Version classiqueVersion mobile

The Newsroom

 | 
Laure Depretto

Genèse

Représenter le journalisme télé

Texte intégral

Le choix des coulisses

Présentation d’une institution

  • 1 « Now with Alex Wagner », 28 juin 2012, MSNBC.

1Sorkin a indiqué en interview sa façon de procéder : choisir une institution dont la plupart des gens ignorent tout, à commencer par lui, et l’incarner dans des personnages pour l’humaniser1. Ce mode opératoire consiste à faire découvrir au spectateur un univers clos, régi par des règles explicites et implicites, et à lui en montrer le fonctionnement, de manière vraisemblable et rigoureuse. L’objectif est de dévoiler les secrets d’un monde qui jusque-là apparaissait comme ésotérique et, de ce fait, suspect. Cette volonté de transparence, d’accessibilité d’un monde professionnel qui peut sembler lointain et fascinant a pour corollaire une ambition pédagogique – il convient d’instruire, par exemple sur les institutions politiques, sur l’actualité – et un désir de réhabilitation. L’ambition affichée par Sorkin est de contribuer à réenchanter et à réidéaliser des univers déconsidérés perçus comme corrompus, cyniques et immoraux. The West Wing par exemple fut programmé dans les soubresauts de l’affaire Lewinsky qui eut une influence déplorable sur la perception de la Maison-Blanche aux yeux du public américain. Dans cette perspective, The Newsroom pourrait aussi constituer le troisième volet d’une trilogie consacrée aux institutions : après l’armée dans A Few Good Men et la Maison-Blanche dans The West Wing, le journalisme.

  • 2 Mark Harris, « TV’s Best Talker : Aaron Sorkin on The Newsroom, Sorkinism, and Sounding Smart », a (...)

Trilogie ou tétralogie ?
– On est tenté de dire qu’après Sports Night et Studio 60 on the Sunset Strip, cette série est le troisième volet d’une trilogie sur la fabrique de la télévision.
– Il y a quelque chose dans le direct de télévision que je trouve très excitant et très romanesque
– je vais beaucoup utiliser le mot romanesque. Mais il serait plus juste de parler de tétralogie, en incluant The West Wing, qui repose sur le vœu d’accomplir ce que Will appelle « une mission civilisatrice ». Et cette mission échoue lamentablement, il ne cesse de glisser sur des peaux de banane2.

Les dessous de la télévision

2The Newsroom se rattache à un deuxième ensemble au sein des créations de Sorkin : celles qui portent sur la fabrique des émissions de télévision. Sports Night, Studio 60 et The Newsroom sont ce que l’on appelle des séries behind the scenes, des backstage shows ou encore des shows about a show. Sports Night est le nom d’une émission sportive quotidienne présentée par deux anchormen, Casey McCall (Peter Krause, qui sera plus tard le Nate de Six Feet Under et que l’on retrouve dans Dirty Sexy Money, ABC, 2007-2009, et Parenthood, NBC, 2010-2015) et Dan Rydell (Josh Charles, futur Will Gardner dans The Good Wife, CBS, 2009-2016), sur une chaîne câblée qui peine à trouver sa place, devancée par Fox et CNN. Studio 60 est une émission de divertissement où se succèdent des sketchs satiriques, diffusée en deuxième partie de soirée le vendredi, écrite par une équipe et jouée par une poignée d’acteurs, et constamment menacée par la chaîne, pour des raisons de censure ou d’audiences insuffisantes. Riche d’une longue histoire télévisuelle, le show a longtemps été dirigé par Wes Mendell (Judd Hirsch), renvoyé dans le pilote après avoir fait en direct une diatribe contre la télévision. Dès le premier épisode, il est remplacé par ses deux fils spirituels, Daniel Tripp (Bradley Whitford, qui jouait déjà Josh dans The West Wing) et Matthew Albie (Matthew Perry de Friends). The Newsroom représente la fabrique d’un journal télévisé, News Night, présenté par un anchorman vedette, Will McAvoy (JeffDaniels, jusqu’alors surtout connu pour son rôle de benêt comique dans Dumb & Dumber aux côtés de Jim Carey) et produit par une équipe de journalistes intègres emmenée par Mackenzie MacHale (Emily Mortimer, qu’on retrouve en vedette d’une autre série HBO, Doll & Em, autofiction pleine d’autodérision sur la vie d’actrice à Hollywood). Ces trois séries montrent les antagonismes à l’œuvre dans la production d’émissions, et en particulier l’opposition majeure, qui structure une grande partie des épisodes et des saisons, entre ambition de qualité et impératif d’audience.

3À ce second ensemble se rattache aussi sa pièce de théâtre The Farnsworth Invention qui voit s’opposer dans la course à l’invention technique de la télévision puis à la reconnaissance juridique de cette invention, les personnages historiques David Sarnoff, self made man visionnaire, président de RCA et Philo Farnsworth, génie méconnu, véritable inventeur de la télévision devenu fou.

  • 3 En 2006, UPN et The WB ont fusionné en The CW.
  • 4 Sur cette question de la course à l’audimat, voir Jerry Jacobs, Changing Channels. Issues and Real (...)

4Ces incursions dans les coulisses permettent d’aborder les grandes questions qui jalonnent l’histoire de la télévision : comment elle s’est régulée, comment elle a réglé la question du monopole, quels sont les rapports entre information et divertissement, entre mission de service public et commerce. En effet la télévision américaine ne s’est pas construite et n’est pas organisée comme la nôtre. Contrairement à la France, les États-Unis, état fédéral, n’ont pas de diffusion centralisée. On ne trouve pas un bouquet de chaînes disponible et identique au niveau national. Les médias locaux possèdent des chaînes qui peuvent appartenir à l’un des réseaux nationaux (networks) ou leur être affiliés. Ce système, qui s’est d’abord appliqué à la radio, a été réglementé par la FCC (Federal Communications Commission). Aux trois networks historiques (ABC, CBS, NBC) créés dans les années 1930 et 1940 se sont ajoutés trois réseaux lancés à la fin du xxe siècle : Fox, UPN et The WB3. La réglementation inclut notamment des interdictions concernant la nudité et la crudité du langage sur les networks qui doivent les respecter strictement sous peine de payer des amendes exorbitantes ou d’être boycottés par les annonceurs. Il est interdit aussi de « prononcer le nom de Dieu en vain », ce que Sorkin moquait notamment dans un sketch de Studio 60. La course à l’audimat, l’influence des consultants médias, la montée en puissance des sondages et des focus groups qui régentent de plus en plus la télévision est un sujet récurrent de chacune des séries de Sorkin4.

  • 5 Voir Donnalyn Pompper, « The West Wing. White House Narratives That Journalism Can’t Tell », art. (...)

