Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie IV. Des minorités actives : sorciers, dévots et protestants

Chapitre 14. Le milieu dévot tourangeau et les débuts de la Réforme catholique

Texte intégral

  • 1 Cf. Répertoire des visites pastorales de la France, Paris, CNRS, 1985, 1re série, tome 4, p. 489-4 (...)
  • 2 Excellentes études ponctuelles cependant de Pierre Aquilon, à partir des minutes notariales : cf. (...)
  • 3 G.-M. Oury, « Marie de l’Incarnation (1599-1672) » et « Pour une meilleure connaissance de la form (...)
  • 4 Je signalerai tout particulièrement les travaux d’A. Jolit sur Les ordres religieux féminins à Tou (...)
  • 5 Cf. J. Dagens, Bérulle et les origines de la Restauration catholique (1575-1611), Paris, Desclée d (...)

1L’histoire religieuse de la Touraine moderne reste mal connue. Les sources proprement ecclésiastiques sont peu abondantes1, les autres sont à peine exploitées2. Les travaux scientifiques sont peu nombreux, mises à part les excellentes études de dom Guy Oury sur Marie de l’Incarnation, l’ursuline tourangelle introductrice de son ordre en Nouvelle France3. Néanmoins quelques recherches, que j’ai le plaisir de diriger au centre de la Renaissance, m’ont permis d’entrevoir l’existence de l’activité d’un milieu dévot ou plus exactement de milieux dévots qui restent à étudier profondément en eux-mêmes dans leurs structures, leurs relations, leurs activités4. Comme à Paris au début du xviie siècle5, il me semble qu’il y a une continuité entre le militantisme du temps des guerres et le mouvement dévot du début du xviie siècle, héritier de l’esprit de lutte autant que de celui de Réforme.

  • 6 C. Chéreau, Isaac de Razilly chevalier de Malte, mémoire de maîtrise, Tours, 1985, annexe I.

2Les différentes strates des élites sociales tourangelles ont animé le renouveau catholique. Au titre de la vieille noblesse, les Menou, les Roussellé, les Quatrebarbe, les Razilly. Ces derniers, famille du Véron, non loin de Chinon, sont connus du grand public pour leur rôle dans la colonisation du Canada mais leur action colonisatrice et missionnaire au nouveau monde prend ses racines dans leur formation de chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Des huit enfants de François de Razilly gouverneur de Loudun sous Henri III, deux devinrent religieuses, un, moine de Saint-Florent de Saumur et deux, chevaliers de Malte6.

  • 7 Cf. P. de Bérulle, Correspondance, J. Dagens (éd.), Paris, Desclée de Bouwer, 1937-1939, tome 1, p (...)
  • 8 Cinq des quinze enfants (dont 8 morts en bas âge) d’Antoine du Bois, entrèrent dans la vie convent (...)

3Mais la famille noble de loin la plus importante au titre de la création religieuse du premier xviie siècle est la famille du Bois de Fontaines-Maran, tout aussi considérable mutatis mutandis pour la Touraine que le fut la famille Acarie, sa parente, pour le Paris dévot de la même époque. Ami de Bérulle et du Père Coton7 Antoine du Bois, père de Madeleine de Saint-Joseph, la « plus haute gloire » du carmel français selon l’abbé Bremond, fut la cheville ouvrière de l’implantation à Tours du Carmel en 1608 et de l’Oratoire en 16178. Il acheva lui-même sa vie dans cette congrégation.

  • 9 À titre d’exemple, tableau généalogique simplifié de la famille Pallu. Les éléments m’en ont été f (...)
  • 10 D. Dessert, Argent pouvoir et société au grand siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 543 ; F. Bayard, Le (...)

