Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Parcours

Vie publique, vie privée

La formule du workplace show

Texte intégral

Intrigues sentimentales et professionnelles

  • 1 La série M * A * S * H * est notamment entrée dans les annales des séries télé parce que son derni (...)

1Jusqu’aux années 1980, les genres et les formules étaient, dans l’ensemble, beaucoup plus étanches. Une série policière, hospitalière, judiciaire épousait le format du drame, tandis que dans les sitcoms, le milieu professionnel servait seulement de toile de fond décorative. Dans l’histoire de la télévision, l’alliance d’un quotidien professionnel dépeint avec réalisme et d’intrigues sentimentales entre collègues est relativement récente. Jean-Pierre Esquenazi voit dans la série policière Hill Street Blues (NBC, 1981-1987) le point de départ de cette mutation. Pour Sorkin, qui rattache ses propres créations à ce courant, la généalogie de ce genre hybride remonte au moins à M*A*S*H* (CBS, 1972-1983), sitcom située dans un hôpital militaire en Corée du Sud pendant la guerre de Corée1. Cette série fut d’ailleurs la première à être tournée en extérieur – en Californie – alors que d’habitude les sitcoms étaient tournées à l’intérieur.

  • 2 Jean-Pierre Esquenazi, Les Séries télé, l’avenir du cinéma ?, op. cit., « Les séries chorales », p (...)

« Ces séries mettent en scène une communauté, comme c’est le cas du soap opera ou de la sitcom, mais cette communauté n’est pas sentimentale comme celle-là ou burlesque comme celle-ci. Elle est souvent professionnelle : il s’agit alors d’une équipe de policiers ou d’un service hospitalier (d’où le nom de professional drama souvent donné par la critique américaine à ces séries2). »

  • 3 Voir Thomas Schatz, « Workplace programs », dans Horace Newcomb (ed.), Encyclopedia of Television,(...)
  • 4 « the prevalence of UST (unresolved sexual tension plot) plot lines in workplace dramas. » Roberta (...)

2Dans ces programmes, le quotidien professionnel est généralement traité de manière sérielle, tandis que la trajectoire sentimentale des personnages fabrique des liens entre les épisodes, qui se constituent dès lors en feuilleton3. Une romance de bureau y assurera par exemple la liaison d’un épisode à l’autre, tandis qu’un crime ou un cas médical sera souvent résolu en l’espace d’un seul épisode. Dans la saison 1 de The Newsroom, chaque événement est couvert dans un épisode clos sur lui-même, tandis que les amours de Mac et Will, de Maggie et Jim sont laissées irrésolues, jusqu’à la saison suivante au moins. Dans un article consacré à Grissom, le héros patriarche de CSI : Vegas (CBS, 2000-2015), Roberta Pearson identifie un partage des tâches, indiquant que la pratique qui consiste à retarder la résolution des tensions sexuelles est très répandue dans les drames professionnels4. Pour faire durer, il faut compter sur les intrigues relevant du privé, tandis que les aventures professionnelles sont parfaites pour sérialiser. Elles peuvent aussi cimenter les épisodes entre eux et jouer un rôle majeur dans la mise en feuilleton d’une série qui commençait sur un mode plus sériel (un épisode = un sujet de reportage). C’est le cas des écoutes des journalistes commandées par Reese dans la saison 1, des erreurs commises dans l’enquête sur l’opération Genoa dans la saison 2 et des conséquences de la récupération par Neal de documents classés secret défense dans la saison 3.

3La question du privé et du public ne concerne pas seulement la ligne de partage entre série et feuilleton. Elle est au cœur de The Newsroom, que ce soit sous forme d’intrigues ou de thèmes débattus par les personnages. La série explore en effet toutes les relations que peuvent entretenir vie privée et vie publique, pour le meilleur comme pour le pire. Les intrigues sentimentales sur le lieu de travail exercent une influence non négligeable sur les choix professionnels, comme le montre d’emblée une des premières scènes du pilote. On y voit Maggie et Don se disputer au sujet de la poursuite de carrière de cette dernière. Maggie préfère rester dans l’équipe de Will, refusant de suivre Don au journal de 22 h. Le téléspectateur ne sait pas si Maggie refuse de suivre Don par fidélité à Will ou par souci d’indépendance vis-à-vis de son petit ami. D’emblée, il est impossible de distinguer, dans les raisons d’agir des personnages, ce qui relève de l’affect et ce qui est de l’ordre du travail.

