Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie III. La Pastorale

Chapitre 8. Les résistances au catéchisme au XVIIe siècle

Texte intégral

1En 1676, le célèbre catéchisme dit « des trois Henris » (Arnauld, évêque d’Angers, Barillon évêque de Luçon, Laval évêque de La Rochelle) consacrait la première leçon de sa seconde partie et les quatre leçons initiales de sa troisième partie à définir le catéchisme et à proclamer l’obligation de l’apprendre ou de le faire. On y trouve des dialogues de ce type :

2Q. : Que doit-on penser de ceux qui ne se mettent point en peine ou même qui méprisent d’apprendre le catéchisme ?

3R. : On ne peut en penser autre chose sinon qu’ils sont dans une voie de perdition et dans un état qui les rend incapables d’être reçus aux sacremens de l’Eglise…

4Q. : Sous quelles peines les curez ou pasteurs sont-ils obligez de faire cette instruction à leurs paroissiens ?

5R. : Sous peine de répondre à Dieu des âmes qui se perdront faute d’avoir reçu d’eux l’instruction qui leur était nécessaire pour faire son salut.

6Q. : Que doit-on dire des maîtres et maîtresses qui n’ont pas soin de l’instruction de leurs domestiques ?

  • 1 Catéchisme ou Doctrine chrétienne imprimée par ordre de Messeigneurs les évesques d'Angers, de La (...)

7R. : Il faut dire ce que dit l’apôtre saint Paul qu’ils ont renoncé à la Foi et qu’ils sont pires que les infidèles…1

  • 2 A. Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éd. du Beffroi, 1984, p. 1 (...)

8Cette insistance signifie que, même à la fin du xviie siècle, la catéchèse était loin d’aller de soi, et pour les enseignants et pour les enseignés. De fait, en vif contraste avec l’activité des écoles dominicales des Pays-Bas dont nous a parlé M. Henrivaux pour la fin du xvie siècle ou les réalisations lilloises étudiées par Alain Lottin2 et les résultats remarquables obtenus en Flandre dès la mi-xviie siècle, les diocèses français paraissent singulièrement en retard pour la mise en pratique des prescriptions catéchétiques du concile de Trente. Discours normatifs, documents pastoraux ou témoignages autobiographiques apportent sur ce retard des éclairages dont la fiabilité doit être testée mais dont la convergence est significative.

  • 3 Cf. J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, Vrin, 1962, p.  (...)

9Premier signe des difficultés de la catéchèse, la réitération des ordonnances épiscopales. Dans le diocèse de Paris, les règlements d’Henri de Gondi, en 1620, prescrivaient aux curés de faire le catéchisme, tous les dimanches, aux enfants de la paroisse. Un demi-siècle plus tard, en 1673, l’archevêque Harlay de Champvallon rappelait ce devoir dans ses statuts synodaux qui invitaient les curés à catéchiser tous les dimanches (voire, « d’autant que faire se pourra », les jours de fêtes) et les fidèles à envoyer leurs enfants et domestiques. À l’extrême fin du siècle encore, en 1697, le cardinal de Noailles devait renouveler l’injonction de son prédécesseur3.

  • 4 Cf. R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xv (...)
  • 5 Cf. par exemple pour La Rochelle, L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie (...)

10Dans le diocèse voisin, celui de Chartres, l’évêque Léonor d’Estampes ordonnait en 1630 au clergé de faire régulièrement le catéchisme, le dimanche après vêpres, et « s’assurer que les enfants ayent des catéchismes pour les interroger sur iceux ». Ses successeurs, Jacques Lescot et Ferdinand de Neufville, reprirent à leur compte ce commandement, assorti, dans les statuts synodaux de ce dernier, en 1660, de la menace « d’être procédé contre les contrevenans par condamnation d’aumône applicable aux fabriques des lieux et autres peines de droit4 ». Il serait fastidieux d’énumérer ces prescriptions diocèse après diocèse5 mais il est intéressant de relever que ce type de document contient parfois des allusions aux difficultés rencontrées sur le terrain. Ainsi, à Angers, Henri Arnauld dans ses statuts synodaux de 1668 :

