Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Portraits

Trois générations dans une salle de rédaction

Texte intégral

1Dans le dernier épisode de la saison 1, Will sur son lit d’hôpital annonce qu’il veut tout arrêter, à la suite d’un reportage très acerbe paru dans New York Magazine qui ridiculise l’ambition de News Night. Alors que Will entendait que cet article soit un témoignage, une archive de son projet réformateur, c’est le contraire qui se produit. Comme il l’indique au reporter en question, Brian Brenner – lui aussi ancien petit ami de Mac – lorsqu’il passe commande, il voudrait que cet article soit l’équivalent écrit du « garçon à la fin de Camelot », c’est-à-dire, du messager chargé d’aller de ville en ville raconter la geste du roi Arthur et de ses chevaliers (s1e8). D’un chevalier à l’autre, de la triste figure à la Table ronde, Will change de référence et s’intéresse désormais non plus tant à la quête personnelle de l’individu isolé et incompris dans un monde hostile qu’à la recherche – au nom d’une mission collective – de la postérité, à la transmission d’un héritage qui relèverait de la légende. Cette commande tourne au fiasco puisque Brian s’en prend férocement à l’anachronisme de Will, à son ridicule, le réduisant à un Don Quichotte au plus mauvais sens du terme et le privant du statut de roi Arthur.

2Le salut viendra – ressort classique de toute intrigue – de là où il ne l’attendait pas : la jeune étudiante Jennifer Johnson qui lui demandait lors de la table ronde à Northwestern ce qui faisait des États-Unis le plus grand pays du monde et qu’il humiliait en l’affiliant à « la pire génération qui ait jamais existé » (The Worst. Generation. Ever, s1e1) se présente pour faire un stage et lui déclare vouloir faire partie de l’aventure et intégrer l’équipe, précisant que non seulement elle sait très bien ce qu’est un greater fool (un idiot utile, voir Introduction), mais encore qu’elle veut en être un.

3À cette profession de foi en guise d’entretien d’embauche, Will répond qu’il faut l’engager sur-le-champ parce qu’elle est « le messager à la fin de Camelot » qu’il appelait de ses vœux (s1e10). Ce retour d’un personnage oublié depuis le pilote permet de boucler la saison en montrant que la relève est assurée, que la jeune génération reprendra le flambeau. Will l’engage en lui disant que c’est elle qui fait de l’Amérique le plus grand pays au monde. En l’espace de seulement dix épisodes, l’anchorman irascible est passé d’une diatribe virulente contre ce qu’on a coutume d’appeler, selon les modes, la génération Y, la net generation ou encore les digital natives, les millenials, ces « enfants du millénaire » nés entre le début des années 1980 et le début des années 2000, à un éloge de la relève personnifiée et assurée par cette Jennifer Johnson. La réapparition toute symbolique de ce rôle d’arrière-plan et sa présence continue à partir de la saison 2 fonctionnent comme une réparation, à tous les niveaux : réparation d’une injure faite par Will à une étudiante bien innocente qui n’en demandait pas tant, réparation d’un scénariste accusé par certains critiques d’avoir un problème avec la nouvelle génération, en tout cas de ne pas être à même de la comprendre, et partant, de la représenter. En effet, alors que Sorkin avait pu être loué pour sa compréhension de la génération Facebook dans The Social Network, il lui fut reproché, pour The Newsroom, une forme de régression conservatrice.

  • 1 Voir Brice Ezell, « Aaron Sorkin’s Millenial Problem in The Newsroom », Popmatters, 5 juin 2013, U (...)

4Plutôt que de s’interroger sur un éventuel « problème générationnel » de Sorkin1, il semble plus productif de considérer que les jugements à l’emporte-pièce de Will, sa néophobie sont précisément une manière parmi d’autres de mettre en scène les conflits entre les tranches d’âge, eu égard à l’évolution de la profession de journaliste et au développement de nouvelles pratiques médiatiques, et d’engager un échange entre les générations. L’intrigue s’ouvre ainsi sur un fossé générationnel que la continuité de la série s’efforce de combler progressivement.