4À côté, ou plutôt au-dessous de la vieille noblesse, un autre groupe social fut particulièrement actif, le patriciat urbain tourangeau : conseillers au présidial, échevins, riches marchands, gens de finances. Tout un monde accédant ou en voie d’accession à la noblesse a été véritablement le ciment de la Réforme catholique, un ensemble de familles qui mériteront une étude approfondie, les Fumée, Forget, Gaultier, Pallu, Joubert, Gault (la famille du célèbre évêque de Marseille), Bonneau9. C’est un milieu lié par de multiples attaches matrimoniales, et qui tient une place particulière dans le domaine des finances. Daniel Dessert et Françoise Bayard ont dégagé l’importance de la famille Bonneau dont le chef Thomas, fils d’un échevin de Tours, fut un des plus gros traitants du règne de Louis XIII. Cet oncle de François Pallu, le premier évêque de Chine, et de Marie Bonneau (Mme de Miramion, égérie des cercles dévots parisiens) fut, selon l’expression de Daniel Dessert, « un des représentants de la finance ultra-catholique10 ».

Tableau généalogique de la famille Pallu.

  • 11 Cf. A. Jolit, op. cit., p. 60 et 72. Au xviie siècle, 50 professes du couvent de Tours sur 78 sont (...)

5Au-dessous de ce patriciat urbain nous trouvons la moyenne bourgeoisie marchande. C’est le milieu originel de Marie de l’Incarnation, l’introductrice des ursulines au Canada ; deux de ses cousines filles d’un marchand quincailler sont entrées au Carmel de Tours dont près de la moitié du recrutement au xviie siècle est fournie par ce groupe social11.

  • 12 B. Maillard, dans Histoire de Tours, B. Chevalier (dir.), Toulouse, Privat, 1985, p. 179 sq.
  • 13 G.-M. Oury, art. cit., p. 190-191. La place nous manque pour étudier le détail de ces implantation (...)

6Le dynamisme du milieu dévot tourangeau est extrême au début du xviie siècle, contrastant avec le « lent assoupissement12 » que commence à connaître la ville. Il se manifeste, sur le plan local, par l’appui apporté à une impressionnante série d’implantations conventuelles de 1608 à 1636 : carmélites, capucins, oratoriens, second couvent de minimes, feuillants, ursulines, jésuites, calvairiennes. Par exemple, la prise en mains du collège par les jésuites, en 1632, fut favorisée non seulement par l’archevêque Bertrand d’Eschaux mais par un lobby de bourgeois tourangeaux, anciens élèves du collège de La Flèche, membres de la congrégation de Notre-Dame érigée dans cet établissement où ils se rendaient pour les principales fêtes mariales13.

  • 14 R. Allier, La cabale des dévots, Paris, Armand Colin, 1902, p. 153-154 ; G.-M. Oury, Mgr François (...)
  • 15 R. Allier, op. cit., p. 234.
  • 16 Bibliothèque municipale de Tours, ms. 1307. Quelques noms d’associés tourangeaux ont été relevés p (...)
  • 17 La vénérable Madeleine de Saint Joseph, op. cit., p. 270.

7Au-delà des horizons tourangeaux, il est intéressant de noter la participation active des dévots à l’épopée missionnaire du xviie siècle : expéditions colonisatrices et évangélisatrices de François et Isaac de Razilly au Brésil en 1611 et d’Isaac de Razilly, de 1632 à 1635, au Canada où Marie de l’Incarnation devait arriver à son tour en 1639. À la mi-siècle, l’apostolat de François Pallu en Extrême-Orient fut soutenu par sa parente Mme de Miramion et, au delà, par la compagnie du Saint Sacrement qui a également aidé l’entreprise canadienne de Marie de l’Incarnation14. On aimerait pouvoir éclairer le milieu dévot en relevant les affiliations à cette société secrète qui existait à Tours depuis 164115. Malheureusement, le manuscrit de la Bibliothèque municipale de Tours qui contenait la liste de ses membres en 1651 a été détruit en 194016. Il est probable que nous y aurions retrouvé nos familles : François Pallu a été lié à la Compagnie, Madeleine de Saint-Joseph de Fontaines-Maran était en relation avec le duc Henri de Lévis-Ventadour créateur de cette société secrète17. Cette évocation de la « cabale des dévots » dont le zèle anti-protestant est connu m’amène à évoquer un caractère essentiel : l’œuvre de Réforme catholique est – ici comme ailleurs – indissociable de l’action de Contre-Réforme.

