party qui a dévoyé les valeurs républicaines par opportunisme et par bêtise (voir Parcours, chap. 3, p. 69-70). De même, Maggie veut mettre Michelle Bachmann face à ses contradictions au nom même de la défense des chrétiens (s1e8). Will est présenté comme un RINO (Republican In Name Only, ou républicain très modéré). C’est Reese qui colle cette étiquette à Will en lui indiquant que les républicains apprécient sa neutralité alors même qu’ils soupçonnent d’habitude les médias d’être de parti pris (bias) et toujours favorables aux démocrates (« Ils apprécient que tu t’abstiennes d’attaques faciles contre Sarah Palin », s1e2).

6Dès le premier épisode, le Tea Party est présent par la voix de cette dernière, que Will défend alors qu’elle s’est ridiculisée en attaquant le traitement par la Maison-Blanche de la marée noire de BP. Mais la machine anti-Tea Party de News Night n’est véritablement lancée qu’à l’épisode 3 de la saison 1 (« The 112th Congress », du nom du premier Congrès qui a vu la percée du mouvement Tea Party), construit, comprend-on progressivement, comme le compte rendu des six semaines précédentes mené par Brad, le spécialiste en audimat qui présente ses analyses à Charlie, Reese et Leona Lansing. À partir d’une question sarcastique de Reese (« à quel moment Will a-t-il eu son épiphanie sur le Tea Party ? »), un flashback montre une discussion entre Will et Charlie au cours de laquelle Will expose ses vues sur ce mouvement en le comparant aux mouvements protestataires de gauche des années 1960 tels que le Students for a Democratic Society (SDS) fondé par Rennie Davis et Tom Hayden, et le Youth International Party (Yippies) d’Abbie Hoffman et Jerry Rubin. Will analyse le Tea Party comme un mouvement spontané et populaire de révolte antifiscale survenu lors de la première présidence Obama en 2010 qui a, petit à petit, été récupéré par la droite ultraconservatrice (the radical right) et qui désormais représente une menace pour l’intégrité du parti républicain. Dans son discours, Will établit une analogie entre parti démocrate et protestataires d’un côté et entre parti républicain et Tea Party de l’autre pour montrer à quel point la situation est devenue critique : dans les années 1960, ces mouvements faisaient sourire et jamais ils ne seraient arrivés jusqu’au Congrès, alors que le Tea Party est en phase de remporter une victoire écrasante aux élections, en tout cas d’écarter les candidats classiques dans de nombreuses primaires.

Exposé de Will à Charlie sur le Tea Party, s1e3.

7Au vu des positions qui s’affrontent sur l’interprétation à donner au mouvement, celle de Will apparaît comme une voie moyenne, comme un compromis : le Tea Party qui se présente devant les électeurs n’est plus celui qui a été fondé en 2009 et c’est cette récupération qu’il convient de dénoncer, en montrant les financements occultes, les manœuvres rhétoriques, les déclarations à l’emporte-pièce, etc.

La résistible ascension du Tea Party, récapitulatif, s1e3.

8À partir de cette discussion séminale dans le bureau de Charlie, News Night opte pour une remise en cause systématique des contre-vérités énoncées par les candidats du Tea Party. L’épisode est monté comme une succession d’entretiens menés par Will face à des candidats ou des partisans du mouvement qui lui font face directement sur le plateau ou via un écran. À chaque invité, une date apparaît sur l’écran, comme si elle était tapée sur une vieille machine à écrire de journaliste à l’ancienne. Il y a en tout cinq séquences : la première datée du 8 mai 2010 concerne les impôts. Will montre à une partisane de Mike Lee les contradictions qu’il y a entre promettre qu’on n’augmentera pas les impôts et les missions qui incombent à un représentant. La deuxième séquence, du 20 mai 2010, concerne la position de Rand Paul sur la discrimination à l’égard des noirs. La troisième, du 2 juin 2010, s’en prend à deux déclarations de Sharron Angle, l’une contre les médias, l’autre menaçant de renverser le Sénat. La quatrième séquence – 18 juin 2010 – porte sur les déclarations de Jim Demint sur le mariage homosexuel et la dernière, le 31 août 2010, est une interview de Brice Delaney, républicain écarté des primaires pour avoir refusé de dire qu’Obama était un socialiste et pour avoir cosigné avec un démocrate une résolution au Congrès visant à aider les vétérans sans-abri. Ce montage permet d’exposer de manière pédagogique les différents sujets sur lesquels le Tea Party est le plus virulent et le plus conservateur. La dernière séquence, qui est aussi la plus développée porte sur le financement du Tea Party par des grands groupes, tel celui des frères Koch, David et Charles. Nerf de la guerre puisque c’est avec eux qu’ACN est en affaires et que c’est à cause des attaques portées contre eux que Reese et Leona Lansing s’inquiètent du tournant pris par le journal de Will. Will et son équipe démontrent en effet que le Tea Party n’est pas ce qu’il prétend être, un parti financé par les petites gens (le fameux We the People de la Constitution), mais par des hommes puissants. Par la suite, d’autres sujets sont abordés de cette manière et les cibles ne se limitent plus au seul Tea Party, mais s’élargissent notamment aux éditorialistes conservateurs sympathisants du Tea Party tels que Glenn Beck et Rush Limbaugh. La méthode est chaque fois la même : rassemblement de citations, accumulations de déclarations et de faits montrant le danger que représentent ces hommes et ces femmes.

