Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie IV. Des minorités actives : sorciers, dévots et protestants

Des minorités actives : sorciers, dévots et protestants

Texte intégral

1Il subsiste en Touraine et dans le Berry des traces de la vague de satanisme de la fin du xvie et du début du xviie siècle. La fameuse affaire de Loudun, de 1632 à 1634, eut un écho en Touraine avec le procès de Chinon qui fut liquidé sans condamnation grâce, notamment, au rôle de la commission épiscopale réunie à Bourgueil. L’évêque de Chartres qui y participa devait, dix ans plus tard devenu archevêque de Reims, dénoncer au chancelier les excès de zèle des « petits juges subalternes ».

2La réputation de loyalisme monarchique de Tours au temps d’Henri III est usurpée. Le militantisme catholique suscita chez les artisans de l’industrie de la soie, mais aussi dans les élites urbaines, d’actives sympathies pour la Ligue. Il provoqua encore des violences populaires contre la minorité protestante en 1621. La famille noble Du Bois de Fontaine-Marans avait été très ligueuse. Elle tint la première place dans le mouvement dévot qui soutint l’implantation des ordres et congrégations de la Réforme catholique. Des gens de finance, tels les Bonneau, des officiers, des membres de l’échevinage comme les Pallu, ont contribué à donner une place importante à leur ville dans le renouveau catholique du début du xviie siècle.

  • 1 Thèse de 3e cycle d’Y. Gueneau, Protestants du Centre, 1598-1685, 1982 ; Mémoires de maîtrise de V (...)

3Comme dans le Val de Loire ou le Berry1 le protestantisme était très minoritaire dans le diocèse de Chartres, moins de 3 % des habitants. Des îlots réformés subsistèrent dans le Drouais, la région chartraine, le Dunois. Par exemple dans le doyenné de Beauce (partie orientale du Dunois), le nombre de calvinistes équilibrait celui des catholiques à Bazoche en Dunois et Marchenoir mais pour l’ensemble du doyenné cela ne représente que 800 personnes, 10 % de la population. Trop peu nombreuses pour survivre à l’étouffement Louis quatorzien, les communautés protestantes manifestèrent encore une réelle vitalité au cours du xviie siècle.

Notes

1 Thèse de 3e cycle d’Y. Gueneau, Protestants du Centre, 1598-1685, 1982 ; Mémoires de maîtrise de V. Cousseau, La communauté protestante de Preuilly-sur-Claise de la fin du xvie siècle à la révocation de l’édit de Nantes, 1992, et de L. Bariteaud, Les protestants en pays Blésois au xviie siècle, 1972 ; travaux soutenus à l’université de Tours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search