Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie III. La Pastorale

Chapitre 9. Prédication et missions dans le diocèse de Chartres au début du XVIIe siècle

Texte intégral

1Dès la fin du xvie siècle et particulièrement au cours du xviie siècle, les évêques de Chartres se sont efforcés d’améliorer l’enseignement de la doctrine et de la morale chrétiennes dans leur immense diocèse. En raison de cette immensité même, vicaires généraux, archidiacres, doyens ruraux apparaissent comme des auxiliaires indispensables des efforts épiscopaux pour amener un clergé, souvent réticent ou ignare, à instruire les fidèles. Par ailleurs, en marge de l’action épiscopale, se manifeste très tôt, sous l’impulsion de Bourdoise en particulier, l’action missionnaire. Ce sont ces deux aspects de la réforme pastorale du diocèse de Chartres que nous voudrions rapidement évoquer.

  • 1 Cf. J.-B. Souchet, Histoire du diocèse et de la ville de Chartres (écrite à la mi-xviie siècle et (...)
  • 2 Norma pie vivendi praescripta parochis Carnotensibus in Synodo dioecesana, 1575, suivie, en latin (...)

2L’œuvre de réforme a commencé relativement tôt dans le diocèse de Chartres, malgré les ravages des guerres de Religion. Nicolas de Thou (1573-1598) l’a amorcée1. Après le médiocre épiscopat de Philippe Hurault (1598-1620), elle fut reprise par Léonor d’Estampes de Valençay (1620-1641) et surtout par Jacques Lescot (1641-1656). Les procès-verbaux de visites faites par Nicolas de Thou ou ses collaborateurs sont perdus, mais il reste trace de son action pastorale : une série d’instructions qu’il fit éditer à la fin du xvie siècle, rituels, statuts synodaux, ouvrages pastoraux2.

Adrien Bourdoise (1583-1655)
[Cliché René Josset].

3Dans l’épître dédicatoire aux curés de son diocèse qui ouvre son rituel de 1580, De Thou définit l’importance qu’il attache à la prédication :

Comme es républiques bien policées chacun par mutuelle concorde des ordres y establis se délecte en sa vocation sans autre entremise : ainsi vous convient-il vous évertuer avec mesme respect à sainctement accomplir vostre ministère. Il gist principalement en deux poincts scavoir en la prédication de la parole divine et en l’administration des sacremens.

  • 3 Manière d'administrer…, op. cit., p. 101 et 198 sq.
  • 4 Brief recueil, op. cit., p. 68.

4Dans le corps du rituel De Thou donne des instructions précises pour les prônes et demande aux curés d’exposer en français ce qu’ils liront en latin à la messe3. Il les exhorte à doubler les prières du prône par un sermon « avant la messe ou les vêpres pour l’instruction du peuple4 ».

  • 5 Rituale Carnotense ad Romani formam expressum, Paris, 1627, préface, p. 54 et p. 437 sq.

5Au début du xviie siècle, l’état de la prédication paraît souvent médiocre. Dans son rituel de 1627, Léonor d’Estampes déplore l’insuffisance du clergé (imbecillitas parochorum) et la fréquente ignorance, par les fidèles, des rudiments de leur croyance. S’adaptant à l’une et à l’autre il donne un modèle de prône que les curés devront lire textuellement5. On voit dans les plus anciennes séries de visites pastorales du diocèse (1628-1630) les archidiacres veiller à ce que ces prônes aient lieu « selon et au désir de M. de Chartres » ; ils apparaissent comme une sorte de catéchisme pour adultes. En 1639 a lieu une distribution de catéchismes du cardinal de Richelieu « dont les curés devront lire un chapitre chaque dimanche au prône ». Il est révélateur de constater qu’en 1653, dans ses instructions aux doyens ruraux, le grand archidiacre leur demande de s’enquérir si les curés enseignent, à leur prône, le Pater, la salutation angélique, le symbole des Apôtres, les commandements de Dieu et de l’Église et « s’ils prêchent quelquefois ». En somme, l’instruction religieuse donnée par les responsables des paroisses paraît se limiter à un rudiment plus ou moins confondu avec le catéchisme dont l’enseignement entre très difficilement dans les habitudes du clergé chartrain.

