Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Portraits

Maggie Jordan et Neal Sampat

Journalistes en herbe

Texte intégral

1À lire les portraits précédents, tout porte à croire qu’au commencement de la série, les personnages sont tous des professionnels chevronnés, d’emblée armés pour réformer le journal de Will. Pourtant, comme ce dernier s’en plaint à Mac au début, sa nouvelle équipe est très jeune et en grande partie inexpérimentée. Au sein de celle-ci, on s’arrêtera en particulier sur deux personnages qui ne forment pas un couple « à la ville », ni même un duo puisqu’ils ne travaillent pas directement ensemble, mais qui connaissent une évolution parallèle au cours des trois saisons. Tous deux présentés dans la saison 1 comme des novices sous-considérés, sous-exploités qui ne sont jamais à l’abri du ridicule, qui commettent même plusieurs bévues, ils prennent de l’ampleur au cours de la saison 2 jusqu’à devenir des reporters de terrain accomplis au cours de la saison 3.

2Margaret Claire Jordan, dite Maggie, est interprétée par Alison Pill, déjà vue au cinéma dans Harvey Milk de Gus van Sant en 2008 et en patiente sous le nom d’April dans la saison 2 d’In Treatment (HBO, 2008-2010). Ce personnage apparemment secondaire passe dans le premier épisode d’un statut à l’autre : de stagiaire, elle est accidentellement promue par Will qui croit déjà qu’elle est sa secrétaire. Dès son arrivée, Mac lui donne le titre d’AP (assistant producer) pour récompenser sa loyauté envers Will. Neelamani Sumpat rebaptisé Neal, à l’américaine, est joué par Dev Patel surtout connu alors pour son rôle principal dans le film Slumdog Millionaire de Danny Boyle sorti en 2008. Il a la responsabilité d’ACN Digital, la plateforme en ligne de News Night, en particulier du blog de Will qui ignorait jusque-là en avoir un. Dans le pilote, ils sont quasiment les seuls de l’équipe précédente à rester auprès de Will, alors que celui-ci ne connaît ni leur prénom ni leur fonction : Will pense que Maggie est son assistante et qu’elle s’appelle Helen, il surnomme Neal Punjab sous prétexte qu’il est d’origine indienne, ce que ce dernier ne manque pas de lui rappeler lorsque Will l’adoube enfin (s3e1).

Ceux qui partent…

… et les deux qui restent, s1e1.

3Outre cette première qualité, la loyauté, et ce statut de sous-fifres jusqu’ici dénigrés par Will, Maggie et Neal ont comme point commun de ne pas être des héritiers : Maggie signale à son petit ami Don qu’elle ne sort pas d’une prestigieuse école de journalisme comme lui et qu’elle a un important crédit étudiant à rembourser. Au cours de la série, elle rappelle fréquemment qu’elle n’a que peu de moyens pour se loger et qu’elle ne peut pas se permettre de vivre seule. Quant à Neal, né au Royaume-Uni, il est fils de mécanicien. D’origine hollandaise, Maggie défend la distinction des nationalités (elle tient par exemple à corriger l’avocate Rebecca Halliday qui feint de confondre Pologne et Pays-Bas, et elle offre un plaidoyer vibrant en faveur des immigrés qui risquent leur vie pour devenir américains, s1e2).

Maggie et Neal, fidèles disciples.

  • 1 Emily Nussbaum, « Broken News. The artificial intelligence of The Newsroom », The New Yorker, 25 j (...)

