Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Portraits

Sloan Sabbith

L’alter ego burlesque

Texte intégral

1Héroïne presque trop parfaite pour être vraisemblable, Sloan Sabbith (Olivia Munn) est aussi belle qu’intelligente, aussi rigoureuse et exigeante professionnellement qu’elle est humainement dévouée et généreuse. Une formule ramassée de Mac résume assez habilement le personnage : “Victoria’s secret” has a PhD in economics. Enseignante à l’université, elle est, pour ACN, la spécialiste des questions économiques. Elle est aussi très attirante, très belle, mais ne semble pas en avoir conscience et insiste surtout sur sa gaucherie. À plusieurs reprises, elle signale à ses interlocuteurs qu’elle n’a aucune maîtrise des relations humaines, qu’elle n’y connaît rien en amour et qu’elle est probablement de très mauvais conseil.

2C’est pour elle que le spectateur dispose du CV le plus complet, exposé à l’occasion d’une conversation avec Mackenzie (s1e5). Quand on sait que jusqu’alors, l’actrice Olivia Munn était plutôt cantonnée dans des rôles exploitant son physique avantageux ou dans une image de cover-girl pour Playboy ou FHM, il est remarquable que The Newsroom présente constamment Sloan comme le personnage le plus intelligent de toute l’équipe, comme si la série prenait plaisir à exploiter son actrice à contre-emploi au point de faire oublier au spectateur ce qui apparaît comme le plus évident. Le scénario a même l’habileté d’utiliser sa connaissance réelle du japonais – Olivia Munn a passé une partie de son enfance à Tokyo – en lui offrant la possibilité de changer de langue dans l’épisode mémorable où elle interviewe le porte-parole de TEPCO à la suite de la catastrophe de Fukushima (s1e6). Sloan Sabbith est comme le mélange des rôles précédents d’Olivia Munn auxquels aurait été ajoutée la touche sorkinienne, faite d’excellence élitiste et de charme gauche. Bizarre dans la comédie romantique I Don’t Know How She Does It (Douglas McGrath, 2011), où elle joue Momo, l’assistante efficace et excentrique de Sarah Jessica Parker, sûre d’elle et libérée dans Magic Mike (Steven Soderbergh, 2012) ou encore en petite amie éphémère de Nick dans la sitcom New Girl (Fox, 2011-), drôle quand elle était, en 2010, correspondante dans The Daily Show sur Comedy Central. Lorsqu’au cours d’un échange savoureux, Sloan propose à Don une analogie entre la taille et l’intelligence (« tu sais, comme parfois les femmes grandes, ça ne les gêne pas de sortir avec des types plus petits qu’elle, moi, ça ne me gêne pas que tu sois bête, et, Don, je suis sincère en disant cela », s3e1 [You know how there are tall women who don’t mind dating shorter guys, I don’t mind that you’re dumb, and, Don, I mean that.]), le spectateur ne prête plus attention au fait que Sloan est aussi plus grande que Don, qu’elle l’emporte sur le terrain de l’intellect comme sur celui du physique. Véritable tour de force, Sorkin fait de Sloan Sabbith une héroïne si intéressante à écouter qu’on en oublierait presque qu’elle est aussi et d’emblée simplement belle à regarder.

3C’est peut-être cette alliance d’une présence et d’un style que le scénario a cherché à amplifier en accordant de plus en plus d’importance à un personnage qui aurait pu rester secondaire. Son évolution est particulièrement frappante : de même que le président Bartlet prenait rapidement une place essentielle dans The West Wing – il était d’abord prévu qu’il n’apparaisse qu’à l’arrière-plan –, de même Sloan est-elle vite promue au rang de personnage central. Quand débute l’histoire, elle est la présentatrice économique d’une émission appelée Market Wrap Up produite par un certain Zane, qu’on ne voit que brièvement dans la saison 2 ; dès s1e2, Mac lui confie une séquence de cinq minutes pour parler des questions économiques dans le journal de Will et elle intervient régulièrement dans le journal de 22 h, où elle finit par être la doublure d’Elliot quand celui-ci est en reportage. Ces promotions successives trouvent leur aboutissement à la saison 3 lorsque Sloan prend la place de Will incarcéré pour avoir refusé de révéler le nom de sa source. Lorsqu’elle expose par exemple le danger que le Tea Party fait peser sur l’économie américaine en refusant de relever le plafond de la dette (debt ceiling), lorsqu’elle se dispute avec Charlie sur le traitement de la catastrophe de Fukushima et la sacrosainte règle du off the record, elle est en position centrale.

… apparitions de Sloan, s1e2.