  • 6 Ces brèves remarques résument les conclusions relatives à la prédication d'une thèse de troisième (...)

6À côté des prônes ou des éventuelles homélies des séculiers, un relais occasionnel était représenté par les prédications d’Avent Carême, assurées le plus souvent par des religieux mendiants. Lorsqu’ils s’intéressent à leur activité, les archidiacres ou les doyens ruraux relèvent parfois des errements moraux, voire doctrinaux, dont la simple possibilité montre l’insuffisance de ce renfort saisonnier6.

  • 7 Tam rarus in aequore campi qui velit aut valeat populum curare sacerdos (A. Dechatonru, Feriae Bra (...)
  • 8 Saint Vincent de Paul, Correspondance, P. Coste (éd.), Paris, Gabalda, 1922, tome 3, p. 180.

7Dans le diocèse de Chartres comme ailleurs, c’est la prise de conscience de la fréquente incapacité du clergé paroissial et de l’ignorance religieuse des populations rurales qui a suscité un mouvement missionnaire. Le chroniqueur de 1616 oppose la pieuse cohorte (sacrifica cohors) des prêtres conduits par Bourdoise à Brou pour la mission de 1615 au manque de zèle de l’ensemble des desservants7. Les jugements un peu trop abrupts de Bourdoise lui-même sur le clergé au temps de sa jeunesse sont bien connus. Quant aux populations rurales du diocèse, trente ans plus tard, l’évêque Lescot écrivait à Vincent de Paul : « Je ne sais s’il y a des diocèses où les missions puissent être plus utiles et plus nécessaires par les ignorances étranges que je rencontre en mes visites8. »

  • 9 Par exemple, J. Orcibal, Les origines du Jansénisme, Paris, Vrin, 1947, tome 2, p. 28.
  • 10 Sur la vie et l'idéal clérical de Bourdoise, cf. J. Harang, Bourdoise, précurseur du clergé commun (...)
  • 11 A. Bourdoise, Sentences chrétiennes et ecclésiastiques, 1958 (réédité à la suite de Vie de Bourdoi (...)
  • 12 R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1969, p. 94 sq.
  • 13 P. Descourveaux, La vie de M. Bourdoise, 1714, p. 232.

8De 1615 à 1640, Bourdoise a joué un rôle de premier plan dans les missions de ce diocèse qui était son pays d’origine, le lieu où il anima sa première grande mission en 1615, son pays natal puisqu’il était né à Brou, dans le Perche, en 1584. C’est dans le diocèse de Chartres, sous l’influence du chanoine Nicolas Janvier, qu’il avait découvert sa vocation de « solliciteur clérical » (Janvier l’avait comparé à saint Paul qui prenait soin de toutes les églises sollicitudo omnium ecclesiarum sans être attaché à aucune), son besoin de pousser les ecclésiastiques à vivre selon les obligations de leur état. Ceci l’avait conduit, délaissant les horizons chartrains, à fonder, en 1613, la communauté de Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Il serait hors de propos d’étudier pour elles-mêmes la personnalité et la spiritualité de Bourdoise. Elles ont été parfois malmenées par les historiens9, qui n’ont retenu que le côté abrupt de son caractère et son goût pour le détail, au risque d’oublier que ces deux aspects de son esprit expriment une volonté entière de réforme cléricale sans compromis (« le vrai moyen de maintenir l’observance des grandes choses c’est l’exacte observance des moindres », écrivait-il en 162010). Je rappellerai seulement que la spiritualité bourdoisienne traduit l’évidente influence de son ami Bérulle : un christocentrisme qui se manifeste par une dévotion poussée à l’Eucharistie et qui se relie à son idéal clérical (exigence de perfection pour le prêtre médiateur) et pastoral (procédure « rude » pour les pénitents). Nous ne serons donc pas surpris de le voir, en ce qui concerne la prédication, souligner la nécessité pour les orateurs sacrés de mener une vie qui corresponde à leurs paroles, à l’instar de Jésus-Christ, « le meilleur prédicateur qui fût et qui sera jamais », qui leur « apprendra à se taire et à ne se mêler point de prêcher qu’ils n’aient auparavant et longtemps pratiqué tout le bien qu’ils auraient à prêcher11 ». L’idéal clérical de Bourdoise l’amène à une conception si haute du rôle de prêtre qu’elle débouche sur une véritable « société d’ordre théocratique » pour reprendre la typologie de M. Mousnier12 : pour lui, le marguillier qui gère le bien de l’Église doit, quelle que soit son extraction sociale, passer, à l’offrande, devant tous les autres paroissiens, mêmes nobles. De même, dans une mission, le seigneur qui la finance, M. de Clermont à Boinvilliers, est loué de « ne se placer jamais qu’après le dernier tonsuré13 ».

