Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Parcours

Une croisade pédagogique

Texte intégral

1Sorkin l’a proclamé haut et fort : sa série n’est pas une leçon de morale adressée aux journalistes mais un hommage à une profession qui, d’habitude, a mauvaise presse dans l’opinion publique. L’un n’empêche pas l’autre cependant, puisque c’est précisément au nom d’une haute idée de la profession que Sorkin la dépeint sous sa forme idéale, telle qu’il rêverait qu’elle se généralise. Le militantisme des personnages, nouveaux incorruptibles, en faveur d’un journalisme irréprochable a pour corollaire une croisade contre la médiocrité et la lâcheté, contre les dérives que représentent l’infodivertissement (infotainment), matérialisé par la presse à scandale, et le journalisme citoyen (citizen journalism) tel qu’il se pratique sur les réseaux sociaux. De cette pédagogie de l’excellence, déjà à l’œuvre dans Sports Night, The West Wing et Studio 60 résulte une série hybride, qui vise à la fois la vraisemblance dans la description du métier et la réalisation d’une utopie. Programme en vue de moraliser le journalisme, The Newsroom est avant tout une leçon d’humanisme pour époque cynique.

Réalisme et vraisemblance

  • 1 Aaron Sorkin, On Writing, no 18, février 2003, New York, The Writers Guild of America, p. 11.

« The West Wing représente un monde fictionnel, parallèle au nôtre. Qu’elles concernent le cancer ou le mécénat, toutes les statistiques sont exactes. Je n’introduis pas de chiffres à moins qu’ils soient exacts. Mais d’un autre côté, les personnages sont inventés de toutes pièces. Aucun n’a été créé à partir d’une personne réelle. Et parce que c’est un monde parallèle, il faut faire attention aux choses qui rappellent au spectateur que c’est un monde feint. Je pense surtout aux références contemporaines. Pour commencer, je n’utilise pas de noms de personnes réelles travaillant pour le gouvernement. Personne ne dit jamais : “Appelez Ted Kennedy”. Dès lors que quelqu’un dit “Appelez Ted Kennedy”, alors Martin Sheen a l’air d’un faux président1. »

  • 2 Pour les résultats de cette enquête, voir URL : http://www.journalism.org/2010/08/25/100-days-gush (...)

2Le parti pris de The Newsroom, on l’a vu (Genèse, chap. 2, « Réel et fiction ») est radicalement différent puisque des journalistes fictifs couvrent des événements réels de l’actualité récente. La saison 1 s’ouvre sur la marée noire provoquée par l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique en avril 2010. Cet événement est, pour le pilote de The Newsroom, à la fois bien et mal choisi. Bien choisi parce qu’il fut, selon une enquête menée par le Pew Research Center, le sujet principal couvert par les médias américains dans les cent jours qui suivirent la catastrophe. En ce sens, Sorkin inaugure sa série par un événement emblématique, à la hauteur des enjeux. Mal choisi parce que, toujours d’après cette étude, ces mêmes médias se sortirent plutôt bien de la couverture de cet événement qui comportait des aspects techniques complexes, en évitant un certain nombre de pièges et de défauts2. Pour une série qui entend montrer qu’un meilleur traitement de l’information est possible, cette marée noire n’était peut-être pas l’exemple qui s’imposait. La série est ensuite ponctuée par l’actualité américaine de l’année 2010-2011 (la loi sur l’immigration en Arizona, le raz-de-marée du Tea Party aux élections de mi-mandat, le procès Casey Anthony, le scandale Anthony Weiner, etc.). La saison 2 est scandée par la campagne présidentielle qui opposa Romney et Obama en 2012, tandis que la saison 3 commence par l’attentat lors du marathon de Boston en 2013. Cette tendance à la réexploration d’événements passés s’estompe à mesure que la série avance et le temps consacré à la représentation de cette actualité diminue progressivement (voir Parcours, chap. 4). Les chaînes concurrentes telles que Fox ou CNN et les journalistes d’autres médias sont cités (voir Encadré « Personnalités des médias américains », p. 72-73), sans pour autant que Will et son équipe semblent moins « vrais ».

3Les propos de Sorkin sur The West Wing soulèvent l’une des grandes questions concernant la représentation réaliste. L’incrustation d’éléments tirés du monde du spectateur dans la fiction est à double tranchant : soit elle vient renforcer l’effet de réel, offrant un supplément d’existence au reste de l’univers fictionnel, soit elle annule au contraire tout réalisme, soulignant par contraste ce que le créateur a inventé de toutes pièces. Ainsi pour The West Wing, d’après Sorkin, Jed Bartlet serait d’autant plus fictif que le nom de Ted Kennedy serait prononcé. Au contraire, on peut considérer que des gens qui évoluent dans un univers où Kennedy existe vivent dans le même univers que nous et c’est le choix fait par The Newsroom. En un sens, chacune de ces séries fait l’expérience d’une approche différente du réalisme, comme si Sorkin avait voulu tester plusieurs formules.

4À cet égard, une scène est tout à fait révélatrice. Dans le dernier épisode de la saison 1, Maggie vient de se disputer avec sa meilleure amie et colocataire Lisa au sujet de Jim. Excédée, elle sort du bar et se retrouve face à un car spécialisé dans les visites guidées de New York autour du thème Sex and the City. Elle se lance alors dans une longue diatribe adressée aux touristes présents dans le bus pour leur dire que la vie de Carrie Bradshaw n’a rien de typique d’une jeune femme vivant à New York, énumérant toutes les invraisemblances de la série créée par Darren Star et diffusée elle aussi sur HBO (1998-2004). Cette tirade donne un supplément de réalité à The Newsroom, ne serait-ce qu’en citant un monde fictionnel emprunté au monde réel : si les personnages de The Newsroom regardent Sex and the City, alors ils appartiennent à notre monde, non à celui de Sex and the City. Le procédé est le même dans le pilote de Studio 60, où les personnages font référence au film Network pour évoquer la diatribe de Wes Mendell.

5Mais d’un autre côté, cette dénonciation par Maggie sert une péripétie qui en elle-même est tout à fait romanesque, puisque, coïncidence, Jim se trouve dans le bus et entend tout ce que Maggie révèle, en particulier les sentiments qu’elle a pour lui. Il la poursuit, la rattrape et ils s’embrassent comme dans toute comédie romantique digne de ce nom. L’histoire ne s’arrête pas là et a des conséquences jusque dans la saison 2 puisque la scène ayant été filmée et postée sur Youtube par une fanatique de la série Sex and the City, les sentiments de Maggie pour Jim sont ainsi révélés à Don puis à Lisa, ce qui entraîne la rupture du couple et la fin de l’amitié des deux colocataires. Cet épisode particulièrement construit témoigne du jeu de tourniquet qui s’instaure en permanence dans The Newsroom entre réalisme et romanesque, entre volonté de représenter le réel et désir d’en figurer une version idéalisée. C’est sans doute la raison pour laquelle les critiques de la série se sont concentrées sur la question de la fidélité au réel d’une série qui semblait avoir plusieurs ambitions à la fois.

Une série à clés ?

  • 3 « Aucun personnage ne s’inspire d’une personne réelle, ne serait-ce qu’un peu », TV Newser, 31 mai (...)
  • 4 Dan Rather, Rather Outspoken. My life in the news, New York, Grand Central Publishing, 2013 ; Keit (...)

6Malgré les dénégations de l’auteur3, ses personnages entretiennent certaines ressemblances avec des journalistes et des éditorialistes américains. Ils sont en outre fréquemment aux prises avec des journalistes réels qui apparaissent dans les archives vidéo de plusieurs épisodes. Par certains aspects, The Newsroom s’apparente à une série à clés. Difficilement exportable, cet aspect est plus ou moins repérable selon le pays de diffusion. Il introduit une différence de réception d’un pays à l’autre. En France, il pourra passer totalement inaperçu, tandis qu’aux États-Unis à l’inverse, il sera tellement perçu qu’il servira d’argument aux détracteurs de la série : elle serait trop transparente dans sa dénonciation des travers des médias et les personnages seraient des copies caricaturales de journalistes engagés, tels que les présentateurs de la chaîne libérale MSNBC. Pour s’inspirer, on l’a vu, Sorkin a fréquenté des rédactions télé (voir Genèse, p. 46) et la critique s’accorde à dire qu’on peut reconnaître Keith Olbermann dans le personnage de Will McAvoy, journaliste qui servait déjà de modèle à Sports Night, quand il présentait avec Dan Patrick l’émission sportive Sports Center sur ESPN dans les années 1990. Dans Studio 60, le personnage de Jordan McDeere (Amanda Peet) était largement inspiré par Jamie Tarses, productrice de télévision qui fut la présidente d’ABC Entertainment entre 1996 et 1999. Par leur ton et leur style, les éditoriaux de Will présentés à l’antenne sont assez proches de ceux de Keith Olbermann ou de Dan Rather tels qu’on les perçoit dans leurs livres de témoignages, dans leurs mémoires4. Le scandale et la menace de démission provoqués par l’affaire Genoa ne sont pas sans rappeler le Memogate de 2004 qui vit Dan Rather poussé vers la sortie par la chaîne CBS. Ce dernier présenta dans son émission 60 Minutes des documents compromettant pour Georges W. Bush, documents dont l’authenticité fut mise en doute. Cette histoire vient d’ailleurs d’être adaptée au cinéma dans le film Truth (James Vanderbilt, 2015), où Dan Rather est interprété par Robert Redford. Sorkin insiste sur le fait qu’il n’a rencontré Keith Olbermann que cinq minutes dans sa vie, mais cela ne l’empêche en rien de s’inspirer de ses déclarations quand ce dernier commentait et critiquait la politique de l’administration Bush. Emily Mortimer reconnaît s’être inspirée de Shaminder Nahal, une amie d’Oxford qui présente sur la BBC une émission qui porte le même nom que le programme fictionnel : News Night. Sloan Sabbith ressemble à la présentatrice de CNN, Christine Romans ainsi qu’à Rachel Maddow, journaliste sur MSNBC formée à l’école Olbermann.