  • 5 « Showing offfor women is a powerful incentive. » Aaron Sorkin, The Farnsworth Invention, op. cit. (...)

4Dans toutes les créations de Sorkin, si les personnages sont les meilleurs dans leur domaine, c’est qu’ils recherchent à toute force l’assentiment et l’amour des autres, qu’il s’agisse de leurs proches, ou du public. Reese le rappelle à Mac : tout ce que Will a accompli a toujours été dans le but d’obtenir son approbation (s3e4). Les autres personnages masculins sont construits sur le même patron et chacun cherche à trouver grâce aux yeux de son héroïne d’élection. Sur ordre de Mac d’abord puis de son plein gré, Jim cherche à impressionner Maggie, tandis que Don confie à Mac son complexe d’infériorité qui l’empêche de tenter sa chance avec Sloan. Pour qui agit-on ? Pourquoi fait-on ce que l’on fait ? La réponse des personnages sorkiniens est toujours la même : pour impressionner ceux que l’on aime, pour se faire aimer d’eux. Comme le dit un des personnages de la pièce The Farnsworth Invention : « Impressionner les femmes, voilà un puissant moteur5. »

5Si la vie privée fait réaliser de grandes choses dans la vie publique, elle peut aussi la mettre en danger et c’est alors pour le pire que les deux sphères sont indissociables. En cela, The Newsroom représente une évolution dans la production de Sorkin, en voie de pessimisation. Les échecs amoureux y sont à l’origine d’un certain nombre de décisions catastrophiques, dont plusieurs ont déjà été énumérées au précédent chapitre et que l’avocate Rebecca Halliday reprend – dans une habile double énonciation – tout au long de la préparation de l’audition des témoins (s2). Celle-ci s’attache à montrer aux clients qu’elle défend que des motivations d’ordre affectif et privé les ont conduits à prendre des décisions calamiteuses, à commettre des fautes professionnelles pour lesquelles ils sont poursuivis devant la justice. La plainte déposée par Jerry Dantana risque d’exposer aux yeux du public les erreurs commises par une équipe qui s’est laissé déborder par des déboires sentimentaux : afin de s’éloigner de Maggie, Jim se porte volontaire pour couvrir la campagne de Romney ; parce qu’elle vient de tout perdre après la diffusion de la vidéo Youtube, Maggie tient à partir en Afrique d’où elle revient traumatisée. La plus grande surprise vient de la révélation (s2e7) que l’informateur de Charlie lui a livré un faux renseignement pour assouvir une vengeance personnelle : alors que son fils toxicomane était en rémission et qu’il travaillait à ACN, Charlie n’a rien fait pour empêcher son renvoi pour faute. L’informateur le tient pour responsable du suicide de son fils survenu à la suite de ce renvoi. C’est pour éviter la publication d’un rapport qui énumérerait cette cascade de mauvaises décisions que les principaux responsables, Will, Mac et Charlie se proposent de démissionner (s2e8).

6Que l’on pense par exemple à Urgences ou Grey’s Anatomy, les séries montrant les imbrications entre vie sentimentale et vie professionnelle ne manquent pas. Mais le fait que les personnages s’assignent pour mission le rétablissement des frontières entre vie privée et vie publique vient renouveler le topos de l’impossible séparation et enrichir un propos qui sans cela resterait assez classique.

Une impossible séparation : le paradoxe de The Newsroom

7Alors que les héros combattent au quotidien la tendance générale à l’exposition de la vie privée et revendiquent, dans leur travail et sur les sujets qu’il traite, le droit au respect de la vie privée, les frontières entre leur vie professionnelle et leur vie intime semblent pour le moins poreuses, voire inexistantes. C’est tout le paradoxe de The Newsroom et cette ironie du sort est exploitée avec profit par Sorkin : il représente des journalistes défendant une cause, tout en leur attribuant une vie privée qui entre en contradiction avec cette cause. Les héros tiennent des discours vibrants sur l’importance de la protection de l’intimité – celui que Will adresse à l’échotière Nina Howard (s1e5), ou celui de Sloan contre l’application ACNgage qui traque les stars dans leur vie quotidienne (s3e5) – tandis que leur vie privée ne cesse d’interférer sur leur vie publique, souvent à leur corps défendant. Dans la saison 1, la croisade contre la presse à sensation et l’infodivertissement devient très rapidement le cœur de la mission de l’équipe conduite par Will et Mac. Si leur métier exige de rendre public, de publier au sens littéral, il leur incombe la responsabilité de faire le tri entre ce qui doit l’être au nom de l’accomplissement d’un service d’intérêt général et ce qui au contraire doit être tu parce que cela ne regarde pas le citoyen.