  • 14 J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris Vrin, 1962, p. 199-2 (...)
  • 15 Courtin, La vie du vénérable serviteur de Dieu, messire Adrien Bourdoise, premier prestre et insti (...)
  • 16 A. Dechatonru, op. cit., cf. note 7 ci-dessus.
  • 17 Courtin, ms. cité, p. 196, 421, 530, 549, 973, P. Descourveaux, op. cit., p. 75, 199, 330. Pour la (...)

9Les biographes de Bourdoise évoquent plus ou moins longuement les missions qu’il a menées dans le pays chartrain, à côté de celles qu’il dirigea au diocèse de Paris et que Mlle Ferté a étudiées14 : dès 1615, deux ans après la création de la communauté de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, c’est la grande mission de Brou. C’est la mission la mieux connue parce que les prêtres de Saint-Nicolas qui, à la fin du xviie siècle, ont écrit des vies de leur fondateur15 sur lesquelles nous nous appuyons, ont utilisé une relation de cette solennité rédigée par Bourdoise : il avait dû se justifier, devant l’évêque Hurault, d’une initiative jugée outrecuidante de la part d’un simple prêtre. Par ailleurs, un an après cette mission, un professeur d’éloquence classique au collège de Chartres, qui y avait participé, en publia une relation en vers latins16. D’autres missions de Bourdoise se déroulèrent, de 1622 à 1628, à Boinvilliers au doyenné de Mantes, en 1629 à Châteaudun, en 1638 à Saint-Ouen-Marchefroy et La Forêt près de Houdan et en 1640 au Loreau, dans le doyenné d’Epernon17.

  • 18 J. Ferté, op. cit., p. 199.
  • 19 P. Descourveaux, op. cit., p. 39 et 75. Courtin, ms. cité, p. 195 et 1190.

10Comment ces missions étaient-elles organisées ? On a reproché à Bourdoise une certaine improvisation à propos de sa mission de Draveil au diocèse de Paris en 1628 où il dut repartir précipitamment pour chercher à Paris des prédicateurs et des confesseurs de renfort18. Nous n’avons pas la même impression pour le diocèse de Chartres. Ainsi la mission de 1615 est-elle le couronnement d’une action entreprise depuis huit ans pour « célébrer avec beaucoup d’appareil », comme dit Descourveaux, la fête de saint Barthélemy, patron secondaire d’une des paroisses de Brou. Cet effort, favorisé par l’obtention d’une indulgence pontificale, tendait à ramener ce jour-là aux offices les paroissiens qui avaient l’habitude de se rendre à une foire du voisinage19.

  • 20 P. Descourveaux, op. cit., p. 199.

11De même pour la mission de Boinvilliers en novembre 1622, à l’occasion de la fête patronale de saint Clément, il prend soin de compléter l’équipe dont il peut disposer sur place et adresse aux prédicateurs et confesseurs qu’il convoque des instructions fort précises, allant jusqu’à marquer « les chemins par où il fallait passer et les lieux où l’on devait coucher et prendre ses repas ». Quant aux cérémonies proprement dites, nous voyons, avant la même mission de 1622, Bourdoise rédiger un « long mémoire de toute ce qui était nécessaire pour la cérémonie et pour l’ordre qu’on devait garder dans les offices et dans les instructions20 ».

  • 21 Ibid., p. 330. À Brou, en 1615, il avait indiqué ces thèmes 4 mois à l'avance. Courtin, ms. cité, (...)
  • 22 Cf. J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, PUF, 1971, p. 278.

12À La Forêt en 1638, Bourdoise donne également des instructions précises au groupe des missionnaires, en particulier les thèmes que devront traiter les prédicateurs21. Comme les autres missionnaires français du xviie siècle, Bourdoise apparaît comme un « homme de méthode22 ».

