Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie IV. Des minorités actives : sorciers, dévots et protestants

Chapitre 15. Le problème protestant dans les visites pastorales chartraines du XVIIe siècle

Texte intégral

1Le diocèse de Chartres était l’une des plus grandes circonscriptions ecclésiastiques de l’ancienne France. Jusqu’à la création, en 1697 de l’évêché de Blois qui l’amputa de 192 paroisses, il en comprenait plus de 900.

  • 1 Cf. J-B. Souchet, Histoire du diocèse et de la ville de Chartres, tome 4, Chartres, Société archéo (...)

2Ce diocèse a été profondément troublé par la crise religieuse du xvie siècle – Sous l’épiscopat de Charles Guillard (1558-1573), et de Nicolas de Thou (1573-1598), les guerres civiles désolèrent la région chartraine. Qu’il suffise de rappeler les batailles de Dreux (1562), d’Auneau (1587) et les deux sièges de Chartres de 1568 et 15911.

  • 2 Nicolas de Thou avait déjà fait des efforts en ce sens qu’attestent ses statuts synodaux mais ils (...)
  • 3 Les registres des visites constituent aux archives d’Eure-et-Loir des séries documentaires massive (...)
  • 4 Sur l’importance historique des visites pastorales, cf. G. Le Bras, Études de sociologie religieus (...)
  • 5 R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie  (...)

3Au xviie siècle, après le médiocre épiscopat d’un prélat courtisan, Philippe Hurault (1598-1620) des efforts considérables furent faits par les évêques, Léonor d’Estampes, Jacques Lescot, Ferdinand de Neuville, pour réformer le clergé de leur diocèse2. Jacques Lescot évêque de 1641 à 1651 a été la figure marquante d’un renouveau nécessaire, car les visites pastorales du début du xviie siècle font apparaître une situation médiocre aussi bien en ce qui concerne le zèle pastoral que la moralité du clergé. Si les procès-verbaux de visites des évêques ont disparu, les archives d’Eure-et-Loir ont conservé d’abondantes séries de visites archidiaconales et décanales pour deux archidiaconés représentant plus de 350 paroisses : le Dunois et le grand archidiaconé3. Le problème de la réforme des ecclésiastiques est la question majeure qui préoccupe les archidiacres et les doyens ruraux dans leurs inspections. Plusieurs d’entre eux furent d’ailleurs liés de très près à l’un des grands restaurateurs de la discipline ecclésiastique, le pittoresque et brutal animateur de la communauté des prêtres de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Adrien Bourdoise. Source majeure de l’histoire de la réforme cléricale, les procès-verbaux de leurs visites contiennent aussi des indications précieuses sur le comportement religieux du peuple catholique et éventuellement sur les protestants4. C’est ce dernier aspect que nous voudrions développer en nous fondant sur les conclusions d’une thèse de 3e cycle encore inédite sur les visites pastorales de la première moitié du xviie siècle5 et sur des sondages dans les registres des procès-verbaux de la période postérieure. Ce travail nous a permis de compléter l’étude du pasteur Henri Lehr qui n’embrassait que la partie du diocèse de Chartres correspondant au département actuel d’Eure-et-Loir.

  • 6 Archives vaticanes, Processus Consistoriales 42, fo 301.
  • 7 Vie de M. de Léris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4010 (fin xviie siècle), p. 97.
  • 8 R. Allier, La cabale des dévots, Paris, Colin, 1902, p. 266.
  • 9 Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus asseurée pour convertir ceux qui se sont (...)

4À en croire certaines sources parisiennes on pourrait imaginer que la question protestante eut à Chartres une très grande importance. Ainsi, lors de l’enquête faite en 1643, par-devant le nonce, sur les vies et mœurs de l’« évêque nommé » Jacques Lescot, un des témoins déclare que la compétence de ce docteur de Sorbonne serait fort utile pour un diocèse « in quo etiam multi sunt heretici6 ». Dans sa biographie d’un archidiacre chartrain, Courtin, prêtre de Saint-Nicolas-du-Chardonnet prétend que les vertus de Lescot auraient ébranlé dans leur croyance les religionnaires « qui étoient alors en grand nombre dans ce vaste diocèse7 ». Il est vrai que Lescot, qui avait dirigé la maison parisienne des nouveaux catholiques8 et qui appuya à Chartres la compagnie du Saint Sacrement, continua une fois évêque à se préoccuper de la « réunion » des religionnaires. Richelieu dont il était le confesseur, l’avait chargé sur son lit de mort, de préparer la publication d’un traité de controverse, laissé en chantier par le cardinal. M. de Chartres mena à bien ce travail en 16519 mais il est apparemment, à la mi-siècle, préoccupé davantage par l’affaire janséniste et, dans son diocèse, par la réforme du clergé et la charité.

