Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Postface. De la « vallée des Rois » à la région Centre

Texte intégral

1Six départements (l’Indre, le Cher, l’Eure-et-Loir, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, le Loiret) constituent la région Centre dont la superficie est de 39 150 km², 7 % du territoire, la quatrième de France. Orléans en est la capitale administrative. Cependant la région n’a pas de métropole évidente, hormis la capitale nationale qui lui est extérieure. Elle associe plusieurs provinces : l’Orléanais, la Touraine, une partie du Perche. Quels sont les traits majeurs du relief, du paysage, de la démographie, de l’économie et d’un patrimoine culturel et artistique exceptionnellement riche ?

2Du Pays drouais au Boischaut et à la vallée de Germigny, la région Centre occupe le sud du bassin parisien. C’est un pays de plaines, de plateaux parfois couverts de limons (Beauce), de vallées et de collines. Son point culminant est la motte d’Humbligny dans le Sancerrois (431 m). Dans les collines verdoyantes du Perche, le signal de Rougemont à l’est de Nogent-le-Rotrou atteint 285 m, la butte de Piclos 271 m. Les alluvions déposées par la Loire ont été pour le Val une source de fertilité qui en fait « le jardin de la France ». Cependant les argiles à silex des « gâtines » avoisinantes et les sables granitiques venus, du Massif central, recouvrir une grande partie de la Sologne complètent le tableau des pays de la Loire moyenne : « un habit de bure à frange d’or ». La Loire, entourée de levées depuis le xiie siècle, n’est pas « le dernier fleuve sauvage » qu’on imagine parfois. Elle n’est plus le grand axe commercial qu’elle fut jusqu’au xixe siècle en liaison avec le port de Nantes. Blois abritait alors 500 « voituriers par eau » et lorsque Mme de Sévigné se rendait de Paris en Bretagne, elle embarquait avec son carrosse à Orléans.

  • 1 Les chiffres actuels pour les deux villes sont 137 000 pour Tours, 117 000 pour Orléans et pour le (...)

3Au recensement de 1998, le Centre comptait 2 440 000 habitants, 4,17 % de la population française. Depuis 1954, l’accroissement démographique est de 680 000 personnes, en raison surtout de l’afflux de migrants venus, en particulier, de la région parisienne. C’est là un phénomène important, une inversion complète de tendance par rapport à la première moitié du xxe siècle où l’exode rural draina vers Paris beaucoup d’habitants de l’actuelle région Centre qui n’en comptait que 1 715 000 en 1936. Ce reflux bénéficie surtout à la partie nord, en particulier aux deux principales villes Tours et surtout Orléans. L’agglomération tourangelle n’a qu’une avance inférieure à 20 000 habitants sur Orléans au lieu de 50 000 en 19821.

4Le Centre est la première région céréalière de France et de l’Union européenne grâce aux limons de la Beauce où la culture des céréales est une tradition prestigieuse. Depuis le mi-xxe siècle, le maïs s’est ajouté au blé. Grâce aux amendements, la Champagne berrichonne a, au siècle dernier, développé la culture du froment.

5Si le vignoble de l’Orléanais a perdu l’importance qu’il avait encore au début des temps modernes, la Touraine garde des vins rouges réputés de longue date, notamment dans la région de Chinon et de Bourgueil (portion d’Anjou incorporée à l’Indre-et-Loire). Aux vins blancs de Touraine s’ajoutent ceux du Sancerrois et de la région de Menetou-Salon en Berry. Les cultures maraîchères traditionnelles gardent beaucoup d’importance dans le val de Loire et du Loir vendômois.

6L’élevage pour la boucherie domine dans le Boischaut. De même aux confins du Bourbonnais, dans la vallée de Germigny où Sancoins, premier marché aux bestiaux de France, est un centre commercial d’importance européenne. Les agneaux de boucherie relaient les bovins dans la Brenne. Dans le Perche où l’élevage du cheval a beaucoup diminué, le bocage a reculé au profit des céréales mais les prairies occupent encore plus de la moitié des sols et nourrissent vaches laitières et ovins.

7Comme le souligne Jacques Verrière, « on n’associe pas spontanément l’image de la région Centre à l’industrie ». Or, près de 30 % de sa population active travaille dans le secteur secondaire si on y inclut le bâtiment – au lieu de 5,6 % dans l’agriculture. Grâce aux quatre centrales nucléaires de Chinon, Saint-Laurent-des-eaux, Dampierre et Belleville-sur-Loire, le Centre est la seconde région productrice d’électricité, après Rhône-Alpes.

8Le relais des industries textiles traditionnelles a été pris, dans le Berry, par la métallurgie (armement, Aérospatiale-Matra). L’Eure-et-Loir et le Loiret possèdent une importante industrie des cosmétiques, de la parfumerie et des produits pharmaceutiques. Cette dernière activité existe aussi en Touraine où, comme en Berry et Orléanais, on trouve l’industrie du pneumatique et une gamme de moyennes entreprises industrielles allant de l’équipement électrique à l’imprimerie, essaime dans la région. Facteur favorable pour l’activité économique, celle-ci est pourvue d’excellents axes routiers et ferroviaires radiaux : Orléans est un carrefour très important à cet égard avec la bifurcation ferroviaire et auto-routière (Orléans-Tours et Paris-Orléans-Vierzon) en attendant une ligne « TGV-Grand Centre-Auvergne » (Paris-Orléans-Bourges-Clermont) prévue pour la prochaine décennie. Depuis 18 ans le TGV a mis Tours à une heure et Vendôme à trois-quarts d’heure de Paris.