  • 5 Jerry Jacobs, Changing Channels, op. cit., chap. 8 « Anchor… or Albatros », p. 101-115.
  • 6 Ibid., p. 108.

7À son corps défendant sans doute, The Newsroom représente une réalité particulièrement prégnante de la télévision américaine, à savoir l’importance accordée à l’anchorman, qui est bien plus qu’un présentateur. Cette toute-puissance est signalée comme un problème par de nombreux ouvrages qui tentent de comprendre les mutations du journalisme télévisé : la tendance généralisée à rémunérer les présentateurs et à leur donner le contrôle du contenu à proportion de leur popularité et des audiences qu’ils engendrent présente un danger non négligeable quant à la manière de sélectionner et de traiter des faits. Le critique Jerry Jacobs identifie comme un symptôme la tendance des téléspectateurs à parler par exemple de « l’émission de Tom Brokaw », au lieu de dire NBC Nightly News5. Il vaudrait mieux éviter de stariser le présentateur vedette d’un journal télévisé et même si Will dans la série s’efforce de se détacher de son obsession pour l’audimat et assume sa perte de popularité, il n’en reste pas moins que la série est fidèle au réel dans sa mise en vedette du présentateur. Jerry Jacobs poursuit son analyse en indiquant que le présentateur ne devrait pas avoir les pleins pouvoirs, en étant aussi le rédacteur en chef, de même que « la vedette d’un film ne devrait pas en être aussi le réalisateur6 ». Or cette séparation des pouvoirs est précisément absente dans The Newsroom : Will est la figure de proue de News Night et celui qui décide en dernière analyse, comme en témoigne le feu vert que tout le monde attend de lui pour (enfin) lancer Genoa (s2e7).

8La série emprunte aussi des traits à des personnalités politiques. Les discours de Will sont comme des anthologies de déclarations réelles. Il est non seulement un présentateur qui ressemble à de vrais présentateurs mais encore un membre du parti républicain en partie inspiré de républicains réels qui s’en sont pris au Tea Party. D’ailleurs, Will en donne la liste (s1e8), dont David Frum, conservateur, ancien membre de l’administration Bush fils qui écrivait ses discours – comme Will dans la série écrivait ceux de Bush père… – et aujourd’hui journaliste à The Atlantic, contributeur sur CNN et surtout auteur d’un livre sur les coulisses de la Maison-Blanche, An End to Evil, dans lequel il présente ses excuses pour l’invasion de l’Irak en 2003. De même Will s’excuse-t-il dès le troisième épisode pour sa façon d’avoir couvert l’actualité jusqu’ici. Pour se convaincre encore d’un air de famille, on pourra comparer une réplique de Will à l’antenne lors de l’élection présidentielle et un extrait d’une tribune de David Frum. La consultante Taylor Warren (Constance Zimmer), ancienne porte-parole de Mitt Romney, demande à Will s’il se prétend républicain pour mieux attaquer le parti de l’éléphant et voici ce qu’il répond (s2e9) :

« Non, je me revendique républicain parce que j’en suis un. Je crois au marché, je crois au bon sens pragmatique et à la nécessité de nous défendre dans un monde dangereux. Le problème c’est que maintenant il faut aussi que je sois homophobe, que je compte le nombre de fois où les gens vont à l’église. Il faut que je nie les évidences et que je pense que la recherche scientifique est une vaste arnaque. Il faut que je pense qu’on ménage trop les pauvres. Et il faut que j’aie un tel complexe d’infériorité que je craigne l’éducation et l’intelligence au xxie siècle. Mais surtout, ce qu’on me demande, la seule chose qu’on me demande en réalité, c’est de détester les démocrates. Et il faut que je déteste Chris Christie [gouverneur républicain du New Jersey] parce qu’il n’a pas craché sur le président quand il est descendu d’Air Force One. Le bipartisme est capital pour le système. Il peut être honorable de faire partie d’une opposition loyale et je suis républicain pour les mêmes raisons que vous. C’est pourquoi j’espère qu’on entendra davantage votre voix dans les quatre années à venir. »

9Dans sa tribune, David Frum déclarait :

  • 7 David Frum, « When Did the GOP Lose Touch With Reality ? », New York Magazine, 20 novembre 2011, U (...)

« J’ai été républicain toute ma vie. J’ai travaillé au Wall Street Journal, au magazine Forbes, au Manhattan Institute et à l’American Enterprise Institute, j’ai écrit les discours de l’administration Georges W. Bush. Je crois au marché, à la baisse des impôts, à une régulation raisonnable et à un État limité. J’ai voté McCain en 2008, et j’ai critiqué vertement les décisions de l’administration Obama. Mais quand je regarde mon parti et ce qu’il est devenu en 2011, je vois des choses que je ne peux tout simplement pas cautionner7. »

  • 8 Voir Drew Grant, « Update : Occupy Wall Street responds to The Newsroom »,Observer, 21 juillet 201 (...)

10Même rhétorique, même structure énumérative : chacun dresse la liste de ce qui le constitue intrinsèquement comme républicain, avant de dénoncer ce que le parti auquel il adhère si fortement est en passe de devenir. Quant au personnage de Shelly Wexler qui représente Occupy Wall Street au début de la saison 2, il est notable qu’il ressemble trait pour trait à la véritable porte-parole du mouvement, Alexis Goldstein8.

11Au-delà de l’inspiration de personnes réelles, de la simple mention de leurs noms, des personnalités de la télévision américaine sont présentes dans la série, selon une répartition très stable : les journalistes idéaux sont inspirés de personnes réelles, tandis que les personnalités médiatiques indignes de la profession sont montrées en action à travers des extraits vidéo. À l’exception de Nina Howard (saison 1) et de Hallie Shea (saison 3), les ennemis contre lesquels Will et son équipe se battent sont des éditorialistes réels, représentants de la frange la plus conservatrice et prêts à tout pour attaquer l’administration Obama, quitte à abandonner toute éthique : Glenn Beck, Bill O’Reilley, Rush Limbaugh. Quant à Jay Leno, il est cité en contre-modèle (s1e1) surtout parce que, voulant conserver sa popularité, il ne prend jamais de risques. Nancy Grace, la chroniqueuse judiciaire qui pratique un journalisme d’investigation racoleur et Jerry Springer, pape d’une émission de téléréalité où les problèmes d’ordre privé sont étalés et débattus en public sont les synonymes, pour les héros de la série, de tout ce qu’un journaliste doit dénoncer et refuser : la démagogie, l’appel aux bas instincts, le sensationnalisme et l’exploitation de faits divers sordides. (voir Parcours, chap. 3, « Leçons de journalisme »).

Glenn Beck, s1e4.

Rush Limbaugh, s1e5.

… et Nancy Grace, s1e8 : cibles de Will.

Personnalités des médias américains

Nom

Média

Repères et orientation politique

Présence dans la série

Glenn Beck

GB Radio Program, GB Television Program, HLN (info en continu), Fox News, The Blaze

Polémiste conservateur

Archive vidéo s1e4

Nancy Grace

HLN (info en continu), CNN, Closing Arguments sur Court TV

Conservatrice parodiée dans Studio 60
Ancien procureur. Chroniqueuse spécialisée dans la défense des victimes (faits divers, procès, enquêtes, etc.)

Archive vidéo s1e8 (affaire Casey Anthony)

Jimmy Kimmel

Jimmy Kimmel Live !, ABC

Présentateur d’un talk show à succès

Cité en contre-modèle s1e6

Jay Leno

The Tonight Show (1992-2009)
The JL Show (2009-2014), NBC

Présentateur d’un talk show à succès

Cité en contre-modèle (Will est comparé à lui) s1s1

Rush Limbaugh

RL Show, Premiere Radio Network

Polémiste conservateur (climatosceptique, propos racistes et misogynes) Talk show le plus écouté du pays Livres : The Way Things Ought To Be, 1992 ; See I Told You, 1993

Archive vidéo s1e5

Rachel Maddow

The RM Show, MSNBC, Air America Radio

Liberal qui a fait ses débuts chez Olbermann. Première journaliste ouvertement gay à présenter un journal en prime time

Inspiration pour Sloan Sabbith

Nom

Média

Repères et orientation politique

Présence dans la série

Bill O’Reilly

The O’Reilly Factor, The Radio Factor, Fox. Télé et radio

Conservateur, membre du parti républicain
Livres : Culture Warrior, 2006 ; Pinheads and Patriots : where I stand in the Age of Obama, 2010

Archive vidéo s1e4

Keith Olbermann

Sports Center, ESPN (1992-1997) Countdowm with K. O., MSNBC

Liberal.
« Cinq nouvelles du jour »
Livres : Truth And Consequences : Special Comments on the Bush Administration’s War on American Values, 2007 ; Pitchforks And Torches : The Worst of the Worst, from Beck, Bill and Bush to Palin and Other Posturing Republicans, 2010

Inspiration pour Will McAvoy

Dan Rather

CBS Evening News (1981-2005) ; 60 Minutes, CBS

Célèbre pour ses analogies hautes en couleur et ses descriptions
Controverse baptisée « Memogate » concernant un reportage sur George W. Bush en 2004, le force à s’excuser à l’antenne, puis à démissionner

Cité en exemple s1e3

Christine Romans

Early Start, Your money, CNN

Présentatrice et journaliste économique. A travaillé pour Reuters, Knight Rider Financial News

Inspiration pour Sloan Sabbith

Jerry Springer

The JS Show, NBC ; Springer on the Radio, Air America Radio

Ancien maire démocrate de Cincinnati
Talk show résolution problèmes familiaux en public. Télé-réalité

Cité en contremodèle, s1e8 et 9

Jon Stewart

The Daily Show, Comedy Central

Comique, présentateur d’une émission satirique contenant notamment une partie fausses nouvelles

Cité s1e2

Une rédaction réaliste et réenchantée.