Will en couverture des tabloïds, s1.

8Alors même qu’il lutte contre le journalisme racoleur et qu’il part en guerre contre les tabloïds, Will en est ironiquement la première victime, lorsque TMI, une publication qui appartient au groupe AWM, se met à publier des articles sur son supposé comportement de don juan goujat. Une campagne de dénigrement – dont on découvre qu’elle est orchestrée par les Lansing, afin qu’ils aient une raison officielle de licencier Will – est lancée dans les journaux qui vient ternir l’image de Will et, par ricochet, menacer le projet réformateur de News Night. Afin de pouvoir anticiper les attaques futures de la presse à sensation, Mac commande à une équipe constituée de Jim, Maggie et Tess une enquête sur Will (s1e6), dont elle espère elle-même se servir. Lorsque ces derniers lui font remarquer qu’il s’agit de parer les attaques des tabloïds et non d’attaquer Will, elle leur répond : « j’espérais qu’on pourrait faire les deux », mélangeant en toute connaissance de cause, affaires professionnelles et règlements de compte privés. Cette enquête censée préserver les frontières est déviée de son but originel, puisqu’elle fait basculer l’intrigue dans une affaire privée. En effet, Mac apprend que Will avait été approché pour animer une émission sur la côte ouest lorsqu’ils étaient ensemble. Alors qu’elle croit pouvoir le piéger en lui montrant qu’il n’a jamais eu l’intention de s’engager et qu’elle n’est donc pas seule responsable de leur rupture, Will lui montre une bague de fiançailles qu’il prétend avoir achetée à l’époque, mais dont le spectateur sait, parce qu’il le révèle à son psychiatre, qu’il vient juste d’en faire l’acquisition.

9Incapables de faire le tri entre leurs différents moi, les héros se laissent, plus souvent qu’à leur tour, guider par leur désir de contrôler l’image qu’ils renvoient aux autres. Dans la saison 2, Nina Howard – baptisée pour l’occasion « Lady Macbeth » par Mac – conseille à Will d’apparaître dans une matinale et de se faire connaître plus intimement par le public afin d’augmenter son audience et de satisfaire son besoin compulsif d’être aimé par des inconnus. Se sentant ridicule dans l’émission, Will met immédiatement fin à sa relation avec Nina qu’il tient pour responsable de ce fiasco, pourtant librement consenti. Dans la saison 3, ce conflit est rejoué entre Jim et sa nouvelle petite amie Hallie Shea, qui a accepté un emploi pour le magazine en ligne Carnivore – tout un programme… Dans ce journal, elle n’hésite pas à écrire à la première personne, ce que Jim n’approuve pas et une tribune dans laquelle elle met en scène de manière à peine déguisée leur vie privée précipite la fin de leur relation, à l’instar de la matinale qui signait la rupture entre Will et Nina. Maggie et son nouveau petit ami qui enseigne l’éthique à des étudiants de droit n’hésitent d’ailleurs pas à comparer ce type de journalistes à des dealers de drogue (s3e4).

10Nina et Hallie, les deux figures associées à un journalisme qui brouille les frontières entre privé et public, sont rapidement évincées et n’intègrent jamais pleinement le cercle fermé des journalistes de News Night : toutes deux ont des méthodes que les autres condamnent et voudraient voir bannies.

11Pour autant, la petite communauté utopiste est forcée de reconnaître que la vie privée a toujours une influence sur la perception du public. Soumis à une transparence forcée, Will et Mac ne parviennent pas à contrôler leur image et doivent bien admettre qu’ils sont des figures publiques dont la vie privée est sans cesse scrutée. Mac est accusée de faire du lobbying pour son petit ami Wade Campbell qui se lance en politique, tandis que Will est présenté comme un homme à femmes sans état d’âme dans la presse à sensation. En se forgeant une telle réputation, il met en danger la mission de News Night et ridiculise leur projet de réforme en ne conformant pas sa vie privée aux standards moraux attendus de la part de quelqu’un qui n’hésite pas à donner des leçons de moralité à l’antenne.