5Au sein de ces deux ensembles (représentation d’une institution, coulisses de la télévision), le journalisme a toujours occupé une place à part et bénéficié d’un angle d’approche particulier. Dans Sports Night, il est principalement question de journalisme sportif. Dans The West Wing, c’est par le biais de C. J. Cregg, porte-parole de la Maison-Blanche et de ses relations avec les correspondants dont Danny Cuncannon, qu’est traité le rapport entre pouvoir et journalisme. Des épisodes tels que « Take Out the Trash Day » (s1e13) ou « Let Bartlet Be Bartlet » (s1e19) montrent les négociations entre la presse et la Maison-Blanche concernant la divulgation (ou non) d’une nouvelle et les stratégies déployées par l’équipe du président pour contrôler le cycle de l’information5 (the news cycle). Dans Studio 60, l’enquête sur les coulisses de l’émission, menée par Martha O’Dell la journaliste de Vanity Fair détentrice du prix Pulitzer, est l’occasion de débats passionnés sur les changements de paradigme induits par l’anonymat d’Internet dans le rapport des journalistes à leurs sources. Les auteurs comiques s’y inspirent de l’actualité réelle pour alimenter leurs sketchs et de nombreuses questions politiques sont évoquées, en particulier les conséquences du 11-Septembre sur la liberté d’expression, sur la couverture des guerres d’Irak et d’Afghanistan par les journalistes télé.

6À l’issue de ce premier parcours, on peut considérer que Sorkin n’est jamais parvenu à reproduire le coup de maître de The West Wing. Pour beaucoup, il reste l’auteur d’une seule série, à tel point que non seulement toutes ses productions sont mesurées à cet étalon, mais encore que les séries politiques sont à un moment ou à un autre évaluées en fonction d’elle, qu’on pense par exemple à House of Cards (Netflix, 2013-) baptisé « l’anti-West Wing » ou encore à Scandal (ABC, 2012-) qui n’hésite pas à reprendre certaines des caractéristiques de The West Wing. Même l’Oscar que Sorkin a obtenu pour The Social Network n’a pas éclipsé ce classique de la télé qui est souvent comparé, pour la politique, aux effets que le film Les Hommes du président eut sur le regain de vocation journalistique à la fin des années 1970. Il était difficile voire impossible de trouver un environnement professionnel dans lequel les enjeux auraient été aussi élevés que dans The West Wing. Après la Maison-Blanche, tout risquait de sembler plus anodin et les séries postérieures qui adoptent elles aussi la perspective des coulisses mais dans des milieux professionnels de moindre ampleur ont pu sembler plus dérisoires.

  • 6 Sur cette dénomination en forme de mot-valise désignant l’hybridation de drame et de comédie dans (...)

7En faisant le bilan des créations télévisées – une série sur la politique qui seule a été unanimement louée, trois séries sur la télévision dont deux se voulaient des comédies sur des sujets plus légers, le journalisme sportif et le divertissement –, on s’aperçoit que le mélange des registres, trait constant de l’écriture sorkinienne, a pu être préjudiciable à la réussite de ses séries, selon le dosage qui s’y opérait entre comédie et drame. Sports Night et Studio 60 traitaient de sujets sérieux, là où on les attendait légères. The Newsroom s’est heurtée à un écueil du même ordre : le ton était le même que pour The West Wing, mais les enjeux étaient moindres, ce qui pouvait sembler « beaucoup de bruit pour rien ». Comme si Sorkin avait un problème de compatibilité, d’aptum auraient dit les Anciens, entre le sujet et le ton adopté. Pris entre deux possibilités – la solennité pour un sujet moins décisif que la conduite d’un pays ou la légèreté d’une comédie satirique sur le milieu journalistique –, The Newsroom ne choisit pas et se rattache au dramedy6, genre hybride qui insère, dans le format du drame, des doses de comédie, d’habitude réservée à la sitcom en une demi-heure.

8À la croisée de deux ambitions, The Newsroom réunit la volonté pédagogique et le désir d’hommage. Cette série pourrait constituer l’aboutissement d’un parcours, à moins d’imaginer – mais Sorkin semble avoir renoncé aux séries – qu’il puisse encore se consacrer soit à une nouvelle institution (l’enseignement à travers une prestigieuse université américaine par exemple, ou encore le système bancaire) soit à un nouveau type d’émission, après avoir mis en scène le sport, le divertissement et l’information.

Ambitions et préparation de la série

  • 7 Dave Itzkoff, « This Just In », art. cit.

9Alors qu’il termine son scénario sur le fondateur de Facebook, Aaron Sorkin commence à penser à une nouvelle série, ainsi que l’annoncent son agent Ari Emanuel et son producteur Scott Rudin, puis Entertainment Weekly en avril 2009. HBO qui le courtise depuis plusieurs années attend qu’il termine Moneyball pour se consacrer pleinement à un projet de série sur le programme d’information d’une chaîne câblée. La réplique d’une salle de rédaction qui servira de décor est construite avant même qu’un scénario ne soit livré7. En janvier 2011, HBO commande le pilote et Sorkin révèle dans un entretien sur BBC News que le casting pour le tournage est en cours. Le slogan promotionnel (logline) annonce le nœud principal de l’intrigue, à savoir les difficultés que rencontrent au quotidien des journalistes idéalistes pour proposer une information de qualité : « Ensemble, ils s’assignent la mission patriotique et donquichottesque d’informer et ils doivent faire face aux obstacles institutionnels et commerciaux aussi bien qu’à leurs propres contradictions personnelles. » En septembre de la même année, une saison de dix épisodes est commandée. En juin, le casting des personnages principaux est arrêté, la seule modification notable étant le remplacement de Marisa Tomei par Emily Mortimer dans le rôle de Mackenzie. En décembre 2011, la presse annonce que Jane Fonda rejoint l’équipe pour jouer le rôle de la présidente d’ACN, Leona Lansing. Sur le choix des acteurs et actrices, on peut noter qu’un grand nombre d’entre eux sont aussi des acteurs de théâtre qui, pour beaucoup, venaient de jouer sur les planches à Broadway (ainsi pour Allison Pill, Thomas Sadoski, Jeff Daniels et John Gallagher Jr.) et que peu d’entre eux étaient très célèbres avant The Newsroom. Du point de vue de la distribution, la série part sur des fondements relativement nouveaux, à la différence par exemple de Dexter (Showtime, 2006-2013) dont l’acteur était déjà connu pour Six Feet Under (HBO, 2001-2005). Le casting a été largement influencé par Scott Rudin, l’un des producteurs exécutifs, qui connaît très bien à la fois Hollywood et Broadway.

Affiche de lancement.

  • 8 Soraya Roberts, « Why Canadians Aren’t Laughing at Latest Version of The Newsroom », The Daily Bea (...)

10En novembre 2011, le titre The Newsroom est déposé par la chaîne. Pendant toute la période d’élaboration, la série s’appelait More As This Story Develops, future phrase-slogan sur l’affiche de lancement. Le titre finalement adopté, The Newsroom, était déjà le titre d’une série à succès canadienne – son créateur donna l’autorisation, mais certains médias canadiens y virent une nouvelle preuve d’impérialisme et de mépris à l’endroit de leur production8. Il leur sembla en effet condescendant que les Américains n’envisagent pas un seul instant que cette série canadienne puisse faire de l’ombre à une création de leur cru, signée par quelqu’un comme Sorkin, qui plus est. Indépendamment de toute polémique, la série n’appartient pas du tout au même genre et n’adopte pas le même ton : de fait, elle n’a pas grand-chose à voir avec la production HBO.