  • 10 Les procès-verbaux de visites nous renseignent surtout sur le Dunois, les procès verbaux de Blois (...)
  • 11 Cf. H. Lehr, op. cit. ; S Mours, Les églises réformées de France, Paris, Librairie protestante, 19 (...)
  • 12 Les chiffres de communiants des 69 paroisses visitées correspondent à près de 25 000 catholiques.

5En réalité, ni les pieuses exagérations des clercs parisiens, ni l’intérêt que Lescot porte au problème protestant ne doivent faire illusion : cette question est secondaire dans le diocèse de Chartres. Il subsistait certes au xviie siècle des groupes protestants dans le Dunois, le Perche, le pays Chartrain, le Blésois et le Drouais10. Le nombre total de ces réformés était faible : moins de 10 000 personnes11 alors qu’à la mi-xviie siècle les seuls archidiaconés de Dunois et le Grand archidiaconé comptaient plus de 150 000 habitants. La faiblesse des effectifs protestants apparaît dans les visites lorsque, ce qui est rare, les archidiacres ou les doyens s’en informent. Ainsi en 1664 pour le doyenné rural de Beauce (cf. tableau ci-dessous). Deux communautés réformées de quelque importance existent autour de Bazoches et de Marchenoir-Saint-Léonard mais, même en considérant qu’à Marchenoir on devait compter une cinquantaine de familles protestantes, cela nous donne pour le tiers des paroisses du doyenné où des religionnaires sont signalés 160 ou 170 familles, soit 7 à 800 protestants. Dans les 20 paroisses en question le doyen Sulpice Douer dénombre plus de 5 000 communiants catholiques soit, compte tenu de 40 % au moins de non assujettis à la communion, au moins 8 000 habitants catholiques12.

Indications sur les effectifs protestants

Nombre de communiants

Autainville

5 familles

350

Bazoches-en-Dunois

45 familles

160

Bourneville

7 familles

110

Colombe (La)

1 famille

120

Gahandière (La)

(une personne)

60

Guillonville

2 familles

250

Jallans

1 famille

200

Joigny

2 familles

160

Marchenoir

« des familles » Dans la visite de 1676, le doyen note qu’il y a plus de protestants que de catholiques, donc une cinquantaine de familles au moins, à Marchenoir.

200

Moléans

2 familles

200

Ozouer-le-Breuil

8 familles

400

Patay

12 familles

6 à 700

Péronville

4 familles

300

Plessis-l’Echelle

2 familles

120

Saint-Cloud

1 famille

100

Saint-Léonard

12 familles

500

Saint-Mandé

2 familles

30

Sancheville

6 familles

550

Viabon

2 familles

4 à 500

Villampuy

2 familles

240

Villeneuve/Conie

1 famille

110

117 familles + X à Marchenoir

5 360

  • 13 Visites de Sulpice Douer, doyen rural de Beauce ; Arch. dép. Eure-et-Loir G 849. Dans 21 paroisses (...)

Effectifs protestants et catholiques dans le doyenné de Beauce en 166413.

  • 14 Sur l’immense problème des persistances multiformes de l’ancienne unité cf. A. Dupront, Unité des (...)

6La faiblesse des effectifs n’exclut pas un réel dynamisme de la part des protestants qui parviennent à garder leur personnalité. Les procès-verbaux de visites nous renseignent surtout sur les formes de coexistence avec les catholiques, marquées parfois par des rapports tendus, souvent par un étonnant irénisme14.

Les gentilshommes protestants

  • 15 Ainsi en 1657, à Ouestreville (Arch. dép. G 792), en 1664, à Bourneville (Arch. dép. G 849) à Brét (...)
  • 16 H. Lehr, op. cit., p. 192.
  • 17 Arch. dép. Chartres G 820.