La salle de rédaction.

12À l’inverse, ceux qui se battent pour la bonne cause sont les personnages inventés, inspirés de journalistes dont le nom est tu le plus souvent (tels Keith Olbermann, Rachel Maddow ou encore Christine Romans).

13Ainsi les journalistes idéaux sont-ils inspirés de personnes réelles dont le nom n’est pas prononcé dans la série, tandis que les journalistes indignes de la profession sont au contraire montrés du doigt par le biais d’archives vidéo réelles insérées dans le tissu fictionnel.

Reconstitution d’une salle de rédaction

14Outre les personnages, le deuxième élément sur lequel repose le réalisme concerne la représentation de l’espace de travail. Le décor principal de la série est un intérieur : une salle de rédaction typique du journalisme télé (broadcast newsroom) est reconstituée. Elle donne à la série non seulement son titre, mais encore un ancrage spatial marqué.

15Tout tourne autour de cette grande salle compartimentée en petits espaces ouverts les uns sur les autres. Quatre zones permettent aux personnages de passer d’une scène collective et professionnelle à une scène privée, les deux types de conversations pouvant évidemment s’entrecroiser (voir Parcours, chap. 5, « Vie publique, vie privée »). Dans cette salle principale travaille l’équipe de journalistes, chacun à son ordinateur, dans un espace largement ouvert qui donne, d’un côté, sur les bureaux fermés des responsables seniors, d’un autre, sur la salle de réunion, entièrement transparente et visible par tous, d’un autre encore sur le plateau de tournage. Ces espaces délimités n’en sont pas pour autant fermés, puisque d’une part, les bureaux individuels, celui de Mac et de Will sont vitrés, et que d’autre part, le plateau ouvre sur le monde extérieur. C’est là en effet que Will s’adresse tous les soirs à ses téléspectateurs. On aperçoit dans la grande salle l’ordinateur où arrivent les dépêches, classées par ordre d’urgence avec un code couleur. C’est sur ce terminal qui relie l’intérieur à l’extérieur que commence l’intrigue principale de la saison 1, Jim surveillant l’arrivée des nouvelles et c’est encore sur lui que se clôt la saison 2, Maggie ayant cette fois pris la place de Jim. Outre ce terminal des nouvelles, ce que les journalistes appellent « le livre » sert d’élément de réel dans la saison 2 : les journalistes doivent repasser toutes les dépêches arrivées dans le week-end et s’assurer qu’ils n’ont rien manqué d’important.

16La série reconstitue également le rythme particulier d’une journée de travail, des premières ébauches de reportage et des débats entre journalistes jusqu’à la production en direct, depuis la régie. Les premiers épisodes en particulier sont construits sur une journée type : ponctuée par les conférences de rédaction (rundown meetings), elle s’accélère progressivement jusqu’au direct frénétique, suivi d’un moment d’accalmie où les personnages font le bilan de l’émission, dans leurs bureaux ou dans le bar où ils ont leurs habitudes.

Jim devant le terminal de nouvelles, s1e1.

Maggie devant le terminal de nouvelles, s2e9.

Le malentendu critique

  • 9 Dave Marash, « And That’s Not The Way It Is », Columbia Journalism Review, 25 juin 2012, URL : htt (...)
  • 10 Voir Jake Tapper, « The Snoozeroom », New Republic, 12 juillet 2012, URL : https://newrepublic.com (...)

17Lors de la diffusion du pilote de la série, deux positions critiques ont rapidement émergé : pour les uns, The Newsroom était totalement irréaliste. Ce n’était pas ainsi que fonctionnait une salle de rédaction et un journaliste ironisa en particulier sur le fait que Jim obtient des informations sur la marée noire par sa sœur et un ancien camarade de chambre à l’université. De nombreux journalistes ont eu le sentiment que Sorkin non seulement leur faisait la leçon sur la manière dont ils avaient couvert les événements récents mais, qu’en plus, la façon de travailler de Will et son équipe était loin d’être fidèle à la réalité. On a notamment dit que les journalistes faisaient beaucoup plus de terrain que cela, qu’ils ne passaient pas leur temps au téléphone. Dans la prestigieuse Columbia Journalism Review, Dave Marash, journaliste sur ABC News et Al-Jazeera English, ancien présentateur de Nightline, résume cette position par une formule frappante : « En ce qui concerne les vrais sujets et les grandes affaires, The Newsroom […] est aussi réaliste que l’histoire de Jack et le haricot magique9. » Il y aurait trop de discours sur l’information et pas assez d’action, montrant notamment comment s’obtient cette information, comment elle circule dans la salle de rédaction10. La critique qui reproche à la série de représenter une information se constituant à huis clos hors du monde au lieu d’être le résultat d’une d’investigation extérieure est à double tranchant. Ce choix de représentation est en un sens assez fidèle à l’évolution récente du journalisme télévisé, mais c’est précisément cette tendance actuelle que la série cherche à dénoncer : trop de discours partisans, pas assez d’enquêtes sur le terrain.

18Ces critiques ont été adressées à la première saison et parfois seulement au pilote. Or, les saisons 2 et 3 changent le rapport à l’actualité récente et injectent davantage de fiction dans les sujets sur lesquels travaillent les journalistes. On ne sait pas si cela tient au fait que Sorkin a voulu tenir compte des critiques ou si, pour être vraisemblable, il a fait se déplacer ses journalistes (Jim pour la campagne Romney, Maggie et Gary en Afrique) et a renoncé à l’actualité réelle au profit d’une actualité inventée. On n’oubliera pas non plus que les films et séries déjà évoqués (voir Genèse, chap. 2) montrent des journalistes dont l’essentiel du travail consiste à parler au téléphone – c’est très frappant pour Les Hommes du président, mais aussi, plus récemment, dans Spotlight. Même hors de la salle de rédaction, le métier de journaliste est fondé sur le dialogue, la parole, ce qui est parfaitement rendu dans les scénarios de Sorkin.

19Il s’est quand même trouvé des journalistes pour défendre la représentation par Sorkin de leur métier. L’un d’eux et non des moindres puisqu’il s’agit du légendaire Dan Rather, n’a pas manqué de louer la réussite de la série en termes d’effet de réel :

  • 11 Gawker, 25 juin 2012, URL : http://gawker.com/5920929/dan-rather-reviewed-the-newsroom-for-us-and- (...)

« J’ai bien conscience que mes impressions sont contredites par des comptes rendus d’éminents critiques publiés dans des périodiques de haute tenue telles que le New Yorker ou le New York Times. Mais avec tout le respect que je leur dois (et j’en ai beaucoup pour ces critiques), je ne crois pas qu’ils aient bien compris : ils sont d’une certaine manière passés à côté du souffle, de la profondeur, de l’effet-vérité – et de l’importance – de The Newsroom. Peut-être est-ce parce qu’ils sont gens de presse écrite. Mais encore une fois, peut-être ont-ils raison et moi tort. Je n’exclus jamais cette possibilité. Mais j’ai vécu dans des salles de rédaction télé presque toute ma vie d’adulte. Je connais les gens, les lieux, les défis – les satisfactions ressenties lors d’une victoire et le cœur brisé quand quelque chose échoue. Vu d’où je parle et en me fondant sur mon expérience, il me semble que Sorkin et son équipe ont trouvé le ton juste, même quand ils abusent de discours11. »

20Il ne s’agit pas de réconcilier les partis en présence ni de trancher le débat parce qu’au fond la question pourrait être mal posée et n’être qu’une nouvelle version du débat sur la vraisemblance dont les origines remontent au moins à la querelle du Cid au xviie siècle. Aaron Sorkin recherche avant tout l’adhésion du téléspectateur, quels que soient les moyens. Qu’importe si c’est vrai tant que cela fait vrai. Il l’indique lui-même en entretien :

  • 12 Cité dans James L. Longworth Jr., TV Creators, vol. II, Conversations with America’s Top Producers (...)

« Je m’intéresse moins à la réalité qu’à l’apparence de réalité. La réalité m’importe peu. Je ne comprends pas quand un film sort par exemple, que la production se vante : “On a fait un travail de recherche incroyable ! On utilise les mêmes stylos qu’à l’époque.” Ça ne mène à rien, c’est juste quelque chose que vous pouvez dire à Jay Leno. C’est idiot et vous faites perdre son temps à l’accessoiriste. En revanche, si vous pouvez faire en sorte que le public se dise “Mon Dieu, ces gens savent de quoi ils parlent”, alors c’est bien parti12. »

  • 13 « L’empire HBO », Sofilm, juillet-août 2014, p. 48.