5La question des générations sociales – et non familiales comme dans les soaps, les sagas telles que Dallas, Six Feet Under, Dirty Sexy Money, ou encore Parenthood – et de la transmission est au cœur de la série. Soucieux non seulement de remplir la mission qu’ils se sont assignée, mais encore de garantir la pérennité de cette mission, les trois héros Charlie, Mac et Will s’efforcent en permanence d’assurer une formation pédagogique à leurs jeunes collègues, soit par le biais de leçons dispensées à la cantonade, soit sous la forme de tête-à-tête entre mentor et élève. Cette attention portée à l’apprentissage est constamment reliée à l’idée de progrès et de perfectibilité, mais surtout à la conviction qu’il faut transmettre des valeurs, une éthique journalistique, quitte à passer pour un ringard. Un système de correspondances s’établit entre les personnages : Mac apparaît d’emblée comme le mentor de Jim et parallèlement Will comme celui de Don, même si ce dernier semble au premier abord le fils ingrat, le mauvais élève qui a trahi la cause, nous y reviendrons. Plus loin dans la première saison, Sloan est apparentée à Charlie en tant qu’héritière légitime dans le domaine des nerds. Et à chaque échelle, les élèves eux-mêmes se dotent d’un mentor : Jim supervise la formation de Maggie – il l’aide à préparer un entretien (s1e2), elle se tourne vers lui lorsqu’elle prépare un sujet sur la question environnementale (s3e3), tandis que Don est placé, à plusieurs occasions, en position de conseiller de Sloan. Elle lui demande son avis à la suite d’un conflit avec son producteur Zane qui lui interdit de donner son opinion sur la moralité de certaines valeurs boursières (s2e3) ou lorsqu’elle cherche à obtenir des informations et qu’elle doit mener l’enquête et non plus seulement analyser (s3e1). Cette lignée pédagogique a l’avantage de n’être ni systématique ni lourdement mise en scène et surtout de ne pas rester figée. Il n’est pas rare que les rôles s’inversent et que Don ait quelque chose à apprendre à Will et Mac, que Maggie sache aussi corriger Jim, ou encore que les personnages du même âge se forment entre eux.

6Dans d’autres séries mettant en scène des journalistes, sans qu’ils soient nécessairement au cœur de l’intrigue, le conflit entre les anciens et les nouveaux médias est, en toute logique, calqué sur un conflit générationnel. Ainsi dans House of Cards, la jeune et ambitieuse Zoe Barnes (Kate Mara) qui travaille au Washington Herald n’a aucunement l’intention de convoiter ni, quand on le lui propose, d’accepter le poste de correspondant à la Maison-Blanche qui, pour les générations précédentes, et notamment sa collègue plus expérimentée Janine Skorsky (Constance Zimmer qui joue Taylor dans la saison 2 de The Newsroom), représente le saint des saints. Toute la saison 1 montre Zoe Barnes en conflit avec des journalistes, hommes et femmes, plus classiques, plus rétifs aux nouvelles technologies et aux nouvelles méthodes qu’elles impliquent. « Tu es bloqué dans le xxe siècle, tu manques d’imagination », lance-t-elle par exemple à son collègue Lucas (s1e1). Symbole du changement de paradigme au sein de la profession, Zoe Barnes se tourne, après son renvoi d’un journal papier, vers une publication en ligne, Slugline et l’organisation même de son nouveau lieu de travail manifeste le refus de la hiérarchie et des codes qui régissaient la salle de rédaction du Washington Herald, quasi-réplique de celle des Hommes du président.

La salle de rédaction dans Les Hommes du président.

Zoe Barnes arrivant à la rédaction, House of Cards, s1.

Zoe Barnes dans les bureaux de Slugline, House of Cards, s1.