7La petite gentilhommerie avait joué un rôle important dans l’essor du calvinisme au xvie siècle. Les procès-verbaux de visites la font apparaître parfois à la tête des groupes réformés15. À Dangeau dont l’église réformée avait été fondée en 1563 par le seigneur du lieu Louis de Courcillon16, l’archidiacre de Dunois, Le Féron constate avec scandale que les protestants font enterrer leurs morts au cimetière « et même que dans l’église de Dangeau, le seigneur du lieu est inhumé devant le saint sacrement de l’autel ainsi qu’il nous est apparu par la lecture des tombes. Avons ordonné que le présent procès-verbal sera communiqué à Monseigneur de Chartres pour y apporter tel règlement qu’il verra bon être17 ».

  • 18 Arch. dép. Chartres G 807. En 1656, le grand archidiacre y releva 15 communiants et constatant que (...)
  • 19 Cf. Lehr, op. cit., p. 322.
  • 20 Arch. dép. G 843 et 844 (visites de N. Lemaire en 1670 et 1671). Situation analogue à Saint-Martin (...)

8À Villebon, minuscule paroisse à l’ombre du château du défunt ministre d’Henri IV, le doyen de Courville constate, en 1644, que le seul habitant catholique de la paroisse est un des domestiques de Mme de Sully18. En 1670, le seigneur de Melleray accueille l’église d’Authon qu’un arrêt du grand conseil avait obligée à tenir ses assemblées extra muros19 ; l’archidiacre de Dunois dénonce cette situation : « Monsieur de Champs qui est de la religion prétendue réformée a establi un presche dans sa maison où luy, ses domestiques et même les hérétiques du voisinage s’assemblent et on y fait les prières et le presche20 ».

  • 21 Cf. l’épisode de la conversion du marquis de Dangeau en 1665 dans H. Lehr, op. cit., p. 348.
  • 22 Mentionnée dans H. Lehr, op. cit., p. 397.
  • 23 Visite de la paroisse de Villampuy, Arch. dép. G 832.

9La reconquête de cette noblesse devait être, comme dans les autres diocèses, l’objet des préoccupations du clergé21. Nous en avons, une manifestation caractéristique. C’est la solennité donnée, en 1650, par l’archidiacre et vicaire général Le Féron à la réception de l’abjuration d’Henri de Villereau22 « lequel nous auroit fait entendre que Dieu luy avoit fait la grâce de penser à sa conversion et d’abjurer l’hérésie de Calvin en laquelle il auroit été nourry jusques à présent ». Le Féron ajoute qu’il a « conféré avec luy et recognu sa bonne volonté avec l’instruction qu’il avoit eue pour ce faire ». Après une prédication de Le Féron, le converti abjure solennellement et « fait profession de la religion catholique apostolique et romaine selon la forme prescripte par le saint concile de Trente » en présence de six curés, de dix parents ou amis et de trois autres témoins23.

Tensions urbaines

  • 24 H. Lehr, op. cit., p. 168.
  • 25 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Chateaudun 1525-1789, thèse de 3e cycle, P (...)
  • 26 Arch. dép. G 820.

10La population protestante de Châteaudun était relativement importante au début du xviie siècle : la moyenne annuelle de baptêmes était de 28 de 1591 à 160124. Le nombre des réformés de Châteaudun baisse au cours du siècle, comme l’ensemble de la population de la ville, qui passa de 10 000 habitants en 1550 à 5 000 vers 1700. De nombreux protestants émigrèrent au moment de la persécution. M. Couturier évalue à seulement 30 le nombre de familles protestantes qui durent abjurer en 168525. C’est seulement à Châteaudun que nous avons rencontré dans les années trente du xviie siècle une opposition violente entre la communauté catholique et la minorité protestante. Les religionnaires se réunissaient en effet dans une maison proche de l’église Saint-Lubin où l’archidiacre Le Féron note en 1630 que « demeure celui qu’ils appellent ministre » ce qui est l’occasion de « scandales » soit que les cérémonies protestantes aient lieu à la même heure que la messe, soit que les processions passent devant le temple. L’archidiacre précise que son procès-verbal sera montré à l’évêque « afin d’y estre par luy donné tel ordre et réglement qu’il appartiendra par raison26 ». En 1634 le clergé de Saint-Lubin se plaint encore à l’archidiacre :

  • 27 Arch. dép. G 822 ; citation très incomplète dans H. Lehr, op. cit., p. 380, n. 2.