  • 6 Ordonnances de Mgr l'evesque d'Angers publiées en son synode le 24 may 1668, Angers, Pierre Avril, (...)

nous n’avons point cessé jusqu’à présent et dans nos synodes et dans nos visites de représenter aux curez ce poinct si important qui doit faire la meilleure partie de leur travail et exercer continuellement leur sollicitude et leur zèle ; et Dieu nous donne cette consolation de voir plusieurs de nos paroisses où les peuples sont soigneusement instruits des choses de la foy par les catéchismes fréquents que l’on y fait. Mais nous pouvons dire avec douleur qu’il y en a aussi plusieurs où l’on peut entendre cette plainte du Prophète, que les enfans ont demandé du pain et qu’il n’y avoit personne pour leur en rompre. Car nous avons reconnu nous mesmes au cours de nos visites une telle ignorance des préceptes de la foy dans les enfans, et mesme dans plusieurs personnes fort avancées en âge que nous ne pouvons comprendre comment les curez de ces paroisses, qui doivent répondre du salut de leurs ouailles aux dépens du leur propre le laissent ainsi dans le péril de se perdre.6

11Henri Arnauld évoque ici ses visites pastorales. C’est dans les procès-verbaux de tournées épiscopales ou archidiaconales que nous rencontrons sur le vif les résistances au catéchisme.

  • 7 J. Ferté, op. cit., p. 234 et 236.

12Dans la partie rurale du diocèse de Paris, les procès-verbaux dépouillés par Jeanne Ferté montrent une lente amélioration de l’enseignement du catéchisme et des faiblesses persistantes, tard dans le siècle. En effet, en 1672, le quart des 139 paroisses visitées dans l’archidiaconé de Paris n’étaient catéchisées qu’irrégulièrement. Au cours des années suivantes, la situation s’améliora mais, encore, dans une paroisse sur six du même archidiaconé, le catéchisme était négligé en 1673 et 16797. Cette médiocrité est à souligner s’agissant de villages tout proches d’une ville capitale si riche de création spirituelle et d’initiatives pastorales.

  • 8 R. Sauzet, op. cit., p. 132, 151, 160-186. A. Mercier, op. cit., p. 110 sq.
  • 9 L. Pérouas, op. cit., p. 426.
  • 10 Cf. J. Solé, « La crise morale du clergé des Alpes du nord dans la seconde moitié du xvie siècle » (...)

13Il en est de même dans le grand diocèse de Chartres qui incluait le Hurepoix et s’étendait jusqu’à Mantes et Poissy aux portes de la capitale. Les séries de visites pastorales de la première moitié du xviie siècle révèlent que le problème de la catéchèse est une préoccupation constante des archidiacres visiteurs : dans une paroisse sur cinq du Dunois en 1630, dans la moitié ou même les deux tiers de celles du doyenné de Courville en 1644 et 1651, dans le quart des localités des doyennés d’Auneau en 1644 et d’Épernon en 1647, dans la moitié des villages et bourgs du grand doyenné de Rochefort en Yvelines (74 paroisses), en 1647, le catéchisme n’est pas fait ou mal fait. Dans la seconde moitié du siècle, alors que d’incontestables progrès avaient été réalisés sur le plan de la résidence, de la moralité du clergé et des autres aspects de la cura animarum, la question de la catéchèse restait comme le rocher de Sisyphe des réformateurs : dans le Dunois, de 1668 à 1677, l’instruction catéchétique reste souvent inexistante ou défectueuse, avec, apparemment, des progrès pendant cette décennie puisqu’on passe du quart au dixième de paroisses mal instruites. Dans le grand archidiaconé, c’est-à-dire la partie centrale du diocèse, le sixième des curés inspectés par les archidiacres Jean Robert en 1669 et Louis Robert en 1686 étaient invités à faire ou à améliorer leur enseignement catéchétique8. En revanche, Louis Pérouas a montré les progrès décisifs accomplis en un demi-siècle, de 1648 à 1698, dans le diocèse de La Rochelle9. Ici la présence d’une « frontière de catholicité » a pu stimuler le zèle pastoral. Ce ne fut pas partout le cas, témoin le diocèse de Grenoble au temps du cardinal Le Camus ou celui de Nîmes sous l’épiscopat de Fléchier10.

