Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie V. Touraine, Perche, Pays chartrain et terres lointaines. Missions et érudition

Touraine, Perche, Pays chartrain et terres lointaines. Missions et érudition

Texte intégral

1Le milieu dévot tourangeau a soutenu et financé les entreprises de colonisation et les missions. Deux Tourangeaux célèbres ont participé à ces dernières, Marie Guyart introduisit, en 1639, les ursulines en Nouvelle France pour catéchiser les petites Amérindiennes, François Pallu (1626-1684) fut vicaire apostolique en Chine. La vocation missionnaire de Marie Guyart (Marie de l’Incarnation) s’enracine dans la mystique de l’« école française » de spiritualité au début du xviie siècle. Les grandes espérances mises dans l’évangélisation se heurtèrent aux difficultés de la transmission des concepts de la théologie catholique. De même, la « mission cloîtrée » dut s’adapter au genre de vie semi-nomade des Indiens.

2Madeleine de La Peltrie (1603-1671) était une veuve de petite noblesse percheronne. Tertiaire franciscaine influencée par les Relations jésuites, elle fut la cheville ouvrière de l’établissement au Canada des ursulines – celles que le jésuite Lejeune appelait « les Amazones du grand Dieu ». Cette femme exceptionnelle trouva un appui décisif chez Jean de Bernières et la Compagnie secrète du Saint-Sacrement. Dans une volonté d’engagement personnel caractéristique des mystiques du début du xviie siècle, elle ne se contenta pas de financer mais elle accompagna ses protégées et s’installa en Nouvelle France.

3En 1666, Louis XIV envoya un important corps expéditionnaire pour ruiner les Iroquois dont les agressions menaçaient le commerce des fourrures et le peuplement de la colonie. Dans leurs Relations les jésuites avaient rappelé au roi qu’il devait prendre modèle sur saint Louis contre ces « petits Turcs » de la Nouvelle France. De fait jusqu’à la fin des années soixante du xviie siècle l’esprit de croisade restait encore vivant en France. Marie de l’Incarnation (qui surestimait la puissance des Iroquois) vécut la guerre de 1666 comme un combat eschatologique contre les serviteurs du démon. Sa correspondance est éclairante sur ce point ainsi que la différence d’appréciation avec son fils le bénédictin Claude Martin sur l’emploi de la force.

4Le parisien Laurent Bouchet (1618-1695) devint, en 1670, curé de Nogent-le-Roi à 20 km au nord de Chartres. Il résigna sa cure en 1672, restant dans la paroisse comme « prêtre habitué ». Cette semi-retraite lui permit, s’appuyant sur une bibliothèque bien fournie (3 000 volumes), de condenser ses lectures et ses souvenirs dans une compilation manuscrite de 18 volumes (en partie détruite). Ce qui reste de ce travail érudit permet d’explorer le paysage mental de Bouchet. Le goût de la géographie et de l’exotisme, aspect de la « crise de la conscience européenne », à la fin du xviie siècle, y coexiste avec le souci pastoral et l’esprit missionnaire.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search