ceux de la religion préthendue sont à scandale à toute l’église, principalement ledit curé nous a dit que lesdits de la religion prétendue se servent des cloches de son église et que, beaucoup de fois les habitants de sa paroisse sortant de leur messe paroissiale rencontrent ceux de la religion qui sortent aussy de leur presche duquel la porte est face à face de celle de l’église. Que d’ordinaire on entend ceux de ladite religion qui chantent plus haut que ceulx de l’église, mesme quelques particuliers desquels les logis ont veue sur le cimetière qui aux soirs chantent leurs psalmes et autres prières en langue vulgaire au scandale des catholiques, apostoliques et romains, que beaucoup de fois lorsqu’on porte le saint sacrement, par dérision ils passent et repassent et jettent les balieures de leur maison pour tesmoigner leur mespris, qu’ils portent les corps des morts de leur créance en plein midy accompagnez de beaucoup de personnes de leur secte. Qu’ils se mocquent, estant à leur fenestre de toutes les processions et autres cérémonies qui se font en l’église. Et que même le jour de l’Ascension sur ce que l’on tesmoignoit la solemnité du jour par le son des cloches, quelques uns d’iceux seroient venus pour offenser ceux qui sonnoient et seroient efforcez de couper les cordes des cloches.27

  • 28 M. Couturier, op. cit., p. 254 signale l’importance de l’effectif protestant dans la paroisse de S (...)

11Ce texte vivant suggère – compte tenu de la possible exagération du curé de Saint-Lubin – qu’il y a dans ce quartier de Châteaudun28 une communauté protestante vigoureuse et apparemment agressive.

  • 29 Arch. dép. G 834.
  • 30 Lehr, op. cit., p. 384.
  • 31 Visite de Nicolas Lemaire à Saint-Jean-de-Chateaudun. Arch. dép. G 847.

12Au niveau de nos documents la coexistence entre protestants et catholiques dunois ne semble pas aussi hargneuse après cette visite de 1634. Les soucis nés, après 1635, des circonstances politiques, de la pression fiscale, de la dépression économique ont-ils fait passer au second plan les antagonismes entre les deux communautés ? En tout cas après 1635 nous ne retrouvons plus guère de plaintes contre les réformés de Châteaudun. Au contraire, en 1652, Le Féron apprend qu’un vicaire de la paroisse Saint-Valérien « enseigne les enfans huguenots29 ». S’il y a eu des conversions plus ou moins sincères à la religion romaine30, nous relevons au moins un cas fort tardif (1677) d’adhésion à la Réforme ; l’archidiacre en est saisi, car le nouveau protestant fait du prosélytisme : « nous a esté fait plainte que le nommé Jean Hermelin qui s’est retiré de la communion de l’eglise catholique pour embrasser la religion prétendue réfomée a perverti François Frayer et qu’il sollicite plusieurs bergers et autres gens simples pour les attirer à la même religion31 ».

Irénisme campagnard ?

  • 32 Arch. dép. G 819, visite de N. Janvier.
  • 33 Arch. dép. G 831, visite de B. Le Féron, mentionnée par Lehr, op. cit., p. 397, note 2.
  • 34 Arch. dép. G 810, visite de L. Baudouin doyen rural.
  • 35 Arch. dép. G 849, visite de B. Le Féron.
  • 36 Arch. dép. G 822, visite de B. Le Féron.
  • 37 Arch. dép. G 841, visite de N. Lemaire.