7Dans la série danoise Borgen, on retrouve la même opposition entre anciens et nouveaux journalistes : ainsi, sur la chaîne TV1, l’ambitieuse Katrine Fønsmark (Birgitte Hjort Sørensen) n’a pas les mêmes réflexes ni la même façon de travailler que Hanne Holm (Benedikte Hansen), sa collègue plus âgée, vieille routière du journalisme politique – et alcoolique comme le veut la représentation traditionnelle du journaliste à l’ancienne mode. À plusieurs reprises, les deux femmes journalistes sont amenées à se disputer sur des questions d’éthique, avant de trouver un terrain d’entente et d’établir une relation de confiance dans la suite de la série. Plus loin, le conflit est représenté par l’opposition entre le directeur de l’information Torben Friis (Søren Malling) et Alex Hjort (Christian Tafdrup), le nouveau jeune homme qui a pris la tête de la direction des programmes et qui réclame de l’innovation à tout prix au nom de l’audimat et au détriment de l’information, comme le fait Lucas Pruit dans la dernière saison de The Newsroom. Dans The Hour, les relations intergénérationnelles ne sont pas nécessairement conflictuelles : ainsi Liz Storm (Anna Chancellor), la correspondante de guerre chevronnée spécialiste des relations internationales fait-elle figure de mentor conseillant les journalistes plus jeunes qu’elle. Lou Grant déjà dans la série qui porte son nom remplissait ce rôle.

8Pour une part, The Newsroom respecte cette équivalence entre nouvelle génération, nouvelles technologies et nouvelles méthodes journalistiques. Elle est particulièrement saillante dans le pilote : Don Keefer semble tourner le dos à son mentor, symbolisant – peut croire à tort le spectateur – l’ingratitude de la génération Y ; Will ne cache pas son mépris pour Neal considéré comme le technicien et ne cesse d’opposer le lâche anonymat des réseaux sociaux aux courageuses prises de position de journalistes devenus des légendes tels qu’Edward R. Murrow et Walter Cronkite. À propos des noms de profil de ceux qui postent anonymement des commentaires sur le site de News Night, il demande ainsi à Neal : « Tu imagines Cronkite dire Lollypop Lollypop autant de fois dans une même phrase que je ne viens de le faire ? » (s1e6). La tension entre anciens et nouveaux médias émerge à nouveau dans la saison 3 lors des échanges entre Charlie Skinner et Lucas Pruit, le nouveau propriétaire de la chaîne qui pratique une conversation à bâtons rompus dans laquelle il propose toutes sortes d’idées farfelues pour relancer les audiences et à laquelle Charlie ne comprend rien.

Ed Hutcheson (Bogart), Deadline USA.

Charlie (Sam Waterston), The Newsroom.