4Cette dimension sociale n’est pas approfondie dans la série ni explicitement traitée mais ces caractéristiques des deux personnages permettent de présenter une plus large gamme d’origines sociales et géographiques et surtout de se prémunir d’un éventuel reproche de sous-représentation de certaines catégories. Dans Studio 60 déjà, le duo d’apprentis-auteurs représentait deux « minorités » : Lucy était la seule femme et la seule Britannique de la writers’ room, tandis que Darius était précisément recruté pour qu’il y ait au moins un auteur afro-américain. Les personnages de Maggie et Neal ont concentré sur eux les points de crispation des principales critiques à l’encontre de la série et de Sorkin : machisme et racisme, en tout cas, sous-représentation des « minorités » et domination du mâle blanc1. Sorkin fut attaqué parce qu’il représenterait les femmes de manière caricaturale comme distraites, gaffeuses, incapables de maîtriser la technologie et surtout beaucoup moins compétentes que les hommes : ainsi Maggie enchaîne-t-elle les bévues au début de la saison 1. Elle ne maîtrise pas le renvoi d’appel d’un poste à l’autre dans la salle de rédaction ; elle se comporte de manière peu professionnelle en pleurant au travail pour des raisons personnelles ; elle est régulièrement prise d’attaques de panique, elle est maladroite et blesse Jim à deux reprises en lui claquant une porte sur le visage (s1e5). Mais surtout dès le deuxième épisode, elle fait manquer à toute l’équipe une interview importante du porte-parole du gouverneur d’Arizona à cause d’une vieille histoire qu’elle a eue avec lui à l’université et le reportage sur l’immigration bill en Arizona devient une véritable débâcle par sa faute, à tel point qu’elle propose à Will de démissionner. Elle se voit contrainte aussi de raconter à Jim que, par le passé, elle a confondu l’État de Géorgie et la Géorgie le pays, qu’elle a écrit LOL sur un faire-part de condoléances de la part de Will, croyant que cet acronyme signifiait Lots Of Love, et non Laughing Out Loud. Maggie commet encore une erreur en montant un enregistrement lors de l’affaire Trayvon Martin (s2e5). Quant à Neal, il insiste pour démontrer à ses collègues la possible existence du bigfoot et quand on lui demande de faire preuve d’imagination pour deviner ce qu’Obama va annoncer à la télévision le 1er mai 2011 (s1e7), il suggère la prise de contact avec des formes de vie extraterrestres, ce qui lui vaut de passer pour un journaliste fantaisiste et peu rationnel. Cantonné à des savoirs précis, la géologie et l’informatique entre autres, il est présenté comme le geek de service, mais pas encore comme un journaliste.

  • 2 A straw man of the Millenial generation. Brice Ezell, “Aaron Sorkin’s Millenial Problem in The New (...)

5D’un côté une jeune femme trop émotive et de l’autre un jeune prodige informatique, qui frise la caricature du geek, « homme de paille de la génération Y2 », mais dans les deux cas, aucune stature de journaliste. Faut-il voir alors dans l’évolution de leur statut une prise en compte par Sorkin des critiques en question ? Ainsi la Maggie qui semblait peu à l’aise avec la technologie sait-elle dans la saison 3 comment mettre en marche la régie et lancer un direct, contrairement à ses collègues masculins, et alors qu’elle était dans l’ombre, le plus souvent face à son ordinateur dans la salle de rédaction, elle apparaît seule et sûre d’elle à l’antenne lors de l’attentat de Boston. En conservant son éthique de journaliste, elle parvient à obtenir en exclusivité un rapport encore inédit de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) concernant le niveau alarmant de C02 dans l’atmosphère. À l’aéroport de Moscou, sur la piste d’Edward Snowden, il s’avère qu’elle se débrouille mieux que Jim sur le terrain (s3e5).

Première antenne de Maggie, s3e1.

Neal gagne ses galons de journaliste, s3e2.

6Quant à Neal, il n’est plus l’expert informatique, mais le journaliste en cavale autour duquel s’élabore tout l’arc narratif. On pourrait objecter qu’il commet une faute majeure, un crime fédéral au regard de l’Espionage Act en aidant sa source à lui dévoiler des documents classés secret défense. Mais sa volonté de révéler ce scandale impliquant les États-Unis dans la mort de plusieurs manifestants au Kundu et ce, quel qu’en soit le prix pour lui, l’élève plutôt à la stature d’un journaliste courageux, bravant le danger et s’exilant au nom du devoir d’information. Seule son avocate considère qu’il a commis une erreur de débutant qui le rend coupable d’avoir enfreint non seulement l’Espionage Act mais encore le Patriot Act, ce qui annule la protection du premier amendement. Tout le reste de l’équipe, et davantage, l’ensemble du scénario, tend plutôt à héroïser le personnage qu’à le ridiculiser.

