Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Portraits

Don Keefer et Reese Lansing

Ou comment rendre un personnage aimable

Texte intégral

« Yes I’m a douche but I’m a douche on the side of the angels. » [Oui, je suis une ordure, mais une ordure dans le camp des anges.] Reese, s3e1.

1Dans l’opposition instaurée par l’épisode pilote entre les tenants de l’ancien style et les partisans du nouveau modèle de journalisme – qui est lui-même une restauration de ce que Will fut à la grande époque de son histoire d’amour avec Mac –, deux personnages sont d’emblée placés dans la première catégorie et ce, de manière non équivoque : Reese Lansing joué par Chris Messina, que les amateurs de série ont déjà pu voir en petit ami de Claire à la fin de Six Feet Under ou encore en Chris Sanchez, vétéran traumatisé de la saison 4 de Damages, et Don Keefer, joué par Thomas Sadoski, encore inconnu du grand public lors du démarrage de The Newsroom.

2Représentant tous les deux le passé récent de Will, ils partagent plusieurs points communs, même s’ils n’exercent pas du tout le même métier et même s’ils sont par ailleurs dotés de caractéristiques propres. Le premier est le président d’AWM et le fils de Leona Lansing (Jane Fonda), la fondatrice et propriétaire de l’entreprise. Il entretient une relation spéciale avec son anchorman vedette en lui exposant tous les jours les résultats des derniers sondages d’audience. Quant à Don Keefer, il était, jusqu’au retour de congé de Will, son producteur exécutif.

3Ils appartiennent tout d’abord à la même génération, on les suppose trentenaires, ayant fait des études brillantes – Maggie souligne dès le pilote que Don est diplômé de l’école de journalisme de Columbia, Will signale, même si en mauvaise part, que Don a toujours été le plus malin de toute l’équipe –, ambitieux et sûrs d’eux. Plus jeunes que Will, ils sont comme sa garde rapprochée, censée veiller sur lui et surtout s’assurer de sa bonne réputation et du maintien d’un taux d’audience qui mettrait leur vedette à l’abri du danger.

4Ensuite, ils incarnent deux figures du (mauvais) conseiller, l’un en tant que producteur exécutif indiquant à Will la meilleure manière – du point de vue de la captation du spectateur – de présenter un événement ; l’autre, en amont et en aval, indiquant par les sondages qu’il conduit sur les ordres de Will, quelle direction il faudrait prendre, garder, etc. Lors des deux premiers épisodes, si l’on excepte Will, ils sont les seuls à apparaître comme les potentiels bad guys, ce que soulignent d’ailleurs les dialogues qui leur sont attribués. Ainsi dans l’épisode pilote, Maggie et Don se disputent car Don essaie de convaincre Maggie qu’elle fait une erreur en restant loyale à Will et qu’elle ferait mieux de le rejoindre pour reprendre l’émission suivante, le journal d’Elliot Hirsch à 22 h. Maggie lui répond alors : « Je fais un mauvais calcul par loyauté. Tu en fais un bon par ambition », ce à quoi Don rétorque, sarcastique : « C’est ça, ouais. Il ne sait pas comment tu t’appelles et c’est moi le salaud. » Dans une scène opposant Charlie Skinner et Reese, Reese se retrouve lui-même en train de se défendre d’être le villain de l’histoire : I’m not the bad guy. Ces deux fragments de dialogue remplissent une double fonction : ils permettent de signaler au spectateur qui se trouve dans quel camp, mais aussi plus discrètement que les apparences sont trompeuses et que les soi-disant méchants, nécessaires à toute intrigue lorsqu’elle débute, vont sans doute évoluer.

Will & Reese, walk and talk I, s1e2.

Will & Reese, walk and talk II, s1e8.

Don, leçon I, s1e8.

Don, leçon II, s3e1.