Réel et fiction

11Le choix sans doute le plus marquant concerne la décision de Sorkin d’utiliser des événements réels de l’actualité récente, alors que, par exemple, pour The West Wing, il s’était refusé à utiliser des noms d’hommes politiques existants. Ce parti pris permet au téléspectateur de se concentrer non pas sur le fond de l’événement dont il connaît déjà les principales étapes et l’issue, mais sur la manière dont il a été couvert par la presse en son temps en la comparant avec la façon dont une équipe de journalistes fictive s’en empare. Ce point de départ scénaristique entraîne deux conséquences majeures. D’une part, il permet, à la manière d’une uchronie, de refaire l’histoire, non pas de l’événement, mais celle de son récit, de rouvrir les possibles pour montrer qu’un autre journalisme, de meilleure qualité, est envisageable (pour une comparaison sur un exemple, voir Parcours, chap. 3). D’autre part, il est l’ingrédient qui permet d’adopter un modèle sériel dans lequel chaque épisode couvre un événement précis (voir Parcours, chap. 4). L’émission fictive News Night est programmée tous les soirs de la semaine sur la chaîne ACN, fictive elle aussi, mais constamment soumise à la concurrence des autres chaînes d’information en continu qui, elles, sont bien réelles : Fox, CNN, MSNBC.

  • 9 Voir Chris Peters, « Evaluating Journalism Through Popular Culture : HBO’s The Newsroom and Public (...)

12La perception de cette série varie nettement en fonction du pays de réception. Si la plupart des événements choisis sont connus du public français, d’autres – à commencer par les faits divers dont Sorkin dénonce le traitement racoleur et démagogique adopté par certaines chaînes à la recherche de sensationnalisme – lui sont totalement étrangers, ce qui joue sans doute en faveur d’une sévérité moindre. Le téléspectateur français a moins le sentiment de déjà-vu que le téléspectateur américain et il a sans doute moins l’impression qu’on lui fait la leçon sur la meilleure manière de couvrir l’actualité. Ainsi la fusillade de Tucson au cours de laquelle la représentante à la Chambre Gabrielle Giffords fut grièvement blessée (s1e4) est-elle beaucoup moins connue, voire totalement ignorée, par un Français et son issue relèvera pour lui du suspense, alors qu’un Américain sait sans doute ce qu’il en est avant de voir The Newsroom. À l’inverse, la réflexion métacritique sur l’objectivité et les partis pris des journalistes peut rester plus étrangère à des téléspectateurs non-américains, tant elle appartient en propre à l’histoire du journalisme aux États-Unis et à la manière dont il s’est construit comme « quatrième pouvoir9 ».

13Enfin, ce choix scénaristique n’empêche nullement l’invention d’autres événements totalement fictifs. Ces derniers prennent même le dessus à mesure que la série avance : ainsi le scandale Genoa qui constitue l’arc principal de la saison 2 est-il fictionnel, même s’il s’inspire en partie d’une affaire réelle : en 1998, CNN et Time Magazine avaient fini par publier un démenti après des révélations faites dans un reportage intitulé The Valley of Death, qui accusait l’armée américaine d’avoir utilisé du gaz sarin et commis des crimes de guerre lors de son incursion au Laos en 1970, dans l’opération Tailwind. De même, toute l’histoire autour des documents classés secret défense concernant des émeutes au Kundu – pays africain fictif que Sorkin utilisait déjà dans The West Wing – et sur lesquels Neal met la main de façon illégale dans la saison 3 est inventée, même si elle entre en résonance avec les affaires de lanceurs d’alerte qui ont jalonné l’actualité américaine récente et dont il est aussi question dans la saison 3 : ainsi Maggie et Jim sont-ils sur les traces d’Edward Snowden à Moscou (s3e5).

  • 10 Cité dans Gary Levin, « Aaron Sorkin finds TV journalism utopia in HBO’s Newsroom », USA Today, 19 (...)

14Pour écrire, Sorkin dit s’être imprégné de l’atmosphère d’une salle de rédaction en observant le fonctionnement, en coulisse, de deux émissions phares portées par deux présentateurs célèbres de la chaîne MSNBC : Countdown with Keith Olbermann (pendant la marée noire BP de 2010) et Hardball with Chris Matthews. Les titres des deux émissions qui incluent le nom du présentateur signalent ce statut à part d’éditorialiste vedette, assez étranger à la culture française, malgré quelques imitations – notamment sur Canal Plus, mais sans jamais pourtant que le nom du présentateur figure dans le titre. Le nom du programme fictif dans The Newsroom adopte la même forme : News Night with Will McAvoy, Will étant, la série le rappelle à intervalles réguliers, « le visage et la voix » d’ACN. Cette chaîne Atlantis Cable News devait d’ailleurs s’appeler UBS comme dans le film Network (Sydney Lumet, 1976), satire noire et mordante sur le cynisme ambiant des chaînes de télévision. Sorkin a aussi observé les rédactions de Fox, CNN, MSNBC et TruTV, rencontré de nombreux journalistes auxquels il posait deux questions : « à quoi ressemblerait un journal télé idéal ? » et « qu’est-ce qui vous empêche de le réaliser ? » « À la seconde question, on lui répondit la plupart du temps : “Des tripes. Si vous êtes scénariste et que vous voulez écrire une aventure donquichottesque, vous ne pouvez rêver meilleure réponse10”. »

  • 11 James Kaplan, « The Sorkin Way », Vanity Fair, mai 2012, URL : http://www.vanityfair.com/hollywood (...)

15Le décor de The Newsroom est installé dans les studios Sunset Gower à Hollywood, où ont notamment été tournées des comédies de Capra, et les scènes en extérieur sont filmées à New York. Le bâtiment où se trouvent les bureaux de la chaîne fictive est celui de la Bank of America dans Manhattan, en face des bureaux de HBO New York. Le rythme de production est très soutenu puisque chaque épisode, qui comprend entre quatre-vingts et quatre-vingt-dix pages de script, est produit en neuf ou dix jours, dont trois jours de tournage sur site. À titre de comparaison, le journaliste James Kaplan signale que pour la plupart des films, le rythme est plutôt de deux à trois pages de script par jour, de six à sept pour une série télé diffusée sur un network11. Outre Sorkin, Scott Rudin, déjà producteur de The Social Network et Moneyball, et Alan Poul, célèbre producteur exécutif de Six Feet Under, sont les producteurs exécutifs de la série. La réalisation est confiée à Greg Mottola, réalisateur de Superbad (2007) et d’Adventureland (2009), qui réalise trois épisodes charnières : le pilote, l’épisode programmatique (s1e3) et l’épisode final de la saison 1 : « We Just Decided To », « The 112th Congress » et « The Greater Fool ». Alan Poul a quant à lui réalisé cinq épisodes dans les deux premières saisons.

16Le premier épisode est diffusé le 24 juin 2012 à 22 h et réunit 2,1 millions de téléspectateurs, réalisant ainsi un meilleur score d’audimat que True Blood lors de son lancement sur la même chaîne en septembre 2008 (1, 4 millions) et un score quasi équivalent à celui de Game of Thrones en avril 2011 (2,2 millions). En revanche, à la même date, True Blood réunissait le double de téléspectateurs, environ 4 millions. Pour mémoire, le plus gros succès pour HBO reste le premier épisode de Boardwalk Empire réalisé par Martin Scorsese qui rassembla 4,8 millions de téléspectateurs en septembre 2010. La série a été diffusée en France sur OCS Novo à partir de novembre 2012 et sur Canal Plus Séries à partir d’avril 2014. Dès le deuxième épisode, HBO annonçait que la série serait reconduite pour une deuxième saison. Même si sa dernière saison a été raccourcie par rapport au standard habituel, elle s’est maintenue trois ans au cours desquels ses audiences n’avaient rien de honteux.

Le pilote

  • 12 Voir Laurent Jullier, Barbara Laborde, Grey’s Anatomy. Du cœur au care, Paris, PUF, 2012, p. 71.