  • 18 Cf. G.-M. Oury, art. cit., p. 41) : « Le heurt des deux communautés religieuses a été, semble-t-il (...)
  • 19 Cf. B. Chevalier, Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 170 sq. J.-P. Surrault, dans L’Ind (...)
  • 20 B. Chevalier, op. cit., p. 173.
  • 21 P. Aquilon, « Milieux urbains et réformes… », art. cit., p. 81.

8La Touraine de la fin du xvie siècle a une réputation de loyalisme monarchique, fondée sur la présence d’Henri III et du parlement dans la capitale du duché après les barricades parisiennes ou sur l’évocation de la fameuse rencontre du dernier souverain valois et d’Henri de Navarre au Plessis-les-Tours, en avril 158918. En réalité, à l’encontre du stéréotype régional sur la nature paisible des Tourangeaux, la ville a été le théâtre d’affrontements sanglants. À la violence des huguenots qui s’en étaient emparés en avril 1562, répondit, après la reprise de la ville en juillet de la même année, un massacre de près de 200 protestants tandis que les calvinistes mettaient à mort de nombreux catholiques, au cours de leur retraite, en particulier à Ballan19. En 1564, les réformés revenant du lieu d’exercice qui leur avait été concédé à Maillé en vertu de l’édit d’Amboise, furent agressés par des catholiques et une dizaine d’entre eux furent tués20. Si la Saint-Barthélemy n’entraîna pas de nouveau massacre à Tours, elle suscita l’exode à Genève d’une quarantaine de ses habitants protestants21.

  • 22 Comte Boulay de La Meurthe, « Histoire des guerres de religion à Loches et à Tours », dans Mémoire (...)

9Lors de la seconde Ligue malgré la présence du roi en 1588 et 1589 les ligueurs se manifestèrent activement sous l’impulsion du maire Gilles Du Verger22. Le cahier de doléances du Tiers-État du bailliage de Touraine pour les États généraux de 1588 en est un témoignage éloquent. Il s’ouvre en effet sur la revendication du respect par le roi de l’édit d’union imposé à Henri III en juillet 1588, en ses deux points principaux, l’interdiction du protestantisme, la « réception » du concile de Trente :

  • 23 « Doléances du Tiers-État de Touraine aux Etats-généraux de 1588 » publiées par C. De Grandmaison, (...)

qu’il n’y ait en son royaume exercice d’autre religion que de la religion catholique, apostolique et romaine… que le concile de Trente soit gardé et observé suivant l’édit et déclaration de Sa Majesté sans préjudice des droits du Roy et libertés de l’église gallicane.23

  • 24 M. Ormerod, The life and work of Simon de Maillé archbishop of Tours (1554-97), mémoire de maîtris (...)
  • 25 « Ad foederatos ulterius se vertit, ut qui regem maxime formidabat haereticum », Gallia Christiana (...)
  • 26 B. Chevalier, op. cit., p. 175 ; Boulay de La Meurthe, op. cit., p. 244 sq.

10L’archevêque de Tours Simon de Maillé (1554-1597), – membre d’une prestigieuse famille de la noblesse tourangelle, arrière-petit neveu de la bienheureuse Jeanne-Marie de Maillé – semble, après des débuts iréniques, avoir été de plus en plus anti-huguenot. Ses interventions au concile provincial qu’il réunit à Tours en 1583 sont une dénonciation véhémente de l’hérésie fille « du commun adversaire des fidèles et gens de bien » : « tant plus obstinément cestuy nostre ennemy s’efforce de nous faire sentir sa fureur et sa rage d’autant plus vertueusement et courageusement il nous faut résister à ses efforts et nous opposer comme un mur bien fort, pour la tuition et défense de la maison d’Israel24 ». Favorable à la Ligue, l’archevêque s’éloigna de Tours lorsqu’Henri III y fixe sa capitale25. Au printemps 1589, un complot ligueur tenta de s’emparer de la ville, du roi et du parlement. Son échec entraîna la fuite et la destitution du maire Gilles Du Verger et l’exécution du plusieurs des conjurés26.