  • 23 Sur le financement des missions, cf. le numéro 41 du xviie siècle, « Missionnaires catholiques à l (...)
  • 24 P. Descourveaux, op. cit., p. 76 ; Courtin, ms. cité, p. 197.
  • 25 Texte cité par P. Descourveaux, op. cit., p. 187-188.
  • 26 P. Descourveaux, op. cit., p. 190, 232 et 254 ; Courtin, ms. cité, p. 422 et 1223.
  • 27 Ibid., p. 330-335; Courtin, ms. cité, p. 530.

13Un problème crucial était celui du financement de la mission. Si l’on veut agir efficacement sur les fidèles, il convient de ne peser ni sur le budget des paroissiens, ni sur celui des fabriques paroissiales. Avant Vincent de Paul ou saint Jean Eudes, Bourdoise est très conscient de cette difficulté23. Ainsi, lors de la mission de 1615, organisa-t-il la réception du nombreux clergé qu’il avait concentré à Brou par les notables du lieu « qu’il engagea à en faire la dépense » ; les missionnaires sont ainsi, « logez par billets comme des soldats », leur menu lui-même est fixé (« du bœuf et du mouton ou du veau et quelques fruits au dessert », c’est-à-dire ni gibier, ni volaille, ni pâtisserie24). Ce souci de ne pas hypothéquer le résultat de la mission par des questions d’argent se retrouve dans les instructions données en 1622 aux prédicateurs venant de Beauvais : en cours de route (où ils devront, selon les occasions, catéchiser les campagnards), ils devront choisir « les moindres hotelleries et les viandes les plus communes » mais payer « honnêtement sans trop marchander et sans disputer pour peu de choses25 ». Les frais des missions de Boinvilliers furent supportés par le seigneur de cette paroisse, marguillier de Saint-Nicolas, qui nourrit les participants et finit, en 1628, par établir deux disciples de Bourdoise à Boinvilliers26. En 1638, c’est la présidente de Herse, mère du futur évêque de Châlons, qui reçut en son château de La Forêt les participants de la mission destinée à ruiner la foire de Saint-Ouen27.

  • 28 Ibid., p. 75-76, 106, 187, 188, 330 ; Courtin, ms. cité, p. 196, 421 et 530.

14En ce qui concerne le déroulement de la mission elle-même, on sent un désir de frapper les assistants par le spectacle de cérémonies grandioses. Imposantes, elles le sont d’abord par le nombre des participants : à Brou, en 1615, 90 ecclésiastiques parisiens ou chartrains dont 12 docteurs, 3 chanoines de Chartres et 3 curés parisiens. À Boinvilliers, en 1622, 2 ecclésiastiques parisiens, 3 de Beauvais, 3 de Dreux et quelques curés du voisinage. La mission de 1638 rassemble 40 ecclésiastiques. Par ailleurs, pour rehausser l’éclat des fastes liturgiques, Bourdoise emprunte des ornements qu’il fait venir de Chartres ou même de Paris et fait tapisser les églises28.

  • 29 Ibid., p. 76, 189; Courtin, ms. cité, p. 199.

15La prédication est évidemment un élément essentiel. Ainsi, à Brou, 30 des prêtres mobilisés par Bourdoise sont des prédicateurs. Ils assurent « sept prédications chaque jour sur autant de sujets différents qui avait été marqués à chacun ». Certains d’entre eux sont envoyés dans les paroisses voisines. Il en va de même à Boinvilliers29.

  • 30 Cité par P. Descourveaux, op. cit., p. 106.
  • 31 P. Descourveaux, op. cit., p. 253-259.

16Le but recherché, c’est la « conversion » du plus grand nombre de fidèles, ainsi définie par Bourdoise lui-même en 1615 : « Les plus grands pécheurs se sont convertis, les ennemis se sont réconciliés, les femmes de mauvaise vie ont été bannies, ceux qui avaient le bien d’autruy l’ont restitué30 ». Significative de cette volonté de conversion est l’attitude de Bourdoise devant la menace de peste en 1627 : après avoir hésité, craignant que l’affluence du peuple n’aggravât le danger de contagion, il décida de maintenir la mission pensant que « la crainte de ce mal et la vue de la mort prochaine à laquelle chacun étoit exposé feroient de salutaires impressions sur tout le peuple et inspireraient les sentiments d’une véritable pénitence31 ».