21Sorkin se distingue du souci documentaire et du réalisme intransigeant, représentés notamment par les scénaristes de The Wire tel que George Pelecanos qui critiquait les invraisemblances de House of Cards et de The Newsroom13, au profit d’une apparence de réalité, de la vraisemblance (voir Genèse, p. 34). Si on compare ces séries, The Newsroom sera évidemment perdante, mais c’est sans doute passer à côté de l’effet recherché. En revanche, si l’on considère que Sorkin représente un idéal, la série ne présente pas les mêmes défauts.

  • 14 Sabine Chalvon-Demersay, « La confusion des conditions. Une enquête sur la série télévisée Urgence (...)

22La présence du réel dans la série est indéniable, que ce soit sous forme d’archives visuelles (autres émissions, images d’actualité), d’archives sonores (le discours d’Obama lors de la capture et de l’assassinat de Ben Laden, s1e7), par le biais de personnages inspirés du réel ou encore par le choix de représenter des événements réels sur lesquels travaillent les journalistes inventés. Pour autant, cette présence du réel ne signifie pas que la série a une visée documentaire. Pour comprendre ce mélange entre vraisemblance et idéalisation, l’article de Sabine Chalvon-Demersay sur Urgences (E.R., NBC, 1994-2009) est particulièrement éclairant : la sociologue des médias montre en effet que la familiarisation du téléspectateur avec un univers étranger dans la série médicale, qui repose sur l’utilisation d’éléments de réalisme (jargon médical, goût du détail), loin d’exclure l’héroïsation, au contraire la favorise : le réalisme est « utilisé comme instrument de crédibilisation d’une position héroïque14 ». Le décor, les costumes, la manière de s’exprimer, etc. ne servent pas à produire des effets naturalistes, mais à établir un univers qui paraîtra suffisamment réel pour entraîner l’adhésion du téléspectateur, et partant, son admiration, voire son identification pour les personnages qui peuplent cet univers :

  • 15 Ibid.

« Le réalisme n’est pas une fin, c’est un moyen. Un moyen qui sert à rendre crédible un projet fictionnel fondé sur l’exaltation d’un certain nombre de valeurs positives. Un instrument utilisé dans le but de nous faire comprendre ce que serait le monde s’il était habité par des hommes de bonne volonté15 ».

23C’est précisément cette ambition qu’on retrouve à l’œuvre dans la série de Sorkin. Le consentement à un minimum de réalisme est au service d’un projet avant tout idéaliste. Cette analyse élaborée à partir d’un autre drame professionnel rend parfaitement compte de l’usage du réalisme qui est fait dans The Newsroom, à savoir une trame de fond sur laquelle il devient possible de représenter la geste de journalistes héroïques, à la reconquête de leur profession.

Utopie, nostalgie et héroïsation

24Un programme de refondation, une communauté homogène d’hommes nouveaux qui évolue dans un huis clos – ou la salle de rédaction comme avatar de l’île : la série présente les composantes typiques d’une utopie. Une utopie qui saurait aussi montrer les tentatives avortées, les échecs résultant de la confrontation entre monde idéal et monde réel. Comme dans toute utopie, l’insatisfaction à l’égard de ce dernier et la foi en un âge d’or révolu auquel il faudrait redonner vie sont le point de départ qui sert d’aiguillon au projet de réforme. La dénonciation de l’état du journalisme et le mécontentement face au traitement de l’information se portent sur plusieurs fronts.

  • 16 Voir Rodney Benson, « La logique du profit dans les médias américains », Actes de la recherche en (...)

25Il y a d’abord le manque d’indépendance des journalistes par rapport à l’audimat, qui les pousse à abandonner leur mission au profit d’une couverture démagogique et sensationnaliste de l’événement. Par la voix de Will, lorsqu’il prononce son discours d’excuses à l’antenne (s1e3), qui reprend celui tenu par David Sarnoffdans The Farnsworth Invention, Sorkin dénonce le mélange des genres préjudiciable à la démocratie qui a vu la publicité interférer dans les programmes d’information. En effet, ce dernier fait remonter les dérives des programmes télévisés d’information au pacte passé dans les années 1930 entre les médias et le Congrès : Will évoque ainsi les « Christophe Colomb et les Magellan du journalisme radiodiffusé, William Paley et David Sarnoff, qui ont négocié avec le Congrès un accès gratuit aux ondes en échange d’une mission de service public : une heure d’antenne tous les soirs dédiée à l’information. » Will explique alors ce qu’aurait dû faire le Congrès et qu’il n’a pas fait, ce qui est la cause de la défaillance actuelle des journalistes : le Congrès aurait dû préciser que durant ce temps d’antenne, les ondes seraient gratuites et que les réseaux (networks) auraient interdiction de faire du profit pendant cette heure de service public. Cette « logique du profit », pour reprendre l’expression du sociologue Rodney Benson dans un article qu’il consacre aux mutations de la presse16, a fait s’effondrer ce que les Américains appelaient, en l’attribuant au journaliste du New York Tribune, Horace Greeley (1811-1872), la doctrine du mur entre l’Église et l’État, autrement dit la séparation entre commerce et mission citoyenne. L’article évoque en particulier les causes de cet effondrement : la fin des entreprises familiales qui a eu pour corollaire la cotation en bourse des principales sociétés possédant des organes de presse et la montée en puissance des consultants médias. Il est intéressant de constater que ces deux réalités sont représentées dans The Newsroom : la première par le biais du couple mère-fils formé par les Lansing, contraints de revendre ACN, non sans avoir au préalable raconté l’histoire mythique de la fondation d’AWM (Atlantis World Media, s3e2). La seconde lorsque le consultant Brad analyse les résultats d’audimat de Will depuis qu’il a amorcé sa réforme de News Night (s1e3). Dès le deuxième épisode d’ailleurs, Charlie convoque Reese Lansing dans son bureau pour lui demander de rétablir le mur en ne communiquant plus à Will les chiffres d’audience, afin que le succès ne dicte plus le contenu de l’émission (ratings driving content).

26Ensuite, l’obsession de l’objectivité, pratiquée jusqu’au non-sens est un autre motif d’insatisfaction : les médias devraient arrêter d’être si obnubilés par leur neutralité qu’ils en perdent le sens commun. Reprenant quasiment mot pour mot une réplique prononcée par Murrow dans Good Night and Good Luck, Mac insiste sur le fait qu’il n’y a pas toujours deux points de vue pour une même histoire (there aren’t two sides to every story). Pour illustrer à quel point le refus de prendre parti peut aller jusqu’à l’absurde, Will évoque la situation dans laquelle les républicains proposeraient une loi décrétant que la Terre est plate. Au lieu de rétablir la vérité scientifique et de dénoncer l’obscurantisme, le Times titrerait alors « Les républicains et les démocrates ne parviennent pas à s’entendre sur la forme de la Terre », au nom d’une conception erronée de l’impartialité (s1e2).

27Enfin, comme déjà dans Studio 60, Sorkin entend dénoncer les dérives induites par le développement des réseaux sociaux (voir Parcours, chap. 3. « Leçons de journalisme »), en particulier le risque que tout internaute s’improvise journaliste et se croit habilité à produire de l’information au même titre qu’un vrai professionnel. L’ensemble de ces griefs est exposé dès le début de la saison 1, qui pose un diagnostic sur les défaillances actuelles de la couverture médiatique des événements, avant de proposer d’y remédier.

Un programme de refondation

28Les débuts de la saison 1 mettent en place un nouveau programme à tous les sens du terme : sous l’impulsion de Mackenzie, sa nouvelle productrice et ancienne compagne, Will accepte de réformer son journal télévisé. La profession de foi prononcée en tête à tête par Mac dans le bureau de Will (s1e1) se convertit en déclaration de principes prononcée à l’antenne (s1e3). Plus exactement, ce manifeste à visée performative est construit en trois temps : le discours prononcé par Will à Northwestern sous la forme d’une diatribe agressive à l’endroit de la jeune étudiante est reformulé en des termes généraux tout aussi passionnés mais en privé, par Mac (s1e1), tandis que la dernière version, celle qui est diffusée à l’antenne, est le résultat d’un long travail d’élaboration collectif (s1e3).

  • 17 Nous ne reproduisons ici que des extraits traduits, mais ce discours est lisible en anglais et en (...)

29Ce discours est présenté dans la lignée des excuses prononcées par Richard Clarke, directeur du contreterrorisme au moment du 11-Septembre, qu’on aperçoit en archive au début de l’épisode : par un geste analogique, Will s’excuse pour ses lâchetés passées et annonce une réforme de grande ampleur dans la fabrique de son émission. Fidèle à la tradition rhétorique, ce discours est fortement structuré17. Will établit d’abord la liste des fautes professionnelles commises par les journalistes à l’occasion de la crise financière et des faillites du système économique, lors des guerres menées par les États-Unis au nom de la lutte contre le terrorisme, leur échec à couvrir correctement les élections. Puis, il expose les raisons de cette faillite : la course à l’audimat et la recherche du profit. L’anchorman retrace une brève histoire des rapports entre le Congrès, l’information et les médias, rendant hommage aux grands héros de cette histoire. Dans un troisième temps, Will compare alors les pionniers de cette histoire du journalisme qui, envers et contre tout, ont défendu ce service public et lui ont fait honneur, aux journalistes fossoyeurs qui règnent en maîtres aujourd’hui et dont il fait partie :

Excuses de Richard Clarke, s1e3.

Excuses de Will, s1e3.