12Cette frontière impossible peut être source de comique, comme en témoigne par exemple une scène de ménage entre Maggie et Jim. Alors que tous les bureaux sont en verre transparent et que la salle de rédaction dans son entier n’est qu’un espace ouvert, les deux héros sortent de la salle de réunion pour s’expliquer en privé. Le ton monte et Neal, resté dans la salle de réunion, finit par leur signaler qu’il peut tout entendre de là où il est situé (this isn’t sound proof glass – « ce n’est pas du verre anti-bruit » s1e4) Les personnages croient pouvoir s’isoler dans un espace qui précisément n’est pas conçu pour que ce soit possible. Leur réflexe mécanique – sortir pour parler d’un sujet privé – se heurte à une évidence de l’espace professionnel tel qu’il est conçu : un tel geste est banni dans l’univers de l’open space en général et dans une salle de rédaction en particulier.

Scène de ménage à la rédaction, s1e4.

13L’ironie de la série, dont on ne sait pas toujours si elle est consciente d’elle-même, porte sur l’écart constant entre les discours des personnages et ce qui leur arrive. L’effet qu’ils réussissent à avoir sur le téléspectateur à l’occasion de tirades passionnées est sans cesse contrecarré par les rebondissements de l’intrigue. Ainsi, la tirade de Will contre Nina Howard (s1e5), et son équivalent dans l’interview conduite par Sloan contre le créateur d’ACNgage (s3e5) sont efficaces d’un point de vue rhétorique et fonctionnent comme de véritables morceaux de bravoure. Pour autant, Will et Sloan ont tous deux échoué face à l’adversaire. Le premier lorsque la cabale de TMI est lancée, la seconde lorsqu’un ancien petit ami publie des photos d’elle nue sur un site Internet (s2e5).

14À cet égard, l’épisode « Oh Shenandoah » (s3e5) est particulièrement riche, car ses quatre lignes narratives, dont trois sont des reportages sur lesquels travaillent les membres de l’équipe, traitent de questions éthiques touchant à la publication dans la sphère publique. Sloan veut combattre et à terme désactiver la nouvelle application ACNgage mise en place depuis le rachat par Pruit de la chaîne. Elle propose au créateur de l’application une interview à l’antenne au cours de laquelle elle l’humilie et le met face à ses contradictions, lui montrant les conséquences néfastes de cette application et le scandale qu’elle représente pour la profession de journaliste. Jim et Maggie sont sur les traces du lanceur d’alerte Edward Snowden qui, réfugié à Moscou, doit normalement s’envoler pour Cuba. Don est chargé, contre son gré, de préparer un sujet réunissant sur le même plateau une étudiante violée qui vient de créer un site permettant aux femmes de dénoncer leur agresseur et l’étudiant qu’elle accuse. Après enquête, Don parvient à identifier la jeune femme et lui rend visite sur le campus, pour la convaincre de refuser de faire l’émission, alors même que Charlie l’a menacé de le renvoyer s’il ne parvenait pas à réaliser ce sujet tel que Pruit l’a commandé. Une longue joute verbale entre Don et l’étudiante s’ensuit. Elle a fait scandale aux États-Unis, Don apparaissant – et Sorkin avec lui – comme un intolérable machiste remettant en cause le droit des victimes. Le débat porte sur deux fronts simultanés : d’abord sur les bienfaits et les dangers du site Internet qu’elle a fondé. Don l’invite à la prudence lui signalant que ce site Internet risque de détruire les vies d’hommes innocents accusés à tort publiquement, tandis que l’étudiante défend le droit des femmes à s’entraider et à se protéger de leurs agresseurs. Le deuxième conflit porte sur le rôle que jouera l’émission : alors qu’elle n’a pu obtenir que justice soit faite, ses deux agresseurs n’ayant pas été inquiétés alors qu’elle avait pu les identifier, l’étudiante espère que l’émission lui donnera au moins la justice et la reconnaissance recherchées, tandis que Don lui explique qu’il convient de ne pas confondre ces deux types de publication : celle d’une cour de justice et celle d’un plateau télé. En somme, Don invite l’étudiante à éviter de confondre des espaces qui doivent rester séparés.

15Une même pesée éthique est à l’œuvre sur la question des lanceurs d’alerte : sont-ils des héros ou des traîtres ? Mac les défend tandis que son amie du FBI, ainsi que Will, les désapprouvent. Cette constante mesure des risques entre deux impératifs contradictoires rappelle les cas étudiés par la philosophie utilitariste. Qu’est-ce qui assurera le bien être du plus grand nombre (the greater good for the greater number) ? Vaut-il mieux trahir un secret professionnel pour révéler un scandale ou se taire ? Vaut-il mieux risquer de faire accuser des innocents pour pouvoir dénoncer de vrais violeurs ? L’épisode illustre par des cas d’école des questions d’éthique que doit se poser un journaliste lorsqu’il a affaire à des sources qui font des choix qu’il désapprouve.