  • 11 Cf. J.-C. Dhôtel, op. cit., p. 163.

14La lenteur de la pénétration du devoir de faire ou d’apprendre le catéchisme procède d’une convergente mauvaise volonté du clergé et des fidèles sur laquelle buta longtemps le zèle des prêtres réformateurs ou des laïques dévots – tels à la mi-siècle, les pieux sycophantes de la compagnie secrète du Saint Sacrement qui dénonçaient aux évêques ou aux officiaux les manquements pastoraux des desservants des paroisses11.

  • 12 L. Pérouas, op. cit., p. 274.
  • 13 R. Sauzet, Les visites pastorales…, op. cit., p. 29 et 133.
  • 14 R. Sauzet, Réforme et Contre-Réforme…, op. cit., p. 206 et 425.
  • 15 Ibid., p. 10.

15Comme le note pertinemment Louis Pérouas, à la mi-xviie siècle, beaucoup de curés « tardaient à adopter une innovation qui bouleversait leurs habitudes12 ». La diversité des pratiques signifie que l’institution catéchétique se cherche, d’autant plus mal dégagée du prône dominical que l’ignorance des paroissiens adultes imposait aux clercs de leur enseigner un rudiment. Parfois les curés pouvaient, avec l’accord de leurs supérieurs, s’en tenir à ces instructions dominicales. Nicole Lemaître a montré, l’« investissement des rituels » de début xviie siècle par des abrégés catéchétiques. Nous avons rencontré ces prônes catéchétiques dans le diocèse de Chartres, où, d’ailleurs, compte tenu de l’insuffisance du clergé, l’évêque, dans son rituel de 1627, avait composé un modèle de prône. Lors de sa tournée pastorale de 1630, il arrive que l’archidiacre demande aux curés de « faire le catéchisme soit durant la grand-messe, soit durant vêpres ou autre heure » ou bien « au prosne de la messe parrochiale s’il n’aime mieux expliquer le catéchisme une heure devant ou après vespres13 ». Dans le diocèse de Nîmes, l’enseignement du catéchisme pouvait se faire également au prône pour l’ensemble des paroissiens tandis que, selon les statuts synodaux de 1670, celui destiné aux enfants aurait lieu une demi-heure avant ou après vêpres, tous les dimanches de l’Avent, du Carême, les premiers dimanches du mois et les dimanches précédant les grandes solennités14. Plus exigeants les statuts d’Angers, en 1668 prescrivaient de catéchiser tous les jours de dimanches et fêtes solennelles et, en plus, « trois fois la semaine en Carême » pour les premiers communiants15. Dans les régions parisienne et chartraine, malgré les ordonnances épiscopales, de nombreux curés se contentaient de faire le catéchisme en Avent ou en Carême.

  • 16 L. Pérouas, op. cit., p. 275.
  • 17 J. Ferté, op. cit., p. 235. Interruptions également pendant les vendanges dans le diocèse de Tarbe (...)
  • 18 Ibid., p. 11.
  • 19 R. Sauzet, Les visites…, op. cit., p. 172.
  • 20 P. Beurrier, « Des choses les plus remarquables qui se sont passées en vingt et deux ans que j'ay (...)