  • 32 P. Descourveaux, op. cit., p. 46. ; Courtin, ms. cité, p. 229 et 1154 ; J. Orcibal, Le premier Por (...)
  • 33 Nous n'avons pas de chiffres de pascalisants pour Brou dans la première moitié du xviie siècle. En (...)
  • 34 P. Descourveaux, op. cit., p. 189.

17La « véritable pénitence » est un souci majeur pour Bourdoise, partisan, comme l’on sait, de la « procédure rude » du délai d’absolution32. D’où l’importance du rôle des confesseurs : à Brou, où l’on accourut de vingt-cinq lieues à la ronde, les 50 confesseurs « avoient été obligez d’être au confessionnal jusqu’à cinq heures et demie du soir, pour satisfaire à la dévotion d’un grand nombre de personnes qui étoient demeurez à jeun jusqu’à cette heure, afin de communier et de participer à l’indulgence des 40 heures ». Le résultat est impressionnant : 4 000 communions sont dénombrées aussi bien par la relation en vers de 1616 que par les biographes de Bourdoise33. Pour Boinvilliers « il vint tant de gens des environs… qu’on eut bien de la peine à satisfaire à leur dévotion34 ».

  • 35 Ibid., p. 331; Courtin, ms. cité, p. 531.
  • 36 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964 (...)

18Par ailleurs les missions, dans la pensée de Bourdoise, devaient servir à concurrencer les réjouissances profanes aux jours fêtes religieuses : comme à Brou, à La Forêt pour la Saint-Barthélemy de 1638 (24 août, fête d’après-moisson), il s’agit pour parler comme Courtin, de « ruiner la misérable foire de Saint-Ouen ». Pour plus d’efficacité, Bourdoise utilise même le concours de la châtelaine du lieu, Mme de Herse, qui dissuade les habitants d’aller à la foire, tient registre public des bons paroissiens qui la déserteraient pour aller aux offices et promet de leur rendre « tous les services qu’elle pourrait35 ». La mission doit servir à la séparation triomphante du sacré et du profane. Elle est manifestation sans équivoque de cette « absence de vision chrétienne des valeurs profanes » dont parle pour le diocèse de La Rochelle le R. P. Pérouas36. Elle doit, au contraire, promouvoir les dévotions exaltées par le mouvement de la réforme catholique et en tout premier lieu celle du Saint Sacrement.

  • 37 Cf. Saint-Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents, éd. P. Coste, Paris, 1922, tome  (...)
  • 38 Comme l'indique l'enquête de nomination in frequentibus quas meditatur per dioecesim missionibus, (...)
  • 39 Vie de M. de Léris, ms. cité, p. 94-95, et Gallia Christiana, tome 8, col. 1193.

19Après 1640, sous l’épiscopat de Lescot, personnellement lié avec Bourdoise et entouré de disciples du « solliciteur clérical », il n’est plus question de missions de Bourdoise. Celui-ci, vieilli, vit dans une demi-retraite à Liancourt. Ce sont les lazaristes ou des membres du chapitre cathédral qui font des missions dans ce diocèse37, mais cette fois l’évêque lui-même, dès son avènement, donne l’impulsion38. À l’instar de son modèle, saint Charles Borromée, il fait précéder ses visites pastorales par des tournées missionnaires39.

  • 40 Vie de M. de Léris, ms. cité, p. 274.
  • 41 Cf. ci-dessus note 6.

20Ces missions ont-elles eu un effet durable ? Il est impossible de le mesurer, d’autant que, pour Lescot comme pour Bourdoise, elles s’inséraient dans un travail d’ensemble : la réforme du clergé et ce que M. Delumeau appelle « l’effort pour remodeler le fidèle40 ». Nous avons insisté sur l’action de Bourdoise parce que nous avions quelques précisions sur son rôle missionnaire mais aussi parce que, prophète en son pays, il a eu une influence considérable sur la réforme pastorale du diocèse de Chartres. Nous avons montré ailleurs41 que les animateurs de cette réforme ont été des amis ou des disciples de « messire soutane ». Laissons-lui le dernier mot :

  • 42 Sentences chrétiennes…, op. cit., p. XXX.