5Reese et Don sont au centre de deux longues scènes de conseil. La première, en extérieur, ce qui est rare dans une première saison principalement à huis clos, voit Reese commenter les effets bénéfiques de la couverture de la marée noire (s1e2) et indiquer les pistes à suivre pour transformer l’essai en garantie de succès. La seconde a lieu dans la salle de réunion lorsque Don est convoqué pour aider l’équipe à couvrir de manière sensationnaliste un fait divers (s1e8). Dans cet épisode, Reese et Don se retrouvent tous deux sur le même front, expliquant tour à tour pourquoi et comment rendre compte du procès de Casey Anthony. C’est d’abord Reese qui convoque Charlie, Will et Mac pour leur indiquer l’urgence qu’il y a à parler de cette affaire au vu du nombre de spectateurs qui sont allés la suivre sur d’autres chaînes ; c’est ensuite Don qui assure la leçon de journalisme sensationnaliste à partir d’enregistrements d’émissions de la non-fictionnelle Nancy Grace. Par la suite, Reese et Will sont de nouveau réunis dans une scène de conseil au cours de laquelle Reese félicite Will pour sa couverture du procès. Cette scène qui redouble celle de l’épisode 2 est, elle aussi, filmée en walk and talk, contrairement aux nombreuses scènes de bureau, beaucoup plus statiques. Quant à Don, il est amené à redonner une leçon de journalisme 2.0 lors des attentats de Boston, à propos du site Internet de partage de signets Reddit et des mécanismes de diffusion de la rumeur sur les réseaux sociaux. Ainsi chacun des deux protagonistes est-il montré en position de conseiller à deux reprises et dans des scènes structurellement identiques.

Don & Charlie, s1e1.

Charlie & Reese (de dos), s1e3.

6C’est d’abord leur situation de conflit ouvert avec Charlie qui signale leur appartenance au camp des prudents, de ceux qui préfèrent l’audimat et la sécurité au risque. Au cours d’une confrontation à trois lors du retour de Will, Charlie prend la défense de Will accusé par Don d’avoir un comportement irrespectueux vis-à-vis de son équipe : « Je suis un marine, Don et je te filerai une râclée, peu importe la quantité de barres protéinées que tu t’avales » [I’m a marine, Don, and I will beat the shit out of you, I don’t care how many protein bars you eat !, s1e1]. Dans l’épisode suivant, après l’avoir convoqué pour lui demander d’arrêter de transmettre les chiffres d’audience à Will pendant un temps, de peur qu’il ne renonce à rénover son émission, Charlie s’emporte contre Reese qui se dédouane en pointant du doigt l’addiction de Will à l’audimat (s1e2) :

« Reese : – Will McAvoy est la plus grande putain du milieu dès qu’il s’agit d’audience. Et ce n’est pas moi le sale type.
Charlie : – Personne n’est un sale type, mais si tu traites encore une fois Will de putain, je t’arracherai les dents une par une. »

« Reese : – Will McAvoy is the biggest ratings whore in the business. I’m not the bad guy.
Charlie : – Nobody is the bad guy, though if you call Will a whore again, I’m going to take out your teeth one punch at a time. »

7Cette opposition frontale et cette menace violente de la part de l’orchestrateur de toute la réforme de News Night indiquent bien que Don et Reese sont considérés d’emblée comme les adversaires, les obstacles à cette réforme, ceux qu’il faut neutraliser pour progresser. Leur rôle de conseiller s’arrête précisément quand la série commence : Don est remplacé par Mac, Reese dispensé de ses réunions quotidiennes sur l’audimat avec Will.

8Le deuxième indice de leur proximité en termes de fonction tient à l’erreur stratégique qu’ils commettent concernant Mac : chacun à sa manière émet des réserves sur elle et se permet d’ironiser sur son manque de réalisme, sur son côté tête brûlée. C’est d’abord Don qui compare Mac à une héroïne de Frank Capra puis Reese qui, dans le deuxième épisode, rappelle à Will qu’il n’est pas « fan de son ex », et se fait immédiatement reprendre par Will qui l’invite à lui marquer le respect qui lui revient, eu égard à ses états de service comme grand reporter.