16Ceux qui s’en dispensaient faisaient parfois valoir la mauvaise volonté des paroissiens qui n’envoyaient pas leurs enfants16. Cette négligence est parfois due à l’urgence des travaux agricoles, ce qui amène les autorités ecclésiastiques à autoriser l’interruption des catéchismes pendant « l’août17 ». En Anjou, Henri Arnauld tenait compte du fait que « ceux qui sont employez à garder le bestial à la campagne, ne peuvent souvent se rendre à l’Eglise aux heures de catéchisme », en demandant aux curés de leur assigner « un temps dans la semaine auquel ils puissent les instruire des choses nécessaires au salut18 ». Négligents à envoyer leurs enfants au catéchisme, les paroissiens acceptaient parfois mal d’être catéchisés eux-mêmes. Tel desservant de la région d’Épernon donne, en 1654, comme excuse de sa négligence « la rare rencontre des enfants » et « l’impatience des paroissiens qui l’interrompent19 ». La difficulté principale du catéchisme pour adultes semble avoir été le « respect humain » : Paul Beurrier prieur-curé de Nanterre (1634 à 1653) puis de Saint-Étienne-du-Mont (1653-1675) avait établi dans ces deux paroisses « plusieurs catéchismes pour en bannir l’ignorance coupable, quelques-une publics et plus forts pour les personnes âgées et d’autres particuliers et plus simples pour les enfants ». Comme Olier à Saint-Sulpice, Beurrier craignait « la honte et le respect humain qu’auraient les personnes avancées en age et de condition à souffrir les interrogations et à y répondre comme feraient des enfans ». Pour surmonter ces difficultés, il s’était assuré le concours de « quelques personnes de qualité et âgées, de l’un et l’autre sexe » qui avaient accepté de « souffrir d’être interrogées et de répondre20 ».

  • 21 R. Sauzet, Les visites…, op. cit., p. 183.

17Bien entendu les documents réglementaires, pastoraux ou autobiographiques qui nous renseignent sur les difficultés et les faiblesses de la pastorale catéchétique sont des témoignages à critiquer. J’ai constaté dans le diocèse de Chartres que l’augmentation des manquements relevés en matière de catéchisme pouvait être simplement conséquence de l’arrivée d’un archidiacre ou d’un doyen plus exigeant. Elle peut être due aussi à l’intervention d’un supérieur, ainsi, le doyen du Perche ne s’intéresse à cette question qu’à la suite d’une réprimande du grand archidiacre en 1651 : (M. le doyen) « voira partout si l’on faict le catéchisme, le saura des paroissiens et l’heure que Monsieur le curé le faict et interrogera les enfans, advertira messieurs les curés de le faire où ils y auront manqué et en chargera son procès-verbal21 ».

  • 22 Ibid., p. 90.

18L’autosatisfaction du réformateur vieillissant qui se penche complaisamment sur son passé peut être également à l’origine d’un assombrissement excessif du tableau de la période précédant son action. Ainsi, la paroisse Saint-Étienne-du-Mont, à la mi-xviie siècle, avant l’arrivée comme curé du génovéfain Beurrier, se trouvait à en croire des Mémoires « très mal gouvernée et comme abandonnée ». Par suite, il entreprend de réagir contre « une ignorance coupable » due à « la négligence et au libertinage » des paroissiens autant qu’à « la faute des pasteurs qui ont manqué à leur devoir en cette matière si importante au salut des âmes ». Il est bien évident comme le note pertinemment Mlle Ferté, éditrice de ces Mémoires, qu’il faudrait d’autres témoignages pour apprécier avec exactitude l’action des prédécesseurs de Beurrier22.

  • 23 Cf. R. Taveneaux, Le catholicisme dans la France classique, Paris, SEDES, 1980, tome 1, p. 169. À (...)

19Avec leurs limites nos documents tantôt lacunaires, tantôt hypertrophiés, témoignages de réformateurs négligents, narcissiques ou exigeants révèlent tous la lente diffusion à longueur de siècle du devoir de catéchiser. Cette lenteur est le corollaire de la difficile et tardive mise en place des séminaires. La catéchèse ne s’impose vraiment dans les paroisses et les petites écoles qu’à la fin du xviie et même au début du xviiie siècle23.