Dieu soit loué et remercié d’avoir donné à son église en même temps des compagnies saintes de missionnaires et d’autres de stationnaires […] car que serviroit le travail des premiers s’il n’étoit entretenu et continué par l’actuelle et assidue résidence des seconds ?42

Notes

1 Cf. J.-B. Souchet, Histoire du diocèse et de la ville de Chartres (écrite à la mi-xviie siècle et publiée en 1873), tome 4 ; Gallia Christiana, tome 8, col. 1189 ; M. Jusselin, « Instructions données par l'évêque de Thou aux prêtres du diocèse de Chartres », dans La Voix de Notre-Dame de Chartres, 1932, p. 24-29. Comme dans les pays nantais à la même époque, la situation de l'Église dans le diocèse de Chartres, à la fin du xvie siècle, n'est pas uniformément lamentable, cf. E. Catta, « Les évêques de Nantes au début du xvie siècle, aux lendemains du Concile de Trente et aux origines de la Renaissance catholique », dans Revue d'histoire de l'Église de France, 1965, p. 23-70.

2 Norma pie vivendi praescripta parochis Carnotensibus in Synodo dioecesana, 1575, suivie, en latin et en français, de l'Instruction des curés, de Gerson, Manière d'administrer les saincts sacremens de l'Eglise, y faire prosne et bénédictions avec instructions convenables pour leur intelligence, 1580. Brief recueil et explication de la messe et du divin service y faict, 1598.

3 Manière d'administrer…, op. cit., p. 101 et 198 sq.

4 Brief recueil, op. cit., p. 68.

5 Rituale Carnotense ad Romani formam expressum, Paris, 1627, préface, p. 54 et p. 437 sq.

6 Ces brèves remarques résument les conclusions relatives à la prédication d'une thèse de troisième cycle soutenue en Sorbonne en 1970 : R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitité du dix-septième siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, Edizioni di storia e Letteratura, 1975. Un mémoire de maîtrise soutenu à Tours en 1973 (Anne Mercier, Les procès-verbaux de visites pastorales de N. Lemaire, archidiacre de Dunois, 1668-1678, p. 108-113) montre que, dans la deuxième moitié du siècle, prédication et enseignement catéchétique laissent encore assez souvent à désirer, ce qui confirme les sondages que nous avions faits pour la seconde moitié du siècle (R. Sauzet, op. cit., p. 217).

7 Tam rarus in aequore campi qui velit aut valeat populum curare sacerdos (A. Dechatonru, Feriae Braiotinae seu florilegium eorum quae tempore indulgentiarum, quas vocant, in fano divi Bartholomei Braiotei Carnotensis peracta sunt ad usque annum 1616, 1616, Bibliothèque municipale, Le Mans).

8 Saint Vincent de Paul, Correspondance, P. Coste (éd.), Paris, Gabalda, 1922, tome 3, p. 180.

9 Par exemple, J. Orcibal, Les origines du Jansénisme, Paris, Vrin, 1947, tome 2, p. 28.

10 Sur la vie et l'idéal clérical de Bourdoise, cf. J. Harang, Bourdoise, précurseur du clergé communautaire et missionnaire, Paris, 1947 ; I. Noye, « La formation du clergé à la pauvreté dans la seconde moitié du xviie siècle », dans Revue d'histoire de l'Église de France, 1966, p. 75-86 ; J. Dedieu, article « Bourdoise », dans Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, tome 10, 1930 ; P. Schoenher, Histoire du séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet, 1909.

11 A. Bourdoise, Sentences chrétiennes et ecclésiastiques, 1958 (réédité à la suite de Vie de Bourdoise, par P. Descourveaux, 1714, p. 17).

12 R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1969, p. 94 sq.

13 P. Descourveaux, La vie de M. Bourdoise, 1714, p. 232.

14 J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris Vrin, 1962, p. 199-200. Bourdoise a également projeté une mission en Camargue lors de son séjour de 1635 dans le diocèse d'Arles, P. Descourveaux, op. cit., p. 311.