4Présente de dos et en arrière-fond dans le premier épisode, Sloan n’entre en scène que dans le deuxième, où elle est observée par Mackenzie alors qu’elle présente son bulletin d’informations boursières de l’après-midi. Mackenzie remarque qu’elle a corrigé une faute de syntaxe présente sur le prompteur et lui demande si elle l’a fait exprès. Ainsi la première image de ce personnage est-elle une image sérieuse, professionnelle : Sloan maîtrise non seulement les questions économiques mais encore les nuances de la langue et elle est capable de s’adapter, de corriger en direct les erreurs. La double fonction de Sloan tout au long de la série, énoncer des tirades pédagogiques et assurer des gags burlesques, est immédiatement instaurée, puisque, dès lors que les deux femmes passent dans l’espace semi-privé du bureau et ne sont plus sur le plateau, Sloan commet son premier impair : voulant créer un lien amical avec Mackenzie, elle lui confie que par le passé celui qui devait l’épouser l’a trompée juste avant leur mariage et qu’ainsi les deux femmes ont en commun d’avoir eu un petit ami infidèle. Du point de vue de l’intrigue, cette bévue permet d’exposer les raisons de la séparation entre Mac et Will, de susciter l’action de ce second épisode : c’est pour corriger cette erreur que Mac va commettre une indiscrétion informant toute l’entreprise de leur vie privée passée.

5Elle pose les jalons d’une complicité à venir entre les deux femmes, en grande partie fondée sur une ressemblance des profils. Toutes deux sont entièrement dévouées à leur travail, idéalistes et sans concession, refusant la compromission ; toutes deux avouent ne pas avoir d’amis, encore moins d’amies femmes. Sloan Sabbith est issue d’une désormais plutôt longue lignée de working girls sorkiniennes : surdiplômée, très intelligente, sûre d’elle quand il s’agit du travail, mais totalement inadaptée socialement, maladroite, complexée sans raison de l’être et légèrement névrosée. C’est sur ce moule qu’étaient déjà conçues Dana Whitaker dans Sports Night, C. J. Cregg dans The West Wing, ou encore Jordan McDeere dans Studio 60. Cet archétype n’est pas une pure invention de Sorkin qui emprunte beaucoup à certaines héroïnes, on l’a vu pour Mac, de la screwball comedy, et en particulier au modèle élaboré par Katherine Hepburn dans ses différents rôles, qu’on pense, entre autres, à ses personnages dans Bringing Up Baby ou The Philadelphia Story.

Sloan au centre de la rédaction.

Entrée en scène, de dos, s1e1.

Sur le plateau-scène, s1e2.

Dans le bureau-coulisse, s1e2.

6Cette première apparition de Sloan instaure surtout un double régime de comportement, un constant va-et-vient entre le gag et la leçon. Sloan apparaît comme le personnage comique de la série, en tout cas celui qui provoque un rire qui n’est pas seulement un sourire dû à une repartie plaisante. C’est sans doute elle qui fournit le plus de situations burlesques, qui commet le plus d’impairs : elle a mis feu à la chemise d’un secrétaire d’État ; elle a révélé à l’agent de Nina Howard que Will n’avait pas la grippe le jour des commémorations du 11-Septembre, indiscrétion et coïncidence dignes du théâtre de boulevard. Elle donne de mauvais conseils à Will concernant des rendez-vous galants, souligne toujours à quel point elle n’a aucune idée de la manière dont il faut se comporter en société. Ainsi en témoigne l’échange entre Will et elle, après qu’elle lui a arrangé un rendez-vous avec une femme qui s’est avérée totalement incontrôlable :

« Will : – Tu es censée être la plus intelligente d’entre nous. Tu as deux doctorats.
Sloan : – C’est un domaine dans lequel je n’excelle pas. »

« Will : – You’re supposed to be the smartest person in the room. You have two PhDs.
Sloan : – This is an area where I do not excel. »

  • 1 Fauteurs de trouble qui cherchent à susciter la polémique sur les forums de discussion en ligne.

7Non contente d’enchaîner les bévues, elle est aussi dotée de l’insolence des timides et se retrouve assez souvent à dire leurs quatre vérités aux personnages, se rendant compte souvent trop tard qu’elle a manqué de tact : ainsi procède-t-elle avec Mac quand il est question de sa relation avec Will ou encore avec Don lorsque ce dernier est avec Maggie. Sa dimension comique ne se réduit cependant pas à des actes involontaires, à des gags liés à des malentendus. Sloan a un humour bien identifiable. Elle pose des questions en décalage avec la situation, le plus souvent pour désamorcer un conflit qui vient ou risque d’éclater. Alors que Neal lui expose son projet d’infiltration de la communauté des trolls1, qui supposerait qu’il la diffame sur les forums, Sloan le projette violemment contre un mur avant de tout désamorcer en lui demandant ce que préfèrent vraiment les hommes en matière de femmes (s1e9). Le procédé est le même lorsqu’il s’agit de convaincre Shelly Wexler, la représentante d’Occupy Wall Street de donner une information à Neal. Sloan demande à cette dernière, totalement hors de propos, si elle pense vraiment qu’elle est une star de la télévision (s2e3).