  • 27 J.-L. Chalmel, Histoire de Tours, Tours, Mame, 1828, tome 2, p. 431.
  • 28 G.-M. Oury, dans Histoire religieuse de la Touraine, Tours, 1975, p. 176. E. de Mascarel, Bertrand (...)

11Relayé par les religieux mendiants, notamment les dominicains et les minimes, le mouvement ligueur a eu une influence considérable sur la masse populaire, notamment sur les artisans de l’industrie de la soie qui peuplaient le faubourg de La Riche. C’est la complicité des habitants de ce faubourg qui empêcha la poursuite du jeune duc de Guise, évadé du château de Tours, où il avait été emprisonné après la tragédie de Blois27. C’est la foule venue de La Riche qui, en 1621, au début des guerres de Rohan se porta sur le temple du Plessis pour l’incendier28.

  • 29 J.-F. Senault, Vie de la mère de saint Joseph, Paris, s. n., 1670, p. 4. Cité dans La vénérable Ma (...)
  • 30 L. Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l’histoire de l’Oratoire, Paris, AMP Ingold et E. (...)
  • 31 La vénérable Madeleine…, op. cit., p. 12 sq. ; G.-M. Oury, Les saints de Touraine, Tours, CLD, p.  (...)

12Quelques jalons permettent de rattacher à ces violences les ferveurs religieuses du premier xviie siècle. Ainsi, la famille tourangelle la plus importante au titre de la Réforme catholique, les Du Bois de Fontaines-Maran a pris des positions nettement anti-protestantes… Le Père Senault biographe de Madeleine de Saint-Joseph du Bois, qui fut une figure de proue du Carmel français, comme sa cousine Mme Acarie, rappelle le zèle catholique de son grand-père, Austremoine Du Bois, qui fut maire de Tours de 1563 à 1565 : la « singulière piété » de ce magistrat lui aurait valu « une protextion évidente qu’il reçut d’en-haut aux premières troubles excités en France par les calvinistes, qui étaient tout ensemble ses ennemis et ceux de la véritable religion ». En effet, les religionnaires avaient entrepris de « pétarder » le château du pieux Austremoine « sans que personne en fût offensé que d’un peu de fumée29 ». L’oratorien Batterel écrivait un peu plus tard du même que « dans les premiers troubles des huguenots il se conduisit en fervent et zélé catholique30 ». Antoine Du Bois de Fontaines-Maran (1541-1627), père de Madeleine de Saint-Joseph, avait quitté vers 1584-1585 la cour d’Henri III pour son château de Fontaines près de Rouziers, renonçant à une carrière qui s’annonçait brillante puisqu’il avait exercé des charges d’ambassadeur aux Pays-Bas, en Angleterre et en Allemagne, lorsqu’en 1584, après la mort du duc d’Anjou, le roi avait reconnu Henri de Navarre comme son légitime héritier31.

13Le zèle anti-protestant de sa famille explique le scandale de Madeleine de Saint-Joseph, lorsque, au temps de son noviciat, vers 1605, une sœur de son père s’était faite calviniste. La lettre qu’elle envoya alors à sa tante traduit la certitude du caractère diabolique de cette conversion :

  • 32 P. Serouet (éd.), Lettres spirituelles de Madeleine de Saint-Joseph, Paris, Desclée de Bouwer, 196 (...)

Mais qui a donc tiré votre âme de l’obéissance ? Qui l’a conduite dans la dureté du propre sens et de la témérité où porte la nouvelle et fausse religion où vous vous estes rangée ? Je ne vous parle point comme offensée de votre chutte, sçachant la foiblesse de l’homme et la malice de nostre ennemy mais je vous parle comme touchée jusqu’au vif du désir de vous voir rentrée dans la bergerie de Jésus-Christ et de voir le ciel mener joye pour vostre âme retrouvée.32

  • 33 V.-L. Tapié, La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, Flammarion, 1967, p. 114.