17Un téléspectateur habitué au fameux walk and talk de The West Wing, à une certaine luminosité trouvera le pilote à la fois familier et déroutant. Familier parce que tout commence in medias res (le son arrive avant l’image), parce que l’image est en clair-obscur et que, comme dans les précédentes créations de Sorkin, on retrouve cette alternance de pénombre et de lumière aveuglante propre à la scène ou aux plateaux télé. Le spectateur est parachuté au beau milieu d’un débat animé, à l’occasion d’une table ronde sur les médias à l’université de Northwestern, dans laquelle sont présents une représentante des liberals, un représentant des conservateurs, Will l’anchorman, placé symboliquement au milieu et refusant un temps de prendre position et le modérateur, dont on suppose qu’il s’agit d’un enseignant de l’université. Il n’y a pas de plan d’installation montrant le lieu où se situe l’action (qu’on pense par exemple aux grands panoramiques de Seattle qui figurent au début de Grey’s Anatomy12). Après le générique, Will retourne au travail d’un pas décidé et le téléspectateur le suit dans la rue puis le long d’un couloir, mais point de walk and talk ici puisque le personnage, seul, progresse en silence jusqu’à son bureau.

Will entre les extrêmes, à Northwestern, s1e1.

18Déroutant aussi puisque le style est résolument plus chaotique et que les personnages semblent se parler dans des positions beaucoup plus statiques : Will et les autres sont tous assis à la table ronde et après le générique, le héros est d’abord assis à l’arrière d’une voiture le conduisant au bureau.

19The Newsroom semble à bien des égards s’inscrire dans le droit fil des créations précédentes de Sorkin, tout en instaurant un certain nombre de ruptures : renouvellement complet de la distribution, insertion d’événements réels récents dans la trame narrative et mise en sourdine de certains traits de style.

Le journalisme au cinéma et à la télevision

Le newspaper film

  • 13 Voir Sonia Dayan-Herzbrun, Le Journalisme au cinéma, Paris, Seuil, « Médiathèque », 2010.
  • 14 Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exerci (...)

20Sorkin n’a évidemment pas inventé le personnage du journaliste, et il s’inscrit dans une tradition déjà longue du cinéma hollywoodien d’abord, de la production télévisée ensuite. La série ne se prive pas d’un très grand nombre de références, plus ou moins explicites, aux classiques de ce qui a peu à peu été constitué en sous-genre : le newspaper film, dont le prototype remonte à The Front Page, pièce écrite en 1928 par deux anciens reporters de Chicago Ben Hecht et Charles McArthur, jouée à Broadway avant d’être adaptée de nombreuses fois au cinéma (entre autres par Howard Hawks dans His Girl Friday en 1940, par Billy Wilder dans Spéciale Première en 1974, et par Ted Kotcheffdans Scoop en 1988). Ce sous-genre a peu à peu forgé un mythe propre au cinéma américain, qui n’a pas trouvé le même écho en France et ne s’est pas imposé, malgré quelques essais13. Des classiques tels que Citizen Kane d’Orson Welles (1941), les films de Capra, ou encore Les Hommes du président d’Alan Pakula (1976) (voir Encadré, p. 54) explorent les grandes questions propres au métier de journaliste. Ils reposent sur un nombre fini d’intrigues, centrées sur l’indépendance de la presse et la liberté d’expression garantie par le premier amendement14, sur des questions d’éthique professionnelle ou sur des histoires construites sous la forme d’une investigation. À chaque fois il s’agit de mettre à l’épreuve, par la fiction, le journalisme comme quatrième pouvoir, aux prises avec la puissance publique, avec le monde économique, ainsi que les limites morales du journalisme : à quoi est-on prêt pour un scoop ? comment traiter ses sources ?, etc.

21Les films et séries centrés sur le journalisme peuvent se classer selon les thèmes abordés et selon l’angle d’approche qu’ils envisagent. Par exemple, les films de Capra représentent des journalistes le plus souvent cyniques et blasés, amenés à changer de position au vu de circonstances exceptionnelles. Citizen Kane traite du monopole dans ses rapports avec l’indépendance de la presse. Les Hommes du président adoptent la forme du film d’enquête et montrent les risques que prennent les journalistes pour faire éclater la vérité, tandis que des films comme Network ou Broadcast News dévoilent les coulisses de la télévision et l’obsession de l’audimat qui règne en maître, déplorant différentes formes de déclin de la télévision directement corrélé au renoncement à la morale. D’autres films encore, incluant une trame juridique, soulèvent des questions de déontologie telles que la protection des sources ou les limites du premier amendement. Absence of Malice (Sydney Pollack, 1981) traite par exemple du coût humain de la vérité, des effets désastreux que des révélations dans la presse peuvent avoir sur la vie des individus concernés.

  • 15 Voir notamment Matthew C. Ehrlich, Journalism in the Movies, Chicago, University of Illinois Press (...)
  • 16 Alex Barris, Stop the Presses ! The Newspaperman in American Films, South Brunswick, A. S. Barnes, (...)

22Avant d’être un personnage récurrent des séries, le mythe du journaliste s’est construit au cinéma. L’ensemble des films prenant pour univers central le journalisme a contribué à créer des personnages-types dont la critique a pu établir les portraits-robots15. Dans la lignée des travaux d’Alex Barris16, Loren Ghiglione et Joe Saltzman décrivent par exemple le reporter masculin :

Charlie et Will (de dos) trinquent à la fin du journal, s1e1.

  • 17 Loren Ghiglione, Joe Saltzman, « Fact or Fiction : Hollywood looks at the news », http://www.ijpc. (...)

« Pour des générations de spectateurs, le reporter masculin joue au poker la cigarette à la bouche et boit comme si sa vie en dépendait. On ne le considère jamais comme un alcoolique mais comme un type porté sur la boisson qui trouve toujours une bouteille cachée dans son bureau ou au bar du coin, à la sortie de la rédaction17. »

  • 18 Sonia Dayan-Herzbrun, Le Journalisme au cinéma, op. cit., p. 10-11.

23Le journaliste porté sur la boisson s’incarne entre autres dans le personnage de Mr Peabody dans le western de John Ford, L’Homme qui tua Liberty Valance (1962). Dans The Newsroom, c’est Charlie qui endosse le costume, devenu depuis un cliché des films de journalisme. Dès le pilote, il rejoint Will sur le plateau avec une bouteille et deux mugs et lors de la réunion de crise avec les gestionnaires, Reese Lansing lui reproche sa consommation excessive (s1e3). La liste peut être complétée par la « journaliste brillante aux amours contrariées », le « trio habituel, composé du rédacteur en chef et des deux reporters (un homme, une femme18) ». On verra plus en détail, dans la partie consacrée aux portraits, comment Sorkin a puisé dans ce répertoire de personnages et proposé des variations sur un certain nombre d’archétypes. Le dernier apport de ces films tient à leur dimension mythique, au fait qu’ils contribuent, en s’inspirant d’histoires vraies, à forger une image du journaliste à l’aune duquel sont ensuite mesurés les journalistes réels, par un intéressant effet de tourniquet entre fiction et réalité. Les Hommes du président présentent les visages héroïques de Bob Woodward (Robert Redford) et Carl Bernstein (Dustin Hoffman), les deux journalistes du Washington Post qui firent éclater le scandale du Watergate. Tout récemment encore le film Spotlight (Tom McCarthy, 2015) retrace l’enquête des journalistes du Boston Globe qui révéla un scandale de pédophilie au sein de l’Église catholique.