« Murrow et Reasoner, Huntley et Brinkley, Buckley et Cronkite, Rather et Russert [voir Encadré, p. 84-85] doivent maintenant compter avec des gens comme moi, présentateur d’une chaîne câblée qui exerce exactement le même métier que les producteurs de Jersey Shore [une émission de téléréalité]. »

30Commence ensuite la profession de foi qui proclame l’abandon des conduites passées et annonce la réforme à venir (s1e3) :

« À partir de maintenant, nous déciderons de ce qui passe à l’antenne et de la manière de vous le présenter uniquement en fonction de cette vérité qui veut que rien ne soit plus vital à une démocratie qu’un électorat bien informé. Nous nous efforcerons de replacer l’information dans son contexte, car l’on sait que bien peu de nouvelles naissent spontanément lorsqu’elles arrivent à notre connaissance. Nous serons les champions des faits et les ennemis des sous-entendus, des suppositions, des hyperboles et du non-sens. Nous ne sommes pas des serveurs dans un restaurant qui vous serviraient les histoires que vous demandez, exactement comme vous aimez qu’elles soient préparées. Nous ne sommes pas non plus des ordinateurs débitant des faits bruts, car les nouvelles ne sont profitables que dans un contexte humain. Je ne cacherai pas mes opinions personnelles. Je ferai tout mon possible pour vous fournir des opinions différentes des miennes. Vous pourriez vous demander “Qui décrète cela ?” : Mackenzie McHale et moi-même. Madame McHale est notre productrice exécutive. Elle est à la tête d’un bataillon de plus de cent reporters, producteurs, experts et techniciens et son curriculum vitae est de notoriété publique. Je suis le rédacteur en chef de News Night, et c’est moi qui prends les décisions finales pour tout ce qui est vu et entendu dans ce journal. Qui sommes-nous pour décréter cela ? Nous sommes l’élite des médias. »

31Cette déclaration de principes en rappelle d’autres, pétries elles aussi d’utopie et de volonté de réformer, sinon le monde, du moins le métier, à commencer par la fameuse « déclaration de principes » que Charles Foster Kane place en une de l’Inquirer quand il en prend la direction dans Citizen Kane (Orson Welles, 1941) :

« Charles Foster Kane : – Je fournirai aux habitants de cette ville un journal qui leur annoncera toutes les nouvelles de manière honnête. Je leur fournirai aussi …
Jedediah Leland : – C’est la deuxième fois que tu commences ta phrase par un “ Je”.
CFK : – Les gens doivent savoir qui est responsable […] Je serai aussi le défenseur combatif et infatigable de leurs droits en tant que citoyens et qu’êtres humains. Signé : Charles Foster Kane. »

32Le texte prononcé à l’antenne et préparé pendant l’épisode 3 de la saison 1 constitue la « déclaration de principes » de Will, qui utilise le même vocabulaire et n’hésite pas, lui non plus, à insister sur l’usage de la première personne et à se présenter au public comme le responsable, avec Mac, de l’information qu’il présente à l’antenne. Dans la suite du film, Leland demande à garder le brouillon manuscrit de la déclaration de Kane, anticipant son importance et sa valeur de « document… comme la Déclaration d’indépendance, et la Constitution ». Lorsqu’il demandera à un reporter d’enquêter sur la nouvelle formule de son journal, Will dira lui aussi explicitement qu’il cherche à produire quelque chose comme un document, une archive qui garderait la trace de son projet réformiste (voir Portraits, chap. 7). Dans Deadline USA (Bas les masques, Richard Brooks, 1952), Ed Hutcheson (Humphrey Bogart), le rédacteur en chef du journal The Day qui est sur le point d’être vendu à la concurrence et démantelé lit la déclaration de principes qui figure en une du premier numéro, afin de rappeler les idéaux d’origine. Le discours de Will s’inscrit dans la lignée de ces manifestes qui entendent faire table rase d’un passé corrompu pour instaurer un nouveau modèle et qui, dans la mémoire culturelle, sont devenus de classiques morceaux d’anthologie, teintés d’une nostalgie pour un passé héroïque du journalisme, en partie mythifié par le cinéma.

Ed Hutcheson (H. Bogart), Deadline USA, de R. Brooks, 1952.

Newsmen légendaires, newsmen exemplaires

Journaliste

Faits d’arme

Présence

Edward R. Murrow 1908-1965

– Radio : Deuxième Guerre Mondiale, depuis Londres pendant le Blitzkrieg, Buchenwald sur CBS
– Télévision : See It Now (1954 sur McCarthy) ; Person to Person sur CBS
– Directeur de l’United States Information Agency

Générique Discours s1e3
Cité par Wade Campbell et Charlie

Harry Reasoner 1923-1991

– Radio
– Télévision : Assassinat JFK
– Créateur de 60 Minutes sur CBS en 1968 et présentateur d’ABC Evening News
– Retourne à CBS en 1978, anime 60 Minutes jusqu’en 1991

Discours s1e3

Chet Huntley 1911-1974

– Coprésentateur du Huntley-Brinkley Report (1956-1970), en direct de New York sur NBC. Grande popularité
– Ton sérieux. S’est décrit comme conservateur sur les questions économiques et liberal sur les questions sociales

Générique Discours s1e3

David Brinkley 1920-2003

– Coprésentateur du Huntley-Brinkley Report (1956-1970), en direct de Washington sur NBC. Grande popularité
– Ton sarcastique (dry wit), loué pour son style simple, déclaratif
– Années 1970 : NBC Nightly News
– 1981-1996 This Week with David Brinkley : a modifié la grille des programmes du dimanche matin/format réformateur

Discours s1e3

William F. Buckley Jr 1925-2008

– Auteur de God and Man at Yale (1951) et McCarthy and His Enemies (1954) : défense de la croisade anticommuniste du sénateur
– Fondateur de la National Review en 1955, organe conservateur
– Présentateur de Firing Line (1966-1999) sur PBS
– Débats télévisés avec Gore Vidal lors de la Convention démocrate de 1968

Discours s1e3

Journaliste

Faits d’arme

Présence

Walter Cronkite 1916-2009

– CBS : You Are There (1953-1957), reconstitution d’événements historiques sous la forme de bulletins d’information
– Premier à couvrir les Conventions démocrate et républicaine à la télévision
CBS Evening News (1962-1981), premier journal télévisé du soir de 30 min (et non plus 15)
– Assassinat de JFK, guerre du Vietnam, Watergate, mouvement des droits civiques, programmes spatiaux

Générique Discours s1e3 cité par Charlie

Dan Rather 1931

– Premier à montrer image radar météo lors d’un reportage sur un ouragan, assassinat de JFK, critiques contre Nixon
– CBS : CBS Evening News (1981-2005) et 60 Minutes
– Controverse baptisée « Memogate » concernant un reportage sur George W. Bush en 2004, le force à s’excuser à l’antenne, puis à démissionner
– Célèbre pour ses analogies hautes en couleur et ses descriptions

Discours s1e3

Tim Russert 1950-2008

– Conseiller politique
– NBC : présentateur de Meet the Press, puis de NBC Nightly News
– Connu pour ses recherches approfondies sur les invités, spécialité : retrouver d’anciennes déclarations ou archives de l’invité et les confronter à ses positions actuelles
– Élections présidentielles de 2000 : avait prévu le litige en Floride, le tableau blanc sur lequel il avait inscrit ses prévisions a contribué à sa célébrité
– Scandale Scooter Libby (fuites de la CIA), guerre en Irak

Discours s1e3

  • 18 Voir W. Joseph Campbell, Getting It Wrong. Ten of the Greatest Misreported Stories in American Jou (...)

33L’utopie journalistique de Sorkin se nourrit d’une représentation idéalisée du passé : les héros de The Newsroom veulent certes repartir à zéro, mais en prenant modèle sur les grands pionniers, les « pères fondateurs » de la profession, ces journalistes incorruptibles qui n’ont jamais cédé aux sirènes de la popularité ou du profit et qui sont eux-mêmes devenus des légendes. « News Night 2.0 », comme la rebaptise Mac (s1e2) est à la fois une création ex nihilo et un conservatoire : il s’agit de préserver et de renouer avec un héritage. Comme si pour faire advenir l’utopie, il fallait impérativement la fonder sur du légendaire. « Quand la légende devient réalité, imprimez la légende » : Sorkin fait sienne cette fameuse réplique d’un journaliste à la fin de L’Homme qui tua Liberty Valance. Il n’hésite pas, par exemple, à reconduire l’idée, aujourd’hui battue en brèche18, selon laquelle Murrow serait seul responsable de la chute de McCarthy, ou Cronkite de la levée de boucliers contre la guerre du Vietnam. C’est en tout cas ce qu’affirme Charlie à Will à la fin du pilote : « Un présentateur télé qui a des opinions n’est pas un phénomène nouveau. Murrow en avait et ce fut la fin de McCarthy, Cronkite en avait et ce fut la fin du Vietnam. » Dans la perspective volontariste du pilote, « We Just Decided To », il convient de se donner des modèles, quitte à ce qu’ils soient plus mythiques que réels. L’utopie est aussi une lecture particulière du passé, éclairée par le projet nouveau de refondation.

Une communauté fermée

  • 19 Sur la représentation des journalistes dans les films de Capra, voir Joe Saltzman, Frank Capra and (...)