9En 20 ans, la part du secteur tertiaire est passée de moins de la moitié à environ deux-tiers des emplois. Cet essor est notamment lié aux jeunes universités de Tours et Orléans et aux besoins des services centraux du secteur public et de sociétés privées, en particulier à Orléans, capitale régionale. Le problème auquel se sont attaqués les responsables de la région est l’aide au développement économique de sa partie méridionale.

10Aspect important du développement régional : le tourisme, lié à la richesse du patrimoine paysager, artistique et culturel. Le Perche, le Gâtinais, le Sancerrois, le Val de Loire abritent de nombreuses résidences secondaires de Parisiens, démocratisation d’une vieille coutume, celle des propriétés de chasse en Sologne, si bien évoquée par la Règle du jeu de Jean Renoir en 1939. Outre les « résidents secondaires », un flot de plus de trois millions de touristes vient annuellement visiter la région.

11C’est que les souvenirs littéraires y foisonnent. Plutôt qu’une sèche énumération, je me contenterai d’évoquer quelques lieux qui habitent nos souvenirs : Illiers (-Combray) en Eure-et-Loir attire les lecteurs de Proust à la maison de tante Léonie, au jardin du Pré-Catelan ou sur les chemins d’alentour, « du côté de chez Swann » en direction de la Beauce et « du côté de Guermantes », vers le Perche. Proust était amoureux de cette dernière promenade « dont le plus grand charme est qu’on y avait presque toujours à côté de soi la Vivonne » (la Thironne, affluent du Loir). En Touraine, la Devinière, non loin de Chinon, est le détour obligé des fervents de Rabelais et beaucoup de visiteurs du château de Saché inscrivent leurs pas dans les foulées du jeune Balzac en quête du lys féminin caché dans la vallée de l’Indre. La Touraine avec le prieuré de Saint-Cosme et le Vendômois qui abrite la gentilhommière de la Possonnière se partagent la mémoire de Pierre de Ronsard, le glorieux chef de la Pléiade. Au cœur du Berry, le château de Nohant est resté fidèle à l’atmosphère de sociabilité romantique du cercle de George Sand. Des deux côtés de la Loire orléanaise plane le souvenir de deux auteurs, de génies très différents, mais qui ont en commun d’être « morts pour la terre charnelle », Alain Fournier et Charles Péguy.

12Trois sites insignes du patrimoine artistique de la région (le dixième du total français) ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco : les cathédrales de Notre-Dame de Chartres en 1979 et Saint-Étienne de Bourges en 1992, la Loire dans la partie moyenne de son cours, de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), soit 260 km de long et 745 km² de superficie. Cette dernière inscription, intervenue en 2 000 concerne quatre départements dont trois de la région Centre (Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret).

13Les églises romanes abondent : abbayes de Saint-Benoît-sur-Loire en Orléanais, de Noirlac en Berry, collégiales de Saint-Aignan-sur-Cher et de Saint-Ours de Loches, églises à fresques de la région de Montoire en Vendômois et de Tavant près de Chinon pour ne donner que quelques exemples prestigieux. Au titre du gothique, bien sûr, les cathédrales de Chartres et de Bourges mais aussi celles d’Orléans et de Tours.

14L’architecture de la seconde moitié du xve siècle et de la première moitié du xvie est l’un des fleurons du capital artistique de la région. Il serait aussi vain d’essayer d’en énumérer les manifestations que pour les églises médiévales. Notons seulement que l’hôtel du financier Jacques Cœur à Bourges, construit pour l’essentiel de 1443 à 1450, est une œuvre pionnière dans le développement du décor architectural dans un édifice civil. Par ailleurs, dans la seconde moitié du xvie siècle, la fréquente présence des souverains a marqué profondément l’art français : châteaux d’Amboise, Blois, Chenonceaux, Azay-le-Rideau, Villandry par exemple. Chambord, en bordure de Sologne, précieuse réserve de chasse royale, fut construit de 1519 à 1559. Le plan, probablement inspiré par Léonard de Vinci, en fait une des œuvres les plus novatrices de la Renaissance par la structure cruciforme du « donjon » central. Au nord de la région, le château d’Anet, construit de 1547 à 1552 par Philibert de l’Orme, est également une œuvre majeure de l’art de la Renaissance autant qu’un hymne à l’amour d’Henri II pour Diane de Poitiers.

15L’art régional évoque les prestiges de la Renaissance. L’étude de cette période de l’histoire humaine (« De Pétrarque à Descartes ») attire à Tours des étudiants de nombreux pays au Centre d’études supérieures de la Renaissance, UFR de l’Université de Tours. À Orléans, les médiévistes animent un actif Centre Jeanne d’Arc tandis qu’un centre Charles Péguy est à la disposition des littéraires et des historiens.