La pyramide des âges

La pyramide des âges

9Tout en haut de la pyramide des âges, Charlie Skinner est le patriarche. Il est joué par Sam Waterston, visage familier aux spectateurs de Law and Order (Jack MacCoy, NBC, 1994-2010), journaliste déjà dans La Déchirure de Roland Joffé (The Killing Fields, 1984). Personnage old school comme le qualifie le portrait qui lui est consacré sur le site HBO, il est caractérisé par deux objets fétiches, son verre de scotch et son nœud papillon. Il est la figure du vétéran : littéralement puisque c’est un ancien du Vietnam, mais aussi figurément puisqu’il est le plus expérimenté, le plus proche des représentations traditionnelles de journalistes dans les films hollywoodiens des années 1930-1950, qu’on pense par exemple à Bogart dans Deadline USA (Bas les masques). Constamment dans l’excès, il boit beaucoup, crie beaucoup, a plutôt mauvais caractère mais un bon fond, et il a surtout une éthique chevillée au corps qui lui sert de boussole dans un monde nouveau auquel il ne s’habitue pas. Il admire l’ancienne génération, celle des Murrow et Cronkite. Indépendant, intègre et ingouvernable, il est totalement dévoué à son métier, à l’image de ses précédents modèles sorkiniens, Isaac Jaffe (Robert Guillaume) dans Sports Night ou Leo McGarry (John Spencer) dans The West Wing. Leo et lui sont d’ailleurs les deux seuls personnages principaux à mourir, et dans l’exercice de leur métier encore, qui représente toute leur vie, qui résume tout leur destin. Il appartient à la même génération que Leona Lansing, présidente et fondatrice d’AWM avec laquelle il négocie, lutte pied à pied pour protéger son équipe et en particulier Will. Véritable maître de jeu, il est, découvre-t-on pleinement dans l’épisode final, celui qui a orchestré en sous-main toute la réforme de News Night, allant chercher Mac, changeant Don de poste et envoyant des données à Will pour orienter ses éditoriaux (s1e3). La caméra le représente d’ailleurs assez souvent en plein milieu de la salle de rédaction, descendant de son bureau pour galvaniser ses troupes, plus souvent pour tancer un journaliste et se mettre en colère devant tout le monde – c’est même dans cette posture qu’il meurt d’une crise cardiaque (s3e5). Homme du passé mais aussi mémoire du passé, il sait rappeler à point nommé les précédents historiques lorsqu’un dilemme se présente. Ainsi raconte-t-il à l’équipe un épisode de la guerre d’Irak qu’il couvrait en 1991 pour l’inviter à ne pas annoncer avant la Maison-Blanche la mort de Ben Laden (s1e7). Il est aussi le gardien de la culture écrite, ancienne, celle qui se rattache au « Vieux Continent » : Will le raille car il connaît parfaitement le Don Quichotte de Cervantès, mais n’a jamais vu la trilogie du Parrain ou encore Scarface, grands classiques du « Nouveau Monde », qui appartiennent à une culture visuelle, plus récente. Il n’est pas anodin non plus qu’il soit quasiment le seul personnage doté d’une famille et, mieux, d’une vie de famille (on aperçoit aussi brièvement la femme d’Elliot Hirsch et ce dernier mentionne qu’il a une fille). D’abord présente seulement dans son discours, sa femme et ses petits-enfants apparaissent dans le dernier épisode de la série à l’occasion des funérailles. Protecteur et paternaliste, il n’hésite pas à se faire le défenseur de la veuve et de l’orphelin, à s’immiscer dans les affaires de famille des Lansing, dans la vie amoureuse de Will et Mac, à défendre Sloan lorsque sa vie privée est rendue publique. Il est le patriarche, la figure d’autorité typique des workplace shows, comme Frank Furillo (Daniel J. Travanti) dans Hill Street Blues (NBC, 1981-1987), le Dr Donald Westphall (Ed Flanders) dans St Elsewhere (NBC, 1982-1988) ou encore Richard Webber (James Pickens Jr.) dans Grey’s Anatomy (ABC, 2005-).

Hutcheson entouré de son équipe, Deadline USA.

Charlie entouré de son équipe, The Newsroom.

10À l’étage inférieur de la pyramide, le duo central formé par Will et Mac (même si Mac est plus jeune que Will) représente la génération qui a déjà de la bouteille mais qui doit encore progresser, qui, jusqu’ici, n’a pas exploité pleinement son potentiel, soit par manque d’occasion (c’est le cas de Mac à qui personne ne laisse sa chance à son retour d’Afghanistan), soit par opportunisme (c’est le cas de Will qui confond amour et audimat). Cet étage se laisse conseiller et manœuvrer par l’étage du dessus tandis qu’il assure la formation de l’étage inférieur, plus fourni, constitué, entre autres, par Jim, Don, Elliot, Sloan. Ce choix de surreprésenter la jeunesse dans des positions importantes présidait déjà dans The West Wing, où la part belle était faite à de jeunes gens ambitieux et idéalistes se retrouvant aux commandes du pays et œuvrant, en coulisse, au service de la génération précédente. D’abord méfiant à l’endroit de ceux qu’il appelle les twenty something, Will se rallie à l’avis de Mac sur leur compétence et leur motivation qui compense largement leur inexpérience et il livre à la journaliste de tabloïd Nina Howard un vibrant éloge de ces jeunes gens entièrement dévoués à leur métier et qui, seuls, peuvent revendiquer le titre de « journalistes » (s1e5).