16La dernière ligne de cet épisode est l’échange, qu’on croit d’abord réel, entre Will et un codétenu qui se révèle être le père de Will jeune. Ce débat intérieur projeté dans la cellule où Will est retenu pour obstruction couvre un certain nombre de sujets, entre autres celui de la mission civilisatrice de News Night et du mépris des élites. Will avoue au fantôme de son père que, comme Don Quichotte qui « se fait botter le cul » (he gets his ass kicked), lui non plus n’est pas parvenu à accomplir sa mission, qui consistait en grande partie à rétablir des frontières, au sein de la profession, entre ce qui relève de l’intérêt général (public interest) et ce qui doit rester cantonné à la sphère privée, en dehors du radar médiatique.

17À l’image de Mac qui diffusait par mégarde la raison de sa rupture avec Will à tous les employés de la chaîne, au lieu d’en préserver le secret comme elle l’avait promis (s1e2), The Newsroom illustre les contradictions entre le souci de transparence qui anime tout journaliste et la défense de la vie privée qui devrait être garantie à tout citoyen. Si les discours de Will et de ses acolytes font mouche et s’ils convainquent la plupart du temps, leurs actions en revanche, ainsi que leurs reportages, échouent à changer la donne et à ralentir la tendance générale à l’invasion du privé dans la couverture des événements. C’est aussi une contrainte du workplace show : pour qu’il y ait des intrigues, il faut bien que les personnages aient une vie privée, sans quoi le téléspectateur pourrait se désintéresser d’eux.

Dualité du héros : vers la réconciliation

  • 6 Cité dans James Kaplan, « The Sorkin Way », art. cit.

18« J’aime énormément les séries professionnelles. J’aime créer des familles professionnelles, et écrire sur des gens qui sont très bons dans leur travail, et moins bons dans tout le reste6. » Le personnage sorkinien, tel que son créateur aime à le présenter (voir Genèse, chap. 1) est à deux faces : héros dans la vie professionnelle, il est un antihéros, en tout cas un homme ordinaire, plus que faillible dans sa vie privée. Mac et Sloan sont présentées comme les meilleures dans leur domaine, ce qui ne les empêche pas d’enchaîner les bévues dès qu’il s’agit d’affaires de cœur. Une telle dichotomie permet de maintenir un équilibre entre scènes sérieuses montrant leur professionnalisme et scènes comiques les représentant dans des situations ridicules.

19Les choses sont plus complexes dans le cas de Will : d’abord parce que, contrairement à ces personnages relativement stables, il évolue entre le début et la fin de la série. La perspective public/privé s’enrichit d’une dimension supplémentaire puisque son statut de présentateur vedette en fait une figure médiatique, plus ou moins appréciée par le public de téléspectateurs, auquel il présente une image au départ différente de son vrai moi. Cela pourrait être le cas pour Sloan qui passe aussi à l’antenne, mais cette triple dimension – public, privé, professionnel – n’est exploitée que pour Will. Quand commence la série, ce dernier est présenté comme un journaliste démagogue, qui, lorsqu’il s’est séparé de Mac trois ans auparavant, a abandonné sa haute ambition de journaliste pour courir après l’audimat et qui, de surcroît, n’est pas un être humain très fréquentable. Cette distance de soi à soi – entre l’aimable présentateur et le patron tyrannique et capricieux – est à son paroxysme dans le pilote et dans les retours en arrière de l’épisode final (s3e6). Comme le résume Don à Sloan dans l’un d’entre eux : « Will n’aime pas avoir l’air mal élevé, sauf quand il est hors antenne » (Will doesn’t like to be rude except when he’s not on TV). Cette dissociation est aussi présentée avec humour lorsque Will essaie de se justifier devant Don et Charlie dans le pilote, hurlant à qui veut l’entendre qu’il est quelqu’un de tout à fait aimable (I’m affable). Pour réconcilier ses différents moi, Will doit accepter d’inverser le chiasme. Alors qu’il était aimé à l’antenne et craint hors antenne par une équipe de journalistes qu’il maltraitait, ces derniers s’attachent peu à peu à lui au point d’être prêts à tout pour l’aider, au moment même où ses audiences déclinent et où la vindicte populaire se déchaîne contre lui. Dans l’épisode « Bullies » (s1e6), la dualité de Will est mise en avant par une alternance révélatrice de scènes à l’antenne et de scènes hors antenne : alors que le présentateur de News Night ne cesse de promouvoir une éthique de la vérité, au point de bousculer ses invités pour les forcer à renoncer à la langue de bois, l’homme blessé, ancien enfant battu ne cesse de mentir hors antenne : à son psychiatre d’abord, à Mac ensuite. Le récit en flashback provoqué par la cure psychanalytique amène le héros clivé à réaliser qu’il s’est conduit précisément comme les brutes (« bullies ») qu’il ne cesse de dénoncer dans son journal. Will prend alors la mesure de la scission entre son vouloir être et son être, de la non-conformité entre l’image qu’il voudrait donner et celle qu’il offre en réalité, à la manière d’un Don Quichotte auquel on tendrait un miroir pour qu’il retrouve sa lucidité.