Notes

1 Catéchisme ou Doctrine chrétienne imprimée par ordre de Messeigneurs les évesques d'Angers, de La Rochelle et de Luçon pour l'usage de leurs diocèses, Paris, A. Dezallier, 1677 ; 4e éd., 1690, p. 148-151. Il y a eu une première édition rochelaise du catéchisme des trois évêques, en 1676 : cf. L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964, p. 276. Sur « l'obligation sacrée du catéchisme » cf. J.-C. Dhôtel, Les origines du catéchisme moderne d'après les premiers manuels imprimés en France, Paris, Aubier, 1967, p. 157 sq.

2 A. Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éd. du Beffroi, 1984, p. 187-207.

3 Cf. J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, Vrin, 1962, p. 232 sq.

4 Cf. R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1975, p. 31 et 40 ; A. Mercier, Les procès-verbaux de visites pastorales de Nicolas Lemaire archidiacre de Dunois (1668-1678), mémoire de maîtrise, Tours, 1973, p. 110. Les règlements de F. de Neufville furent réédités par son successeur Paul Godet des Marais, au début de son épiscopat, en 1693, à Chartres, en 4o, 16 p. Arch Nat. L 729, pièce 83.

5 Cf. par exemple pour La Rochelle, L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964, p. 272 sq.

6 Ordonnances de Mgr l'evesque d'Angers publiées en son synode le 24 may 1668, Angers, Pierre Avril, p. 10.

7 J. Ferté, op. cit., p. 234 et 236.

8 R. Sauzet, op. cit., p. 132, 151, 160-186. A. Mercier, op. cit., p. 110 sq.

9 L. Pérouas, op. cit., p. 426.

10 Cf. J. Solé, « La crise morale du clergé des Alpes du nord dans la seconde moitié du xvie siècle » dans Le cardinal des montagnes. Etienne le Camus, évêque de Grenoble 1671-1707, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1974 ; R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xvie siècle, Paris, Louvain, s.n., 1979, p. 426 sq.

11 Cf. J.-C. Dhôtel, op. cit., p. 163.

12 L. Pérouas, op. cit., p. 274.

13 R. Sauzet, Les visites pastorales…, op. cit., p. 29 et 133.

14 R. Sauzet, Réforme et Contre-Réforme…, op. cit., p. 206 et 425.

15 Ibid., p. 10.

16 L. Pérouas, op. cit., p. 275.

17 J. Ferté, op. cit., p. 235. Interruptions également pendant les vendanges dans le diocèse de Tarbes, cf. J. F. Soulet, Tradition et réforme religieuse dans les Pyrénées Centrales au xviie siècle, Pau, Marrimpouey Jeune, 1974, p. 149.

18 Ibid., p. 11.

19 R. Sauzet, Les visites…, op. cit., p. 172.

20 P. Beurrier, « Des choses les plus remarquables qui se sont passées en vingt et deux ans que j'ay été curé de St Étienne… », Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 1886, dans J. Ferté, St Étienne du Mont à la mi-xviie siècle. Mémoires d'un curé génovéfain. Étude critique du texte, thèse complémentaire, Paris, 1964, p. 94.

21 R. Sauzet, Les visites…, op. cit., p. 183.

22 Ibid., p. 90.

23 Cf. R. Taveneaux, Le catholicisme dans la France classique, Paris, SEDES, 1980, tome 1, p. 169. À titre d'exemples régionaux, signalons le « bilan des 75 ans de Réforme pastorale » dans L. Pérouas, op. cit., p. 426. Pour le diocèse de Tréguier, G. Minois qui relève encore des défaillances au début du xviiie siècle, conclut qu'à la veille de la Révolution le catéchisme est « universellement fréquenté et appris sinon compris », Un échec de la Réforme catholique en Basse Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse d'État, Rennes, 1984, p. 567 et 592.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search