9Enfin, le troisième signal fort de cette parenté est donné lors du débat sur la manière de rendre compte de l’accident de Deepwater Horizon : tous deux sont favorables à une couverture prudente. Don considère qu’il faut privilégier l’angle de la mission de sauvetage (search and rescue mission) et ne pas risquer d’accuser BP de négligence. Quant à Reese, il voudrait que Will continue à ouvrir son journal par la marée noire pour s’assurer de garder les spectateurs qu’il a gagnés grâce à ce scoop. Au début de la saison 1, Reese et Don représentent deux images de fils, l’un ingrat et déloyal, l’autre caricature du fils à papa. Sur le plan privé et non plus professionnel, Don apparaît également comme le petit ami négligent qui refuse de rencontrer les parents de Maggie et se montre lâche et peu prévenant, tandis que Reese au fil de la saison 1 sera montré comme l’héritier gâté et cynique d’un empire qu’il ne mérite pas. À l’inverse de l’équipe de journalistes (voir Portraits, chap. 7), il n’assure pas la relève de sa mère, au contraire, il menace jusqu’à la pérennité de l’empire médiatique qu’elle a si patiemment bâti (s1e10).

10Tous deux connaissent pourtant une réhabilitation progressive. Sorkin réutilise des ressorts déjà à l’œuvre dans ses séries précédentes pour dévoiler la face idéaliste d’un personnage d’abord présenté comme antipathique. Dans Sports Night, Sam Donovan (William H. Macy, visage connu du cinéma et des séries télévisées, notamment père indigne dans la version U. S. de Shameless) se révélait autre que l’expert en audience sans foi ni loi qu’il semblait au début. Même chose pour Jack Rudolph (Steven Weber) dans Studio 60 : on comprenait à la fin, grâce à une suite de flashbacks, qu’il n’était pas, contrairement aux apparences, responsable du renvoi, des années auparavant, des producteurs et auteurs Matt et Danny.

11C’est d’abord Don qui, petit à petit, par la mise au jour d’un certain nombre de failles et par son rapprochement avec Sloan, prend une épaisseur qui complexifie et nuance son rôle. Jaloux de Jim qu’il perçoit comme une menace sur le plan professionnel et personnel, Don a peur d’échouer sur son nouveau créneau de 22 h et de perdre Maggie qui se montre très attiré par Jim. Dans l’épisode-manifeste, Don ivre et venant tout juste d’écouter le discours programmatique de Will va voir Jim et lui avoue qu’il aurait aimé écrire ce discours et faire partie de l’aventure réformatrice, mais qu’une autre tâche lui incombe, celle de faire venir des spectateurs sur le créneau suivant. : « Vous vous êtes arrangés pour me faire passer pour un salaud avant même que j’aie le temps de commencer » (You guys set me up to look like an asshole before I even got a chance to get started, s1e3). Les deux héritiers, celui de Mac et celui de Will, sont alors en compétition pour être à la hauteur de leurs aînés. La réconciliation est scellée dès l’épisode dans lequel Don refuse de déclarer morte la représentante Gabrielle Giffords, alors que les médecins ne l’ont pas fait et que Reese présent dans le studio insiste pour que Will le fasse, à la suite de CNN et Fox (s1e4). Don est, d’une certaine manière, réintégrée à l’équipe de Will qu’il aide régulièrement sur différents sujets. Ainsi fait-il partie du groupe qui prépare le nouveau format de débat pour les primaires républicaines (s1e9), au point de décliner, par loyauté, l’offre qui lui est faite de récupérer pour son émission le débat refusé à Will et Mac. Dans la saison 2, il fait partie de la red team, celle qui doit évaluer la qualité de l’enquête sur l’opération Genoa et lorsque toute l’histoire s’effondre, il se propose, comme les autres, de démissionner.

12Le rapprochement avec Sloan Sabbith est le deuxième vecteur de sympathie : Don la soutient lors de la débâcle de Fukushima, l’invitant à garder la tête haute. La tirade de cette dernière sur la conviction erronée de Don qu’il est un bad guy (s1e10) achève la mue du personnage en héros sorkinien. Libéré de sa relation avec Maggie au début de la saison 2 et du besoin de faire ses preuves en deuxième partie de soirée, Don s’autonomise. Il n’est plus un pion dans une triangulation amoureuse ni dans une compétition professionnelle et peut se développer pleinement en particulier dans tout ce qui touche aux affaires judiciaires (s2e1, s3e5). Il est définitivement racheté dans le dernier épisode où le téléspectateur apprend qu’il n’a pas du tout demandé à quitter Will – comme il l’affirmait dans le pilote – mais que c’est Charlie qui l’a remplacé par Mac.