20Un autre épisode montre la prise de conscience par Will de l’écart entre ses différents moi et de la souffrance engendrée par leur impossible réconciliation. Lorsque lui sont retirées les commémorations du 11-Septembre – jour de catastrophe hautement symbolique qui marque le début involontaire de sa carrière d’anchorman –, il confie à Mac son désarroi, lui exposant la nature de la relation qu’il entretient avec son public. Cette dernière lui répond qu’elle le comprend parce qu’elle ressent la même chose pour lui : le drame lié au sentiment d’une impossible réciprocité. Elle essaie alors de lui faire distinguer amour du public et amour des proches, en insistant sur l’importance du dévouement de son équipe, beaucoup plus essentiel – et réel – que le succès audiovisuel (s2e2). « Ils se précipiteraient dans le feu pour toi » (they’ll walk into fire for you), lui assure-t-elle.

21Les trois saisons sont porteuses du même enjeu : comment ne pas confondre l’amour (l’affection de ceux qui travaillent avec vous) et l’apparence de l’amour (les chiffres de l’audimat, le nombre de téléspectateurs qui vous regardent) ? C’est en acceptant de se soucier des autres, ceux qui gravitent autour de lui et non des inconnus devant leur écran, que Will réconcilie ses différents moi. Cette évolution est perceptible dès la saison 1 lorsqu’il convoque Don dans son bureau pour lui signifier que l’époque où il ne se souciait pas de la vie de ses collègues est révolue (those were the days, s1e9). Elle est entérinée dans le premier épisode de la saison 3, à l’occasion de la discussion sur les témoins de mariage : Will acte le fait qu’il s’est mis à avoir des amis depuis le retour de Mac.

  • 7 Jean-Pierre Esquenazi, Les Séries télé, l’avenir du cinéma ?, op. cit., chap. 9, le plein, l’intim (...)

22Même s’il s’agit principalement d’une série chorale, seuls les tourments intérieurs de Will sont représentés : c’est lui qu’on voit en consultation, c’est à travers sa subjectivité que certaines scènes d’hallucination sont montrées et c’est son intimité, soit le « travail continuel de coordination entre image publique et présence d’une continuité personnelle7 », à laquelle le téléspectateur à accès.

Will à Northwestern, s1e1.

Will chez son psy, s1e6.

23Lorsqu’il étudie les représentations de la vie intérieure dans les séries télé, Jean-Pierre Esquenazi dresse la liste des procédés à disposition des scénaristes : voix hors champ comme dans Sex and the City ou Grey’s Anatomy, effets spéciaux figurant les images mentales des personnages comme dans Ally McBeal, cure psychanalytique et travail d’analyse comme dans The Sopranos, caméra subjective, rêves de personnages ou encore conversations avec des fantômes, comme dans Six Feet Under. Dans The Newsroom, trois de ces procédés sont mobilisés, chacun d’eux concernant Will. Dans le pilote, c’est à travers ses yeux – en caméra subjective – que l’on perçoit le public présent à Northwestern et l’on hésite avec lui pour savoir si l’inconnue dans la salle est Mac ou non. Les rendez-vous chez le psychiatre dans la saison 1 et la conversation avec son père en prison dans la saison 3 sont l’occasion pour Will de réexaminer à la fois le passé récent et le passé plus ancien, son enfance maltraitée comme sa relation amoureuse avec Mac. Ces scènes permettent de montrer les débats intérieurs qui tourmentent le héros (comment ne pas se comporter comme une brute, comment pardonner ?) et de le conduire progressivement vers l’apaisement que constitue la réunion des parties d’un moi écartelé.