  • 2 Aussi appelé Banking Act, il imposait la stricte séparation entre banques de dépôt et banques d’in (...)

8Responsable de la pédagogie économique de la série, elle donne littéralement des cours d’économie à Mac, comme Sam Seaborn dans The West Wing expliquait à C.J. les grands principes du recensement. Après le couple star, c’est sans doute elle qui a le plus de tirades à son actif, en tout cas les plus mémorables, dans lesquelles elle fustige notamment l’irresponsabilité du Tea Party qui refuse le relèvement du plafond de la dette, le rôle joué par l’abolition du Glass-Steagle Act2 dans la crise, les agissements criminels des banques lors de la crise des subprimes, etc. En présentant les questions économiques à l’antenne ou en exposant son point de vue à d’autres personnages, Sloan fait fonctionner la double énonciation à plein régime, puisque le spectateur – en particulier étranger – en apprend autant que les téléspectateurs internes à la diégèse sur le fonctionnement de l’économie américaine.

9Celle que Will appelle « sis’ », qu’il traite comme son alter ego, est son double féminin. Ils ont les mêmes références, les mêmes connaissances encyclopédiques sur des sujets inattendus et spécialisés, les mêmes armes rhétoriques et les mêmes procédés humoristiques. Ils ont aussi les mêmes défauts : irrépressible besoin d’avoir toujours raison, acharnement et entêtement à convaincre l’autre, arrogance. À plusieurs reprises, Sloan est, comme Will, qualifiée de smug (suffisante). Comme lui, elle a un débit de parole extrêmement rapide et se montre sensible aux modèles de vie proposés par les comédies musicales ou les drames romantiques. Ainsi est-elle bouleversée par Titanic autant que Will par Rudy. Au fil des trois saisons, le rôle de Sloan s’affirme au point qu’elle devient le substitut de Will, nouveau procureur quand elle humilie et ridiculise en quelques minutes le responsable d’ACNgage, application qui indique aux gens en temps réel où se trouvent les célébrités (s3e5). Cette scène brillante où on la voit comparer, par un raisonnement proposé à l’invité qui arrive à peine à en placer une, les vrais et les faux journalistes est le pendant parfait du discours flamboyant que Will adresse à Nina Howard (s1e5). Dans l’ordre des gens envoyés auprès de Shelly Wexler pour s’excuser car Will refuse de le faire, elle est la première choisie, comme si elle était sa descendante naturelle, et juste après elle, vient Don, le fils spirituel (voir Portraits, chap. 11). Comme Will, elle semble passer par les mêmes épreuves, concernant soit le caractère ardu de la mission à accomplir, soit l’équilibre difficile à maintenir entre vie publique et intimité. Symptomatiquement, tous deux veulent démissionner de leurs fonctions à la fin de la saison 1, découragés par ce qu’ils pensent être un échec. Alors que Will est harcelé par la presse à sensation dans la saison 1, c’est Sloan qui prend le relais dans la saison 2 quand, à son tour, elle est victime d’une violation de sa vie privée : un ex-petit ami publie des photos d’elle nue sur le site revengeporn. Dans la saison 2, Sorkin offre à chacun sa parabole, Sloan celle des animaux de la jungle qu’elle raconte à Don, et Will, celle du garçon qui déchire du papier qu’il raconte à Mac avant de la demander en mariage. Outre que ces deux paraboles – spécialité du dialogue sorkinien (voir Parcours, p. 146) – sont offertes à celui et à celle avec lesquels Sloan et Will finiront, elles fonctionnent comme des énigmes soumises à l’autre et accessoirement au spectateur. Leur sens n’est ni donné ni transparent. Elles opèrent surtout comme des autoportraits à la manière des parallèles antiques : vie de Sloan et vie de Will. Sloan est comme cette grenouille qui sait se défendre contre les attaques, Will est comme ce petit garçon qui peut lui-même décider de ne plus subir. Tout se passe comme si chacun trouvait par une fable humoristique le moyen de reconquérir sa vie privée, de repartir à la poursuite du bonheur.