13Les manifestations d’oppositions religieuses que nous avons rencontrées sont limitées au début de la période envisagée, les plus anciennes visites conservées pour le Dunois datant de 1628. Elles ont aussi un caractère urbain. Dans les paroisses rurales, nous avons, au contraire, plusieurs exemples d’ecclésiastiques qui fréquentent les tavernes en compagnie de gens de la religion : à Romilly, en 1628, les habitants accusent leur curé d’intempérance et déclarent – circonstance aggravante – qu’« on l’a veu à la taverne en présence de plusieurs mesmes d’un hérétique, chanter les litanies de la Vierge32 ». À Bazoches-en-Dunois, en 1649, quelques paroissiens déclarent sous la foi du serment « unanimement et de vive voix » que leur curé « est grandement adonné à l’yvrognerie… qu’il est tous les jours avec les Huguenots à boire33 ». Dans le doyenné de Rochefort en Yvelines, à Chatenay, en mai 1650 entre autres plaintes contre un curé dont le vent de Fronde a réveillé l’humeur soldatesque (« la voix publique a dict qu’il avoit abandonné sa paroisse depuis le mois de fébvrier sans l’avoir veu qu’un certain dimanche l’espée au côté, le collet à la cravate… »), le doyen apprend que cet ecclésiastique botté fait peu de cas des barrières religieuses : « nous a en oultre esté rapporté que ledit sieur curé, le Caresme de 1649, joua toutes les festes et dimanches aux cartes avec un huguenot, négligeant son service, beuvant, mangeant et couchant avec luy34 ». En 1664, le vicaire de Saint-Léonard près Marchenoir est accusé de hanter « scandaleusement les cabarets mesme avec les hérétiques35 ». Dans d’autres cas il s’agit de simples relations amicales comme en 1634, ce curé de Douy, accusé de recevoir « des serviteurs de quelques huguenots de la paroisse de Saint-Denis-des-ponts36 ». En 1668, le prieur curé de Marchenoir se voit interdire de « trop hanter familièrement les hérétiques37 ».

  • 38 380 protestants selon Lehr, op. cit., p. 318 ; au moins le tiers de la population de ce bourg du P (...)
  • 39 Arch. dép. G 820 et 821, visite de B. Le Féron.
  • 40 Arch. dép. G 824.

14Ailleurs ce sont des laïques qui sont mis en cause. Ainsi, à Authon où il y a une forte population protestante38, le sacristain enterre les hérétiques ce qui lui vaut une menace de révocation en 1630 et 163339. La réitération des mises en garde est signe de la difficulté d’être obéi au point qu’en 1639 le même archidiacre visiteur doit envisager des sanctions plus graves : il défend en effet au sacristain et ses enfants « de servir les hérétiques en leurs enterrements à peine d’excommunication et d’estre privés de leur charge40 ».

  • 41 Arch. dép. G 842, visite de N. Lemaire.
  • 42 Arch. dép. G 847, visite de N. Lemaire.

15L’absence de doléances contre les protestants, voire de tels exemples de collaboration, impliquent une coexistence assez paisible entre catholiques et réformés. L’œcuménisme de cabaret reproché à certains prêtres se poursuit de la part des laïques dans la seconde moitié du siècle : certains d’entre eux, à Bazoches-en-Dunois, ne vont-ils pas, en 1670, jusqu’à préférer la fréquentation de la taverne protestante à celle de la messe paroissiale ! Le vicaire du lieu se plaint de « deux cabarettiers huguenots qui reçoivent les paroissiens et leur donnent à boire pendant le service divin contre les ordonnances, que lesdits huguenots étant au cabaret disputent des choses de la religion, l’un faisant le catholique et l’autre le huguenot, lesquelles disputes se terminent en blasphèmes contre le Saint Sacrement et les autres mystères de notre religion catholique, de plus nous a dit qu’il y avoit plusieurs catholiques qui passoient le temps du service dans les cabarets et qui venoient ensuite à l’église pour y faire scandale41 ». En 1677, la situation paraît identique, le curé de Bazoches déclarant que « ses paroissiens ne se rendoient point assidus au service divin, particulièrement aux vespres, deux cabarettiers qui sont huguenots leur donnant du vin42 ».

  • 43 Arch. dép. G 842.
  • 44 Arch. dép. G 845.
  • 45 Arch. dép. G 848.

16L’école constitue un autre lieu de contact pacifique. Aux termes de l’article 22 de l’édit de Nantes, il ne devait y être « fait différence ne distinction pour le regard de ladite religion à recevoir les écoliers ». Dans les paroisses où les protestants sont nombreux, il arrive même que les maîtres d’école catholiques enseignent aux enfants des réformés les rudiments de leur religion. Ainsi, en 1670, à Patay « un des deux maîtres d’école qui s’appelle Adam enseigne les enfants des Huguenots et même leur fait lire les livres de leur religion » et l’archidiacre Lemaire lui interdit d’admettre les enfants protestants dans son école sous peine de révocation43. Trois ans plus tard le même archidiacre rencontre la même pratique à Bourneville où il révoque un maître d’école qui « enseigne le catéchisme huguenot44 ». À Authon, en 1678, Lemaire défend au maître d’école qui instruit les enfants protestants dans leurs maisons « d’apprendre aux dits huguenots à chanter les psaumes de David suivant la version de Marot et cela à peine d’estre interdit de la fonction de maistre d’escolle45 ».