34Toute quête digne de ce nom se doit d’avoir des héros à sa mesure : alors que de nombreux films et séries représentent la face noire du journalisme – reporters cyniques prêts à tout pour un scoop, corruption entre les sphères du pouvoir et les médias, etc. – Sorkin fait de ses journalistes des Don Quichotte modernes pleins d’idéaux et de bonnes intentions. Même Don finit par rallier la cause (voir Portraits, chap. 11). S’il y a du Capra dans The Newsroom, le renversement opéré est frappant. Alors que dans ses comédies hollywoodiennes – Mr Deeds Goes to Town (L’Extravagant Mr Deeds, 1936), Mr Smith Goes to Washington (Mr Smith au Sénat, 1939), Meet John Doe (L’Homme de la rue, 1941) – ce sont les journalistes les plus cyniques qui, au contact d’un idéaliste, apprennent à changer de point de vue19, c’est tout l’inverse dans la série de Sorkin. Le journaliste se lance dans une mission civilisatrice (a mission to civilize) qui dépasse même les contours de sa profession. Il convient de réformer l’ensemble des comportements. Pour accomplir cette mission largement et consciemment assumée comme utopique, une petite équipe qui fonctionne en huis clos se laisse emmener par un héros : Will McAvoy. Cette communauté constituée uniquement de collègues n’intègre personne en son sein et la salle de rédaction devient rapidement le saint des saints, d’où un certain nombre de personnages sont progressivement exclus. Aucun personnage extérieur au métier n’accède au rang de personnage de premier plan. Lisa, la colocataire de Maggie et un temps petite amie de Jim, ne réapparaît presque plus dans la saison 2. Nina est écartée aussi alors qu’elle fréquente un moment Will dans la saison 2. Hallie, la journaliste freelance sur Internet est intégrée brièvement au début de la saison 3, avant d’être renvoyée pour faute. Les Lansing sont ralliés à la cause dès la fin de la saison 2 et à ce titre, ils sont acceptés au sein de la communauté, Leona apparaît même en fin de saison 2 et 3 comme le deus ex machina qui vient in extremis sauver la situation. Dans cette famille exclusive, aucun membre n’est intégré qui n’était déjà là au début. La circulation y est de mise, plus que l’intégration de nouveaux : ainsi Maggie et Don sont ensemble, avant que les couples Don et Sloan puis Jim et Maggie se forment à la fin des saisons 2 et 3.

35Les deux épisodes qui se déroulent au « dîner des correspondants » de la Maison-Blanche (s3e3 et s3e4) fonctionnent comme une intéressante mise en abyme, presque une autocritique : alors que Will a dénoncé dans un de ses éditoriaux l’entre-soi qui règne lors de cet événement rituel des médias américains, il est contraint pour des raisons liées au rachat de la chaîne de s’y présenter, ce que Hallie qui travaille désormais pour le site d’informations en ligne Carnivore ne manque pas de révéler. Cette réunion de l’ensemble de l’équipe est comme un clin d’œil, comme s’il s’agissait d’avouer : « oui, nous sommes une communauté refermée sur elle-même, mais c’est le monde extérieur qui nous y oblige… ».

Au dîner des correspondants, s3e4.

Un huis clos

36La salle de rédaction dans laquelle tous les personnages se rassemblent est comme un avatar des îles des sociétés utopiques : lieu unique, central, imperméable au reste du monde, ce qui ne manque pas de saveur pour des journalistes. C’est l’impression pourtant qui domine : même lors de leurs escapades, les héros, bagage en main, finissent toujours par revenir, souvent après un échec, à la maison mère, au refuge. Dans la saison 1, personne ne sort jamais de cet espace, à l’exception d’Elliot qui revient blessé de la place Tahrir. Dans la saison 2, l’action est davantage située à l’extérieur, mais là encore, les échappées sont de courte durée et surtout elles se soldent par des échecs cuisants : Jim part couvrir la campagne de Mitt Romney, qui consiste d’ailleurs à évoluer une fois de plus en circuit fermé dans des espaces clos (les chambres d’hôtel, le bus de campagne et les salles de conférences de presse). Maggie part en Afrique, où elle reste cantonnée dans un orphelinat et d’où elle revient traumatisée. Neal se rend plusieurs fois sur les lieux de manifestation d’Occupy Wall Street mais, pris pour un manifestant, il finit incarcéré.

  • 20 Éric Gatefin, « La représentation de l’espace américain dans The West Wing », TV/Series, no 2, « L (...)

37Dans la saison 3, les espaces extérieurs sont bien souvent des espaces confinés, qu’il s’agisse du hammam dans lequel Mac et l’agent du FBI ont rendez-vous (s3e3), de la prison dans laquelle Will est maintenu pour obstruction, ou de la salle d’embarquement dans laquelle Jim et Maggie attendent Snowden (s3e5). Dans un article montrant la tendance à l’endogamie et au huis clos de The West Wing, Éric Gatefin se demande s’il existe un « ailleurs de la Maison-Blanche20 » :

  • 21 Ibid., p. 94.

« La série expérimente la clôture spatiale sous toutes ses formes. Elle la décline à travers ses procédés techniques puisque l’emploi de la Steadicam imprime un mouvement qui n’est pas synonyme de liberté, mais donne à voir le confinement des espaces, une structure labyrinthique qui n’aboutit jamais à une ouverture mais à un stationnement ou à une clôture. Fréquemment la caméra encercle les personnages en tournant autour d’eux. Elle les montre aussi à travers des vitres, l’aile ouest étant à la fois un espace compartimenté et ouvert au regard d’autrui21. »

38Il termine son analyse par le choix de Sorkin de concentrer son attention sur la difficulté à gouverner et le poids des responsabilités, plutôt que sur la représentation des aspects contrastés de l’Amérique. Préférant un gros plan sur un président contrarié à une description minutieuse des problèmes sociaux du pays, la série laisse de côté le reste du monde. Dans The Newsroom, les cloisons vitrées enserrant les personnages dans des espaces transparents sont légion autour de la salle de rédaction. L’impression de huis clos est d’autant plus forte que le métier des personnages est précisément de montrer aux téléspectateurs ce monde extérieur, qui, dans la série, se dérobe en permanence.

Sloan, interview en salle de réunion, s1e6.

Leçons de journalisme

39We don’t do good television, we do the news : d’abord prononcé par Mackenzie à la saison 1 puis repris par Will au début de la saison 3, ce slogan – qui ressemble malicieusement à celui qui a fait la réputation de HBO, It’s not TV, it’s HBO – constitue le mot d’ordre d’une série mue par un élan pédagogique et jalonnée de scènes à caractère éducatif. Ces scènes que nous séparons ici en « cours magistraux » et « travaux pratiques » peuvent être de nature différente : elles adoptent le dispositif de la leçon, ou celui du cas d’école que les personnages se doivent de trancher, le plus souvent à l’issue de débats animés au cours desquels les points de vue s’affrontent. Dans The West Wing, un personnage en particulier assurait la mission pédagogique : Donna Moss, l’assistante de Josh Lyman, posait régulièrement des questions à ce dernier pour comprendre les choix politiques de l’administration Bartlet et les réponses de son patron faisaient office, par le procédé de la double énonciation, d’explications à destination des téléspectateurs, sur des sujets tels que le fonctionnement des institutions, les lois de l’économie, etc. Dans The Newsroom, une relation de cet ordre s’établit entre Mac et Sloan, à ceci près que la hiérarchie professionnelle est inversée : c’est la supérieure qui demande à l’une de ses journalistes de lui dispenser des leçons d’économie (s1e5), ce qui permet à la série de contenir des parties informatives sur la situation socio-économique des États-Unis.

Leçon de Mac, s1e2.

Leçon de Don, s1e8.

Leçon de Don & Jim, s3e1.

Cours magistral : le journalisme en trois leçons

40Trois séquences adoptant une mise en scène identique sont consacrées à des leçons de journalisme : réunis dans la pièce centrale de la rédaction, les journalistes « élèves » assis autour de la table écoutent le professeur debout, qui s’aide d’un support pour dispenser son enseignement. Dans la saison 1, c’est Mac qui assure le cours sur les fondamentaux de News Night 2.0 : elle présente chacune des règles qu’elle édicte pour la réforme du journal. Le premier gag – le tableau qui tombe lorsque Mac l’inaugure en levant le rideau – est rapidement suivi d’un second, lorsque Mac indique à son équipe comment retenir les nouvelles règles à l’aide d’un acronyme beaucoup moins facile à mémoriser que le fameux « five Ws », enseigné dans les écoles de journalisme (Who ?, What ?, When ?, Where ?, Why ?). Mac propose ainsi « IIIA » (Is this information we need in the voting booth ? Is this the best possible form of the arguargument ? Is the story in historical context ? Are there really two sides to the story ?), qui, évidemment, ne fonctionne pas et le comique de la scène tient à son incapacité à emporter l’adhésion, malgré sa bonne volonté et son enthousiasme. Cette scène continue à être minée de l’intérieur, dans une forme assez réussie d’autodérision de la part de Sorkin, par le fait que Mac se révèle un piètre professeur : elle échoue à donner des moyens mnémotechniques commodes à ses élèves, elle leur interdit de lever la main, comme si elle déniait à son discours son statut de leçon mais elle n’hésite pas à leur faire répéter ce qui se trouve écrit au tableau et les réprimande dès qu’elle considère qu’ils ont mal répondu.