Les grands ancêtres : MTM ou la télévision de qualité

  • 19 Voir Jane Feuer, Paul Kerr, Tise Vahimagi (eds.), MTM « Quality Television », London, British Film (...)

24Cette image s’est prolongée dans des séries télévisées prenant pour sujet principal le métier de journaliste, son quotidien, ses enjeux. La société de production MTM a été pionnière dans ce créneau, produisant tour à tour The Mary Tyler Moore Show (CBS, 1970-1977), puis son spin off Lou Grant (CBS, 1977-1982). James L. Brooks, Alan Burns ou Gene Reynolds, qui travailla aussi sur la série M*A*S*H* (CBS, 1972-1983), tirée du film éponyme de Robert Altman (1970) et admirée par Sorkin, font partie des auteurs-producteurs qui ont contribué à la création de ce que les critiques ont appelé « la télévision de qualité » (quality TV19).

25Première série importante sur les médias, la sitcom The Mary Tyler Moore Show était aussi la première à faire d’une trentenaire célibataire et indépendante l’héroïne principale : Mary Richards emménage à Minneapolis dans le premier épisode et commence, un peu par hasard, une carrière d’assistante de production pour l’émission « Six O’Clock News » de la chaîne fictive WJM.

  • 20 Sur cette série, voir Douglas K. Daniel, Lou Grant. The Making of TV’s Top Newspaper Drama, Syracu (...)

26Son patron Lou Grant (Ed Asner) devient le personnage éponyme d’un spin off diffusé lui aussi sur CBS, drame dans lequel le héros, après avoir été renvoyé de WJM, commence un nouvel emploi de rédacteur en chef chargé de l’information locale au fictif Los Angeles Tribune. Le changement de format et le passage d’un genre à l’autre, de la comédie au drame, permettent à la série de traiter plus spécifiquement de questions d’éthique journalistique. La série développe en outre les relations verticales entre l’expérimenté Lou Grant et son équipe de jeunes reporters, qui lui demandent conseil et avec lesquels il entretient une relation de mentor20.

27Dans les années 1990 et dans la lignée des productions MTM, c’est de nouveau dans une sitcom, Murphy Brown (CBS, 1988-1998) que le journalisme est mis en scène. Dans le premier épisode, l’héroïne éponyme de la série jouée par Candice Bergen, journaliste d’investigation réputée et anchorman du magazine d’information fictionnel, FYI (sigle de For Your Information), retourne au travail après une cure de désintoxication. Ancienne alcoolique et ex-fumeuse, célibataire de quarante ans, elle découvre que son nouveau producteur exécutif est un tout jeune homme et qu’elle doit faire une interview avec un homme dont le seul accomplissement a été d’avoir une relation extraconjugale avec une candidate à la vice-présidence des États-Unis. Même s’il s’agit d’une sitcom qui n’a pas uniquement un but satirique, la série est caractérisée par l’insertion d’histoires inspirées de l’actualité et par un mélange constant de fiction et de réalité : de nombreux journalistes réels apparaissent ainsi dans l’émission FYI.

Les séries contemporaines : The Hour et les autres

28Dans une période plus récente, trois séries sont encore centrées sur le métier de journaliste : la sitcom canadienne The Newsroom mentionnée plus haut, créée par Ken Finkleman (CBC, 1996-2005), qui dresse, en trois saisons, le portrait satirique de la rédaction d’un bulletin d’informations City Hour, réalisé par un anchorman et un producteur exécutif incompétents et ridicules ; le drame historique The Hour (BBC, 2011-2012), créé par Abi Morgan, scénariste de Shame (Steve McQueen, 2011) et de La Dame de fer (Phyllida Lloyd, 2012), annulé au bout de deux saisons faute d’audience (environ 1,24 million de téléspectateurs par épisode), mais acclamé par la critique. La série montre la mise en œuvre d’un programme d’information télévisé pionnier, lancé en 1956 sur la BBC par un trio, à la fois professionnel et sentimental : Bel Rowley, la productrice exécutive (Romola Garai), écartelée entre Freddie Lyon, le reporter tête brûlée intransigeant (Ben Whishaw) et Hector Madden, le présentateur charmeur beaucoup moins regardant sur les questions d’éthique, alcoolique dans la saison 2 et héros malgré lui de la presse à scandale (Dominic West, acteur vedette de The Wire et de The Affair).

  • 21 Voir Aatif Rashid, « The Utopian News Program : The Hour and The Newsroom », Los Angeles Review of (...)

29La série The Hour a été comparée à The Newsroom dans la mesure où elle montre aussi la tentative de journalistes idéalistes pour rénover le journalisme et proposer un nouveau modèle aux téléspectateurs, malgré les obstacles politiques et commerciaux auxquels ils se heurtent pour accomplir la mission qu’ils se sont assignée. La comparaison a notamment joué en faveur de la série britannique car, situés dans le passé, les discours des personnages semblaient moins naïfs et véritablement révolutionnaires, là où la série de Sorkin pouvait paraître anachronique, voire dépassée car elle promouvait un modèle qui n’était plus d’actualité21. Plus feuilletonesque, The Hour adopte une structure d’enquête, chacune des deux saisons ayant un arc narratif marqué : l’espionnage sur fond de Guerre froide dans la saison 1, le trafic d’influence et la corruption dans la saison 2. Dans la même veine mais plus ancienne, la minisérie State of Play (BBC One, 2003, 6 épisodes) représente des journalistes d’investigation enquêtant sur un scandale politique, en conflit avec la police parce qu’ils détiennent des informations qu’ils ne lui ont pas communiquées. Cette course de vitesse entre journalistes et policiers aboutit notamment à la saisie des documents conservés à la rédaction et à l’arrestation d’un des journalistes pour obstruction au travail de la justice (contempt) – comme Will dans la saison 3.

  • 22 On exclut ici les séries qui ont pour cadre professionnel le journalisme, qu’il s’agisse d’un simp (...)

30D’autres séries proposent des portraits de journalistes, sans pour autant être entièrement tournées vers cette profession22. The West Wing contient de nombreuses scènes avec les correspondants de la Maison-Blanche et le métier de journaliste est examiné principalement dans ses rapports avec le pouvoir en place, cantonné dans la salle de conférences de presse de la Maison-Blanche. Comme la série est centrée sur le travail de l’administration Bartlet, le journalisme est perçu par ceux qui doivent à la fois se méfier et se servir des journalistes et même s’il est, en passant, question d’autres sujets, le journalisme est d’abord traité en termes de bonne et mauvaise presse, de gestion de la communication officielle. Les journalistes sont beaucoup plus présents dans la série danoise Borgen (DR1, 2010-2013) mais là encore, ce sont surtout les rapports entre journalisme et pouvoir qui sont montrés, en particulier les passerelles constantes entre les métiers de journaliste et de conseiller en communication, puisque le couple formé par Katrine Fønsmark (Birgitte Hjort Sørensen) (voir Portraits, chap. 7) et Kasper Juul (Pilou Asbæk) exerce tour à tour les deux professions, l’une en devenant conseillère de Birgit Newborg, le second en devenant consultant dans une émission politique.

  • 23 Lawrence Lanahan, « Secrets of the City. What The Wire reveals about journalism », Columbia Journa (...)