Le travail avant tout ? ou l’invention d’une seconde famille

  • 8 Voir Seraphina Bathrick, « The Mary Tyler Moore Show : Women at Home and at Work », dans Jane Feue (...)
  • 9 Voir François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, op. cit., p. 22-23.

24C’est une constante du workplace show traditionnel au moins depuis The Dick Van Dyke Show (CBS, 1961-1966) : l’alternance de scènes à la maison et de scènes sur le lieu de travail, montrant deux facettes du héros principal, sa vie domestique et sa vie professionnelle. Ainsi dans The Mary Tyler Moore Show, Mary Richards reçoit ses amies dans son appartement et fréquente ses collègues masculins dans la salle de rédaction, les deux univers ne se rencontrant que de manière exceptionnelle8. À la décennie suivante, la même séparation est à l’œuvre dans la sitcom Murphy Brown : de nombreux épisodes se déroulent dans les bureaux ou au studio et se terminent par le retour de la journaliste célibataire dans une maison seulement occupée par le peintre qu’elle a engagé pour des travaux de rénovation. Cette formule s’est infléchie peu à peu par déplacement progressif sur le lieu de travail, en particulier avec l’évolution du workplace show, au départ sitcom de trente minutes, vers le dramedy d’une heure. M*A*S*H*– qui ne durait que trente minutes – était déjà uniquement centrée sur l’hôpital, et pour cause puisque l’action était située en Corée, et dans Lou Grant ou Hill Street Blues, les intérieurs privés se faisaient beaucoup plus rares, l’essentiel de l’action se déroulant à la rédaction ou au commissariat. Le passage du héros seul au « héros collectif9 » a accentué cette tendance, le lieu de travail étant celui où tous les personnages de la série chorale peuvent être réunis.

L’appartement froid de Will, s1.

La maison en travaux de Mac et Will, s3.

L’appartement vide de Jim, s3.

25Dans The Newsroom, la répartition des espaces est révélatrice de la place accordée à la vie professionnelle. La majorité des scènes a pour décor l’immeuble d’AWM, qu’il s’agisse de la salle de rédaction, des bureaux, du plateau ou de la régie. Lorsqu’il arrive au spectateur d’apercevoir les intérieurs des personnages, ces derniers n’ont rien d’intime. Ainsi l’appartement de Will ressemble-t-il à s’y méprendre à la salle de rédaction : vastes baies vitrées transparentes, multiples écrans de télévision et grande table centrale. À la saison 3, la maison dans laquelle Will et Mac se sont installés reste entièrement en chantier, et l’on voit le couple manger de la nourriture commandée assis sur des cartons, comme s’ils étaient au bureau. Dans un des flashbacks du dernier épisode, Mac rend visite à Jim pour lui proposer d’être son second dans la reprise en main de News Night et elle pénètre dans un appartement entièrement vide pour trouver Jim par terre seulement entouré de son ordinateur et d’une guitare (s3e6).

26Lorsque Will organise une fête chez lui, son appartement est enfin peuplé de gens mais c’est pour célébrer l’anniversaire de News Night 2.0 et l’on retrouve les mêmes personnages que sur le lieu de travail – ce qui n’était pas le cas par exemple dans The Mary Tyler Moore Show. Si les personnages semblent parvenir à se divertir, ce n’est que de courte durée, puisque la fête est vite interrompue par le scoop de l’assassinat de Ben Laden (s1e7). Les funérailles de Charlie sont une autre occasion de montrer un espace privé habité. Charlie est d’ailleurs le seul personnage dont on voit la famille, comme si seule la mort faisait revenir le privé sur le devant de la scène. Là encore, le travail fait rapidement revenir les héros sur leur lieu de travail. L’espace domestique est réduit à peau de chagrin parce qu’il n’est pas le lieu d’épanouissement des personnages, il n’est qu’un lieu transitoire, un passage obligé entre deux journées de vie professionnelle intensément vécue. Si les protagonistes n’ont personne à retrouver une fois le travail terminé, c’est qu’ils ont transféré le concept de famille de la maison au bureau. Comme c’est la tradition dans les workplace shows, les collègues constituent une famille de substitution, avec laquelle on poursuit la journée de travail, en allant au bar du coin, ou en célébrant la nouvelle année (s1e4).

Will au travail, chez lui.

27Dans le dernier épisode du Mary Tyler Moore Show, « The Last Show », Mary Richards fait ses adieux à ses collègues, renvoyés comme elle par le nouveau propriétaire de la chaîne :

  • 10 Cité dans Seraphina Bathrick, « The Mary Tyler Moore Show : Women at Home and at Work », dans Jane (...)