41La deuxième scène qui reprend le même dispositif est une contre-leçon, dispensée par Don, sur les ficelles du sensationnalisme (s1e8). Il présente à l’équipe un extrait de l’émission de Nancy Grace sur le procès Casey Anthony et il examine plan par plan les techniques de montage, les manipulations de la journaliste pour accrocher son auditoire et faire en sorte de ne jamais parler ni de la loi ni des éléments matériels du procès, ne faisant appel qu’à l’émotion et à la vindicte populaire. Cette fois, c’est Mac qui se transforme en élève rebelle, qu’un tel traitement de l’actualité révolte.

42La troisième et dernière leçon porte sur les méfaits du journalisme citoyen et les dangers liés à la diffusion rapide de rumeurs, d’informations non vérifiées. Elle est assurée en duo par Don et Jim (s3e1) qui retracent, à l’aide d’une frise chronologique les différentes étapes qui ont conduit les réseaux sociaux à accuser à tort deux personnes lors de l’attentat du marathon de Boston, malgré les dénégations de la police et de la justice.

Travaux pratiques : dilemmes éthiques

  • 22 Sur l’affaire elle-même, voir Stephanie McCrummen, « Rick Perry family’s hunting camp still known (...)

43Dans Broadcast News (James L. Brooks, 1987), une scène montre des journalistes télé en train d’inventer des situations posant un problème moral pour savoir comment ils les résoudraient : « diriez-vous à une source que vous l’aimez uniquement pour lui soutirer des informations ? », « filmeriez-vous une exécution capitale ? » The Newsroom est truffée de cas pratiques que Will et son équipe doivent trancher. Ces mises en situation, qui doivent le plus souvent être réglées dans l’urgence, font l’objet soit de débats à l’issue desquels une décision est prise après que tout le monde s’est prononcé, soit de prises de décision individuelles. Pour le premier cas, on peut penser par exemple à l’annonce de la mort de Gabrielle Giffords (s1e4) : Reese enjoint à l’équipe de l’annoncer, à la suite de MSNBC, Fox et CNN. Mais l’équipe, Don en tête, se prononce contre et, à juste titre, puisque la représentante au Congrès est bien vivante. Dans la saison 1, doivent-ils annoncer la capture et la mort de Ben Laden ou en réserver la primeur au président (s1e7) ? Lors du scandale provoqué par la découverte du nom Niggerhead inscrit à l’entrée du ranch de Rick Perry et trop tardivement effacé par ce dernier, Don choisit de faire dire le mot en entier par Elliot, sans le censurer, contrairement à la plupart des médias réels qui usèrent de périphrases de contournement22. Lorsque Charlie lui en fait reproche, Don se défend par un refus de « jouer au jeu du pendu avec le téléspectateur » et montre le ridicule qu’il y aurait eu à dire, comme le commandait l’usage habituel, the N-wordhead (s2e4). À la fin de la saison 2, les journalistes ont le choix entre annoncer un scoop à l’avance concernant un militaire – ce qui permettrait de redorer leur blason après la débâcle de l’opération Genoa – ou donner aux électeurs une information importante sur l’un des candidats : à l’issue d’un vote, ils décident de choisir la deuxième solution, à laquelle Don finit par se rallier. Dans la saison 3, un long débat agite la rédaction pour savoir s’il faut publier ou non les documents classés secret défense que Neal a reçus, mais cette fois, c’est une décision d’en haut qui intervient pour le leur interdire.

Will incarcéré, s3e5.

  • 23 Sur l’Espionage Act de 1917, voir Alex S. Jones, Losing the News. The Future of the News that Feed (...)

44Chaque personnage est confronté, à titre individuel, à des dilemmes : Jim doit-il descendre du bus de campagne de Romney ou continuer à couvrir ce qui s’apparente de plus en plus à une opération de communication (s2e3) ? Sloan doit-elle donner son avis sur une valeur boursière ou se contenter d’une information strictement financière (s2e2) ? Maggie doit-elle utiliser une information surprise à l’insu de l’intéressé (s3e2) ? Faut-il révéler le nom d’un informateur quand la police l’exige ou prendre le risque d’être emprisonné pour obstruction à la justice23 (s3e5) ? Ce dernier cas de figure est un véritable cas d’école, présent dans presque toutes les séries télé dont les héros sont des journalistes, de la sitcom américaine The Mary Tyler Moore Show (s5e1) au drame britannique State of Play. Quoi qu’on ait pu dire sur l’héroïsation des personnages sorkiniens, ces derniers commettent un certain nombre d’erreurs lors de ces choix, en particulier Maggie et Neal, ceux qui ont le moins d’expérience quand la série débute. C’est aussi l’un des aspects de cette série pédagogique : montrer la formation de jeunes journalistes qui apprennent de leurs erreurs et s’efforcent d’égaler leur mentor (voir Portraits, chap. 10).

La méthode McAvoy : journaliste ou procureur ?

45Interviews musclées, dénonciations – chiffres et graphiques à l’appui – des mensonges proférés par les hommes politiques et les polémistes conservateurs, plaidoyers pour la veuve et l’orphelin : l’émission de l’anchorman prend souvent des allures de cour de justice. Les partisans de la réforme de News Night ne s’en cachent d’ailleurs pas. Mac développe l’analogie dans sa leçon à l’équipe (s1e2) : « le studio est une cour de justice, et nous n’appelons à la barre que des experts. Will sera l’avocat pour les deux parties. Il examinera le témoin et révèlera les faits ». La leçon se transforme ainsi en distribution de rôles pour la prochaine pièce à jouer. Charlie indique lui-même aux Lansing que le public a besoin d’un avocat et que Will, ancien procureur, n’est pas seulement un présentateur, mais un justicier qui met les hommes et les femmes politiques devant leurs responsabilités (s1e3). Le nouveau format que l’équipe développe en vue du débat des primaires républicaines suit cette tendance : il s’agit de mettre fin à la connivence entre politiques et journalistes et de se montrer intransigeants. Quitte à sortir de son rôle de journaliste et à devenir précisément ce que l’on dénonce : une brute qui bouscule ceux qu’elle prétend justement défendre, comme dans l’épisode intitulé Bullies (voir Portraits, chap. 8). C’est que le projet réformiste de Will et son équipe dépasse largement le cadre de la profession : il s’agit non seulement de moraliser le journalisme, mais encore l’ensemble de la vie publique et des rapports humains, en mettant à l’honneur la décence et l’humanité, en se conduisant comme un mensch.

L’élitisme est un humanisme

  • 24 « Aaron Sorkin : What I’ve Learned », Esquire, 14 décembre 2010, URL : http://www.esquire.com/ente (...)

« Je ne voudrais pas minimiser l’importance symbolique de l’élection du premier président noir. Mais mon euphorie était plutôt due à l’élection d’un type intelligent. Peut-être pour la première fois de ma vie, nous avions élu président l’un des mille Américains les plus intelligents24. »

  • 25 Voir François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Éditions, (...)
  • 26 « From Addict to Academy Award Nominee », CBS News, 6 février 2011, URL : http://www.cbsnews.com/v (...)
  • 27 Voir par exemple sa chronique dans le Huffington Post, en réponse à Sarah Palin qui dans une émiss (...)

46Alors que la méfiance vis-à-vis des élites fait partie de l’air du temps et qu’elle se diffuse dans un certain nombre de séries dénonçant le cynisme et la corruption de ceux d’en haut25, que les médias sont régulièrement accusés de ne représenter que les élites et de rester cantonnés dans l’entre-soi, Sorkin revendique la défense d’une élite intellectuelle et instaure l’intelligence en vertu suprême. Dans ses interventions publiques, Sorkin ne cache pas son aversion pour ce qu’il appelle « la glamourisation de la bêtise26 » et il s’en prend régulièrement à Sarah Palin27, la républicaine populiste, colistière de John McCain dont le téléfilm Game Change montrait notamment l’inculture (voir Genèse, chap. 1, « Une série HBO ? »).

Cibles de Will : Limbaugh, Bachmann & Beck.

47Si l’on sait peu de chose de leur famille ou de leurs origines, en revanche, on dispose très souvent du parcours universitaire complet des personnages. L’étalage de diplômes est monnaie courante dans les dialogues. Don sort de l’école de journalisme de Columbia (s1e1), Sloan déroule tout son parcours académique à Mac (s1e5), Mac était présidente de la « Cambridge Union Society » (s2e9), Rebecca et Will sont en compétition pour savoir qui a été le mieux classé de sa promotion à la sortie de l’école de droit (s3e2). Hallie se vante d’être diplômée de Vassar (s2e4). Lors de la couverture des premières manifestations d’Occupy Wall Street, Will assume pleinement son appartenance aux 1 %, tandis que le slogan des manifestants est précisément « We are the 99 ». Les ennemis de Sorkin, qui sont les cibles des éditoriaux de Will dans la série, sont précisément tous ces polémistes de la droite républicaine qui méprisent les élites, font profession de populisme et sont indignes de la démocratie américaine : Sarah Palin, Rush Limbaugh, dont le visage est symboliquement détruit par Neal frappant l’écran d’ordinateur de son poing (s1e5), Nancy Grace, déjà visée dans Studio 60, où elle était parodiée par la comédienne Harriet Hayes, Glenn Beck dénoncé comme sur un avis de recherche de western, etc.