31The Wire est un cas à part dans la mesure où ce n’est pas toute la série mais seulement la saison 5 qui traite du journalisme et ce, en tant qu’institution défaillante, et parce que celle-ci a été en partie perçue comme une fiction à clés. Ancien journaliste au Baltimore Sun, David Simon s’est fortement inspiré de journalistes avec lesquels il a eu maille à partir au cours de sa carrière23. Bien qu’il soit question d’un journal papier et non d’une émission télévisée, cette saison soulève aussi des questions éthiques via la représentation de deux journalistes que tout oppose : Augustus Haynes, « Gus » (Clark Johnson), le journaliste intègre à l’ancienne et Scott Templeton (Thomas McCarthy), le reporter sans scrupule prêt à tout pour obtenir le Pulitzer, quitte à inventer son sujet de toutes pièces. C’est une ambition de même nature qui anime Jerry Dantana dans la saison 2 de The Newsroom, le poussant à trafiquer une interview pour parvenir à ses fins dans son enquête sur l’opération Genoa. Will le soupçonne d’ailleurs d’emblée de vouloir à toute force obtenir un Peabody, prix d’excellence qui récompense un programme radio ou télé ayant accompli une mission de service public (s2e1). Plus récemment, House of Cards a remis sur le devant de la scène les relations souvent troubles, parfois mortelles, entre les hommes politiques et les journalistes, montrant notamment les échanges de bons procédés, les manipulations, mais aussi les risques du métier de reporter.

Films et séries sur la presse (sélection)
Années 1920
1928 Ben Hecht, Charles MacArthur, The Front Page, comédie jouée à Broadway
Années 1930
1934 Frank Capra, It Happened One Night (New York Miami)
1936 Frank Capra, Mr Deeds Goes to Town (L’Extravagant MrDeeds)
1939 Frank Capra, Mr Smith Goes to Washington (Mr Smith au Sénat)
Années 1940
1940 Howard Hawks, His Girl Friday (La Dame du vendredi) ; George Cukor, The Philadelphia Story (Indiscrétions)
1941 Orson Welles, Citizen Kane ; Frank Capra, Meet John Doe (L’Homme de la rue)
1942 George Stevens, Woman of the Year (La Femme de l’année)
Années 1950
1952 Richard Brooks, Deadline USA (Bas les masques)
1957 Alexander Mackendrick, Sweet Smell of Success (Le Grand Chantage)
Années 1960
1962 John Ford, The Man Who Shot Liberty Valance (L’Homme qui tua LibertyValance)
Années 1970
1970-1977 James L. Brooks, Allan Burns, The Mary Tyler Moore Show (CBS, sitcom, 7 saisons, 168 épisodes)
1974 Billy Wilder, The Front Page (Spéciale Première)
1976 Alan Pakula, All the President’s Men (Les Hommes du président) ; Sydney Lumet, Network
1977-1982 James L. Brooks, Allan Burns, Gene Reynolds, Lou Grant (CBS, drame, 5 saisons, 114 épisodes)
1979 James Bridge, The China Syndrome (Le Syndrome chinois) avec Jane Fonda
Années 1980
1982 Sydney Pollack, Absence of Malice
1984 Roland Joffé, The Killing Fields (La Déchirure), avec Sam Waterston
1987 James L. Brooks, Broadcast News
1988 Ted Kotcheff, Switching Channels (Scoop)
Années 1990
1988-1998 Diane English, Murphy Brown (CBS, sitcom, 10 saisons, 247 épisodes)
1996-2005 Ken Finkleman, The Newsroom (CBC, sitcom, 3 saisons, 32 épisodes)
1998-2000 Aaron Sorkin, Sports Night (ABC, sitcom, 2 saisons, 45 épisodes)
Années 2000
1999-2008 Aaron Sorkin, The West Wing (NBC, drame, 7 saisons, 156 épisodes)
2003 Paul Abbott, State of Play (BBC One, drame, mini-série de 6 épisodes)
2005 George Clooney, Good Night and Good Luck
2002-2007 David Simon, Ed Burns, The Wire (HBO, drame, 5 saisons, 60 épisodes, saison 5 sur la presse)
Années 2010
2010-2012 Adam Price, Borgen (DR1, drame, 3 saisons, 30 épisodes)
2011-2012 Abi Morgan, The Hour (BBC, drame, 2 saisons, 18 épisodes)
2013-Beau Willimon, House of Cards, version U.S. (Netflix, drame, 4 saisons, 52 épisodes, en cours), adaptation de Michael Dobbs, Andrew Davies, House of Cards (BBC, 1990, 1 saison, 4 épisodes)
2015 Tom McCarthy, Spotlight ; James Vanderbilt, Truth

Inspirations et modèles

  • 24 James L. Longworth Jr., TV Creators, vol. II, Conversations with America’s Top Producers of Televi (...)

32Beaucoup de ces newspaper films puis de ces séries sont devenus des classiques, dont certaines répliques appartiennent au fond commun de la culture populaire et que l’on retrouve sous différentes formes dans The Newsroom. Il n’est pas question ici d’établir une liste fastidieuse des différentes dettes mais de rattacher certains choix de représentation à une influence ou à des modèles préalables, que Sorkin les ait revendiqués dans des entretiens, ou qu’ils soient identifiables dans les épisodes. Sorkin ne cache pas son admiration pour des séries comme The Mary Tyler Moore Show (CBS, 1970-1977) et Murphy Brown (CBS, 1988-1998), mais s’en distingue en séparant les séries comiques et celles qui recherchent d’abord la vraisemblance24. Il mentionne aussi comme influence les films Network (Sydney Lumet, 1976) et Broadcast News (James L. Brooks, 1987). Indépendamment de ces déclarations auctoriales, la série The Newsroom contient des références ou reprend des modes opératoires à certains de ces films et séries, de même qu’elle s’inscrit dans la lignée de ces films d’hommage aux grands journalistes tels que Les Hommes du président ou Good Night and Good Luck. Nous prendrons pour chaque élément présenté ci-dessus un ou deux exemples des modèles et inspirations repérables dans The Newsroom.

Des scènes d’hommage

Howard Beale, Network de S. Lumet, 1976.

Wes, Studio 60, s1e1.

Will, The Newsroom, s1e1.

33Le premier type d’emprunt concerne la construction de certaines scènes, l’insertion de véritables morceaux de bravoure, qui sont d’autant plus marquants qu’ils reprennent des scènes célèbres de films sur le journalisme. La reprise la plus flagrante est celle du célèbre monologue « I’m mad as hell » qui a fait la gloire de Network, le film de Sydney Lumet sorti la même année que Les Hommes du président, dont le scénario est écrit par Paddy Chayefski. Howard Beale, un journaliste « à l’ancienne » façon Murrow et Cronkite sur le point d’être renvoyé annonce son suicide en direct, puis dénonce les travers de la télévision et de l’Amérique telle qu’elles sont en train de devenir, invitant son public à se rebeller lui aussi. Très noir, le film présente le personnage comme le premier héros mort parce que ses chiffres d’audience n’étaient pas assez bons. Alors que Sorkin souhaite faire quasiment le contraire – non pas un portrait cynique mais au contraire une ode romantique aux héros que sont les journalistes – il reconnaît une dette et une admiration à l’égard du scénariste Paddy Chayefski, qu’il exhibe en commençant son premier épisode par une longue diatribe dénonçant l’état de décrépitude dans lequel sont tombés les États-Unis. Sorkin avait déjà recours à ce procédé au début de Studio 60, lorsque Wes Mendell, le producteur de l’émission intervenait en direct pour demander aux téléspectateurs de changer de chaîne et dénoncer la qualité lamentable des programmes télévisés américains. Il regrettait notamment les entraves à la liberté d’expression et la censure au nom du politiquement correct dont étaient victimes notamment les auteurs de sketchs satiriques. Par ailleurs, c’est aussi sur une dénonciation de l’état déplorable de l’information aux États-Unis que s’ouvre le film hommage de Clooney sur Edward R. Murrow, Good Night and Good Luck. Alors que la profession lui rend hommage – celui qui fait son éloge avant de l’introduire à la tribune est joué par Jeff Daniels –, le journaliste mythique vilipende l’endormissement des Américains face aux problèmes du monde.