Indices de vitalité protestante

17Ces manifestations de coexistence paisible ne signifient d’ailleurs pas un manque de vitalité des petites communautés protestantes.

  • 46 Arch. dép. G 793.
  • 47 Arch. dép. G 841, visite de N. Lemaire.
  • 48 Arch. dép. G 842, visite de N. Lemaire (il n’y a que 4 familles protestantes à Péronville).
  • 49 Arch. dép. G 844.
  • 50 Ibid.

18Dans le grand archidiaconé en 1664, malgré les ordonnances royales, les protestants continuent à enterrer leurs morts en plein jour à Brétencourt, à Sainte-Escobille et Saint-Martin-de-Nigelles. À Saint-Arnoul, un protestant qui a abjuré est insulté par un de ses anciens coreligionnaires46. En 1668, à Bourneville, le curé se plaint des réformés du lieu qui « sèment des livres de leur fausse religion parmi les catholiques pour les séduire et… rompent les croix qui sont dans le cimetière47 ». À Péronville qui, comme Bourneville, dépend de l’église protestante de Bazoches, l’archidiacre apprend « avec déplaisir qu’un catholique de ladite paroisse avoit vendu un petit fond à un hérétique ce qui fait que les huguenots prennent pied et s’establissent dans la paroisse48 ». Même à Dangeau dont le seigneur avait abjuré en 1665, le curé représente, en 1671, à Nicolas Lemaire que « les huguenots faisoient leurs mariages et enterrements publiquement et en plein jour et qu’un jeune homme qui s’estoit converti à la foy a esté perverti et qu’ils l’ont envoyé en Hollande49 ». La même année nous avons rencontré de pareilles précautions contre la conversion possible de jeunes gens à Authon : « Henriette de Gallot fille du sieur de Tilly, la nuict de la mort de son père fut enlevée par ceux de la Religion prétendue réformée et deux garçons et deux filles du défunt sieur de Bréval auroient pareillement esté enlevés par ceux du parti de la Religion prétendue réformée ». Ledit sieur de Bréval s’était converti au catholicisme à l’article de la mort mais le curé d’Authon « ne l’avoit osé enterrer ny à l’église ny au cimetière parce que quelques jeunes garçons l’en empeschèrent50 ».

  • 51 Arch. dép. G 805, doyenné d’Auneau.
  • 52 Cf. note 31.

19Deux ans plus tard, en 1673, un non pascalisant de Maisons déclara à son curé que « si on le pressoit il se feroit huguenot51 » et nous avons vu, huit ans avant la Révocation, un nouveau protestant dunois manifester un zèle actif de convertisseur52.

  • 53 Arch. dép. G 797.
  • 54 Arch. dép. G supp. 154.

20Les visites pastorales nous montrent aussi la répugnance des protestants devant le changement de religion imposé par Louis XIV. Il est remarquable de noter des résistances de la part des protestants isolés deux ans après l’édit de Fontainebleau. Nous n’avons pu nous en assurer pour le Dunois dont les procès-verbaux de visites s’arrêtent en 1678 mais, dans le grand archidiaconé, le grand archidiacre Louis Robert enregistra une nette opposition. En 1686, visitant les doyennés occidentaux, il constate à Meslay le Vidame, Brou, Saint-Germain-le-Gaillard et Saint-Georges-sur-Eure que les nouveaux convertis n’ont pas encore fait leurs Pâques. Dans cette dernière paroisse il apprend même que cinq d’entre eux « n’ont point de respect mais seulement du mespris pour les cérémonies de l’Eglise53 ». En 1687, dans l’inspection de la partie est du grand archidiaconé, Robert fut informé de résistances analogues à Orfin (un nouveau catholique), à Sermaise (deux nouveaux catholiques), à Chatenay (« deux demoiselles » un nouveau catholique), à Paré (deux familles), à Boinville-le-Gailllard (une famille), à Aunay (une famille), à Domerville (un seigneur et sa servante). Si à Sainte-Escobille quelques convertis rempliseent les devoirs de catholiques, une famille seigneuriale « ne donne que des marques contraires » à la confession romaine. À Saint-Martin-de-Nigelles « 13 familles de nouveaux convertis dont il n’y a pas un qui ait satisfait au devoir pascal » ; un vigneron du lieu Pierre Theuvin est accusé de « détourner les autres de venir à l’église et se moque d’eux quand il voit qu’ils y sont venus ». À Orsemont 18 nouveaux catholiques « ne viennent point à l’église et n’y envoient pas leurs enfants54 ». Ces résistances de noyaux isolés dans la masse catholique ne pouvaient se prolonger devant la double pression des autorités politiques et ecclésiastiques. Elles n’en sont pas moins significatives de la fidélité de ces groupes à la foi réformée.