48C’est sur cette revendication élitaire que se termine la profession de foi de Will (s1e3 : who are we ? we’re the media elite). Dès le début, Mac tient à la manifester physiquement : il va falloir changer les costumes que porte Will et elle commande à la cantonade du Hugo Boss, du Armani, se référant à l’élégance des Kennedy. À intervalles réguliers dans les trois saisons, Will et son équipe sont confrontés à cette accusation d’élitisme. C’est d’abord Nina Howard qui reproche à l’équipe de Will son snobisme (s1e5). Dans la saison 3, Charlie Skinner et l’acheteur Lucas Pruit se disputent sur cette question, Pruit reprochant à Charlie sa condescendance (« l’air doit être dégagé du haut de votre piédestal »), tandis qu’au même moment, Will lutte avec le fantôme populiste de son père qui l’accuse de le prendre de haut. (s3e5). L’intérêt de ces confrontations est d’introduire au sein même de la série la position de l’adversaire et surtout d’y répondre en tentant de renverser la tendance. Au lieu de s’excuser de prôner l’excellence et le gouvernement des meilleurs, Sorkin en fait un étendard, au nom d’un humanisme à l’américaine qui repose sur l’idée que chaque individu peut devenir la meilleure version de lui-même (his best self, voir Portraits, chap. 8). Mac ne dit pas autre chose dès le pilote lorsqu’elle tente de convaincre Will : les États-Unis se sont construits sur la foi en la perfectibilité de l’homme et le slogan « Nous pouvons faire mieux » (We can do better) sert de moteur aux personnages de la série dès cet instant. Leur élitisme est un perfectionnisme, une exigence à la portée de chacun.

  • 28 Matthew Brandon Wolfson, « What we’ve lost and gained : Aaron Sorkin’s Complex Nostalgia », Los An (...)
  • 29 Sabine Chalvon-Demersay, « La confusion des conditions. Une enquête sur la série télévisée Urgence (...)

49Ainsi la salle de rédaction est-elle, dans la série, non pas telle qu’elle est en réalité, mais telle qu’elle devrait être, telle que l’opinion publique américaine devrait la rêver, l’exiger et telle que les journalistes eux-mêmes devraient la faire vivre. Même les sceptiques, les critiques de la nostalgie sorkinienne lui reconnaissent ce talent : savoir transmettre cette envie de devenir meilleur. Le critique Matthew Brandon Wolfson parle même d’un effet de « contagion28 » : c’est une – sinon la principale – réussite de cette série, comme des précédentes. Elle produit chez le téléspectateur ce que Sabine Chalvon-Demarsay appelle une « identification d’admiration29 » : les héros que je vois évoluer dans la série sont meilleurs que moi, mais je peux tenter de les égaler en les imitant, convertissant mon admiration en action. En cela on peut parler d’un élitisme généreux, dans la mesure où il donne le désir de se dépasser et l’impression qu’un tel niveau est atteignable, à force de travail et d’enthousiasme. C’est sans doute la meilleure preuve de la réussite d’une utopie.

Notes

1 Aaron Sorkin, On Writing, no 18, février 2003, New York, The Writers Guild of America, p. 11.

2 Pour les résultats de cette enquête, voir URL : http://www.journalism.org/2010/08/25/100-days-gushing-oil/.

3 « Aucun personnage ne s’inspire d’une personne réelle, ne serait-ce qu’un peu », TV Newser, 31 mai 2012, URL : http://www.adweek.com/tvnewser/sorkin-on-the-newsroom-none-of-the-characters-areinspired-by-real-people-not-even-a-little-bit/131405.

4 Dan Rather, Rather Outspoken. My life in the news, New York, Grand Central Publishing, 2013 ; Keith Olbermann, Truth and Consequences : Special Comments on the Bush Administration’s War on American Values, New York, Random House, 2007 ; Pitchforks and Torches : the Worst of the Worst, from Beck, Bill and Bush to Palin and Other Posturing Republicans, Hoboken, Wiley, 2010.

5 Jerry Jacobs, Changing Channels, op. cit., chap. 8 « Anchor… or Albatros », p. 101-115.

6 Ibid., p. 108.

7 David Frum, « When Did the GOP Lose Touch With Reality ? », New York Magazine, 20 novembre 2011, URL : http://nymag.com/news/politics/conservatives-david-frum-2011-11/.

8 Voir Drew Grant, « Update : Occupy Wall Street responds to The Newsroom »,Observer, 21 juillet 2013, http://observer.com/2013/07/occupy-wall-street-responds-to-depiction-on-the-newsroom/.

9 Dave Marash, « And That’s Not The Way It Is », Columbia Journalism Review, 25 juin 2012, URL : http://www.cjr.org/behind_the_news/emmy_award-winning_tv_reporter.php. Voir aussi Tierney Sneed, « What Sorkin got right (and wrong) in The Newsroom. How accurate was Aaron Sorkin’s depiction of a cable news broadcast ? », U. S. News and World Report, 25 juin 2012, URL : http://www.usnews.com/news/articles/2012/06/25/what-aaron-sorkin-got-right-and-wrong-in-the-newsroom.

10 Voir Jake Tapper, « The Snoozeroom », New Republic, 12 juillet 2012, URL : https://newrepublic.com/article/104225/jake-tapper-the-snoozeroom-sorkin. Jake Tapper est correspondant à la Maison-Blanche pour ABC News.

11 Gawker, 25 juin 2012, URL : http://gawker.com/5920929/dan-rather-reviewed-the-newsroom-for-us-and-liked-it.

12 Cité dans James L. Longworth Jr., TV Creators, vol. II, Conversations with America’s Top Producers of Television Drama, op. cit., p. 15.

13 « L’empire HBO », Sofilm, juillet-août 2014, p. 48.

14 Sabine Chalvon-Demersay, « La confusion des conditions. Une enquête sur la série télévisée Urgences », Réseaux, 1999, vol. 17, no 95, p. 278.

15 Ibid.

16 Voir Rodney Benson, « La logique du profit dans les médias américains », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 131-132, mars 2000, p. 107-115.

17 Nous ne reproduisons ici que des extraits traduits, mais ce discours est lisible en anglais et en intégralité dans l’article de Delphine Letort, « From the Control Room to the Headlines in The Newsroom », Graat on Line, no 15, avril 2014, URL : http://www.graat.fr/1letort.pdf.

18 Voir W. Joseph Campbell, Getting It Wrong. Ten of the Greatest Misreported Stories in American Journalism, Berkeley, California UP, 2010. L’auteur y indique notamment que la popularité de McCarthy était déjà en baisse avant que Murrow ne s’exprime sur les ondes. Même chose pour Cronkite et l’opposition grandissante à la guerre du Vietnam dans l’opinion publique.

19 Sur la représentation des journalistes dans les films de Capra, voir Joe Saltzman, Frank Capra and the Image of The Journalist in American Film, Los Angeles, The Norman Lear Center, The Anneberg School for Communication, 2002.

20 Éric Gatefin, « La représentation de l’espace américain dans The West Wing », TV/Series, no 2, « Les séries télévisées dans le monde : échanges, déplacements et transpositions », dir. Sylvaine Bataille, Sarah Hatchuel, novembre 2012, p. 93, URL : http://revuetvseries.wix.com/tvseries#!numero2/c1ve8.

21 Ibid., p. 94.

22 Sur l’affaire elle-même, voir Stephanie McCrummen, « Rick Perry family’s hunting camp still known to many by old racially charged name », Washington Post, 1er octobre 2011, et sur la comparaison entre couverture réelle et couverture dans The Newsroom, voir Ashley Fetters, « The News vs. The Newsroom : What Not to Call Rick Perry’s Ranch on Live TV », The Atlantic, 5 août 2013.

23 Sur l’Espionage Act de 1917, voir Alex S. Jones, Losing the News. The Future of the News that Feeds Democracy, New York, Oxford UP, 2010, chap. 3 « The Fragile First Amendment », p. 57-80.

24 « Aaron Sorkin : What I’ve Learned », Esquire, 14 décembre 2010, URL : http://www.esquire.com/entertainment/interviews/a9103/aaron-sorkin-interview-0111/.

25 Voir François Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 12.

26 « From Addict to Academy Award Nominee », CBS News, 6 février 2011, URL : http://www.cbsnews.com/videos/aaron-sorkin-from-addict-to-academy-award-nominee/.

27 Voir par exemple sa chronique dans le Huffington Post, en réponse à Sarah Palin qui dans une émission déclarait sa passion pour une forme de chasse à l’élan particulièrement violente : « In Her Defense, I’m Sure the Moose Had It Coming », 8 décembre 2010, URL : http://www.huffingtonpost.com/aaron-sorkin/sarah-palin-killinganimals_b_793600.html.

28 Matthew Brandon Wolfson, « What we’ve lost and gained : Aaron Sorkin’s Complex Nostalgia », Los Angeles Review of Books, 15 septembre 2013.

29 Sabine Chalvon-Demersay, « La confusion des conditions. Une enquête sur la série télévisée Urgences », art. cit., p. 263.

Table des illustrations

Légende Glenn Beck, s1e4.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Rush Limbaugh, s1e5.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende … et Nancy Grace, s1e8 : cibles de Will.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Une rédaction réaliste et réenchantée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende La salle de rédaction.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Le plateau.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Jim devant le terminal de nouvelles, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Maggie devant le terminal de nouvelles, s2e9.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Excuses de Richard Clarke, s1e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Excuses de Will, s1e3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Ed Hutcheson (H. Bogart), Deadline USA, de R. Brooks, 1952.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Au dîner des correspondants, s3e4.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Sloan, interview en salle de réunion, s1e6.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Leçon de Mac, s1e2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Leçon de Don, s1e8.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Leçon de Don & Jim, s3e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Will incarcéré, s3e5.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Cibles de Will : Limbaugh, Bachmann & Beck.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8823/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search