15 Courtin, La vie du vénérable serviteur de Dieu, messire Adrien Bourdoise, premier prestre et instituteur de la communauté et séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, 1698, bibl. Mazarine, ms. 2453, Courtin était un prêtre de Saint-Nicolas comme Descourveaux qui publia, en 1714, une biographie de Bourdoise, sans nom d'auteur, La vie de M. Bourdoise, premier prestre de la communauté de Saint-Nicolas du Chardonnet, Paris, 1714, in-4°, x-582 p.

16 A. Dechatonru, op. cit., cf. note 7 ci-dessus.

17 Courtin, ms. cité, p. 196, 421, 530, 549, 973, P. Descourveaux, op. cit., p. 75, 199, 330. Pour la mission de Châteaudun, non mentionnée par P. Descourveaux, Courtin se contente de la signaler (ms. cité p. 480) en déclarant qu'il en « ignore les particularités ». À celle du Loreau participent Bourdoise et Olier qui s'efforcent, en vain, à la même époque, de réaliser un projet épiscopal de création d'un séminaire à Chartres, cf. E. Faillon, Vie de M. Olier, 4e éd.. 1873, p. 226, 237 et 316 sq. En 1640, Olier anime également une mission à Mantes et à Iliers, op. cit., p. 227 et 235 ; A. Clerval, « Les premiers séminaires de Chartres au xviie siècles fondés sous l'influence de M. Bourdoise », dans La Voix de Notre-Dame de Chartres, 1909.

18 J. Ferté, op. cit., p. 199.

19 P. Descourveaux, op. cit., p. 39 et 75. Courtin, ms. cité, p. 195 et 1190.

20 P. Descourveaux, op. cit., p. 199.

21 Ibid., p. 330. À Brou, en 1615, il avait indiqué ces thèmes 4 mois à l'avance. Courtin, ms. cité, p. 196.

22 Cf. J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, PUF, 1971, p. 278.

23 Sur le financement des missions, cf. le numéro 41 du xviie siècle, « Missionnaires catholiques à l'intérieur de la France au xviie siècle », 1958, ou Marc Venard, « Les missions des oratoriens d'Avignon aux xviie et xviiie siècles », dans Revue d'histoire de l'Église de France, 1962.

24 P. Descourveaux, op. cit., p. 76 ; Courtin, ms. cité, p. 197.

25 Texte cité par P. Descourveaux, op. cit., p. 187-188.

26 P. Descourveaux, op. cit., p. 190, 232 et 254 ; Courtin, ms. cité, p. 422 et 1223.

27 Ibid., p. 330-335; Courtin, ms. cité, p. 530.

28 Ibid., p. 75-76, 106, 187, 188, 330 ; Courtin, ms. cité, p. 196, 421 et 530.

29 Ibid., p. 76, 189; Courtin, ms. cité, p. 199.

30 Cité par P. Descourveaux, op. cit., p. 106.

31 P. Descourveaux, op. cit., p. 253-259.

32 P. Descourveaux, op. cit., p. 46. ; Courtin, ms. cité, p. 229 et 1154 ; J. Orcibal, Le premier Port-Royal. Réforme ou Contre-Réforme, Paris, CDU, 1950, p. 15.

33 Nous n'avons pas de chiffres de pascalisants pour Brou dans la première moitié du xviie siècle. En 1671, le grand archidiacre J. Robert en relevait 1000. Arch. dép. Eure-et-Loir G. supp. 148, fo 28.

34 P. Descourveaux, op. cit., p. 189.

35 Ibid., p. 331; Courtin, ms. cité, p. 531.

36 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964, p. 409.

37 Cf. Saint-Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents, éd. P. Coste, Paris, 1922, tome 2, p. 461 ; tome 3, p. 180, et Vie de M. de Léris, bibliothèque de l'Arsenal, ms. 4010, p. 102.

38 Comme l'indique l'enquête de nomination in frequentibus quas meditatur per dioecesim missionibus, Archives vaticanes, Process. no 42, fo 289 vo.

39 Vie de M. de Léris, ms. cité, p. 94-95, et Gallia Christiana, tome 8, col. 1193.

40 Vie de M. de Léris, ms. cité, p. 274.

41 Cf. ci-dessus note 6.

42 Sentences chrétiennes…, op. cit., p. XXX.

Table des illustrations

Légende Adrien Bourdoise (1583-1655)[Cliché René Josset].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 650k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search