11Centrée sur le métier de journaliste, la série peut prendre le temps de développer d’autres lignes de partage, faire varier les équivalences, alors que House of Cards comme Borgen sont des séries d’abord politiques, qui ne raffinent pas nécessairement sur les relations possibles entre les générations et leur rapport aux nouvelles technologies. Ainsi, la structure hiérarchique descendante qui semble organiser la galaxie des personnages est rendue plus complexe, plus riche par le fait que la jeune génération se révèle non seulement capable d’apprendre des choses aux plus anciens, mais surtout que le conflit peut se développer au sein de la même génération, soit hors du couple (entre Jim et Neal dans la saison 1 à propos de WikiLeaks), soit au sein du couple (entre Jim et Maggie, entre Jim et Hallie dans la saison 3). Maggie par exemple raille Jim en le rangeant dans la catégorie des journalistes vivant « à l’époque du roi Arthur aux côtés de Don, Will et Charlie » (s3e3). Sarcasme dans la bouche de Maggie à l’endroit de méthodes journalistiques qu’elle juge dépassées, cette réplique est aussi interprétable comme un trait d’autodérision de Sorkin répondant aux critiques lui reprochant d’être nostalgique d’un univers dépassé qui probablement n’exista jamais. Humour encore parce que Will lui-même, on s’en souvient, dans la saison 1, se prenait tantôt pour Don Quichotte, tantôt pour le roi Arthur. Jim quant à lui n’hésite pas à s’ériger en mentor, malgré son appartenance à la même génération que les autres journalistes embarqués qui couvrent la campagne de Mitt Romney. Hallie s’en prend à lui parce qu’elle le trouve donneur de leçons alors que c’est sa première campagne et ce dernier n’hésite pas à lui répondre, avec une morgue toute sorkinienne, que certains parmi eux ont besoin d’une bonne leçon (s2e3). C’est à des gens du même âge, de la même aire culturelle et de la même ère digitale que Neal fait la morale dans le dernier épisode leur répétant qu’ils font honte au projet d’ACN Digital. Sa leçon porte sur un post établissant la liste des films les plus surévalués de tous les temps : outre qu’il leur demande pourquoi ils ne préfèrent pas faire la liste des films les plus sous-évalués et pourquoi ils préfèrent toujours le dénigrement à la valorisation, Neal ironise sur leur manque de recul historique, puisque le film le plus « ancien » qu’ils ont choisi est Matrix sorti en 1999. Ainsi c’est au sein de la même génération qu’est formulé le reproche d’ignorance du passé, d’absence de sens historique et de complaisance dans ce que François Hartog a appelé le « présentisme ».

Mac donne un billet de cent dollars à Maggie, s2e3.

La veuve de Charlie confie à Don le nœud papillon de son mari…

… et Don le transmet à Sloan, s3e6.

12Tout au long de la série et sous des formes différentes, de symboliques passages de relais trouvent à se matérialiser : pensant démissionner à la suite de la débâcle Genoa, Will et Mac organisent leur succession en laissant respectivement leur place à Sloan et Don, la première s’assoit dans son fauteuil d’anchorman, tandis que le second prend le casque de Mac en régie (s2e9). Avant le départ de Maggie pour l’Ouganda, Mac lui donne un billet de cent dollars et lui indique qu’il s’agit d’une tradition entre journalistes : le reporter revient soit avec le billet soit avec l’histoire de ce qu’il est devenu (s2e3). Lors des funérailles de Charlie Skinner, sa veuve transmet à Don le nœud papillon de son mari, lui signifiant ainsi que le disparu le considérait comme son héritier putatif. Ce nœud papillon, Don le passe ensuite à Sloan qui a du mal à supporter l’absence de Charlie (sur la proximité avec Charlie, voir Portraits, chap. 9). Ainsi par cet objet en circulation sont figurées à la fois la relation verticale qui organise les rapports hiérarchiques et pédagogiques entre les générations et la relation horizontale qui unit les membres d’une même génération, tous soucieux de se montrer à la hauteur des ambitions fixées par leurs aînés. Quant à la hiérarchie professionnelle, les changements prévus dans l’épisode final signalent que la relève est bel et bien assurée : Mac remplacera Charlie à la tête de l’information, tandis que Jim prendra la place de Mac.

  • 2 Albert Thibaudet, « L’idée de génération » [1921], Réflexions sur la littérature, éd. A. Compagnon (...)
  • 3 Ibid., p. 516.