34Toujours dans le pilote, on pourra remarquer que la soudaine promotion de Maggie, de secrétaire de Will à assistante de production ressemble à l’entrée dans la carrière de Mary Richards dans le Mary Tyler Moore Show : alors qu’elle se rend à WJM dans l’espoir de décrocher le poste de secrétaire annoncé, elle en ressort promue assistante après un entretien d’embauche peu conventionnel.

35Enfin, pour donner un dernier exemple, non verbal cette fois, la scène dans laquelle Maggie court de la salle de montage à la régie (control room), une clé USB à la main (s1e5), est un véritable clin d’œil à une autre course burlesque restée célèbre, celle du film Broadcast News (James L. Brooks, 1987), où Blair Litton (Joan Cusack) manque de se blesser, renverse tout sur son passage pour apporter à temps une cassette vidéo en régie. Par ailleurs, certains plans, en particulier ceux montrant Will de dos juste avant la prise d’antenne sont comme des citations de ce film dans lequel on aperçoit l’anchorman Tom Grunick (William Hurt) de dos, faisant face à sa productrice Jane Craig (Holly Hunter) qui officie en régie.

Des modèles de duos

36Ces deux personnages, la productrice et le présentateur, que des désaccords sur l’éthique journalistique finissent par séparer, semblent d’ailleurs les ancêtres de Mac et Will. En effet, la construction des personnages et de leurs relations emprunte pour partie à des configurations déjà montrées dans des films précédents. Ainsi la Jane Craig en question qui se dispute avec le président de sa chaîne – comme Mac ne cesse de le faire avec Reese, ainsi qu’avec Charlie Skinner – s’entend-elle par exemple répondre : « Vous avez absolument raison sur tout et j’ai tout à fait tort. Comme ce doit être agréable de toujours croire que vous savez mieux que tout le monde, de toujours penser que vous êtes la personne la plus intelligente dans la pièce. » À quoi Jane, Cassandre du journalisme télé, répond « Non, c’est affreux. » On imagine très bien les personnages de Sorkin s’entendre décrits – et décriés – ainsi.

Broadcast News de J. L. Brooks.

Maggie, The Newsroom, s1e5.

Jane (fond) & Tom (devant), Broadcast News.

Will, The Newsroom.

37Le couple central de The Newsroom doit beaucoup aux couples des screwball comedies de la grande époque hollywoodienne. Sans entrer dans le détail (voir Portraits, chap. 8), on peut donner un exemple de film dans lequel les deux personnages sont un couple de journalistes auxquels Mac et Will ressemblent : dans Woman of the Year (George Stevens, 1942), Tess Harding jouée par Katherine Hepburn est grand reporter spécialisé dans les questions internationales, issue d’un milieu très privilégié, tandis que Sam Craig (Spencer Tracy), qui travaille dans le même journal qu’elle, est un journaliste sportif d’origine plus modeste. Leur romance commence par une dispute par éditoriaux interposés concernant l’importance du sport dans la culture populaire américaine. Pour convaincre Tess de l’intérêt du base-ball, il l’emmène voir un match depuis le box des journalistes et lui explique les règles de ce sport. Outre que la présentation contrastée de Mac et Will, elle très côte Est, fille de diplomate toujours tirée à quatre épingles, lui plutôt ours du Nebraska, fier de ses origines paysannes est fondée sur la même opposition, une scène de The Newsroom n’est pas sans rappeler cette séquence pédagogique : alors que Will regarde un match de basket à la télévision, Mac entre dans son bureau et il lui explique, entre autres, les règles de décompte temporel et ce que signifie le compte à rebours présent en bas de l’écran (s2e7). Cette scène n’a évidemment rien de gratuit puisque c’est grâce à cette explication que Mac, visionnant à nouveau l’interview du général Stomtonovitch conduite par Dantana, comprend que le journaliste a monté la vidéo pour lui faire dire ce qu’il voulait.

Sam & Tess, Woman of the Year.

Howard & Max (de dos), Network.

Will & Charlie, The Newsroom.

38Un autre duo, Charlie et Will, rappelle celui que forment Max Schumacher, président du département information sur la chaîne UBS et le présentateur Howard Beale dans Network, en particulier lors des scènes d’évocation de l’ancien temps : on voit les deux personnages sur le trottoir, à la sortie des studios, se rappeler leurs débuts, à l’époque de Murrow. Les scènes de sortie de bureau sont fréquentes dans The Newsroom, où l’on voit Charlie et Will discuter et plaisanter. Enfin, le personnage de Leona Lansing – que dédouble son fils Reese Lansing, au moins au début – semble un avatar de Margaret Pynchon (Nancy Marchand que les sériephiles connaissent pour son interprétation de la mère de Tony dans The Sopranos), propriétaire charismatique, charmeuse et intraitable du journal dans le drame Lou Grant.

Citations et allusions : de discrets clins d’œil

39Enfin, quelques citations et références plus ponctuelles qui ne jouent pas forcément de rôle dans l’avancement de l’intrigue émaillent le discours des personnages et certaines péripéties adventices – en général à visée comique – qui sont introduites au sein des épisodes. Ainsi, lorsque Jim Harper réprimande son équipe d’assistants au bar après la débâcle du reportage sur la loi d’immigration en Arizona (s1e2), il reprend la célèbre phrase que le rédacteur en chef Ben Bradlee lance à ses journalistes Woodward et Bernstein à la fin des Hommes du président : If you guys fuck up again, I’m going to get mad (« Si vous merdez encore une fois comme ça, je vais finir par me mettre en colère »). Les tableaux de travail de The Newsroom rappellent d’ailleurs celui qu’utilise le duo de journalistes mythiques. Dans Studio 60, Sorkin reprenait par exemple la célèbre réplique de Lou Grant à Mary Richards dans The Mary Tyler Moore Show : You know what, Mary, you got spunk… I hate spunk (« Vous savez quoi, Mary, vous avez un sacré culot… Je déteste le culot »). Plus ténues et discrètes, certaines répliques peuvent (ou non), en fonction de la culture de cinéphile du téléspectateur, en fonction de références partagées, apparaître comme des clins d’œil, de discrètes reprises. Ainsi lorsque Mac fait l’éloge de Will qui a comme principale qualité à ses yeux de n’être jamais sûr de rien, peut-on y voir un écho d’une déclaration de l’éditeur Mac à sa journaliste dans Absence of Malice (Sydney Pollack, 1981) : « Je ne suis jamais sûr d’avoir raison. »

Bob Woodward (R. Redford), Les Hommes du président.

Maggie, The Newsroom.