  • 55 Alors que dans son traité de 1620 De Visitatione, Janvier, l’archidiacre de Dunois prescrivait aux (...)

21Il serait sans doute présomptueux de tirer des conclusions excessives d’une documentation éparse. La discrétion même de nos sources est le signe de l’importance relativement secondaire de la question protestante pour le clergé du diocèse de Chartres55. Il suffit de songer par exemple au caractère obsédant que revêt ce problème, à la même époque, dans les tournées pastorales des évêques du Bas Languedoc. Nous avons cependant le sentiment que, sauf au début de la période, et dans une ville, il n’y a pas dans la partie du diocèse que concernent nos documents de difficultés graves avec les réformés. Les communautés protestantes beauceronnes ou percheronnes étaient trop peu nombreuses pour survivre à l’étouffement politique de la fin du siècle. Au travers des difficultés qui les assaillent elles ne témoignent pas moins, – très avant dans le xviie siècle – d’une belle vitalité. Ici comme ailleurs l’hypothèse d’une anémie pernicieuse du corps protestant au xviie siècle paraît excessive.

Notes

1 Cf. J-B. Souchet, Histoire du diocèse et de la ville de Chartres, tome 4, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1873 ; H. Lehr, La Réforme et les églises réformées dans le département actuel d’Eure-et-Loir (1523-1911), Chartres, Garnier, 1912, 578 p. ; E. Haye, « Notes historiques sur Chartres et le diocèse de Chartres pendant l’épiscopat de Louis et Charles Guillard », Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, tome 10, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1896, p. 241-272 et 423-467 ; E. de Lepinois, Histoire de Chartres, Chartres, Garnier, 1854.

2 Nicolas de Thou avait déjà fait des efforts en ce sens qu’attestent ses statuts synodaux mais ils avaient été paralysés par la guerre.

3 Les registres des visites constituent aux archives d’Eure-et-Loir des séries documentaires massives : vistes de l’archidiaconé de Dunois de 1628 à 1678, G 819 à 850, visites du grand archidiaconé de 1640 à 1699 et de 1713 à 1724 G 791 à 804 ; G 805 à 810 ; G supp. 146 à 158.

4 Sur l’importance historique des visites pastorales, cf. G. Le Bras, Études de sociologie religieuse, Paris, PUF, 1955 ; P. Chaunu, « Une histoire religieuse sérielle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1965, p. 5-34 ; D. Julia et M. Venard, « Pour un répertoire des visites pastorales », Revue de l’histoire de l’Église de France, 1969, p. 49-67 et 279-289, projet réalisé ultérieurement, 4 volumes, Paris, Éditions du CNRS, 1977-1985.

5 R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle (essai de sociologie religieuse), thèse de 3e cycle, Paris, Sorbonne, 1970, XV-460 p. ; publiée ultérieurement, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1975.

6 Archives vaticanes, Processus Consistoriales 42, fo 301.

7 Vie de M. de Léris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4010 (fin xviie siècle), p. 97.

8 R. Allier, La cabale des dévots, Paris, Colin, 1902, p. 266.

9 Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus asseurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l’Église, Paris, Cramoisy, 1651. Édition récente par F. Hildesheimer et S. Morgain, Paris, Champion, 2005.

10 Les procès-verbaux de visites nous renseignent surtout sur le Dunois, les procès verbaux de Blois et Dreux ayant disparu.

11 Cf. H. Lehr, op. cit. ; S Mours, Les églises réformées de France, Paris, Librairie protestante, 1958.

12 Les chiffres de communiants des 69 paroisses visitées correspondent à près de 25 000 catholiques.

13 Visites de Sulpice Douer, doyen rural de Beauce ; Arch. dép. Eure-et-Loir G 849. Dans 21 paroisses sur 69, le doyen mentionne la présence de réformés.