10Charlie Skinner est le second personnage masculin avec lequel Sloan est apparié dans une sorte de relation père/fille au sein de la famille des bons élèves un peu nerds : dans un échange plein d’humour et de complicité, les deux personnages se taquinent sur leur appartenance à cette catégorie, matérialisée dans la saison 3 par l’acquisition du fameux « Bloomberg terminal », ordinateur surpuissant qui permet de suivre en un coup d’œil et en direct toutes les transactions boursières, sans avoir à sortir de son bureau. Concentrée sur son écran, Sloan ne semble pas remarquer ce qui se passe autour d’elle et surtout dans le monde, alors que la panique règne à la suite des attentats du marathon de Boston. De même Charlie est-il souvent représenté dans son bureau, concentré sur un écran (télévision ou ordinateur), isolé du reste du monde, et comme Sloan, plus analyste que reporter. Ils sont amenés à se moquer l’un de l’autre, le premier en surnommant Sloan « Money Skirt » (« la jupe à billets »), la première en menaçant Charlie sur un mode plaisant d’avoir recours au service de relations humaines pour signaler tous ses manquements à la déontologie.

Charlie devant son écran…

… et Sloan devant le sien.

11De même que Charlie, Sloan est l’alliance étonnante et toujours surprenante entre des accès de violence qu’on peine à prendre au sérieux et des moments de totale décontraction, voire de désinvolture au moment même où tout le monde semble perdre son sang-froid… Charlie menace Reese de lui arracher les dents une par une, Sloan menace Zane de lui casser toutes les phalanges ; elle menace Neal à deux reprises, la première lorsqu’il doit salir sa réputation en ligne pour un reportage sur les trolls, la seconde lorsqu’il ne retrouve pas celui qui a acheté sa thèse publiée lors d’une vente aux enchères.

12Dans un échange mémorable, Charlie et Sloan s’affrontent au centre de la salle de rédaction, après que Sloan, entêtée à faire admettre au porte-parole de la centrale nucléaire de Fukushima que le niveau d’alerte est bien plus élevé qu’il ne l’avoue, s’est mise à parler en japonais à l’antenne et à révéler des informations obtenues off the record. Charlie surgit dans la salle de rédaction et leur échange qui prend la forme d’une rafale de stichomythies sert à la fois de climax d’intensité dramatique et d’adoubement de Sloan par Charlie (voir Parcours, chap. 6, p. 144). En tenant tête à Charlie, elle acquiert son respect et même s’il continue en façade à l’humilier en lui déniant jusqu’à son nom (il l’appellera girl pendant tout l’épisode), en sous-main, c’est lui qui arrange la situation pour la réintégrer le plus rapidement possible à l’équipe. À partir de cette altercation, le duo est renforcé et les échanges toujours fondés sur l’humour pince-sans-rire, sur une taquinerie qui relève à la fois de la relation mentor/élève et de la relation père/fille. Charlie est particulièrement protecteur lors de l’épisode des photos de Sloan nue diffusées sur un site Internet. Dans la saison 3, dans une parodie de duo d’enquêteurs, tous les deux s’associent pour trouver une solution à la crise dans laquelle se trouve ACN, menacée de démantèlement par le frère et la sœur de Reese. Même s’ils s’avèrent au final de piètres conspirateurs, cette péripétie scelle l’union des deux, qui, avec Will, appartiennent à la constellation des analystes, par opposition au groupe des reporters, constitué notamment de Mac, Jim, Don, Maggie et Neal.

Sloan & Don, s3e1.

13Enfin, Don est le troisième personnage masculin auquel elle est appariée : après le grand frère, la figure paternelle, l’ami et amant. Avec Don, la complicité repose sur le fait qu’ils se comportent tous les deux de la même façon quand ils sont en couple et l’humour au sein du duo est fondé sur la reconnaissance réciproque de travers identiques (s3e1).

14Ainsi Sloan partage-t-elle des ressemblances avec la plupart des personnages centraux, surtout masculins, à tel point qu’elle apparaît comme une héroïne composite, faite de la réunion de différents caractères. À moins que ce ne soit l’inverse et qu’elle constitue la quintessence du personnage sorkinien, à la fois conscience réflexive et miroir tendu aux autres personnages.

Notes

1 Fauteurs de trouble qui cherchent à susciter la polémique sur les forums de discussion en ligne.

2 Aussi appelé Banking Act, il imposait la stricte séparation entre banques de dépôt et banques d’investissement. Promulgué en 1933 pour lutter contre la Grande Dépression, il fut abrogé en 1999 sous l’administration Clinton.

Table des illustrations

Légende Premières…
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende … apparitions de Sloan, s1e2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Sloan au centre de la rédaction.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Entrée en scène, de dos, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Sur le plateau-scène, s1e2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Dans le bureau-coulisse, s1e2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Will, s3e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Sloan, s3e5.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Charlie devant son écran…
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende … et Sloan devant le sien.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Sloan & Don, s3e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8844/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search