14La correspondance de la carmélite tourangelle qui avait annoncé, en 1620, à Bérulle qu’il verrait sous peu l’extirpation de l’hérésie33 véhicule ses soucis et ses prières pour le secours de Saint-Martin-de-Ré assiégé par les Anglais, son exultation à la chute de La Rochelle. Le fils de Michel de Marillac, mort au siège de Montauban, lui apparaît « clairement en grande éminence de gloire ». En revanche, au printemps 1635, elle exprime toute la déception du parti dévot devant la guerre qui commence et appelle à la paix et à la seule guerre juste, la croisade… :

  • 34 Lettres spirituelles…, op. cit., p. 23, 42, 43, 46, 94.

Tout est rempli de guerre, de troubles et de misères dans la France et dans toute l’Eglise. Combien de personnes innocentes sont tuées, dévorées des chiens et des loups, combien d’âmes sont damnées… Qu’il luy [à Dieu] plaise susciter quelques prince chrétien pour retirer les lieux saints de leur puissance [des infidèles].34

  • 35 M. Guyart, Écrits spirituels et historiques, G.-M. Oury (éd.), rééd. dom. Jamet, Paris, 1929, p. 1 (...)
  • 36 Cf. G.-M. Oury, « Pour une meilleure connaissance de la formation spirituelle de Marie de l’Incarn (...)

15On connaît le zèle missionnaire d’une autre grande spirituelle tourangelle, Marie de l’Incarnation (Marie Martin) laquelle cinq ans avant de partir évangéliser le Canada s’étonnait « qu’il y eût encore des Turcs, des infidèles et tant de mauvais chrétiens35 ». Cette résurgence de l’idée de croisade menée contre ces « petits Turcs de la Nouvelle France » qu’étaient les Iroquois pour les missionnaires jésuites, ne saurait étonner chez une religieuse dont l’enfance tourangelle avait été marquée par les prédications des capucins à l’époque où le Père Joseph de Paris provincial de Touraine fondait, en 1617, la congrégation des bénédictines du Calvaire détachée de l’ordre de Fontevrault. La spiritualité de ces religieuses qui eurent deux couvents en Touraine était intimement liée au grand dessein de croisade de la future éminence grise36.

  • 37 Particulièrement sur les confréries, notamment celle du Saint-Sacrement dans l’église des jacobins (...)

16Ainsi, au début du xviie siècle, le milieu dévot local, héritier des luttes du siècle précédent et de la tradition de chrétienté, apparaît-il à la fois comme zélé pour les créations religieuses nouvelles, l’implantation des ordres nouveaux, la propagation de la foi par les missions et sensible à l’esprit de lutte contre l’hérétique et la croisade contre l’infidèle. Il conviendra de préciser et de nuancer cette conclusion lorsque le dépouillement des archives notariales aura apporté des éclairages indispensables sur la société tourangelle et ses ferveurs37.

Notes

1 Cf. Répertoire des visites pastorales de la France, Paris, CNRS, 1985, 1re série, tome 4, p. 489-490.

2 Excellentes études ponctuelles cependant de Pierre Aquilon, à partir des minutes notariales : cf. « Milieux urbains et Réformes : à Tours entre les Cent jours et la Saint-Barthélemy. Les protestants de la paroisse Saint-Pierre du Boille », dans Les Réformes. Enracinement socioculturel (25e colloque international d’Études humanistes, Tours 1982), Paris, La Maisnie, 1985, p. 73-94, ou « Un paroissien modèle, Tours 1562 », dans Le modèle à la Renaissance, Paris, Vrin, 1986, p. 101-116.

3 G.-M. Oury, « Marie de l’Incarnation (1599-1672) » et « Pour une meilleure connaissance de la formation spirituelle de Marie de l’Incarnation », dans Mémoires de la Société archéologique de Touraine, Tours, Société archéologique de Touraine, 1973, tome 50 et 59. Cf. G.-M. Oury « Le mouvement de restauration catholique en Touraine 1599-1639 » dans Église et Théologie, tome 1, 1970, p. 39-59 et 171-204, excellente mise au point bibliographique.