Le Tea Party par Will McAvoy
Pureté idéologique, le compromis considéré comme une faiblesse, foi fondamentaliste dans la lettre des Écritures, rejet de la science, indifférence aux faits, inflexibilité devant une information nouvelle, crainte hostile du progrès, diabolisation de l’éducation, besoin de contrôler le corps des femmes, xénophobie sévère, mentalité tribale, intolérance au désaccord et haine pathologique de l’État. Ils peuvent bien s’appeler « le Tea Party ». Ils peuvent bien s’appeler « conservateurs ». Et ils peuvent même s’appeler « républicains », même si les républicains, eux, ne devraient certainement pas les appeler ainsi. Mais on ferait mieux de les appeler par leur vrai nom : les talibans américains. (s1e10)

Description du Tea Party par Will.

  • 3 Aurélie Godet, Le Tea Party, op. cit., p. 61.

9Le troisième et le dernier épisode de la saison 1 constituent un véritable diptyque sur le Tea Party. Les techniques sont les mêmes, mais de l’un à l’autre, le ton est monté d’un cran. En effet, c’est dans le dernier épisode que Will qualifie les membres du Tea Party, de talibans américains (voir Encadré), s’inspirant sans doute du surnom « Tea Klux Klan3 » que Rachel Maddow et Keith Olbermann avaient trouvé pour les désigner et qui, lui aussi, avait fait scandale. Cette escalade dans l’attaque a aussi une influence sur l’intrigue, puisqu’elle lance toute une série de conséquences en cascade qui sont rappelées par l’avocate lors de la déposition de Will à la saison suivante (s2e1). C’est précisément à cause de cette charge que Reese est exclu d’une réunion importante au Congrès (SOPA meeting), que Will est retiré des commémorations du 11-Septembre (s2e1).

10Ainsi le Tea Party est-il à la fois la cible externe de Sorkin, le sujet principal des journaux télévisés de Will et un personnage collectif qui remplit le rôle du seul vrai « méchant » de toute la série, inatteignable parce que réel et non fictionnel, inattaquable parce que toujours médiatisé, jamais véritablement incarné – toujours retranché derrière le poste, reproduit et multiplié à plaisir sur les écrans de la régie.

Notes

1 Romain Huret, « Les militants du Tea Party ne jouent pas seuls au bowling », La Vie des idées, novembre 2012, URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-Militants-du-Tea-Party-ne.html. Pour une synthèse en français, voir Aurélie Godet, Le Tea Party. Portrait d’une Amérique désorientée, Paris, Vendémiaire, 2011.

2 Ainsi par exemple sa lettre ouverte à Sarah Palin dans le Huffington Post, voir Parcours, chap. 3, p. 97.

3 Aurélie Godet, Le Tea Party, op. cit., p. 61.

Table des illustrations

Légende Mock Debate, s1e9.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Le Tea Party à/derrière l’écran.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Exposé de Will à Charlie sur le Tea Party, s1e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende La résistible ascension du Tea Party, récapitulatif, s1e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Description du Tea Party par Will.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search