16De l’histoire de la région Centre je voudrais évoquer brièvement les xviie et xviiie siècles, époque où les pionniers fondateurs du Canada s’embarquèrent. Dans un monde profondément différent de celui d’aujourd’hui, la région était essentiellement rurale et connut de terribles famines, particulièrement 1661, 1693, 1709. Les industries textiles étaient importantes, notamment la soierie, à Tours, qui déclina après 1670 en raison de la concurrence lyonnaise. La draperie prospérait en Berry, Orléanais, Vendômois. Orléans devint au xviie siècle un grand centre de raffinage du sucre brut des Antilles depuis le grand port colonial de Nantes. Autre grande différence de la région avec l’époque actuelle, le dynamisme religieux. La Réforme catholique fut marquée par l’implantation des instituts religieux nouveaux parmi lesquels jésuites, capucins et ursulines tiennent une place éminente. Marie Guyart (1599-1672) qui implanta les ursulines au Canada est représentative d’un milieu dévot tourangeau très actif. Dans les campagnes, l’action des missions et d’un clergé renouvelé s’efforçait de « remodeler les fidèles » en luttant contre les « superstitions » et les réjouissances profanes qui accompagnaient les fêtes religieuses. Cette pastorale exigeante et brutale contribua aux détachements ultérieurs qu’on a constatés aussi bien en Orléanais qu’en Blésois ou en Touraine…

17Le passé est un puissant facteur d’unité de la région dont toutes les composantes ont été incorporées très tôt au domaine royal. Les écoles primaires de la Troisième République retentissaient du récit des exploits de Louis VI le Gros (1108-1137) soumettant les seigneurs pillards comme celui du Puiset, près de Janville en Beauce… Par la suite les gloires et les drames de l’histoire de France y sont constamment présents : Philippe-Auguste vainqueur de Jean-sans-Terre en Touraine, le « roi de Bourges », Jeanne d’Arc libérant Orléans, Louis XI au Plessis-lès-Tours, Henri IV sacré à Chartres, Marie de Médicis résidant au château de Blois, Choiseul disgrâcié, retiré dans son château de Chanteloup près d’Amboise. L’histoire récente a aussi marqué la région, de l’odyssée de l’armée de la Loire en 1870-1871 au drame de juin 1940 : les derniers combats sur le fleuve et, à la sortie de l’ultime conseil interallié, le 13 juin, à la préfecture de Tours, l’apostrophe prophétique de Churchill à De Gaulle « l’homme du destin ». La ligne de démarcation traversait la région qui connut une active résistance et des épisodes tragiques comme le massacre de Maillé en 1944.

18Le sceau de l’histoire nationale sur son devenir mérite bien, à la région Centre, sa devise de « cœur de la France ».

Bibliographie

Orientation bibliographique

Atlas de la région Centre, Tours, Université de Tours et Institut de géographie de Tours, 1978-1996.

Y. Babonaux, Villes et régions de la Loire moyenne, thèse, Tours, 1966.

J. Debal (dir.), Histoire d’Orléans et de son terroir, Roanne, s.n., 1982-1983.

J. Pelatan, Le Perche. Un pays et ses hommes, Paris, Jaher, 1985.

J.-M. Pérouse de Montclos (dir.), Architectures en région Centre-Val-de-Loire, Beauce, Sologne, Berry, Touraine, Paris, Hachette, 1988.

J. Verrières, « Centre » dans La France des régions (dir. André Gamblin), 3e édition mise à jour, Paris, SEDES, 2000.

F. de Person, Bateliers sur la Loire, Tours, CLD, 1994.

B. Maillard, Les campagnes de Touraine au xviiie siècle, Rennes, PUR, 1996.

B. Maillard, Vivre en Touraine au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2003.

A. Cospérec, Blois, la forme d’une ville, Paris, Imprimerie nationale, 1994.

M. Bouyssou, Réforme catholique et déchristianisation dans le sud du diocèse de Chartres, xvie-xviiie siècle, Chartres, Éditions société archéologique d’Eure-et-Loir, 1998.

Plusieurs volumes publiés à Toulouse par les éditions Privat concernent la région Centre et contiennent des bibliographies détaillées : B. Chevalier (dir.), Histoire de Tours, 1985, J.-M. Constant (dir.), Histoire de Chartres et du pays chartrain, 1983, Y. Denis (dir.), Histoire de Blois et de sa région, G. Devailly (dir.), Histoire du Berry, 1987, F. Lebrun (dir.), Histoire des pays de la Loire, Orléanais, Touraine, Anjou, Maine, 1972, P. Wagret, Histoire de Vendôme et du Vendômois, 1984.

L’Indre-et-Loire, la Touraine des origines à nos jours, C. Croubois (dir.), Saint-Jean-d’Angély, Éditions Bordessoules, 1982.

Notes

1 Les chiffres actuels pour les deux villes sont 137 000 pour Tours, 117 000 pour Orléans et pour les deux agglomérations respectivement 280 000 et 236 000 (www.coeur-de-france.com).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search