7Quand on réexamine la saison 1, on se rend compte que cet avancement – à tous les sens du terme – des deux débutants était déjà en germe et qu’il n’est pas uniquement un amendement de Sorkin sous la pression des critiques. Dès s1e3, Maggie est celle qui défend fermement l’idée qu’il faut parler du musulman qui a prévenu la police lors de la tentative d’attentat de Times Square le 1er mai 2010 puisque tout le monde parle du musulman qui a tenté de perpétrer cet attentat. C’est encore elle qui annonce à tous à l’épisode suivant que Gabrielle Giffords vient d’être blessée par balle, ou encore qu’une importante manifestation d’enseignants est en train de se dérouler dans le Wisconsin. Quant à Neal, malgré ses erreurs, il possède une maîtrise technologique qui lui donne toujours un temps d’avance sur les autres, qui le rend indispensable aussi, puisque tout le monde se tourne vers lui pour régler différents problèmes liés aux nouvelles technologies. Au moment des révolutions arabes, c’est grâce à lui qu’ACN trouve un reporter sur place, Amen, pour couvrir les événements de la place Tahrir (s1e5). C’est encore à lui qu’on fait appel pour traquer des tweets qui auraient été émis dans la zone géographique autour de l’opération Genoa (s2e2). Mais Neal est aussi parfois utilisé voire instrumentalisé pour des tâches qui concernent les relations publiques, l’image de marque des journalistes et qui n’ont, en soi, pas grand-chose à voir avec le métier de journaliste. Will se sert de lui pour contrôler son image sur Internet et Mac lui demande ensuite de tout faire pour rectifier une erreur factuelle sur sa page Wikipedia (s2e8-9).

8Dans la saison 1, on ne sait pas ce qu’il advient de sa tentative d’infiltration de la communauté des trolls, qui a pour conséquence d’augmenter les menaces de mort pesant sur Will. Dans la saison 2, il échoue à faire prendre au sérieux le mouvement Occupy Wall Street (OWS) par Will et Mac. Neal est à chaque fois celui dont on moque les sujets et les centres d’intérêt, soit parce qu’ils sont farfelus (bigfoot dans la saison 1) soit parce qu’ils sont jugés anecdotiques (OWS dans la saison 2). Mac lui lit la liste de toutes les manifestations qui ont lieu chaque jour à New York et toute l’équipe se moque de lui en visionnant le clip annonçant le lancement d’OWS (s2e2). Sa persévérance finit pourtant par payer puisqu’il obtient quand même l’interview, ainsi que la couverture de la répression d’OWS. Son flair, son anticipation sont mis en valeur, puisqu’il repère les prémisses du mouvement de contestation dès l’enregistrement du nom de domaine Internet.

9Maggie et Neal sont surtout les deux seuls à être présentés comme des journalistes d’investigation menant des enquêtes au long cours sur des sujets qu’ils ont eux-mêmes choisis. Même si l’on sait que Jim et Mac par exemple ont été reporters de guerre, on ne les voit pas à l’œuvre dans ce rôle et l’expérience de Jim dans le bus de campagne de Romney est loin d’être un succès. Seuls Maggie et Neal sont véritablement montrés sur le terrain, en action. Neal poursuit un sujet de fond par saison : les trolls (saison 1), Occupy Wall Street (saison 2), et les 27 000 documents classés secret défense du ministère de la Défense sur les émeutes provoquées par les États-Unis au Kundu qui ont fait trente-huit morts (saison 3).