4 Je signalerai tout particulièrement les travaux d’A. Jolit sur Les ordres religieux féminins à Tours aux XVIIe et xviiie siècles et de T. Griguer sur la tourangelle Mme de Miramion. Quelques mémoires de maîtrise ont utilisé les archives des fabriques, les archives communales et les archives notariales : C. Martin, La paroisse Saint-Étienne de Tours au xviiie siècle, 1979 ; M.-T. Schmidt, La paroisse de Notre-Dame la Riche sous l’Ancien Régime, 1978 ; A. Jolit, Le Carmel de Tours aux xviie et xviiie siècles, 1976 ; A. Lecotté, L’oratoire à Tours 1618-1792, 1972. G. Serreau, Le collège royal de Tours aux xviie et xviiie siècles, 1974.

5 Cf. J. Dagens, Bérulle et les origines de la Restauration catholique (1575-1611), Paris, Desclée de Brouwer, 1952.

6 C. Chéreau, Isaac de Razilly chevalier de Malte, mémoire de maîtrise, Tours, 1985, annexe I.

7 Cf. P. de Bérulle, Correspondance, J. Dagens (éd.), Paris, Desclée de Bouwer, 1937-1939, tome 1, p. 189, 190, 217, 221-223, 277, tome 2, p. 463, 471.

8 Cinq des quinze enfants (dont 8 morts en bas âge) d’Antoine du Bois, entrèrent dans la vie conventuelle : un capucin, une clarisse, trois carmélites. Cf. La vénérable Madeleine de Saint-Joseph, première prieuse française du premier monastère des carmélites déchaussées en France, Clamart, 1935, p. 586-587 et H. Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux, Paris, 1923, tome 2. La spiritualité carmélitaine a marqué une autre jeune fille de la noblesse tourangelle, Marguerite de Rousselé, fille du seigneur de Saché dont le modèle fut Mme Acarie, cf. L. Bosseboeuf, Marguerite de Rousselé, carmélite de cœur dans le monde, Tours, Imprimerie tourangelle, 1928.

9 À titre d’exemple, tableau généalogique simplifié de la famille Pallu. Les éléments m’en ont été fournis par Annick Jolit que je remercie.

10 D. Dessert, Argent pouvoir et société au grand siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 543 ; F. Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988, p. 274-360.

11 Cf. A. Jolit, op. cit., p. 60 et 72. Au xviie siècle, 50 professes du couvent de Tours sur 78 sont originaires de la ville, ibid., p. 60.

12 B. Maillard, dans Histoire de Tours, B. Chevalier (dir.), Toulouse, Privat, 1985, p. 179 sq.

13 G.-M. Oury, art. cit., p. 190-191. La place nous manque pour étudier le détail de ces implantations, les difficultés rencontrées notamment par les carmélites et les jésuites et finalement surmontées (cf. les mémoires de maîtrise cités note 4).

14 R. Allier, La cabale des dévots, Paris, Armand Colin, 1902, p. 153-154 ; G.-M. Oury, Mgr François Pallu ou les missions étrangères, Tours, France-Empire, 1985 et Marie de l’Incarnation, op. cit., p. 285 et 286. Sur le « pieux dessein » de F. de Razilly au Brésil et sa réalisation, cf. C. d’Abbeville, Histoire de la mission des Pères capucins en l’isle du Maragnan et terres circonvoisines, Paris, 1614, fo 15, 58, 89 sq. (rééd. par A. Métraux et J. Lafaye, 1963). Concernant Isaac de Razilly, cf. C. Chereau, mémoire de maîtrise cité.

15 R. Allier, op. cit., p. 234.

16 Bibliothèque municipale de Tours, ms. 1307. Quelques noms d’associés tourangeaux ont été relevés par M. Alain Tallon dans le cadre d’un mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Marc Venard. Ce remarquable travail a été publié un an après la rédaction de mon texte, Paris, Cerf, 1990.