« Je voulais juste que vous sachiez que parfois je suis inquiète à l’idée d’avoir tout sacrifié à ma carrière. Je me mets à penser que j’accorde trop d’importance à mon travail et je me dis que mes collègues sont juste mes collègues, et non pas ma famille. Et la nuit dernière, j’ai pensé “Qu’est-ce que la famille après tout ? C’est juste des gens qui vous font vous sentir moins seule et vraiment aimée”. Et c’est ce que vous avez fait pour moi. Merci d’être ma famille10. »

28Une telle déclaration est typique du genre de séries dans la lignée desquelles s’inscrit The Newsroom. C’est presque devenu un trait du genre et c’était déjà le cas dans les séries précédentes de Sorkin – même si la place de la famille « naturelle » était beaucoup plus importante dans The West Wing. Lorsqu’il s’agit de protéger Neal, sous le coup d’une menace d’arrestation dans la saison 3, Will lui dit qu’il fait partie de la famille et qu’il est normal de l’aider. Will et Sloan développent une relation fraternelle dès la saison 1 et Will la surnomme rapidement « sis’ ». En cellule, Will a accroché trois photos : l’une de lui et son père à la pêche lorsqu’il était enfant, la deuxième le jour de son mariage avec Mac la veille de son emprisonnement et la troisième de l’équipe de News Night. Il serait donc faux de dire qu’il n’y a pas de famille dans The Newsroom : la série n’évince pas du tout le concept, ni ne le remet en cause – comme le font certaines séries qui cherchent à s’en débarrasser ou à en faire la satire –, elle déplace les rôles sur le lieu de travail, chacun se récréant une famille d’autant plus idéale qu’elle a été choisie. Communauté utopique, la famille professionnelle a l’avantage de réunir en une seule entité les différentes facettes du quotidien, les personnages étant de toute façon trop occupés pour avoir une vie à l’extérieur de leur travail…

Les photos de Will en cellule.

29Véritable cellule familiale, la salle de rédaction est le lieu dans lequel les personnages se disputent et se réconcilient, apprennent à s’aimer et échouent, pour le meilleur comme pour le pire, à séparer sentiments et conscience professionnelle.

Notes

1 La série M * A * S * H * est notamment entrée dans les annales des séries télé parce que son dernier épisode a recueilli une audience record : 125 millions de téléspectateurs ont regardé l’épisode « Goodbye, Farewell and Amen ».

2 Jean-Pierre Esquenazi, Les Séries télé, l’avenir du cinéma ?, op. cit., « Les séries chorales », p. 84.

3 Voir Thomas Schatz, « Workplace programs », dans Horace Newcomb (ed.), Encyclopedia of Television, URL : www.museum.tv. et sur papier : second edition, 2013, New York, Routledge, p. 2585-2588.

4 « the prevalence of UST (unresolved sexual tension plot) plot lines in workplace dramas. » Roberta Pearson, « Anatomising Gilbert Grissom. The Structure and Function of the Televisual Character », dans Michael Allen (ed.), Reading CSI : Crime TV under the Microscope, London, I.B. Tauris and Co, 2007, p. 54.

5 « Showing offfor women is a powerful incentive. » Aaron Sorkin, The Farnsworth Invention, op. cit., p. 44.

6 Cité dans James Kaplan, « The Sorkin Way », art. cit.

7 Jean-Pierre Esquenazi, Les Séries télé, l’avenir du cinéma ?, op. cit., chap. 9, le plein, l’intime, p. 110.

8 Voir Seraphina Bathrick, « The Mary Tyler Moore Show : Women at Home and at Work », dans Jane Feuer, Paul Kerr, Tise Vahimagi (eds.), MTM “Quality Television”, op. cit., p. 99-131.

9 Voir François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, op. cit., p. 22-23.

10 Cité dans Seraphina Bathrick, « The Mary Tyler Moore Show : Women at Home and at Work », dans Jane Feuer, Paul Kerr, Tise Vahimagi (eds.), MTM “Quality Television”, op. cit., p. 129.

Table des illustrations

Légende Will en couverture des tabloïds, s1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Scène de ménage à la rédaction, s1e4.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Will à Northwestern, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Will chez son psy, s1e6.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende L’appartement froid de Will, s1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende La maison en travaux de Mac et Will, s3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende L’appartement vide de Jim, s3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Will au travail, chez lui.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Les photos de Will en cellule.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8829/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search