10Dans cette voie du reportage d’investigation, c’est surtout leur parcours initiatique qui les rapproche structurellement. L’expérience qu’ils acquièrent au cours des trois saisons passe dans les deux cas par un premier sujet important qui a mal tourné : à chaque fois, l’histoire poursuivie avorte et ne sera pas couverte, mais chacune sert de point de basculement pour la crédibilité et le statut de reporter de Maggie et Neal, au point de constituer leur baptême de feu. Maggie lutte en effet au début de la saison 2 pour se hisser à la hauteur de ses autres collègues et pour s’assurer une place d’experte auprès de Mac ; elle décide de se spécialiser sur les questions africaines et part en Ouganda avec un autre journaliste, Gary Cooper. Leur voyage s’achève lorsque l’orphelinat dans lequel ils se trouvent est attaqué par des pillards qui veulent leur caméra et qu’un enfant que Maggie porte sur son dos au moment de l’évacuation est tué par des balles qui la visaient, elle. Elle revient alors sans reportage et traumatisée, mais endurcie malgré son sentiment d’échec qu’elle confesse à Jim à la fin de la saison 2 : « il y a une différence entre être courageux et chercher à l’être. Mac et toi êtes courageux. Don est courageux. Je cherche à l’être ». À quoi Jim lui répond qu’elle aussi l’est, comme l’a montré son expérience africaine (s2e9). C’est pourtant après (et grâce à) cette histoire et surtout dans la saison 3 qu’elle n’est plus présentée comme la petite amie fragile de Don qui a des attaques de panique et qu’il faut protéger, mais comme la femme sûre d’elle capable de remplacer Elliot Hirsch au pied levé lors de la couverture des attentats de Boston (s3e2) et de mener sa propre enquête sur le terrain. La confiance en soi qu’elle acquiert à l’issue de la saison 2 est rendue palpable par une véritable métamorphose physique qui passe non seulement par son changement de coupe et de couleur de cheveux, mais surtout par une transformation de sa démarche, qui dénote la prise d’assurance, le gain de maturité. Si la saison 2 est sa période cheveux rouges ou, comme le dit l’avocate Rebecca Halliday, sa période Girl with the Dragon Tatoo, en référence à la Lisbeth Salander de la trilogie suédoise Millenium, on peut dire que la saison 3 est celle de la renaissance ou plutôt de l’affirmation de soi – nouvelle coupe, moins désordonnée, lunettes et maintien droit. Maggie refuse le poste offert par Jim qui vient de prendre la place de Mac, parce qu’elle préfère être journaliste de terrain et qu’elle vient de trouver un travail à Washington. Fidèle à la ligne qui est la sienne depuis le début – refuser de suivre son petit ami et de travailler pour lui, elle apparaît pourtant changée lors de ce deuxième refus : car ce n’est plus un choix de loyauté, mais un choix de journaliste et c’est ce qui sert à montrer qu’elle a elle aussi accompli et terminé son parcours de formation (s3e6).

11Quant à Neal, il est, dans cette même saison, enfin pris au sérieux, dès lors que pèse sur lui le danger de l’emprisonnement. Neal prend toute son ampleur comme personnage précisément quand il disparaît de l’écran. Alors que, réfugié au Vénézuela, il est absent de quasiment tous les épisodes de cette dernière saison, il revient, figure mythique auréolée de gloire à la stature de mentor, pour faire la leçon à ceux qui ont repris le site de News Night (s3e6). On mesure alors le chemin parcouru.

12Même si aucun des personnages ne part de rien et qu’il convient toujours de progresser, de refaire en mieux, The Newsroom est aussi une série d’apprentissage – comme on parle de roman d’apprentissage. La fin de la saison confirme que la relève est assurée. Cette consécration signifie pour l’une commencer un nouveau métier, à Washington, qui correspond enfin à ses propres désirs ; pour l’autre, retrouver sa place et rebâtir ce que d’autres ont déconstruit quand il était en cavale. Adoubés par leurs aînés (Maggie par Jim à la fin de la saison 2 et au début de la saison 3, Neal par Will à la saison 3), les deux journalistes en herbe ont achevé leur formation lorsque la série se termine.

Métamorphoses : Maggie, s1.

Notes

1 Emily Nussbaum, « Broken News. The artificial intelligence of The Newsroom », The New Yorker, 25 juin 2012. « The show features three people of color. The most prominent is an Indian staffer named Neal Sampat, played by Dev Patel. The dialogue makes fun of McAvoy for calling him Punjab and referring to him as “the Indian stereotype of an I.T. guy”, but the show treats Neal with precisely that type of condescension. Neal is a WikiLeaks fan who writes the show’s blog, but he’s a cheerful cipher, a nerd who speaks nerd talk. »

2 A straw man of the Millenial generation. Brice Ezell, “Aaron Sorkin’s Millenial Problem in The Newsroom”, art. cit.

Table des illustrations

Légende Ceux qui partent…
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende … et les deux qui restent, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Maggie et Neal, fidèles disciples.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Première antenne de Maggie, s3e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Neal gagne ses galons de journaliste, s3e2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Métamorphoses : Maggie, s1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Maggie, s2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Maggie, s3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8847/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search