Reese sur le divan de Sloan, s3e1.

13Seul Reese reste l’ennemi jusqu’au bout de la saison 1, et dans une grande partie de la saison 2. Il est celui qui orchestre la cabale médiatique menée par Nina Howard contre Will dans la presse à sensation, celui qui met ses journalistes sur écoute sans manifester le moindre remords. Jusqu’au bout, il est celui qui déplore qu’ACN ne soit pas la première chaîne à annoncer une information, quel que soit son degré de fiabilité, qu’il s’agisse de la mort de Gabrielle Giffords (s1e4) ou de l’attentat du marathon de Boston (s3e1). Même s’il est plus tardif, son changement de statut passe par les mêmes étapes que pour Don : dénégation d’être le méchant de l’histoire et lutte pour convaincre qu’il ne l’est pas, exposition d’un moment de fragilité, dévoilement de ses défaillances et complicité avec Sloan, qui semble au fil des saisons devenir la petite ou la grande sœur, c’est selon, de toute l’équipe. Alors que ses demi-frère et sœur, en partie propriétaires d’ACN sont dans le bâtiment et qu’ils s’apprêtent à vendre ACN dans quelques jours, Reese se réfugie dans le bureau de Sloan et se confie à elle dans une posture qui rappelle la séance d’analyse. C’est encore à elle qu’il livre les chiffres d’audience, comme il le faisait auprès de Will dans la saison 1. Et toujours dans ce premier épisode de la saison 3, il est désormais inclus dans les réunions entre journalistes, comme s’il était l’un d’entre eux. Ainsi par exemple lors de la scène sur le toit-terrasse au cours de laquelle Reese admet qu’il s’est rallié à l’impératif de qualité de News Night, qu’il est convaincu de l’importance de leur mission, mais qu’il risque d’être impuissant à les défendre dans le futur. Ce ralliement et cet aveu d’impuissance scellent le basculement du personnage dans le camp des héros sorkiniens, mélange d’idéalisme et de Realpolitik, d’assurance et de doute. Alors que la saison 1 le présentait comme un fils à papa, que la fin de la saison 2 avait à cœur de montrer le poids de l’héritage et la difficulté à assumer la responsabilité d’un empire médiatique (s2e9), la saison 3 le peint, et par la bouche de Charlie encore, comme celui qui a su humblement, malgré ses origines privilégiées et ses diplômes, commencer tout en bas pour gravir un à un les échelons (s3e2).

Reese intronisé, s3e1.

Charlie & Reese, s3e2.

14Ainsi n’assiste-t-on pas du tout à une conversion soudaine ni à un ralliement sans faille, mais plus subtilement à une diffusion progressive des nouvelles idées et des nouvelles méthodes : le dernier épisode de la saison 2 voit Don et Reese se comporter tous deux en hommes d’honneur. Don se rallie à l’avis des autres en refusant de négocier un scoop contre un autre au détriment de l’information des électeurs et Reese refuse la démission de Charlie, Will et Mac, indiquant ainsi qu’il soutient ses journalistes contre vents et marées, au nom de principes supérieurs au seul profit et au seul audimat. Ce qui donne lieu à une scène absurde et comique dans laquelle chacun se bat mais pour la même chose : Reese refuse la démission de Charlie à laquelle ce dernier a renoncé. Reese tient à insister sur sa propre métamorphose : « Je vous ai pris par surprise avec ma grandeur d’âme. […] L’histoire devrait retenir que j’ai admirablement agi » (I’m surprising you by taking the high road […] History should reflect that I acted admirably, s2e9). Ainsi, Don et Reese peuvent laisser la place aux nouveaux « méchants » : du côté des journalistes, d’abord Brian Brenner dans la saison 1, l’ex-petit ami de Mac avec qui elle a trompé Will et qui, engagé pour écrire sur la réforme de News Night dans la saison 1, démolit le projet, puis Jerry Dantana le journaliste si ambitieux qu’il est prêt à trafiquer l’information dans la saison 2 ; côté entrepreneurs, les demi-frère et sœur de Reese et le repreneur requin Lucas Pruit dans la saison 3.

Don, du fils ingrat au digne héritier, s3e5.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search