17 La vénérable Madeleine de Saint Joseph, op. cit., p. 270.

18 Cf. G.-M. Oury, art. cit., p. 41) : « Le heurt des deux communautés religieuses a été, semble-t-il, moins violent à Tours qu’en d’autres parties du royaume. La ville n’a jamais adhéré à la Ligue ; elle est restée profondément loyaliste. »

19 Cf. B. Chevalier, Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 170 sq. J.-P. Surrault, dans L’Indre-et-Loire. La Touraine des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoules, 1982, p. 271 sq. Ces deux ouvrages donnent la bibliographie sur les guerres en Touraine dont l’écho passionné se trouve dans l’œuvre d’A. d’Aubigné, Histoire universelle, tome 2, André Théry (éd.), Genève, Droz, 1982, p. 12-13, 47-48 et Les Tragiques, H. Weber, J. Bailbe, M. Soulié (éd.), Paris, La Pléiade, 1967, p. 165.

20 B. Chevalier, op. cit., p. 173.

21 P. Aquilon, « Milieux urbains et réformes… », art. cit., p. 81.

22 Comte Boulay de La Meurthe, « Histoire des guerres de religion à Loches et à Tours », dans Mémoires de la société archéologique de Touraine, Tours, Société archéologique de Touraine, tome 45, 1906, p. 235.

23 « Doléances du Tiers-État de Touraine aux Etats-généraux de 1588 » publiées par C. De Grandmaison, dans Bulletin de la société archéologique de Touraine, tome 7, 1886, p. 28-73.

24 M. Ormerod, The life and work of Simon de Maillé archbishop of Tours (1554-97), mémoire de maîtrise, Tours 1980, p. 19, 46, 66.

25 « Ad foederatos ulterius se vertit, ut qui regem maxime formidabat haereticum », Gallia Christiana, tome 14, Paris, 1856, col. 134.

26 B. Chevalier, op. cit., p. 175 ; Boulay de La Meurthe, op. cit., p. 244 sq.

27 J.-L. Chalmel, Histoire de Tours, Tours, Mame, 1828, tome 2, p. 431.

28 G.-M. Oury, dans Histoire religieuse de la Touraine, Tours, 1975, p. 176. E. de Mascarel, Bertrand d’Eschaux archevêque de Tours, 1556-1641, mémoire de maîtrise, Tours, 1980, p. 44.

29 J.-F. Senault, Vie de la mère de saint Joseph, Paris, s. n., 1670, p. 4. Cité dans La vénérable Madeleine de Saint-Joseph, op. cit., p. 583.

30 L. Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l’histoire de l’Oratoire, Paris, AMP Ingold et E. Bonnardet, 1902, tome 1, p. 55.

31 La vénérable Madeleine…, op. cit., p. 12 sq. ; G.-M. Oury, Les saints de Touraine, Tours, CLD, p. 174, 1985. Dans une autre grande famille catholique tourangelle qui participe à l’essor du xviie siècle, les Razilly, nous constations qu’en 1589, François de Razilly est privé de son poste de gouverneur de Loudun par Henri IV, cf. Catherine Chereau, Isaac de Razilly, mémoire cité.

32 P. Serouet (éd.), Lettres spirituelles de Madeleine de Saint-Joseph, Paris, Desclée de Bouwer, 1965, p. 15.

33 V.-L. Tapié, La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, Flammarion, 1967, p. 114.

34 Lettres spirituelles…, op. cit., p. 23, 42, 43, 46, 94.

35 M. Guyart, Écrits spirituels et historiques, G.-M. Oury (éd.), rééd. dom. Jamet, Paris, 1929, p. 179-180.

36 Cf. G.-M. Oury, « Pour une meilleure connaissance de la formation spirituelle de Marie de l’Incarnation… », art. cit., p. 51 et 181. Sur le père Joseph et la croisade, cf. L. Dedouvres, Le Père Joseph de Paris capucin. L’éminence grise, Paris, Beauchesne, 1932. Et tout récemment, B. Pierre, Le Père Joseph, Paris, Perrin, 2007.

37 Particulièrement sur les confréries, notamment celle du Saint-Sacrement dans l’église des jacobins, cf. P. Aquilon, « Un paroissien modèle… », art. cit., p. 100.

Table des illustrations

Légende Tableau généalogique de la famille Pallu.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search