14 Sur l’immense problème des persistances multiformes de l’ancienne unité cf. A. Dupront, Unité des chrétiens et unité de l’Europe dans la période moderne, 13e Congrès international des sciences historiques, Moscou, Naouka, 1970.

15 Ainsi en 1657, à Ouestreville (Arch. dép. G 792), en 1664, à Bourneville (Arch. dép. G 849) à Brétencourt, (doyenné de Rochefort) en 1650 (G 810), à Epautrolles (doyenné de Brou) en 1669 (G sup. 148), à Authon et Ozouer le Breuil en 1670 (G 843).

16 H. Lehr, op. cit., p. 192.

17 Arch. dép. Chartres G 820.

18 Arch. dép. Chartres G 807. En 1656, le grand archidiacre y releva 15 communiants et constatant que c’était un protestant qui avait soin de l’horloge de l’église ce qui l’obligeait à traverser cette dernière, il ordonna qu’« on en donnera le soin à un autre » (G 791).

19 Cf. Lehr, op. cit., p. 322.

20 Arch. dép. G 843 et 844 (visites de N. Lemaire en 1670 et 1671). Situation analogue à Saint-Martin-de-Nigelles dénoncée par le grand archidiacre en 1664 (G 793) ; au cours de cette tournée, plaintes contre l’attitude irrespectueuse de seigneurs protestants dans cette paroisse ainsi qu’à Sainte-Escobille. Dénonciation d’un autre prêche seigneurial à Longvilliers.

21 Cf. l’épisode de la conversion du marquis de Dangeau en 1665 dans H. Lehr, op. cit., p. 348.

22 Mentionnée dans H. Lehr, op. cit., p. 397.

23 Visite de la paroisse de Villampuy, Arch. dép. G 832.

24 H. Lehr, op. cit., p. 168.

25 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Chateaudun 1525-1789, thèse de 3e cycle, Paris, 1969, p. 136.

26 Arch. dép. G 820.

27 Arch. dép. G 822 ; citation très incomplète dans H. Lehr, op. cit., p. 380, n. 2.

28 M. Couturier, op. cit., p. 254 signale l’importance de l’effectif protestant dans la paroisse de Saint-Lubin, l’une des plus riches de la ville.

29 Arch. dép. G 834.

30 Lehr, op. cit., p. 384.

31 Visite de Nicolas Lemaire à Saint-Jean-de-Chateaudun. Arch. dép. G 847.

32 Arch. dép. G 819, visite de N. Janvier.

33 Arch. dép. G 831, visite de B. Le Féron, mentionnée par Lehr, op. cit., p. 397, note 2.

34 Arch. dép. G 810, visite de L. Baudouin doyen rural.

35 Arch. dép. G 849, visite de B. Le Féron.

36 Arch. dép. G 822, visite de B. Le Féron.

37 Arch. dép. G 841, visite de N. Lemaire.

38 380 protestants selon Lehr, op. cit., p. 318 ; au moins le tiers de la population de ce bourg du Perche.

39 Arch. dép. G 820 et 821, visite de B. Le Féron.

40 Arch. dép. G 824.

41 Arch. dép. G 842, visite de N. Lemaire.

42 Arch. dép. G 847, visite de N. Lemaire.

43 Arch. dép. G 842.

44 Arch. dép. G 845.

45 Arch. dép. G 848.

46 Arch. dép. G 793.

47 Arch. dép. G 841, visite de N. Lemaire.

48 Arch. dép. G 842, visite de N. Lemaire (il n’y a que 4 familles protestantes à Péronville).

49 Arch. dép. G 844.

50 Ibid.

51 Arch. dép. G 805, doyenné d’Auneau.

52 Cf. note 31.

53 Arch. dép. G 797.

54 Arch. dép. G supp. 154.

55 Alors que dans son traité de 1620 De Visitatione, Janvier, l’archidiacre de Dunois prescrivait aux inspecteurs ecclésiastiques de s’enquérir « an sit haeresis vel aliud crimen publice » (p. 26), il est significatif de constater que rédigeant en 1647 un modèle détaillé de visite à l’intention de ses doyens ruraux (Arch. dép. G 778) le grand archidiacre ne pense pas à leur prescrire de s’informer des religionnaires.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search