Affiche de Sweet Smell of Success, The Newsroom, s2e9.

40Outre des citations plus ou moins littérales, on trouve dans certains épisodes des allusions à des films de journalisme tels que Sweet Smell of Success (Le Grand Chantage, Alexander Mackendrick, 1957) : en voyant l’affiche du film dans le bureau de Don, Sloan comprend que c’est lui qui a enchéri sur son livre lors de la vente aux enchères, sous le nom d’emprunt de Sydney Falco, personnage joué par Tony Curtis dans le film (s2e9).

41Le choix des acteurs Sam Waterston et Jane Fonda à cet égard n’est pas anodin : tous deux ont interprété des journalistes. Le premier jouait Sydney Schanberg, correspondant de guerre au Cambodge en 1973 pour le New York Times dans The Killing Fields de Roland Joffé (La Déchirure, 1984) ; la seconde Kimberly Wells dans The China Syndrome de James Bridge (Le Syndrome chinois, 1979). Il est remarquable que les pionniers, les pères fondateurs dans la série, Charlie et Leona, soient joués par des acteurs que la mémoire du cinéma a retenus notamment pour leur interprétation de journalistes. Lorsque dans le pilote Charlie Skinner raconte à Will une scène au cours de laquelle une danseuse exotique a atterri sur ses genoux lorsqu’il était marine au Vietnam, le spectateur qui a gardé en mémoire le film de Joffé peut, même s’il s’agit de deux guerres différentes, y voir un clin d’œil malicieux. De même est-il amusant que Jane Fonda soit passé d’un rôle de journaliste reporter intransigeant couvrant un incident dans une centrale nucléaire à une businesswoman qui s’en prend à ses journalistes, du moins dans la saison 1.

42Dans une série qui entretient – voire réactive – la légende de la presse élaborée par la fiction, ces phénomènes allusifs ont toutes les chances d’être des hommages rendus au cinéma par la télévision, à la tradition par l’un de ses gardiens.

Notes

1 « Now with Alex Wagner », 28 juin 2012, MSNBC.

2 Mark Harris, « TV’s Best Talker : Aaron Sorkin on The Newsroom, Sorkinism, and Sounding Smart », art. cit.

3 En 2006, UPN et The WB ont fusionné en The CW.

4 Sur cette question de la course à l’audimat, voir Jerry Jacobs, Changing Channels. Issues and Realities in Television News, London, Toronto, Mayfield Publishing Company, 1990, p. 26.

5 Voir Donnalyn Pompper, « The West Wing. White House Narratives That Journalism Can’t Tell », art. cit., p. 28.

6 Sur cette dénomination en forme de mot-valise désignant l’hybridation de drame et de comédie dans une série au format dramatique (une heure), voir L. R. Vande Berg, « Dramedy : Moonlighting As An Emergent Generic Hybrid », Communication Studies, no 40, 1989, p. 13-28.

7 Dave Itzkoff, « This Just In », art. cit.

8 Soraya Roberts, « Why Canadians Aren’t Laughing at Latest Version of The Newsroom », The Daily Beast, 9 juillet 2012, URL : http://www.thedailybeast.com/articles/2012/07/09/why-canadians-aren-tlaughing-at-latest-version-of-the-newsroom.html.

9 Voir Chris Peters, « Evaluating Journalism Through Popular Culture : HBO’s The Newsroom and Public Reflections on the State of the News Media », Media, Culture & Society, vol. 37, no 4, mai 2015, p. 606.

10 Cité dans Gary Levin, « Aaron Sorkin finds TV journalism utopia in HBO’s Newsroom », USA Today, 19 juin 2012, URL : http://usatoday30.usatoday.com/life/television/news/story/2012-06-20/newsroom-hbo/55695388/1.

11 James Kaplan, « The Sorkin Way », Vanity Fair, mai 2012, URL : http://www.vanityfair.com/hollywood/2012/05/aaron-sorkin-newsroom-sneak-peek.

12 Voir Laurent Jullier, Barbara Laborde, Grey’s Anatomy. Du cœur au care, Paris, PUF, 2012, p. 71.

13 Voir Sonia Dayan-Herzbrun, Le Journalisme au cinéma, Paris, Seuil, « Médiathèque », 2010.

14 Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise there of ; or abridging the freedom of speech, or of the press, or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the Government for a redress of grievances. « Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre » [trad. tirée d’Anne Deysine (éd.), Les Institutions des États-Unis, La Documentation française, no 101, 2010, p. 15].

15 Voir notamment Matthew C. Ehrlich, Journalism in the Movies, Chicago, University of Illinois Press, 2006 et Matthew C. Ehrlich, Joe Saltzman, Heroes and Scoundrels. The Image of the Journalist in Popular Culture, Chicago, University of Illinois Press, 2015.

16 Alex Barris, Stop the Presses ! The Newspaperman in American Films, South Brunswick, A. S. Barnes, 1976.

17 Loren Ghiglione, Joe Saltzman, « Fact or Fiction : Hollywood looks at the news », http://www.ijpc.org/uploads/files/hollywoodlooksatthenews2.pdf, p. 5. Voir aussi Loren Ghiglione, The American Journalist : Paradox of the Press, Washington, Library of Congress, 1990.

18 Sonia Dayan-Herzbrun, Le Journalisme au cinéma, op. cit., p. 10-11.

19 Voir Jane Feuer, Paul Kerr, Tise Vahimagi (eds.), MTM « Quality Television », London, British Film Institute, 1984.

20 Sur cette série, voir Douglas K. Daniel, Lou Grant. The Making of TV’s Top Newspaper Drama, Syracuse, New York, Syracuse UP, 1996.

21 Voir Aatif Rashid, « The Utopian News Program : The Hour and The Newsroom », Los Angeles Review of Books, 15 octobre 2013, URL : https://lareviewofbooks.org/essay/the-utopian-news-program-the-hour-and-the-newsroom.

22 On exclut ici les séries qui ont pour cadre professionnel le journalisme, qu’il s’agisse d’un simple décor ou de la profession d’un personnage sans pour autant que ce thème soit traité : Sex and the City (HBO, 1998-2004) et Ugly Betty (ABC, 2006-2010) ne sont pas des séries sur la presse féminine ou le journalisme de mode.

23 Lawrence Lanahan, « Secrets of the City. What The Wire reveals about journalism », Columbia Journalism Review, février 2008, URL : http://www.cjr.org/cover_story/secrets_of_the_city.php.

24 James L. Longworth Jr., TV Creators, vol. II, Conversations with America’s Top Producers of Television Drama, op. cit., p. 3 et Thomas Fahy (ed.), Considering Aaron Sorkin, op. cit., p. 12.

Table des illustrations

Légende Affiche de lancement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Will entre les extrêmes, à Northwestern, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Charlie et Will (de dos) trinquent à la fin du journal, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Howard Beale, Network de S. Lumet, 1976.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Wes, Studio 60, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Will, The Newsroom, s1e1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Broadcast News de J. L. Brooks.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Maggie, The Newsroom, s1e5.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Jane (fond) & Tom (devant), Broadcast News.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Will, The Newsroom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Sam & Tess, Woman of the Year.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Howard & Max (de dos), Network.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Will & Charlie, The Newsroom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Bob Woodward (R. Redford), Les Hommes du président.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Maggie, The Newsroom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Affiche de Sweet Smell of Success, The Newsroom, s2e9.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8817/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search