13La fameuse « loi des trois générations » qui veut, qu’en matière d’entreprise, la première fonde, la seconde développe et la troisième ruine, ne s’applique nullement ici. Loin de brader l’héritage familial, Reese, représentant de la troisième génération, cherche à le protéger à tout prix, avec l’aide de sa mère Leona qui évoque avec fierté la fondation par ses parents d’Atlantis Media (s3e2). Au contraire, il semble que Sorkin veuille tester cette théorie dans un milieu professionnel particulier pour, si possible, l’infirmer. Plutôt que d’illustrer le classique schéma montée/apogée/chute dont on pouvait croire au moment du pilote qu’il correspondait au constat de la série (décadence progressive du journalisme et âge d’or perdu de l’information), Sorkin opte pour un schéma double : d’une part, la forme d’une succession, dans laquelle chacun « connaît donc trois générations : la sienne, la génération précédente qui l’a préparé et dont il s’est détaché, la génération suivante qu’il prépare et qui se détache de lui2 » ; d’autre part, la forme d’un panorama. Ce panorama de la diversité des positions au sein d’une même génération, ici la plus jeune, correspond au constat qu’Albert Thibaudet faisait à la lecture de la thèse de François Mentré, Les Générations sociales (1920). Dans son compte rendu intitulé « L’idée de génération », le critique conclut notamment à l’absence d’uniformité au sein d’une même tranche d’âge : « En réalité une génération forme un tout d’une vaste amplitude, une sorte de conférence Molé pour les jeunes, de parlement pour les vieux, ayant sa droite, son centre, sa gauche, son extrême-gauche3. » Refusant de peindre simplement une lignée de journalistes et pire encore – ce qui aurait été caricatural – une lignée en perte de vitesse et en manque d’idéal, Sorkin préfère montrer un renouvellement en acte qu’il modère aussi par la représentation d’une génération dans laquelle les conflits ne sont pas moins violents que le conflit qui les oppose aux générations précédentes. En somme et contrairement à ce qui a pu être dit, la série ne joue pas sur l’opposition basique entre anciens et nouveaux (journalistes, médias) calquée sur une équivalence entre vieux et jeunes, elle représente au contraire les questions comme des débats qui agitent et opposent les individus par-delà leur appartenance à telle ou telle génération et surtout au sein d’une même génération. Comme si Sorkin préférait une structure étagée où une question est redébattue différemment à chaque niveau de la pyramide des âges, où les aînés trouvent leur alter ego dans la génération suivante, où les plus jeunes cherchent chez leurs aînés le modèle auquel s’identifier.

14Même si, respectant l’organisation professionnelle habituelle, le système des personnages obéit à une structure pyramidale (plus on descend, plus le nombre de personnages tend à s’élargir, voir Encadré, p. 161), la série construit également les relations entre personnages sur le modèle du duo, qui peut aussi, mais pas nécessairement, constituer un couple.

Notes

1 Voir Brice Ezell, « Aaron Sorkin’s Millenial Problem in The Newsroom », Popmatters, 5 juin 2013, URL : http://www.popmatters.com/column/172227-aaron-sorkins-millennial-problem-the-newsroomthe-complete-first-sea/.

2 Albert Thibaudet, « L’idée de génération » [1921], Réflexions sur la littérature, éd. A. Compagnon et C. Pradeau, Paris, Gallimard, « Quarto », 2007, p. 510, disponible en ligne, URL : http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/critique/thibaudet_reflexions/body-12.

3 Ibid., p. 516.

Table des illustrations

Légende La salle de rédaction dans Les Hommes du président.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Zoe Barnes arrivant à la rédaction, House of Cards, s1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Zoe Barnes dans les bureaux de Slugline, House of Cards, s1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Ed Hutcheson (Bogart), Deadline USA.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Charlie (Sam Waterston), The Newsroom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre La pyramide des âges
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Hutcheson entouré de son équipe, Deadline USA.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Charlie entouré de son équipe, The Newsroom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Mac donne un billet de cent dollars à Maggie, s2e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende La veuve de Charlie confie à Don le nœud papillon de son mari…
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende … et Don le transmet à Sloan, s3e6.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search